La Fin de l’Euro-libéralisme

En votant «non» le 29 mai, le peuple français a donné une gifle magistrale aux élites qui n’hésitèrent pas à manifester leur mépris pour une opinion populaire présumée vulgaire. De là à dire que ce vote n’exprime qu’un décalage entre l’élite informée et le peuple dépassé par un monde qu’il ne comprend plus, de là à croire que ce «non» ne débouche sur rien, car il n’y a pas d’alternative au «modèle» eurolibéral, il n’y a qu’un pas. Mais ce sont là deux faux pas que ce livre entreprend de corriger.

Au-delà du «non» français, ce livre bref, décapant, savant et pourtant facile à lire, va aux fondements mêmes du décalage entre une élite eurolibérale et un peuple convaincu des méfaits du néolibéralisme. Jacques Sapir démonte tous les non-sens économiques sur lesquels repose le discours eurolibéral dominant. Dans une forme accessible, il explique comment la science économique réduit à néant le culte de la concurrence «libre et non faussée» sur lequel repose la construction européenne depuis vingt ans. Il présente les fondements d’un modèle alternatif pour l’Union européenne : l’économie mixte organisée plutôt que l’économie de marché dérégulée.

C’est l’élite qui, en vérité, ne comprend rien au monde : elle a cessé de raisonner pour s’adonner à l’adoration sectaire de croyances économiques sans fondements. Le 29 mai, espérons-le, marque le commencement de la fin d’une illusion dangereuse : l’eurolibéralisme.

Référence

Jacques Sapir, La fin de l’Eurolibéralisme, Paris, Le Seuil, 2006, 186 p.

Pour en savoir plus

Editions du Seuil


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *