La Russie et Chypre

18 mars 2013
Par

ChypreLa question des avoirs des banques russes à Chypre suscite depuis l’annonce du « plan » de sauvetage des banques chypriotes bien des interrogations et des fantasmes. Quelques chiffres, issus d’une note privée rédigée par Natalya Orlova « chief economist » d’Alfa-Capital1, suffisent pour faire le point sur cette question.

  1. Le montant du total dépôts dans les banques chypriotes s’élève à 90 milliards d’euros, en additionnant les dépôts des personnes et des entreprises. Sur ce total, 37% sont des dépôts faits par des non-chypriotes, et 30% par des personnes (morales ou physiques) qui ne sont pas originaires de la zone Euro. Ces derniers dépôts sont pour l’essentiel ceux des Britanniques vivant à Chypre (où l’on a deux grandes bases militaires) et des Russes. Les dépôts de ces derniers peuvent être estimés à 22% du total (environ 20 milliards sur 90 milliards).
  2. Les dépôts russes à Chypre ne sont qu’une infime partie des dépôts dans les banques russes. Ils sont estimés à 2% du montant de ces derniers. Une perte totale de ces dépôts n’entraînerait pas un grand risque pour les banques russes.
  3. Chypre est utilisé par les institutions financières russes essentiellement comme une place de transaction, licites ou non, mais pas comme un lieu où sont déposées des sommes énormes. L’an passé, on a enregistré 120 milliards d’investissements russes vers Chypre, mais aussi 130 milliards d’investissements « chypriotes » vers la Russie. Ces chiffres (250 milliards d’euros au total) sont à rapporter au montant estimé des dépôts « russes », qui est de 20 milliards. Les flux transitant par Chypre ont pour destination finale soit la Russie (et les banques russes) soit des pays comme la Suisse ou les Etats-Unis. Le chiffre annoncé par l’agence Moody’s d’un préjudice de 30 à 40 milliards d’euros en cas de blocage prolongé du système bancaire chypriote apparaît comme très exagéré.
  4. Chypre est aussi utilisé par des sociétés non financières pour avoir un « pied » dans la zone Euro afin d’y opérer des transactions normales. C’est le cas de GAZPROM mais aussi d’AEROFLOT. Le gel des avoir bancaire pourrait causer un important préjudice à ces compagnies. Par ailleurs, la taxe de 9,9% pourrait déséquilibrer significativement les comptes de résultat. Si rien d’insoluble n’apparaît sur ce point, les pertes en trésorerie des sociétés russes pourraient conduire à des actions en contentieux international.
  5. Tant le Président Vladimir Putin que M. Ignatev, Président de la Banque Centrale de Russie ont clairement indiqué que la Russie n’avait pas l’intention de « sauver » les banques chypriotes, car une large partie des avoirs russes sont le produit d’actions illicites. Mais Vladimir Poutine a très sévèrement critiqué la méthode utilisée par les autorités chypriotes, sous la pression des autorités européennes, considérant que la taxe sur les dépôts constituait un précédent grave et que cette mesure était de nature à approfondir la crise de confiance dans les banques de la zone euro.
  6. Quelle que soit la solution adoptée, que ces mesures soient ou ne soient pas votées par le Parlement de Chypre, les dommages à la crédibilité de la zone Euro, mais aussi à celle de Mario Draghi et d’Angela Merkel seront importants.

Citation

"La Russie et Chypre", note privée rédigée par Natalya Orlova, diffusée avec l'autorisation de l'auteur, traduite par Jacques Sapir, publiée sur le carnet Russeurope le 18/03/2013, URL : http://russeurope.hypotheses.org/1049

  1. Cette note ne représente pas l’opinion officielle de la banque Alfa-Capital, mais uniquement l’opinion personnelle de Mme Orlova. []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Thématiques, Euro, Types de publications, Notes, Thématiques, Russie

Laisser un commentaire

Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales
Fondation Maison des sciences de l'homme
creative-commons-by-nc-nd

Les billets publiés sur le carnet Russeurope sont placés sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer l\'auteur, l\'url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Présentation

Ce carnet a pour fonction de rendre accessible mes travaux, qu’il s’agisse de working papers, de note de positionnement ou de notes brèves, portant sur l’économie européenne et sur la Russie. Il comprend des textes qui portent à la fois sur la crise de l’Euro et les origines de cette crise et sur l’économie de la Russie (depuis les problèmes macroéco- nomiques jusqu'à ceux de l'économie régionale, en passant par la finance).

_____________________

This blog aims at the dissemination of some of my research works, including working papers, position papers or brief notes focusing either on the Russian economy (from macroeconomy to regional economics and finance) or on the European one, with a special attention to the Eurozone crisis.

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.


Carnets de recherche