Impact d’une dévaluation sur le chômage

Ce texte est la conclusion d’une précédente note, “L’impact d’une sortie de l’Euro sur l’économie française”, publiée le 5 mars 2013 sur ce carnet.

———–

L’impact de la forte croissance ainsi engendrée sur l’emploi serait considérable. Il faut alors tenter de les estimer en regardant la relation qui existe entre la croissance et l’accroissement ou la diminution du nombre des chômeurs. On considère que le chômage régresse dès que le taux de croissance dépasse les 1,4%, ce qui demande quelques explications.

Tableau 10

Accroissement du chômage et croissance du PIB

1981-2012

1990-2012

1998-2012

Valeur de R2

R2 = 0,4436

R2 = 0,5856

R2 = 0,5829

Valeur de l’équation Y = -0,0359x + 0,0814 Y = -0,0395x + 0,0671 Y = -0,0379x + 0,054
Valeur de la croissance pour laquelle la croissance du chômage est nulle

2,28%

1,7%

1,43%

Source : Base de donnée INSEE

Méthode : Confrontation des données de croissance par rapport à l’accroissement (ou la réduction) du taux de chômage (catégorie A de la DARES) d’une année sur l’autre.

Y = variation du taux de chômage par comparaison à l’année précédente.

X = Taux de croissance

On constate par ailleurs que la valeur critique du taux de croissance pour laquelle le chômage n’augmente plus diminue fortement quand on s’approche de la situation actuelle à partir de 1981. Cette valeur passe ainsi de 2,28% à 1,43%. Les causes de ce phénomène sont diverses, et vont du ralentissement des gains de productivité à un meilleur fonctionnement du marché du travail en passant par les modifications de la démographie. Ce sont donc les valeurs calculées sur la période 1998-2012 qui seront désormais utilisées car elles apparaissent plus réalistes pour la période future envisagée.

Pour passer du taux de chômage au nombre des chômeurs (en considérant ce dernier à partir de la catégorie A de la DARES) il faut, bien entendu, connaître l’estimation de l’évolution de la population active (qui inclut les chômeurs). Nous avons utilisé les prévisions du FMI qui ont été faites à partir des calculs de l’INSEE sur la base de la population de Métropole.

Si l’on considère le niveau atteint par le chômage au quatrième trimestre 2012 (10,2%), et la poursuite du mouvement dans l’année 2013, on prend comme hypothèse de base pour la suite du raisonnement le fait que l’on aurait une sortie de l’euro et une dévaluation, comme estimée dans le modèle, commençant à produire ses effets sur 2014. Dès lors, 2014 correspond à notre année T et 2015 à l’année T+1. Nous nous sommes calés sur une estimation, probablement optimiste, de 3,136 millions de chômeurs (au sens catégorie A de la DARES sur le territoire métropolitain) pour la fin de l’année 2013.

Tableau 11

Nombre de chômeurs en milliers (métropole)

Année

Chômeurs (métropole, cat. A)
si dévaluation

Chômeurs (métropole, cat A)
hypothèses du  FMI

2013

3135,93

3135,93

T

2014

2777,86

3222,85

T+1

2015

2269,85

3241,45

T+2

2016

1915,38

3224,40

T+3

2017

1696,68

3194,89

T+4

2018

1658,36

3159,07

Source : INSEE via FMI et calculs du modèle

Graphique 6

 Croissance

Source : Modèle et données du FMI World Economic Outlook, avril 2013, WEOApr2013all.

On constate que le scénario de dévaluation qui a été retenu se traduit par une baisse massive du nombre des chômeurs puisque nous arrivons en 2018 (qui correspond à l’année T+4) à un chômage de 1,66 millions dans le scénario de dévaluation contre 3,16 dans les prévisions du FMI faites en avril 2013, et n’incluant pas les éléments extrêmement préoccupants venant de la chute de la consommation en France. Cela signifie que 1,5 million de personnes auront retrouvé un emploi du fait de la dévaluation. Ce chiffre cependant peut être contesté dans deux directions :

  • Il peut être considéré comme trop élevé, en raison des rigidités qui caractérisent une partie du nombre des chômeurs, et en particulier ceux dont la durée du chômage excède 18 mois.
  • Mais, à l’inverse, il peut apparaître comme sous-estimé dans la mesure où les entreprises, retrouvant une forte visibilité sur l’avenir de moyen terme et considérant que la France connaîtra pour plusieurs années une forte croissance, peuvent se décider d’embaucher plus que ce que l’observation de leurs comportements dans la période précédente laissait prévoir.

Graphique 7

NChom

Tableau 12

Synthèse du modèle

A

B

C

D

E

 

Croissance par effets directs (corrigée)(Tableau 6) Effet multiplicateur sur la croissance par diminution des impôts ou accroissement des dépenses (e=1,4)(Tableau 7) Taux de croissance induit par l’accroissement de la FBCF (effet demande)(Tableau 8) Gains totaux en effets indirects (B+C) Taux de croissance final (A+D) Chômage (en pourcentage de la population active)
T

2,60%

1,25%

0,75%

2,00%

4,60%

9,49 %

T1

3,82%

1,16%

1,41%

2,57%

6,40%

7,70 %

T2

2,82%

1,11%

1,82%

2,93%

5,75%

6,45 %

T3

2,33%

0,79%

1,44%

2,23%

4,56%

5,68 %

T4

0,51%

0,51%

1,14%

1,65%

2,16%

5,51 %

La réduction du taux de chômage induite par la forte croissance serait donc forte. Le taux de chômage pourrait atteindre 5,5% de la population active. Il est cependant clair qu’il n’y a pas de relation linéaire entre la croissance et la diminution du taux de chômage. Forte au départ, surtout quand l’économie opère loin du plein emploi, elle tend très probablement à diminuer au fur et à mesure que l’on se rapproche de la situation de plein-emploi. Néanmoins, la forte croissance durant les 4 premières années devrait permettre un progrès considérable par rapport à la situation actuelle. Notons ici que cette réduction du chômage améliorerait fortement les comptes des ASSEDIC. Ces comptes, on le sait, sont aujourd’hui en déficit en raison de la montée du nombre des chômeurs à indemniser. Calculé sur la base d’un versement annuel de 12 000 euros (la moyenne étant en 2008 de 14 000 euros), le gain annuel pas alors de 5,3 à 18 milliards.

Tableau 13

Économies sur l’assurance chômage (en milliards de monnaie courante)

Différence en milliers

Économies sur régime des ASSEDIC (Mlrd)

2014

444,98

5,34

2015

971,60

11,66

2016

1309,02

15,71

2017

1498,22

17,98

2018

1500,72

18,01

Source : Application au Modèle de la relation obtenue entre croissance et variation du chômage et estimation de l’économie à 12 000 euros par tête.

La Cour des Comptes, dans son rapport de 20131, estimait à 50,136 milliards les montants dépensés en 2010 pour l’ensemble des services contribuant au marché du travail, dont 28 milliards seuls pour le « maintien et soutien du revenu ». Cela donne une idée de l’impact qu’aurait une baisse du chômage de 1,5 million de personnes.

Tableau 14

Cour des comptes-1

Rapport de la cour des comptes, Face à un Chômage Élevé, Mieux Cibler les Politiques, (Rapport_thematique_marche_du_travailTableau 12, p. 66.

On voit que, sur 5 années et en tenant compte du niveau de déficit qui sera atteint en 2013, le gain cumulé sur l’assurance chômage serait de 44,2 milliards. Ceci épongerait le déficit accumulé depuis le début des années 1990 (18,65 milliards) et laisserait de plus un excédent de 25 milliards qui pourrait être utilisé à diminuer les cotisations. Ces diminutions de cotisations pourraient être réparties entre salariés et entreprises et aboutiraient, dans le cas d’une répartition égalitaire, à injecter 2,5 milliards par an en revenu pour les ménages et pour les entreprises.

Tableau 15

Répartition des économies réalisées par la réduction du nombre des chômeurs

(Milliards, monnaie courante)

Économie Déficit annuel (*) Bénéfice Diminution des cotisations Accroissement ou diminution du déficit (*)

2014

5,34

-4,89

0,45

5,00

-4,55

2015

11,66

-4,89

6,77

5,00

1,77

2016

15,71

-4,89

10,82

5,00

5,82

2017

17,98

-4,89

13,09

5,00

8,09

2018

18,01

-4,89

13,12

5,00

8,12

Total

68,69

-24,45

44,24

25,00

19,24

NB: Un signe – indique un accroissement du déficit.

On mesure ainsi tous les aspects bénéfiques qui résulteraient d’un retour massif à l’emploi de 1,5 million de nos concitoyens. Ceci donnerait au gouvernement qui ferait le choix de sortir de l’Euro et de dévaluer fortement une légitimité incontestable et ce pour une longue période.

Citation

Jacques Sapir, “Impact d’une dévaluation sur le chômage”, billet publié sur le carnet Russeurope le 21/04/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/1168

 

  1. Cour des Comptes, Face à un Chômage Élevé, Mieux Cibler les Politiques, Rapport Public thématique ; janvier 2013. []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *