Excursions allemandes

On s’intéresse maintenant à l’influence du taux de change du « nouveau DM » sur la croissance française. En maintenant les autres paramètres à leur valeur initiale, on fait varier le taux de change du Deutschemark de 1,50 USD à 2,20 USD en conservant le taux de change du Franc à 0,975 USD. On adopte une règle de report d’inflation/désinflation sur l’Allemagne de -40% en T et +40% à T+1 (autrement dit l’effet de désinflation dans le modèle n’est que de 60% de ce qu’il devrait être à l’année T mais on a un report des 40 manquant sur l’année T+1). Cette règle sert à représenter l’aspect progressif des phénomènes d’inflation/désinflation importée.

En raison du caractère désinflationniste très prononcé d’une forte réévaluation, le taux de change du Deutschemark par rapport au Dollar revient rapidement en termes réels vers les 1,20 USD pour un DM.

Graphique 1

DM pour 1USDL’ampleur du phénomène de désinflation, dans la réalité, impliquerait certainement un meilleur lissage. Néanmoins, la réalité du phénomène serait indéniable. La question se pose alors de savoir jusqu’à quel point ce phénomène pourrait compenser la réévaluation initiale. Pour l’Allemagne, le « choc » d’une dissolution de la zone Euro si  cette dernière devait conduire à une très forte appréciation du DM, serait certainement pénible au moins pendant les trois première années.

 Une croissance globalement inchangée.

Le premier point qui émerge de ces excursions est que l’impact total sur la croissance de la France sur 6 périodes n’est que très faiblement affecté par le niveau du DM par rapport au Dollar. L’écart total n’est que 2,5 % ou en moyenne 0,415% par période.

Tableau 1

Effet global de la variation du taux de change DM/USD sur la croissance

Niveau du taux de change DM/USD

Montants cumulés de la croissance (6 périodes)

TdCh 1,50 USD

29,9%

TdCh 1,60 USD

30,0%

TdCh 1,70 USD

30,2%

TdCh 1,80 USD

30,5%

TdCh 1,90 USD

30,9%

TdCh 2,00 USD

31,3%

TdCh 2,10 USD

31,8%

TdCh 2,20 USD

32,4%

De même, l’effet sur l’inflation induite par le taux de change (inflation importée) est relativement faible. Cette dernière est de 6% au total dans le cas où le taux de change DM/USD est de 1,50 et de 7,2% dans celui ou il atteint 2,20.

Tableau 2

Effet global de la variation du taux de change DM/USD sur l’inflation

Niveau du taux de change DM/USD

Inflation cumulée totale

Dont composante importée

TdCh 1,50 USD

17,0%

6,0%

TdCh 1,60 USD

17,2%

6,2%

TdCh 1,70 USD

17,4%

6,4%

TdCh 1,80 USD

17,5%

6,5%

TdCh 1,90 USD

17,7%

6,7%

TdCh 2,00 USD

17,9%

6,9%

TdCh 2,10 USD

18,0%

7,0%

TdCh 2,20 USD

18,2%

7,2%

La trajectoire globale de l’économie française est donc peu affectée par l’ampleur de la réévaluation potentielle du Deutschemark par rapport au Dollar. De ce point de vue, la possibilité (réelle) que si les marchés déterminent le taux de change DM/USD on assiste dans l’immédiat à une brutale surévaluation du DM (et donc un écart massif entre le Franc et le DM) ne doit pas inquiéter.

 Des profils de croissance différents.

Par contre, si l’on regarde l’ensemble des 6 périodes (72 mois) à partir de la dissolution de la zone Euro, le profil de la croissance de l’économie française est assez différent en fonction des hypothèses que l’on peut faire quant au taux de change du DM.

Graphique 2 

DM et PIB

La croissance initiale (en T) de l’économie française est quant à elle très sérieusement affectée par le taux de change DM/USD (et donc indirectement FF/DM). L’écart pour la première année est de 1,8 points pour un écart allant de 2,4 à 4,2. Deux phénomènes peuvent expliquer cela. D’une part, l’inflation initiale (en T) est plus forte avec une surévaluation massive du DM. D’autre part, pour accroître ses exportations la France doit importer des biens. Or l’Allemagne représente près du quart des importations de l’économie française. La hausse du coût de ces importations accroît les pressions inflationnistes et freine la croissance. Mais, dans la mesure où ces importations ne concernent qu’assez peu de sous-ensembles et pratiquement pas de matières premières et de produits semi-finis, il est possible que cet effet soit surestimé par le modèle.

Graphique 3

FFpour 1DM

Pour les périodes ultérieures, par contre, la croissance de l’économie française accélère fortement quand le taux de change du DM est fortement surévalué. À la troisième année (T+2) l’écart est cette fois de 10,2 à 7,8 (soit 2,4 points). Globalement, à partir de T+2 la croissance est nettement plus forte dans l’hypothèse d’une forte surévaluation du DM que dans celle où le taux de change est plus modéré. C’est pourquoi la croissance totale sur les 6 périodes est peu différente suivant les hypothèses de réévaluation du DM. Ce phénomène peut s’expliquer par le fait que l’Allemagne conserve plus longtemps un fort écart de taux de change avec la France. On peut penser que, du fait d’un ajustement dans la répartition géographique des imports et des exports, les exportations françaises progressent bien plus en Allemagne que ce qu’indique le modèle, ce qui aurait pour effet d’amplifier ce phénomène.

C’est donc bien le profil de la croissance française qui est affecté par le taux de change et non pas le niveau global sur les 6 périodes.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *