La stratégie d’innovation en Russie

Cette note précise les notes précédentes consacrées aux initiatives qui ont eu lieu en Suisse sur l’innovation.

Une des questions posée lors de la tenue du premier « Russian-Swiss Innovation Day », organisé à l’initiative de M. Frederik Paulsen, le consul honoraire de Russie, a été de comprendre la dynamique de constitution de « districts d’innovation » dans l’économie d’un pays.

Ces « districts », tels qu’ils se sont constitués tant aux États-Unis, en Chine, en France, ou en Suisse regroupent de prestigieuses universités, des laboratoires tant publics que privés, et des entreprises qui vont de la start-up jusqu’à la multinationale en passant par l’entreprise de taille moyenne. La dynamique de constitution de tels « districts », pour reprendre le terme utilisé par Alfred Marshall à propos des districts industriels1, repose sur la dimension collective de la connaissance accumulée sur un micro-territoire2. Une partie de cette connaissance est explicite. Elle implique que des ponts soient constitués entre des disciplines différentes, que l’on soit dans le domaine des sciences de la nature ou dans celui des sciences sociales. C’est ce qui explique que ces « districts d’innovation » soient en général constitués autour de grandes institutions universitaires multidisciplinaires qui assurent l’existence d’un vivier, tant par les professeurs que par les étudiants avancés et les post-doctorants, pour l’innovation. Mais une partie de la connaissance collective est implicite. Elle s’incarne dans des règles de fonctionnement maîtrisées par le plus grand nombre, et qui organisent la coopération nécessaire à la constitution des projets innovants.

Elle implique aussi un soutien important de l’État3, que ce soit par des crédits de recherches (qui constituent la quasi-totalité du financement de la recherche fondamentale et une bonne partie du financement de la recherche appliquée) ou par la création d’un contexte favorable à l’investissement. Ce contexte nécessite que des mesures soient prises pour favoriser le financement des entreprises naissantes (et ceci peut aller de la constitutions d’institutions financières spécialisées à la politique monétaire en général), mais aussi que le marché de ces innovations soit protégé, ce qui passe par des politiques protectionnistes.

L’innovation implique donc un ensemble complexe de mesures et de politiques, et c’est pourquoi on peut parler de stratégie d’innovation.

Le « modèle Skolkovo », de l’ascension à la chute ?

Pourtant, ce n’était pas sur ce modèle de création d’un district d’innovation que la Russie, à l’époque de la Présidence de D. Medvedev, comptait pour développer l’innovation, mais au contraire sur une création ex nihilo. Annoncé à grands sons de trompes, le projet de création d’une « Silicon Valley à la russe » autour d’un obscur institut de gestion, le projet Skolkovo avait drainé des capitaux considérables. On a parlé de 5 à 8 milliards de dollars. Ce projet est aujourd’hui fameux pour plusieurs scandales de corruption et détournement de fonds. Il semble aujourd’hui avoir été sensiblement réduit. Le recteur de la New School of Economics, S. Guriev, un homme réputé proche de D. Medvedev, à d’ailleurs quitté précipitamment la Russie alors que se multiplient les enquêtes et les procédures judiciaires autour du projet Skolkovo4. La réalité du projet s’avère bien décevante. On compte actuellement selon M. Mikhaïl Myagkov, le vice-Président de l’institut de Skolkovo, trente-huit étudiants à Skolkovo et l’on en attend en 2018 au plus deux mille. À titre de comparaison l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, qui est l’une des institutions autour desquelles s’est développé un « district d’innovation » particulièrement dynamique, en compte plus de 4000 et ceci en plus de 2500 chercheurs à plein temps. Or, l’EPFL est loin d’être la seule institution universitaire de la région de Lausanne ou l’on compte aussi un université fédérale (l’UNIL) et diverses écoles professionnelles. On pourrait imaginer que la Russie s’est enferrée dans un projet sans avenir mais ce n’est, fort heureusement, nullement le cas.

L’innovation en Russie hors de Skolkovo

En effet, l’innovation en Russie ne se réduit pas au projet Skolkovo, et c’est heureux. L’innovation se développe rapidement dans de très nombreuses villes de Russie à travers la création de Technoparcs et d’incubateurs par toutes les grandes universités d’État et les Écoles Spécialisées Techniques (Vysshaya Shkola qui sont les équivalents de nos Grandes Écoles). Le plus connu est sans nul doute celui de l’université de Novossibirsk, que le séminaire Franco-Russe a eu l’occasion de visiter, mais d’autres existent dans les grands centres universitaires.

Les « grappes » d’innovation sont l’une des principales caractéristiques de ces parcs. Elle sont largement le produit d’une interaction forte entre un potentiel scientifique de grande qualité et des financements, directs ou indirects, de l’État. Les industriels, qu’ils soient russes ou étrangers, d’ailleurs ne s’y trompent pas et développent (ou prennent des participations) des entreprises à côté des parcs et des incubateurs où se constituent ces « grappes » d’innovation.

Les technoparcs

L’exemple de Novossibirsk est, bien entendu, le plus connu et il s’appuie sur une université de très grande qualité et un centre de recherches qui a été développé dès le temps de l’URSS. Aujourd’hui, on compte plus d’une cinquantaine d’entreprises qui sont d’ores et déjà sorties de l’incubateur pour devenir de prometteuses entreprises de taille moyenne, tant en ce qui concerne l’emploi que la production ou les profits. Le profil de ces entreprises est en lui-même intéressant. On a à la fois des entreprises spécialisées dans la production de logiciels et des entreprises exploitant ce type de savoir faire que ce soit dans la découpe du métal ou dans la plasturgie. Les logiciels de 3-D donnent naissance à de nouvelles machines-outils et des robots de production qui sont capables d’exécuter à l’unité ou en petite série suivant la demande des formes définies par ces logiciels le tout avec une précision pratiquement absolue. À partir de ces formes sont alors réalisées en grande série des pièces par moulage. Dans un certain nombre de cas le démoulage est obtenu par des procédés chimiques. Les applications vont de pièces particulières pour l’industrie, jusqu’à la production d’objets destinés au grand public. Le Ministère de l’Industrie et du Commerce a attiré de nombreuses entreprises étrangères (de l’Allemagne au Japon en passant par la Chine et la Corée) autour des parcs d’innovation, et cela a donné naissance tant au développement de nouvelles capacités de production qu’à celui d’entreprise mixte sur des domaines innovants.

Les pistes de l’innovation

Un domaine important, et que l’on a tendance à minimiser, est celui des biotechnologies et des sources alternatives d’énergie. De ce point de vue, Madame Ananich, directrice de la coopération stratégique à l’agence russe de l’énergie, a insisté lors de la tenue du premier « Russian-Swiss Innovation Day », organisé le 17 mai dernier à l’initiative de M. Frederik Paulsen, le consul honoraire de Russie, sur le potentiel du secteur agricole russe, tant en ce qui concerne les biomatériaux que pour le développement de formes alternatives d’énergies. Il peut sembler paradoxal, dans un pays largement doté en énergie fossile (pétrole, charbon et gaz) que l’on se préoccupe du développement des énergies alternatives. Mais, les ressources traditionnelles sont géographiquement concentrées alors que la population de la Russie est plus largement dispersée. Les études ont montré l’intérêt de la création de centrales thermiques de petite taille pour fournir de l’énergie de manière décentralisée, en particulier dans le cas des communautés rurales. Ces centrales devraient utiliser les déchets de l’agriculture (la biomasse).

De même, l’utilisation de certains déchets pour alimenter les centrales thermiques est une solution pour les villes. Mme Ananich a développé un point particulièrement important sur ce sujet. On constate en effet que la question du développement des énergies nouvelles va très souvent main dans la main avec celle du traitement des déchets mais aussi celle du traitement de l’eau. On a donc ici un exemple très parlant de la nécessité d’associer différents champs disciplinaires dans le domaine des sciences de la nature (de la biologie à la physique), mais aussi de les relier avec des sciences sociales, comme l’économie (pour une analyse des coûts), la sociologie ou la démographie (pour prévoir la dynamique temporelle de ces communautés).

D’autres exemples ont été fournis, tant par des chercheurs ou des officiels russes que par leurs partenaires suisses. Le développement de l’informatique (autour de l’université que va créer Yandex) et de la simulation ira de pair avec le développement du matériel médical (dans une logique associant l’informatique, l’électronique, la mécanique, mais aussi la médecine et la psychologie). Ceci impliquera le développement d’une mécanique de précision, qui pourrait trouver par la suite d’autres débouchés. Ici encore, on a un bel exemple de ce fameux « penser global » qui est à la base de l’innovation moderne.

Enfin, dans des domaines comme l’énergie nucléaire, l’aéronautique et le spatial de nombreuses entreprises innovantes se développent rapidement. Non seulement le potentiel d’innovation de la Russie est important dans ces domaines, mais les débouchés existent. Les incendies dramatiques de ces trois dernières années ont mis en évidence la nécessité de développer des drones civils, capables de patrouiller de longues heures au-dessus d’étendues très vastes et dotés de capteur infrarouge. Le développement des centrales nucléaires au thorium, filière qui représente l’avenir à vingt-cinq ans de l’énergie nucléaire tant pour des raisons de sécurité que pour des raisons liés aux déchets radioactifs, constituera un autre point clef dans le développement de l’innovation. Dans tous ces domaines, on constate qu’il faudra une association de compétences issues de disciplines et de domaines très différents, association que seuls de grands pôles universitaires sont en mesure de fournir.

La question de la coopération internationale et de l’investissement

La coopération internationale sur certains de ces projets est déjà largement développée, avec une participation de nombreuses firmes au développement de nouveaux procédés, mais aussi à leur industrialisation. Le directeur du département de l’innovation de Rostekhnologia (entreprise d’État) et le Recteur de l’Institut Baumann de Moscou ont insisté sur les synergies qui se mettent en place depuis plusieurs années entre la recherche fondamentale et le développement d’applications, dont Rostekhnologia assure alors l’industrialisation, soit dans des entreprises à capitaux publics soit dans des entreprises mixtes. À cet égard, l’importance des investissements directs étrangers est capitale, non pas tant en volume rapporté à la taille de l’économie russe, mais dans leur application à des domaines précis. Tout ceci cependant n’aura de sens que si le mouvement des investissements en capital fixe se maintient en Russie. Pour que les innovations se diffusent dans le pays, il faut non seulement que l’investissement se développe, mais que la part de cet investissement qui concerne les équipements industriels ne faiblisse pas. Or, de ce point de vue, la situation tend à se dégrader en Russie.

 Graphique 1

Repart-Invest 

Source : ROSSTAT

Alors que la part des équipements avait augmenté régulièrement en Russie de 2000 à 2005, on voit dans le graphique 1 qu’elle régresse depuis 2007 au profit des logements, ce qui peut s’expliquer par les besoins de la population, mais aussi au profit des autres bâtiments, ce qui implique certes des infrastructures (et il y a des besoins évidents de ce point de vue en Russie) mais aussi des investissements de prestige (sièges sociaux des entreprises et bâtiments de luxe). Tant que la  part des machines et équipements industriels ne se redressera pas, l’innovation aura du mal à se diffuser en Russie.

La question du développement d’une forte demande pour les produits innovants reste aujourd’hui posée. Il est évident que, sans demande, l’innovation est condamnée à rester au stade du laboratoire ou du prototype. La demande assure la rentabilité des capitaux engagés et, par les espérances de profit qu’elle suscite, attire de nouveaux capitaux vers les secteurs innovants. Cette demande est en réalité multiforme et l’une de ses dimensions importantes, et largement sous-estimée actuellement, est la demande en provenance des branches traditionnelles de l’industrie.

Les exemples qui ont été donnés lors du Russian-Swiss Innovation Day vont dans ce sens et confirment les travaux réalisés par les collègues de l’Institut de Prévision de l’Économie de Moscou. La métallurgie est l’une des activités dont les procédés font de plus en plus appel aux nouvelles technologies et aux nouveaux produits (comme c’est le cas à Tcherepovets chez Severstal site qui fut aussi l’objet d’une visite d’étude par le séminaire Franco-Russe en 2007) que ce soit dans le domaine du contrôle ou de l’automation. La question de la co-génération d’électricité ouvre des perspectives particulièrement intéressantes. De ce point de vue, l’abandon du site de Florange par le gouvernement français pourrait s’apparenter à une bévue majeure. La production d’énergie tout comme l’industrie des matériaux de construction, mais aussi l’industrie du vêtement, sont aussi des branches qui sont déjà ou qui seront, sous peu, de grandes utilisatrices de ces nouvelles technologies.

Il faut donc ici rompre avec une représentation largement idéologique qui veut qu’une nouvelle technologie s’incarne toujours dans une nouvelle activité. Cela peut être le cas, mais, et bien plus souvent qu’on ne le croit, ce sont des branches traditionnelles qui sont les principales utilisatrices de ces nouvelles technologies et de leurs produits. C’est quelque chose qui est compris en Russie où les branches de la métallurgie (ferreuse et non ferreuse), les industries extractives, les industries de transport ont été identifiées comme importantes pour l’innovation. On voit ici que le discours de la substitution des activités dites « anciennes » par des activités dites « nouvelles » s’avère profondément trompeur. Pour que l’innovation puisse se développer, il faut maintenir, et donc accepter d’en payer le prix, des activités dites « traditionnelles » qui produiront leurs produits avec des techniques complètement renouvelées. On peut tenter de mesurer cette demande à travers les investissements de certaines branches sélectionnées.

Graphique 2 Invest

Source : ROSSTAT

On retient (graphique 2) deux catégories de branches, celles où des produits innovants peuvent être fabriqués et celles ou ces mêmes produits pourraient être utilisés. On voit que les investissements dans la première catégorie (qui comprend la Bureautique et l’informatique, les machines électriques, les composants radios et les équipements médicaux) connaissent des taux d’investissement plus élevés que la moyenne, mais aussi plus heurtés. Ces à-coups peuvent avoir des conséquences néfastes, tout comme ils peuvent être engendrés par le cycle de création/destruction des entreprises. Pour la seconde catégorie, si la métallurgie semble marquer le pas, la chimie connaît visiblement un fort mouvement des investissements ainsi que les branches liées aux industries extractives. Il est donc pensable que ces industries puissent constituer un marché potentiel pour les produits innovants.

Le potentiel d’innovation existe donc en Russie, et il commence à être exploité. Il ne faudrait donc pas que Skolkovo devienne l’arbre qui masque la forêt. L’innovation se développe rapidement en Russie porté par les grandes universités, par la demande des entreprises, mais aussi par une demande publique soutenue. Il est clair que Skolkovo ne jouera pas le rôle de pivot que souhaitait le gouvernement en raison des problèmes qui entourent la conception même du projet.

L’innovation ne se décrète donc pas et ne naît pas de gens qui crieraient en sautant sur les chaises « innovons, innovons… ». Elle ne se décrète pas non plus par la constitution d’agences publiques spécialisées ciblant un domaine particulier, même si elle peut nécessiter la constitution d’institutions financières adaptées. Elle implique de penser globalement la politique économique et le système de recherche et d’éducation. Elle implique aussi de maintenir un tissu économique équilibré afin d’assurer la demande, et donc le cas échéant de sauver des entreprises et des activités qu’un raisonnement à courte vue condamnerait. Elle implique enfin de penser le financement dans toute sa complexité, et d’assurer que les instruments microéconomiques mais aussi macroéconomiques (et au premier plan la politique monétaire) soient cohérents avec cette politique. Elle implique un engagement constant de l’État sur l’ensemble de ses  moyens. Rien de tout cela n’est aisé, et certains de ces instruments pourraient se révéler contradictoires avec les règles actuelles de l’Union européenne. C’est sans doute pourquoi le gouvernement russe poursuit activement aujourd’hui très activement la Zone d’Intégration Économique de l’Eurasie (avec le projet de zone de libre-échange entre la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan), mais aussi développe ses relations avec les institutions économiques qui se sont développées dans zone Asie-Pacifique.

Citer cette note

Jacques Sapir, « La stratégie d’innovation en Russie », Russeurope, 30 mai 2013, http://russeurope.hypotheses.org/1296.


  1. A. Marshall, Elements of Economics of Industry, Londres, Macmillan, 1900. []
  2. G. Becattini, (ed.), Mercato et forze locali : il distretto industriale, Bologne, Il Mulino, 1987 ; et G. Benko et A. Lipietz, (dirs.), Les régions qui gagnent, Paris, PUF, 1992. []
  3. Rochet, Claude, 2007, L’innovation, une affaire d’Etat, L’harmattan, Paris. []
  4. Bloomberg : http://www.bloomberg.com/news/2013-05-29/medvedev-associate-said-to-flee-russia-as-prosecutors-build-case.ht . À noter que S. Guriev sera au début juin l’invité du CERI-FNSP, institution qui pourrait être embarrassée s’il s’avérait que des poursuites criminelles étaient engagées contre ce conférencier… []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *