En finir avec l’Europe (suite)

La critique publiée dans ce carnet du livre En finir avec l’Europe a suscité une réponse de Cédric Durand. En raison de l’intérêt de celle-ci, je la publie accompagnée d’un petit texte revenant sur certains points.

Par ailleurs, je signale qu’un débat autour du livre En finir avec l’Europe aura lieu le 18 juin 2013 à l’EHESS (Métro Notre-Dame des Champs) dans les locaux du 105 bd Raspail, amphi 1, à 18h30, sous le titre

Que faire (de l’Europe) ?

avec Benjamin CORIAT (Paris-XIII), Cédric DURAND (Paris-XIII), Stathis KOUVÉLAKIS (King’s College) et Jacques SAPIR (EHESS).

Cédric Durand

Une ruse de la raison internationaliste, par Cédric Durand

(publié aussi sur le site de Contretemps)

La recension fouillée et stimulante (partie 1, partie 2) qu’a proposée Jacques Sapir de l’ouvrage collectif En finir avec l’Europe fait apparaître de nombreux points de convergence dans l’appréciation de la conjoncture. L’union européenne est aujourd’hui le site d’où s’impulse la radicalisation des politiques néolibérales ; un espace de prise de décision où l’influence de la volonté populaire est systématiquement tenue à distance. En outre, la création de l’euro dans le cadre de l’union économique et monétaire a nourri des déséquilibres insoutenables qui ne peuvent être durablement résorbés, fût-ce au prix d’un brutal ajustement à la baisse des salaires, d’une hausse des impôts indirects et d’une détérioration drastique des services publics comme on l’observe dans les pays de la périphérie.

Ce constat commun conduit à une appréciation partagée : l’Union européenne et, plus spécifiquement, l’Union économique et monétaire sont des dispositifs de pouvoir hostiles aux intérêts de la majorité de la population européenne et doivent être désignés et combattus en tant que tels par la gauche. Point de salut donc dans le grand bond en avant présenté aujourd’hui par les commentateurs européistes comme la seule issue à la crise. Bien au contraire. Tandis que les classes dominantes sont puissamment organisées et coordonnées à l’échelle européenne (et plus largement internationale), les mouvements sociaux et les organisations de gauche demeurent fragmentés géographiquement, profondément ancrés dans les rythmes de leurs espaces nationaux. Ne disposant pas de leviers institutionnels pour investir le champ stratégique européen, les salariés n’influent d’aucune manière l’agenda intégrationniste qui ne peut de ce fait leur être que défavorable. Il faut donc rechercher une forme de rupture avec l’UE ce qui implique, mécaniquement, d’en venir à un recentrage – au moins temporaire – sur un espace national de définition des politiques économiques et sociales.

C’est sur l’appréciation de ce recentrage qu’il y a divergence. À quel titre doit-il être recherché ? Revenons sur le fragment que Sapir qualifie de « plus désastreux » : « L’Europe n’est pas la question principale pour les gauches sociales et politiques. Leur problème n’est pas de prendre en charge une solution pour l’UE. L’essentiel est de repartir de ce qui est premier dans la crise économique – le chômage de masse ». Qu’y a t-il de scandaleux dans cette affirmation ? Sans doute le fait qu’elle renvoie dos à dos souverainistes et européistes. Il s’agit en effet d’un refus d’adopter une position de principe sur la question européenne. Cela conduit, d’un côté, à récuser l’injonction faite aux adversaires de l’Europe néolibérale de trouver une solution européenne et à rejeter le prétexte européen avancé de loin en loin pour justifier l’alignement néolibéral de ce qui fut un jour la social-démocratie. Mais, d’un autre côté, le positionnement que l’on défend ne fait pas de l’État-nation une planche de salut en soi. Si la structuration des mouvements sociaux et des gauches politiques au niveau européen est insuffisante, leurs actions au sein de l’espace national bien que davantage articulées demeurent sur un registre fondamentalement antagonique.

C’est ici que l’analogie séduisante faite par Sapir avec la situation de la bourgeoisie décrite par Guizot apparaît profondément erronée. Bien entendu, comme le soulignent aussi Marx et Engels :

« Chaque étape de développement de la bourgeoisie s’accompagnait d’un progrès politique correspondant. Corps social opprimé par le despotisme féodal, association armée s’administrant elle-même dans la commune, ici république urbaine indépendante, là tiers état taillable et corvéable de la monarchie, puis, durant la période manufacturière, contrepoids de la noblesse dans la monarchie féodale ou absolue, pierre angulaire des grandes monarchies, la bourgeoisie, depuis l’établissement de la grande industrie et du marché, mondial, s’est finalement emparée de la souveraineté politique exclusive dans l’État représentatif moderne. »

L’affranchissement des communes correspond en effet bien à une étape essentielle dans l’accumulation spatiale de ressources institutionnelles pour cette force sociale. Mais cette accumulation repose elle-même sur une accumulation de ressources économiques. Or, rien de tel pour les salariés. Comme le pose un refrain fort connu, « nous ne sommes rien soyons tout » est le problème singulier du salariat, ce ne fut jamais celui de la bourgeoisie.

Les salariés n’exercent nulle part un pouvoir économique autonome du capital, leur agir est une puissance antagonique, d’autodéfense. Certes, une guerre sociale de longue haleine a permis de contester la « souveraineté politique exclusive » à la bourgeoisie. Les droits politiques, économiques et sociaux acquis de hautes luttes cristallisent des rapports de force ; cependant, en dépit de ces avancées partielles sédimentées au fil de l’histoire des démocraties occidentales, les salariés ne sont jamais parvenus à s’arracher à leur position subordonnée dans les rapports sociaux capitalistes. De manière très différente, les socialismes réellement existants, les régimes bolivariens en Amérique latine, les contre-sociétés communistes en France et en Italie dans l’après-guerre, les Zones d’Autonomie Temporaires des anarchistes contemporains, l’économie sociale et solidaire ou encore les institutions de l’État social ont réussi à préserver partiellement et/ou temporairement des expériences de vie des impératifs de la reproduction du capital. C’est évidemment beaucoup, mais cela ne suffit certainement pas à se dégager de la subsomption réelle au capital, c’est-à-dire de l’incorporation de l’existence même de la population au mouvement général et global de l’accumulation du capital.

Dit autrement, suggérer que l’affranchissement de l’État-nation des contraintes néolibérales de l’UE ou de l’UEM puisse représenter pour les salariés le même type de montée en puissance que l’émancipation des communes pour la bourgeoisie est parfaitement abusif. L’hégémonie au sein de l’État-Nation avant l’Europe fut organisée autour des forces du capital et le reste aujourd’hui, y compris bien sûr hors de l’UEM (pensons à la Grande Bretagne où le gouvernement ne fait pas dans la dentelle question austérité) ou même de l’UE (la Norvège ou la Suisse). Il faut aussi rappeler que le césarisme bureaucratique européen qui répond à la crise contemporaine n’est pas une invention de l’UE. Jan-Werner Müller souligne à raison que « la mise à distance des pressions populaires et, plus généralement, une profonde défiance de la souveraineté populaire sous-tend non seulement les débuts de l’intégration européenne, mais la reconstruction politique de l’Europe occidentale après 1945 en général » . Convaincues que les « totalitarismes » jumeaux – nazisme et stalinisme – étaient le produit des « excès » de la démocratie, les élites européennes ont alors opté consciemment pour une conception restrictive de la démocratie.

L’affranchissement de l’État-nation du carcan néolibéral de l’UE n’apporte donc en tant que tel aucune garantie de politique économique progressiste. Pourtant, je considère en effet qu’il est urgent que la gauche assume une rupture claire avec la construction européenne. C’est ici que l’on voit que le procès en néoclassicisme instruit par Jacques Sapir ne repose sur rien. Le débat ne porte aucunement sur le caractère séquentiel des processus économiques, politiques et sociaux, mais bien davantage sur la séquence qu’il convient d’enclencher.

Pour Sapir, la rupture avec l’euro est première. Elle est non seulement une condition de possibilité d’une politique économique authentiquement de gauche, mais précède même la définition du contenu de celle-ci. Les affects politiques qui portent la rupture européenne sont donc largement indéterminés, ce qui laisse dangereusement la possibilité de faire jouer les ressorts nationalistes.

Je considère, au contraire, qu’il faut d’abord définir les politiques économiques répondant à l’urgence de la situation, à savoir 1/ contre le chômage, une politique de financement public de l’emploi public en dernier ressort et 2/ contre la prédation et le contrôle social exercés par la finance, la socialisation des institutions de crédit. Ce n’est à mes yeux qu’autour de telles propositions que des identités de classe fragmentées peuvent se coaliser et donner un contenu de classe à la rupture avec les institutions européennes. Jacques Sapir a raison lorsqu’il affirme qu’« il faut penser l’alliance des groupes sociaux (ou le « bloc historique ») qui peut porter une politique alternative en Europe. Cette alliance doit être suffisamment inclusive pour être capable de résister aux pressions, tant internes qu’externes, qui se manifesteront lors de la mise en œuvre de cette alternative. Cela implique de penser cette alliance au-delà des frontières des couches inférieures du salariat (ouvriers et employés) même si ce sont elles qui doivent donner le ton de cette alliance. » Mais si l’on souhaite effectivement que les couches populaires exercent le leadership sur ce nouveau bloc historique, c’est-à-dire que le bloc historique en cours de constitution s’homogénéise à gauche, il faut bien sûr qu’il se nourrisse d’un contenu programmatique de gauche ! Le projet de cette alliance ne peut dès lors être celui, tourné vers le compromis productiviste du passé, « de la reconstitution des marges d’autonomie de l’économie française autour de la défense des conditions de reproduction élargie du modèle social français ». Il s’agit au contraire d’articuler des réponses immédiates sur le front de l’emploi et contre la finance avec, d’une part, les principes d’un nouveau modèle de développement adapté à une période qui sera marquée durablement par des taux de croissance du PIB très faibles et, d’autre part, des perspectives d’organisation spatiale de l’économie combinant relocalisation, insertion raisonnée dans les chaînes globales de marchandises et construction de communs immatériels globaux.

En somme, le détour national qu’implique la rupture avec l’Europe est pour moi avant tout une ruse de la raison internationaliste ; un mouvement stratégique, pas un ralliement à la chimère de l’indépendance nationale.

Ce détour est imposé par le caractère désynchronisé des rythmes de la lutte des classes dans les différents pays européens. Cette désynchronisation ne provient pas seulement – ni même essentiellement – d’héritages historiques distincts mais bien davantage du caractère inégal du développement capitaliste qui résulte de combinaisons productives idiosyncratiques et nourrit des dynamiques sociales et politiques singulières. En Europe, jusqu’à la crise de 2007, on peut ainsi distinguer au moins trois régimes d’accumulation complémentaires mais tout à fait distincts. Dans la périphérie est-européenne, la logique économique dominante est celle d’un régime de prolétarisation par lequel les populations vivant auparavant dans les économies socialistes ont été progressivement insérées dans les réseaux capitalistes transnationaux, ce qui s’est traduit – une fois le choc transitionnel passé et avant celui de la crise financière – par des gains de productivité important et des hausses de salaires. En Allemagne, au contraire, la pression de cette armée de réserve a favorisé une grande défaite du salariat manifeste dans la stagnation des salaires et la brutale libéralisation du marché du travail par les réformes Schröder (réformes célébrées aujourd’hui par François Hollande…). Dans les périphéries du sud de l’Europe, la dynamique fut toute autre : les excédents des pays du nord ont été recyclés sous la forme de flux financiers qui ont permis notamment une hausse des crédits à la consommation et des crédits immobiliers, ce qui a soutenu l’activité, l’emploi et les salaires sans pour autant que la productivité ne suive. Là, les classes populaires et moyennes ont pu connaître une brève période d’amélioration de leur niveau de vie qu’elles payent aujourd’hui au prix fort.

Ces temporalités distinctes donnent un caractère national aux crises politiques qui tranchent les rapports de force entre les classes. Pour autant, les dynamiques nationales bien que singulières ne sont le plus souvent pas discordantes. Au contraire, du printemps des peuples de 1848 aux révolutions arabes de 2011, en passant par les mobilisations de 1968 et la vague des soulèvements européens de 1917-1923, l’histoire témoigne du fait que l’aspiration à la liberté et à l’égalité est quelque chose d’extrêmement contagieux. Symétriquement, les périodes de recul du salariat, à l’instar des années 1980, tendent à être généralisées.

C’est sur cette subtile articulation entre désynchronisation des rythmes nationaux et expérience commune d’un moment historique que se fonde la ruse de la raison internationaliste. Si toute expérience nationale est fortement contrainte par le régime international qui se surimpose à elle, un évènement national porte en même temps en lui un potentiel de contamination susceptible de transformer le régime international. Ainsi, aujourd’hui, la question d’une rupture de gauche avec l’Union européenne se pose de manière incontournable pour deux raisons entremêlées : c’est, à la fois, une nécessité pour mettre en échec l’insertion au capitalisme globalisé que défendent les classes dominantes de chacun des pays aux dépens de leurs peuples et un point de passage obligé pour ébranler l’ordre néolibéral européen. La dynamique de crise politique et d’innovation sociale associée à une telle rupture résonnerait immanquablement bien au-delà du pays qui l’initierait. Elle devrait bien entendu générer pour celui-ci des dividendes économiques et sociaux immédiats, notamment du fait de l’abandon des politiques déflationnistes et d’un meilleur ajustement des taux de change. Mais, elle pourrait surtout jouer un rôle propulsif en ouvrant sur la scène européenne et mondiale de nouvelles perspectives socialistes et écologistes pour le XXIe siècle.

——

La politique oubliée ?
réponse de Jacques Sapir

La réponse que me fait Cédric Durand aux critiques que j’avais portées à l’ouvrage qu’il a dirigé (et dans lequel il a écrit ou co-écrit plusieurs chapitres), réponse publiée sous le titre d’Une ruse de la raison internationaliste, permet d’avancer dans le débat. Bien entendu, des divergences demeurent, et demeureront pour toute une période historique. Mais, ces divergences ne doivent pas, non plus, masquer les importantes convergences.

La première, et la plus importante, porte sur le constat que nous tirons des institutions européennes, du cadre de l’Union européenne, et de l’Euro. Nous tombons d’accord pour considérer qu’il s’agit d’un cadre régressif, tant sur le plan social que politique. Nous partageons l’opinion  que ce n‘est pas par un saut en avant fédéraliste que les dimensions régressives pourront être combattues. Au contraire, ce « saut fédéral » est bien susceptible de nous conduire vers une tyrannie, ce qu’il appelle le « césarisme bureaucratique ».

De même, à la seconde page du texte, une citation illustre bien les points sur lesquels nous pourrions facilement trouver un accord : « Dit autrement, suggérer que l’affranchissement de l’État-nation des contraintes néolibérales de l’UE ou de l’UEM puisse représenter pour les salariés le même type de montée en puissance que l’émancipation des communes pour la bourgeoisie est parfaitement abusif. ». Si, dans cette citation, avait été ajouté le terme « automatiquement » après « puisse représenter », je n’aurais pas eu à changer un iota à la phrase. Car, et je l’ai déjà dit, pour moi cet affranchissement de l’État-Nation est une condition nécessaire mais nullement suffisante. Dès lors, on peut se demander où se nichent les divergences ? Elles existent bel et bien, mais avant d’y venir je veux redire ici que ces divergences n’altèrent pas mon accord avec certains des passages tant de la réponse à ma critique que du livre qui en fut l’objet et que je continue de recommander, En finir avec l’Europe. Ces divergences portent sur la stratégie à adopter dans un combat qui porte sur des points sur lesquels nous sommes largement en accord. Le débat est nécessaire à la clarification des positions des uns et des autres, mais ne doit pas empêcher le travail en commun.

(I)

Reprenons le cours de la réponse ; une première divergence porte sur l’appréciation de la situation. À la première page, Cédric Durand réagit à une critique que je fais au livre et, après l’avoir cité, ajoute « Sans doute le fait qu’elle renvoie dos-à-dos souverainistes et européistes. Il s’agit en effet d’un refus d’adopter une position de principe sur la question européenne. » Disons le tout net, ce n’est pas la question. Je n’ai que faire que l’on renvoie dos-à-dos souverainistes et européistes et m’en soucie comme d’une guigne. Le problème est bien différent, c’est celui de l’action politique. Je maintiens que si l’on peut avoir des préoccupations sociales de long terme, il convient, à un moment donné d’en assurer la traduction politique à travers un objectif qui soit à la fois mobilisateur et qui ait une dimension opérationnelle1, car l’action politique s’apparente à l’art de la guerre. C’est le principe des « commanding heights ». En tant que telle la prise de ces « hauteurs » n’assure pas que les objectifs stratégiques soient atteints ; mais dans la réalité, celui qui les occupe a la possibilité d’atteindre ces dits objectifs stratégiques. Le jugement que je portais à propos du livre s’enracine dans cette constatation : les gauches européennes (et je parle des véritables gauches, bien entendu) s’obstinent à ne pas voir ce niveau intermédiaire entre la tactique (celle de la lutte quotidienne) et l’objectif stratégique, celui du plein emploi. Je les mets en garde tant contre l’illusion que de la lutte quotidienne pourrait naître une accumulation des forces capable d’atteindre l’objectif stratégique que contre l’autre illusion que consiste à croire que l’objectif stratégique pourrait être cette dimension opérationnelle. Dans la période actuelle, le verrou de la situation politique est à la fois l’Union européenne et l’Euro. C’est en leurs doubles noms que sont justifiées toutes les mesures profondément régressives tant socialement que politiquement. Cédric Durand a parfaitement raison d’insister sur le rôle que l’Europe joue dans le discours des hiérarques socialistes. Il est clair qu’il a perçu la dimension cruciale que joue l’Euro dans cette bataille. Dès lors, ce que je qualifie de « désastreux » est le refus de concentrer les efforts et les forces sur ce verrou.

C’est en réalité désastreux à un double titre. Tout d’abord parce que l’on ne peut concentrer les effets des luttes sociales et politiques en un point, et que l’on perd en efficacité. Mais, ensuite, parce que du fait de l’absence des gauches sur ce terrain, d’autres sont en train de se l’approprier. Ce qui se joue aujourd’hui à travers cette question c’est la question de qui aura l’hégémonie politique du mouvement. Si je voulais utiliser un vocabulaire qui fut le mien dans les années soixante-dix (et que je ne renie pas), je dirais que les gauches européennes, et en particulier les gauches françaises, tombent dans le basisme ou le syndicalisme et ne comprennent pas que l’existence d’un espace politique qui surplombe les autres considérations (même si ces dernières ne s’y dissolvent pas) implique que l’on trouve des objectifs qui soient pertinents dans cet espace politique. Bref, la question politique, parce que s’y joue celle du pouvoir, est toujours la question décisive. Quand Cédric Durand me répond que mes accusations de posture néoclassique ne reposent sur rien, je m’interroge. Non pas d’un point de vue économique. L’œuvre que Cédric Durand construit peu à peu démontre, à qui veut le lire, qu’il est un des plus brillants représentants de l’économie hétérodoxe. Mais ce n’était pas dans ce sens premier que je m’interrogeais sur une possible proximité avec la théorie néoclassique. J’ai montré, dans un ouvrage ancien, que l’une des bases de cette pensée est la négation du temps (l’autre étant la constitution de l’individu autonome en fondement méthodologique)2. Cédric Durand affirme qu’il est conscient de la nature séquentielle des processus économiques, politiques et sociaux ; dont acte. Mais, il ne précise pas lequel de ces processus, dans le contexte actuel, prend le dessus sur les autres et contribue à redéfinir les ordres du jour dans ces autres processus. Or, c’est là que se joue la question du temps. J’affirme que, aujourd’hui, c’est bien l’Euro, comme processus à la fois économique et politique qui domine le contexte et qui détermine les ordres du jour dans les autres domaines. C’est sur ce point que j’aurais souhaité une position plus claire des auteurs de En Finir Avec l’Europe, et en particulier de Cédric Durand.

(II)

Cela me conduit à une deuxième divergence, qui est plus fondamentale d’un point de vue théorique, mais en réalité dans la conjoncture actuelle en retrait par rapport à celle qui vient d’être mentionnée. Cédric Durand écrit, et c’est le début d’un long et par ailleurs fort intéressant passage de sa réponse :

« L’affranchissement des communes correspond en effet bien à une étape essentielle dans l’accumulation spatiale de ressources institutionnelles pour cette force sociale. Mais cette accumulation repose elle-même sur une accumulation de ressources économiques. Or, rien de tel pour les salariés. Comme le pose un refrain fort connu, « nous ne sommes rien soyons tout » est le problème singulier du salariat, ce ne fut jamais celui de la bourgeoisie. »

Je pense ici qu’il y a ici une erreur de perspective, mais que cette erreur a directement à voir avec la tradition marxiste. Dans cette tradition, la lutte sociale concentre en elle-même toutes les autres luttes, dont celle pour la démocratie. Henri Maler a montré, dans un livre un peu ancien, mais qui reste fondamental, les dangers que recèle cette tradition3. La question de la démocratie est en réalité aussi centrale que la question sociale et ces deux questions constituent les pôles d’un couple contradictoire. On ne peut penser la question de la démocratie uniquement à travers la question sociale ; elle a sa spécificité qui lui vient de l’autonomie du champ politique. Or, poser la question de la démocratie revient à poser celle de la souveraineté du corps politique. Si l’on a connu des  corps politiques souverains qui n’étaient pas démocratiques, on n’a jamais connu de corps non souverain qui soit démocratique ! Ceci pose en retour la question du droit constitutionnel, traditionnellement méprisé par les marxistes. Or, le droit constitutionnel est à la fois un ensemble de règles qui se comprennent à travers leur construction historique comme leurs relations formelles4, et un ensemble de principes qui découlent des limitations cognitives des individus humains. À ne voir que les premières et à oublier les seconds, on tombe dans une vision formelle du droit, celle qui imprègne en réalité le discours du libéralisme moderne à la suite de Hans Kelsen5, et qui considère que la légalité est auto-fondatrice à partir d’une idée de la liberté elle-même fondée sur l’autonomie de l’individu. À prendre les principes du point de vue de la métaphysique, à ne pas voir la nécessité fonctionnelle de ces principes, on tombe dans le travers de vouloir fonder sur des bases religieuses la légitimité, comme le fit Carl Schmitt6. Mais, la critique de la légalité auto-fondatrice que produit ce courant n’en est pas moins irréfutable, et nécessite de penser la légitimité7. Or, on ne peut penser la légitimité qu’à l’aide de la souveraineté. C’est pour cela que cette notion est fondamentale et qu’être convaincu de la nécessité de la démocratie implique d’être en un sens « souverainiste », c’est-à-dire de prendre cette notion au sérieux.

Cette divergence là est théoriquement centrale. On ne peut noyer la question de la souveraineté dans la question sociale, et la réalisation des objectifs mis en avant par la question sociale a toujours exigé des communautés politiques qui s’y sont attelées la conquête et la défense de leur souveraineté.

(III)

Une troisième divergence vient cette fois de l’observation historique. Pourquoi une tradition marxiste affecte-t-elle de ne pas voir la dimension « lutte pour la souveraineté nationale » dans tous les combats centraux de la question sociale ? Cette lutte est souvent réduite à la question des pays dominés. C’est évidemment le cas pour la Chine, le Vietnam, ou aujourd’hui le Venezuela. Mais on oublie trop vite que ce fut aussi le cas en Russie de 1917 à 1920. Les Bolcheviques n’auraient jamais pu triompher s’ils n’avaient su réunir autour d’eux différents courants « bourgeois » soudés par le nationalisme. Ce n’est pas la seule contrainte qui explique que 70% des officiers de l’Armée tsariste s’engagèrent dans l’Armée Rouge (la RKKA). Kuropakin, le vaincu de Moukden en 1905, commandera les forces bolcheviques en Asie Centrale en 1919 et 1920. Le ralliement de la majorité des cadres des « comités militaro-industriels » créés en 1915 à la révolution bolchevique en est un autre exemple. Ce phénomène fut consciemment minimisé par les dirigeants bolcheviques. Pourtant, en 1926, près de 90% des cadres de l’administration étaient ceux qui étaient présents au même poste ou à des postes inférieurs en 1917. Si l’on dégage la réalité de la révolution en Russie de la représentation qu’en ont donnée les bolcheviques puis les communistes, la dimension de lutte pour la souveraineté nationale est indéniable.

Dès lors nous sommes confrontés au problème suivant. Soit nous classons tous les mouvements révolutionnaires dans la catégorie des pays dominés, et il faut reconnaître en ce cas que Marx s’est trompé et que des mouvements révolutionnaires ne peuvent exister que dans des pays dominés. Soit nous acceptons le fait que même dans un pays qui faisait partie du monde dit « impérialiste » en 1914, la dimension de lutte pour la souveraineté nationale a été au moins aussi forte que les aspirations sociales, et c’est le modèle même de révolution et de prise du pouvoir qui en est changé. Dans ces deux hypothèses, le fait national apparaît comme central au processus de révolution sociale. Ce qui pourrait n’avoir qu’un intérêt historique devient alors une question d’actualité quand on cherche à réfléchir au bloc social et politique capable de porter la « reconstitution des marges d’autonomie de l’économie française autour de la défense des conditions de reproduction élargie du modèle social français ». Car c’est une profonde illusion de croire que nous sommes condamnés à la faible croissance, même si c’est une évidence que cette croissance ne sera pas (et ne doit pas être) celle des cinquante dernières années. Ici encore, ce n’est pas en fractionnant le combat en un combat contre la finance, un combat pour l’emploi, un combat pour un nouveau modèle de développement que l’on constituera une alternative globale. Cette alternative ne peut résulter de l’agrégation des combats (tiens, un terme du vocabulaire néoclassique…) ni de l’addition des luttes. L’unité réalisée entre les différents combats, les différentes luttes, et les différents intérêts qu’il faudra bien arbitrer, découlera au contraire de la globalité de l’alternative.


  1. Opérationnel ici ne veut pas simplement dit opératoire, mais doit être compris au sens « d’art opérationnel » ou operativnogo iskusstva, c’est-à-dire l’art de combiner les moyens afin d’exercer une action décisive sur la totalité du théâtre des opérations. []
  2. Sapir, Jacques, Les trous noirs de la pensée économique, Paris, Albin Michel, 2000. []
  3. Maler, Henri, Convoiter l’impossible – L’utopie avec Marx, malgré Marx, Paris, Albin Michel, 1995. []
  4. Pachukanis, Evgueny, La Théorie générale du droit et le marxisme (1924) ; trad.uit par J.-M. Brohm, présenté par J.-P. Vincent, précédé d’une analyse critique de K. Korsch , EDI, Paris, 1970. []
  5. Kelsen, Hans Théorie pure du droit , traduit par Charles Eisenmann, Dalloz, 1962, Paris. []
  6. Schmitt, Carl, Légalité légitimité , Paris, LGDJ, 1936. []
  7. Sapir, Jacques, Les économistes contre la démocratie, Paris, Albin Michel, 2002. []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pascal BEAUCHER dit :

    Pour travailler la question de la formation puis de l’évolution des élites nobiliaire et bourgeoise, les deux textes précédents m’amènent a faire une première remarque. Quelle que soit l’angle de vision que l’on veut adopter pour traiter de la question des « communes » au début du XIIème siècle, il me semble manquer à leur évocation un élément parfaitement fondamental. Il est indéniable que la bourgeoisie naissante, et je le précise dans sa frange la plus haute et seulement celle-ci, fait grâce à ce mouvement une première irruption dans la vie politique.

    Il manque à vos deux commentaires un élément essentiel : le jeu de l’État. Si l’on peut considérer la charte communale du Mans (1066) comme ne devant pas grand chose au pouvoir central, il n’en va pas de même avec celles qui furent accordées – je souligne le terme – à compter du mi-temps du règne de Louis VI le Gros (1108-1137). L’analogie avec ce qui se passe aujourd’hui est limpide. Le roi de France a besoin d’alliés dans sa lutte contre la féodalité. Où peut-il les trouver en dehors de cette classe naissante ? Quoi que sa première réaction fut de résister au mouvement, il comprit vite le profit qu’il pouvait en tirer en permettant que se fonde une classe politique intermédiaire entre le peuple et les féodaux. Sans ce puissant soutien – par ailleurs jamais démenti par ses successeurs – la bourgeoisie aurait attendu encore longtemps pour entrer dans le jeu institutionnel. Cet élément me semble essentiel, comme l’est aussi le second mouvement de la prise d’influence par cette même classe bourgeoise, cette fois élargie. En effet, le développement de l’Etat capétien a rapidement nécessité la mise en place de structures administratives et judiciaires qui pouvaient seules permettre au processus de poursuivre son évolution. La perte d’influence des féodaux, avant même la Guerre de Cent ans, est manifeste grâce à cela. La lente montée des bourgeois vers le pouvoir dépend de la combinaison de ces deux facteurs. A telle enseigne que les promoteurs principaux de la Révolution de 89 en seront issus.

    En outre, la « ralliement » de nos élites à un processus « anti-nation » ne date pas de la constitution de l’Europe, c’est vrai. Je me permets simplement d’ajouter à cela que la « parenthèse enchantée » des années 1945-1975 a permis des avancées économiques et sociales parallèles et fortes puisqu’un consensus à amené à la mise sur la touche des élites économiques qui avaient collaboré sous l’Occupation et qui elles, justement, ne voyaient déjà depuis bien longtemps dans la nation qu’une barrière à un développement de leurs appétits un tantinet féroces.

    La deuxième remarque tient à l’importance du cadre national. « Le repli temporaire sur l’état-nation comme ruse de l’internationalisme » ? J’avoue n’avoir jamais bien compris cela… Une première contradiction me semble résider dans la croyance que s’il existe des disparités entre des classes semblables dans différents pays d’Europe, cela ne tiendrait pas d’abord à des divergences «  de mœurs » – au sens où l’entendait Montesquieu. Quoi qu’on en ait, elles existent bien et forment un socle fondamental qu’il serait, je le crois, parfaitement vain de nier. Intéressé par le long terme, je suis toujours surpris par la permanence d’un certain nombre de comportements humains d’abord, et avant tout, dans les rapports sociaux. Mon rapide passage à la « Gauche Socialiste » à la fin des années 90 m’a au moins appris cela : croire que le mouvement social à l’intérieur d’un pays ne pouvait être moteur d’évolution profonde mais bien naturellement un très essentiel relai. Penser que ce qui est déjà guère concevable à l’intérieur d’un pays puisse être puissant dans une union comme celle de l’U.E me paraît relever de la foi, ou du fantasme, ce qui pour moi revient parfaitement au même…

    Voilà pourquoi je défends la vision « politique » de Jacques Sapir, tout en soulignant que le rôle de l’État dans un processus de rupture avec l’Euro m’apparaît essentiel. Je fais mien son raisonnement sur les institutions comme je crois, comme lui, que le verrou à faire sauter est celui de l’Euro et que se disperser en s’attaquant de front à la fois à la monnaie unique et à l’institution européenne ne peut en aucun cas permettre le succès auquel nous sommes tous préparés à participer, fut-ce au prix de l’abandon, au moins jusqu’à la sortie de crise, des éléments qui ne pourraient que nous diviser sans rien apporter au combat qui tous nous anime.

    • Jacques Sapir dit :

      Je partage le commentaire de Pascal Beaucher.
      Le processus d’émergence des communes urbaines, s’il renvoie bien à l’évolution décrite dans le texte de Guizot (1838) recouvre aussi des divergences importantes selon les pays. Dans le cas du « Royaume de France », il est indéniable que l’action du Roi fut décisive dans ce processus. Cette action doit se comprendre dans la double lutte menée à la fois contre les seigneuries locales et contre des pouvoirs que l’on peut, au prix d’un anachronisme, qualifier de « supra-nationaux » comme l’église catholique. Ceci explique l’émergence en France d’une « noblesse de robe », en fait la strate supérieure de cette bourgeoisie naissante, qui se développe en symbiose avec l’administration royale. Effectivement, dès le règne de Philippe le Bel, le rôle des « légistes du Roi » devient particulièrement important. Le parcours d’un Guillaume de Nogaret, qui commença comme homme de loi en Languedoc et finit Garde du Sceau de Philippe le Bel est ainsi parfaitement emblématique, de même que son rôle dans « l’attentat d’Anagni ». On sait que cet événement devait sceller la prééminence du Roi de France sur la papauté pour pratiquement un siècle.

      Il n’est pas impossible que Cédric Durand ait été victime d’un biais provenant de sa lecture de Gramsci. Ce dernier, analyste très fin de la constitution de l’État italien, a parfois tendance à considérer des formes politiques qui dont directement reliées à l’histoire de l’Italie pour des idéaux-types. Si la notion de Césarisme Bureaucratique que l’on trouve tant dans le livre En Finir avec l’Europe, que dans la réponse Une ruse de la raison internationaliste me semble parfaitement appropriée à la situation actuelle, le processus d’émergence des communes urbaines n’est pas le même en France et en Italie. Dans ce dernier pays, du fait de l’inexistence d’un pouvoir central, même embryonnaire, et au contraire de la présence de pouvoirs antagoniques (l’Empereur et le Pape), ces communes urbaines se sont construites en jouant un pouvoir contre l’autre, ce qui a donné au pays une culture politique bien plus décentralisée. On en retrouve les échos dans les travaux d’Antonio Gramsci.
      Ainsi, la constitution de l’État-Nation est clairement un processus historique et social, mais un processus inscrit dans une durée telle qu’il en devient autonome et que la culture politique qui se construit dans le même temps se spécifie de plus en plus et acquiert ce qui passe pour des « traits nationaux ». Aussi les divergences de cultures politique, que l’on peut aujourd’hui constater entre français, italiens, allemands ou espagnols, sont-elles bien plus profondes que ce que l’on peut en penser au sein de la gauche traditionnelle. Ces « traits nationaux » ne doivent rien au climat ni aux humeurs, mais trouvent leur source dans l’agglomération d’une histoire tant politique que sociale qui du fait de sa durée s’autonomise par rapport à ses acteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *