Grèce : entre le FMI et Bruxelles le torchon brûle

Le Fonds Monétaire International vient de rendre public un rapport particulièrement critique sur la situation de la Grèce1. Ce rapport conclut à la domination de politiques restrictives qui conduisent à un ajustement qui se fait essentiellement par la récession.

« Greece is adjusting mainly through recession, not through productivity-enhancing reforms.»

Ce rapport s’est attiré l’ire de la Commission Européenne2 et, aujourd’hui, on peut dire que le torchon brûle au sein même de la Troïka (ensemble composé du FMI, de la BCE et de la Commission Européenne) qui est chargée d’administrer les « réformes » imposées à la Grèce. C’est même là l’essentiel. En effet, les critiques portées par le FMI contre la politique imposée à la Grèce sont relativement modérées, même si elles s’appuient très souvent sur un constat fort juste. L’important est donc plutôt dans l’éclatement du front existant entre les institutions européennes et le FMI, chose que l’on pressentait depuis le début de cette année, avec la polémique sur les effets des politiques d’ajustement fiscal et budgétaire. Cela va contribuer à dessiller certains yeux. La politique meurtrière conduite en Grèce, et ceci au premier sens du terme car les suicides ont augmenté d’un quart dans ce pays, est de la responsabilité pleine et entière des dirigeants européens, et au premier chef des dirigeants allemands mais aussi, hélas, français.

1. Croissance et dépression

Le FMI reconnaît ainsi que la contraction de l’économie a été pire que ce qui avait été prévu. Ceci n’est pas une nouveauté. Depuis plus de vingt ans, le FMI sous-estime régulièrement les effets des politiques d’ajustements qu’il préconise. Mais cette reconnaissance dans le cas de la Grèce prend un sel particulier dans le contexte de l’aveu fait par cette même organisation à propos des effets négatifs des politiques fiscales et budgétaires qui sont recommandées :

« Although nominal GDP was from the outset assumed to contract substantially in 2011–12, actual performance was worse than projected. Several adverse and mutually reinforcing factors combined to undermine investor sentiments during this period »

De la même manière le FMI reconnaît l’insuffisance de l’investissement lié aux incertitudes qui ont entouré (et qui continuent à le faire) la soutenabilité de la stratégie adoptée par le gouvernement grec et la « Troïka ».

Graphique 1

Grèce-macro

Source: FMI, Country Report No. 13/154, Juin 2013, Washington DC, données p. 38.

« …large outflow of deposits, especially as the increasing doubts about political support for the program gradually raised the specter of euro exit. The assumed recovery in the investment climate failed to take hold. Instead, a continued contraction in investment amplified the negative output effect of the large upfront fiscal impulse and deepened the recession. ».

Si le gouvernement grec s’est engagé dans un ajustement budgétaire que le rapport qualifie de « sans précédents », les résultats sur la compétitivité sont dans l’ensemble plus décevants que ce qui avait été initialement prévu, en raison des rigidités dans les ajustements des prix :

« Less encouraging has been the weak and delayed response of prices to wage reductions, owing largely to product market rigidities. This asymmetry in price adjustment has led to a substantial erosion in real incomes and demand, and placed a disproportionate burden on wage earners relative to the self employed and the corporate sector ».

De ce point de vue, on peut s’étonner que le FMI ne « découvre » qu’aujourd’hui l’existence de ces rigidités, qui ont été décrites, tant d’un point de vue empirique que théorique, par nombre d’auteurs depuis plusieurs années dans la littérature académique3. Les marchés ne sont pas « efficients » au sens de la théorie néoclassique, mais à l’évidence il a fallu le drame de la Grèce pour que les économistes du FMI l’admettent. Et encore ont-ils arrêté leur analyse aux marchés des biens et semblent pas l’avoir étendue au marché du travail. Mais, néanmoins, c’est un progrès qu’il faut souligner. De ce point de vue, l’entêtement et l’obstination de leurs collègues de la Commission de Bruxelles et de la BCE, qui contestent l’existence de ces rigidités et les attribuent à des phénomènes exogènes alors qu’ils sont le produit du fonctionnement même des marchés, apparaît comme véritablement criminel.

2. Dette et restructuration

Une partie des problèmes auxquels la Grèce fait actuellement face dérive directement du refus des autorités européennes d’admettre la nécessité et l’inévitabilité d’une restructuration de la dette. En fait, une restructuration, mot poli pour parler d’un défaut partiel, a déjà eu lieu concernant les dettes détenues par le secteur privé. La dépression continuant, la Grèce ne pourra pas faire l’économie d’une restructuration touchant désormais non plus le seul secteur privé, comme au printemps 2012, mais aussi le secteur public. Le pourcentage de la dette dans le PIB continue d’augmenter, comme il le fait d’ailleurs dans tous les pays de la zone Euro soumis à ces politiques d’austérité assassines.

Graphique 2

Dette GIrPE

 

Source: FMI, World Economic Outlook, avril 2013, base de données.

Cette restructuration affectera donc les comptes de la BCE et rendra inévitable sa recapitalisation par les États.

« Failure to reinvigorate growth required debt restructuring—through both private sector involvement (PSI) and official sector involvement (OSI)—to keep public debt on a sustainable path »

Ces problèmes seront amplifiés par l’existence désormais d’une dépression généralisée dans la zone Euro qui compromet assez gravement la capacité de la Grèce de renouer avec une forte croissance. Le maintien d’une dépression, ou au mieux d’une stagnation, va rendre ingérable le problème de la dette à relativement court terme. C’est la raison pour laquelle une restructuration – un défaut ordonné – de la Grèce est aujourd’hui une quasi-certitude.

3. Perspectives

On a déjà insisté dans ce carnet sur le problème que pose l’effondrement de l’investissement pour une possible croissance ultérieure. De fait, le rapport conclut lui aussi aux problèmes importants qui découleront de la dégradation progressive de l’appareil productif grec :

« The cyclical rebound will be muted since part of the physical and human capital has become obsolete during the crisis and will likely continue to deteriorate, and the need to rebuild balance sheets will be a drag on demand. »

Et il est clair que tant l’effondrement de l’investissement que la hausse du chômage, qui a atteint en mars 26,8% de la population active, ne peuvent que provoquer une crise grave dans l’appareil productif.

Graphique 3

Inv-Grece

Source: FMI, World Economic Outlook, avril 2013, base de données

Mais la question, en particulier sur le chômage, ne s’arrête pas là. La société grecque est en train d’imploser avec des signaux extrêmement préoccupants. Ceci pose le risque d’une rupture politique entraînant à terme la sortie de la Grèce de la zone Euro.

Graphique 4

ChomGPE

Source: FMI, World Economic Outlook, avril 2013, base de données

Les auteurs du rapport du FMI en sont parfaitement conscients s’il faut en croire cette phrase :

« A tail risk under such a scenario—dependent also on political reactions in Europe—is an exit of Greece from the currency union, which would have further sharp short-term adverse impacts on the economy and potentially spillovers to other currency union member. »

Si l’on ne partage pas le point de vue du rapport quant aux conséquences d’une sortie de l’Euro pour la Grèce, et il faut rappeler à cet égard que le FMI s’est régulièrement et massivement trompé sur les conséquences des importantes dévaluations de ces dernières années (Russie, Argentine) qui ont été en réalité très favorables aux économies concernées, on ne peut que partager le sentiment que cette possibilité est aujourd’hui bien réelle. De fait, les dynamiques de l’économie grecque se rapprochent de celles des économies dites « en transition » dans les années 1990, à la différence néanmoins que ces dernières ont pu compter sur des dévaluations massives pour se relancer :

« the dynamics of the Greek recovery resemble those in transition economies in the 1990s, where large reallocations were undertaken in an unstable macroeconomic environment albeit alongside exchange rate depreciation. »

Tout cela est une histoire connue. Les politiques d’ajustement budgétaire et fiscal entraînent une contraction de l’activité, qui entraîne une chute de la collecte fiscale, à la fois parce que la base fiscale se réduit mais aussi parce que le taux de collecte se détériore devant l’insolvabilité d’un nombre grandissant d’agents économiques. Il faut constamment recourir à l’emprunt, jusqu’au moment où un défaut (faute d’avoir procédé en son temps à une restructuration) s’imposera. Clairement, les experts du FMI n’ont pas tiré toutes les leçons de l’histoire de la Russie dans les années 1990 et jusqu’à la crise financière d’août 1998. Il y a donc bien des zones d’ombre et des trous dans ce rapport, mais il a au moins le mérite d’exister et de mettre crûment en lumière la responsabilités des dirigeants européens.


  1. FMI, Country Report No. 13/154, Juin 2013, Washington DC. []
  2. L’Expansion, « Bruxelles et le FMI en désaccord ‘fondametal’ sur la Grèce », le 6 juin 2013. []
  3. B.C. Greenwald et J.E. Stiglitz, « Toward a Theory of Rigidities » in American Economic Review, vol. 79, n°2, 1989, Papers and Proceedings, pp. 364-369. J.E. Stiglitz, « Toward a general Theory of Wage and Price Rigidities and Economic Fluctuations » in American Economic Review, vol. 79, n°2, 1989, Papers and Proceedings, pp. 75-8. []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *