Contre la dépression, une dissolution concertée de la Zone Euro

La crise de la zone Euro a atteint un point critique. Il est désormais évident que les différentes mesures prises depuis le début de 2010 ont été inopérantes et qu’elles n’ont pu éviter que, pays après pays, cette crise s’étende. La multiplication des « sommets européens » sur ce thème, vingt à ce jour, en témoigne.

La situation dans la zone Euro se détériore chaque jour, les perspectives de croissance sont de plus en plus faibles dans les pays d’Europe du Nord, alors que l’Europe du Sud est clairement entrée en récession (comme l’Espagne, la France et l’Italie), voire en dépression (comme le Portugal et bien entendu la Grèce).

Nous sommes aujourd’hui confrontés au risque de voir la situation dans la plupart des pays continuer à se dégrader sous l’effet de la conjonction de politiques mal avisées et qui ne répondent qu’à un aspect de cette crise (la crise de liquidité), et de voir en fin de compte la zone Euro éclater, pays après pays.

Derrière la crise de financement, la crise de compétitivité.

La crise de financement des États continue de s’approfondir, et les solutions qui lui ont été apportées sont pour l’instant parfaitement insatisfaisantes. La chute des taux à court terme sur les obligations d’État allemandes ou françaises[1], loin de signifier une amélioration de la situation traduit la poursuite de sa dégradation. Les agents et les institutions ayant des liquidités à placer se détournent massivement des obligations émises par l’Espagne et l’Italie, même sur le très court terme. Au vu des besoins de l’Espagne et de l’Italie, il est probable que les capacités du MES et du FESF seront insuffisantes d’ici à la fin de l’année.

Cette crise de financement, qui se manifeste dans le court terme, n’est elle-même que la conséquence directe de la crise de compétitivité interne et externe structurellement issue de l’existence de l’Euro. L’écart entre les évolutions du coût salarial réel n’ont cessé de s’accroître ces dernières années. Aujourd’hui, elles imposeraient des baisses instantanées des coûts salariaux de l’ordre de 20% en France, et nettement plus en Espagne et en Italie, sans même parle de la Grèce et du Portugal. En l’absence d’une telle baisse, les pays concernés sont condamnés à voir se creuser leur déficit commercial et à perdre massivement des pans entiers de leurs activités industrielles.

La véritable raison du décalage de compétitivité dont souffrent de nombreux pays, et qui condamne désormais massivement l’emploi industriel même sur le territoire français, vient du rythme d’inflation, et en particulier de l’inflation salariale. En fait, une partie de l’inflation correspond pour tout pays à la structure de son économie, ce que l’on nomme l’inflation structurelle[2]. Toute tentative pour faire baisser l’inflation au-dessous de ce niveau entraîne une chute des taux de croissance, ce que les économistes nomment l’output gap ou « écart de production »[3]. On peut donc penser que des taux d’inflation différents sont appelés à perdurer entre pays européens, sauf si ceux dont les structures économiques sont plus « inflationnistes »  que d’autres acceptent de sacrifier leur croissance – et donc leur emploi – pour avoir un taux d’inflation aussi bas que les pays dont les structures leur permettent d’arriver naturellement à ces taux.

Or, c’est bien sur l’inflation que l’Allemagne fait la différence, et non sur les gains de productivité. Et cette différence est importante, puisqu’elle atteint pratiquement 25% avec la France et l’Espagne, plus de 35% pour le Portugal, et près de 40% pour la Grèce. L’adoption de la monnaie unique avait été faite soi-disant pour se protéger des politiques non-coopératives (beggar-thy-neighbour) des autres pays. Pourtant, on constate que loin de les empêcher, elle a donné une nouvelle dimension à ces politiques tout en en changeant le point d’application. L’Italie a, elle aussi, une inflation moins forte que celle de la France. Mais, elle l’a payée d’un taux de croissance particulièrement bas. On peut penser que ce taux d’inflation est largement inférieur à son taux structurel d’inflation. Elle a eu aussi des gains de productivité qui ont été parmi les plus faibles des pays européens.

Les alternatives

Dans le cas français, il faudrait – et ceci est admis maintenant tant à Gauche qu’à Droite- faire baisser les coûts salariaux de près de 20%. Or, une telle baisse des coûts salariaux peut, en théorie, se faire de trois façons.

À l’intérieur de la zone Euro, elle peut se faire par l’accroissement plus que proportionnel des salaires, et donc de l’inflation, en Allemagne. Mais ceci oublie un peu vite que nous n’avons que peu de prise sur ces paramètres et que, pour obtenir rapidement le décalage nécessaire, il faudrait que l’Allemagne accepte sur deux ans des taux annuels d’inflation de 12%. Ceci est, évidemment, parfaitement illusoire. De plus, si cette mesure pourrait réduire notre problème de coûts salariaux par rapport à l’Allemagne, elle ne règlerait en rien le problème de compétitivité vis-à-vis des pays extérieurs à la zone Euro, qu’ils soient européens (Roumanie, République Tchèque, Pologne) ou non-Européens.

Une deuxième solution réside dans une politique agressive de déflation salariale nominale, mais, les conséquences sur l’économie française d’une telle politique en seraient dramatiques. Elle entraînerait une contraction de la consommation de 12% à 15% (suivant les effets d’entraînement), ce qui, sur une période de deux ans se traduirait par une chute du PIB de 4% à 5% par an. Le chômage exploserait et pourrait atteindre 20% de la population active[4], et la politique de redressement financier, dans laquelle s’est engagé le gouvernement, deviendrait impossible.

En effet, une telle baisse du PIB entraînerait une réduction plus que proportionnelle des recettes fiscales. Par ailleurs, et mécaniquement, la dette publique atteindrait, dans l’hypothèse d’un déficit budgétaire nul (hypothèse, bien entendu, irréaliste), 94% du PIB à la fin de 2014, et si le gouvernement s’en tenait aux objectifs de déficit qu’il a annoncés, à 99% du PIB. La déflation salariale n’est donc pas une solution et ne ferait qu’aggraver la situation.

Reste une troisième solution, qui est désormais envisagée par un nombre de plus en plus  importants d’économistes : une dévaluation. Mais, pour réaliser cette dernière, il faudrait que les pays de la zone Euro, prenant acte des divergences explosives entre les structures des économies depuis désormais près de 10 ans, s’accordent pour suspendre le fonctionnement de l’Euro et pour décider d’un retour aux monnaies nationales. La dévaluation est en réalité la méthode la plus simple, la plus rapide et la moins douloureuse de faire baisser le coût du travail sur le territoire français.

La dissolution de la zone Euro

Il faut cependant être conscient qu’une telle solution devrait être mis en place rapidement. En effet, tout acharnement pour faire survivre l’Euro :

  1. Exposerait les pays à une perte grandissante de crédibilité qui pourrait compromettre la réussite de l’opération et ne plus laisser comme solution qu’un délitement progressif de la zone.
  2. Accroîtrait le coût immédiat de sortie en raison d’une spéculation internationale grandissante, qui s’étend désormais de proche en proche.
  3. Retarderait les effets positifs sur l’économie française de ce retour aux monnaies nationales en raison du délitement accéléré du tissu industriel.

Il y a aujourd’hui une fenêtre d’opportunité d’une durée d’environ un an, peut-être moins, pour procéder à cette dissolution dans les conditions optimales. Si la décision n’était pas prise dans ce délai, la combinaison de la récession, de la crise de liquidité que connaîtrait l’Europe et de l’impact de la crise de compétitivité sur de nombreux pays, ne laisserait plus comme solution qu’un « chacun pour soi » aux conséquences dramatiques.

Une décision concertée de dissolution de la zone Euro ou de suspension du mécanisme de la monnaie unique est la meilleure des solutions. Elle permet de répondre aux interrogations quant à l’avenir de l’Union Européenne que suscitent les scenarii de délitement de la zone Euro, et qui font craindre le retour aux égoïsmes nationaux. Cette solution permettrait en effet de présenter cette décision comme une décision européenne et non comme un retour à des politiques nationalistes.

Elle éviterait une dissolution progressive et désordonnée de la zone qui devient désormais une réelle possibilité si on tarde trop à procéder à cette dissolution. Cette solution est en effet probable si rien n’est fait. Elle confronterait les pays européens à des sorties individuelles (Grèce, Portugal, Espagne puis Italie et enfin France) qui plongeraient en raison de leur nature non coordonnée rapidement l’Europe dans le chaos. Certaines de ces sorties de la zone Euro s’accompagneraient d’un défaut unilatéral sur la dette pour ces pays, et de mesures restrictives portant atteinte à la libre circulation des hommes et des biens.

Une décision coordonnée permettrait de définir des niveaux de dévaluation et de réévaluation raisonnables, et de se doter des mécanismes régulateurs susceptibles de contrôler les mouvements de ces nouvelles parités.

Mais, il est essentiel que l’Euro soit totalement dissous pour que les dettes, jusqu’ici libellées en Euro, soient automatiquement re-dénominées dans la monnaie du pays d’émission comme le veut alors la règle de droit international. Ce point est essentiel pour une majorité de pays. Ceci vaut pour la dette souveraine mais aussi pour la dette « corporate », et correspond aux normes du droit international.

La dissolution de l’Euro apparaît comme une solution raisonnable qui permettrait de sortir de la crise actuelle avant que cette dernière n’emporte avec elle toutes les institutions européennes. Elle donnerait aux pays les plus en difficulté, par la flexibilité des changes qu’elle rétablit, la possibilité de mettre en place des solutions raisonnables pour redresser leurs finances publiques et rétablir leur compétitivité.

Jacques SAPIR

Directeur d’études à l’EHESS (Paris), et professeur associé à la MSE-MGU

Directeur du CEMI-EHESS

17 septembre 2012


Pour citer ce billet : Jacques Sapir, “ Contre la dépression, une dissolution concertée de la Zone Euro”, RusseEurope. Le Carnet de Jacques Sapir sur la Russie et l’Europe (Hypotheses.org), 17 septembre 2012. [En ligne] http://russeurope.hypotheses.org/15.

 


[1] Où pour la première fois on a enregistré le lundi 9 juillet des taux négatifs sur des titres à 3 mois.

[2] Sapir J., « Inflation monétaire ou inflation structurelle ? Un modèle hétérodoxe bi-sectoriel », FMSH WP-2012-14, juin 2012, Working Papers Series, http://www.msh-paris.fr

[3] G.N. Mankyw et R. Reis, «Sticky Information versus Sticky Prices: A Proposal to Replace the New Keynesian Phillips Curve» in Quarterly Journal of Economics, n°4/2002, pp. 1295-1328.

[4] Patrick Artus, Flash Économie n° 203, 13 mars 2012, Natixis, Paris


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *