La Russie à la croisée de chemins

Le sommet du G-20 s’est tenu à Saint-Pétersbourg alors que la situation de l’économie russe continue de se détériorer. Certes, en comparaison avec les résultats de la zone Euro, et en particulier avec ceux de la France, ces résultats sont acceptables et peuvent même être considérés comme bons. De même, si on les compare avec ceux de certains pays dits « émergents » comme l’Inde, ils restent satisfaisants, en particulier comparés à ceux de l’Inde.  Il n’y a pas eu en Russie de spéculation massive contre le Rouble, comme il y en a tant au Brésil qu’en Inde. Mais, du point de vue de l’évolution de l’économie russe, des besoins et des problèmes qu’elle doit affronter, ces résultats sont préoccupants (graphique 1). Ils montrent une économie aujourd’hui incapable de s’extraire d’un contexte international défavorable et de trouver en elle-même les sources d’une forte croissance.

Graphique 1

Évolutions macroéconomiques. Chiffres en indice du même mois de l’année précédente (glissement annuel)

G1

Source : Banque Centrale de Russie

L’inquiétant ici n’est pas tant la légère récession que l’on connaît pour le PIB dans ces derniers mois. Le PIB devrait être en croissance de 1,5% à 2% pour 2013, ce qui est un résultat qui peut passer pour acceptable, en particulier si l’on compare la situation de la Russie à celle de l’Union Européenne. Mais, l’évolution de l’investissement est bien plus sérieuse et bien plus inquiétante.

La forte croissance des investissements que l’on avait connu en 2011 et au début de 2012 après la période de crise de 2009-2010 semble bien avoir été cassée. Or, l’investissement est la source de la croissance future. L’accumulation des problèmes concernant les grandes infrastructures publiques, dont le renouvellement s’est fait à un rythme très lent ces vingt dernières années, a été la cause de nombreuses catastrophes les années passées. Il y a donc urgence en la matière, et l’indice des investissements depuis le début de l’année 2013 n’est clairement pas satisfaisant.

 

La nature des problèmes.

En fait, la Russie souffre de plusieurs problèmes, et l’on peut en exclure, aussi surprenant que cela soit, la question des hydrocarbures. En effet, l’évolution récente des prix comme des quantités vendues, si elle reflète les problèmes économiques des pays importateurs (essentiellement l’Europe) a été plutôt stable ces derniers mois.

Graphique 2

 G2a

Source : Banque Centrale de Russie, statistiques fiscales.

ent de ces exportations n’a augment é que depuis 2004. Les volumes ont eu tendance à baisser (mais sont restés stables lors de la crise de 2008-2009), ce qui correspond, dans une période récente, au ralentissement de l’activité en Europe. Les prix, par contres-, ont été sensibles à la crise, puisqu’ils sont passés de 800 dollars à 300 dollars au début de la crise, mais sont rapidement remontés par la suite se stabilisant autour de 750 dollars à la tonne. Pour les exportations de gaz, la tendance est à une lente décroissance, sauf pendant la période de la crise, où l’on a connu pendant quelques mois une chute importante. Ici aussi, ce sont les mouvements des prix qui sont les plus instructifs. Après une forte hausse à partir de 2004, ils ont eu tendance à se stabiliser (sauf pendant la crise de 2008-2009). Ils restent encore aujourd’hui à un niveau élevé.

Les faibles variations des volumes exportés indiquent que l’impact sur l’activité économique a été relativement faible. Par contre, cet impact a été financièrement plus important en raisons des fortes variations de prix. Mais il a été très limité et aujourd’hui ne pèse plus. On ne peut donc lui imputer le ralentissement de la croissance que l’on connaît depuis la fin de l’année dernière en Russie.

 Graphique 3

 G2b

Source : Banque Centrale de Russie, données fiscales.

 

La récession que l’on connaît en Europe a, elle, eu un impact non négligeable sur l’activité économique et ce en particulier chez les exportateurs de produits semi-finis (acier, métaux non-ferreux, produits chimiques de base). Ces exportations, quoique moins spectaculaires que celles des hydrocarbures, ont un impact bien plus important sur l’activité économique, qu’il s’agisse d’un impact direct ou indirect (via les chaînes de sous-traitance).

De ce point de vue, il est clair que la Russie, dont l’Europe est le premier partenaire commercial, « importe » en partie la récession ou la stagnation que connaît le continent européen. Le gouvernement russe déploie beaucoup d’efforts pour réorienter le commerce international de la Russie vers l’Asie et pour développer une zone de libre-échange avec certains des pays de l’ex-Union soviétique. Le principe d’une diversification des partenaires commerciaux est très certainement judicieux. Mais, la réalisation de ces objectifs va prendre du temps. Il est illusoire d’espérer que l’on pourrait trouver des sources de croissance à court terme dans cette diversification. Par ailleurs, même si la part de l’Europe dans le commerce extérieur de la Russie va baisser, elle restera certainement importante. La solution ne réside donc pas tant dans une réorientation des flux de commerce extérieur ( même si cette réorientation est nécessaire) que dans la diminution de la dépendance de la Russie vis-à-vis du commerce extérieur. En fait, cela pose le problème d’une possible « dé-globalisation » de l’économie russe.

Le maintien d’un rythme de croissance du revenu monétaire des ménages à un niveau relativement élevé est cependant une bonne chose et il a certainement contribué à éviter le pire. Il explique en tout cas le niveau faible actuel du chômage.

 Graphique 4

 G4

Source : Banque Centrale de Russie.

La question qui est cependant posée est de savoir pour combien de temps ces chiffres du chômage, qui seraient accueillis avec joie dans de nombreux pays occidentaux, pourront se maintenir à ce niveau très bas (5,4% en juin 2013).

 

La compétitivité de l’économie russe et la question du taux de change du rouble.

Un second problème auquel l’économie russe est confrontée est celui de sa compétitivité internationale. Cette dernière dépend de plusieurs facteurs, comme le taux de change, l’ampleur des gains de productivité dans les secteurs exposés à la concurrence internationale, mais aussi le degré d’innovation tant dans les produits que dans les méthodes de production.

Le gouvernement russe est aujourd’hui très soucieux d’une stabilisation du taux de change.  La Banque Centrale de Russie a ainsi dépensé plus de 11 milliards de dollars pour soutenir le cours du Rouble. Elle peut indiscutablement se le permettre quand on regarde l’ampleur des réserves accumulées. En fait, on voit bien qu’il n’y a pas de risque de déstabilisation monétaire du pays. La balance commerciale est massivement en excédant et la balance des paiements équilibrée. Pourtant, il est clair que le gouvernement réagit de manière très épidermique sur cette question, incontestablement la conséquence de la grande crise financière que le pays a connue en 1998. C’est pourquoi il assimile la stabilité du taux de change à la stabilité politique.

Mais, cette politique n’est pas nécessairement justifiée économiquement. Plusieurs pays ont laissé leur monnaie se déprécier fortement des dernières années, et non des moindres : les États-Unis, la Grande-Bretagne et dernièrement le Japon. Ceci a incontestablement amélioré leur situation. Dans le cas du Japon, la dévaluation de plus de 20% du yen depuis la fin du mois de novembre 2012 a puissamment contribué à relancer l’économie. La stabilisation du taux de change du rouble pose de ce point de vue un véritable problème.

Graphique 5

 G5 G5

Source : données de la Banque Centrale de Russie pour le taux nominal et le taux d’inflation du rouble, et indice des prix aux Etats-Unis d’après site : http://www.usinflationcalculator.com/inflation/consumer-price-index-and-annual-percent-changes-from-1913-to-2008/

L’un des principaux problèmes vient justement du calcul de l’évolution du taux de change réel opposé au taux de change nominal.

En effet, si le taux de change nominal du rouble s’est déprécié de 11% depuis janvier 2011, le taux de change réel (soit corrigé de l’inflation russe et de l’inflation américaine) s’est quant à lui apprécié de 10%. Cette situation semble lié aux mouvements des réserves de la Russie. Et l’on voit bien, sur le graphique 6, que le montant des réserves de change de la Russie est sans comparaison à celui qu’il était dans les années 1990.

Graphique 6

G5

Source : Banque Centrale de Russie.

 Avec des réserves oscillant entre 450 et 475 milliards de dollars la Russie possède des réserves équivalente à plus de 15 mois d’importations. On peut même considérer que ces réserves sont excessives et qu’elle seraient mieux employées dans des investissements intérieurs. Ces réserves ont connu une baisse importante à la suite de la crise de 2008 et 2009, mais elles se sont tout aussi rapidement reconstituées. Un élément cependant important dans ce processus a été la montée de la part de l’or. Traditionnellement ne jouant plus qu’un rôle mineur dans la composition des réserves des Banques Centrales, on peut lire sur le graphique 5 sa remontée spectaculaire ces dernières années. Ceci est probablement lié à la montée des opérations avec les grandes banques d’Asie, qui sont de grandes détentrices d’or. Mais, on peut aussi y lire une des expressions de la méfiance croissante de la Russie tant par rapport au dollar qu’à l’Euro. En réalité, la Russie maintient un solde commercial excédentaire (graphique 7). Cela limite les fluctuations potentielles de sa monnaie à la baisse.

Graphique 7

G6Source: Banque Centrale de Russie

 Il y a bien eu en réalité une réévaluation en termes réels du Rouble par rapport au Dollar depuis maintenant deux ans et demi, une réévaluation qui est due aux excédents engendrés par les exportations d’hydrocarbures. Ce phénomène a été en partie compensé par la hausse importante de la productivité en Russie, hausse qui est manifeste tant dans l’industrie extractive que dans l’industrie manufacturière, mais aussi dans la construction.

 

Les gains de productivité et la question de l’investissement.

Les rythmes des gains de productivité sont en effet particulièrement importants dans l’industrie, et dans l’industrie manufacturière où sont concentrés les biens soumis à la concurrence internationale (graphique 8). Par rapport aux Etats-Unis, les gains relatifs (gains de productivité russes diminués des gains de productivité dans l’industrie américaine) sont indéniables. Mais, il faut aussi considérer les pays dits de la « zone dollar » et ceux dont la monnaie est liée au Dollar, comme la Chine, qui maintient un taux de change réel relativement stable par rapport au Dollar.

Or, dans ce cas, les gains de productivité de ces pays (en particulier la Chine) sont bien plus importants. Le taux de change réel et les gains de productivité doivent donc être soigneusement étudiés pays par pays. Il est ainsi probable que la Russie a perdu en compétitivité par rapport à d’autres pays émergents bien plus que par rapport aux pays développés.

 Graphique 8

G7

Source : Service fédéral des statistiques d’État, Productivité du travail http://www.gks.ru/wps/wcm/connect/rosstat_main/rosstat/ru/statistics/accounts/#

 

La question de la compétitivité nous renvoie à celle de l’investissement productif (à la différence de l’investissement de portefeuille). Sans investissements, tant publics que privés, la compétitivité de la Russie ne peut que se dégrader et son économie se détériorer. Mais, ceci pose alors la question de savoir comment pourraient être financés ces investissements et surtout comment en accroître l’efficacité. La question du financement des investissements a été l’objet de débats importants en Russie. Mais la question de l’efficacité de ces investissements nécessiterait elle aussi des discussions qui ne sont pas moins importantes.

Il est clair que, actuellement, le processus d’investissement, et en particulier quand il est mené par l’État, est peu efficace. D’où un discours que l’on entend depuis des années : il convient d’améliorer ce processus avant d’investir, sinon des sommes importantes seront détournées ou mal utilisées. On peut comprendre cette opinion. Mais, d’un autre côté, il est aussi évident que l’on ne peut attendre sans rien faire une hypothétique amélioration du processus d’investissement. Le fait que les sommes allouées par l’État soient en partie détournées et en partie mal utilisées ne peut être invoqué comme une excuse à l’inaction. Il faut d’ailleurs signaler que, au-delà du problème de la corruption, la question de l’inefficacité relative des investissements est posée dans de nombreuses économies, mais que ceci n’a jamais empêché l’investissement. Ainsi, le processus d’investissement en Chine est très loin d’être parfait, mais les investissements chinois sont néanmoins très importants et constituent indiscutablement un des moteurs de la croissance.

Un premier moyen d’améliorer l’efficacité des investissements serait sans doute de coordonner les grands investissements privés (ceux qui sont faits par de grandes compagnies, qu’elles soient russes ou étrangères) et les investissements publics. Mais, pour cela, il faudrait qu’un lieu existe ou les intérêts du secteur privé et ceux du secteur public puissent se confronter et s’articuler.

 

La politique monétaire en Russie.

Ce problème en appelle un autre, celui de la politique monétaire en Russie. La politique menée par la Banque Centrale de Russie s’est caractérisée jusqu’à présent par une très grande, voire une excessive, prudence. L’objectif prioritaire a été le contrôle de l’inflation. Mais, compte tenu des problèmes rencontrés par l’économie de la Russie la présence d’une inflation relativement élevée était inévitable. Lors de la crise de fin 2008 et début 2009, la Banque Centrale a sur-réagi et a augmenté ses taux alors même que l’ensemble des Banques Centrales des pays développés abaissaient les leurs. Ceci avait eu, à l’époque, des conséquences désastreuses pour l’économie russe.

Depuis, les taux de la banque Centrale ont certes baissé, mais ils restent néanmoins très élevés et constituent des freins importants au processus d’investissement. Le taux de refinancement de la banque Centrale, qui sert de taux directeur pour les différentes institutions financières en Russie est revenu à 8,25%, alors que le taux d’inflation est aux alentours de 6,50%. Cela implique que le taux réel est de 1,75%. Or, aux États-Unis, au Japon ou même dans la zone Euro, le taux d’intervention de la Banque Centrale est inférieur au taux d’inflation, et le taux réel est ainsi négatif.

Graphique 9

 G8

Source : Banque Centrale de Russie

La conséquence pour la Russie est que les banques s’endettent massivement sur les marchés financiers étrangers car le coût des ressources financières en Russie est trop élevé. Bien entendu, ceci a des conséquences immédiates tant pour les ménages que pour les entreprises privées, et en premier lieu pour les petites et moyennes entreprises.

Les crédits qui sont accordés le sont à des taux réels (taux nominal – inflation) qui restent extrêmement élevés (graphique 10). Non seulement ceci freine la consommation (et donc la production) mais ceci contraint les petites et moyennes entreprises à recourir plus qu’elles ne le souhaitent soit à l’autofinancement soit à des systèmes compliqués et coûteux de prêts où interviennent d’autres entreprises. On considère, en général, qu’un taux réel de 2% est le maximum pour l’investissement d’une entreprise. On en est loin aujourd’hui en Russie et ceci est un obstacle au processus de diversification de l’économie et à la constitution d’un tissu économique équilibré de petites et moyennes entreprises.

Graphique 10

 G9

Source : Banque Centrale de Russie

Il est donc clair aujourd’hui qu’une nouvelle politique économique va s’imposer pour la Russie. Les facteurs internationaux tirant vers le bas la croissance économique, et en particulier la situation européenne, vont durer encore pour de nombreux mois. La Russie doit donc trouver en elle-même les sources d’une croissance forte. Elle doit pour cela cesser de fétichiser la stabilité de son taux de change mais aussi comprendre que l’investissement est une des conditions de la compétitivité et de la croissance, et donc mettre sa politique monétaire, mais aussi ses structures institutionnelles, en cohérence avec cet objectif.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *