Russie : une année en demi-teinte

La Russie a connu en 2013 une année marquée par une confirmation du ralentissement économique qui s’était manifesté au second semestre 2012. Ce ralentissement s’est même accéléré durant l’été. Pourtant, dans le même temps, le pays a aussi connu une forte poussée des investissements directs étrangers, ce qui confirme l’attractivité de l’économie russe. Ceci donne un tableau contrasté d’une économie qui se cherche d’un modèle à l’autre.

L’économie russe doit aujourd’hui affronter plusieurs défis. Le ralentissement de la croissance met donc en cause le choix d’un modèle essentiellement tiré par les exportations, qu’il s’agisse des matières premières ou de produits semi-finis. Il convient ici d’en finir avec le mythe d’une Russie qui serait l’équivalent d’un émirat pétrolier. Les hydrocarbures ne représentent en effet que 10% du PIB de la Russie, mais ils pèsent d’environ 50% sur les ressources budgétaires du pays.

La question se pose de savoir jusqu’à quel point la Russie doit se recentrer sur son espace économique et sur les pays limitrophes. Tel est l’enjeu de l’Union douanière Eurasiatique constituée avec le Kazakhstan et le Belarus. Cette Union douanière est, de fait, contradictoire à l’influence de l’Union Européenne. Le conflit latent entre la Russie et l’UE ne doit cependant pas être exagéré. L’UE reste le premier client des exportations de la Russie.

Mais ceci est loin d’être le seul défi. S’y ajoute celui d’un nouveau rôle international, dont le meilleur exemple a été fourni par son action récente en Syrie (septembre 2013) et qui se développe dans le partenariat stratégique avec la Chine. Or, pour pouvoir réellement bénéficier de l’influence nouvelle qu’elle a acquise, la Russie doit retrouver les chemins d’une croissance soutenue et inscrite dans la durée. Il est donc clair qu’aujourd’hui les deux défis, tant l’interne que l’externe, se combinent. La Russie est donc bien à l’heure des choix.

Le sommet du G-20 qui s’est tenu à Saint-Pétersbourg en 2013 a été l’occasion de préciser certains de ces nouveaux défis, mais aussi de ces nouvelles opportunités. Certes, une grande partie des discussions ont été monopolisées par la situation en Syrie. Mais, des décisions économiques extrêmement importantes ont aussi été annoncées, dans un contexte de détérioration de l’économie russe. Alors que la croissance de la Russie continuait de ralentir, d’importants contrats ont été signés avec la Chine. De plus, c’est à l’occasion de cette réunion internationale qu’a été annoncée la décision commune prise avec Pékin de constituer un fonds d’un montant de 100 milliards de dollars dont le but est d’être l’embryon d’une nouvelle monnaie de réserve. Il est vrai que la poursuite par la Réserve Fédérale américaine de sa politique d’expansion budgétaire, poursuite à laquelle viennent s’ajouter aux difficultés politiques rencontrés par le Président Obama quant au budget des États-Unis[1], rendent de plus en plus urgentes l’émergence d’une monnaie de réserve qui soit réellement un instrument collectif[2]. Néanmoins, pour être en mesure de porter un tel projet, la Russie doit avoir une économie en forte expansion ; or, c’est loin aujourd’hui d’être le cas.

  1. I.              Un inquiétant ralentissement de la croissance.

La première chose qui frappa à propos des résultats macroéconomiques de la Russie est bien le ralentissement de la croissance, qui avait d’ailleurs commencé à faire sentir ses effets à la fin de l’été 2012. Certes, en comparaison avec les résultats de la zone Euro, et en particulier avec ceux de la France, les résultats de la Russie sont acceptables et pourraient même être considérés comme bons. De même, si on les compare avec ceux de certains pays dits « émergents » ils restent satisfaisants, en particulier comparés à ceux de l’Inde.  Il n’y a pas eu en Russie de spéculation massive contre la monnaie (le Rouble), comme il y en a eu que ce soit au Brésil qu’en Inde.  Mais, du point de vue de l’évolution de l’économie russe, des besoins et des problèmes qu’elle doit affronter, ces résultats sont préoccupants (graphique 1). Ils montrent une économie aujourd’hui incapable de s’extraire d’un contexte international défavorable et de trouver en elle-même les sources d’une forte croissance.

Graphique 1

Évolutions macroéconomiques.

Chiffres en indice du même mois de l’année précédente (glissement annuel)

G1

Source : Banque Centrale de Russie

L’inquiétant ici n’est pas tant la légère récession que l’on connaît pour le PIB dans ces derniers mois. Le PIB devrait être en croissance de 1,5% à 2% pour 2013, ce qui est un résultat qui, on le rappelle, peut passer pour acceptable. Mais, en réalité, cette faible croissance est insuffisante pour permettre à la majorité de la population russe de voir sa situation continuer à s’améliorer et l’évolution de l’investissement est bien plus sérieuse et bien plus inquiétante. La dynamique de croissance que l’on avait connue à la suite de la crise de 2008-2009 s’est donc interrompue. La forte croissance des investissements que l’on avait connu en 2011 et au début de 2012 après la période de crise de 2009-2010 semble bien avoir été cassée. Or, l’investissement est la source de la croissance future. L’accumulation des problèmes concernant les grandes infrastructures publiques, dont le renouvellement s’est fait à un rythme très lent ces vingt dernières années, a été la cause de nombreuses catastrophes les années passées.

Il y a donc urgence en la matière, et l’indice des investissements depuis le début de l’année 2013 n’est clairement pas satisfaisant de ce point de vue. Un investissement faible, en régression avec les précédentes années, va empêcher l’économie russe d’atteindre les objectifs ambitieux qui sont fixés par le gouvernement.

 

  1. II.           Pourquoi un tel ralentissement de la croissance ?

 

Il est un fait que l’économie russe souffre de plusieurs problèmes qui aujourd’hui tendent à ce combiner. Mais, ces problèmes réels tendent à être obscurcis par des problèmes bien plus imaginaires. Il faut donc commencer par évacuer ces faux problèmes qui sont régulièrement évoqués au sujet de la croissance. L’évasion des capitaux est souvent mentionnée comme étant un « fléau » dont souffrirait l’économie russe. Selon le travail de synthèse fait par Mme Hélène Clément-Pitiot, elle a été largement surestimée. Elle ne peut donc avoir jouée[3].

La Russie ne semble pas ici faire exception dans l’ensemble des pays émergents, d’après Alexandre Ivlev[4], le Directeur d’Ernst & Young pour la Russie. On peut encore exclure, aussi surprenant que cela soit, la question des hydrocarbures (graphique 2). En effet, l’évolution récente des prix comme des quantités vendues, si elle reflète les problèmes économiques des pays importateurs (essentiellement l’Europe) a été plutôt stable ces derniers mois.

Graphique 2

 G2

Source : Banque Centrale de Russie, statistiques fiscales.

En fait, si les exportations de pétrole ont connu une très forte augmentation depuis 2000, le prix apparent de ces exportations n’a augmenté que depuis 2004. Les volumes ont eu tendance à baisser (mais sont restés stables lors de la crise de 2008-2009), ce qui correspond, dans une période récente, au ralentissement de l’activité en Europe. Les prix, par contre- ont été sensibles à la crise, puisqu’ils sont passés de 800 dollars à 300 dollars au début de la crise, mais sont rapidement remontés par la suite se stabilisant autour de 750 dollars à la tonne.

Pour les exportations de gaz, la tendance est à une lente décroissance, sauf pendant la période de la crise, où l’on a connu pendant quelques mois une chute importante. Ici aussi, ce sont les mouvements des prix qui sont les plus instructifs. Après une forte hausse à partir de 2004, ils ont eu tendance à se stabiliser (sauf pendant la crise de 2008-2009). Ils restent encore aujourd’hui à un niveau élevé (graphique 3).

Graphique 3

 G3

Source : Banque Centrale de Russie, données fiscales.

 

Les faibles variations des volumes exportés indiquent que l’impact sur l’activité économique a été relativement faible. Par contre, cet impact a été financièrement plus important en raisons des fortes variations de prix. Mais il a été très limité et aujourd’hui ne pèse visiblement plus. On ne peut donc lui imputer le ralentissement de la croissance que l’on connaît depuis la fin de l’année dernière en Russie.

Ce n’est donc point des hydrocarbures, et plus généralement de la logique de l’économie de rente, que proviennent les difficultés actuelles de la Russie. Rappelons ici que les hydrocarbures sont importants pour le budget bien plus que pour le PIB. Ils représentent 10% du PIB, mais  50% des revenus budgétaires[5].

Il faut en venir alors à des raisons plus sérieuses. La récession que l’on connaît en Europe a, elle, eu un impact non négligeable sur l’activité économique et ce en particulier chez les exportateurs de produits semi-finis (acier, métaux non-ferreux, produits chimiques de base). Ces exportations, quoique moins spectaculaires que celles des hydrocarbures, ont un impact bien plus important sur l’activité économique, qu’il s’agisse d’un impact direct ou indirect (via les chaînes de sous-traitance). De ce point de vue, il est clair que la Russie, dont l’Europe est le premier partenaire commercial, « importe » en partie la récession ou la stagnation que connaît le continent européen. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le gouvernement russe déploie beaucoup d’efforts pour réorienter le commerce international de la Russie vers l’Asie et pour développer une zone de libre-échange avec certains des pays de l’ex-Union soviétique (Belarus et Kazakhstan). Le principe d’une diversification des partenaires commerciaux est très certainement judicieux, et ne peut d’ailleurs être lié à des raisons conjoncturelles. Il est évident que la zone Asie-Pacifique sera une des principaux pôles de la croissance dans les vingt prochaines années. Mais, la réalisation de ces objectifs va prendre du temps.

Il est donc illusoire d’espérer que l’on pourrait trouver des sources de croissance à court terme dans cette diversification des clients, même si cette diversification va entraîner d’importants investissements dont une grande partie sera financée par la Chine. Il faut noter que les flux d’investissements directs (graphique 4) ont sensiblement augmenté depuis la fin de l’année dernière.

Graphique 4

G-IDE

Source : Banque Centrale de Russie, http://www.cbr.ru/eng/statistics/print.aspx?file=credit_statistics/dir-inv_bop_e.htm&pid=svs&sid=itm_33421

 

Par ailleurs, même si la part de l’Europe dans le commerce extérieur de la Russie va baisser dans les prochaines années, elle restera certainement importante car l’Union Européenne reste l’un des principaux marchés mondiaux. La solution ne réside donc pas tant dans une réorientation des flux de commerce extérieur (même si cette réorientation est nécessaire) que dans la diminution de la dépendance de la Russie vis-à-vis du commerce extérieur. En fait, cela pose le problème d’une possible « dé-globalisation » de l’économie russe. L’économie russe a un « indice de Balassa »[6] qui est particulièrement élevé pour un pays de grande taille. C’est une situation anormale, qui appelle correction. Un recentrage sur la demande intérieure est ici absolument nécessaire, et ce d’autant plus que les besoins de la population, tant en consommation individuelle qu’en consommation collective, sont très loin d’être saturés. Mais, là encore, cette correction ne pourra intervenir qu’à moyen et à long terme.

Dans ce contexte, maintien d’un rythme de croissance du revenu monétaire des ménages à un niveau relativement élevé est ici une bonne chose (graphique 5) et il a certainement contribué à éviter le pire. Il explique en tout cas le niveau faible actuel du chômage.

 Graphique 5

 G4

Source : Banque Centrale de Russie.

La question qui est cependant posée est de savoir pour combien de temps ces chiffres du chômage, qui seraient accueillis avec joie dans de nombreux pays occidentaux, pourront se maintenir à ce niveau très bas (5,4% en juin 2013).

Très clairement, si l’impact de la crise européenne (et de la crise de la zone Euro) sur la croissance russe est indéniable, ceci n’est pas, loin de là, la seule explication. Il faut regarder d’autres facteurs susceptibles de jouer un rôle important et en premier lieu la question de la compétitivité de l’économie russe et du taux de change du Rouble.

  1. III.         Le taux de change du rouble et son impact.

 

Le deuxième problème auquel l’économie russe est confrontée est celui de sa compétitivité internationale. Cette dernière dépend de plusieurs facteurs, comme le taux de change, l’ampleur des gains de productivité dans les secteurs exposés à la concurrence internationale, mais aussi le degré d’innovation tant dans les produits que dans les méthodes de production.

Le gouvernement russe est aujourd’hui très soucieux d’une stabilisation du taux de change.  La Banque Centrale de Russie a ainsi dépensé plus de 11 milliards de dollars pour soutenir le cours du Rouble. Elle peut indiscutablement se le permettre quand on regarde l’ampleur des réserves accumulées. En fait, on voit bien qu’il n’y a pas de risque de déstabilisation monétaire du pays. La balance commerciale est massivement en excédant et la balance des paiements équilibrée. Pourtant, il est clair que le gouvernement réagit de manière très épidermique sur cette question, incontestablement la conséquence de la grande crise financière que le pays a connue en 1998. C’est pourquoi il assimile la stabilité du taux de change à la stabilité politique (graphique 6).

Graphique 6

 G5

Source : données de la Banque Centrale de Russie pour le taux nominal et le taux d’inflation du rouble, et indice des prix aux Etats-Unis d’après site : http://www.usinflationcalculator.com/inflation/consumer-price-index-and-annual-percent-changes-from-1913-to-2008/

Mais, cette politique n’est pas nécessairement justifiée économiquement. Plusieurs pays ont laissé leur monnaie se déprécier fortement des dernières années, et non des moindres : les États-Unis, la Grande-Bretagne et dernièrement le Japon. Ceci a incontestablement amélioré leur situation. Dans le cas du Japon, la dévaluation de plus de 20% du yen depuis la fin du mois de novembre 2012 a puissamment contribué à relancer l’économie. La stabilisation du taux de change du rouble pose donc de ce point de vue un véritable problème car elle vient contrecarrer les efforts du gouvernement pour relancer la croissance. L’une des principales inquiétudes vient justement de l’évolution du taux de change réel, dont on sait qu’il est le premier indicateur de la compétitivité d’un pays, opposé au taux de change nominal.

En effet, si le taux de change nominal du rouble s’est déprécié de 11% depuis janvier 2011, le taux de change réel (soit corrigé de l’inflation russe et de l’inflation américaine) s’est quant à lui apprécié de 10%. Cette situation semble lié aux mouvements des réserves de la Russie.

Avec des réserves oscillant entre 450 et 475 milliards de dollars, la Russie possède des réserves qui sont équivalentes à plus de 15 mois d’importations. On peut même considérer dans ces conditions que ces réserves sont excessives. Un montant égal de 6 à 8 mois d’importations est considéré en général comme suffisant. On peut donc penser qu’elles seraient mieux employées dans des investissements intérieurs.

Graphique 7

G7

Sources : Banque Centrale de Russie

Ces réserves ont d’ailleurs connu une baisse importante à la suite de la crise de 2008 et 2009 ; mais, elles se sont tout aussi rapidement reconstituées. Un élément cependant important dans ce processus a été la montée progressive de la part de l’or. Traditionnellement, ce métal ne joue plus qu’un rôle mineur dans la composition des réserves des Banques Centrales depuis la fin des années 1970. Or, on peut lire sur le graphique 7 sa remontée spectaculaire ces dernières années. Ceci est très probablement lié à la montée des opérations avec les grandes banques d’Asie, qui sont de grandes détentrices d’or. Mais, on peut aussi y lire une des expressions de la méfiance croissante de la Russie tant par rapport au Dollar qu’à l’Euro.

En réalité, la Russie maintient un solde commercial excédentaire (graphique 8). Cela limite les fluctuations potentielles de sa monnaie à la baisse.

Graphique 8

G9

 Source : Banque Centrale de Russie

 S’il y a bien eu en réalité une réévaluation en termes réels du Rouble par rapport au Dollar depuis maintenant deux ans et demi, une réévaluation qui est due aux excédents commerciaux engendrés par les exportations d’hydrocarbures, ce phénomène a été en partie compensé par la hausse importante de la productivité en Russie. Cette hausse importante de la productivité du travail a permis à l’économie russe de maintenir sa compétitivité internationale. Cette hausse est manifeste tant dans l’industrie extractive que dans l’industrie manufacturière, mais aussi dans la construction.

Cette hausse semble bien être une des caractéristiques du modèle de développement de l’économie russe depuis le début des années 2000. Elle s’inscrit en faux avec la vision convenue de cette économique comme économiquement stagnante et entièrement dépendante des exportations d’hydrocarbures. Les rythmes des gains de productivité ont été depuis ces dix dernières années en effet particulièrement importants dans l’industrie, et en particulier dans l’industrie manufacturière où sont concentrés les biens soumis à la concurrence internationale (graphique 9). Par rapport aux Etats-Unis, les gains relatifs (gains de productivité russes diminués des gains de productivité dans l’industrie américaine) sont indéniables. Mais, il faut aussi considérer les pays dits de la « zone dollar » et ceux dont la monnaie est liée au Dollar, comme la Chine, qui maintient un taux de change réel relativement stable par rapport au Dollar.

Or, dans ce cas, les gains de productivité de ces pays (en particulier la Chine) sont bien plus importants (quoi que partant d’un niveau largement inférieur). Le taux de change réel et les gains de productivité doivent donc être soigneusement étudiés pays par pays. Il est ainsi probable que la Russie a perdu en compétitivité par rapport à d’autres pays émergents bien plus que par rapport aux pays développés comme les États-Unis et les pays de l’Union Européenne.

 Graphique 9

 G8

Source : Service fédéral des statistiques d’État, Productivité du travail http://www.gks.ru/wps/wcm/connect/rosstat_main/rosstat/ru/statistics/accounts/#

 

La question de la compétitivité nous renvoie à celle de l’investissement productif (à la différence de l’investissement de portefeuille). Sans investissements, tant publics que privés, la compétitivité de la Russie ne peut que se dégrader et son économie se détériorer. Mais, ceci pose alors la question de savoir comment pourraient être financés ces investissements et surtout comment en accroître l’efficacité. La question du financement des investissements a été l’objet de débats importants en Russie. La hausse importante des investissements directs, et leur concentration hors du système bancaire (dans l’industrie et l’agriculture) est certainement un facteur positif pour l’économie russe. Mais la question de l’efficacité de ces investissements nécessiterait elle aussi des discussions qui ne sont pas moins importantes.

Il est clair que, actuellement, le processus d’investissement, et en particulier quand il est mené par l’État, est peu efficace, que ce soit pour des raisons économiques (un manque de savoir faire dans la prévision des investissements) ou pour des raisons liées à la corruption. Ce dernier problème a connu une publicité certaine avec les grands investissements publics réalisés dans le cadre de la préparation des jeux olympiques d’hiver à Sotchi. D’où un discours que l’on entend depuis des années : il convient d’améliorer ce processus avant d’investir, sinon des sommes importantes seront détournées ou mal utilisées. On peut comprendre cette opinion. Mais, d’un autre côté, il est aussi évident que l’on ne peut attendre sans rien faire une hypothétique amélioration du processus d’investissement. Le fait que les sommes allouées par l’État soient en partie détournées et en partie mal utilisées ne peut être invoqué comme une excuse à l’inaction. Il faut d’ailleurs signaler que, au-delà du problème de la corruption, la question de l’inefficacité relative des investissements est posée dans de nombreuses économies, mais que ceci n’a jamais empêché l’investissement. Ainsi, le processus d’investissement en Chine est très loin d’être parfait, mais les investissements chinois sont néanmoins très importants et constituent indiscutablement un des moteurs de la croissance.

Un premier moyen d’améliorer l’efficacité des investissements serait sans doute de coordonner les grands investissements privés (ceux qui sont faits par de grandes compagnies, qu’elles soient russes ou étrangères) et les investissements publics. Mais, pour cela, il faudrait qu’un lieu existe où les intérêts du secteur privé et ceux du secteur public puissent se confronter et s’articuler. Il faudrait donc qu’une stratégie générale, tant sectorielle que territoriale, des investissements soit établie et que cette stratégie ait sa représentation institutionnelle au gouvernement.

 

  1. IV.         La question du crédit.

Ce problème en appelle un autre, celui de la politique monétaire, et donc de la politique du crédit, en Russie. La politique menée par la Banque Centrale de Russie s’est jusqu’à maintenant caractérisée jusqu’à présent par une très grande, voire une excessive, prudence. L’objectif prioritaire a été le contrôle de l’inflation. Mais, compte tenu des problèmes rencontrés par l’économie de la Russie la présence d’une inflation relativement élevée était inévitable (graphique 10). Des éléments d’inflation structurelle continuent de peser sur l’inflation russe.

Graphique 10

G10

Sources : Banque Centrale de Russie

 

Dans la mesure où les entreprises sont tributaires de leurs profits pour leurs investissements (et ceci est particulièrement vrai pour les petites et moyennes entreprises) la tentation de jouer sur les prix va rester très forte pour financer un développement ultérieur.

Lors de la crise de fin 2008 et début 2009, la Banque Centrale a sur-réagi devant le risque de fuite des capitaux. Elle a augmenté ses taux directeurs alors même que les Banques Centrales de l’ensemble des pays développés abaissaient les leurs. Ceci avait eu, à l’époque, des conséquences désastreuses pour l’économie russe sans que l’effet sur les mouvements de capitaux ne soient prouvés par ailleurs. En effet, l’expérience démontre qu’en cas de panique, quand les comportements des agents deviennent « irrationnels », il faudrait augmenter les taux d’intérêts de manière tout à fait considérable pour que ceci ait quelques effets sur les mouvements de capitaux. Ici, des contrôles de capitaux ciblant pour l’essentiel les flus à court et très court terme apparaissent comme bien plus efficace, comme l’a reconnu en 2010 le FMI.

Depuis cet épisode, les taux de la banque Centrale ont certes baissé, mais ils restent néanmoins très élevés. C’est en particulier le cas si on les compare avec l’inflation et que l’on raisonne en termes de taux d’intérêts réels. Ces taux constituent des freins importants au processus d’investissement. Le taux de refinancement de la banque Centrale, qui sert de taux directeur pour les différentes institutions financières en Russie est revenu à 8,25%, alors que le taux d’inflation est aux alentours de 6,50% (graphique 11). Cela implique que le taux réel est de 1,75%.

Graphique 11

 G11

Sources : Banque Centrale de Russie

Or, aux États-Unis, au Japon ou même dans la zone Euro, le taux d’intervention de la Banque Centrale est inférieur au taux d’inflation, et le taux réel est ainsi négatif. Au contraire, en Russie, le taux réel est bien positif. L’écart du taux réel entre la Russie et ses principaux partenaires économiques est de l’ordre de 2%, ce qui est considérable. Cette aberration de la politique monétaire russe semble devoir se poursuivre en dépit de la nomination au mois de juin 2013 de Madame Elvira Nabiulina comme présidente de la Banque Centrale. La conséquence pour la Russie est que les banques russes s’endettent massivement sur les marchés financiers étrangers car le coût des ressources financières en Russie y est trop élevé. Bien entendu, ceci a des conséquences immédiates tant pour les ménages que pour les entreprises privées, et en premier lieu pour les petites et moyennes entreprises. On peut ajouter ici que le système bancaire encore imparfait de la Russie tend à limiter les marges de manœuvre de la Banque Centrale. Si les banques réagissent à une hausse des taux d’intérêts réels, il n’est pas sur qu’elles réagiraient aussi vite à une baisse de ces mêmes taux. Il n’en reste pas moins que la responsabilité de la Banque Centrale est directement engagée dans le pic des taux réels que l’on a connu à partir de 2012.

Les crédits qui sont accordés dans ces conditions le sont à des taux réels (taux nominal – inflation) qui restent extrêmement élevés. Non seulement ceci freine la consommation (et donc la production) mais ceci contraint les petites et moyennes entreprises à recourir plus qu’elles ne le souhaitent soit à l’autofinancement soit à des systèmes compliqués et coûteux de prêts où interviennent d’autres entreprises. On considère, en général, qu’un taux réel de 2% est le maximum pour l’investissement d’une entreprise. On en est hélas loin aujourd’hui en Russie et cela est un obstacle au processus de diversification de l’économie et à la constitution d’un tissu économique équilibré de petites et moyennes entreprises (graphique 12). Le niveau des taux d’intérêts obligent les entreprises à de financer entièrement sur leurs profits, ce qui d’une part provoque des tensions inflationnistes et d’autre part repose la question du taux de change réel du Roule.

Graphique 12

 G12

Source : Banque Centrale de Russie

On peut considérer que la politique monétaire menée par la banque Centrale a aussi largement contribué au ralentissement fort de la croissance que l’on a connu depuis la fin de 2012. De fait, les taux réels montrent une poussée brutale au début de 2012, qui culmine à la fin du printemps de cette année. Or, c’est à ce moment-là que la croissance et l’investissement ont commencé à se réduire fortement. Il est de plus probable qu’une partie des emprunts concernant la consommation ne seront (et ne pourront) pas être remboursés avec des taux « nominaux » qui désormais frôlent les 20%. Ceci va poser un problème important aux banques, et l’on peut se demander si la pression exercée sur le système bancaire par la Banque Centrale en vue d’une consolidation de ce secteur n’est pas largement liée à ce dernier problème. De la même manière le mouvement des hypothèques, marché encore très réduit mais dont l’importance psychologique n’est pas à négliger, s’il démontre une nette amélioration dans ces derniers mois (graphique 13), n’en est pas moins pénalisé par cette hausse des taux réels.

Graphique 13

 G12-BIS

Source : Banque Centrale de Russie

La politique monétaire menée par la Banque Centrale est bien partie constitutive des facteurs qui ont contribué au ralentissement de la croissance dans ces derniers mois. Cette politique est bien un obstacle au développement de la Russie et elle empêche ou à tout le moins contraint la diversification de l’économie car elle limite les ressources pour l’investissement (contrainte sur l’offre) mais elle limite aussi l’expansion du marché (contrainte sur la demande). Tant que se maintiendra cette politique monétaire par trop restrictive, l’économie russe ne pourra se développer, qu’il s’agisse d’un développement quantitatif (la croissance) ou qualitatif (la diversification de l’économie).

 

V. La politique budgétaire

 

Face à cette situation marquée tant par une conjoncture internationale morose que par un cadre monétaire et financier très contraignant, c’est la politique budgétaire qui, jusqu’à maintenant, a eu la charge de limiter les dégâts. De fait, les dépenses de fonctionnement, dépenses sociales et salaires des fonctionnaires ont été en augmentation depuis la fin de 2012. Il faut signaler ici les effets du cycle électoral que la Russie a connu en 2011 et 2012. De même, les dépenses d’investissement public ont largement contribué à maintenir l’activité, et ceci quel que soit le jugement que l’on peut porter sur l’efficacité de ces investissements. Les différentes opérations de prestige qui ont été initiées par le Gouvernement russe, Jeux Olympiques d’hiver, Coupe d’Europe de Football ont eu incontestablement un effet positif sur les infrastructures. Les dépenses de modernisation ont été importantes depuis ces dernières années. Ces dépenses expliquent largement la croissance résiduelle de l’économie. Pourtant, depuis le début de l’année, on assiste à un resserrement progressif de ces dépenses. Pour les 7 premiers mois de l’année 2013 les dépenses du budget fédéral se sont montées à 17,8% du PIB alors qu’elles avaient atteint sur la même période de 2012 les 20,3%. Les prévisions pour 2013 indiquent une réduction moins forte, mais toujours bien réelle, avec des dépenses à 19,8% du PIB contre 20,6% en 2012.

Dans ce cadre, les orientations budgétaires pour 2014 apparaissent à tout le moins comme contradictoires.

D’un côté, le gouvernement continue sa politique de revalorisation des salaires des fonctionnaires. Les salaires des enseignants ont été augmentés sensiblement et Vladimir Poutine, lors du « Club Valdaï » qui s’est tenu en septembre 2013 a indiqué qu’il s’agissait d’une priorité stratégique pour la Russie. De même, les dépenses de défense vont connaître une augmentation sensible, car les forces armées russes sont engagées dans un cycle de modernisation du matériel, cycle qui est justifié, et même amplifié, par une situation internationale qui tend à se dégrader. Ces dépenses auront un effet d’entraînement sur les secteurs à haute valeur ajoutée, et contribueront ainsi à la croissance.

Mais, d’un autre côté, le gouvernement annonce un budget en équilibre, et une contraction des autres dépenses de fonctionnement, en particulier celles qui concernent la santé. Tout se passe comme si le gouvernement, après les forts déficits enregistrés en 2009 et 2010, souhaitait revenir aux imposants excédents d’avant la crise.

Graphique 14

 G13

Source : Comité d’État aux Statistiques de la fédération de Russie, http://www.gks.ru/free_doc/new_site/finans/fin29g.htm

 

Le budget pour 2014 devrait connaître une hausse de 4%, certes supérieure à la hausse de 2% prévue cette année, mais reste inférieure à la hausse nominale prévue pour le PIB. Il est vrai que les prévisions budgétaires pour 2015 et 2016 sont plus expansives, mais ceci est fondé sur un hypothétique retour à une forte croissance.

Or, alors que la croissance est en berne, alors que la politique monétaire est une contrainte sur cette même croissance, il apparaît peu logique, et même contradictoire, d’adopter une politique budgétaire récessive. On comprend bien que le gouvernement russe entend ne pas trop s’endetter afin de conserver les coudées franches en politique internationale. C’est un objectif louable, mais qui n’est pas réellement d’actualité avec une dette publique égale à moins de 10% du PIB. Une autre explication avancée par les autorités pour justifier cette politique budgétaire est la nécessité de constituer des « réserves » dans le cas d’une nouvelle crise financière internationale. Ici encore il s’agit d’un objectif légitime, mais dont la finalité peut être mise en question devant d’une part la faible croissance de l’économie russe et d’autre part l’importance des réserves de la Banque Centrale.

La politique budgétaire semble donc répondre à des considérations qui n’ont que peu à voir avec la conjoncture économique. Mais, ces considérations risquent d’être remises en question par les conséquences politiques potentielles de la faible croissance.

 

VI. Un changement de politique s’impose

 Il est donc clair aujourd’hui qu’une nouvelle politique économique va s’imposer pour la Russie tant à la fois pour ses équilibres politiques internes que si elle veut occuper le rang international que sa diplomatie a contribué à lui donner.

Les facteurs internationaux tirant vers le bas la croissance économique, et en particulier la situation européenne, vont durer encore pour de nombreux mois. Le ralentissement prévisible de la croissance américaine au 1er Trimestre 2014 devrait avoir négatif sur la croissance européenne, qui se répercutera sur la Russie.

Or, la Russie ne peut se permettre aujourd’hui une trop longue période de stagnation. Certes, les Investissements Directs Étrangers ont connu une hausse importante[7]. Mais cela ne suffira pas à redonner à la croissance économique son lustre d’antan même si cela constitue un bon indicateur de l’attractivité économique.

La Russie doit donc trouver en elle-même les sources d’une croissance forte. Elle doit pour cela cesser de fétichiser la stabilité de son taux de change et mener une politique monétaire plus accommodante mais aussi comprendre que l’investissement est une des conditions de la compétitivité et de la croissance. L’arbitrage se fera entre la politique monétaire et la politique budgétaire, car il est clair que mener des politiques récessives sur les deux tableaux ne pourra qu’avoir des conséquences économiques néfastes. Aujourd’hui c’est bien la politique monétaire qui offre le plus de possibilités d’aménagements. Il reste à voir quelle sera la politique de la Banque Centrale durant cet hiver. Cependant, un assouplissement de la politique monétaire ne saurait suffire. Il faudra aussi mettre les structures institutionnelles de l’économie en cohérence avec cet objectif de forte croissance.

Le second point qui va aussi imposer un changement de politique est la situation monétaire internationale. Si la Russie veut sérieusement avancer vers la définition d’une nouvelle monnaie internationale, de concert avec les autres pays du groupe des BRICS, elle doit admettre qu’il faudra émettre de la dette dans ce nouvel instrument monétaire. L’endettement international, s’il reste bien entendu modéré, est l’une des conditions absolument nécessaires pour que se constituent les masses de liquidité qui permettront à cet instrument d’être utilisé, tant pas les États que par les agents privés. De ce point de vue aussi des changements importants s’annoncent pour la politique économique si elle veut se hisser au niveau de ses nouvelles responsabilités.

 


[1] Ripert, M-P., « Yellen, la FED et le Shutdown », in Eco Hebdo, Natixis, n°36, 11 octobre 2013, p.2. URL : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=73190

[2] Voir : Sapir J., « La Fin du duopole », note publiée sur le Blog Russeurope, le 6 octobre 2013, http://russeurope.hypotheses.org/1585

[3] Clément-Pitiot H., « La Fuite des capitaux : au-delà des conventions comptables », note publiée sur RussEurope, le 17 septembre 2013, http://russeurope.hypotheses.org/1534

[4] Alexander Ivlev, «To be honest, Russia is not as bad as many people think – it’s doing quite well, actually. In fact, taking into account such indicators as capital outflow and FDI Russia appears to be in standard shape of an export-oriented country» http://www.forbes.com/sites/markadomanis/2013/01/03/a-further-clarification-on-russian-capital-flight-from-alexander-ivlev-managing-partner-for-ernst-and-young-russia/

[5] Orlova N., Macro Insights, Alfa-Bank, 1er octobre 2013.

[6] Rappelons que cet indice se calcule comme : (Imports+Exports)/PIB


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *