Signaux, Informations et conséquences

David OrbanLa montée en puissance du volume des « signaux » que nous recevons à partir tant des moyens d’informations que des réseaux sociaux pose le problème de comment pouvons nous prendre des décisions « éclairées » dans de telles conditions. Il faudra en réalité plus de réflexions, et plus de « sciences sociales » pour y parvenir[1]. Pour ceux qui confondent signal et information il est clair que l’accumulation de ces signaux est une bonne chose. Mais, l’expérience montre que l’on est rapidement confronté à des phénomènes de saturation de nos capacités à interpréter, et même parfois à accepter ces signaux. La nécessité de règles heuristiques de choix, non seulement pour la décision mais aussi pour le tri dans le foisonnement des signaux s’impose. L’objet de ce texte est donc de tenter de débroussailler le problème et d’en mesurer les conséquences pour la théorie économique.

Il faut donc commencer par définir ce que pourrait être une approche non naïve du problème, et définir ce que pourrait être une définition non positiviste de la notion d’information. Ceci nous conduira à la question de la connaissance et de ses modes d’organisations tant explicites qu’implicites. Il faudra, ensuite, considérer le fait que la décision se fait très souvent, et en particulier en économie, en temps contraint et que cette « contrainte temporelle » a des conséquences importantes pour l’utilité de la décision. Ceci nous conduira à proposer des pistes pour l’élaboration d’une théorie subjectiviste (mais non subjective) de la décision soit une théorie qui intègre la question de la subjectivité, et des modes de formation de cette dernière soit la question des préférences dites « individuelles », des agents. Enfin, on considèrera comment cette démarche et ces différentes pistes peuvent modifier la vision classique de plusieurs notions comme la concurrence ou encore les organisation et le principe de sélection.

 

Table des Matières

I. Une approche non positiviste de la notion d’information

I.1. Information et transmission de l’information

I.2. Le traitement de l’information

I.3. La limitation des capacités de calcul de l’opérateur

II. La question de la connaissance

II.1. La connaissance comme accumulation et les limites d’une telle conception

II.2. Éléments d’une théorie subjectiviste de la connaissance

III. Le temps de la décision

III.1. Utilité et temps de la décision

III.2. Décision en temps contraint et implications

III.3. Routines et structures cognitives

IV. Éléments d’une théorie subjectiviste de la décision

IV. 1. De la connaissance à la connaissance pertinente

IV. 2. Le processus de mobilisation des connaissances

IV. 3. Concurrence et temps de la décision

IV. 4. Tous ensemble, tous ensemble….

V. Les implications d’une approche subjectiviste

V. 1. Le paradigme de la concurrence

V. 2. Quelle lecture du rôle des organisations

V. 3. Le mythe de la décentralisation

V. 4. Les limites des paradigmes de sélection et d’évolutio

Conclusion

 

Information, Connaissance, Décision

Une approche subjectiviste

 

De nombreux économistes ont envisagé le problème de la coordination des actions économiques comme un problème d’information. Anton Brender a ainsi proposé de considérer l’économie comme un système cybernétique[2]. D’autres auteurs[3], souvent des spécialistes de micro-économie[4], ont quant à eux insisté sur la recherche de l’information par les agents, et les coûts qu’ils doivent alors supporter. De cette approche ont émergé de nombreux travaux mettant en avant la question des asymétries d’information[5] et les problèmes des incitations[6], aboutissant à la formulation de paradigmes, tel la relation Principal/Agent , qui occupent désormais une place centrale en économie. Nous sommes ici au cœur de l’un des problèmes fondamentaux de la théorie économique.

Il s’agit d’une approche très riche, qui pourrait contribuer à renouveler notre compréhension de l’économie si cette démarche respectait certains critères de précision dans ses concepts. Pourtant, il serait abusif et dangereux de croire qu’il suffit d’intégrer la notion d’information sans en préciser la définition et le contenu dans le discours économique pour dépasser les limites du raisonnement économique dominant. Tout discours sur l’information qui n’est pas simultanément un discours sur la connaissance peut rapidement tourner au simplisme, pour ne pas dire la naïveté. Ainsi, Stigler peut évacuer tout le contenu potentiellement destructeur des notions d’information et de connaissance pour la théorie néo-classique à travers justement une confusion entre ces deux notions et une hypothèse ad hoc quant à la dispersion des informations[7]. On remarque, en effet, que très souvent on est en présence d’une confusion entre les notion de signal et celle d’information. Cette confusion n’est pas innocente. Elle trahit une des conséquences de l’approche « objectiviste » de la réalité, qui s’abîme alors dans un positivisme dont il est facile de montrer les limites et l’impuissance. En fait, il faut opérer un glissement fondamental en considérant la connaissance, notion qui reste alors à définir, comme première à l’information. Ceci est d’autant plus important que l’on prend le parti de considérer l’incertitude et l’ignorance non comme des accidents ou des déviations par rapport à une situation normale, mais au contraire comme une base de départ[8]. La contribution de H.A. Simon, en particulier dans le domaine des limites des capacités cognitives des individus, est ici essentielle.

L’incertitude est le fruit de la combinaison de l’hétérogénéité et de la complexité. Elle transforme radicalement la vision que l’on peut avoir du couple connaissance/information. De ce point de vue, il faut noter l’emploi systématique des mathématiques probabilistes qui tendent à raboter la réalité de l’incertitude, ce que Keynes dans l’un de ses premiers travaux , avait parfaitement remarqué[9]. Une fois sorti de l’univers probabiliste (ou bayesien) [10], qui reste celui des principales références en matière d’économie de l’information, il faut se poser la question de ce que signifie la connaissance de l’avenir, soit l’anticipation et la prédiction. A cet égard, l’apport de F.A. Hayek est certainement fondamental en ce qu’il apporte une vision profondément moderne de la question des anticipations[11]. Il a été, avec Oskar Morgenstern, un des premiers à expliciter le problème d’auto-référence auquel la Théorie de l’Équilibre Général et la filiation Walras-Pareto sont confrontés en tentant de juxtaposer équilibre et information[12]. Mais ce travail est aujourd’hui plus que complété par celui de Christian Walter et de Eric Brian qui, à propos de la notion de valeur fondamentale d’un titre boursier s’interrogent sur le rôle des croyances collectives comme connaissance mobilisée pour l’interprétation de signaux[13].

 Section I.

Une approche non positiviste de la notion d’information

La définition de ce qu’est une information est donc essentielle; il est clair qu’il existe une tendance à confondre information et signal[14], ce qui peut entraîner des conséquences simplificatrices et mécanistes à l’extrême.

On propose ici d’appeler information pour un agent (car il n’y a pas d’information en soi), tout renseignement extrait d’un signal (manifestation d’un chagement dans notre environnememnt que nous sommes capables de percevoir) et susceptible de s’agréger aux connaissances existantes de cet agent ou de les modifier, à travers des processus de comparaison, de classification et de confrontation qui peuvent impliquer l’agent seul ou un groupe d’agents[15]. Cette information peut être le vecteur prix, comme le stipule la théorie néoclassique; elle peut aussi être constituée d’éléments explicites ou implicites tout à fait différents, portant sur la qualité du produit, de l’environnement ou du contractant. L’information est donc, avant tout, la combinaison d’un signal et des conditions matérielles et psychologiques de sa réception et de son traitement .

La réduction de la question de l’information à celle d’un signal peut être trompeuse. Non qu’il n’y ait signal. Sans celui-ci il n’y a pas transmission de l’information. Mais, et c’est là que l’on diverge radicalement des approches en terme d’émission/réception du signal, supposer que la réception d’un signal soit équivalent à la maîtrise d’une information, c’est à dire à l’acquisition du renseignement qu’elle contient et son intégration aux connaissances existantes, est une erreur grave. Cette erreur procède de la croyance en la nature “objective” de l’information, qui elle même procède d’une assimilation entre monde réel et objectivation de ce monde. Les modifications de l’environnement, qui sont “réelles” au sens maintenant où elles traduisent l’existence de mouvements qui sont indépendants de notre compréhension et de nos perceptions, et émettent des signaux. Nous pouvons être insensibles à ces derniers comme nous pouvons les remarquer, mais par définition nous ne pouvons prendre en compte que ceux que nous remarquerons, soit directement soit par l’intermédiaires d’appareils. Le lien entre le signal et le mouvement qui lui a donné naissance doit alors être reconstruit, et ne peut l’être qu’à partir de savoirs déjà existants, qui sont alors validés ou invalidés. Quand, dans le langage courant, nous recourons à la formule de “fait” ou d’information “objective”, nous ne faisons que supposer l’existence d’un lien admis par tous et faisant alors partie d’une connaissance commune à l’ensemble des agents concernés. Cela ne veut pas dire que le processus d’interprétation du lien entre signal et mouvement n’ait pas eu lieu, mais qu’il a été automatique, voire inconscient.

Supposer qu’un signal ne puisse être interprété de manière immédiate, qu’il ne possède pas de lisibilité « en soi », conduit aussi à supposer que le même signal ne va pas nécessairement induire les mêmes réactions chez deux agents différents. Pour avancer dans le domaine de l’information, il est nécessaire de distinguer deux niveaux, celui des conditions de transmission des signaux, et celui de la perception de ces derniers[16]. Le premier niveau peut justifier des métaphores acoustiques et électromagnétiques. Le second implique une réflexion sur la nature de la connaissance.

I.1. Information et transmission de l’information

La question de la transmission est importante, car elle soulève le problème des bruits. Prenons le cas d’une entreprise qui veut introduire sur le marché un produit nouveau pour elle. Il lui faut en fixer le prix, à partir de deux types d’informations, ses coûts de production et les prix des concurrents potentiels. Or, ces derniers fluctuent rapidement, avec la multiplication de campagnes promotionnelles et de remises. Ces mouvements traduisent-ils une tendance générale, annonciatrice d’une pression concurrentielle croissante, ou sont-ils au contraire un phénomène normal sur ce marché? Quelle stratégie doit alors adopter l’entreprise? Doit-elle imiter le comportement moyen ou au contraire prendre un des acteurs comme une référence; doit-elle jouer le jeu des remises et promotions ou chercher d’autres arguments de vente? La simple observation du niveau des prix et de leurs mouvements produit des informations, mais difficilement utilisables, tout comme un bruit de fond peut empêcher de suivre une conversation. De plus, si certains bruits proviennent du fonctionnement spontané du marché considéré, d’autres peuvent être provoqués volontairement. Le directeur d’une entreprise concurrente peut annoncer avec fracas dans la presse qu’il prépare la sortie d’une évolution importante du produit axée sur la qualité, alors qu’en réalité il va fonder sa politique sur une minimisation du prix. Dans bien des cas, il n’est pas de l’intérêt de l’entreprise de rendre sa stratégie immédiatement explicite. Elle peut même, dans certaines limites de la loi, chercher à désinformer ses concurrents, en faisant courir des bruits sur de possibles alliances commerciales, ou sur l’entrée d’un nouveau concurrent.

Les effets des bruits sont multiples. Pour le récepteur, ils entraînent tout d’abord une opacité (on perçoit moins bien), une distorsion (on peut faire des erreurs dans la réception de l’information), enfin des délais dans l’acquisition de l’information. Ces trois premiers effets provoquent un accroissement des coûts de recherche de l’information, de l’incertitude ambiante et conduisent à une réduction de l’horizon temporel de l’acteur. Les conséquences de ces effets sur un marché donné peuvent être importantes. Les accroissements de coûts et d’incertitude découragent l’entrée de nouveaux compétiteurs; en même temps, ils avantagent la grande entreprise qui peut prélever sur ses frais généraux les moyens pour compenser ces bruits (que l’on peut alors assimiler, de manière lointaine, aux coûts de transaction). Ces effets vont aussi retarder certaines décisions d’investissement, et peuvent en amoindrir l’efficacité. Enfin, la structure des mécanismes d’incitation du marché est affaiblie. Si les bruits rendent l’information confuse, l’entrepreneur ou le propriétaire peuvent être incapables de déterminer si un résultat, bon ou mauvais, est transitoire ou tendanciel, accidentel ou traduisant l’adéquation des actions précédentes au marché. Notons immédiatement que, quelles que soient les réserves que peuvent inspirer par ailleurs les théories de la corporate governance  ou de la relation Principal/Agent, elles supposent toutes que les actions d’un agent économique soient vérifiables sans ambiguïtés. Si tel n’est pas le cas la concurrence cesse d’être un facteur de sélection des solutions les meilleures.

Les bruits peuvent aussi provoquer une segmentation du marché. Tous les acteurs n’ayant pas accès simultanément à l’information, des compartiments caractérisés par une relative homogénéité des conditions d’information se constituent. En ce cas, des gains transitoires, reflétant simplement la rente que procure le fait d’appartenir à un compartiment plus favorisé, deviennent possibles. Ils engendrent naturellement l’équivalent de comportements de monopoles, sans que les conditions techniques du monopole aient à être réunies. Cette première approche de la question des bruits permet de voir que l’absolutisation des mécanismes de marché, qu’ils soient considérés comme des mécanismes d’équilibre comme dans la Théorie de l’Équilibre Général, ou qu’ils soient compris des mécanismes d’apprentissage, repose sur une vision réductrice de l’environnement informationnel. On peut aussi ajouter que la manière dont la question est traitée dans la littérature dominante, l’acquisition par un agent d’informations supplémentaires, est réductrice. Elle limite en effet le problème à l’évaluation des coûts, directs ou indirects, que l’agent doit consentir pour acquérir des informations manquantes[17]. Ceci ne couvre en fait que des situations très particulières, caractérisées par l’absence de bruits induits ou provoqués.

Dans bien des cas ce qui gêne la prise d’une décision est le fait d’être confronté à une multitude de signaux dont on doit tirer les informations pertinentes en un délai donné. En effet, les informations n’ont de sens qu’en rapport aux renseignements qu’elles fournissent par rapport à une décision donnée. Et, élément essentiel mais ignoré des approches tant néo-classiques que dérivées, les décisions ne peuvent être éternellement reportées dans le temps. Ceci détermine la place centrale de la notion de capacités de traitement par rapport à celle de l’acquisition des informations. Or, les capacités de traitement  des signaux peuvent s’avérer insuffisantes, soit par rapport au volume à traiter, soit par rapport au délai au-delà duquel l’information pertinente aura cessé d’être utile, soit pour ces deux raisons à la fois. La métaphore de la rareté, dont il est vrai qu’elle fonde l’économie, est ici mal employée; on propose de substituer ici la limitation du temps et le caractère irrémédiablement fini des capacités de traitement qui expriment l’un et l’autre une contrainte de rareté, à la rareté de l’information. Le vrai problème est celui de la saturation des capacités cognitives en temps limité.

I.2. Le traitement de l’information

La question du traitement de l’information est une étape indispensable pour se débarrasser de ce qui constitue malgré tout une vision relativement simpliste du problème de l’information dans les théories de l’information imparfaite, soit la persistance d’un modèle de type Signal-Réaction, qui implique une vision positiviste et objectiviste du rapport de l’agent au monde qui l’entoure. On mesure ici que des auteurs comme Stigler, Arrow ou même Radner et Stiglitz, n’ont rompu que très partiellement avec le monde intellectuel de l’Équilibre Général, et son scientisme fleurant bon le XIXème siècle finissant.

Hayek a certainement été un des auteurs qui, dans le cours de son oeuvre, a été conduit à revenir de la manière la plus systématique sur la question du traitement de l’information ou du signal. Ceci provient de sa conception d’une action économique basée sur une multitude de “plans” individuels, induisant en permanence des effets non-intentionnels dans lesquels les différents acteurs se débattent. La nature irrémédiablement locale et limitée de la connaissance de chaque individu est ici le résultat même de la décentralisation. Si les plans individuels sont le produit de la combinaison d’une connaissance et des anticipations, ces plans peuvent être remis en cause à la fois par des changements dans la structure des anticipations et par des modifications dans la connaissance. Ceci est une des justifications de la théorie monétaire et de la théorie des cycles chez Hayek[18], dans la mesure où il considère que les prix monétaires peuvent diverger des prix “vrais” et par là induire de mauvaises informations. Les erreurs se manifestent aux acteurs par des échecs de leurs plans. L’apprentissage se produit dans la mesure où le système, ou la société, exerce une contrainte sur les agents. En ce sens, on peut dire que le système “sait” plus que les individus[19].

Il faut ici souligner les problèmes d’une telle représentation de l’action économique, qui correspond à la position de Hayek à la fin des années trente. En premier lieu, la distinction entre anticipation et connaissance, si elle est nécessaire d’un point de vue démonstratif, est discutable d’un point de vue théorique. Les anticipations sont toujours un mélange de représentations de la réalité (ce que l’agent croît vrai) et de ses espoirs (ce que l’agent espère devenir vrai). Penser que les connaissances pourraient ici représenter un pôle “objectif” opposé à un pôle “subjectif” que constitueraient les anticipations serait une erreur. Cette erreur, Hayek va la commettre à l’époque où il travaille sur le cycle des affaires, soit à la fin des années vingt et au début des années trente[20]. Pour lui, les informations qui proviendraient de l’économie hors monnaie, ce modèle de l’économie de troc qui, toujours à cette époque, fonde son raisonnement, auraient une valeur objective qualitativement différente des autres informations[21]. En extrapolant le raisonnement, on pourrait dire, alors, que ce qui renvoie au rapport de l’agent avec la nature est “objectif”, alors que ce qui renvoie au rapport de l’agent avec la société est entaché de subjectivité.

Mais peut-on penser un rapport avec le “monde matériel” dans une société qui ne soit pas, en même temps, un rapport avec la société? Il ne s’agit pas de dire, ici, que l’ensemble du monde qui nous entoure est uniquement une représentation subjective socialement déterminée, mais plus raisonnablement de soutenir que nos perceptions immédiates de la réalité, y compris de la réalité naturelle, sont toutes entachées de subjectivité; elles sont des produits de nos systèmes de représentation. Il est possible, dans une certaine limite, de valider ou d’invalider nos systèmes de représentation, en particulier par l’expérience ou, dans le domaine des sciences expérimentales, par la répétition de tests sous des protocoles normalisés, ou encore par un processus d’abstraction tendant à dégager le général du singulier. Toute pensée qui part de l’observation locale pour aller vers la généralisation doit se plier à parcourir des niveaux d’abstraction différents, et accepter la discipline de ne comparer qu’entre des niveaux d’abstraction équivalents. À partir de là se construisent de nouvelles représentations, qui font une place de plus en plus grande à la dimension objective de la réalité. Cette dimension peut, par ailleurs, être de deux ordres distincts. La réalité à laquelle nous nous sommes heurtés peut être un système déterministe, auquel cas il devient progressivement possible d’en dégager des lois, par un processus d’approximation se resserrant progressivement au fur et à mesure que nos méthodes d’investigation progressent ou que notre expérience simplement augmente. Mais, cette réalité peut aussi être un produit des actions humaines, et en tant que telle elle représente alors un système ne connaissant que des déterminations locales et temporaires. Dans ce cas, les nouvelles représentations que nous tentons de construire sont affectées d’une fragilité intrinsèque, plus ou moins marquée en fonction du degré de localité des déterminations auxquelles nous sommes confrontées.

Les lois qui peuvent être élaborées sont alors par nature contingentes et tendancielles; elles sont en permanence susceptibles de connaître des remises en cause plus ou moins radicales. Ceci ne veut pas dire que ces nouvelles représentations ne soient pas un progrès par rapport aux perceptions immédiates. Comme dans le cas de systèmes complètement déterminés (au moins à l’échelle humaine), les représentations construites à partir de déterminations locales et temporaires sont, si le processus de construction a respecté certaines règles, un degré de connaissance supérieur à celui du vécu immédiat de l’agent. La différence entre les sciences de la nature et les sciences sociales, qui est importante, réside dans le degré de stabilité de la structure perceptions immédiates / représentations construites. Mais elle n’est pas dans une soi-disant objectivité de la perception immédiate.

Il faut ici noter que Hayek, à partir du moment ou il se mettra à travailler sur la psychologie et la connaissance, dans le mouvement qui va donner naissance à son livre de 1952 The Sensory Order , va justement rompre avec les apories positivistes et objectivistes qui ont pu être les siennes dans le passé. Les textes écrits après 1952 présentent en général une analyse des perceptions et des représentations qui n’a rien à voir avec la relative naïveté des textes antérieurs à 1937. Notons que dès cette époque il perçoit le problème de l’équilibre comme celui des connaissances nécessaires pour que l’on puisse aboutir à une convergence entre les données objectives de l’activité économique et leurs représentations subjectives chez les entrepreneurs[22]  La dimension subjectiviste s’affirme, sans être cependant construite de manière complètement cohérente. Ceci implique que l’article de l’American Economic Review de 1945 désormais fameux, “The use of knowledge in society”, représente seulement une étape intermédiaire dans l’élaboration de l’argumentation de Hayek sur la question. Voici qui n’en rend que plus grave son usage indiscriminé[23]. Il y a en réalité un monde entre l’auteur qui s’intéresse au cycle des affaires en supposant que les agents individuels réagissent pour l’éssentiel à des signaux simples comme les prix relatifs, et l’auteur des années cinquante qui, anticipant sur les travaux sur les systèmes neuronaux et l’intelligence artificielle[24], a l’intuition des mécanismes classificatoires fondamentaux par lesquels nous traitons, y compris à notre insu, une quantité considérables d’informations dont une large part est tacite. Comme l’indique J. Birner, il y a une parenté entre les travaux de Hayek sur la cognition et ceux de H. Simon[25].

Pour reprendre la question de la relation entre perception immédiate et représentations construites, il faut d’ailleurs signaler ici qu’il existe un niveau intermédiaire, celui des règles d’opération. Elles ont pour fonction de guider l’opérateur dans ses relations immédiates avec son environnement. Ceci est vrai tant dans le domaine des rapports à la nature que dans celui des rapports à la société. Ces règles d’opération peuvent être une mise en oeuvre des représentations construites comme elles peuvent découler de la systématisation de pratiques. En ce sens, elles correspondent aussi à des classifications, ou à des routines classificatoires. Il est ainsi bien connu que les architectes, les mécaniciens, ont élaboré dès l’Antiquité des règles d’opération robustes, même sans avoir les représentations construites des systèmes sur lesquels ils intervenaient. L’expérience peut ainsi palier l’abstraction et la construction scientifique.

On doit cependant se garder de généraliser, et la médecine offre ici un contre-exemple. L’expérience des médecins avant que ne se mettent en place les protocoles d’observation scientifiques, a donné naissance à des règles d’opération absurdes, comme celles découlant de la “théorie des humeurs”, du concept de “miasme”, de génération spontanée et autres balivernes. Si on pourrait toujours demander aujourd’hui à un architecte du XVIIème siècle de construire une maison, mieux vaudrait ne pas tomber dans les mains d’un médecin contemporain de Molière. Aussi faut-il se garder de mythifier les processus d’apprentissage (dont on ne discute pas ici s’il est spontané ou produit de controverses, s’il est individuel ou collectif) même s’il convient de se souvenir de leur existence.

La forme complète de la structure qui fonde l’action d’un agent est donc en réalité un ensemble unissant perceptions immédiates, représentations construites et règles d’opération. Cette structure peut porter aussi bien sur l’analyse statique de l’environnement, ce qui correspond alors dans le contexte des travaux de Hayek des années trente à ce qu’il appelle la connaissance, que sur l’analyse dynamique de cet environnement, soit les anticipations.

I.3. La limitation des capacités de calcul de l’opérateur

Une fois introduite la notion d’interprétation du signal pour aboutir à l’information, deux problèmes surgissent, qui mettent en lumière la question des capacités de calcul de l’opérateur.

Supposer un signal pleinement interprétable signifie être en mesure d’établir un catalogue complet des signaux comparables ou reliés d’une manière ou d’une autre au signal à traiter. Ceci correspond au problème classique du jeu d’échecs. L’adversaire fait bouger une pièce: que signifie ce mouvement? Pour l’autre joueur les significations peuvent se découper en signification immédiate (le mouvement implique-t-il une menace sur une de mes pièces) et en signification stratégique (quelle stratégie de jeu ce mouvement révèle-t-il). L’analyse du jeu d’échec montre que l’interprétation du signal repose avant tout sur le choix de règles heuristiques. Associées, chez les meilleurs joueurs, à une connaissance encyclopédique des différentes possibilités, ces règles permettent de ne pas chercher à évaluer la totalité des interprétations alternatives, mais à en sélectionner certaines[26]. Cependant, rien ne prouve que le catalogue servant à l’interprétation soit complet. En fait, même dans le cas du jeu d’échec qui est une représentation très simplifiée des choix réels, ce catalogue est incomplet dans la mesure où la mémoire humaine ne peut tout retenir. Dans la vie réelle, le catalogue est par nature incomplet car la capacité d’innovation des agents ajoute en permanence des situations supplémentaires. Il en résulte que:

« Si les alternatives dans une situation de choix ne sont pas données mais doivent être découvertes ou inventées, et si le nombre des alternatives possibles est très élevé, alors un choix doit être fait avant que toutes les alternatives possibles aient été examinées. » [27]

Dans ces conditions, l’optimisation est remplacée par la satisfaction: le décideur choisit la première interprétation satisfaisante du point de vue des règles de recherches et d’évaluation qu’il s’est donné, et qui résulte de son caractère, de son expérience et de son éducation. L’importance de la notion de satisficing  proposée par H. Simon résulte de cette prise en compte d’une incapacité à tout calculer[28].

 

Le second problème induit par la question de l’interprétation du signal renvoie à la notion de temps de la décision. Non seulement la capacité d’évaluation du contenu du signal est limitée en raison de l’incapacité à maîtriser la totalité des alternatives, mais elle est aussi limitée du fait que l’utilité de cette interprétation est inversement proportionnelle au temps nécessaire pour y arriver. L’introduction de règles d’arrêt  (stop rules[29]) renvoie alors à la subjectivité de l’agent, mais aussi à l’évolution de ses préférences dans le cours même du processus de décision. Si on revient au jeu d’échec, les règles d’arrêt sont dictées à la fois par la psychologie du joueur (agressif ou prudent), mais aussi par l’objectif qu’il se fixe (en début de partie la victoire, en cours de partie la victoire ou le nul). En ce sens, la notion de règles d’arrêt utilisée par Simon est assez proche du mécanisme de décision imaginé en 1949 par G. Shackle[30]. Dans ce mécanisme en effet on trouve tout d’abord un processus de confrontation entre un résultat visé et la surprise potentielle que peut engendrer l’action devant conduire à ce résultat. Puis, cette confrontation est mise en perspective de la meilleure et de la pire des possibilités résultant du choix, avec une évaluation des extrêmes[31]. Il y a donc chez Shackle un mécanisme d’itération qui est à la fois limité et qui peut entraîner une révision, en cours de route, de l’objectif final.

Introduire la notion d’interprétation, découpler l’information du signal, induit une double rupture avec l’objectivité positiviste de l’économie dominante. Comme on l’a déjà indiqué, supposer qu’un signal ne puisse transmettre de manière transparente une information constitue déjà un rejet du positivisme implicite du paradigme signal-réaction. Cependant, ce que propose Simon va au-delà. Il nous invite à considérer comme un processus empreint de subjectivité le traitement même du signal pour en extraire l’information. Que ce soit pour des raisons d’incomplétude radicale du catalogue d’évaluation ou du fait de la limite imposée par le temps de la décision, le processus d’interprétation est incomplet et soumis à des règles d’évaluation et d’arrêt, ainsi que des routines qui sont propres à chaque individu. Il en résulte que l’excès de signaux est aussi problématique du point de vue de la décision que la pénurie d’information. Ainsi:

« Dans un monde où l’attention est une ressource rare, l’information peut être un luxe coûteux, car elle détourne notre attention de ce qui est important vers ce qui est secondaire. » [32]

La question essentielle devient alors celle du classement et de la hiérarchisation des informations, à l’intérieur de procédures contraintes à la fois par les capacités de calcul des agents et par le temps qui leur est imparti. La constitution de routines devient alors essentielle. Revenant sur le jeu d’échecs, Simon indique que la supériorité du bon joueur sur le joueur débutant tient moins à la richesse du catalogue d’évaluation du premier qu’au fait qu’il est capable de détecter à travers des mouvements simples des structures familières (familiar patterns)[33]. Dans ces conditions, un acteur sera particulièrement sensible à un signal discordant. Il pourra soit l’occulter complètement, soit au contraire lui donner une priorité de traitement, suivant les circonstances[34]. Pour comprendre ce possible basculement, il faut alors faire appel à la notion de dissonance cognitive[35]. Cette dissonance, qui se manifeste par exemple sous la forme de la surprise, joue un rôle décisif dans le comportement de l’agent. Il peut refuser la dissonance en refusant de percevoir le signal ou en refusant les interprétations du signal qui conduisent à l’interprétation impliquant la dissonance, tout comme il peut chercher à réduire cette dernière en faisant évoluer sa perception du monde, et en remettant en cause ses certitudes et ses règles de conduite. La réaction à la dissonance cognitive, à la surprise, dépend aussi largement du contexte collectif dans lequel l’agent est plongé[36].

 

Section II.

La centralité de la question de la connaissance

Considérer que les signaux ne sont pas directement intelligibles et contiennent d’emblée une vision du monde implicite à l’opérateur, ce qui justifie de partir de la connaissance et non de l’information, représente une rupture nette avec la pensée dominante en économie, et pas seulement la Théorie de l’Équilibre Général. Ceci met en cause la vision profondément positiviste qui est celle d’une grande partie des économistes actuels, que ces derniers opérent au sein du paradigme néà-classique ou dans des formes modérées de paradigmes institutionnalistes. En fait, c’est tout ce courant dominant, qui comprend tout aussi bien les néoclassiques traditionnels et modernes (l’école des anticipations rationnelles), que les néo-keynésiens, reste engoncé dans une démarche profondément marquée par le positivisme[37].

Qu’on le veuille ou non, une vision de l’économie fondée sur la notion d’information telle qu’elle définie habituellement (mais non telle qu’elle devrait être définie eb bonne logique), parce qu’elle suppose une intelligibilité directe du monde, conduit toujours à des hypothèses très fortes, soit sur la simplicité de ce monde, et son homogénéité, soit sur les capacités cognitives des agents, soit enfin sur une dimension immanente de leurs comportements, la fameuse hypothèse de rationalité. Partir au contraire de la connaissance signifie prendre au sérieux la position méthodologique du choix du réalisme processuel. Cela signifie considérer le système économique comme un tout organique et non comme un agrégat d’unités atomistiques (hypothèse qui fut celle de Kondratiev dans ses écrits de prison[38], mais qui fut aussi celle de Keynes[39]). En raison de la multiplicité des natures des processus en jeu et de leurs inter-relations, on considère donc que les phénomènes observables ne sont pas directement interprétables, et la connaissance que nous pouvons avoir des lois qui les déterminent, ne saurait être qu’incomplète ou partielle. Cette démarche, si elle permet de se passer des hypothèses héroïques et non réalistes dont le courant dominant a besoin, implique en contrepartie de préciser avec soin ce que l’on entend par connaissance.

II.1. La connaissance comme accumulation et les limites d’une telle conception

Le rôle spécifique de la connaissance et des savoirs est aujourd’hui de plus en plus pris en compte dans la théorie économique, et en particulier par les auteurs qui cherchent à se dégager du cadre néoclassique. Michel Aglietta donne ainsi à la notion de connaissance une place centrale dans son raisonnement sur les interactions entre l’économie financière et l’économie réelle.

La connaissance est un capital qui peut être stocké sur un grand nombre de supports: des idées scientifiques qui sont connues publiquement (…), des protocoles techniques déposés dans des brevets, des systèmes d’informations et de communication, des équipements et des infrastructures collectives, du savoir faire incorporé dans les êtres humains. Quel que soit le support, la connaissance doit être produite. Elle absorbe des ressources qui ne sont pas disponibles pour la production courante”.[40]

Cette description contient déjà une critique fondamentale de l’approche dominante qui ne considère que les flux d’information et prend la connaissance pour une donnée. Elle est cependant encore relativement réductrice. Tout d’abord, et même si les “savoirs faire incorporés” sont mentionnés, cette description est fortement biaisée vers une vision à la fois quantitative et explicite de ce qu’est la connaissance. L’analogie avec un stock de capital le montre bien. Or, ce qui caractérise la connaissance c’est aussi une contradiction permanente entre un mode de construction qui est le plus souvent collectif, et un mode d’appropriation qui reste en partie individuel. Comme noté antérieurement, on est en présence d’une division de la connaissance que Hayek n’hésitait pas à comparer à la division du travail chez Adam Smith. Aussi la connaissance ne peut être uniquement assimilée à un stock. Elle est un mode de pensée évolutif qui, pour Hayek:

“…permet à l’ingénieur individuel de trouver rapidement de nouvelles solutions quand il est confronté à une nouvelle constellation de circonstances”. [41]

De plus, elle peut fort bien ne pouvoir se manifester qu’à travers des formes collectives. C’est en particulier le cas de la connaissance accumulée au sein d’organisations, qu’elles soient des entreprises, des partis politiques ou des syndicats. Ceci n’est pas contradictoire avec l’idée d’une appropriation individuelle. Cependant cela incite à ne pas réduire les structures collectives à la somme de leurs participants. Comme l’écrit Sidney Winter:

Ainsi, même si le contenu de la mémoire organisationnelle n’est stockée que sous la forme de traces dans la mémoire des membres individuels, elle est quand même une connaissance organisationnelle dans la mesure où le fragment stocké par chaque membre n’est pas pleinement effectif hors du contexte fourni par les fragments stockés par les autres membres”  [42]

Si les économistes sont spontanément tentés par la métaphore du stock de capital, ils doivent  mesurer que la connaissance diffère radicalement d’un capital en raison de sa nature à la fois consciente et inconsciente. La connaissance ne commence pas par le doute et la vérification, mais par la croyance[43]. Seul le fait de croire permet de douter par la suite. Ces croyances ne sont pas toutes transmises de manière consciente. En répétant des formules du langage nous répétons, parfois à notre insu, des morceaux de croyance. Ce n’est qu’ex-post que nous pouvons être confrontés à des éléments de contradiction, qui nous incitent au doute, et par là à la vérification. Mais cette dernière va engendrer une nouvelle croyance, dans la mesure ou bien rares sont les résultats entièrement testables et les tests directement et complètement intelligibles. La dimension subjective de la connaissance est essentielle, même si elle pas la seule, bien sur.

II.2. Éléments d’une théorie subjectiviste de la connaissance

La connaissance est donc un ensemble multiforme. Pour tenter d’en résumer les différentes notions évoquées, on peut considérer la connaissance à partir de cinq couples[44].

En premier lieu, on doit prendre en compte le couple connaissance substantielle / connaissance procédurale . On peut considérer que la connaissance substantielle consiste en un savoir précis, immédiatement identifiable et instrumentalisable au niveau individuel. On connaît ainsi un certain nombre de mots d’une langue étrangère, ou une formule mathématique donnée. La connaissance procédurale, par analogie avec la notion de rationalité procédurale utilisée par Herbert Simon[45], consiste à savoir où, ou auprès de qui, on peut trouver le savoir manquant. On ne connaît pas une certaine langue étrangère, mais on connaît une personne qui peut traduire la source dont on a besoin. La connaissance procédurale revient ainsi à savoir chercher, à travers la connaissance cette fois ci des procédures adéquates, soit dans une documentation soit auprès d’autres personnes ce qui manque dans la connaissance substantielle. Elle implique d’emblée de ne plus considérer les agents isolés, mais inclus dans un environnement et un réseau de relations qu’ils peuvent mobiliser pour obtenir la connaissance dont ils ont besoin. La prise en compte de la connaissance procédurale nécessite aussi un dépassement des hypothèses d’individualisme méthodologique. Dans le cadre de groupes relativement restreints, comme des bureaux d’études, les connaissances procédurales des membres de ces groupes peuvent se fusionner en une connaissance substantielle d’un niveau supérieur qui caractérise cette fois non plus un individu mais un collectif. La permanence de ce dernier, sa continuité dans le temps, devient alors une condition de son efficacité. Il faut alors noter que la notion de connaissance procédurale va à l’encontre de l’opinion des auteurs autrichiens privilégiant la concurrence comme mode non-intentionnel de coordination des connaissances dispersées[46]. Dans les organisations la connaissance procédurale fonctionne comme une méthode consciemment et intentionnellement mise en oeuvre pour coordonner des connaissances complémentaires. La coopération, et non la concurrence, apparaît ici comme le principe régulateur. Notons immédiatement que, pour que cette coopération fonctionne de la manière la plus harmonieuse, il importe que aucun individu ne puisse approprier pour lui seul les effets de cette connaissance. Le principe de la rétribution collective peut alors, dans les cas où cette coopération est essentielle, devenir justifié.

Un second couple important est constitué par l’articulation connaissance explicite / connaissance implicite. Une connaissance explicite est une connaissance que l’on peut transmettre à autrui directement, à travers un livre ou un article par exemple. Une connaissance implicite ne se transmet, elle, que par l’imitation de comportements et l’expérience; elle n’en est pas moins, comme l’a démontré Michael Polanyi une dimension fondamentale de la connaissance[47]. On peut ainsi lire tous les manuels portant sur les échecs et ne pas être un bon joueur avant d’avoir participé à un certain nombre de parties. Ce que l’on nomme le flair de l’ingénieur, de l’investisseur ou du spéculateur, et qui n’est que le produit de son expérience passée, appartient définitivement à la connaissance implicite. Certaines routines sont aussi du même ordre. Contrairement à la connaissance explicite, la connaissance implicite n’est pas directement quantifiable ou mesurable; elle ne peut s’apprécier qu’en termes qualitatifs. Ceci soulève un problème de cohérence important quand on cherche à confronter ces deux dimensions. Traditionnellement, le courant dominant en économie ignore alors la dimension implicite de la connaissance car il ne peut la réduire à un élément quantifiable. Il en résulte que, même quand il accepte de prendre en compte le problème général de la connaissance, il ne peut le faire que de manière imparfaite et réductrice, car tout un pan échappe à sa vue.

Connaissance accumulée / connaissance pertinente constituent un troisième couple significatif. La connaissance accumulée correspond au phénomène additif que décrivait la citation de l’ouvrage de Michel Aglietta. Cependant, ce dernier est loin de déterminer la fraction utile, à un moment donné face à une décision donnée. De même que, plus haut, on a dit que la notion d’information n’avait pas de sens hors de la spécification de l’agent qui doit l’utiliser, il faut ici souligner que la notion de connaissance n’a de signification que dans le cadre d’un processus donné, qui correspond à la tentative de résolution par l’agent d’un problème défini. Ainsi, chaque instant et chaque opération découpent-ils au sein de la connaissance accumulée une connaissance pertinente. C’est cette dernière qui importe alors pour l’agent s’il ne veut pas se perdre dans la totalité de ses savoirs. La capacité à identifier ce qui, dans les connaissances accumulées, appartient à cette connaissance pertinente est essentielle pour que s’amorce le processus d’instrumentalisation des différentes composantes des connaissances existantes. Cette connaissance pertinente peut être entièrement comprise dans la connaissance accumulée tout comme elle peut la dépasser. Dans ce cas, la détermination de l’espace général de la connaissance pertinente induit et définit le processus progressif d’apprentissage. L’agent va chercher à constituer la connaissance pertinente dont il a besoin, s’engageant par là dans des modifications et restructurations de ses savoirs comme de ses perceptions.

L’articulation entre connaissance réfléchie / connaissance réflexe  est aussi fondamentale. Certaines connaissances résultent de processus d’élaboration qui font amplement appel à la déduction. La mise en évidence de liens logiques permet dans ce cas de réaliser une économie dans la recherche d’exemples supplémentaires, ou dans celle de nouvelles données. La possibilité de se livrer à l’abstraction est une dimension essentielle du processus cognitif car elle permet de palier les insuffisances de nos moyens à recevoir certains signaux.

Rappelons que c’est par calcul et déduction que les dernières planètes du système solaire, Neptune et Pluton, furent découvertes, et non par observation. De la même manière, un certain nombre de phénomènes en astrophysique furent prévus avant qu’ils puissent être observés. Tout discours qui ainsi mépriserait la formalisation et la modélisation au nom de l’écart avec les processus réels, se couperait d’une dimension importante du processus de constitution des connaissances. En même temps, réduire ce dernier au seul processus déductif serait tout autant une erreur. Les mécanismes de routine sur lesquels on a insisté conduisent à identifier une connaissance réflexe, c’est à dire une connaissance implicite et souvent inconsciente, mais dont la principale caractéristique est de pouvoir être mise en oeuvre instantanément. Qui a assisté ou participé aux parties de jeu d’échec en accéléré, où chaque joueur doit réagir en quelques secondes, comprendra immédiatement ce dont il est question. La décision d’avancer telle ou telle pièce n’est pas à proprement un réflexe, comme celui provoqué dans la marche ou la course. Chaque joueur peut, à posteriori, expliquer la manoeuvre des pièces, et cette dernière fait bien référence à des connaissances accumulées. Mais, c’est en général une démarche d’ordre purement visuelle, court-circuitant ainsi le processus déductif normal qui a lieu dans une partie sans limite de temps, qui a guidé la décision. Le terme de connaissance réflexe insiste alors sur la dimension automatique, inconsciente, du processus.

Enfin, le dernier couple est constitué par connaissance consciente / état d’esprit . L’état d’esprit est une dimension essentielle de la connaissance. C’est lui qui détermine en fait la capacité à identifier les limites de la connaissance pertinente à un problème donné, et à mobiliser des savoirs comme la connaissance procédurale et la connaissance implicite. Il s’oppose à la connaissance consciente et à ses processus déductifs non comme une alternative, car l’intuition ne peut remplacer la déduction, mais en ce qu’il est une logique dynamique confrontée à une logique statique. C’est l’état d’esprit qui met en branle les processus de découpage, de reconfiguration, d’acquisition qui vont affecter l’ensemble de la connaissance, ou au contraire qui conduit l’agent à refuser des liens et à laisser inutilisées des fragments de ses autres savoirs. Réciproquement, l’état d’esprit est affecté par l’apprentissage. Ce dernier ne consiste pas seulement en une accumulation de connaissances nouvelles. Il peut impliquer le rejet d’une partie des connaissances anciennes, une réorganisation des rapports entre les différents niveaux de connaissance, et une modification de l’état d’esprit. Apprendre n’est pas seulement connaître plus; c’est aussi voir ce que l’on connaît différemment.

Chaque couple recoupe, en partie au moins, les autres couples; la connaissance implicite ainsi peut être procédurale, tout comme elle peut faire partie de la connaissance réflexe. Ces différents niveaux ont des implications spécifiques. La connaissance explicite ne peut se développer que par le libre accès aux sources et documents; liée à des supports matériels, elle nécessite pour se développer des flux mesurables auxquels des coûts peuvent être appliqués. Les dimensions procédurales et implicites impliquent quant à elles le respect du principe de continuité et la stabilité des collectifs au sein desquels elles se développent. Les procédures doivent avoir été testées pour être reconnues comme fiables et mobilisables. Les savoirs faire ont besoin pour se constituer d’une répétition d’actions communes. On retrouve ici la notion de mémoire organisationnelle présentée par Sidney Winter. Soumettre alors les organisations comme les individus à des environnements qui privilégient la flexibilité peut avoir les mêmes conséquences que la censure et la dissimulation pour le développement de la connaissance explicite.

Ceci fait émerger un arbitrage crucial mais ignoré par la théorie économique. Si on accepte de donner à la connaissance, sous toutes ses formes, un rôle clé alors une organisation économique (entreprise ou réseau d’entreprises) sera d’autant plus adaptable à des changements survenant dans son environnement qu’elle est stable de manière interne. Inversement, l’application des principes de flexibilité à l’intérieur d’un système suppose que l’on garantisse la stabilité de son environnement externe. Fondamentalement, le fait que la connaissance ait tout à la fois une dimension individuelle et une dimension collective (la connaissance procédurale, mais aussi l’état d’esprit) rend nécessaire un pivotement de la perspective théorique en faveur des formes collectives et des organisations, désormais perçues comme qualitativement supérieures à la somme des individus qui les composent.

 

Section III.

Le temps de la décision

Si on cherche à prendre réellement le temps au sérieux, il convient de décomposer toute décision en ses différents stades. Ainsi, l’acte d’investir recouvre en réalité la séquence suivante: l’agent économique reçoit des signaux, à partir desquels il doit prendre une décision, puis, cette dernière prise, il lui faut attendre un certain temps pour que les effets de la décision se manifestent. On peut donc considérer que, pour toute action économique, il y a un temps de la décision comme il y a un temps de l’exécution. On est donc confronté à l’existence d’une contrainte temporelle pour toute action économique. Par ce terme on signifie que toute décision doit prendre place entre un certain moment où cette action devient matériellement possible (réception des signaux) et un autre moment où son utilité pour l’agent disparaît. La raison de la disparition de l’utilité potentielle de la décision peut varier. Si la consommation est ainsi un phénomène général et a-temporel, une consommation particulière ne saurait être indéfiniment retardée (sous peine par exemple de mourir de faim). Une décision d’investissement non plus ne saurait être indéfiniment retardée, sous peine de perdre de son sens, même si l’investissement en tant que phénomène macro-économique peut être assimilé à un flux continu.

III.1. Utilité et temps de la décision

On supposera ici, en conformité avec le modèle néoclassique, que les décisions doivent être prises dans des cadres concurrentiels. Cependant, et la distinction est ici essentielle, on refuse l’hypothèse d’un cadre coercitif empêchant les participants au marché de contracter avant qu’un prix d’équilibre n’ait été déterminé. Une autre manière d’exprimer la divergence avec le cadre traditionnel consiste à admettre que les décisions ne sont pas simultanées, et que, en conséquence, le premier à se décider peut espérer un gain résultant de l’antériorité de sa décision. Cette hypothèse est clairement réaliste même si elle ne doit pas être systématisée[48]; on peut noter en passant qu’elle revient à considérer que les opportunités de profit sont, en partie au moins, appropriables.

Pour le reste, on admettra que les signaux sont les mêmes pour tous les agents, qu’ils sont perçus au même moment, et que le menu des décisions potentielles dont chaque agent dispose est le même. Les seules clauses de réalisme ici introduites se limitent donc à admettre qu’il soit possible de décider de manière échelonnée dans le temps et que ceci puisse être source d’utilité (refus de la contrainte de simultanéité des décisions), mais aussi dans l’hypothèse que les capacités décisionnelles des agents puissent ne pas être identiques (refus de l’hypothèse d’homogénéité). La contrainte temporelle dans ce contexte signifie que, entre le moment où les agents reçoivent un signal (reçoivent et non perçoivent car le temps nécessaire pour décrypter le sens et la pertinence du signal et le transformer en une information pertinente sera incorporé dans la contrainte temporelle), et le moment où l’action correspondant à cette information conservera un sens, le délai est fini. On peut alors représenter l’évolution de l’utilité de la décision par rapport au temps de la manière suivante, comme dans le graphique 1.

G1

Si l’agent a besoin du temps t1 pour prendre sa décision, celle-ci, à supposer qu’elle corresponde au meilleur des choix possibles, ne lui donnera qu’une utilité U1 inférieure à l’utilité maximum qu’il aurait pu avoir s’il lui avait été possible de se décider immédiatement. En fait, le délai t1 correspond au temps nécessaire pour traiter les signaux reçus et mobiliser les connaissances relatives à la décision considérée. Notons immédiatement que dans le cas d’espèce on a supposé une certaine forme de la courbe d’utilité qui correspond plus à une décision d’investissement ou de production. Cette dernière passe par une valeur maximale au départ, car plus la décision est rapide plus est importante la probabilité que l’agent soit le premier à prendre la bonne décision dans la catégorie des agents concernés (hypothèse de concurrence). Elle conserve dans le temps une certaine valeur résiduelle qui tend vers zéro, signifiant ainsi que la pertinence économique de la décision est affectée par une probabilité de déclassement de sa signification par le processus d’innovation. Dans le cas d’une consommation, on obtiendrait aussi une courbe décroissante, mais à la pente bien plus abrupte et connaissant une valeur nulle à une certaine date. A ce stade du raisonnement, il convient de ne pas se fixer sur les formes particulières de chaque courbe, mais de garder en tête l’hypothèse de la décroissance de l’utilité avec l’écoulement du temps.

III.2. Décision en temps contraint et implications

Cette idée peut alors être développée de la manière suivante. On suppose que pour chaque décision à prendre, il y a une collection de choix possibles parmi lesquels l’agent ne connaît pas a priori lequel est le meilleur. S’il prend une décision au hasard, il court le risque de tomber sur le plus mauvais des choix possibles, impliquant une certaine désutilité. Pour pouvoir établir un classement parmi les différents choix possibles, il doit acquérir ou accumuler des connaissances, processus dont le coût est croissant en fonction du temps. Pour l’instant, on se contentera de cette représentation purement quantitative du processus cognitif tout en signalant qu’elle est profondément réductionniste. On ajoutera ici que cette décision se fait sans coût initial pour l’agent, et que l’on néglige donc la question du taux d’intérêt, sur laquelle on reviendra ultérieurement. On peut donc estimer que toute décision a une utilité potentielle minimale en deçà de laquelle la décision ne vaut plus la peine d’être considérée par l’agent. La question posée devient donc alors la suivante: peut-il accumuler suffisamment d’éléments dans le temps imparti pour que la décision ait un sens, en sorte que cette dernière soit fondée sur un calcul économique (et donc une représentation probabiliste du futur) et non sur un simple pari.

Ceci dépend, comme on peut le voir dans le graphique 2, de la forme de la courbe représentant l’évolution de l’utilité potentielle de la décision avec le temps. Si on fixe U1 comme étant l’utilité minimale justifiant la décision, le temps laissé à l’agent pour réunir les moyens de la décision varie suivant que l’on passe de la courbe (D) à la courbe (D’). Or, ce passage a une signification économique claire. Si on reprend les hypothèses formulées au début du raisonnement, l’accentuation de la courbe et son déplacement vers la gauche sont directement liés à l’accroissement de la concurrence sur le marché concerné par la décision à prendre. Plus la concurrence est forte et plus la probabilité qu’un agent puisse très rapidement arriver à une “bonne” décision le premier, réduisant ainsi fortement l’utilité des décideurs suivants, devient forte.

G2

Une formulation simple de la contrainte temporelle nous conduit donc à la conclusion que tout accroissement du degré de concurrence sur un marché donné se traduit par un raccourcissement du temps imparti pour qu’une décision conserve sa signification. Loin de favoriser les conditions de la décision, la concurrence ici apparaît comme un obstacle à cette dernière. Supposons encore que le décideur soit sensible moins au résultat qu’il escompte qu’au meilleur comme le pire des résultats que son choix peut engendrer[49]. Ces résultats donnent lieu à des courbes d’utilités évoluant avec le temps, où l’utilité comme la désutilité diminuent avec la durée entre le déclenchement du processus et la prise de décision. Ceci revient à considérer que, pour tout moment pris à partir de l’origine, la décision a une utilité maximale potentielle (si la meilleure décision est prise) et un risque potentiel (si la plus mauvaise décision est prise). Ce risque diminue dans le temps, ce qui est ici une simplification d’une formulation plus complète où l’on dirait que la probabilité de la prise d’une mauvaise décision diminue avec le temps et l’accumulation des connaissances. On aboutit alors aux courbes et droites du graphique 3.

Gr3

On introduit ici l’idée d’une recherche des informations et connaissances nécessaires à l’exploitation du signal, et on considère, de manière cohérente avec le cadre néoclassique, que cette recherche a un coût, que l’on pose croissant avec le temps. Il existe une durée au-delà de laquelle même le meilleur des choix possibles n’est plus intéressant; ceci correspond à t1 quand le coût de constitution et d’accumulation des connaissances, déterminé par la droite c, dépasse l’utilité de la meilleure des décisions. Pour ce niveau, où le coût est égal à l’utilité U1, il se peut qu’il ne soit pas encore possible pour l’agent de prendre “la” bonne décision sur la base d’une évaluation de l’ensemble des possibilités, mais, même si cela était possible, la décision n’aurait plus aucun intérêt pour l’agent. Signalons encore que l’on considère les connaissances acquises et transformées en t1 comme non redéployables, c’est à dire que leur coût doit être totalement imputé sur l’utilité de cette décision particulière. Une hypothèse de redéployabilité de ces connaissances, qui est en un sens plus réaliste, implique uniquement de diminuer la pente de la droite C, mais ne modifie pas le fond du raisonnement.

On constate que l’espace pertinent pour le décideur est celui de l’utilité nette de la décision, soit celui compris entre la courbe D et la droite C. Si les connaissances acquises en t2, inférieur à t1, sont suffisantes pour prendre la bonne décision en question, l’utilité nette de cette dernière ne sera pas U2 mais U2-C2. L’utilité nette (U2-C2) doit aussi être rapportée au risque encouru pour toute décision prise en t2, soit R2. Si le temps t2 est insuffisant pour que la connaissance de la “bonne” solution soit parfaite, assurant une garantie totale d’obtention de U2, alors la valeur pertinente pour le choix de l’agent est (U2-C2)/R2.

Par rapport à un concurrent qui serait en mesure de prendre une décision plus rapidement (en t3), le décideur considéré subirait une perte d’utilité relative qui en t2 serait égale à U3-U2. Cette perte d’utilité relative ne remet pas en cause la validité de la décision instantanée pour le décideur, qui dégage malgré tout un solde positif. En dynamique toutefois si cette perte se répète régulièrement, elle traduit alors un avantage comparatif du concurrent qui peut se traduire en des capacités d’accumulation supérieure et ainsi un processus cumulatif d’écart dans les capacités à prendre les décisions. La signification de la perte relative d’utilité change ainsi suivant que le considère une décision unique ou une série de décisions répétées.

La maximisation de l’utilité nette passe donc soit par une minimisation du temps nécessaire à la prise de décision soit par une baisse du coût des connaissances imputable sur l’utilité dégagée par cette décision. L’identification de ces deux stratégies a des conséquences importantes pour notre représentation des marchés et des comportements des agents. La minimisation du temps de la décision est, on l’a vu, une notion relative à la forme de la courbe de décision. Toutes choses étant égales par ailleurs, une réduction du degré de concurrence aboutit à favoriser cette minimisation du temps de la décision. On peut aussi imaginer de rendre plus rapidement disponible aux agents les connaissances dont ils ont besoin pour interpréter le signal initial. Ce faisant on modifie les conditions d’accès à l’information et à la connaissance, et on s’approche de la seconde stratégie. Cette dernière peut donc être mise en oeuvre soit par une mise à disposition de capacités étrangères aux agents, soit en permettant aux agents de réutiliser lors d’une décision présente les connaissances acquises pour des décisions passées. A cet égard, la redéployabilité des connaissances peut aussi se transformer en élément de l’avantage compétitif, en permettant de dégager une utilité nette supérieure pour un temps décisionnel identique. Cette conséquence de la contrainte temporelle prise dans sa forme la plus simple a pour résultat de modifier notre représentation des routines face à des processus conscients de maximisation.

III.3. Routines et structures cognitives

Reprenons ici le cours du raisonnement de base de l’équilibre général. Les agents économiques sont réputés soumettre toute décision à un calcul économique, au sens d’un arbitrage coût/efficacité. Soit. Mais il faut alors admettre que la décision de soumettre un choix au calcul est elle même susceptible d’être soumise au même calcul. En effet, comme le fait de tenter d’évaluer les conséquences d’une décision est coûteux, et que le coût, peut, on vient de le voir, annuler l’utilité nette de la décision, chaque agent est alors placé devant l’alternative de calculer ou d’agir sans calculer. Si une décision a déjà été prise dans le passé et si son résultat est réputé satisfaisant, le coût du calcul nécessaire pour tenter d’améliorer la décision peut s’avérer supérieur au gain que l’on obtient en répétant immédiatement  la décision. Il faut pour cela supposer que l’environnement ne s’est pas modifié ou, plus subtilement, que l’agent n’a pas perçu ce qui pourrait lui faire penser que l’environnement s’est modifié. La contrainte temporelle est donc un bon argument pour justifier l’existence de comportements routiniers conçus non comme un refus des individus de se plier aux règles du calcul mais au contraire comme le résultat d’un calcul rationnel. La routine est ici une forme de redéployabilité des connaissances constituées pour une décision antérieure, qui se traduit par un gain en utilité nette.

Cette réévaluation des routines peut être étendue si on considère que l’agent concerné doit prendre simultanément une série de décisions différentes. Il devient alors rationnel pour l’agent de confier à des routines le plus de décisions possibles afin de pouvoir se concentrer sur les plus importantes. On doit ajouter ici un autre cas de figure, celui de chaînes de décisions liées. Supposons que l’agent soit confronté, parmi l’ensemble des décisions qu’il doit prendre à une catégorie de décisions non liées, et une autre catégorie de décisions liées, chacune définie comme une sous-collection (Xi, Yi, Zi…) où les décisions X2, X3,…,Xn ne peuvent être prises qu’une fois réalisée la décision X1. Les décisions de niveau 1 dans chaque collections deviennent des décisions prioritaires qui justifient directement une concentration des capacités cognitives, au détriment de l’autre catégorie de décisions non liées.

Ainsi, la prise en compte du caractère fini des capacités de calcul et d’évaluation des individus a pour conséquence d’induire une dialectique entre la décision soumise à calcul et celle laissée à la routine, au lieu de les présenter comme des oppositions antinomiques.

 

Section IV.

Éléments d’une théorie subjectiviste de la décision

Si on reprend maintenant le problème de la décision en intégrant les discussions menées plus haut, on peut établir que l’utilité maximum u* d’une décision dépend d’une combinaison entre les informations, ici conçues comme des signaux collectés par l’agent, et une certaine structure de la connaissance de cet agent, lui permettant de traiter les dits signaux. Ceci est susceptible d’une modélisation simple que l’on conduira ici sous forme graphique.

Pour comprendre le processus de décision en fonction des deux variables, on part du problème de la détermination de l’utilité potentielle de décision pour un agent. On suppose que chaque agent dispose d’une certaine structure de connaissance, et selon les environnements mais aussi ses propres efforts, collecter des volumes de signaux pertinents. En d’autres termes: u* = f (Kn, I), où Kn est la structure de la connaissance et I le volume des signaux, avec f’1>0, f »1<0 et f’2=0 avec f »2<0 pour I tel que I/Kn =k

Ceci correspond au graphique 4 et constitue une application directe des thèses de de Groot et Simon sur le risque de saturation des capacités de décision de l’opérateur par excès de signaux. L’utilité décroît rapidement dès que I/Kn >k par excès de I. Par contre, pour I = 0, alors u* = 0 pour toute valeur de Kn. La surface comprise entre une courbe de I et l’axe horizontal contient donc la totalité des utilités possibles pour une valeur de Kn donnée, ou si l’on préfère pour une structure de la connaissance de l’agent.

La fonction d’utilité potentielle de la décision

Gr4

 On obtient une valeur optimale du volume des signaux, à laquelle correspond, pour une valeur de Kn donnée, une utilité maximum donnée. Un accroissement de Kn suscite l’engendrement de nouvelles courbes (ici marquées 1,2,3 et 4). Dans la mesure où, comme on l’a expliqué dans la section 2 de ce texte, la connaissance est une notion tout autant qualitative que quantitative, il est raisonnable de supposer que le rendement global de la fonction d’utilité de la décision est supérieur à 1. On considérera désormais que u* = f(Kn, I) est la fonction d’utilité potentielle de décision de l’acteur.

IV. 1. De la connaissance  la connaissance pertinente

Ce raisonnement fait immédiatement apparaître le paramètre k comme un point central dans le raisonnement. Bien entendu, il ne saurait être considéré comme constant. Il constitue une simplification de la combinaison des effets des techniques de traitement (qui se transforment avec l’accroissement de Kn) et des effets de la subjectivité de l’acteur. Ce dernier, en fonction de son état d’esprit, est plus ou moins disposé à déterminer au sein de sa structure de connaissance quelles sont les connaissances pertinentes au traitement des signaux qu’il a reçu. En ce sens, la possibilité pour l’acteur d’utiliser des routines quant à l’identification des connaissances pertinentes est un élément décisif de l’efficacité de son processus de décision.  La diminution de k, qui traduit que le même volume de signaux doit, pour être traité, impliquer un volume supplémentaire de connaissance pertinente, signifie une détérioration du processus cognitif général, soit pour des raisons techniques (des routines sont invalidées par l’irruption de signaux d’une nature nouvelle) soit pour des raisons subjectives (le décideur n’a plus confiance dans les routines qu’il a utilisées antérieurement). On a ainsi une seconde fonction, ou la connaissance pertinente utilisée, Knp = I x j

Dans le graphique 5, ceci se traduit par le glissement vers la gauche de la droite J de J en J1.

La fonction de connaissance pertinente utilisée

Gr5

Si, maintenant, on passe du cadre où le décideur est un individu à celui où il est un collectif (ou plus précisément un individu exprimant un processus collectif), le déplacement de la droite J vers la gauche ou vers la droite traduit l’état d’esprit qui règne à l’intérieur de ce collectif. Si les membres ont une réticence à communiquer entre eux, par exemple s’ils craignent qu’une fraction du collectif, voire un individu, approprie à son seul profit les résultats issus des connaissances qu’ils peuvent détenir, alors la droite se déplacera de J en J1. Inversement, si l’atmosphère interne du collectif s’améliore, si le sentiment d’un sort commun l’emporte sur les préventions particulières, en ce cas le déplacement se fera de manière inverse. La fonction d’utilité potentielle de la décision peut alors être réécrite comme:

u* = f (Kn, I, j), avec f’3<0

La variable j permettant d’intégrer la fluctuation de l’efficacité des processus décisionnels en fonction de la variation de la nature des signaux (et non plus de leur seul volume) et en fonction des conditions subjectives des acteurs. Elle s’applique aussi bien au cas où le décideur est un individu qu’à celui où il s’agit d’une organisation, impliquant des procédures de concertation collectives. Inversement, on voit bien que pour atteindre une utilité potentielle u°, le décideur doive pouvoir dégager une connaissance pertinente Knp° avec Knp° = h (u°, j, I). La connaissance pertinente que le décideur doit identifier et déterminer dépend ainsi de son objectif en matière d’utilité (u°), mais aussi du volume de signaux qu’il anticipe devoir traiter, et la variable j.

IV. 2. Le processus de mobilisation des connaissances

Il devient alors possible de passer à une troisième étape, celle de la mobilisation des connaissances pertinentes préalablement déterminées. L’activation de liens conscients ou semi-conscients chez les individus, tout comme l’activation des procédures de mise en commun des savoirs complémentaires dans les systèmes collectifs, est un troisième moment du processus de la décision. Suivant comment il se déroule, on aboutit à une décision plus ou moins rapide.

La mobilisation des connaissances

 Gr6

On peut ainsi soutenir, comme on le représente dans le graphique 6, que le temps minimum pour aboutir à une décision réfléchie est une fonction décroissante des connaissances pertinentes.

t = g (Knp), g'<0, et donc, pour une utilité potentielle visée u°, t° = g (u°, I, j)

Mais, en réalité, l’activation de ce processus dépend aussi d’un contexte. Pour l’individu isolé, le décideur archétypal de la théorie standard, ceci signifie le degré de dissonance cognitive qu’il éprouve par rapport à cette décision. Pour la décision au sein d’un système collectif, cas plus représentatif des décisions importantes économiques, politiques ou militaires, ce qui est en cause est une viscosité du système, qui peut être de nature institutionnelle, mais aussi psychologique. Certaines organisations se prêtent plus mal que d’autres à une mobilisation rapide des savoirs pertinents. Mais, dans d’autres cas, la nature même de la décision à prendre, si elle heurte la culture interne de l’organisation, soit le corps des représentations dominant en son sein, peut bloquer le processus de mobilisation. Aussi, pour la même structure de connaissance pertinente, on peut avoir des temps différents, ce que traduit dans le graphique le déplacement des courbes mKn. Il convient d’écrire t° = g (u°, I, j, l) ou l est la variable de mobilisation des connaissances.

La possibilité dans des organisations dotées d’une certaine stabilité de constituer la connaissance pertinente en connaissance réflexe aboutit à considérablement réduire le temps de décision. La routine doit être interprétée comme un exemple de la connaissance réflexe. La réaction quasi automatique des équipages de l’Amiral Tanaka lors de la bataille de Tassafaronga, réaction qui leur permis d’infliger aux forces américaines des dommages incommensurablement plus importants que ceux que la force japonaise subit, et ce alors que du point de vue de l’information tous les éléments étaient en sa défaveur, constitue une application directe de la routine comme connaissance réflexe[50]. On peut alors généraliser et évoquer les doctrines dont se dotent les organisations comme des procédures permettant un basculement rapide dans la connaissance réflexe.

Il est tentant, ici, de vouloir introduire le concept de convention, pris dans sa signification de dispositif cognitif collectif[51]. Malheureusement, une interprétation en terme de « common knowledge », ne résiste pas à une approche historique. L’existence de doctrines opérationnelles, qui varient avec les armées et les époques, et dont l’élaboration donne toujours lieu à débats, apporte en effet une contradiction flagrante à la notion de common knowledge[52], ou celle d’une diffusion spontanée d’une convention[53].

Les règles de combat, dont la diffusion est essentielle au sein de forces armées, et qui effectivement constituent des dispositifs pour économiser non point l’information mais le travail d’évaluation des paramètres d’une situation donnée[54], ne peuvent se constituer en doctrine que par l’entremise d’institutions légitimantes. A cet égard, la relation d’autorité est évidemment importante, en particulier si, dans une institution hiérarchique comme le sont les armées les « expérimentateurs » ont des statuts égaux ou équivalents.

La question centrale est ici que ce qui assure le succès local d’une règle de combat n’est pas nécessairement généralisable, et que les raisons de ce succès, qui doivent être connues au moins partiellement pour se livrer à cette généralisation, ne sont pas nécessairement directement intelligibles à l’expérimentateur isolé.

IV. 3. Intelligibilité des informations et connaissance : l’apport de l’histoire militaire.

Il faut, ici, faire un détour par l’histoire militaire pour comprendre comme se construit, ou ne se construit pas, l’intelligibilité de l’information. Un bon exemple en est donné par la bataille navale du Cap Espérance (ou 2ème bataille de Savo, 11-12 octobre 1942). L’amiral américain remporta un succès sur une escadre japonaise qui eut d’autant plus de retentissement qu’il venait après une sanglante défaite subie par la marine américaine. Pourtant, la tactique employée était fondamentalement erronée comme devait l’indiquer une analyse du Naval War College. Le succès découla du fait que l’amiral japonais commit des erreurs encore plus graves. Parce que la victoire était survenue en un temps difficile pour l’US Navy, on ne discuta pas la tactique, conduisant alors à deux nouveaux désastres, dans la nuit du 13 novembre et dans la nuit du 30 novembre 1942. Ce n’est que dans la mesure ou l’expérience des combats put être traitée et analysée « à froid » lors de simulations au Naval War College (qui sont l’équivalent d’un processus d’abstraction), que de nouvelles règles de conduite purent être élaborées.

La défaite américaine lors de la bataille du 30 novembre (Tassafaronga) met quant à elle en évidence le rôle de la routine comme système économisant la connaissance pour une décision instantanée. Alors que l’escadre américaine était mieux dotée en moyens de découverte et de détection, elle fut néanmoins battue parce que son adversaire réagit plus rapidement et de manière plus coordonnée, grâce à un entraînement intensif[55]. Dans un autre contexte, la défaite de Savo met en lumière l’importance de la dimension subjective de la connaissance. Les équipages comme les officiers des navires alliés n’étaient pas dans les conditions psychologiques leur permettant d’interpréter de manière efficace les signes avant-coureurs de l’attaque japonaise. Ceci résultait tant de la fatigue que d’une impréparation psychologique au combat de nuit, au contraire de la flotte japonaise.

Plus généralement, depuis les travaux historiques de Vlahos et de Perla, le rôle de l’intellectuel collectif que fut le Naval War College a été mieux compris et apprécié[56]. Que ce soit la stratégie consistant à « sauter » certaines des îles occupées par les forces japonaises, ou le développement rapide des porte-avions d’escorte à partir de coques de navires de commerce, on est en présence d’idées qui avaient été développées depuis 1937 et ainsi avaient eu le temps de mûrir chez les officiers qui avaient participé aux travaux du Naval War College. Plus généralement, la simulation joue un rôle important non pas en préfigurant très exactement le futur, mais en construisant des cadres communs de réflexion pour des opérateurs qui devront, par la suite, opérer en coopération.

L’histoire militaire la plus traditionnelle, celle qui prend pour objet les batailles et les campagnes militaires, apporte ici plusieurs éléments à l’économiste s’il accepte de décentrer son objet. Tout d’abord, elle lui fait toucher du doigt la nature complexe et composite de la notion de connaissance. Connaître c’est aussi vouloir connaître et être prêt à connaître. Ceci valide entièrement une approche subjectiviste du type de celle de G.L.S. Shackle, mais aussi celle de Hayek ou de Keynes (que l’on se souvienne de la parabole du Concours de Beauté).

Ensuite, elle lui permet de mieux prendre en compte le rôle des espaces de controverse (pour reprendre une formule de M. Callon [57]), et en particulier des espaces institutionnalisés, comme justement le Naval War College, dans l’émergence de conceptions communes du futur permettant une meilleure coordination des représentations du monde. La convergence des perceptions s’avère, vérifiant ainsi une intuition que Hayek avait eue dès les années trente, une dimension essentielle de l’efficience des décisions. Mais, cette convergence ne s’obtient pas spontanément, contrairement à ce que Hayek a cru toute sa vie; elle se construit.

 

C’est ici la psychologie expérimentale, avec en particulier les travaux de chercheurs comme Tversky et Kahneman ainsi que de leurs élèves et collaborateurs, qui apporte la vérification expérimentale la plus solide aux déductions issues de l’histoire militaire. La réfutation des hypothèses traditionnelles sur le comportement de l’individu, l’indépendance de ses préférences quant au contexte, la transitivité et la monotonie des préférences, permet alors de comprendre pourquoi il ne peut y avoir d’apprentissage spontané de conventions de coordination[58]. Ces conventions ont bien un rôle important à jouer dans la mise en place de convergences de représentations, mais pour fonctionner elles nécessitent des cadres hiérarchiques et organisés. La question de la mobilisation des connaissances nous a ainsi conduit à passer de la décision isolée à la décision dans son contexte, et dans les interactions avec d’autres décisions, simultanées ou passées. On est alors sorti du strict cadre micro-économique par lequel on avait commencé cette quatrième section. Ce premier passage de l’individuel au collectif ne se fait pas à travers une agrégation, au sens de la théorie standard, mais par la mise en place d’institutions contraignantes sur les acteurs. Le parti-pris de commencer par le point de vue de l’individu, qui a été le notre ici, n’était nullement fondé sur une hypothèse d’individualisme méthodologique, mais purement pédagogique. Les décisions individuelles ne sont justement possibles qu’en raison de l’existence de cadres collectifs. Il reste maintenant une dernière étape à franchir, celle de la confrontation des décisions dans un cadre concurrentiel.

IV. 4. Concurrence et temps de la décision

On reprend ici le cadre d’analyse développé dans la troisième section. A partir d’un niveau d’utilité maximum, si la décision pouvait être instantanée, les opérateurs sont confrontés à des fonctions d’utilité de leurs décisions décroissantes dans le temps, en raison de la concurrence que leur font d’autres opérateurs. L’utilité réelle d’une décision est ici toujours inférieure à l’utilité maximum potentielle, celle qui avait été déterminée si l’opérateur avait eu le monopole des signaux ou avait pu empêcher tous les autres opérateurs d’agir.

On a donc U, l’utilité réelle qui sera obtenue ex-post par le décideur telle que U = f (u*, t) avec f1′>0 et f2′<0. Mais, comme vu ci-dessus, t° = g (u°, I, j, l). Donc U = f (u°, I, j, l, u*).

Dans cette fonction, seule u° est connu de l’acteur ex-ante . Il peut avoir une évaluation, plus ou moins fiable, de u* mais avant de décider il ne peut mesurer l’efficacité de son processus décisionnel. Ceci implique que, s’il vise une valeur très élevée de u°, il doit s’accorder un certain temps de décision qui peut se traduire par une chute de l’utilité réellement perçue ex-post, U. La décision est donc fondamentalement une tension entre un objectif visé (ici u°) et une évaluation par l’acteur de son propre potentiel décisionnel (ici u*). Mais cette tension se déroule alors que d’autres facteurs interviennent, soit dans le fonctionnement même du décideur (j et l), soit dans son rapport avec son environnement de décision (le volume I des signaux collectés). La tension se résout quand l’acteur vérifie ex-post son utilité U, qu’il peut alors comparer à u° pour tenter de déterminer, rétrospectivement la valeur de son évaluation de u*.

Utilité potentielle et réelle de la décision

Gr7

Ceci a une conséquence essentielle. Pour que l’on puisse supposer qu’un apprentissage individuel puisse spontanément conduire à une amélioration des décisions de l’acteur, il faut simultanément faire les hypothèses suivantes:

  • (a) Les variables j et l sont objectivables pour l’acteur (au sens où il peut mesurer leurs évolutions et leurs impacts sur sa décision).
  • (b) Le volume des signaux à traiter est prévisible.
  • (c) La fonction U = f (u*, t) ne se modifie pas d’une séquence de décision à une autre.

Si une et une seule de ces trois hypothèses n’est pas vérifiée, le résultat d’une décision passée ne peut pas être utilisé avec certitude pour formuler une nouvelle décision. La première de ces hypothèses est la plus délicate. Pour un acteur individuel, dans la mesure où l’objectivation de j et l signifierait une transparence pour lui-même de son état d’esprit et de ses mécanismes inconscients de tri des connaissances pertinentes, on peut d’emblée répondre par la négative. Pour un acteur collectif, l’inconscient des individus qui le composent est en un sens dilué dans des procédures, explicites et implicites qui peuvent relever de la norme, de la règle ou de la routine (et bien souvent des trois tous ensembles). Une stabilité de ces procédures peut alors être considéré comme un moyen indirect d’objectivation, au moins partielle, de j et l. Par ailleurs, l’existence au sein du collectif, d’espaces de controverses et de validation de ces controverses permet une explicitation des dimensions implicites de certaines procédures. Ainsi, autant la première hypothèse n’est pas soutenable dans le cas de l’acteur individuel, elle ne peut être repoussée dans le cas de l’acteur collectif.

Pour ce qui concerne la troisième hypothèse, on peut supposer raisonnablement que si le degré de concurrence s’accentue, la courbe d’utilité se déforme (phénomène rendu ici par le passage aux courbes en grisé). Ceci correspond alors au passage à une logique plus macro-économique, celle des fluctuations des marchés et des processus de déplacement des opérateurs d’un marché vers l’autre. Pour une structure de connaissance donnée et un contexte de mobilisation des connaissances pertinentes donné, chaque opérateur est confronté à un délai de prise de décision, ici représenté par t1. L’utilité que lui procure la décision réelle, et non plus potentielle, est directement influencée par le degré de concurrence sur le marché donné. Une perte d’utilité, ici représentée par le passage de la courbe 1 à 1′, et donc la valeur u1 à u1′, peut le conduire à modifier ses procédures de mobilisation de connaissance pour pouvoir réagir plus vite. la concurrence exerce donc directement sa pression sur l’organisation interne de l’opérateur, que ce soit sous la forme de la dissonance cognitive (et de la déception) s’il s’agit d’un individu, ou sous la forme de restructuration des organisations. Mais, il faut ici abandonner une hypothèse simpliste que l’on avait utilisée dans la troisième section, soit le fait que les signaux reçus étaient les mêmes pour tous les opérateurs. Cette hypothèse ne présentait aucun inconvénient tant qu’il ne s’agissait que de mettre en évidence le principe de la contrainte temporelle. Elle devient un élément d’irréalisme au niveau où maintenant nous procédons.

On est alors conduit à discuter directement de la seconde hypothèse dans son lien avec la troisième. Il est en effet plus réaliste de considérer qu’une modification des conditions de concurrence entraîne un changement du rapport entre les signaux et la connaissance de l’agent. Ce dernier n’est donc pas confronté à un seul problème d’ajustement (qui serait dans la logique du principe signal-réaction) mais aussi à un problème de reconfiguration générale de sa structure cognitive. Or, il ne peut prévoir avec précision le résultat de cette reconfiguration, et donc se livrer à une évaluation comparative qui permettrait de réintroduire une logique d’optimisation. S’il pouvait prévoir ce résultat, cela signifierait qu’il dispose d’emblée de la structure cognitive qu’il cherche à obtenir. La nécessaire reconfiguration réintroduit au niveau micro-économique l’incertitude comme produit du niveau macro-économique (ici le degré de concurrence). Il peut ainsi redouter que la nouvelle configuration cognitive soit moins performante que celle qui a été invalidée par le changement, et qu’il glissera, par exemple, d’une courbe 1′ à une courbe 2′.

On va alors retrouver une application du principe des « stop rules » énoncé par H. Simon. Le maintien de l’activité, si l’opérateur peut effectivement choisir entre plusieurs activités, n’est pas une décision prise à travers une comparaison permanente de différents optimums. C’est une décision discrète, de la forme Oui-Non. Elle est engendrée par une comparaison entre une prévision faite ex-ante (sur la base de résultats antérieurs) et un résultat ex-post. Cette décision obéit alors à deux régimes distincts. Tant que l’opérateur est en présence d’événements attendus (prévus ou imprévus)[59], il ne remet pas en cause sa structure cognitive, et ses décisions sont empreintes d’une grande inertie. S’il est confronté à un événement inattendu, il existe une possibilité pour qu’il considère que la structure cognitive qu’il employait pour certaines décisions est totalement invalidée. Dans ce cas, ses décisions sont potentiellement extrêmement volatiles. La prévisibilité de la stratégie de l’acteur change qualitativement dans ce cas. Et, comme il peut supposer qu’il en est de même pour autrui que pour lui, la dissémination de l’incertitude peut être rapide et cumulative.

On vérifie ainsi que l’hypothèse d’une amélioration progressive de la capacité de décision des agents à travers un processus d’apprentissage, doit être très précisément qualifiée. Elle est à rejeter complètement dans le cas des acteurs individuels, sauf à supposer des décisions répétées dans des laps de temps très courts (j et l traduisent des purs réflexes) et en environnement parfaitement stationnaire. Pour des acteurs collectifs, elle peut être retenue, mais sous des conditions très précises qui concernent les procédures des organisations, la stabilité du degré de concurrence, enfin la stabilité des comportements des autres acteurs. L’apprentissage spontané est possible, mais correspond à un cas particulier et non à une règle générale. Cet apprentissage repose alors à la fois sur le contrôle par l’organisation de ses procédures par des biais intentionnels (politique interne) et non-intentionnels (effets d’espaces de controverses eux-mêmes intentionnellement ou non institués), et par l’intervention d’un acteur extérieur qui stabilise l’environnement.

Le macro-économique interfère donc directement avec le micro-économique. Et, comme ce dernier peut être le théâtre d’un changement qualitatif majeur dans le régime de modes de décision, l’environnement macro-économique est, de nouveau, affecté. Le concept de contrainte temporelle permet ici de comprendre comment les niveaux s’articulent de manière dynamique, et comment les interactions se manifestent. Il faut ajouter, alors, que les basculements que l’on vient d’évoquer peuvent être freinés ou au contraire accentués, par l’existence de structures cognitives collectives implicites. Il peut s’agir de conventions, au sens utilisé par O. Favereau. Si la manière dont cet auteur argumente l’engendrement et le développement des conventions est discutable, son analyse de leur fonction est plus que précieuse. On peut aussi envisager des corps de représentations relativement uniformisés et partagés par les agents. Qu’on les appelle des cultures ou des doctrines[60], ces corps de représentations ont l’immense avantage de rendre l’action des agents prévisible aux agents qui partagent la doctrine ou la culture, et ce même en face d’un événement inattendu. Ces structures ou dispositifs cognitifs collectifs peuvent être valides pour toute une société, ou pour un fragment de celle-ci. A cet égard, il est clairement irréaliste, et malsain, de considérer comme identique la décision de l’individu isolé et celle de l’agent collectif. Les individus qui prennent concrètement les décisions dans des organisations, que ces dernières soient des administrations, des firmes, des équipes sportives, participent peu ou prou d’une sous-culture propre à l’organisation. Ils trouveront en elle des éléments de stabilité pour leur décision. La dynamique qui va du collectif (le choc de la concurrence) à l’individuel (la structure cognitive et le mode de décision) et fait retour sur le collectif, ne peut être envisagée en dehors de l’efficacité relative de ces dispositifs ou structures cognitives collectives. Porter ainsi un jugement sur les conditions de la décision et les régimes de décision qui se mettent en place en dehors d’un jugement sur ces différentes structures, et donc par exemple sur le degré d’unité d’une organisation, sa cohésion, ou la capacité à un pouvoir social de produire des règles et des normes applicables à tous, serait d’une bien grande naïveté.

IV. 4. Tous ensemble, tous ensemble….

Il est maintenant temps de faire la synthèse des diverses étapes que l’on a suivies jusque là. Le graphique 8, à travers ses quatre quadrants, permet de faire le bilan.

Le quadrant nord-est, ou quadrant du traitement de l’information, montre comment connaissances et signaux dégagent une utilité potentielle de la décision, à la fois fonction du volume des signaux et de la structure des connaissances, mais aussi de l’adéquation de la seconde aux premiers (hypothèse du risque de saturation).

Les quatre quadrants

 Gr8

On peut alors passer au second quadrant, sud-est, qui décrit la structure cognitive sous la forme d’une certaine proportion entre les connaissances pertinentes (Knp) et le volume des signaux (I). Cette proportion peut se modifier. Dans le cas d’un acteur collectif, comme on l’a dit, de mauvais fonctionnement en ce qui concerne la connaissance procédurale, ou l’irruption de faits radicalement nouveaux, peut faire passer de J1 en J2. Pour l’acteur individuel, la perte de ses repères, l’invalidation de ses routines, la remise en cause de ce qu’il croit savoir par un événement inattendu, aura le même effet. Dans tous les cas, pour gérer le même volume de signaux, il faudra une quantité croissante de connaissances pertinentes, quantité qui justement peut ne pas être disponible. L’acteur aura alors le sentiment, justifié ou non, qu’il ne peut plus décider. La défection deviendra alors une réponse logique, que cette dernière se traduise par la fuite, le retrait hors du jeu (en économie la tentation de la thésaurisation ou du placement « sur »), ou au contraire la surenchère (la tentative de fausser les règles du jeu, ou d’employer des moyens d’une nature différente). Conditions techniques et sociales de la décision sont ici intimement mêlées en ceci que les connaissances pertinentes ne sauraient excéder les connaissances totales (limite technique) mais que ce sont des facteurs sociaux qui déterminent la capacité à identifier ce qui est pertinent dans ce qui est accumulé.

La détermination des connaissances pertinentes pose alors le problème de leur plus ou moins grande vitesse de mobilisation, et on passe alors au quadrant sud-ouest. Pour un acteur collectif une crise interne de l’organisation, ou simplement sa démoralisation, peut faire passer de la courbe mKn1 à la courbe mKn2. L’organisation fonctionne ici en-deça de son potentiel parce que sa nature collective a été altérée. Pour l’acteur individuel, l’équivalent est ici l’état d’esprit. C’est à ce niveau que jouent les concepts de doctrine ou de culture. Une culture ou une doctrine inadéquate, ou simplement fragmentée, et donc devenue douteuse aux yeux même de qui la porte, équivaut à un état d’esprit freinant la mobilisation des connaissances. C’est l’observateur radar américain de Pearl-Harbour qui voit les signaux produits sur son écra radar par l’arrivée des avions japonais mais ne croit pas à la guerre ; c’est l’officier de quart qui, lors de la bataille de Savo, voit les lueurs des premiers tirs mais, parce qu’il n’a pas été entraîné au combat nocturne, ne le croit pas possible et attribue ces lueurs à un hypothétique orage.

Ce processus de mobilisation fait directement intervenir une dimension sociale cette fois. Le moral de l’organisation tout comme l’état d’esprit de l’individu renvoient à des représentations socialement constituées.

 

Section V.

Les implications d’une approche subjectiviste du processus de décision

Les éléments que l’on vient de présenter ici d’une manière succincte ne concernent pas uniquement la théorie économique. Ils pourraient s’appliquer dans d’autres domaines tout aussi bien. Néanmoins ce sont à leurs implications en économie que l’on va se consacrer ici. L’approche subjectiviste du processus de décision que l’on a présentée, et l’articulation entre les niveaux micro et macro économiques que l’on a exposée en conséquence, ont directement des répercussions sur plusieurs terrains de la réflexion économique. On soutient ici que l’on peut y trouver un fondement d’une approche hétérodoxe remettant en cause les thèses dominantes sur la concurrence, le rôle et la structure des organisation, le débat sur la centralisation, enfin celui sur le rôle des notions d’évolution et de sélection.

V. 1. Le paradigme de la concurrence et ses limites…

L’approche subjectiviste de la connaissance et de la décision que l’on vient de développer a des implications immédiates sur le paradigme de la concurrence. Ce dernier peut être compris de quatre manières différentes. Dans le cadre de l’Équilibre Général, la concurrence est un état du monde nécessaire au fonctionnement d’une mécanique, le marché. Dans une approche inspirée par Schumpeter, la concurrence est l’aiguillon qui, dans le même temps, pousse à l’innovation et assure la dissémination des innovations réalisées; elle est donc la base de la « destruction créatrice ». Dans une logique s’inspirant de von Mises, elle est un processus de révélation des informations dispersées. Enfin, pour Hayek, elle est un processus de sélection par éviction des acteurs les moins performants et validation des règles internes des acteurs performants, règles qui peuvent alors être imitées par les nouveaux entrants. L’approche néoclassique est ici clairement invalidée, à partir du moment où l’on récuse la démarche de Stigler. Le basculement de la notion d’information à celle de connaissance invalide radicalement tout cadre faisant du calcul la base des décisions.

Pour J.A. Schumpeter, l’entrepreneur et la concurrence contribuent à déstabiliser l’économie à travers le processus de l’innovation qui induit nécessairement de l’incertitude. L’entrepreneur devient ainsi un perturbateur. Schumpeter se voyait moins critique du modèle de l’équilibre général que les autres auteurs de la tradition autrichienne[61], encore que sa méthode soit fondamentalement opposée aux thèses néoclassiques, dans la mesure où il est clairement dans le camp des subjectivistes, par l’importance qu’il accorde aux représentations et à la psychologie des agents économiques. Par ailleurs, le processus concurrentiel qu’il utilise est fort différent du tâtonnement, ce qui lui permet d’ailleurs de réintégrer directement les cycles économiques au coeur de son analyse[62]. Une assimilation néoclassique de Schumpeter, même si elle correspondrait à ses propres souhaits, serait une erreur évidente[63]. Schumpeter distingue l’entrepreneur-innovateur, prêt à prendre des risques, à bouleverser le monde pour arriver à ses fins, à l’entrepreneur-gestionaire. Ce dernier est tout accaparé par les dizaines de micro-décisions qu’il doit prendre au jour le jour pour faire vivre l’entreprise; c’est pourquoi il se détourne de l’innovation[64]. Ce raisonnement est proche de celui de H. Simon sur la saturation des capacités cognitives des agents.

Chez Keynes, si on considère que l’investisseur joue le rôle de l’entrepreneur, on peut aussi lire dans la Théorie Générale une apologie de l’homme « sanguin et d’esprit constructif »[65]. Cependant, quelques lignes plus loin, Keynes insiste (après Marx…) sur les effets du mouvement combiné qui voit la propriété et la gestion du capital se scinder, et se développer les marchés financiers. Dans ce nouveau contexte l’entrepreneur cesse d’être l’homme « sanguin et d’esprit constructif » pour devenir celui soumis aux conventions et au jugement de ses pairs. Bien sur, certains d’entre eux chercheront à anticiper l’émergence de nouvelles conventions ou, pour reprendre l’expression imagée de Keynes, à « voler le départ » dans la course aux opportunités offertes par la liquidité[66].

On doit cependant noter que Keynes, tout en décrivant parfaitement les éléments équilibrants de l’arbitrage, ne nourrit aucune illusion sur sa capacité à engendrer un équilibre stable dans le long terme. Une partie de la controverse sur le rôle de la concurrence et de l’entrepreneur réside ainsi sur la référence à deux types distincts, se succédant historiquement, point qui est très largement omis par des économistes affectant de croire que les « lois » de l’économie sont semblables à celles de la nature et en cela intangibles.

Pour Massimo Egidi, la théorie schumpeterienne de la concurrence est distincte des autres approches autrichiennes[67]; la preuve de ceci est contenue dans la théorie de la démocratie de Schumpeter, qui est fondée sur la rationalité limitée, l’inertie cognitive et la capacité limitée des individus à évaluer les informations nécessaires aux décisions politiques. L’important est alors la combinaison de trois caractéristiques, la rationalité limitée, l’asymétrie d’information et l’opportunisme, et cette combinaison se retrouve tout autant pour la décision politique que pour l’économique. La position de M. Egidi soulève néanmoins certaines remarques et critiques. Le problème de l’évaluation dynamique de la valeur des biens, sans laquelle il ne peut y avoir de concept même de choix concurrentiel, se pose dès que les processus de consommation et de production ne sont plus considérés comme stationnaires.

Si ces processus sont susceptibles de changer, l’utilité relative du bien A par rapport au bien B peut aussi changer, et dans ces conditions, le choix ex-ante d’une structure de consommation ou d’une structure de production peut se révéler inefficient ex-post. L’introduction de la logique ex-ante / ex-post, à la suite de G.L.S. Shackle ou de G. Myrdal, qui est au coeur de l’approche que l’on a défendue ici, est décisive si on veut comprendre le sens du processus. Ensuite, la combinaison de la rationalité limitée et de l’opportunisme, pose problème car il s’agit en réalité de deux thèses antithétiques[68]. Il serait plus cohérent de remplacer la notion d’opportunisme par une notion de comportement normé et de rupture (ou de seuil de rupture) de la norme perçue par les acteurs. Les basculements sont catastrophiques, et fondés sur des ruptures dans les systèmes de représentation, ruptures dont l’origine est le plus souvent l’événement inattendu.

Le défaut de l’approche schumpéterienne est ici de considérer que ce processus est en lui même dynamiquement efficient, et que l’expérience concrète fournit la réponse à des questions abstraites, dans la mesure où des décisions concrètes supposent toujours des abstractions en amont, que ces dernières soient consciemment ou inconsciemment mobilisées. Or, cette supposition-là est vulnérable aux travaux sur la rationalité et sur les structures de préférences.

La question de l’évaluation, elle, est toujours un problème de comparaison entre une construction mentale ex-ante (la consommation du bien x me procurera tel plaisir ou telle utilité) et un bilan réalisé ex-post de ce que l’on a retiré de cette consommation. On achète le bien x parce que l’on croit raisonnablement que l’on ne sera pas déçu, c’est à dire que l’on fait un pronostic sur le résultat de la comparaison. Si la comparaison est très différente de ce que l’on en attendait, notre pronostic est invalidé, en positif ou en négatif. Notre comportement par rapport au bien x peut alors changer brutalement, avec une implication sur les choix futurs, non seulement pour ce bien x mais pour la totalité des biens avec lequel il entrait en concurrence dans notre comportement. Une déception ou une bonne surprise peuvent engendrer des changements majeurs dans la structure de nos préférences et donc dans l’allocation de nos moyens financiers aux consommations, voire même à la répartition entre consommation et épargne. Il est clair, néanmoins qu’il faudrait en bonne logique procéder ici à une distinction entre trois cas différents:

  • (a) La consommation répétée d’un même bien. L’évaluation est ici de l’ordre de la routine, et elle est d’autant plus stable que le rythme de répétition de la consommation est élevé. L’adéquation entre l’évaluation ex-ante et l’évaluation ex-post n’est jamais parfaite, mais elle tend à l’être tant que ne survient pas un changement majeur dans l’environnement. Notre capacité à faire un pronostic sur la comparaison entre les évaluations ex-ante et ex-post est donc relativement bonne, et la structure de nos préférences relativement stable.
  • (b) La consommation nouvelle, ou rare, d’un bien existant et consommé par autrui. L’évaluation est ici fondée sur une comparaison et une hypothèse de comparabilité entre notre satisfaction et celle d’autrui. La comparabilité est d’autant plus robuste que sa base peut être étendue (on compare avec un grand nombre d’acteurs) et qu’elle est rendue explicite par la création d’un espace de débat et de controverse. Néanmoins, et même dans un environnement stable, notre capacité à faire un pronostic sur le résultat de la comparaison (comment mes préférences se situent-elles par rapport à autrui), puis sur le résultat de la comparaison entre les évaluations ex-ante et ex-post, est plus faible que dans le cas précédant. La construction d’une évaluation ex-ante par des comparaisons nécessite des compétences qui sont d’autant plus spécifiques et rares que la nature de la comparaison est complexe, et que la base de la comparaison est réduite, ou formulée de manière implicite.
  • (c) La consommation nouvelle d’un bien nouveau. Ici, nulle comparaison préalable n’est possible. Notre évaluation ex-ante est une pure représentation de nos espérances, dictée par notre subjectivité. Notre pronostic est instable par nature. Tout ceci montre que, sans même évoquer les arguments de l’appropriabilité comme le fait Egidi, le paradigme de la concurrence chez Schumpeter est d’une extrême vulnérabilité.

 

Si on entre dans la logique de von Mises, Izrael Kirzner a certainement été l’économiste qui a le plus insisté sur cette interprétation de la concurrence[69]. Il part du point de vue que la crise, l’incertitude, le désordre sont premiers[70]. L’entrepreneur, mû par la concurrence, agit alors comme un arbitragiste perpétuellement à l’affût de nouvelles opportunités ou de nouveaux procédés[71]. Ce faisant, il révèle par son action à l’ensemble des agents qui l’observent les possibilités cachées et les règles de comportement[72].

Supposer que la concurrence soit révélatrice d’informations et puisse engendrer des convergences locales est une manière sophistiquée de revenir au paradigme de la concurrence. Mais, cette position revient à supposer une intelligibilité directe du signal, ce que l’on a réfuté précédemment. Si la révélation est uniquement celle des signaux, plus la concurrence est âpre et plus court est le temps de la décision. Dans ce cas, les capacités de traitement des signaux sont réduites d’autant, sauf à nouveau à admettre la thèse positiviste classique de l’économie confondant signal et information. Outre ceci, il faudrait supposer que le renforcement de la concurrence n’engendre pas une montée des bruits parasites, et en particulier qu’aucun acteur ne cherche à perturber délibérément l’environnement informationnel, thèse peu compatible avec l’idée d’une concurrence réellement âpre. La démarche est ici contestable au nom du réalisme. Par ailleurs, si l’information est réellement utile elle sera l’objet de stratégies appropriatrices. Dans un univers de concurrence âpre on cherchera naturellement à s’approprier tout ce qui pourrait vous conférer un avantage comparatif. Donc, on ne peut à la fois soutenir une thèse de rationalité absolue de l’agent et prétendre que l’information ne soit pas privatisable. Mais, si l’information est privatisable, elle ne peut être partagée par tous les agents ! Donc, de ce point de vue, la concurrence détruit l’efficience informationnelle de la concurrence[73]. Il faut donc ici prendre la notion de révélation au sens le plus strict, l’observation des actes d’autrui sans que ce dernier n’ait eu l’intention de communiquer. Mais, pour que cette observation sans communication directe puisse engendrer un résultat en matière d’intelligence des règles de comportement d’autrui, il faut alors supposer un environnement stationnaire, que ce soit pour interpréter les actes d’autrui que pour que leur imitation ait un sens. Si l’environnement change, les agents n’ont plus de points de comparaison qui leur permette d’interpréter les actes d’autrui.

La capacité des fonctions d’arbitrage à diffuser de manière efficiente l’information et la connaissance est donc plus que douteuse[74]. Par ailleurs le raisonnement de Kirzner souffre d’un défaut logique. Admettons que la concurrence aboutisse à un marché qui est de plus en plus révélateur; ce processus va réduire les nouvelles opportunités de profit au fur et à mesure que l’on va vers l’équilibre, car il y aura de moins en moins d’opportunités fructueuses à découvrir. On devrait retrouver ici un résultat classique du modèle walrasien, soit la disparition de la rémunération de l’entrepreneur (le profit) à l’équilibre. En effet, un marché où l’information serait entièrement révélée ne serait pas autre chose qu’un marché en information parfaite. Dans ces conditions, pourquoi l’état d’esprit perpétuellement en alerte des entrepreneurs se maintiendrait-il? Il serait logique de penser qu’ils vont au contraire s’assoupir, ou plus précisément consacrer leurs talents et leur attention à d’autres choses que la recherche permanente de nouvelles opportunités.

On aboutit alors à un paradoxe savoureux: le marché kirznerien rend à terme l’entrepreneur non-kirznerien. L’assoupissement des capacités spéculatives inverse le processus tendant à une révélation de plus en plus totale. Des opportunités sont inexploitées et les changements de comportement cessent d’être analysés par autrui. Un entrepreneur dont la vigilance s’assoupira ne peut remarquer que la vigilance d’autrui s’est aussi assoupie; considérant qu’autrui est toujours en éveil, il prendra ses décisions comme le résultat d’un processus de spéculation sur le marché qui en fait à disparu. On voit ici se manifester un second obstacle, le marché kirznerien cesse alors d’engendrer la convergence.

Pour ce qui concerne la théorie hayekienne de la concurrence, dans la mesure où celle-ci se sépare de l’approche de von Mises, elle va mettre l’accent sur la validation ex-post de règles comportements à travers le succès de groupes les mettant en oeuvre[75], et inversement l’évictions des « mauvaises règles » par la disparition des groupes qui les portent. Le problème est ici que cela suppose que le succès d’un groupe est toujours celui de ses règles. L’exemple emprunté à l’histoire militaire et indiqué dans la section 4, la victoire de l’amiral Norman Scott, va montrer à quel point cette affirmation est contestable. Il fallut, comme indiqué dans cette section, qu’une instance explicitement chargée de théoriser les expériences, le Naval War College analyse à distance les résultats pour que ce que Hayek aurait appelé les « bonnes règles » puissent être identifiées. On est ici renvoyé au problème de l’élaboration centralisée d’une doctrine, ou corps cohérent de représentations, comme moyen pour faciliter la décision d’acteurs décentralisés.

Dans la section 4 on a montré en quoi le processus de détermination des connaissances pertinentes était essentiel. Il ne saurait se réduire à un résultat non-intentionnel, même si cette détermination n’est pas entièrement gouvernée par de l’intentionnalité. Il faut cependant une volonté d’abstraction pour identifier ce qui est contingent de ce qui est généralisable, même de manière temporaire. Or, rien ne prouve qu’un accroissement de la concurrence favorise ce processus d’abstraction, dans la mesure où il requiert du temps. Dans l’exemple auquel on a fait référence, les travaux du Naval War College n’ont été disponibles qu’à la fin de 1942. Néanmoins, et dans la mesure où ils ne furent admis par les participants aux combats qu’à partir de mi-1943, on peut penser que même s’ils avaient été disponibles plus tôt l’aura de Norman Scott due à sa chanceuse victoire d’octobre en aurait bloqué la diffusion. La théorie de la concurrence chez Hayek nécessite en réalité une discussion du paradigme de la sélection.

V. 2. Quelle lecture du rôle des organisations

Issue d’une analyse en terme d’information imparfaite, la théorie des incitations contient une critique implicite des organisations, comme l’exprime le titre même de son ouvrage fondateur[76]. Si, maintenant, on adopte la démarche proposée ici en substituant la connaissance à l’information, et en intégrant la contrainte temporelle, la perspective pourrait être considérablement modifiée, si ce n’est renversée. Tout d’abord, la menace de l’opportunisme de l’agent cesse d’être une épée de Damoclès suspendue en permanence au-dessus de l’organisation. Cette dernière a les moyens de normer, en partie du moins, ses agents. Les incitations ne relèvent plus d’un simple calcul mais de l’établissement de règles et de repères. Le danger pour l’organisation survient si elle viole ses propres règles ou détruit ses repères sans en reconstituer d’autres. La rivalité entre les individus au sein de l’organisation est régulée par un système conscient ou inconscient d’incitation. Ceci a des implications pour la transposition d’une logique de marché dans l’organisation, un marché “réaliste” c’est à dire un marché où les signaux prix ne sont pas à eux seuls suffisants pour la prise de la décision, mais ou des transferts de connaissance et d’information sont nécessaires. Il faut alors comparer un processus centralisé et un processus décentralisé d’innovation au sein de l’organisation à partir des effets à la fois positifs et négatifs de la concurrence[77].

L’activité de projet est nécessairement au départ centralisée. Cependant sa traduction en un plan opératoire implique une division et une dévolution des tâches qui la rend d’autant plus incertaine que la chaîne est importante. Elle doit donc être soutenue par des micro-innovations remontant de la base vers le sommet. Les conflits de rivalité au sein des organisations ont tendance à rigidifier ces dernières et à les rendre moins aptes à s’adapter à de nouveaux environnements. Là où le conflit est important chaque acteur verra dans un possible changement une menace ou une opportunité pour modifier le rapport de forces et pour étendre le degré de contrôle individuel qu’il a pu obtenir sur le produit de l’organisation. Le changement cesse d’être dicté par les intérêts des dirigeants de l’organisation pour devenir prisonnier des ordres du jour individuels[78]. Dans ces conditions, le renforcement de la loyauté interne dans l’organisation est directement favorable à son fonctionnement. La loyauté tant vis-à-vis des chefs que la loyauté réciproque permet de combattre le risque de défection et accélère le partage des connaissances entre les membres de l’organisation. L’autorité du niveau supérieure n’est donc pas nécessairement en position défavorable face à l’agent si elle est légitime. Le mot est donc lâché, et on le considère comme essentiel. La clé du fonctionnement des organisations n’est pas la structure des incitations, comme le postule le paradigme de la relation Principal/Agent mais leur légitimité, interne et externe, point aveugle de l’économie contemporaine, dans ses versions standards comme hétérodoxes[79]. Pourtant, dans la mesure où toute organisation est un mini-espace de souveraineté, cette question aurait du être évidente. Il a donc fallu que le paradigme du calcul, et avec lui de la transparence de l’environnement pour l’acteur, soit bien fort, y compris chez nombre de contempteurs de l’Équilibre Général, pour que l’importance cruciale de la notion de légitimité ait pu être ainsi scotomisée. L’introduction d’une concurrence interne dans l’organisation, sous la forme d’une mise en compétition de ses membres peut ainsi être massivement contre-productive si elle altère la légitimité des procédures, règles et normes sur lesquelles l’organisation est fondée.

La démarche que l’on a défendue jusqu’ici devrait alors conduire à une théorie de l’organisation-processus qui serait le pendant de la théorie du marché-processus de l’école autrichienne et de l’institutionnalisme américain. Il faudrait concevoir les organisations à la fois comme des réserves de compétences et des dispositifs de mobilisation de ces dernières. L’organisation serait une réelle alternative au marché quand la mobilisation des compétences se fait sous une forte contrainte de temps. Cette organisation-processus, qu’elle soit une administration ou une firme, pose un problème de propriété collective. Si l’appropriation de ses réserves et de ses capacités de mobilisation est purement individuelle, alors la légitimité interne est affaiblie. Mais, si seul l’emporte le point de vue de la communauté, la place de cette organisation face aux autres devient indéterminable, et sa légitimité externe est détruite.

V. 3. Le mythe de la décentralisation

On est alors conduit à discuter d’un autre problème, celui de la décentralisation. Il ne s’agit pas ici de s’en prendre à la nature décentralisée d’une société ou d’une économie. Dans ce contexte la notion de décentralisation implique uniquement la séparation physique et sociale des agents posant le problème de la coordination comme problème fondateur. On conteste ici l’emploi de la décentralisation dans le double sens d’un recours de plus en plus grand aux procédures de marchés et d’une dévolution du pouvoir à des échelons inférieurs dans des hiérarchies.

La décentralisation est justifiée pour plusieurs raisons. L’existence de préférences homogènes par régions rend la décentralisation plus efficace dans la promotion du bien-être des habitants des régions concernées[80]. On peut aussi avancer l’impossibilité ou la difficulté pour des acteurs rationnels à exprimer leurs préférences en matières de biens publics de manière explicite. En offrant aux individus une palette de choix on aurait une révélation de leurs préférences[81], ce qui est un argument typique de la logique von Mises – Kirzner, discutée ci-dessus. Un troisième argument réside dans une plus grande possibilité pour expérimenter au niveau local; l’exemple est ici l’éducation[82].

Le premier argument est valide uniquement dans un cadre restreint. Tant que les décisions concernées ne nécessitent que le traitement de signaux à partir de connaissances existantes au niveau local, ou dans la mesure où le volume de connaissances nécessaires est limité, et dans la mesure où les décisions prises n’ont pas des effets non-intentionnels hors de la circonscription locale concernée, alors le transfert de la décision à une instance locale est justifié. Si la décision nécessite un volume élevé de connaissances (décision innovante) ou si elle est répétée régulièrement de manière identique dans les différentes circonscriptions, les avantages du niveau local disparaissent. Par ailleurs, s’il peut y avoir des effets non-intentionnels majeurs hors de la circonscription, la décision locale doit être encadrée par de la réglementation de niveau supérieur. Dans la mesure où la prise de la même décision dans deux circonscriptions pourrait avoir pour effet d’accroître les conséquences non-intentionnelles, un espace supérieur de décision, capable d’arbitrer entre la totalité des intérêts concernés, est nécessaire.

Le second argument se heurte lui à deux problèmes distincts:

  • (a) pour qu’il y ait un “vrai” marché des biens publics, il faut supposer que la totalité des variables définissant l’environnement de la région (qui constitue l’un des critères de choix des agents) sont directement, instantanément et uniquement affectées par la politique locale en matière de bien publics. Si tel n’est pas le cas, choisir une région x contre une région y n’est plus équivalent à choisir une politique en matière de biens publics contre une autre. Or, l’hypothèse que les conditions d’existence au sens large seraient directement et instantanément affectées par des politiques locales est plus qu’héroïque, elle est simplement absurde. Tout aussi importante est la question de la capacité à évaluer l’effet d’un service comme l’éducation, la santé ou le transport sur une base individuelle, compte tenu des externalités massives de ces services. Or, si une évaluation individuelle n’est pas possible, ce qui est évident si on retient l’hypothèse d’une capacité cognitive limitée et locale des individus, par définition il n’y a pas de marché inter-régional possible.
  • (b) Le second problème est classiquement celui de l‘analyse des préférences. Si on admet la possibilité de normer les préférences (directement ou non) alors la relation entre le gouvernement et ses citoyens change. En fait, on doit considérer l’espace politique national comme un espace de controverse dont la fonction est de créer en permanence des tendances à l’harmonisation des préférences, en contrepoids aux réalités sectorielles et locales qui tendent, elles, à diversifier et segmenter les préférences à travers la multiplication d’expériences divergentes. C’est ce qui sous-tend la discussion que l’on a menée dans la section 4 sur les conditions du passage de la décision micro à la décision macro. Ceci pose la question fondamentale de considérer les agents comme de consommateurs ou des citoyens. dans ce contexte, les comportements deviennent exclusifs. Si les agents se comportent en consommateurs, et réagissent par la défection alors il ne peut y avoir de constitution d’un espace public de controverse, car personne ne peut compter sur la solidarité de personne pour tenir ses engagements dans la controverse. Si, par contre, ils agissent en citoyens, cela suppose qu’ils abandonnent la possibilité de faire jouer leur droit à la défection.

Le troisième argument contient une vérité forte. Néanmoins, les conditions de réalisation de cet avantage doivent être très précisément spécifiées.

  • (a) Il faut, tout d’abord, que l’évaluation de l’innovation soit globale. Autrement dit, pour que l’initiative locale puisse profiter à tous, il faut qu’elle soit évaluée par tous. Ceci suppose un cadre de centralisation. La légitimité de l’évaluation est ici essentielle et les cadres d’évaluation doivent donc être nécessairement pluralistes et ouverts, combinant une expertise technique et la représentation démocratique des intérêts mis en jeu.
  • (b) Il faut ensuite que le processus d’évaluation et de généralisation soit relativement rapide, ce qui suppose en réalité une autorité supérieure. Si on laisse des initiatives divergentes perdurer au niveau local sans évaluation globale, il y a un risque important qu’elles se transforment en trajectoires auto-stables au niveau local (phénomène de lock-in). Se pose donc le problème de savoir si un niveau local accepte mieux une innovation venant d’un niveau supérieur ou d’un niveau horizontalement équivalent. C’est le problème du “not-invented-here syndrom”. Si ce problème est réel, alors la voie hiérarchique est préférable.
  • (c) Il faut enfin que les initiatives et innovations produisent peu d’effets d’irréversibilité hors de l’espace local retenu. S’il y a un effet d’irréversibilité, il ne peut y avoir de retour en arrière, donc l’évaluation perd de son sens. Ceci suppose que les domaines où on laisse l’innovation se manifester sont relativement limités. Tout ceci plaide pour laisser une initiative à des niveaux très réduits (le collège, la municipalité, l’hôpital) et non à des régions, sous la condition d’une structure d’évaluation nationale et du respect de cadres institutionnels (les statuts, les règlements ou encore les programmes par exemple), sur lesquels les stratégies et les comportements des agents individuels sont fondés.

Contrairement à ce que laissent penser tant l’approche la plus standard que des versions teintées d’hétérodoxies, la centralisation, au sens d’une décision unifiée ou de la fourniture d’un cadre de référence homogène pour encadrer les décisions d’agents qui, justement, eux ne le sont pas, présente d’énormes avantages. On serait même ici tenté de dire que plus l’expérience quotidienne de la décision est diversifiée et divergente, plus la centralisation du cadre de référence est indispensable. Voila qui conduit à réfuter en bloc les approches valorisant la légitimité des fragmentations des représentations résultant des expériences individuelles ou de groupes limités. On peut alors se demander si l’indispensable processus de centralisation pourrait être le fruit de l’évolution. C’est l’objet de la quatrième discussion.

V. 4. Les limites des paradigmes de sélection et d’évolution

Le dernier point dont la discussion est rendue nécessaire par l’approche de la décision que l’on a présentée est la théorie autrichienne de la sélection et de l’évolution. La discussion est ici d’autant plus importante que l’on partage un grand nombre des bases de cette théorie. Hayek a fondé sa théorie de l’évolution culturelle, qui est à la base de son mécanisme de sélection, sur son analyse des connaissances[83] contrairement à l’individualisme des néoclassiques qui suppose que l’individu puisse tout connaître et tout calculer, l’individualisme hayékien repose sur l’idée de la limitation des capacités cognitives de l’individu. C’est parce qu’il est impossible à quiconque de savoir qui sait le mieux qu’il faut s’en remettre à un processus non-intentionnel[84].

Deux propositions en découlent: d’une part les plans des individus sont toujours le reflet de connaissances locales, et  les institutions sont les solutions au problème du passage du local au général. Ces institutions sont des produits non-intentionnels des actions humaines. Il introduit alors les systèmes de croyances comme partie intégrantes des connaissances mobilisées par les individus pour effectuer une décision sous incertitude. Ce point est important pour une lecture économique de l’usage des catégories et de la démarche classificatoire. La capacité pour un acteur à rapporter une partie de l’environnement qui l’entoure à un système de catégorie lui permet de se libérer de l’incertitude. On peut analyser ce recours à la classification comme une forme d’apprentissage évolutionnaire, où toute nouvelle expérience en matière de couple problème-situation sert à la relecture des expériences passées, et des solutions apportées, permettant un apprentissage par essai et erreur[85].

Pour fonctionner, une telle solution implique (a) que les catégories soient en nombre limité pour que le classement soit indiscutable, et (b) que les acteurs utilisent les mêmes catégories. Si la condition (a) n’est pas remplie, par exemple si la structure de connaissance de l’acteur est fondée sur un nombre très élevé de catégories, alors le processus de classement peut se révéler aussi coûteux en temps et en mobilisation de capacités cognitives que la détermination des caractéristiques intrinsèques de la situation, justement ce que le classement devrait éviter. Si la condition (b) n’est pas remplie, même sous une forme lâche (les agents partagent un certain nombre de catégories de classement), alors on a des processus de décision individuels, mais on ne peut avoir de convergence, et un changement de l’environnement, par exemple une modification du degré de concurrence, peut entraîner une perturbation généralisée du système, comme discuté dans la section 4. Ajoutons encore que l’émergence d’un nouveau couple situation-problème ne doit pas provoquer la multiplication des catégories ni une dispersion des représentations des agents. On peut douter que les conditions (a) et (b) soient spontanément réalisées. En effet, ceci reviendrait à supposer que les agents sont, en même temps, capable de déduire directement des catégories abstraites de leurs observations concrètes et que ce processus est identique, ou du moins largement parallèle, entre les agents.

De plus, on ne peut disposer ex-ante du système des catégories permettant de traiter la totalité des événements et des occurrences; le contraire reviendrait à formuler une hypothèse de connaissance parfaite. Donc non seulement on doit procéder à une approximation par réduction en faisant entre une réalité dans une catégorie préexistante, mais encore on doit choisir laquelle des catégories est appropriée. Ici se situe une seconde approximation, qui correspond à la projection au présent de nos expériences passées. Il est possible que les caractéristiques d’un événement ou d’un individu ne correspondent pas au système de classement dont nous disposons, mais, faute de pouvoir reformuler entièrement notre système, nous devons considérer quelles sont les catégories qui déforment le moins la réalité, parmi celles dont nous disposons. La constitution d’une démarche classificatoire n’est donc pas dissociable du système de croyance dans lequel les acteurs sont intégrés. On est, ici, renvoyé au problème des cultures, économiques, technologiques et organisationnelles, que l’on a évoquées (les variables j et l).

V. 5. Connaissance commune et rôle du « perturbateur ».

Le raisonnement a négligé volontairement la possibilité d’émergence d’un perturbateur. Ce dernier est un agent qui fonde sa croyance sur d’autres critères que ceux de la majorité et qui prend le risque d’un jugement négatif de la part de la collectivité. Si le perturbateur échoue, il est d’autant plus discrédité qu’il refusait de jouer le jeu commun. Son échec renforce le système de croyances antérieur. S’il réussit, il peut profondément perturber ce système de croyances, et en faire surgir un nouveau. Mais ce nouveau système peut ne pas être nécessairement un progrès sur le précédant. Inversement, le perturbateur peut être un facteur de renforcement de la stabilité du cadre contre lequel il s’est élevé.

Un exemple, humainement tragique et techniquement exemplaire, est constitué par l’histoire de René Couzinet dans l’aviation française de l’entre-deux guerres[86]. Cet ingénieur eut, dès les années vingt, l’intuition que le monoplan fin n’était pas plus fragile que les biplans de son époque, alors qu’il était aérodynamiquement bien plus efficace. Les avions qu’il dessina furent, de ce point de vue, relativement en avance. Mais, il mélangea cette intuition avec des certitudes erronées quant au centrage de ses avions, à la taille des gouvernes et à l’épaisseur de l’aile. Le résultat fut donc décevant. Parce qu’il avait du se battre contre des concepteurs très traditionalistes, Couzinet était tellement persuadé d’avoir raison qu’il fut incapable d’écouter les critiques des ingénieurs qui essayèrent ses avions. Le résultat fut qu’il ne put corriger les défauts existants, ce qui aurait incontestablement permis à ses intuitions premières d’être validées. Il se développa alors une relation perverse entre le perturbateur et la communauté des spécialistes. Le premier, persuadé d’être persécuté, refusait d’écouter les critiques; les seconds, et en partie la frange la plus conservatrice, attribuaient la totalité des défauts rencontrés sur les avions à leur formule, et non aux conditions de sa mise en oeuvre, ce qui justifiait bien entendu leur conservatisme conceptuel[87].

Il est donc loin d’être dit que le perturbateur, s’il réussit, provoquera une amélioration du système des représentations, comme le suggère un peu trop rapidement la transposition des métaphores de l’évolution biologique en économie. Il peut y avoir des mutants réussis, mais les causes de l’adaptation aux contraintes ne sont pas nécessairement celles que l’on croit, et elles ne diffusent pas nécessairement dans la société. Le domaine de l’aéronautique permet de constater que les meilleures décisions furent prises non par « génies » ou des « innovateurs radicaux », mais par ceux qui acceptèrent de s’insérer dans un espace de dialogue pour faire évoluer leur système de représentations, et par voie de conséquence les catégories le composant[88]. L’importance d’un « espace de controverse », pour reprendre la formule de Michel Callon doit donc être soulignée. Ce dernier implique une volonté des participants. Même s’il peut engendrer des effets non-intentionnels, ceux-ci sont directement dépendants d’une démarche qui, elle, est intentionnelle.

On retrouve ici un résultat sous-jacent de l’exposé de la section 4. Si la décision est bien une tension, elle exprime une volonté. Il n’est donc d’effets non-intentionnels que parce qu’il y a eu, à un moment, expression d’une volonté et donc intentionnalité.

Il y a une généralisation abusive de la part de Hayek dans son analyse de la communication et de la centralisation des connaissances. En laissant de côté la possibilité de communication entre les individus, importante moins par l’échange d’informations qu’elle permet que par la confrontation entre les opinions et les systèmes de représentation, Hayek se prive d’un mécanisme à la fois réaliste et cohérent, du côté de la psychologie cognitive, pour comprendre les phénomènes de passage du local au général. A cet égard, la démonstration de Callon sur l’importance des espaces de controverse, sur l’émergence de “traducteurs”, qui peuvent être des objets, des institutions ou des individus (voire même des groupes), est d’une extrême importance[89]. Elle fournit une autre vision de ce passage du local au général, en évitant tout aussi bien le piège de l’agrégation.

Hayek reste limité en raison de son refus de considérer les formes intentionnelles de communication. Il y a ici un étrange extrémisme. Dire que des effets non-intentionnels existent, et surtout sont toujours susceptibles d’exister, limitant ainsi la prévisibilité de la totalité des effets d’une action humaine, est une thèse importante, et juste. Elle n’implique nullement de dire que seuls les effets non-intentionnels doivent être pris en compte, ni même que ces effets sont toujours et partout plus importants que les effets intentionnels. Or, si on admet que l’utilité de certaines décisions dépend du moment ou elles sont prises, alors la décision discrétionnaire et volontariste, pour imparfaite et limitée qu’elle puisse être l’emporte sur une décision meilleure mais trop tardive. En décidant nous changeons, même si ce n’est que d’infime manière, notre propre environnement.

 

Conclusion

Si on reprend le fil du raisonnement qui a été tenu ici, il devient possible d’attirer l’attention du lecteur sur quelques points. La rupture avec le cadre néo-classique initiée par ce que l’on appelle communément l’économie de l’information n’a de sens que si on la pousse dans ses limites les plus profondes qui impliquent un basculement du paradigme de l’information à celui de la connaissance. Les positions intermédiaires sont en effet incohérentes comme le montrent les travaux de H. Simon. Accepter le paradigme de la connaissance implique alors l’adoption du point de vue subjectiviste, tel qu’il a été défendu par des auteurs aussi essentiels, et aussi divers, que Keynes, Hayek ou Shackle. Ce point de vue est considérablement renforcé quand on lui adjoint d’une part les résultats des travaux de psychologie expérimentale d’auteurs comme Tversky et Kahneman, et d’autre part la notion de contrainte temporelle et d’articulation ex-ante / ex-post héritée de Myrdal et Shackle. Il devient alors possible de dresser les contours d’une théorie subjectiviste de la décision qui présente une nouvelle organisation des niveaux micro et macro-économique et une nouvelle économie des rapports entre individus et groupes collectifs. Cette théorie se veut une réponse réaliste, cohérente et localement testable au problème de l’indétermination de la décision économique qui survient une fois que l’on a répudié l’Équilibre Général et ses apories métaphysiques. Une telle théorie permet d’envisager les concepts d’institution, de convention, de règle et de culture économique, non comme des ajouts ad-hoc dans un bricolage rendu nécessaire par un éclectisme hétérodoxe, mais comme des éléments intégrés d’une approche hétérodoxe globale. Cette théorie apporte, du moins on l’espère, un nouvel éclairage au problème de la régulation des économies et des sociétés.

Les conséquences de cette approche de la décision sont multiples, et certainement très imparfaitement couvertes par le texte qui précède. On propose de n’en retenir que les points suivants. Le paradigme de la concurrence, sous ces diverses formes, est ici radicalement contesté. La question du fonctionnement des organisations est reprise en abandonnant la théorie de l’incitation pour cause de manque de réalisme et de cohérence. Ceci ne signifie pas que les organisations ne connaissent de limites, mais ces dernières ne découlent pas d’une asymétrie d’information; elles proviennent d’une tension perpétuelle entre légitimité interne et externe. On est alors conduit à substituer l’organisation-processus au paradigme de l’organisation-mécanisme, d’une manière parallèle à la substitution du marché-processus au marché-paradigme initiée par l’école autrichienne.

Les organisations-processus sont aussi des espaces de souveraineté ce qui ne fait qu’accentuer l’importance de la notion de légitimité. Cette dernière ressurgit logiquement dès lors que l’on récuse les hypothèses de connaissance complète et parfaite des agents. Si le résultat d’une décision n’est plus entièrement prévisible, et si son évaluation n’est plus parfaitement indiscutable, toute décision doit être fondée en légitimité avant même que de l’être en fonctionnalité. Une autre conséquence de l’approche subjectiviste revient à contester justement la légitimité de la fragmentation des cadres de décision que tente d’établir l’économie standard. On met alors en évidence l’absolu nécessité de cadres de références unifiés dès que l’on admet que les agents sont hétérogènes et dotés de capacités cognitives limitées. Les discours du multi-culturalisme ou de l’adaptation locale ne sont pas seulement moralement et éthiquement discutable, ils sont condamnables du point de vue du cadre décisionnels qu’ils mettent en place. Enfin, les paradigmes de la sélection et de l’évolution doivent aussi être répudiés. L’agrégation spontanée des expériences locales et personnelles est incapable à dégager des règles de décision efficaces. La sélection spontanée peut être perverse ou tout simplement se dérouler dans un cadre temporel inadéquat aux besoins réels. La présence d’effets non-intentionnels non seulement n’efface pas les effets intentionnels, mais n’existe pas sans eux. Il n’y a décision que s’il y a volonté.

Rejeter l’idée que des acteurs, individuels ou collectifs, pourraient tout calculer pour arriver à une décision implique qu’il y a dans chaque décision une dimension de création volontaire et délibérée qui ne soit pas le pur produit d’une routine. Le problème de la décision est donc celui des procédures dans lesquelles cette volonté se construit et se légitime, c’est celui des espaces de controverse et de leur légitimité propre. Ceci fait retour sur la question de la cohérence des systèmes et des organisations, que ces dernières soient des firmes ou non.


[1] Wieviorka M., L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS Editions, coll. Débats, 64 p., 4€.

[2] A. Brender, Socialisme et cybernétique, Calmann-Lévy, Paris, 1977.

[3] Voir à cet égard l’article fondateur de J. Marschak, J. Marshak, « Toward an Economic Theory of Organization and Information », in R.M. Thrall, C.H. Coombs & R.L. Davis, (eds.), Decision Process, Wiley and Sons, New York, 1954. Un second article est aussi considéré comme fondateur de cette démarche; il s’agit de: G. Stigler, « The Economics of Information » in Journal of Political Economy, vol. 69, juin 1961. J. Stiglitz fournit une bonne retrospective des travaux qui se sont développés dans les trente années qui ont suivi dans: “Information and economic analysis: a perspective”, in Economic Journal, Supplement, 1985, pp. 21-41.

[4] Voir ainsiJ. Marshak et R. Radner, Economic Theory of Teams, Yale University Press, New haven, Conn., 1972. J.J. Laffont, Economie de l’incertain et de l’information, Economica, Paris, 1991. La dimension microéconomique du problème de l’information est abordée de manière détaillée dans: J. Green, « The non-Existence of Informational Equilibria », in Review of Economic Studies, 1977, vol.44, pp.451-463. J.S.Jordan & R.Radner, « Rational Expectations in Microeconomic Models: an Overview », in Journal of Economic Theory, 1982, vol.26, pp.201-223; S.Grossman and J.Stiglitz, « Information and Competitive Price Systems », in American Economic Review -Papers and Proceedings , June 1976. S.Salop, On the Non-Existence of Competitive Equilibrium, StLouis Federal reserve Board, St.Louis, 1976.

[5] J. Marschak et R. Radner, Economic Theory of Teams, Yale University Press, Londres et New Haven (Conn.), 1972.

[6] Voir l’ouvrage de K. Arrow devenu un classique du genre, et qui est typique de ce genre de confusion : K. Arrow, The Limits of Organization, W.W. Norton & Company, New York, NY, 1994.

[7] Stigler, G.J., THE PROCESS AND PROGRESS OF ECONOMICS, Nobel Memorial Lecture, 8 December, 1982. Voir aussi du même auteur “The Economics of Information.” Journal of Political Economy, Juin 1961

[8] F.H.Knight, Risk, uncertainty and profit, Houghton Mifflin Company, Boston & New York, 1921. On consultera aussi: R.Radner, « Competitive Equilibrium under Uncertainty », in Econometrica, vol.36, n°1/1968.

[9]  Keynes J.M., A Treatise on Probability, texte republié dans les Collected Writings of John Maynard Keynes, Vol. VIII, Londres, Macmillan, 1973 (première publication 1921).

[10] Bachelier L., « Théorie de la spéculation » in Annales de l’Ecole Normale Supérieure, Paris, 1900. Perrot J-C., « Le Présent et la durée dans l’œuvre de Fernand Braudel », in Annales E.S.C., Janvier-Février 1981, n°1, pp. 3-15.

[11] Un bon résumé de l’approche de l’école autrichienne dans le domaine de la connaissance se trouve dans l’article de L.M. Lachman, « From Mises to Shackle : an essay on Austrian economics and the Kaleideic Society » in Journal of Economic Litterature, vol.14, n°1, 1976, pp.54-62.

[12] Voir, O. Morgenstern, « Perfect foresight and economic equilibrium », in A. Schotter, Selected Economic Writings of Oskar Morgenstern, New York University Press, New York, 1976, pp. 169-183. Publié originellement en allemand in Zeitschrift für Nationalökonomie, vol. 6, 1935.

[13] W. Christian et E. Brian (edits.), Critique de la valeur fondamnetale, Springer, Paris, 2008.

[14] C’est trés explicitement le cas de K. Arrow dans The Limits of Organization, op.cit..

[15] Il faut noter ici l’importance des intuitions de Hayek quant aux mécanisme neuronaux et au rôle des processus classificatoires. F.A. Hayek, The Sensory Order, University of Chicago Press, Chicago, 1952.

[16] R. Heiner, »Uncertainty, Signal-Detection, Experiments and Modelling Behavior », in R.N.Langlois, (ed), Economics as a Process: Essays in the New Institutional Economics , Cambridge University Press, Cambridge, 1986.

[17] G. Stigler, « The Economics of Information » ; op.cit…

[18] F.A. Hayek, “Intertemporal Price Equilibrium and Movements in the Value of Money” republié in F.A. Hayek, Money, Capital and Fluctuations: Early Essays, Routledge and Kegan Paul, Londres, 1984, première édition de l’article en 1928. F.A. Hayek, Monetary Theory and the Trade Cycle, Kelley, New York, 1966, première édition 1933.

[19] J. Birner, “Decentralization as Ability to Adapt”, in B. Dallago et L. Mittone, (eds.), Economic Institutions, Markets and Competition, Edward Elgar, Cheltenham, 1996, pp. 63-89; voir pp. 65-66.

[20] F.A. Hayek, “Intertemporal Price Equilibrium and Movements in the Value of Money”, op.cit..

[21] F.A. Hayek, Prices and Productions, Routledge, Londres, 1935. Les quatre conférences qui constituent cet ouvrage ont été prononcées en 1931.

[22] F.A. Hayek, “Economics and Knowledge” in F.A. Hayek, Individualism and Economic Order, Chicago University Press, Chicago, Ill., 1948, parution originale de l’article en 1937.

[23] Voir par exemple M. Aglietta et A. Brender dans Les métamorphoses de la société salariale , op; cit..

[24] F.H. George, The Brain as a Computer , Pergamon Press, Londres, 1961, p. 112.

[25] J. Birner, “Decentralization as Ability to Adapt”, op. cit., p. 71.

[26] A. de Groot, Thought and Choice in Chess , Mouton, La Haye, 1965. Les travaux de de Groot sont très utilisés par Herbert Simon dans ses reflexions sur la rationalité. voir H.A. Simon, « Theories of bounded rationality », in C.B. Radner et R. Radner (eds.), Decision and Organization, North Holland, Amsterdam, 1972, pp. 161-176.

[27] H.A. Simon, « Theories of … », op.cit., p. 168.

[28] Idem, p. 170.

[29] Idem, p. 167.

[30] G.L.S. Shackle, Expectations in Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1949.

[31] J.L. Ford, Choice, Expectations and Uncertainty, Martin Robertson, Oxford, 1983.

[32] H.A. Simon, « Rationality as a process and as a Product of thought » in American Economic Review, vol. 68, n°2, pp. 1-16, p. 13.

[33] H.A. Simon, « From Substantive to Procedural Rationality », in S.J. Latsis, (ed.), Method ans Appraisal in Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1976, pp. 129-148, p. 145.

[34]  Idem, p. 135.

[35] N.P. Chapanis et J.A. Chapanis, « Cognitive Dissonance: Five Years Later » in Psychological Bulletin, vol. 61, 1964. G.A. Akerlof et W.T. Dickens, « The Economic Consequences of Cognitive Dissonance », in American Economic Review, vol. 72, n°1, 1972, pp. 307-319.

[36] G.L.S. Shackle, « The Romantic Mountain and the Classic Lake: Alan Coddington’s Keynesian Economics », in Journal of Post-Keynesian Economics, vol. 6, n°1, 1983, pp. 241-257.

[37] Voir, sur ce point, L.A. Boland, “The Theory and practice of Economic Methodology”, in Methodus, vol. 3, n°2/1991. T. Lawson, “Why are so many economists opposed to methodology”, in Journal of Economic Methodology , vol. 1, n°1, 1994. S.C. Dow, “Mainstream economic methodology”, in Cambridge Jounal of Economics, vol. 21, n°1/1997, pp. 73-93.

[38] Voir, N.D. Kondratiev, Les grands cycles de la conjoncture, Economica, Paris, 1992 et A. Carry, “Uncertainty in the writings of Kondratiev”, in C. Schmidt, (ed.), Uncertainty in Economic Thought,  Edward Elgar, Cheltenham, 1996, pp. 126-145.

[39] R.M. O’Donnel, Keynes: Philosophy, Economics and Politics, Macmillan, Londres, 1989. S.C. Dow et J. Hillards, (eds.), Keynes, Knowledge ans Uncertainty, Edward Elgard, Aldershot, 1995.T. Lawson et H. Pesaran, (eds.), Keynes’s Economics: Methodological Issues, Croom Helm, Londres, 1985.

[40] M. Aglietta, Macroéconomie Financière , La Découverte, Paris, 1995, p.8.

[41] F.A. Hayek, « Socialist Calculation II:, The State of the Debate », in F.A. Hayek, Individualism and Economic Order , University of Chicago Press, Chicago, 1948, p.155; texte originellement publié dans F.A. Hayek, Collectivist Economic Planning, Routledge, Londres, 1935.

[42] S. Winter, “An Essay on the Theory of Production”, in S.H.Hymans (ed.), Economics and the World Around it, University of Michigan Press, An Arbor, 1982, pp.55-91, p.76.

[43] L. Wittgenstein, De la Certitude , Gallimard, Paris, 1976.; pp. 61-62.

[44] Les implications de ces différentes formes de la connaissance ont été étudiée dans le contexte de la décision militaire dans J. Sapir, La Mandchourie Oubliée – Grandeur et démesure de l’art militaire soviétique , Éditions J.P. Bertrand – Le Rocher, Paris-Monaco, 1996.

[45] H.A. Simon, « From substantive to procedural rationality » in S.Latsis (ed.), Method and appraisal in economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1976.

[46] Voir en particulier D. Lavoie, Rivalry and Central Planning , Cambridge University pres, Cambridge, 1985. J. Tomlinson, Hayek and the Market, Pluto Press, Londres, 1990.

[47] M. Polanyi, The Tacit Dimesion, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1967.

[48] Dans certains cas, en particulier si la décision implique des choix techniques à la limite des connaissances, un décideur en second peut avoir un avantage, en particulier par sa capacité à tirer des leçons de l’expérience du décideur en premier.

[49] En prenant ici en compte une focalisation sur le couple meilleur/pire dans la décision, on rejoint la démarche initiée par G.L.S. Shackle sur la focalisation binaire. Voir G.L.S. Shackle, Expectations in Economics , Cambridge University Press, Cambridge, 1949.

[50] S.E. Morison, The Struggle for Guadalcanal – History of the United States Naval Operation in World War II – volume V , Little, Brown and Co., Boston, 1989 (première édition 1948)

[51] O. Favereau, « Marchés internes, marchés externes », in Revue Économique, mars 1989, numéro 2, vol. 40, intitulé L’économie des conventions , pp. 273-328.

[52]  J.P. Dupuy et alii, (1989), « Introduction », in Revue Économique, vol.40, n°2, mars, pp. 141-145; A. Orléan, (1994), « Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions », in Orléan, (ed.), (1994),Analyse économique des conventions , op.cit., pp. 9-40.

[53]  O. Favereau, (1989), « Marchés internes, Marchés externes », op.cit.

[54] Pour le processus de constitution et de diffusion des doctrines tactiques dans l’armée soviétique, J. Sapir, La Mandchourie Oubliée – Grandeur et demesure de l’art militaire soviétique, Ed. J.P. Bertrand – Le Rocher, Paris-Monaco, 1996.

[55] S.E. Morison, (1989a), The Struggle for Guadalcanal – History of the United States Naval Operation in World War II – volume V , op.cit..

[56] P.P. Perla, (1987), « War Games, Analyses and Exercises », in Naval War College Review , Vol. 50, , printemps, pp. 44-52. M. Vlahos, (1986), « Wargaming, an Enforcer of Strategic Realism: 1919-1942 », in Naval War College Review , Vol. 49, printemps, pp. 7-22.

[57] M. Callon, (ed.), La Science et ses réseaux , La Découverte, Paris, 1989.

[58]  A. Tversky, « Rational Theory and Constructive Choice », in K.J. Arrow, E. Colombatto, M. Perlman et C. Schmidt (edits), The Rational Foundations of Economic Behaviour, Macmillan et St. Martin’s Press, Basingstoke – New York, 1996, pp. 185-197; B.J. McNeil, A.S. Pauker, H. Sox et A. Tversky, (1982), « On the Elicitations of Preferences for Alternative Therapies », in New England Journal of Medicine, vol 306, pp. 1259-1262; A. Tversky et D. Kahneman, (1986), « Rational Choice and the Framing of Decisions » in Journal of Business , vol. 59, n°4, part-2, pp. 251-278; A. Tversky et D. Kahneman, (1991), « Loss Aversion in Riskless Choice: a Reference Dependant Model », in Quarterly Journal of Economics , vol. 107, n°4, pp. 1039-1061. S. Lichtenstein et P. Slovic, « Reversals of Preference Between Bids and Choices in Gambling Decisions » in Journal of Experimental Psychology, vol. 89, 1971, pp. 46-55. S. Lichtenstein et P. Slovic, (1973), « Reponse-Induced Reversals of Preference in Gambling and Extendes Replication in Las Vegas », in Journal of Experimental Psychology, vol. 101, pp. 16-20.

[59] On reprend ici la distinction de G. Shackle entre le counter-expected event qui correspond à un événement auquel on avait attribué une faible probabilité d’occurence, mais que l’on tenait comme possible, et le Unexpected event qui lui était hors tout calcul de probabilité. Voir G.L.S. Shackle, Expectations in Economics , Cambridge University Press, Cambridge, 1949.

[60] Dans le domaine militaire, voir J. Sapir La Mandchourie Oubliée…, op. cit, pour une analyse de la doctrine opérationnelle et de son importance. Voir aussi, J. Sapir, « Culture économique, culture technologique, culture organisationnelle », in Cahiers du Monde Russe, vol. XXXVI, n°1-2, 1995, pp. 191-203 et, Idem, « Le discours stratégique soviétique », in Mots – Les langages du Politique, n°51, juin 1997, pp. 22-40.

[61] Voir, R. Arena, « Rationalité économique et circulation macroéconomique: Keynes et Schumpeter », in G. Deleplace et P. Maurisson, (edits.), L’Heterodoxie dans la Pensée économique, K. Marx- J.M. Keynes- J.A. Schumpeter, Anthropos, Paris, 1985, pp. 149-168. Voir aussi, J.A. Schumpeter, The Theory of Economic Development , Transaction Press, New Brunswick, NJ, 1989, chap. 1, pp. 8-15.

[62] J.A. Schumpeter, Business Cycles, Mac Graw Hill, New York, 1939, 2 vol. Voir Vol. 1, p. 71 par exemple.

[63] Voir J. Grahl, « Creative destruction: the significance of Schumpeter’s economic doctrines », in G. Deleplace et P. Maurisson, (edits.), L’Heterodoxie dans la Pensée économique, K. Marx- J.M. Keynes- J.A. Schumpeter, op.cit., pp. 213-228.

[64] J.A. Schumpeter, The Theory of Economic Development , op.cit., p. 79, 83 et 84. Voir aussi J.A. Schumpeter, Capitalism, Socialism and Democracy, Harper & Brothers, New York, NY, 1950, pp. 92-94.

[65] J.M. Keynes, Théorie Générale de l’Emploi, de l’Intérêt et de la Monnaie, Payot, coll. poche, Paris, 1967, p. 162-3.

[66] Idem, pp. 168-169.

[67] M. Egidi, « Creative destruction in Economic and Political Institutions », in B. Dallago et L. Mittone, (eds.), Economic Institutions, Markets and Competition, Edward Elgar, Cheltenham, 1996, pp. 33-62.

[68] L’opportunisme, au sens où il est utilisé par les institutionnalistes, suppose que l’individu peut, à tout moment, complètement calculer le rapport coût/avantage de la fidélité ou de la défection, ce qui est contradictoire à l’hypothèse de rationalité limitée par limitation des capacités de calcul.

[69] I.M. Kirzner, « Uncertainty, Discovery and Human Action », in I.M. Kirzner, Method, Process and Austrian Economics: Essays in Honor of Ludwig von Mises, Lexington Books & DC Heath and Co, Lexington, Mass., 1982. Idem, Competition and Entrepreneurship, University of Chicago Press, Chicago, Ill., 1973.

[70] R.W. Garrison, « Equilibrium and Entrepreneurship », in Advances in Austrian Economics, vol. 2A, 1995, pp. 67-68.

[71] I.M. Kirzner, Competition and Entrepreneurship, op.cit., p. 35.

[72] Idem, p. 48.

[73] Point démontré dans S.Grossman and J.Stiglitz, « Information and Competitive Price Systems », in American Economic Review -Papers and Proceedings , June 1976.

[74] J. Green, « The non-Existence of Informational Equilibria », in Review of Economic Studies, 1977, vol.44, pp.451-463. S.Salop, On the Non-Existence of Competitive Equilibrium, StLouis Federal reserve Board, St.Louis, 1976.

[75] F.A. Hayek, Studies in Philosophy, Politics and Economics, University of Chicago Press, Chicago, 1967, p.70. Idem, The Constitution of Liberty, vol. I, Rules and Order, Routledge, Londres, 1973, p. 164.

[76] K. Arrow, The Limits of Organization , op. cit..

[77] M. Egidi, « Creative destruction in Economic and Political Institutions », op.cit., p. 49.

[78] R. Marris, “Why Economics Needs a Theory of the Firm”, in Economic Journal, vol. 82, n°1/325, 1972. R. Marris et D.C. Mueller, “The Corporation Competition and the Invisible Hand”, in Journal Of Economic Litterature, vol. 18, n°1, 1980.

[79] A l’exception de A. O. Hirschman, Exit, Voice and Loyalty , Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1970, seul auteur à discuter de manière sérieuse le concept de loyauté.

[80] W.E. Oates, Fiscal Federalism , Harcourt Brace Jovanovich, New York, 1972. voir aussi J. Cremer, A. Estache & P. Seabright,  The Decentralization of Public services: Lessons from the Theory of the Firm , World Bank Policy research Workingpaper, World Bank, Washington DC, 1994.

[81] C. Tiebout, “A Pure Theory of Local Expenditures”, in Journal of Political Economy, vol. 64, Octobre 1956, pp. 416-424.

[82] Giorgio Brosio, “A Presentation of Fiscal Federalism” in B. Dallago et L. Mittone, (eds.), Economic Institutions, Markets and Competition, Edward Elgar, Cheltenham, 1996, pp.129-150, voir p. 132.

[83] V. Vanberg, Rules and Choice in Economics, Routledge, Londres, voir spécifiquement les chapitres 5 et 6.

[84] F.A. Hayek, “Individualism, True and false”, in F.A. Hayek, (ed.) Individualism and Economic Order, Routledge and Kegan Paul, Londres, 1949.

[85] V. Vanberg, « Rational choice, rule-following and institutions: an evolutionary perspective », in U. Mäki, B. Gustafsson et C. Knudsen, (eds.), Rationality, Institutions and economic methodology, Routledge, Londres, 1993, pp. 171-202, p. 186.

[86] Je me base ici sur le chapitre 6 de L. Bonte, L’Histoire des Essais en Vol, Larivière, Paris, 1971. Ce chapitre a été écrit par l’ingénieur-pilote J. Lecarme qui eut à essayer en 1933 certains avions dessinés par R. Couzinet.

[87] Idem, p. 111.

[88] Idem, p. 141.

[89] Voir M. Callon et J. Law, « La proto-histoire d’un laboratoire », in M. Callon (ed.), La Science et ses réseaux, La Découverte, Paris, 1989, pp. 66-116.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *