À TOUS ET TOUTES…

Il en est des rumeurs comme des rats : les deux se multiplient à une vitesse affolante. Mais les rumeurs et les rats peuvent donner la Peste, et pour la rumeur c’est la peste antidémocratique.

Depuis maintenant plus de deux ans, il est de bon ton de m’associer à Mme Marine Le Pen et le Front National. Le 13 janvier 2012 Jacques Attali, dans l’émission « Les débats de la présidentielle » sur Public Sénat, s’exclamait : «Jacques Sapir se trouve être le conseiller économique de Madame Le Pen. » Averti par des amis, dont « l’œil de Brutus »[1], j’avais décidé de ne pas réagir tant l’accusation était ridicule et le personnage dont elle émanait nauséabond. Le Figaro Magazine vient de récidiver le 8 novembre en prétendant que je suis « l’inspirateur » de Madame Le Pen[2].

J’étais, là encore, décidé à ne pas réagir pensant qu’il vaut mieux laisser les coyotes hurler dans leur coin. L’attaque dont j’ai été l’objet sur un réseau social (Twitter pour ne pas le nommer) de la part d’Alexis Corbières, un dirigeant du Front de Gauche, m’oblige à réagir. Non pas tant parce qu’un militant qui se dit « de gauche » va chercher l’objet de sa prétendue polémique dans les poubelles de la presse réactionnaire. Qui veut se salir est libre de le faire. Mais, la méthode inquisitoriale utilisée passe les bornes. Aussi cela m’incite à préciser 3 points.

  1. Une personne, quelle qu’elle soit, ne peut être comptable que de ce qu’elle fait ou de ce qu’elle dit. C’est un des principes de la Déclaration des Droits de l’Homme. Me situant dans le domaine des idées, je n’ai des comptes à rendre que sur ce que je produis, à l’écrit comme à l’oral. Que l’on ne soit pas d’accord avec moi est normal, et l’on connaît mes divergences sur certains points, en particulier sur l’Euro, avec le Front de Gauche. Nous sommes là dans le domaine du débat. Mais, toute tentative pour me discréditer au prétexte que je rencontrerais un tel ou une telle est un procédé écœurant.
  2. J’affirme ici que la séparation entre vie privée et vie publique est l’un des piliers de la vie démocratique et de la liberté. Je rencontre donc qui je veux en privé. La chose serait différente si je prenais la décision de participer à une manifestation publique, comme je l’ai fait – et je le rappelle pour ceux qui ont la mémoire aussi courte que leurs dents sont longues – en 2009 pour le Front de Gauche à l’occasion des élections européennes, en 2011 pour Debout la République lors de son université d’été, et à de nombreuses reprises pour M. Jean-Pierre Chevènement dans le cadre de colloques de la Fondation Res Publica. Il est par ailleurs piquant que l’on cherche à m’associer avec un parti quand cela arrange (comme le Front de Gauche lors du débat j’ai eu avec Jean-Luc Mélenchon en juin 2013 dans Arrêt sur Image) pour me rejeter dès que cela ne convient plus, en particulier à la veille d’élections où pour certains l’alliance avec le PS sera vitale… La séparation entre vie privée et vie publique, qui est de moins en moins respectée il est vrai, est l’un des fondements de la démocratie. Ceux qui se prétendent des démocrates se devraient de ne pas l’oublier et ne devraient en rien contribuer à l’effacement de cette séparation.
  3. Je ne peux m’ôter de l’idée qu’il y a un lien de cause à effets entre mes récentes prises de position, sur François Hollande mais aussi sur une possible (et logique de mon point de vue) nomination de Jean-Pierre Chevènement comme Premier Ministre et le renouveau des attaques qui se produisent. Nous sommes là dans la politique politicienne dans ce qu’elle a de pire. Que des journalistes du Figaro Magazine aient recours à ce procédé ne m’étonne nullement. Mais Monsieur Corbières, ci-devant du Front de Gauche, devrait aller cacher sa honte bien loin pour nous faire oublier qu’il eut recours aux mêmes pratiques.

Pour le reste, me lit qui veut. Si l’on discute mes thèses c’est, j’ose espérer, parce qu’elles ont de l’importance. Je répondrai toujours sur le fond, parce que du débat et de la controverse peut naître l’action. Mais, sur le reste, que l’on n’attende de moi pas autre chose qu’un mépris d’acier.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *