Le « Capitalisme d’Etat » est-il l’horizon historique de la Russie ?

Le 22 novembre 2013 a été créé le Conseil économique auprès du Président de la Russie[1] dont le rôle sera de mettre au point un « nouveau modèle » de développement économique pour la Russie. Cette annonce vient après la réunion du Parti Communiste Chinois, qui annonce de nouvelles mesures de libéralisation de l’économie. Il est clair que la question du « modèle économique » est aujourd’hui une source de préoccupation pour les autorités russes, en raison du fort ralentissement de la croissance que le pays a connu (de +3,5% en 2012 à seulement +1,5% en 2013). Les scenarii qui ont été présentés par la SBERBANK sur les 5 prochaines années laissent néanmoins le débat ouvert[2]. De manière significative, le Premier Ministre, M. D. Medvedev ne fera pas partie de ce conseil, ce qui ne peut que signifier son départ à terme du gouvernement. Mais, la question du « modèle de développement » est complexe. Elle impose de se pencher non seulement sur la trajectoire de ces dernières années, mais plus généralement sur l’histoire économique de la Russie et de l’URSS depuis 1880, pour tenter d’y repérer des constantes comme des bifurcations.

L’analyse des formes économiques qui se sont coagulées en Russie depuis les années 2000 suggère le retour à un modèle de développement où le poids de l’État sera particulièrement important, que ce soit sous des formes directes ou indirectes. Dans le même temps, ces formes économiques ne sont pas sans rappeler celles que l’on trouvait dans le modèle de développement russe des années 1880-1914. Ceci est particulièrement sensible dans le domaine bancaire, mais concerne aussi la très forte collusion entre de grands groupes industriels et le pouvoir politique. Si la ressemblance entre la Russie tsariste une fois cette dernière engagée dans un projet d’industrialisation rapide et la Russie actuelle est frappante, ceci ne signifie pas que la période soviétique n’ait été qu’une parenthèse. En fait, les parentés entre les politiques des années 1880-1914 et les politiques soviétiques sont nombreuses. Le système soviétique a d’ailleurs donné naissance à une analyse en termes de Capitalisme d’État, même si le concept s’est révélé polysémique et parfois employé de manière peu rigoureuse[3].

La question de la permanence intertemporelle de schémas de développement ne va pas sans soulever des interrogations théoriques essentielles pour l’économie et les sciences sociales. Sommes nous en présence d’un « effet de sentier » particulièrement puissant[4], ou devons nous analyser cette permanence comme une apparence, les acteurs du présent ré-utilisant à d’autres fins des moules institutionnels passés. La persistance de certaines formes institutionnelles dans des modèles de développement étalés sur près de 120 ans traduit-elle la pertinence de ces formes par rapport aux problèmes du développement ou au contraire la persistance d’habitudes passées, que l’on aura alors tendance à qualifier d’archaïsmes ?

Les questions sont donc nombreuses. Certaines ont trait à la permanence de représentations, d’institutions, de pratiques comme de formes sociales. Traduisent-elles une pathologie, au sens durkheimien du terme, ou au contraire doivent-elles être pensées comme des nécessités fonctionnelles à l’émergence de formes nouvelles ? Ce qui est sous-jacent à cette interrogation c’est la pertinence même du couple moderne/archaïsme qui n’est pas seulement un outil dont on use et abuse, mais aussi une redoutable source de jugements normatifs et d’épithètes péjoratives. Il n’est guère de débats politiques et sociaux où l’on ne cherche à coller le qualificatif d’archaïque à son adversaire. Mais ceci se fait sans que l’on se soit réellement interrogé sur la pertinence du concept.

On est alors renvoyé à un autre ordre des questions, celles qui tiennent à l’opposition entre ruptures superficielles et changements fondamentaux. L’un des dangers de l’approche par l’histoire longue réside justement dans un postulat implicite de l’insignifiance de l’événement. Or, si certains sont effectivement de peu de poids, d’autres au contraire symbolisent des bifurcations essentielles[5]. Continuer de se référer à l’histoire longue implique alors de penser l’importance du registre événementiel, et de peser avec soin les différents soubresauts de l’histoire. Sans doute est-ce d’une triste banalité que de dire que ruptures et continuités se complètent et ne s’opposent pas. Mais montrer en pratique comment peuvent s’accorder les démarches se penchant sur les unes et les autres n’en reste pas moins un défi permanent pour le chercheur.

 

I. Du passé peut-on faire table rase ?

La comparaison entre la Russie post-soviétique et l’URSS défunte est certainement la plus facile. On a rapidement retrouvé dans le cours de ce qu’il est convenu d’appeler la  première phase de la transition (1992-1998), des comportements bien connus dans le passé. Les tentatives de la part du Ministère des finances dans les années 1993-1996 d’imposer la discipline budgétaire aux entreprises par la raréfaction du crédit ou l’arrêt des subventions d’État ont engendré le même développement du crédit interentreprises que l’on avait pu repérer au début des années cinquante[6].

Le rôle de protection sociale que joue l’entreprise envers non seulement ses salariés, mais aussi leurs proches et généralement une partie de la population urbaine, s’est maintenu dans de nombreux cas[7]. Le comportement des directeurs, même et y compris quand ils sont devenus légalement les propriétaires de l’entreprise qu’ils administraient précédemment, change si peu qu’il a fallu invoquer une éthique directoriale spécifique[8].

Il faut d’ailleurs remarquer que cette permanence des comportements ne concerne pas la seule Russie; on la retrouve, en des termes relativement semblables, dans certains pays d’Europe centrale[9]. Le pouvoir, pourtant réputé libéral, n’est pas en reste. Sans même s’étendre sur des pratiques politiques qui n’ont rien de démocratiques et qui nous offrent chaque jour un peu plus l’image d’un retour aux querelles de palais du tsarisme, rappelons qu’au moindre échec électoral le Président ne se prive pas de dénoncer les « saboteurs » coupables de tous les maux. Quand l’argent vient à manquer, parce qu’il faut par exemple respecter les interdits du FMI sur le financement monétaire du déficit budgétaire, on recourt encore à des ordres de livraison obligatoire. Le discours de la rue lui même perdure, avec en particulier la fameuse distinction entre « eux » et « nous »[10].

Permanence des structures et changement systémique

La permanence des structures, compte tenu et de l’opprobre dont l’ancien système était frappé et de la radicalité des réformes prises en 1992 et 1993, constitue une interrogation que l’on ne peut esquiver. Que le système soviétique soit mort n’est cependant pas douteux ; il l’était en réalité avant que ne commence son démantèlement à la fin des années quatre-vingts. Mais ce qui émerge aujourd’hui, en particulier la tendance à la constitution d’un système corporatiste[11], renvoie largement à l’héritage soviétique.

Il est vrai aussi que l’URSS ne s’était pas débarrassée, ni en un jour ni en un an, des legs russes. Qu’il s’agisse de la permanence des administrations, au moins jusqu’en 1929[12], de la proximité du discours industrialisateur soviétique avec celui du ministre modernisateur Witte au XIXème siècle, voire de pratiques sociales, tant rurales qu’urbaines, dont on peut suivre les traces jusque dans les années quarante[13], les continuités sont bien plus grandes que ne l’imaginent les représentations mythiques, en positif ou négatif, de la révolution de 1917. Ce thème des permanences, transformées et recomposées par le mouvement du développement, constitue l’un des axes de l’interprétation que Moshe Lewin a donné du système soviétique[14]. La manière dont l’auteur a posé les problèmes méthodologiques de son approche reste non seulement pertinente pour qui travaille sur l’URSS, mais pourrait s’appliquer à qui veut comprendre la Russie présente :

« Nous insistons, et continuons d’insister, sur l’importance des effets économiques et sociaux des événements récents et courants parce qu’ils sont certainement responsables d’un nouveau phénomène – le système soviétique. Et notre tâche essentielle est précisément d’évaluer ce système et sa nouveauté. Par ailleurs, nous continuons à inviter le chercheur intéressé à prendre sa respiration et à se plonger dans le passé russe, suggérant par là que les racines des événements plus récents s’y dissimulent peut-être et surtout exercent encore une influence.[15] »

Cette présence du passé au sein même du présent peut s’appréhender à travers diverses figures. Celle de l’archaïsation, ou des éléments archaïques perdurant au sein même d’un processus de modernisation est certainement la plus courante.

L’hypothèse du « retard » et de l’archaïsation dans les mouvements de modernisation.

Il est incontestable, ne serait ce que dans le cas de l’URSS, que les dirigeants ont été conscients, et souvent au sens d’une conscience tragique, de la présence de ces archaïsmes. Pourtant, et l’on pourrait ici tracer un parallèle entre la modernisation d’un Pierre le Grand et celle d’un Staline, les méthodes utilisées pour moderniser sont la cause de la survivance, voire du renforcement des éléments qualifiés d’archaïques[16]. Dans un cas comme dans l’autre, les rythmes de la modernisation imposent le recours ou le renforcement de structures anciennes, qu’il s’agisse du servage au début du XVIIIème siècle ou des modes de commandement ancestraux dans le cours de l’industrialisation soviétique, avec un mode de gestion de la main d’oeuvre et un rapport aux relations homme/machine très primitifs. Cette combinaison, pas toujours heureuse, entre les produits de la modernisation et des pratiques archaïques, voire entre des éléments techniques d’origines diverses est attestée longuement tant par des sources soviétiques que par des témoins occidentaux[17].

Il est alors tentant d’aborder cette question de la permanence à travers une autre figure, celle de la pathologie au sens donné par Durkheim à ce concept. Rappelons qu’est considérée comme pathologique la survie dans le présent de généralités ayant été engendrées par des conditions passées qui ont depuis disparu[18]. De ce point de vue, on peut alors considérer le système soviétique comme pathologique, et c’est incontestablement l’une des voies que suggère M. Lewin quand il évoque à propos du stalinisme une pathologie systémique[19]. Pour autant, l’image de structures sociales, de normes de comportement survivant à la disparition de leurs causes premières n’est pas parfaitement convaincante.

Si on accepte de quitter un instant l’URSS et la Russie pour s’intéresser à une autre trajectoire de modernisation, celle du Japon contemporain, on va retrouver la dualité entre le nouveau et l’ancien.  La persistance de relations sociales traditionnelles, tout comme celle de formes anciennes d’organisation économique, ont été des éléments décisifs dans le succès de la stratégie de l’ère Meïji[20]. Il faut alors s’interroger si le renforcement dans la Russie actuelle de comportements hérités de la période soviétique, comme les relations bilatérales, les pratiques de collusion entre directeurs, mais aussi l’intégration des travailleurs à travers le développement des fonctions sociales de l’entreprise, constituent nécessairement des phénomènes négatifs. Le succès de toute stratégie de modernisation passe, très probablement, par la capacité à réutiliser des formes traditionnelles et non par la projection et l’application, directes et intégrales, de l’ensemble des formes réputées modernes et directement empruntées à des sociétés considérées comme plus avancées.

Faiblesse de l’interprétation en termes d’archaïsme.

Le couple moderne/archaïque  fait ici la preuve de sa vacuité. Le nouveau ne peut se développer qu’en s’appuyant sur la permanence d’éléments plus anciens. Tout d’abord parce qu’il est matériellement impossible de transformer la totalité d’un édifice social en un seul mouvement. Ensuite parce que, quand bien même aurions-nous à notre disposition les moyens matériels et politiques pour pouvoir prétendre à la possibilité d’une telle approche, cette dernière n’en serait pas moins impossible en raison des résistances spontanées des acteurs.

L’une des raisons fondamentales à la permanence de pôles stables dans le changement tient aux limites cognitives des individus[21]. Ces dernières n’expriment pas simplement le fait qu’il est impossible de tout savoir mais plus simplement qu’il est impossible de traiter la totalité des signaux engendrés par l’environnement de manière simultanée[22]. Si on adopte le point de vue des auteurs se réclamant de la rationalité limitée[23], l’incertitude ne provient plus d’un manque d’information comme le prétend la théorie économique standard[24], mais résulte d’un excès de signaux qui sature les capacités de traitement de l’opérateur. Ainsi, pour pouvoir concentrer notre attention et notre réflexion sur un problème donné, nous devons en certains cas non pas oublier les autres, mais supposer que la répétition de gestes passés constituera une réponse adéquate[25]. En d’autres termes, l’innovation n’est rendue possible en un point que par la présence de routines en d’autres. Les routines ont alors pour fonction de limiter l’extension des dissonances cognitives induites par des innovations en certains points, ou par les incertitudes issues des innovations adoptées par autrui[26].

La compréhension de ce que innovation et routine loin de s’opposer se complètent a des conséquences importantes pour toute analyse du changement social. Elle invalide radicalement les approches en terme de changement global immédiat, qu’elles soient inspirées par l’idéologie bolchevique ou par l’idéologie libérale. Elle impose aussi de comprendre que, dans la mesure où toute innovation ouvre des portes sur l’inconnu et introduit une part irréductible d’incertitude, les logiques de maximisation sont d’emblée inopérantes car elles n’ont de pertinence que dans un univers où tout peut se calculer. Les seules logiques possibles sont d’ordre stratégique, c’est à dire des choix faits en fonction du critère non de la meilleure solution mais de la première solution satisfaisante disponible, ce que H. Simon a appelé le satisficing [27]. Or, le choix stratégique implique la présence de règles heuristiques pour le guider[28]. Il est ainsi fondamentalement de nature politique, au coeur même des problèmes de la légitimité du pouvoir.

Il y a une autre raison pour se méfier de la notion d’archaïsme. Prenons le cas du travail à façon, qui a longtemps été considéré comme l’exemple même de la forme archaïque dans le cadre de l’industrialisation. Le développement actuel de l’informatique permet un retour à ce mode de relation employeur-employés dans un certain nombre d’activités. A travers cet exemple on peut mesurer comment des changements techniques peuvent modifier, parfois juste à la marge, les conditions qui rendent un mode d’organisation rentable ou non. Il faut donc abandonner la vision simplificatrice d’un déroulement linéaire des transformations sociales, où les modes d’organisation et de relation s’emboîteraient les uns aux autres dans une chronologie dictée par un déterminisme du progrès conduisant, suivant les versions, soit vers le triomphe du collectif soit vers celui de l’individu. La fonctionnalité de formes particulières d’organisation et de relations sociales, dans un contexte donné, doit être saisie comme contingente au niveau des coûts de transaction et d’organisation, à la nature des incertitudes et à leur point d’application, au degré de substituabilité ou au contraire de complémentarité des activités comme des techniques que ces dernières emploient[29].

L’hypothèse du ré-emploi des institutions.

Cependant une autre lecture de la présence du passé au sein du présent que celle de l’archaïsme est possible : c’est la notion de remplois que proposait B. Lepetit[30]. A partir de plusieurs exemples, empruntés tant à l’histoire sociale qu’à l’histoire urbaine, il montre de manière brillante que « l’établissement d’un usage » prend le plus souvent la forme de la restauration d’un usage ancien, tout en ne pouvant s’y réduire[31]. Les ressemblances ne sont point des identités, mais signifient un réinvestissement de formes existantes dont le remplacement supposerait un coût (économique, social, symbolique) »[32].

On est ainsi en mesure d’appréhender de manière différente cette présence au présent d’un passé en se situant dans une démarche inaugurée par R. Kosellek[33]. Cette démarche présente l’immense mérite d’offrir une rupture concrète avec une vision de l’histoire qui se focalise sur les « temps nouveaux » et la notion d’accélération du temps[34]. Le changement social peut alors être saisi non plus comme un phénomène global et cumulatif, mais au contraire hétérogène et discontinu. Cela ne veut pas dire que ce ne soit un changement ni qu’il ne soit social. Il faut donc, pour revenir à B. Lepetit, prêter la plus grande attention aux refigurations au présent d’un passé, car elles expriment l’existence d’un projet. L’une des dynamiques de cette refiguration consiste alors en celle :

« …par laquelle les groupes requalifient pour de nouveaux emplois, les objets, les institutions et les règles qui dessinent ensemble l’espace d’expérience dont ils disposent  « [35]

Pour autant, cette interprétation qui fait des groupes sociaux de véritables bernards-l’ermites, pour séduisante qu’elle soit en ce qu’elle nous permet justement de rompre avec le couple moderne/archaïsme, n’est pas sans soulever d’autres problèmes. Tout d’abord, il est illusoire de croire que tous les groupes sociaux ont la même capacité à requalifier des objets, à reconfigurer le passé. Dans l’un des exemples de B. Lepetit, celui justement qui porte sur l’histoire sociale, ce qui est montré n’est autre que la capacité des groupes patronaux à réactiver des associations interdites par la loi Le Chapelier[36]. Il n’est alors nullement fait mention d’une capacité identique des groupes ouvriers et pour cause! La présence de rapports de forces est aussi un élément de la réalité sociale, qui détermine les plus ou moins grandes plages de liberté d’action des groupes, comme des individus. Ce qui est en jeu n’est pas la refiguration du passé, mais la refiguration d’un passé, qui valide certains équilibres en faisant disparaître l’origine de l’objet requalifié. Comme l’a écrit d’ailleurs fort bien Lepetit lui même :« Le poids du passé devient d’autant plus extrême qu’il tire sa force de son oubli. »  [37]

On ne peut en réalité sortir du balancement spontanéisme fonctionnaliste / mythification de l’agent qui caractérise une partie de ce que l’on appelle aujourd’hui en économie l’École des conventions qu’en réintroduisant la notion de conflit, et avec elle celles de coup de force et de négociation. Si, en 1996, l’exercice du pouvoir politique suprême en Russie semblait se couler dans le moule d’un tsarisme décadent, c’est avant tout en raison du coup de force réussi par Eltsine et ses conseillers contre le Parlement de Russie en octobre 1993. Si des entreprises privatisées ont pu entre 1994 et 1999 reproduire le mécanisme des dettes interentreprises typique de l’économie soviétique, c’est aussi le produit d’un coup de force rampant de la part des directeurs, qui s’est traduit par une situation où, pour l’instant, la loi sur la faillite reste inapplicable. Que, d’un côté comme de l’autre, on cherche à gommer ce coup de force, à le camoufler sous une prétendue continuité historique, fait partie intégrante des stratégies des groupes concernés. Il est possible que, dans ces deux cas, nous soyons en présence de conventions en devenir. Dans quelques années, plus personne ne s’interrogera peut-être sur l’origine des pratiques politiques du pouvoir comme des pratiques financières des entreprises. L’emprise du présent sera bien alors, comme l’écrivait B. Lepetit, la garantie de l’efficacité de ces conventions. Cela n’en fait pas disparaître le problème de l’origine, même si cette dernière n’est pas la source unique ou principale de l’opérationalité de la convention, au contraire même. L’origine reste le point qui éclaire un moment d’une trajectoire plus globale. Il n’est pas neutre que certaines conventions aient été engendrées dans des conflits, par des coups de force, et d’autres dans des négociations collectives.

L’hypothèse d’une société de remplois apparaît ici comme singulièrement forte pour nous faire comprendre la présence du passé soviétique dans le présent russe, à condition de la prendre pour ce qu’elle est : la matérialisation de stratégies conflictuelles, susceptibles de victoires comme de défaites, et qui font du passé un enjeu pour le contrôle du présent.

Quelle pertinence pour les comparaisons intertemporelles ?

La comparaison entre deux époques d’un même pays, qu’il s’agisse de la Russie d’avant 1914 avec l’URSS ou de cette dernière avec la Russie actuelle, est donc un exercice privé de sens s’il se limite à dresser la liste de ce qui est semblable (les soi disants archaïsmes) ou de ce qui est différent. Il n’y a d’intérêt à se livrer à une telle comparaison que si l’objet en est de suivre des processus, d’observer comment des éléments nouveaux s’appuient, s’articulent sur des éléments anciens, ou au contraire les transforment voire les détruisent. Il faut alors être attentif aux questions que soulèvent ces différentes trajectoires. Traduisent-elles des logiques de diffusion de l’innovation, que celle-ci concerne les institutions ou les pratiques, les produits comme les formes d’organisation, par percolation ou par renversement des obstacles ; les innovations repérables sont-elles à même de profiter des éléments préexistants ou au contraire ces derniers les limitent-ils, aboutissant à cantonner le changement dans des espaces clos ?

La comparaison ne vaut qu’à travers ce qu’elle nous donne à voir comme éléments de généralité ou au contraire de spécificité. Elle est l’autre face d’une tentative à penser en terme de modèle, c’est à dire de propositions cohérentes et de relations synthétisées. Radicalement opposée à une démarche platement empiriste, elle vise à soumettre le modèle à une critique salutaire pour éviter l’enfermement dans une axiomatique d’autant plus rigoureuse qu’elle serait en réalité de nature circulaire.

L’usage de la comparaison est, on l’aura compris, une démarche parallèle à celle de l’interdisciplinarité[38]. Cette dernière est avant tout programmatique et non accumulative ; elle procède non pas d’emprunts successifs, ad hoc, mais de l’élaboration de programmes visant à répondre aux limites de chaque discipline, tout en en respectant les règles propres de justification et de controverse. Cette interdisciplinarité, qui récuse la fusion des disciplines comme leur enfermement sectaire, se pratique avant tout par l’échange d’objections. La comparaison trans-historique, on le devine, est une source féconde de telles objections, à condition de ne pas tenter de lire le passé à travers la norme, implicite ou explicite, d’un futur magnifié. Il n’est pas de représentation plus perverse que celle des « lendemains qui chantent », que ceux-ci soient le socialisme ou le marché généralisé. Le passé est alors entièrement soumis à une vision normative du futur, à laquelle il ne sert que de justification, positive ou négative.

 

II. L’héritage russe

L’approche par les institutions implique de ne pas sous-estimer l’existence d’un héritage russe, tant dans le domaine des structures que dans celui des idées et des représentations. Cet héritage permet de comprendre l’adoption comme le rejet de certaines solutions dans la période de constitution du système soviétique.

Le modèle de développement mis en oeuvre en Russie de 1880 à 1914[39] a été marqué par une forte emprise de l’État sur l’activité économique[40], soit directement à travers l’action des entreprises publiques et le budget de la défense, soit indirectement par le biais de la politique monétaire[41] et fiscale[42]. Ce modèle s’est caractérisé par une croissance forte au moins jusqu’à la guerre Russo-Japonaise de 1904-1905[43]. Cette croissance a cependant recouvert un certain nombre de déséquilibres ; non seulement s’est elle largement faite au détriment du monde rural, sur lequel pesa un poids fiscal considérable[44], mais il est peu probable qu’elle ait pu aboutir à une convergence avec l’Europe occidentale. En effet, si il est incontestable que l’on voit se développer en Russie un groupe social d’entrepreneurs, ce dernier est traversé de clivages antagoniques.

On distingue nettement dans les premières années du vingtième siècle une opposition croissante au sein du monde industriel en constitution. Il y a une nette différence entre des grandes entreprises, situées en Ukraine et dans le bassin qui va de la Pologne à Saint-Petersbourg, souvent liées aux capitaux étrangers et tributaires de l’aide de l’État, et des entreprises petites ou moyennes. Celle-ci sont situées dans la région de Moscou, la région des Terres-Noires et sur le cours supérieur de la Volga. Leurs propriétaires sont en conflit ouvert avec le pouvoir, tant pour des raisons économiques que politiques[45]. Le poids des communautés religieuses, et en particulier celle des « vieux-croyants »[46], est considérable dans le développement de ce capitalisme autochtone.

L’opposition entre les deux groupes tourna au conflit ouvert, dans les années qui précédèrent immédiatement le premier conflit mondial. Ceci traduit un second déséquilibre, le fait que la croissance économique n’arrive pas à trouver des facteurs endogènes d’alimentation. Pour spectaculaire qu’ait été la croissance de 1885 à 1905, elle n’a pas induit un processus où l’enrichissement de certains groupes sociaux permettrait de fournir à l’économie son propre aliment. Ainsi, après la dépression entamée en 1903 et prolongée par la guerre de 1904-1905, la reprise de la croissance est très largement tirée par les commandes de matériel issues du budget militaire[47], ce qui conduit à relativiser les thèses sur le développement autonome du capitalisme en Russie[48]. À l’exception de la pression fiscale, les relations monétaires et marchandes mordent peu sur le monde rural[49] qui, et c’est une différence notable avec le schéma de développement de l’Europe occidentale au XIXème siècle, reste assez largement à l’écart d’une croissance portée soit par l’exportation (pour les matières premières) soit par les dépenses publiques.

À cet égard, les caractéristiques du secteur bancaire sont particulièrement intéressantes. Elles témoignent de tensions quant à la gestion de la circulation monétaire qui éclairent la nature et les limites du schéma de développement que l’on connaît en Russie de 1880 à 1914.

Les structures du système bancaire russe avant 1914.

Le système bancaire russe avant 1914 présente des caractéristiques qui ne sont pas sans rappeler celles de la période post-soviétique. On retrouve une articulation, souvent problématique, entre quelques très grandes banques et de nombreuses banques de petite taille[50]. Le nombre des grandes banques a peu varié dans le temps, même si elles ont considérablement développé leur réseau de filiales entre 1990 et 1914. Le nombre des sociétés de crédit a, pour sa part, littéralement explosé entre 1900 et 1914, avec un assouplissement de la réglementation bancaire. Ce mouvement se traduisit cependant par une chute du capital moyen par banque pour ces sociétés, de 1,44 millions de roubles en 1900 à 0,78 million en 1914. Les banques municipales, qui avaient joué un rôle important à la fin du XIXème siècle, ont vu quant à elles leur importance se réduire considérablement, même si la valeur moyenne de leur capitalisation augmente. Le renversement de tendance entre la part des banques municipales (liées au financement des infrastructures locales) et des sociétés de crédit (qui privilégient polus les relations avec les entreprises) constitue l’un des importants basculements de cette période, comme on peut le constater sur les tableaux 1(a) et 1(b).

Tableau 1 (a)

Structure du système bancaire russe avant 1914

Nombre en 1900

Nombre en 1914

Capital en 1900 (millions de roubles)

Capital en 1914 (millions de roubles)

Banques en société par actions

42 (et 274 filiales)

50 (et 778 filiales)

282,6

836,5

Sociétés de crédit

117

1108

168,3

869,0

Banques municipales

241

319

97,2

180,0

Total

400

1477

548,1

1885,5

Source: Ju. A Petrov, « Kreditnaja Sistema – A. Bankovskij kredit » in Institut Rossijskoj istorii – Rossijskaja Akademija Nauk, Rossija 1913 god, Statistiko-dokumental’nyj spravotchnik, BLITs, Saint-Petersbourg, 1995, p. 159.

Tableau 1 (b)

Structure moyenne du système bancaire russe avant 1914

En pourcentage du nombre de banques en1900

En pourcentage du nombre de banques en 1914

En pourcentage du capital en 1900

En pourcentage du capital en 1914

Banques en société par actions

10,5%

3,4%

51,5%

44,4%

Sociétés de crédit

29,2%

75,0%

30,7%

46,1%

Banques municipales

60,3%

21,6%

17,8%

9,5%

Total

 

 

Source: idem tableau 1 (a).

 Tableau 2

Taille et poids relatif des dix plus grandes banques russes en 1914

Nom de l’établissement

Localisation du siège social

Montant de l’actif, en millions de roubles

Poids relatif en pourcentage du total des actifs des banques en société anonyme

Poids relatif en pourcentage du total des actifs du secteur bancaire (hors Banque Centrale)

Russko-Aziatskij Saint-Petersbourg

834,9

13,3%

11,0%

Russkij dlja vnechnej torgovli Saint-Petersbourg

628,4

10,0%

8,3%

Peterburgskij Mezhdunarodnyj Saint-Petersbourg

617,5

9,8%

8,1%

Azovsko-Donskoj Saint-Petersbourg

543,5

8,6%

7,1%

Russkij Torgovo-promychlennyj Saint-Petersbourg

496,2

7,9%

6,5%

Volzhsko-Kamskij Saint-Petersbourg

424,7

6,8%

5,6%

Soedinennyj Moscou

333,8

5,3%

4,4%

Sibirskij Torgovyj Saint-Petersbourg

279,5

4,4%

3,7%

Moskovskij-Kupetcheskij Moscou

279,5

4,4%

3,7%

Kommertcheskij bank v Varchave Varsovie

217,4

3,5%

2,9%

Total

4655,4

74,1%

61,2%

Source: I.F. Gindin, Russkie kommertcheskie banki, Gosizdat, Moscou, 1948.

La concentration du système bancaire, en ce qui concerne les « grandes » banques, est encore plus évidente si on prend en compte l’actif. Les dix plus importantes de ces dernières représentent plus de 60% des actifs du secteur bancaire, et les 5 plus importantes déjà 41%. Le système bancaire russe d’avant 1914 n’est donc pas sans quelques ressemblances avec celui qui émergea de la transition après 1991. Le rôle de la Banque Centrale et de l’État y fut déterminant[51]. La combinaison d’importantes banques de dépôts, fréquemment reliées à de grands établissements bancaires étrangers[52], et de petites banques qui sont souvent l’émanation d’entreprises industrielles auxquelles elles apportent par ailleurs un financement, n’a pas contribué à la stabilité du système bancaire. La Banque Centrale fut la principale source de refinancement du système bancaire, même si les instruments varièrent dans le temps. Le réescompte d’effets privés a décru ainsi de 30 % à 12 % parmi les sources de refinancement entre 1895 et 1913 (et ce dans une période où pourtant l’activité économique progresse très rapidement) alors que les prises en pension de titres publics et privés montaient de 7% à 23% dans la même période. Ceci constitue le second basculement significatif.

Le crédit sur les comptes courants, quant à lui, est resté relativement stable avec une part oscillant entre 63 % et 61%[53]. L’importance du crédit direct dans le refinancement doit être notée, car on retrouvera cette procédure au début du régime soviétique, dans les années vingt, comme l’un des modes de financement de l’économie. À cet égard, le pouvoir soviétique ne fera que continuer une pratique solidement établie par ses prédécesseurs. Cependant, les pratiques de refinancement de la Banque Centrale ont aussi une autre signification. La concentration des flux sur la prise en pension de titres publics et privés (avec garantie publique) et le crédit en compte courant traduit aussi le fait qu’un faible nombre de très grands d’établissements bénéficie de ce refinancement. La grande majorité du système bancaire en est exclue.

Le rôle direct et indirect de la puissance publique

La stabilité du système bancaire russe dépendait donc étroitement des circuits financiers publics ou para-publics, en particulier le placement des emprunts d’États ou d’organismes bénéficiant de la garantie publique (comme les compagnies ferroviaires, nationalisées par S. Witte). De ce point de vue, sa sensibilité aux crises financières internationales de la fin du XIXème siècle est relativement faible, même si la conjoncture économique russe montre une synchronisation progressive avec celle des grands pays européens (Angleterre, Allemagne, France)[54]. La décision prise par S. Witte d’adopter l’étalon-or, mais avec une forte dévaluation initiale, fut aussi un élément de relative stabilité, même si la couverture-or de la circulation monétaire se dégrada très sensiblement à la suite de la guerre contre le Japon en 1904-1905[55]. Ceci n’empécha nullement quelques krachs boursiers et bancaires, dont le plus grave – hors la période de guerre et de révolution de 1904 à 1907 – se produisit à l’été 1899.

Ceci traduisait des tensions budgétaires récurrentes, avec un déficit notable qui ne se réduisit qu’à la veille de la première guerre mondiale. Le recours à l’emprunt était indispensable compte tenu des objectifs de développement à la fois économiques et militaires. La charge des intérêts de la dette publique devait atteindre 16,7 % des dépenses en 1900, pour retomber à 12,5 % en 1913[56]. Les fluctuations dans l’émission des emprunts, entraînant des a-coups de liquidité non négligeable dans le système financier, témoignaient du conflit permanent entre des objectifs économiques et politiques ambitieux et la volonté du pouvoir tsariste de ne pas perdre le contrôle des finances publiques afin de ne pas tomber sous la coupe de créditeurs étrangers. Ces a-coups eurent pour effet d’empêcher un développement normal des banques, d’en accroître la fragilité et de décourager l’épargne existante qui vint s’abriter dans des caisses d’épargnes distinctes et directement reliées au système étatique, et de rendre les liens avec le pouvoir absolument essentiels à la réussite de toute opération financière d’une quelconque envergure.

L’analyse des évolutions du secteur bancaire avant 1914 nous indique donc que la création monétaire résidait moins du mouvement de création de monnaies privées par des créances commerciales et entrepreneuriales et de leur confrontation à la norme de validation en monnaie Banque Centrale, que de l’articulation entre cette validation et une monnaie « privée » issue du secteur public. Cette prédominance des créances publiques dans les mécanismes monétaires, alors que l’on est en pleine phase d’expansion de l’économie russe, renvoie à une trajectoire de développement particulière.

Monnaie, finance, et trajectoire de développement.

Le système bancaire russe fut en deçà des besoins de financement du développement industriel, en partie en raison du niveau de l’épargne, mais aussi en partie du fait de son instabilité intrinsèque l’empêchant d’engendrer le flux stable d’épargne qui peut être une condition à la stabilisation de l’épargne. L’émission des créances « privées », que ces dernières aient à financer des opérations courantes ou qu’elles soient liées à des opérations d’investissement, se heurte à plusieurs contraintes:

 (a) Le rythme de l’activité est nécessairement fluctuant, avec un aléa important comme dans toute économie fondée sur une agriculture peu moderne et soumise à un climat connaissant des amplitudes significatives.

(b) La structure de la propriété, même après l’abolition du servage et les différentes tentatives de réforme[57], empêche la constitution de garanties pouvant compenser les incertitudes évoquées ci-dessus.

(c) Dans l’industrie, le coût d’entrée pour des investissements est considérable, alors que la possibilité de sortie est faible, ce qui accroît le risque tant pour l’investisseur que pour son créancier.

(d) Les activités de commerce et de négoce en direction du marché intérieur s’appuient dans une large mesure sur des modes de financement pré-bancaires, et celles liées au commerce extérieur reposent largement sur les systèmes bancaires étrangers (France, Angleterre et Belgique)[58].

 

Le développement du crédit, compte tenu de cette accumulation de risques et d’incertitudes, est nécessairement limité, ce qui affaiblit d’autant l’épargne. Pour les grandes banques, on est en présence d’un poids dominant de circuits de financement contrôlés par l’État. Pour les très nombreuses sociétés de crédit qui se développent à partir de 1900, elles sont insérées dans des réseaux d’entreprises dont elles couvrent les opérations tout en gérant leurs liquidités. Dans ces conditions, parler d’une autonomie de l’entreprise bancaire, que ce soit face à la puissance publique ou aux réseaux d’entreprises, est discutable même si les structures formelles de propriété donnent l’illusion de cette autonomie.

La circulation du personnel de direction entre des postes dans l’administration et des fonctions dans les grands établissements, les liens de parenté, directs et indirects, ont largement contribué à une collusion entre l’État et le secteur privé dans ce domaine. Les stratégies matrimoniales au sein de la noblesse et de la fraction de l’élite économique concentrée à Saint-Petersbourg ont contribué à renforcer cette collusion. Cette dernière renvoie, au-delà des intérêts immédiats des uns et des autres et des frous-frous du marché aux héritières, à une réalité incontournable. Le modèle de développement mis en oeuvre en Russie de 1885 à 1914 est marqué de manière indélébile par une forte emprise de l’État sur l’activité économique.

Le développement de l’industrie et les deux Russies

On distingue en effet nettement, à partir de la fin du XIXème siècle une opposition croissante entre les deux modèles de développement industriel que l’on a évoqués plus haut. L’opposition entre les deux groupes tourna au conflit ouvert, dans les années qui précédèrent immédiatement le premier conflit mondial, à tel point que l’on peut pratiquement parler d’une insurrection larvée d’une partie de la bourgeoisie russe contre le système politico-économique du tsarisme. Ceci traduit un second déséquilibre, le fait que la croissance économique n’arrive pas à trouver des facteurs endogènes d’alimentation. Pour spectaculaire qu’ait été la croissance de 1885 à 1905, elle n’a pas induit un processus où l’enrichissement de certains groupes sociaux permettrait de fournir à l’économie son propre aliment. Ainsi, après la dépression entamée en 1903 et prolongée par la guerre de 1904-1905, la reprise de la croissance est très largement tirée par les commandes de matériel issues du budget militaire[59], ce qui conduit à relativiser les thèses sur le développement autonome du capitalisme en Russie[60]. À l’exception de la pression fiscale, les relations monétaires et marchandes mordent peu sur le monde rural[61]. C’est une différence notable avec le schéma de développement de l’Europe occidentale au XIXème siècle. Le monde rural reste assez largement à l’écart d’une croissance portée soit par l’exportation (pour les matières premières) soit par les dépenses publiques. La domination du système monétaire sous contrôle des autorités centrales, et plus largement la persistance d’une division en deux systèmes monétaires et financiers (même si le rouble est la monnaie unique), renvoient à cette fragmentation des logiques économiques et aux oppositions sociales et politiques qu’elles sous-tendent.

On doit ici souligner l’importance des interactions entre la conjoncture et les structures. Comme indiqué, les structures financières qui se mettent en place entre 1880 et 1914, si elles protègent le système financier et la circulation monétaire de crises spéculatives provenant de l’étranger soumettent l’un et l’autre aux effets des fluctuations de la politique budgétaire et des décisions concernant les emprunts publics. Ici, la formule de Lucien Févre, une économie a la conjoncture de ses structures, est entièrement valide. Mais, la répétition des éléments conjoncturels, en particulier les à-coups de liquidité liés à la politique de la Banque Centrale et du Ministère des Finances, pousse les agents opérant dans la sphère financière et monétaire à renforcer leurs liens avec les structures publiques, que ces liens soient directs, financiers, ou matrimoniaux. On est donc, dans le moyen terme, confronté à la formule inverse: l’économie russe a les structures de sa conjoncture.

Ces deux formules sont en réalité aussi pertinentes l’une que l’autre, en dépit de leur opposition[62]. Simplement, elles ne sont pas vraies dans le même espace temporel. Le couple dialectique qu’elles expriment révèle l’enchassement des institutions financières et des pratiques économiques dans un ensemble plus riche et plus complexe. La prise en compte de la pertinence de temporalités différentes, entraînant des renversements des chaînes de causalité, constitue un élément central d’une approche réaliste de la généalogie des formes institutionnelles. Il permet de reconstituer l’unité entre l’étude de la conjoncture et celle de la longue durée, en se prémunissant contre les tentations du fonctionnalisme pur comme des interprétations téléologiques.

La radicalisation du modèle économique tsariste entre 1914 et 1917.

Les caractéristiques du modèle économique de la Russie d’avant 1914 vont se radicaliser dans le processus de mobilisation durant la Première Guerre mondiale[63]. Les dirigeants russes furent confrontés à une situation imposant une brutale restructuration de l’économie afin d’obtenir l’augmentation rapide de certaines productions. Or, à la différence majeure avec les expériences de mobilisation industrielle réalisées en Allemagne ou en France, cette restructuration se fera largement contre le gouvernement. Les échecs militaires de 1915, largement liés à l’insuffisance des approvisionnements pour l’armée, provoquent une quasi-insurrection des petits et moyens entrepreneurs contre la haute administration tsariste[64]. Devant ce qu’ils considèrent comme une faillite morale, professionnelle et patriotique de l’administration concentrée à Saint-Petersbourg (que la presse de Moscou caricature en parlant de Wilhemgrad), ces entrepreneurs, qui sont bien souvent ceux représentatifs du deuxième groupe économique, décident de prendre en main la mobilisation industrielle[65].

La constitution des Comités Militaro-Industriels locaux (au niveau d’une province ou d’une grande agglomération) ou VPK (Voenno-Promychlennie Komitety), s’accompagne de la mise en place d’une structure nationale. Ces comités locaux sont fédérés par un comité central fonctionnant au niveau national, le Ts.VPK[66]. Ce processus est l’occasion pour les représentants du capitalisme autochtone, rassemblés autour du groupe moscovite de l’Association de l’Industrie et du Commerce, de tenter une alliance à la fois avec l’intelligentsia technique et avec les travailleurs[67]. Ceci va aboutir à un conflit ouvert avec l’administration tsariste qui menaça d’arrêter les principaux dirigeants des VPK et d’interdire les organisations[68], tout en reconnaissant qu’elle avait besoin de cette organisation. Un compromis sera trouvé sur la base de l’abandon du projet d’intégration directe de la classe ouvrière au sein des VPK. Ceci laissa très probablement le champ libre à la propagande bolchévique et anarchiste au sein des travailleurs industriels.

Le réseau des VPK va se doter rapidement de ses propres systèmes de financement, qui reposent à la fois sur la mobilisation des nombreuses petites banques locales et municipales et sur des relations d’échange non-monétaires. Le troc entre les entreprises de ce réseau est régulé par le VPK local qui détermine les rapports d’échange et sert de chambre de compensation. Dans la gestion des créances industrielles, le réseau des VPK devient une alternative potentielle à la Banque Centrale, qui dès lors n’a d’autre solution que de coopérer étroitement avec lui à partir de 1916.

Les autorités politiques tsaristes ont été plus que méfiantes vis-à-vis de ce que représentait le mouvement des VPK, dont elles percevaient bien la charge politique contestataire. Cependant, dans certaines administrations des responsables ont rapidement pris la mesure de l’efficacité de cette mobilisation industrielle. Il en fut ainsi pour les services de la mobilisation industrielle au Ministère du Commerce et de l’Industrie. Cette articulation entre la dimension locale et la dimension nationale favorisa l’émergence au sein des VPK d’une logique d’organisation par branches industrielles. Dès la seconde moitié de 1916 on voit apparaître une double structuration de l’économie russe, à la fois organisée sur une base territoriale et sur une base verticale. Aux structures financières locales, instituées par les VPK des provinces, vient alors s’ajouter des structures financières spécialisées par branches ou par secteur d’activité. Ces structures, elles aussi, combinent l’utilisation d’instruments financiers classiques et du troc.

L’innovation institutionnelle à la veille des Révolutions de 1917.

Il y a donc incontestablement innovation institutionnelle entre 1915 et 1917, mais cette innovation ne se fait pas au hasard. Elle se coule dans le moule de pratiques et d’habitudes – de coutumes même – pré-existantes. Elle correspond bien à l’idée d’une « société de remplois » avancée par Bernard Lepetit[69]. Mais, la logique de ces remplois ne correspond pas seulement à un déterminisme de la fonctionnalité ou à une articulation aléatoire entre la pesanteur des héritages et la liberté de l’action présente; elle correspond à la poursuite et à la radicalisation des affrontements sociaux et politiques de la période antérieure.

Dans le domaine monétaire et financier, comme dans tous les autres par ailleurs, la création d’institutions s’enracine toujours dans les conflits sociaux dont elle est tout à la fois le résultat et l’enjeu, l’aboutissement et la plate-forme de départ. La prise en compte des conflits d’intérêts, de leurs modes de représentation, permet alors d’enrichir l’analyse de la dialectique conjoncture-structure mise à jour plus haut. Elle suggère aussi de revenir sur la dialectique du comment et du pourquoi. Si l’on accepte l’hypothèse que le moteur essentiel d’un système monétaire réside dans la confrontation entre une certaine dynamique d’émission de monnaies « privées » et la dynamique de leur validation en monnaie « centrale », alors la période 1880-1916 est riche d’enseignement sur la réalité et les limites de la monétarisation de l’économie russe.

Ce que l’on a qualifié de moteur du système monétaire ne fonctionne que faiblement. Soit les besoins de financement sont couverts dans des réseaux fermés et ne débouchant pas sur la confrontation avec la monnaie « centrale », soit ils sont issus de processus de décision qui ont pré-intégré les conditions de cette validation, lui retirant ce qu’elle peut avoir de dynamique. C’est ce qui explique fondamentalement la faiblesse du système bancaire russe d’avant 1914, et en général le faible développement des instruments monétaires et financiers. Ils ne sont tout bonnement pas nécessaires. Mais, pourrait-on objecter, un tel système aurait alors du être parfaitement stable, ce qu’il ne fut pas.

La réponse à cette objection tient justement aux conflits évoqués. D’une part, au sein du système dominé par le contrôle public, les agents cherchent en permanence à tourner les compromis de répartition dans l’accès aux ressources. Il y a une tendance permanente au débordement des cadres du contrôle, tendance qui peut s’appuyer soit sur le relais des institutions bancaires étrangères, soit sur des alliances – provisoires et conjoncturelles – sur le système qui échappe au contrôle central. Ce dernier s’est constitué sous cette forme particulière de système autonome soit pour des contraintes techniques (dans le cas des campagnes) soit en raison de contraintes socio-politiques. Ses membres ont été exclus, et ségrégués, pour des raisons religieuses et ethniques. Ils sont dans une ambivalence de conflit, mais aussi de demande d’intégration, par rapport à l’autre système. Or, ce dernier ne peut les intégrer qu’en transformant radicalement ses pratiques. Les modes opératoires de la collusion ne seraient plus praticables s’ils devaient être étendus à ce système des entreprises du bassin Moscou-Volga-Oural. Il faudrait donc transformer les mécanismes et les institutions de la validation des créances privées en monnaie « centrale ». Ici se montre l’articulation du comment et du pourquoi. Cette intégration, qui par moment tente politiquement certains des membres du système dominé par le contrôle public, n’est pas possible faute de réforme fondamentale. On pourrait dire que c’est faute d’un État moderne, donc en raison de la réaction conservatrice et nobiliaire dont Nicolas II est le symbole, que cette intégration ne peut qu’avorter.

Ceci prend la forme d’une inconstance dans l’attitude de la Banque Centrale vis-à-vis des institutions bancaires par lesquelles cette intégration aurait pu avoir lieu. Cette inconstance, qui s’oppose à la constance que l’on constate dans d’autres cas, se traduit par des crises localisées, entraînant des pertes en capital et des a-coups de liquidité au détriment des entrepreneurs du système qualifié ici d’autonome. Ces derniers en concluent progressivement à l’inanité des stratégies d’intégration. Dès lors ne reste que la stratégie du conflit, qui impose aux membres du système autonome de se prémunir du contrôle que pourrait exercer l’autre système, en minimisant justement leurs contacts avec la monnaie « centrale » dès que des créances sensibles sont en jeu.

L’état d’urgence économique provoqué par l’incapacité du système dominé par le contrôle public à mettre en oeuvre une véritable économie de guerre, rendra alors crédible une stratégie de lutte frontale pour les membres du système autonome. On peut assimiler le mouvement des VPK à une tentative de prise de contrôle d’un système par l’autre à travers la captation des marchés de commandes d’État, des flux financiers qui y étaient attachés, et des procédures de refinancement en monnaie « centrale » des monnaies « privées » qui y étaient liées. Dans le système monétaire et financier cohérent à la trajectoire de développement mise en place à partir de 1880, la limitation des effets des crises monétaires avait pour contrepartie le renforcement de la polarité entre deux systèmes, structurant à la fois l’économie russe et son élite. Cette polarité conduisait alors à une crise bien plus grave et d’une autre nature.

 

III. La mise en place du système soviétique : rupture radicale ou consolidation du modèle antérieur ?

Contrairement aux idées reçues, le modèle soviétique tel qu’il se manifesta à la fin des années vingt, n’était nullement constitué en Octobre 1917. La guerre civile obligea les bolcheviques à radicaliser plus qu’ils ne l’avaient souhaité initialement leur programme économique[70]. Ce pragmatisme dans les faits ne fut jamais pleinement politiquement assumé, car il se heurtait au discours légitimateur de nature scientiste qui est constitutif du discours léniniste depuis Que Faire. Ceci conduisit à justifier a posteriori cette radicalisation dans une apologie du communisme de guerre. L.Trotsky se fit ainsi l’apôtre du travail forcé et de la militarisation des syndicats[71]. En fait, jusqu’à la fin de 1919, le VSNH, héritier direct du Ts. VPK, freina les nationalisations et les municipalisations des entreprises et fit son possible pour maintenir en place les anciennes équipes dirigeantes des usines. L’étatisation de l’industrie ne fut complète qu’à la fin de 1920[72].

 Figure 1

État des prises de contrôle des entreprises industrielles au 31 mars 1918

G1

Source : V.Z. Drobizhev, « Socialisticheskoe obobshchestvlenie promyshlennosti v SSSR » in in Voprosy Istorii, ,1964, n°6, p. 58.

La logique même du raidissement de la contrainte et des pratiques de commandements aboutit à la quasi-destruction des relations monétaires dans un épisode hyper-inflationniste et à une double crise agricole et industrielle.

Les conséquences sociales de cette dernière (révolte de Krondstadt, soulèvements paysans de Tambov) incitèrent le gouvernement à revenir vers des pratiques tolérant de larges espaces d’économie de marché. La NEP ne fut pas ainsi seulement la reconnaissance d’une liberté économique dans l’agriculture et le commerce. Elle se traduisit aussi au sein de l’industrie nationalisée par la montée des pratiques contractuelles remplaçant progressivement les commandes autoritaires.

Il est ainsi incontestable que l’économie soviétique, du temps de la NEP, avait des aspects d’économie mixte. Elle connaissait une dynamique allant dans le sens d’un développement combiné des activités privées et étatiques. Cette situation posait de délicats problèmes, tant d’un point de vue idéologique que, très concrètement, en matière d’organisation. Les tensions que l’on a pu observer dans l’économie chinoise dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix en sont un exemple[73]. Il est aussi incontestable qu’il y avait, dans certaines strates de l’appareil administratif, une nostalgie de la période du communisme de guerre. Il serait cependant profondément erroné de ne voir dans la NEP qu’un entracte avant le retour à une « normalité » soviétique. La construction du système tel qu’on l’a connu pour des décennies, et qui se fit à partir de 1928 fut suffisamment chaotique et dramatique pour montrer que la situation de la NEP avait sa propre stabilité qu’il a fallu consciemment détruire.

Cette période se caractérise d’ailleurs par la réussite de la stabilisation monétaire effectuée à l’issue de l’hyperinflation. Le desserrement de la contrainte sur la création monétaire se fit progressivement, en fonction des besoins d’une économie qui connaissait un taux de croissance élevé, tant dans l’industrie que dans l’agriculture. D’un point de vue institutionnel la mise en place du système économique s’est déroulée sur une période d’un peu plus d’une dizaine d’années quand on regarde le fonctionnement de l’industrie et, plus généralement, du secteur étatique[74]. Si la montée en puissance du GOSPLAN en tant qu’organisme de direction de l’économie date de la fin des années vingt, la structure générale du système ne sera acquise qu’à la fin des années trente, voire en 1948 avec la constitution formelle d’un comité aux approvisionnements, le GOSSNAB, à l’échelle nationale.

Cependant, et en dépit des affirmations des responsables, les balances-matières ne purent jamais s’imposer comme la source unique de la planification, et les indicateurs monétaires continuèrent d’être largement employés, y compris en concurrence avec la planification sur la bases de données quantitatives[75]..

Le système financier de la période de la NEP.

Le système financier et monétaire qui émerge au sortir de la guerre civile et de la crise hyperinflationniste conjurée par l’introduction du rouble-Tchervonetz correspond à la dynamique d’économie mixte que l’on a indiquée. En effet, de 1923 à 1929 l’économie soviétique se développe dans un cadre très différent de celui que l’on connaîtra après 1929.

Un embryon d’organisme de planification (le GOELRO, qui devint le GOSPLAN) avait été constitué, avec l’aide de spécialistes allemands issus des organismes du KRA de l’économie de guerre[76]. Les tâches de cette instance de planification étaient avant tout indicatives. L’industrie était contrôlée par le VSNH dans sa démarche globale et en particulier en ce qui concerne les priorités d’investissement et de reconstruction.

Les entreprises étaient gérées à travers des trusts décrits dans le décret du 10 avril 1923 comme :

« Des établissements industriels d’État autorisés par le gouvernement à opérer de manière indépendante en accord avec leur charte interne, sur une base commerciale et dans l’objectif de faire des profits « .

Ces organismes étaient donc dotés d’une large autonomie, autonomie qu’ils tentaient d’ailleurs régulièrement d’accroître au détriment du VSNH[77]. A cet égard, l’établissement de mesures de discipline financière, s’il entérinait cette autonomie, obligeait les trusts à une réelle responsabilité, en particulier en matière de prix. Pour assurer le financement de l’économie, le secteur bancaire qui avait été nationalisé, fut restructuré en grandes banques spécialisées dans le crédit aux entreprises, tant publiques que privées. Ces grandes banques spécialisées étaient les descendantes directes des structures financières mises en place par le Ts. VPK. Des mécanismes comme le réescompte d’effets de commerce et le crédit aux fournisseurs furent rétablis.

La Banque Centrale (GOSBANK) se cantonnait à son rôle de prêteur en dernier ressort et de garant du système par la mise en place de règlementations prudentielles. Par rapport à la situation d’avant 1914 la principale différence résidait dans la quasi-disparition des marchés de titres (quelques embryons de bourses fonctionnèrent entre 1924 et 1928) et surtout une convertibilité fortement contrôlée du rouble. Des « bourses de changes » locales, dépendant étroitement de la Banque Centrale, assuraient la fonction du change, non seulement par rapport aux devises étrangères mais aussi aux métaux précieux. En 1926/27 elles commençaient des opérations obligataires. La fin de la NEP et les conséquences de la collectivisation ne leur laissèrent pas le temps de se développer. Ce système fut loin d’être inefficace, comme on peut le voir au tableau 3.

Tableau 3

Le développement économique de l’URSS sous la NEP

Années

Revenu national

Industrie

Dont industrie légère

Production agricole

1913

100

100

100

100

1921

  38

   31

  33

  60

1925

   nc

  73

  69

112

1926

103

  98

  90

118

1927

110

 111

 102

 121

Sources : Annuaires soviétiques de la période, Kontrol’nye cifry narodnogo hozjajstva na…( pour 1925/26, 1926/27), et Kontrol’nye cifry narodnoe hozjajstva SSSR na…(pour 1927/28 et 1928/29), Moscou, diverses années. Voir aussi, Desjat’ let hozjajstvennogo stroitel’stva v SSSR, 1917-1927, Gosizdat, Moscou, 1928 ; E. Kviring, Otcherki razvitija promychlennosti SSSR, 1917-1927, Gosizdat, Moscou-Leningrad, 1929 ; V. Zagorsky, Les salaires et la réglementation du travail en URSS, BIT, Genève, 1930.

L’opposition en deux systèmes, à la fois économiques et financiers n’avait pas entièrement disparu. L’économie rurale, qu’il s’agisse de l’agriculture ou de l’artisanat qui lui est lié, souffrait de ne pouvoir trouver un système de crédit qui lui soit adapté. Les pratiques d’entre-aide et de coopération spontanée (la suprjaga) jouèrent un rôle essentiel dans le renforcement du groupe des paysans dits « moyens » tant face aux paysans riches qu’aux paysans pauvres[78].

 Tableau 4

Répartition des exploitations paysannes en RSFSR en 1926/1927

Exploitations « très pauvres »

Exploitations « pauvres »

Exploitations « moyennes »

Exploitations capitalistes ou Koulak.

RSFSR

12,3%

21,0%

63,0%

3,7%

Région Ouest

9,7%

20,4%

67,7%

2,2%

Région Centre-Terres Noires

10,2%

23,7%

63,8%

2,3%

Oural

15,9%

23,0%

56,7%

4,4%

Nord-caucase

16,1%

22,3%

55,8%

5,8%

Sibérie

11,0%

19,9%

62,4%

6,7%

Rappel: Russie 1910

38,0%

46%

16%

Est considérée comme une exploitation très pauvre une exploitation dont le propriétaire ne possède ni instruments, ni animal de trait ; une exploitation pauvre est une exploitation dont le propriétaire possède soit des instruments soit un animal de trait. Une exploitation moyenne est caractérisée par son autosuffisance en instruments et en moyens de traction ; l’exploitation capitaliste par l’emploi d’un ouvrier agricole.

A.I. Muralova, Narodnyj komissariat zemledelija RSFSR, Trudy zemplana pod obchtchej red. A.I.Muralova, vypusk XVI, Tchast’ 1-ja, Narkomzeml Izdatel’stvo, Moscou, 1928, pp. 35-36.

Ces pratiques se sont substituées à une circulation de créances au sens classique du terme. Il est probable qu’elles auraient épuisé leurs effets, si la NEP s’était poursuivi, vers 1933/1935, obligeant alors le pouvoir à penser un réel système de crédit adapté au monde rural. Pour autant, dans l’industrie, il y a bien unification des deux systèmes, dans un contexte où les pratiques de collusion et de confusion d’intérêts étaient mieux circonscrites que dans l’État patrimonial tsariste. Le contrôle de l’autorité publique est d’ailleurs intermédié par le biais des banques spécialisées et du mécanisme d’escompte des créances émises à l’occasion de transactions interentreprises. Il faut y voir la principale raison de la stabilité monétaire de cette période, où le risque d’hyperinflation est conjuré et la hausse des prix largement supportable. Les conditions d’alimentation en crédit des entreprises permettent de remettre rapidement en production des capacités laissées dormantes depuis la fin de la guerre civile. Ceci se traduisit par des gains de productivité importants, probablement liés à des effets d’économie d’échelle.

Le système monétaire et financier de la NEP n’a pas aboli la dichotomie qui a caractérisé le modèle de développement de la Russie depuis la fin du XIXème siècle. Il lui a cependant donné des formes de gestion plus adaptées et plus efficaces. La monétarisation de l’économie reste incomplète, mais en réalité pas moins qu’en 1914. En fait, on a progressé dans le sens d’une unification de l’espace de circulation des créances et donc dans le renforcement potentiel de la dynamique monétaire issue de la confrontation entre créances « privées » et monnaie « centrale ». Le rôle joué par le crédit inter-entreprise et le « crédit fournisseur », avec possibilité d’escompte et de réescompte, rend la contrainte centrale moins directe mais pas nécessairement moins efficace que dans le système soumis au contrôle public qui existait avant 1914. En même temps les pratiques de crédit et de circulation de créances qui existaient dans le système qualifié d’autonome doivent désormais se plier à la confrontation avec une procédure de validation en monnaie « centrale ».

La logique naturelle de la NEP aurait du être le développement de systèmes de crédit adaptés au monde rural, probablement sous la forme de banques coopératives liées à une caisse centrale. Le tournant de la collectivisation forcée allait briser tout cela[79].

Le système financier soviétique « classique » et le retour de l’instabilité.

Le changement dans la gestion tant des entreprises que des relations inter-entreprises qui signifia la fin de la NEP fut accompagné par une réforme majeure des modes de financement. Le crédit à court terme entre client et fournisseur fut interdit à partir de 1931 pour être remplacé par un système d’avances de la Banque d’État, la GOSBANK, ainsi que par des crédits, pour l’essentiel à court terme ; en 1939, les crédits représentaient ainsi près de 37% de l’ensemble du capital circulant de l’économie[80]. Les diverses banques spécialisées dans le financement des activités économiques, et qui avaient jusque-là dépendu du VSNH, furent amalgamées à la GOSBANK, qui devint à la fois la Banque Centrale, l’Institut d’émission, et l’ensemble du système bancaire, un système connu sous le nom de monobanque. L’autre source de financement étant bien entendu les subventions provenant directement du budget, et dont le rôle était essentiel pour le financement de l’investissement net, mais aussi pour le fonctionnement des entreprises qui, en raison de la structure des prix imposés, devaient opérer à perte. Ces transformations avaient pour but d’assurer un meilleur contrôle centralisé sur les flux financier, le « contrôle par le rouble », un objectif qui, en lui-même, indiquait que les responsables soviétiques ne croyaient pas possible de tout diriger à partir des balances matières.

Si l’on tente de lire les transformations qui se succèdent entre 1928 et 1932 dans le vocabulaire que l’on a utilisé dans ce texte, on dira que – dans un même mouvement – les autorités soviétiques ont cherché à unifier les deux systèmes. Elles l’on fait en imposant à l’agriculture de fonctionner dans le cadre du système à contrôle étatique strict remplaçant les formes spécifiques de financement existant dans l’économie rurale et en modifiant les règles de fonctionnement du système à contrôle étatique. Ceci se fait en passant d’un contrôle indirect – ou intermédié par des institutions bancaires séparées – à un contrôle direct exercé sans intermédiation.

Les autorités tentèrent de faire fonctionner le « contrôle par le rouble » en multipliant les mesures de contrôle et les décrets[81]. Néanmoins, le recourt au crédit à court terme – dans les faits de simples avances de trésorerie – comme forme de financement des entreprises d’État quasiment alternatif aux dotations budgétaires devait rester un mécanisme important de la dimension financière de la planification. Plusieurs raisons expliquent cette situation. La Gosbank ne pouvait réellement refuser les avances pour les entreprises des secteurs prioritaires. Même dans les secteurs moins prioritaires, un refus de la part de l’agence locale de la Gosbank d’entériner des découverts sur le compte des entreprises était difficile à mettre en oeuvre. Un tel refus, privant les entreprises des moyens financiers nécessaires pour des paiements scripturaux (inter-entreprises) mais aussi fiduciaires (des accroissements de la masse salariale soit par hausse des salaires soit par embauche de travailleurs supplémentaires), menaçait de conduire à des arrêts de production pouvant perturber les secteurs prioritaires ou, tout simplement, pouvant empêcher les autorités locales d’afficher de bons résultats. Les pressions sur les agences locales de la Gosbank étaient donc naturellement fortes pour utiliser les avances comme moyen de financement des investissements.

Par ailleurs, en raison de la perturbation du système de paiements, mais aussi du fonctionnement aléatoire des mécanismes budgétaires, il était difficile de détecter rapidement si des arriérés de paiement provenaient de ce que l’entreprise qui s’en rendait coupable avait excédé son enveloppe de moyens financiers ou simplement du fait qu’elles n’avait pas reçu en temps et en heures les moyens nécessaires. L’accélération brutale de la hausse des prix à partir de 1929, mais aussi des fluctuations non moins brutales des prix relatifs, rendaient contestables en valeur nominale comme dans l’absolu les enveloppes financières allouées par le budget aux entreprises.

En fait, le « contrôle par le rouble » tel qu’il était conçu à l’époque témoignait d’un problème de circularité. Sa raison d’être était de contenir les pressions sur les prix et d’éviter que les structures et les projets d’investissement soient autres que ceux prévus par le Plan. Mais, même en admettant que ce dernier ait été fait correctement – et il est notoire que le Premier Plan Quinquennal fut rédigé dans des conditions moins que rationelles[82] – la conformité d’une enveloppe budgétaire avec une structure économique suppose prévisibles, lors de la période de constitution des objectifs du Plan, toutes les conséquences des investissements prévus, et en particulier en matière de gains (ou de pertes) relatives de productivité entre les branches et de modification des prix relatifs des entrants. Ceci ne fait que renvoyer à un problème bien connu de circularité du système néoclassique[83]. Pour connaître l’équilibre il faut connaître les prix d’équilibres, mais ces derniers ne sont observables qu’à l’équilibre. On retrouve ici le problème de la symétrie entre la théorie de la planification centralisée et l’économie néoclassique. Tout argument qui invalide l’une invalide l’autre par contre-coup.

L’hyperinflation soviétique, forme extrême d’une économie de guerre en temps de paix.

Il ne faut donc pas s’étonner si les réformes financières de 1928/9, dans le sillage des dépenses liées au début du Premier Plan Quinquennal, ont engendré une situation de bien plus grande instabilité monétaire que sous la NEP. l’URSS a ainsi connu un nouvel, et violent, épisode hyperinflationniste jusqu’en 1933. Ce dernier a été accompagné par une désintégration du système des paiements, avec une rapide montée des arriérés en dépit de menaces de sanctions de plus en plus lourdes.

L’hyperinflation fut jugulée, de 1933 à 1935, non par une réforme monétaire comme à la fin de la guerre civile, mais par un système strict de rationnement, tandis que la Gosbank décidait d’apurer une partie des dettes. La mise en place d’un double marché des biens de consommation (à prix fixes, avec des coupons et à prix libres), dans une situation marquée à la fois par des pénuries importantes et un profond appauvrissement de la population, permit de casser la dynamique hyperinflationniste. Le rationnement fut ainsi progressivement relaché en 1935 et 1936, sans toutefois disparaître. Il devait reprendre de la vigueur dès 1938 avec de nouvelles difficultés économiques dues aux effets désorganisateurs des purges (1937-1938), puis du passage progressif de l’économie à une logique de guerre (1939-1940).

Après-guerre, et en dépit d’une grande réforme monétaire en 1947 visant à assécher les excédents de liquidité issus de la guerre, d’importants dérapages financiers entre 1948 et 1950 vont se produire. Leur origine est similaire à celle des désordres de la période 1929-1939, un excès de demande de la part des entreprises, excès lui-même lié à une inflation des objectifs économiques. Cette dernière provenait de la conjonction d’une reconstruction – à l’évidence nécessaire compte tenu des destructions subies par la partie occidentale de l’URSS entre 1941 et 1945 – et d’un redémarrage de la production militaire à partir de 1949 suite à la mise en place de la guerre froide. Ils finiront par créer, en 1951, une situation de quasi-cessation des paiements quand la politique du crédit de la Gosbank va se durcir. Il faudra, de 1952 à 1955, mener l’équivalent d’une banqueroute généralisée suivie d’une consolidation des comptes, pour permettre à l’économie soviétique de sortir de ce mauvais pas, ce qu’elle fit d’ailleurs de manière spectaculaire, en connaissant de 1955 au début des années soixante une phase de forte croissance.

Dans les faits, le système fut donc loin de fonctionner comme prévu. La GOSBANK ne pouvant refuser les avances, le contrôle monétaire central sur l’émission privée de créances, ou ce que les auteurs soviétiques appelaient le contrôle par le rouble  était ainsi faible. Une faiblesse que renforçait par ailleurs la faible discipline financière des entreprises qui continuaient à pratiquer le crédit interentreprises dans des proportions non négligeables. Il atteignait ainsi près de 20% du capital circulant total en 1939[84], et devait connaître des pics importants à la fin des années quarante[85]. Un autre symptôme de cette faible discipline financière fut l’utilisation des avances et prêts à court terme de la GOSBANK pour financer des investissements et non simplement les opérations au jour le jour[86]. La multiplication et la persistance sur longue période des pressions en provenance des entreprises pour obtenir des moyens de financement supplémentaires[87], phénomène auquel il faut rattacher l’évasion systématique hors des cadres de la fixation des prix entraînant une hausse non planifiée de ces derniers dans l’industrie[88], permet de mettre en doute l’idée traditionnellement soutenue dans de nombreux manuels d’une monnaie soviétique passive[89].

Les responsables soviétiques, du moins les plus subtils d’entre eux, en étaient conscients. Dans un article de 1935 le futur directeur du Gosplan, futur architecte de l’économie de guerre entre 1941 et 1945, et future victime d’un Staline jaloux de ses succès et de son influence, Nikolaï Voznesensky, allait justifier l’existence de la monnaie dans une économie socialiste en arguant de l’impossibilité de comparer directement des capitaux aux structures techniquement et temporellement hétérogènes[90]. C’est en réalité un argument proche de ceux utilisés par von Mises pour condamner une économie centralement planifiée, sans monnaie[91].

Les formes d’activation de la monnaie dans le système soviétique

En effet, si les flux monétaires n’avaient été que la contrepartie des flux physiques planifiés, il n’y aurait eu aucune raison pour les entreprises de chercher à obtenir des moyens financiers supplémentaires, et les autorités centrales auraient effectivement pu imposer leur contrôle sur les flux financiers. La persistance des désordres financiers, et l’incapacité des autorités centrales à y mettre fin y compris dans les années quarante et cinquante[92] en témoigne. Ainsi, dans l’épisode d’après guerre le crédit inter-entreprises, prenant souvent la forme d’impayés aux fournisseurs, concernait en 1951 plus de 12 000 entreprises. Les montants engagés représentaient plus du quart de l’ensemble du montant officiel des crédits[93]. Il faudra, à partir de 1953 créer un compte d’apurement à la Gosbank et, en 1954, organiser légalement la remise des dettes de plus de 10 000 entreprises. Ce n’est qu’en 1955 que les spécialistes soviétiques considèrent que la circulation financière et monétaire était redevenue normale[94]. La multiplication des procédures et des stratégies des entreprises pour se procurer du financement, indiquent bien que la monnaie a une valeur intrinsèque dans l’économie soviétique. Dire que, dans ce système, elle était effectivement active n’implique nullement que les formes d’activation aient été les mêmes que dans les économies occidentales. Mais, au-delà des différences dans les formes, la persistance de l’activation de la monnaie rend bien compte de l’impossibilité à réaliser une centralisation a priori de l’économie. Elle témoigne de la persistance de l’autonomie des agents, et en particuliers des entreprises[95].

Il faut alors chercher à se représenter les formes d’activation de la monnaie dans le système soviétique « stabilisé » soit celui issu des troubles du Premier Plan Quinquennal et de la collectivisation forcée. Les réformes liées à la fin de la NEP ont abouti à séparer formellement la circulation fiduciaire et scripturale. Normalement, les ménages ne peuvent détenir que de la monnaie fiduciaire, en l’absence de comptes bancaires. Les seuls placements possibles sont des livrets d’épargne et – méthode utilisée dans les années trente – des bons du Trèsor dont la souscription obligatoire et le faible rendement en période de forte inflation s’apparente plus à un impôt déguisé. Les entreprises utilisent quant à elles la monnaie scripturale dans leurs transactions avec les organismes d’État et les autres entreprises. Cependant, pour payer les salaires, elles doivent pouvoir obtenir de la part des agences locales de la Gosbank la possibilité de transformer des avoirs scripturaux en monnaie fiduciaire. Normalement, seules certaines lignes de compte peuvent être ainsi utilisées.

En raison de la pénurie de main-d’oeuvre quasi-chronique dans l’industrie et la construction à partir de 1930[96], la possibilité pour les entreprises d’accroître la masse salariale, soit en embauchant plus de salariés, soit en augmentant les rémunérations afin d’attirer à elles les salariés, le besoin en monnaie fiduciaire est souvent pressant. les entreprises valorisent donc tout particulièrement dans leurs négociations avec les agences de la Gosbank et avec les directions ministérielles dont elles dépendent ces lignes de compte permettant une transformation facile. En fait, les besoins en monnaie fiduciaire dépassent toujours les autorisations de transformation négociées dans le cadre du Plan. Outre l’accroissement des salaires, il faut pouvoir payer des primes supplémentaires dans les périodes où l’on doit rattraper un retard par rapport aux objectifs de production, et cet argent sert aussi à se procurer – au marché noir – des fournitures diverses afin de tourner les situations de pénurie. Les entreprises soviétiques ont ainsi rapidement mis en place des procédures de négociation, relevant parfois du chantage, pour disposer de moyens en rouble fiduciaire excédant largement ce que le volet financier du Plan d’entreprise autorisait. Il y a donc une véritable circulation entre les deux formes de monnaie, que l’on peut schématiser (schéma 1).

Schéma 1

Schéma-1

Les ménages, qui reçoivent donc cet argent légalement ou dans des conditions hors la légalité, l’utilisent pour acheter des biens soit dans le secteur d’État soit auprès d’offreurs privés, que ces derniers soient légaux ou tolérés (les marchés kolkhoziens par exemple) ou parfaitement illégaux (le travail au noir, la production d’un artisanat clandestin non négligeable[97], la contrebande, etc…). Si la transaction se déroule dans un magasin d’État, cette monnaie fiduciaire retourne vers le circuit scriptural quand, chaque jour ou chaque semaine, la caisse du magasin est apportée à la succursale locale de la Gosbank. Si la transaction concerne un agent privé, on est en présence d’une circulation interne au circuit fiduciaire.

Schéma 2

Schéma-2

L’analyse des divers types de transaction qui caractérisent l’économie de type soviétique met en lumière l’existence d’espaces de transaction différents. L’offre et la demande se déclinent en trois compartiments, le secteur étatique, le secteur privé légal et le secteur privé illégal. Ce dernier inclut tout autant des activités considérées comme illicites dans la plupart des sociétés, que des activités qui ne sont hors la loi que du fait de la réglementation soviétique. On est alors en présence de 9 types d’espaces de transaction ou « marchés » pour reprendre la typologie des « marchés colorés » de Katsenelinboigen[98], qui désigne par « rouge » ce qui vient de l’État, par « blanc » ce qui vient des ménages sous une forme légale, et par « noir » ce qui provient des activités illégales. Les combinaisons des divers compartiments donnent naissance à des espaces mixtes, gris, roses ou bruns en fonction des modes d’interaction. De l’articulation de ces divers secteurs d’activités, qui sont tout autant complémentaires, du point de vue systémique, qu’ils sont concurrents quant à l’obtention de ressources – et en particulier de travail – on peut dégager un schéma général de la circulation monétaire dans l’économie soviétique (schéma 2).

Dans sa représentation explicite, celle des manuels, le système ne prend en compte que 4 espaces de transaction, que l’on a notés ici (1,A), (1,B), (2,A) et (2,B). Il s’agit d’un marché « rouge », d’un marché « blanc » et de deux marchés « roses ». Si tout se passait comme dans l’imaginaire des planificateurs, et des économistes qui ont pris leurs descriptions pour argent comptant, la monnaie scripturale dont l’espace de circulation est (1,A) se transformerait en monnaie fiduciaire pour permettre les transactions en (2,A). Les ménages peuvent alors commercer entre eux en (2,B) ce qui ne saurait aboutir à une quelconque création de monnaie mais uniquement à une nouvelle répartition des encaisses fiduciaires, par exemple entre la population urbaine et la population rurale à travers le mécanisme des marchés kolkhoziens. Le rôle de ces derniers n’est donc pas seulement de permettre de compléter l’offre de biens alimentaires en provenance du secteur d’État et de fournir aux paysans une incitation particulière. Il est aussi de contribuer à la circulation des moyens de paiements et d’établir une forme de répartition des revenus, dans la mesure où les autorités publiques ne contrôlent directement (en théorie du moins) que les revenus des salariés du secteur public.

Ou bien les ménages commercent avec le secteur d’État (1,B), qui reste un fournisseur essentiel des biens et services et détient (théoriquement) un monopole sur l’offre de biens manufacturés. Ces transactions sont ici le mécanisme qui conduit à un retour du fiduciaire vers le scriptural, avec le flux d’épargne en direction de la Sberbank. Rien ne laisse prévoir alors une quelconque autonomie des phénomènes monétaires qui semblent pouvoir être parfaitement contrôlés.

Mais l’économie réelle est composée de 9 espaces et non de 4. Les besoins du secteur d’État sont largement supérieurs aux prévisions, et s’expriment sur (2,A) et (3,A). L’injection de monnaie fiduciaire accélère les processus de circulation et permettent des phénomènes d’accumulation qui donnent naissance au développement des activités privées illégales évoquées. Ces dernières détournent, directement ou indirectement, des moyens de production et du travail du secteur étatique. Tout en assurant une certaine forme de stabilité sociale par une offre supplémentaire de biens et de services, ces activités contribuent à désorganiser la production dans le secteur d’État, obligeant ce dernier à des ajustements qui conduisent à accroître ses demandes vers le secteur privé, légal ou illégal. Le fonctionnement interne du secteur d’État connaît par ailleurs ses propres désordres. Ceci permet de faire le lien entre les formes de l’activation de la monnaie et la conjoncture économique.

Activation de la monnaie et conjoncture économique dans le système soviétique.

On vérifie l’existence de relations très claires entre les variations des salaires entre les secteurs et la répartition de la main d’oeuvre entre ces secteurs[99]. Ces relations statistiques entre revenu et emploi sont la preuve matérielle que la planification ne s’exerça jamais directement sur l’emploi, en dépit de toutes les tentatives du régime, et de toutes les illusions des observateurs extérieurs à ce sujet. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine de l’emploi[100]. La compétition pour obtenir des suppléments de main d’oeuvre a caractérisé à la fois les relations entre branches et entre entreprises dans le cadre de l’URSS. La période du plan, qu’il soit quinquennal ou annuel, cesse d’être pertinente pour la compréhension du mouvement réel de l’économie. Ce dernier prend naissance dans la rencontre entre des comportements d’investissements dictés à la fois par le cadre institutionnels et par son incapacité à couvrir la totalité de la réalité, les comportements des individus, et des relations techniques, comme par exemple le rapport capital fixe/capital variable pour une technique donné, ou l’inertie des tendances démographiques. Ces relations témoignent de manière indéniable de la décentralisation des décisions économiques, qui peuvent alors être qualifiées de « privées » au sens indiqué au début du texte et de la présence d’un marché du travail. Ce dernier, marqué par une asymétrie fondamentale[101], n’est pas un marché pur au sens de la théorie de l’équilibre général ; cette limite est la même que celle qui existe dans les économies occidentales.

Pour reprendre une formule employée à propos de nos économies, la relation salariale y est tout autant soumise aux logiques de la règle qu’à celles du marché[102]. Que la forme prise par la combinaison entre incitations et contraintes ait été différente dans le cadre de l’URSS des formes que nous connaissons aujourd’hui dans les économies occidentales, renvoie simplement à des différences particulières, tant dans le mode de légitimation de l’encadrement technique et professionnel de la production que dans celui des formes de l’aléa économique[103]. Il faut aussi se souvenir que cette combinaison n’a jamais été identique, voire même homogène dans le temps ou dans l’espace dans le cadre de l’économie soviétique. Ainsi, dans certaines usines les incitations monétaires étaient-elles prédominantes, alors que dans d’autres les incitations étaient avant tout en nature. De même, le niveau de la contrainte tout comme sa forme ont connu des différences substantielles, suivant les époques, les branches de l’activité et les usines. Là, quand la main d’oeuvre manquait, il eut été incohérent de recourir aux licenciements et aux renvois ; à l’inverse, dans les entreprises qui pouvaient obtenir sans problème les travailleurs nécessaires, on a bien assisté à des licenciements pour l’équivalent de notre notion de faute professionnelle.

Graphique 2

GR-2

Source: annuaires statistiques soviétiques, 1960-1982, recensés in J. Sapir, Rythmes d’accumulation et modes de régulation de l’économie soviétique : essai d’interprétation des cycles d’investissement et de main d’oeuvre en URSS de 1941 à nos jours, Thèse pour le Doctorat d’Etat ès Sciences Economiques, Université Paris X-Nanterre, 29 octobre 1986, 3 vol. (1126 p. + 409 p).

 

Cette décentralisation de fait de la décision est essentielle pour comprendre le maintien de relations monétaires diversifiées dans l’économie soviétique. Elle a conduit à des stratégies, au niveau de l’entreprise et de la branche, où la capacité à offrir des hausses régulières des salaires a été déterminante dans la répartition des flux d’emplois.

Ces stratégies ont laissé des traces statistiques assez claires, en particulier en ce qui concerne l’industrie et la construction.

Les sources soviétiques, et en particulier la littérature sur les comportements des directeurs d’usines dans les années trente et quarante, montrent cependant que les relations observables existaient déjà, mais que la pente de la relation indique une élasticité de l’accroissement de l’emploi à l’accroissement du salaire nettement plus forte avant 1965 qu’après 1970. La période 1965-1970, marquée par un changement de régime lié aux ajustements au sein des entreprises suite aux réformes économiques, est la seule où la relation salaire/emploi ne soit pas présente. À partir de 1978/9, la contrainte démographique tend à rendre inopérant l’impact des accroissements de salaire. L’analyse du même mouvement pour le secteur de la construction confirme cette tendance. Les mouvements y sont plus amples tant en raison des caractéristiques de la main d’oeuvre (moins formée et plus mobile) que du fait des fluctuations plus brutales des cycles d’activité dans ce secteur.

La stabilité de ces relations statistiques est doublement importante pour une intelligence du système économique soviétique. Elles permettent de relier les décisions d’investissement (telles qu’elles résultent en réalité des procédures de marchandage entre les entreprises et les administrations de tutelle), le besoin en main d’oeuvre et l’évolution du salaire réel.

Graphique 3

Gr-3

Source: idem que pour graphique 1.

 

Ce dernier échappera ainsi avec régularité au contrôle planifié, en dépit des efforts répétés de la part des autorités[104]. Ces relations confirment le rôle des entreprises dans le mouvement du rouble fiduciaire, ce qui implique aussi la capacité des entreprises à peser sur les décisions des autorités bancaires, locales ou centrales, en ce qui concerne la circulation du rouble scriptural.

À partir de là, on peut appréhender les relations entre le secteur manufacturier et le secteur agricole, qui constitue un problème essentiel. Les fluctuations de production dans ce dernier, qui ont des effets désorganisateurs non négligeables sur l’ensemble de l’économie, ne sont que secondairement liées à des aléas climatiques. Ils proviennent davantage d’une désorganisation de l’offre de travail dans ce secteur liée aux fluctuations du rapport entre revenus urbains et ruraux, et de l’attraction brutale d’une partie de la main d’oeuvre agricole vers des emplois dans le secteur manufacturier[105], provoquant une désorganisation brutale de l’organisation du travail dont les effets négatifs se répercutent directement dans la production.

 

Les conséquences des fluctuations de la production agricole sur la consommation des ménages sont d’autant plus importantes que, en dépit d’une hausse régulière du niveau de vie de 1948 à la fin des années soixante, la part de l’alimentation est restée importante dans les budgets[106]. Comme ces fluctuations se manifestent avant tout sous la forme d’aiguisement de la pénurie, compte tenu du fait qu’une large part de cette production est commercialisée à travers un système à prix fixes, la pertinence des incitations monétaires au travail (les primes) est inversement proportionnelle à l’acuité de la pénurie. Une baisse de la production agricole se traduit, au bout du compte, par une dévalorisation momentanée de ces incitations monétaires dans le secteur manufacturier, entraînant un coup de frein sur la croissance de la productivité[107].

Graphique 4

Gr-4

Source : Idem Graphiques 2 et 3. Le taux de flux de main d’œuvre agricole est calculé à partir des données démographiques et correspond à l’exode rural en % de la population rurale.

 

Celle-ci étant alors, ex-post, plus faible que ce qui avait été anticipé lors des décisions d’investissement, un besoin supplémentaire, non planifié, en main d’oeuvre apparaît à nouveau dans le secteur manufacturier. Il s’y traduit par un aiguisement de la concurrence entre entreprises et branches de ce secteur, concurrence qui se manifeste à travers des hausses de salaires et un accroissement des avantages sociaux offerts aux salariés. Dans un cas comme dans l’autre, ceci implique le dégagement de nouvelles ressources monétaires pour les entreprises.

L’effet agrégé de ces tentatives pour attirer des travailleurs supplémentaires afin de compenser une hausse inférieure aux prévisions de la productivité du travail prend la forme de nouvelles pressions à la hausse des revenus urbains et une ouverture de l’écart avec les revenus offerts dans l’agriculture. On doit alors noter que l’effet des hausses de rémunérations, parce qu’il joue sur l’ensemble des sommes et non sur une marge comme dans le cas des primes, est moins affecté que ces dernières par la situation de pénurie, sauf dans les périodes de grande crise où celle-ci devient absolue.

 

Cette dynamique est à la base des cycles économiques particuliers de l’économie soviétique. Elle explique dans une très large mesure la présence comme la forme des désordres monétaires enregistrés après 1945. Cette dynamique est aussi partiellement présente dans les dérapages des années trente, même si à cette époque la dynamique particulière de la planification stalinienne y ajoute d’autres éléments. Elle se manifeste avec une intensité d’autant plus importante que, progressivement, les réserves de main d’oeuvre s’épuisent compte tenu du ralentissement démographique que l’URSS connaît dans les années 60 et 70. Les relations statistiques se déforment progressivement, au fur et à mesure que l’économie se heurte au « mur » démographique. La hausse régulière des revenus nominaux tend à s’accélérer et le montant des encaisses détenues par les ménages s’accroît corrélativement.

Ceci entraîne une plus grande circulation de la monnaie fiduciaire avec le développement progressif d’une offre de biens et de services issus du secteur privé, que ce dernier soit légal ou illégal. Cependant, ce dernier, qui sous le nom de « 2ème économie » prend une place de plus en plus importante dans les analyses publiées à partir de la fin des années soixante-dix, ne peut se développer qu’en prélevant des ressources sur le secteur d’État, puisqu’il ne dispose pas des cadres juridiques autorisant son développement. La montée en puissance de l’économie « grise » (2,C) et (3,B) ou « rose »(1,B) et (2,A), que l’on constate alors à partir de la fin des années soixante, en découle.

 

Faute de réformes adaptées, elle ne conduisit pas une synergie avec le secteur étatique – ce qui aurait été possible – mais au contraire au renforcement des pratiques de prélèvements sur ce dernier, que ces prélèvements portent sur des matières et des biens ou sur du travail. Les rémunérations issues des espaces « gris » et « bruns » commencent à concurrencer sérieusement celles qui se forment dans le carré des espaces légaux[108].

L’efficacité du secteur d’État baisse sans que le secteur privé ne puisse réellement se développer de manière efficace, entraînant une baisse générale de l’efficacité de l’ensemble de l’économie soviétique. On aboutit alors à la situation de blocage[109], stigmatisée par Gorbatchev après 1985 sous le nom d’ère de la stagnation (Zastoj), mais dont les racines sont repérables dès le début des années soixante-dix.

 

La contrepartie de cet accroissement de la circulation de la monnaie fiduciaire et de son degré d’activation réside dans un développement de procédures toujours plus complexes mises en oeuvre par les entreprises pour dégager de nouvelles ressources monétaires et obtenir de manière plus ou moins discrétionnaire la transformation de ressources scripturales en ressources fiduciaires. Les entreprises soviétiques acquièrent dans les quinze dernières années du système un savoir-faire financier non négligeable et multiplient les innovations en ce domaine. Mais, ce savoir-faire se situe dans une très large mesure hors la loi, ou du moins dans ses marges. La capacité des autorités monétaires à contrôler les innovations financières des entreprises, ou du moins à en maîtriser les effets en fut d’autant plus faible. Les éléments de perte de contrôle sur la gestion de la monnaie étaient donc présents bien avant la Perestrojka même si cette dernière devait les révéler brutalement[110].

 

 

Graphique 5

 

Source : Idem graphique 2.

Les entreprises développent aussi des réseaux de transaction en nature permettant de contourner les contraintes de règlement dans l’espace que l’on a noté (1,A). Ce troc inter-entreprises vise à redistribuer les biens circulant dans le système d’État pour compenser les décalages entre la matrice des utilisations du planificateur et la structure de l’appareil productif réel. Quand il s’enracine dans le temps et se repète, il prend la forme de dettes soigneusement enregistrées entre les directeurs des entreprises concernées, dans un système où le défaut d’un participant se solderait par son exclusion du réseau dont il a besoin pour fonctionner. Même quand il reste présent uniquement sous la forme d’un troc, il s’appuie sur un tissu en réseau adossé à des complémentarités techniques et des solidarités locales.

 

Ces stratégies, bien entendu, n’ont que peu de sens pour les entreprises qui sont assurées de bénéficier des niveaux les plus importants de priorité. Elles sont au contraire vitales pour les autres entreprises et pour les régions qui savent ne pas en bénéficier. Ces stratégies ne sont donc rien d’autre que des contestations virulentes des orientations de politique économique qui sont inscrites dans les plans, contestations qui prennent cette forme particulière car, dans le système soviétique, elles n’ont pas d’espace politique pour s’exprimer. Dans un certain nombre de cas, elles ont réussi à désarticuler la politique économique centralement fixée et à imposer d’autres orientations.

L’exemple le plus documenté est celui des priorités d’aménagement du territoire durant la période de reconstruction après 1945[111]. Il n’est d’ailleurs pas interdit de considérer les dérapages systématiques en matière d’investissement, que l’on a connus durant le 1er et le 2ème Plan Quinquennal, dérapages qui ont abouti à des tensions monétaires et économiques particulièrement violentes, comme le produit d’une contestation par les dirigeants locaux (industriels et territoriaux) des priorités fixées à l’échelon central. Il y a bien là un problème de conflit politique au sens le plus profond, celui d’un affrontement entre des visions divergentes de ce qui est meilleur pour la communauté, comme au sens restreint, affrontements entre des intérêts locaux et un intérêt global. Dans le contexte de l’époque, cette contestation et ces conflits ne pouvaient s’exprimer que dans une surenchère dans les projets d’investissements. La question du cadre de gestion des affrontements naturels dans une société produisant des intérêts contradictoires, est donc ici en cause.

 

À nouveau sur la conjoncture et la structure..

 

L’analyse que l’on vient de présenter quant aux interactions entre les formes d’activation de la monnaie et la conjoncture économique et sociale de l’URSS nous ramène à la dialectique de la structure et de la conjoncture.

Il est indubitable que les formes prises par les désajustements et les crises dans l’économie soviétique ont été modelées pas les structures, c’est à dire tant le cadre institutionnel – que l’on a décrit – que le cadre démographique (que l’on s’est contenté de suggérer) et politique. Les périodes de crise ne se manifestent pas de manière voyante par un chomage des hommes mais par une accumulation brutale d’investissements que l’on ne peut valoriser. Le chomage des hommes est pourtant implicite dans les arrêts de production causés par la désorganisation du circuit logistique et le basculement des pénuries d’un état normal à un état particulièrement brutal. Le décalage entre les transactions formelles et leur contenu réel ne se manifeste pas par des faillites ou des dévalorisations d’actifs boursiers, mais par une montée des contrats non exécutés et l’alourdissement des contentieux de livraison, mais aussi de paiement. La conjoncture de l’économie soviétique vérifie ainsi au premier abord l’aphorisme Labroussien.

Des politiques de remise en ordre s’imposent, tout comme dans nos économies. Le rôle de la Banque Centrale y est loin d’être négligeable. Ces politiques doivent cependant aussi entériner les modifications de rapport des forces entre les entreprises, entre les branches et les ministères qui les représentent et parfois aussi entre les employeurs et les salariés. On ne sort jamais d’une crise particulièrement grave par une simple addition de mesures techniques mais par un ensemble de mesures qui – à travers leur dimension technique – entérine et stabilise une certaine configuration des conflits et des rapports de force entre les acteurs en présence.

 

À cet égard les diverses innovations institutionnelles que l’on constate dans le système, qu’elles soient spectaculaires avec les réformes de la période 1965-1973, ou qu’elles soient moins visibles avec des modifications de règle comptable, des transformations des grilles de rémunération, l’extension de cadre de protection sociale à une main d’oeuvre techniquement non salariée et des assouplissements dans les modes de fixations des prix, correspondent toujours à des conflits sociaux, que l’on cherche à stabiliser ou à encadrer.

 

On voit ici se profiler le lien entre conjoncture et structure. C’est la succession des crises et des désajustements qui conduit à la transformation des institutions, des modes d’organisations, des formes de pouvoir. Cette transformation est pour partie intentionnelle, dans la mesure où elle traduit l’action des autorités face à des désordres qui compromettent sa politique et son autorité. Mais elle est aussi pour partie non-intentionnelle dans la mesure ou nombre de modifications, d’amendements aux règles existantes, qui s’imposent pour faire face à un moment aigü de la crise engendrent des transformations dont nul n’a idée sur le moment. L’économie soviétique s’est ainsi transformée entre 1929 et 1991 tout autant sous la férule d’un pouvoir qui tentait de maîtriser le tigre qu’il chevauchait qu’à travers l’évolution des comportements et des pratiques engendrée par les stratégies locales ou temporaires de gestion des effets de certains désajustements.

Il n’est donc pas interdit de voir, dans le processus qui conduit à travers la succession des cycles d’investissement et des crises monétaires à la situation de blocage de la fin des années soixante-dix, un exemple de la formule de Bernard Lepetit selon qui une économie finit par avoir les structures de sa conjoncture.

 

IV. Vers un Capitalisme d’Etat post-soviétique ?

 

La transition en Russie peut s’analyser en deux périodes distinctes et liées. De 1990 à 1998, on a connu une phase dite « néo-libérale » de la transition. Elle a été marquée par une dépression persistante, culminant dans la crise financière de 1998. À partir de l’hiver 1998-1999 on voit commencer à se manifester, au départ sous l’impulsion d’Evguennyi Primakov, les éléments d’un changement d’orientation. Ce changement, cependant ne s’est pas produit de manière immédiate ni même parfaitement organisée. Il a pris la forme d’une succession de réajustement qui ont conduit, de 2003 au remaniement ministériel de février 2007, à l’émergence d’un nouveau modèle d’État développeur.

 

Les orientations économiques de V. Poutine et leur contexte

 

Dès son élection comme Président en 2000, Vladimir Poutine mettra l’accent sur la nécessité d’une forte croissance pour la Russie. L’ambitieux objectif d’un doublement du PIB entre 2000 et 2010, est parfaitement justifié quand on considère l’importance de la crise que la Russie a traversé entre 1990 et 1998 du fait de la transition.

Durant la première phase de la transition, marquée par la prédominance des politiques libérales et l’influence du FMI et des conseillers américains, la Russie a perdu près de 40% de son PIB par rapport à 1990. La forte croissance que l’on constate depuis 1998, et qui depuis 2003 traduit aussi l’impact des prix élevés des hydrocarbures, n’aura fait que ramener le pays à son niveau de 1990[112]. Le résultat du PIB par habitant, qui est un peu meilleur que celui du PIB global, s’explique par la baisse de la population entre 1990 et 2006.

 

La croissance des dernières années est loin d’avoir effacé les conséquences de la dépression. En effet, on peut considérer que, sans la transition, l’économie de la Russie aurait continué à croître sur la base des faibles taux des années 1985-89. Si on admet une croissance moyenne de 1,5% par an, l’écart entre la croissance réelle et cette croissance virtuelle reste important, égal à près de 30% du PIB de 2006. L’accumulation des écarts de croissance sur l’ensemble de la période est tout aussi impressionnante.

Suivant les hypothèses, la trajectoire économique de la Russie entre 1990 et 2006 fait apparaître un écart cumulé variant en 6 et 4 fois le montant du PIB de 1990.

 

Tableau 5

Dépression et croissance entre 1990 et 2006

Taux de croissance annuel du PIB

PIB en milliards de roubles aux prix de 2004

PIB en milliards de dollars, aux prix et taux de change de 2004

PIB par habitant en dollars, aux prix et taux de change de 20004

PIB en % de celui de 1990

PIB par habitant en % de celui de 1990

1990

 

19927,6

691,691

4596,0

100,0%

100,0%

1991

-5,0%

18926,3

656,934

4379,6

95,0%

95,3%

1992

-14,5%

16181,9

561,677

3757,0

81,2%

81,7%

1993

-8,7%

14772,6

512,761

3441,3

74,1%

74,9%

1994

-12,7%

12893,6

447,539

3009,7

64,7%

65,5%

1995

-4,1%

12362,0

429,088

2895,3

62,0%

63,0%

1996

-3,5%

11929,4

414,070

2797,8

59,9%

60,9%

1997

0,8%

12028,3

417,503

2830,5

60,4%

61,6%

1998

-4,6%

11475,0

398,298

2709,5

57,6%

59,0%

1999

5,4%

12094,6

419,806

2865,6

60,7%

62,3%

2000

10,2%

13328,3

462,626

3168,7

66,9%

68,9%

2001

5,7%

14088,0

488,996

3360,8

70,7%

73,1%

2002

4,7%

14750,1

511,979

3530,9

74,0%

76,8%

2003

7,3%

15826,9

549,353

3807,0

79,4%

82,8%

2004

7,2%

16966,4

588,907

4103,9

85,1%

89,3%

2005

7,2%

18188,0

631,308

4414,7

91,3%

96,1%

2006

6,5%

19370,2

672,343

4718,2

97,2%

102,7%

 

Source : GOSKOMSTAT et Banque Centrale de Russie.

 

Graphique 6

Sources : GOSKOMSTAT et Banque Centrale de Russie

Tableau 6

Estimation du retard accumulé par la Russie durant la Transition.

Ecart du PIB* en milliards de dollars – Hypothèse I

Ecart du PIB en milliards de dollars – Hypothèse II

Ecart cumulé – Milliards de dollars

Hypothèse I

Ecart cumulé –  Milliards de dollars Hypothèse II

Ecart cumulé par habitant en dollars US (hypothèse I)

Ecart cumulé par habitant en dollars US (hypothèse II)

1990

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

1991

45,1

34,8

45,1

34,8

300,9

231,7

1992

150,9

130,0

196,1

164,8

1311,4

1102,1

1993

210,5

178,9

406,6

343,7

2728,7

2306,7

1994

286,6

244,2

693,2

587,9

4661,6

3953,3

1995

316,1

262,6

1009,2

850,5

6809,9

5738,6

1996

342,3

277,6

1351,5

1128,1

9131,7

7622,1

1997

350,2

274,2

1701,7

1402,3

11536,6

9506,9

1998

380,9

293,4

2082,5

1695,7

14166,9

11535,1

1999

371,1

271,9

2453,6

1967,5

16748,2

13430,3

2000

340,1

229,1

2793,7

2196,6

19135,0

15045,2

2001

325,8

202,7

3119,5

2399,3

21439,8

16490,0

2002

315,0

179,7

3434,5

2579,0

23686,3

17786,3

2003

290,0

142,3

3724,6

2721,3

25811,2

18859,0

2004

263,1

102,8

3987,6

2824,1

27788,5

19680,4

2005

233,5

60,4

4221,1

2884,5

29518,3

20171,4

2006

205,4

19,3

4426,5

2903,9

31063,3

20378,0

* On entend par écart du PIB la différence entre le PIB virtuel selon les hypothèses et le PIB réel. Les calculs sont faits à prix constants sur la base des prix de 2004 et convertis en dollars US sur la base du taux de change pour 2004. Hypothèse I : croissance annuelle moyenne sur 1990-2006 de 1,5% an. Hypothèse II : croissance annuelle moyenne nulle.

 

Une autre manière d’appréhender la réalité de la dépression que la Russie traversa dans les années 90 consiste à constater que ce « manque à gagner » en matière de PIB aura représenté en 2006 l’équivalent de 25 à 38 mois de salaire moyen pour l’ensemble de la population.

Cet impressionnant appauvrissement cumulatif permet de comprendre l’ampleur des frustrations accumulées pendant les années quatre-vingt-dix. Il justifie certainement la politique volontariste de Vladimir Poutine en matière de croissance. Ce n’est pourtant pas le seul ni même le principal motif de l’action du président russe.

 

La forte expansion du secteur rentier de l’économie russe (hydrocarbures mais aussi métaux non-ferreux et bois) depuis 2002 et la dégradation du contexte international (sensible depuis l’automne 2002) ont modifié les termes du choix en matière de stratégie économique pour la Russie. L’option « libérale pragmatique », que représentait le tandem Koudrine-Gref s’est avérée incapable de répondre aux nouvelles contraintes.

 

La reconstruction d’une industrie manufacturière centrée sur les techniques avancées et capable d’assurer la compétitivité de la Russie à l’échelle internationale dans les secteurs aux enjeux stratégiques importants (Aéronautique, nucléaire civil, télécommunications) mais aussi dans le domaine des armements, est devenue progressivement une priorité du point de vue de la sécurité nationale. Or, un tel projet implique que les revenus de la rente des matières premières, qui sont considérables, soient contrôlés pour pouvoir être réinvestis dans l’industrie.

 

 

Graphique 7

Sources : Banque Centrale de Russie

 

Faiblesse de l’intermédiation financière et rôle de l’État.

 

L’absence d’un système financier capable de réaliser l’intermédiation entre une épargne réalisée dans le secteur rentier et les secteurs ayant des besoins d’investissement reste une caractéristique principale de l’économie russe.

La crise de 1998 n’a pas seulement fait périr un grand nombre de banques. Celles qui ont survécu se sont séparées entre un petit nombre de grandes banques, opérant au sein de « clubs bancaires » relativement fermés, et des petites banques régionales. La dualité du secteur bancaire est ici très proche de ce que l’on a connu avant 1914.

C’est pourquoi les profits restent la principale source de financement de l’activité et des investissements. Les banques russes, en dépit d’une amélioration substantielle de leurs liquidités, ne jouent qu’un rôle mineur dans le financement de l’activité économique, hors le secteur des matières premières (tableau 4). La part des crédits dans le PIB reste relativement faible, même si elle a incontestablement augmenté. À cet égard, l’accroissement du crédit à la consommation est notable depuis la fin de 2001.

 

Tableau 7

Structure des crédits bancaires entre fin 2000 et fin 2004

Total des crédits en % du PIB

Crédits aux particuliers en % du total des crédits

Crédits aux banques en % du total des crédits

Crédits aux entreprises en % du total des crédits

31-déc-00

13,10%

4,68%

10,95%

79,82%

31-déc-01

16,23%

6,45%

8,72%

80,51%

31-déc-02

18,73%

7,01%

10,47%

79,49%

31-déc-03

21,91%

10,30%

6,73%

79,03%

31-déc-04

25,20%

14,64%

7,18%

75,43%

Source : Bulletin of Banking Statistics, Banque Centrale de Russie, Moscou, diverses années.

 

Le secteur financier n’a donc que peu d’impact sur le secteur réel, d’autant plus que le crédit à la consommation reste sous développé, à l’exception du secteur de la vente des automobiles où il tend à progresser fortement depuis 2003. Si les crédits libellés en dollars tendent à avoir une maturité qui dépasse 1 an (50% des crédits fin 2000, 59,4% fin 2004), les crédits en roubles restent essentiellement des crédits à court terme, dont près de 68% ont une maturité inférieure à un an (tableau 8). Or, la part des crédits libellés en dollars tend à baisser quand il s’agit des crédits aux particuliers ou aux entreprises (tableau 9). La maturité moyenne des crédits aux entreprises reste courte, même si elle tend régulièrement à s’allonger.

 

Tableau 8a

Répartition des crédits aux entreprises par maturité

(crédits libellés en dollars)

dont à 30 jours

de 31 à 90 jours

de 91 à 180 jours, de 181 jours à 1 an

de 181 jours à 1 an

de 1 à 3 ans

de plus de 3 ans

31-déc-00

3,9%

3,4%

7,8%

29,7%

27,3%

22,7%

31-déc-01

3,8%

7,1%

11,2%

29,5%

30,6%

13,9%

31-déc-02

4,3%

5,6%

13,3%

24,1%

37,3%

13,5%

31-déc-03

5,6%

5,0%

8,4%

9,2%

39,7%

18,1%

31-déc-04

2,3%

5,0%

8,1%

12,8%

38,1%

21,3%

 

Tableau 8b

Répartition des crédits aux entreprises par maturité

(crédits libellés en roubles)

dont à 30 jours

de 31 à 90 jours

de 91 à 180 jours, de 181 jours à 1 an

de 181 jours à 1 an

de 1 à 3 ans

de plus de 3 ans

31-déc-00

8,1%

9,9%

19,9%

37,1%

13,3%

6,2%

31-déc-01

19,9%

11,4%

16,6%

32,8%

14,5%

4,5%

31-déc-02

22,0%

9,0%

16,9%

28,6%

17,0%

4,9%

31-déc-03

19,5%

7,1%

11,0%

32,4%

22,9%

5,3%

31-déc-04

10,3%

10,7%

12,2%

33,1%

25,1%

7,0%

Source : Bulletin of Banking Statistics, Banque Centrale de Russie, Moscou, diverses années.

 

Tableau 9
Part des crédits en dollars

Crédits en dollars aux particuliers en % du total des crédits

Crédits en dollars aux banques en % du total des crédits

Crédits en dollars aux entreprises en % du total des crédits

31-déc-00

22,8%

57,3%

33,5%

31-déc-01

17,1%

48,3%

31,3%

31-déc-02

18,5%

49,3%

34,5%

31-déc-03

17,9%

42,5%

33,0%

31-déc-04

15,1%

47,2%

27,6%

Source : Bulletin of Banking Statistics, Banque Centrale de Russie, Moscou, diverses années.

 

Il faut noter à cet égard que « l’affaire Yukos » n’a pas eu d’incidence sur la confiance que les banques ont dans les entreprises. Si tel avait été le cas, la maturité des crédits aurait certainement connu une chute significative. En fait, dans le cas des crédits libellés en dollars (tableau 8a) on constate une baisse de la part des crédits à plus de trois, compensée par une hausse des crédits de 1 à 3 ans en 2001 et 2002. Par contre, en 2003 et 2004, alors que « l’affaire Yukos » bat son plein, la part des crédits à plus de 3 ans augmente fortement, sans qu’il y ait baisse des crédits compris entre 1 et 3 ans.

En fait, les entreprises ont recours aux crédits bancaires plutôt pour financer leurs fonds de roulement, sauf dans le secteur des hydrocarbures.

 

Ceci explique l’écart dans la maturité des crédits quand on compare les crédits libellés en dollars et ceux en roubles. Les entreprises du secteur des matières premières sont les seules à pouvoir réellement emprunter en dollars sur des maturités dépassant un an. Les autres entreprises, et donc celles du secteur manufacturier, ont principalement recours aux emprunts en roubles, dont la part augmente sensiblement entre 2000 et 2004, passant de 66,5% à 72,4% (tableau 9). Ces crédits restent largement inférieurs à 1 an. Cependant, dans ce compartiment aussi on ne perçoit pas l’impact de « l’affaire Yukos ». Les crédits en roubles de plus de 1 an représentaient 21,9% des crédits en roubles aux entreprises au 31 décembre 2002; ils représentent 32,1% au 31 décembre 2004. L’argument d’un impact négatif de « l’affaire Yukos » sur la confiance, telle qu’on peut la mesurer dans les évolutions du crédit n’est pas soutenu par des faits probants.

 

Il n’en reste pas moins que la contribution des banques au financement de l’investissement reste en Russie, sauf pour le secteur des matières premières, relativement faible. Cette situation peut s’expliquer par plusieurs raisons:

 

(a) Les taux d’intérêts restent élevés, et ceci en dépit de l’afflux de liquidités lié aux recettes des exportations des matières premières.

(b) Le comportement des « grandes » banques reste difficilement prévisible. L’absence de réel marché inter-bancaire accroît la possibilité de sinistres localisés, comme on a pu le voir lors de la « panique bancaire » de l’été 2004. Les entreprises sont donc réticentes à trop s’exposer à un risque bancaire

(c) Les petites banques, en particulier dans les régions, n’ont pas les moyens de s’engager dans de l’investissement à moyen et long terme. Or, sur les 1474 établissements bancaires russes à la fin de 2004, seuls 200 ont réellement les moyens d’une action de longue durée dans l’investissement.

 

L’investissement repose essentiellement aujourd’hui sur trois sources qui sont l’auto-financement, des crédits offerts par d’autres entreprises (des clients financent le développement de leur fournisseur ou, inversement un fournisseur de produits semi-finis investit dans une entreprise utilisatrice de ses produits), des subventions publiques, fédérales ou régionales. Les deux premières sources mettent en lumière l’importance des profits dégagés sur le marché intérieur pour la formation de l’investissement industriel dans le secteur manufacturier.

Aussi en raison à la fois de la désorganisation du système bancaire et de la grande fragilité des marchés financiers russes, une politique de développement a rendu nécessaire l’instrumentalisation de grandes entreprises publiques comme Gazprom, Rosneft, Transneft et RosOboronExport dans le rôle d’investisseurs et de développeurs de l’industrie.

L’État s’est donc retrouvé sommé de prendre ses responsabilités, soit de manière directe, soit de manière indirecte.

Cependant, la situation du secteur financier ne fut pas la seule raison d’un retour progressif à l’intervention de l’État. Les risques politiques créés par l’ampleur des déséquilibrés économiques régionaux constituaient une véritable menace dont les autorités russes ont pris conscience en 2004.

 

La stabilité de l’État au risque des écarts socio-économiques régionaux.

 

La grande crise économique des années 1990-1998 a entraîné des déformations importantes dans le système productif russe dans le rapport entre les différentes activités ou entre les différentes régions.

Ceci se traduit par un déséquilibre dans le développement régional. Ce a donné lieu à une importante littérature[113]. Les politiques libérales des années 1992-1998 ont été une cause majeure des déséquilibres économiques et sociaux entre les régions de la Russie[114]. On constate ainsi qu’à la veille de la crise de 1998 il existait un fort clivage entre les régions d’industries extractives et d’autres régions.

 

La concentration de régions à faible production par habitant dans le sud de la Russie était particulièrement préoccupante en raison de ses implications sociales et politiques. On le vit bien, en 2004, lors de la tragédie de Beslan. Le commando tchétchène à l’origine de la sanglante prise d’otage, cherchait à provoquer un embrasement interethnique de la région, sud fond de frustrations économiques régionales. Vladimir Poutine le comprit immédiatement et chercha à lancer une initiative spécifique pour accélérer le développement des régions du Caucase du Nord.

Si les phases de rétablissement et de consolidation après la crise de 1998 avaient eu tendance à réduire ces disparités, elles ont tendu à s’ouvrir de nouveau depuis 2000. Des écarts très importants dans les rythmes de la croissance se manifestent ces cinq dernières années.

Il est indiscutable que, dans certains cas, on voit des régions rattraper leur retard. C’est le cas par exemple de la région de Rostov ou de la République du Daghestan où la production industrielle augment bien plus rapidement que dans le reste du pays. Il faut cependant savoir que le point de départ est, en 2000, très faible pour ces régions. Par ailleurs, la combinaison du rétablissement de l’agriculture russe et du développement d’une industrie agro-alimentaire qui a su profiter de la dévaluation pour investir et développer la qualité de ses productions, sont des facteurs qui ont avantagé ces deux régions.

Cependant, il est néanmoins clair que les inégalités continuent de se creuser.

Ces déséquilibres se retrouvent en partie dans l’évolution des revenus. Aujourd’hui l’écart s’est encore accru par rapport à 1997. A cette date, sur les 79 régions économiques de Russie, 16 régions avaient un revenu par habitant égal ou supérieur au revenu national moyen et 6 avaient un revenu par habitant égal ou inférieur à 50% du revenu national moyen. Fin 2003 il n’y avait plus que 12 régions à avoir un revenu égal ou supérieur à la moyenne nationale et 8 régions avaient un revenu égal ou inférieur à 50% du revenu national moyen (représentant un total cumulé de moins de 2,7% du revenu national contre 6% de la population). Il faut ici ajouter que ces 12 régions dont le revenu est égal ou supérieur à la moyenne nationale représentent 38,2% du revenu total du pays pour 18% de la population.

 

La dimension socio-économique de la reconstruction de l’État.

 

Au-delà de ces problèmes, la stabilité de l’État était menacée par la crise de légitimité issue des privatisations des années 1994-1998. Une grande partie de la société russe continue de considérer ces privatisations comme un « vol », et le rapport établi en 2003/4 par la Cour des Comptes russe montre le caractère très souvent illégal des procédures.

Cette crise de légitimité des institutions de la Russie post-soviétique se combine avec les frustrations économiques et sociales accumulées entre 1990 et 1998 suite au grand appauvrissement du pays. L’enrichissement rapide des groupes industriels liés aux matières premières depuis 2002 ne pouvait qu’accroître ces frustrations. Vladimir Poutine se trouvait donc confronté à un nouveau défi. Son effort pour reconstruire les institutions politiques du pays pouvait être à tout moment détruit pas l’accumulation des effets de l’illégitimité des bases économiques et sociales de la Russie nouvelle. En un sens, la forte croissance dont il s’était fait l’avocat dès 2000 ne pouvait ici suffire. À partir de 2003/2004, la nécessité d’une politique de développement assurant un fort retour de la présence de l’État et une meilleure distribution des richesses devenait de plus en plus évidente, non seulement pour des raisons économiques et sociales mais aussi pour des raisons politiques.

 

Il faut donc mettre au crédit de Vladimir Poutine d’avoir compris que les deux grandes questions, celle des institutions politiques et celle du développement économique, ne pouvaient être disjointes. Si le développement économique avait besoin de la stabilité politique et de la reconstruction de la « verticale du pouvoir », la pérennité de cette stabilité politique ne serait assurée que par la sortie du modèle néo-libéral, frappé d’illégitimité aux yeux d’une écrasante majorité de la population russe.

Le tournant de la politique économique, sensible depuis l’hiver 2003/4, est une tentative de réponse aux contradictions héritées du modèle de développement de la période El’tsine.

Les raisons internes d’un tournant interventionniste en matière de politique économique sont évidentes. Elles ne doivent cependant pas masquer la présence de raisons liées à la situation internationale.

 

L’impact de la situation internationale sur la maturation d’une stratégie industrielle interventionniste.

 

Les responsables russes considéraient en 2000 que les conflits avec les Etats-Unis pourraient être maîtrisés à travers la mise en avant d’intérêts communs, en particulier dans le domaine de la lutte contre le terrorisme islamique. Cette perception a changé au cours de l’hiver 2002-2003 quand il est devenu clair que la politique américaine en Irak allait suivre son cours unilatéraliste. Le soutien du gouvernement américain à ce que les autorités russes ont perçu comme des opérations de déstabilisation (la « Révolution Orange » en Ukraine, les événements de Géorgie et d’Asie Centrale) a constitué une étape supplémentaire.

Désormais les autorités russes considèrent la politique américaine comme une menace, ce qui a été dit par V. Poutine en février 2007 lors de son intervention à Munich au Forum International sur la sécurité. Il découle de cette analyse une nouvelle priorité quant à la modernisation de l’économie et en particulier du secteur industriel dans les techniques avancées. Ceci n’était pourtant pas décidé d’avance.

 

La forte expansion du secteur rentier de l’économie russe depuis 2002 et la dégradation du contexte international (sensible depuis l’automne 2002) ont donc modifié les termes du choix en matière de stratégie économique pour la Russie. L’option « libérale pragmatique » symbolisée par MM. Koudrine et Gref[115], qui semble avoir eu l’aval de Poutine entre 2000 et 2002, s’est avérée incapable de répondre aux nouvelles contraintes.

La reconstruction d’une industrie manufacturière centrée sur les techniques avancées et capable d’assurer la compétitivité de la Russie à l’échelle internationale dans les secteurs aux enjeux stratégiques importants (Aéronautique, nucléaire civil, télécommunications) mais aussi dans le domaine des armements, est devenue progressivement une priorité du point de vue de la sécurité nationale. Or, un tel projet implique que les considérables revenus de la rente des matières premières (qui dégage aujourd’hui un excédent mensuel de la balance commerciale de 15 milliards de dollars US) soient contrôlés pour pouvoir être réinvestis dans l’industrie.

 

La tentative de compromis entre interventionnistes et libéraux pragmatiques

 

En Octobre 2005, un compromis semblait avoir été passé entre les « interventionnistes » regroupés autour de M. Victor Khristenko (Ministre de l’Industrie et de l’énergie) et appuyés par le Ministre de la défense, M. Ivanov et les libéraux (MM. Koudrine et Gref) pour une utilisation mesurée des moyens financiers issus de la rente des matières premières.

Les 4 « Priorités Nationales » qui avaient été définies par V. Poutine à cette époque (Santé, Éducation, Logement et intégration agro-industrielle) devaient permettre de canaliser une partie de l’activité d’investissement souhaitée par les « interventionnistes », mais sans provoquer de déséquilibres macro-économiques importants. Ces priorités nationales furent placées sous la responsabilité de l’ancien responsable de l’administration présidentielle, M. Medvedev nommé Premier vice-Premier Ministre à l’automne 2005, et devaient être compatibles avec les règles fixées par MM. Koudrine et Gref. À cette époque, il faut noter que M. Koudrine continuait de s’opposer à toute utilisation massive des fonds accumulés via les exportations dans l’économie russe, au prétexte des risques de déséquilibre macroéconomique.

 

En même temps, on voyait apparaître une stratégie industrielle organisant l’économie russe autour de trois secteurs.

Le secteur prioritaire pour le développement de l’économie russe qui doit être étroitement contrôlé par l’État. Il s’agit ici du secteur de l’énergie et des matières premières. L’affaire Yukos, la remise en cause des accords de PSA (Production Sharing Agreement) dans le domaine énergétique, la probable re-nationalisation de Norilsk-Nickel, ainsi que la prise de contrôle de Gazprom sur le pétrolier Lukoil dans le cours de 2007 sont les étapes de cette reprise en main du secteur prioritaire.

Le secteur des industries stratégiques qui se définit dans une logique de diversification de la production industrielle. On y trouve une bonne partie des constructions mécaniques. Dans ce secteur, l’État n’entend pas exercer un contrôle direct mais fixer des orientations stratégiques. L’entrée d’acteurs étrangers est donc possible, et même souhaitée, si la politique de ces acteurs vient s’intégrer aux orientations stratégiques déterminées. Des entreprises russes chercheront à entrer dans le capital de grandes sociétés occidentales (EADS, Oerlikon) et en échange le capital de certaines sociétés russes pourrait être ouvert.

Le secteur des autres industries où l’État russe n’entend pas intervenir, sauf pour faire respecter la législation commune.

 

La compatibilité entre les diverses orientations de politique économique présente dans le compromis de 2005 était problématique. Il n’est donc pas étonnant que le point d’équilibre entre les forces en présence au sein du pouvoir russe ait fortement bougé durant l’hiver 2005-06. Pour partie, cette évolution est le produit de l’échec de la mise en oeuvre de ces priorités nationales par Medvedev dont le crédit politique a été alors très fortement entamé. Ceci ne l’a pas empêché d’être intronisé comme successeur par Vladimir Poutine en 2007, ni d’être élu en 2008 comme Président, mais augurait mal de son mandat. Medvedev avait alors montré son incapacité à asseoir son autorité sur les grandes administrations. Ce qui s’est passé de 2008 à 2012 n’a fait que le confirmer.

À la mi-2003, on estimait que l’État russe ne contrôlait que 20% de la propriété dans le secteur industriel. Cette part est en constante augmentation. Déjà, les actions détenues par l’État dépassent 35% de la capitalisation boursière en Russie et des entreprises représentant 34% du chiffre d’affaires et 21% de l’emploi dans l’industrie[116]. Ces chiffres se sont certainement accrus durant 2006. À l’échéance 2010, l’État russe pourrait contrôler directement ou indirectement entre 45% et 50% de l’industrie. On se situerait alors à un niveau proche de la France ou l’Italie, dans les années 60 à 80. La proximité entre le « modèle étatique russe » actuel et celui de « l’État développeur » au Japon ou en Corée dans les années 50 à 70 est aussi indubitable. Vladimir Poutine s’est ainsi fortement écarté du modèle néo-libéral qui domina de 1992 à 1998. Pour autant, il n’est nullement revenu vers le modèle soviétique.

 


[3] Voir J. Sapir, « Le débat sur la nature de l’URSS: lecture rétrospective d’un débat qui ne fut pas sans conséquences », in R. Motamed-Nejad, (ed.), URSS et Russie – Rupture historique et continuité économique , PUF, Paris, 1997, pp. 81-115 ; Idem, ) « Le capitalisme au regard de l’autre », in B. Chavance, E. Magnin, R. Motamed-Nejad et J. Sapir, (edits.), Capitalisme et Socialisme en Perspective, La Découverte, Paris, 1999, pp. 185-216..

[4] Sur ce point, J. Sapir, « Diversité des trajectoires et effet de sentier: les transitions post-soviétiques » in Revue d’études comparatives est-ouest, vol. 36, n°2, pp.177-208.

[5] Je me suis expliqué sur ce point dans J. Sapir, La Mandchourie oubliée – Grandeur et démesure de l’art de la guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris, 1996.

[6] Il est vrai que ceci a fortement étonné les économistes occidentaux qui ignoraient l’histoire économique soviétique et qui n’ont pas vu à quel point le développement du crédit interentreprises était prévisible. Pour une brève description de la crise financière de 1949-1954 : J. Sapir, Fluctuations et cycles économiques en URSS, 1941-1982, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1989. La pratique du crédit interentreprises est attestée dès les années trente ; voir R. Hutchings, The structural origins of Soviet industrial expansion, Macmillan, Londres, 1984.

[7] C. Lefèvre, « Héritages et transformations du système de protection sociale en Russie », in Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 26, n°4, juin 1995, pp. 25-54.

[8] O. Khakhordine, « L’éthique corporatiste, l’éthique du ‘samostojatel’nost’ et l’esprit du capitalisme : réflexions sur la création du marché en Russie post-soviétique », in Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 25, n°2, juin 1994, pp. 27-56. Si cette approche est incontestablement intéressante, il faut remarquer que l’on n’a pas besoin de supposer nécessairement une telle « éthique » pour expliquer des comportements dont la permanence peut être rendue intelligible par les jeux de dissuasions induits par des fonctionnements en réseau. Voir J. Sapir, « Les enseignements d’une transition », in Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. XCV, juillet-décembre 1993, pp. 289-332.

[9] T. Lowit et N. Fratellini, Pouvoir économique et rapports de travail dans l’industrie en Europe centrale (République tchèque, Pologne, Hongrie), CNAM-CNRS, Laboratoire Georges Friedmann, décembre 1995, 274 p.

[10] Sur tous ces points, J. Sapir, Le Chaos Russe, La Découverte, Paris, 1996.

[11] J. Sapir, « Action publique et agents privés: vers un modèle russe ? », in Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 27, n°2, juin 1996, pp. 187-219.

 [12] D.K. Rowney, Transition to technocracy – The structural origins of the Soviet Administrative State, Cornell University Press, Ithaca et Londres, 1989 ; S. Sternheimer, « Administration for the development : the emerging bureaucratic elite, 1920-1930 », in W. McKenzie Pintner et D.K. Rowney (eds.), Russian Officialdom – The bureaucratization of Russian society from the seventeenth to the twentieth century, The University of North Carolina Press, Chapell Hill, N.C., 1980.

[13] A. Gerschenkron, « Russia : Patterns and Problems of Economic Development, 1861-1958 », in A. Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective – A Book of Essays, The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1962, pp. 119-151 ; T. Shanin, Russia as a developping society, Macmillan, Londres, 1985.

[14] M. Lewin, La formation du système soviétique, Gallimard, Paris, 1987.

[15] Idem, p. 17.

[16] A. Gerschenkron, « Russia : Patterns and Problems of Economic Development, 1861-1958 » op. cit.

[17] Dans le cas de Magnitogorsk, voir, Iz istorij magnitogorskogo metalurgitcheskogo kombinata i goroda Magnitogorska (1929-1941gg) : sbornik dokumentov i materialov, Magnitogorsk, 1965. J. Scott, Au-delà de l’Oural, Marguerat, Genève, 1945 ; un témoignage identique sur les usines de Léningrad se trouve dans A. Smith, J’ai été ouvrier en URSS, Plon, Paris, 1938.

[18] É. Durkheim, Règles de la méthode sociologique, PUF, Paris, 1952, 15ème édition.

[19] M. Lewin, La formation du système soviétique, op. cit.

[20] Voir, J. Hirschmeier, The origins of Entrepreneurship in Meïji Japan, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1964 ; J.W.Bennet et I. Ishino, Paternalism in the Japanes Economy : Anthropological Studies of Oyabun-Kobun Patterns, University of Minnesota Press, Minneapolis, Minn., 1963 ; G. Ranis, « The community-Centered Entrepreneur in Japanese Development », in Explorations in Entrepreneurial History, vol.III, n°2, décembre 1955 ; M.Y. Yoshino, Japan’s Managerial System-Tradition and Innovation, MIT Press, Cambridge, Mass., 1968.

[21] Voir J. Sapir, Quelle économie pour le XXIème siècle, Odile Jacob, Paris, 2005.

[22] H.A. Simon, « From Substantive to Procedural rationality » in S.J. Latsis, Method ans Appraisal in Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1976, pp. 129-148.

[23] Pour une bonne revue de la littérature et des arguments supportant ce point de vue, J. Conlisk, « Why Bounded Rationality? », in Journal of Economic Littérature , vol. XXXIV, n°2, 1996, juin, pp. 669-700.

[24] G.J. Stigler, « The Economics of Information », in Journal of Political Economy , vol. 69, n°1, 1961, juin, pp. 203-215.

[25] La question de la concentration de l’attention et des capacités de réflexion est fondamentale pour comprendre la valeur possible des routines. « In a world where attention is a major scarce ressource, information may be an expensive luxury, for it may turn our attention from what is important to what is unimportant ». H.A. Simon, « Rationality as a Process and as a Product of Thought », in American Economic Review, vol. 68, n°2, 1978, pp. 1-16, p.13.

[26] La question des dissonances cognitives en un monde où domine l’incertitude est l’une des clés de l’oeuvre de Keynes comme le montre G.L.S. Shackle, « The Romantic Mountain and the Classic Lake : Alan Coddington’s Keynesian Economics », in Journal of Post-Keynesian Economics, vol. 6, n°1, 1983, pp. 241-257. Le thème est aussi abordé dans G.A. Akerlof et W.T. Dickens, « The Economic Consequence of Cognitive Dissonance », in American Economic Review, vol. 72, n°1, 1982, pp. 307-319.

 [27] H.A. Simon, « From Substantive to Procedural rationality » op. cit.

[28] Une démonstration éclairante en est faite à propos du jeu d’échecs, A de Groot, Thought and Choice in Chess, Mouton, La Haye, 1965.

[29] « …new technical devices may tilt the balance between centralization and decentralization », H.A. Simon, « Rationality as a Process and as a Product of Thought », op. cit., p. 7

[30] B. Lepetit, « Le présent de l’histoire », in B. Lepetit, (sous la direction de), Les formes de l’expérience, Albin Michel, Paris, 1995, pp. 273-298.

[31] Idem, p. 289.

[32] Idem, p. 282.

[33] R. Kosellek, Le Futur Passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1990 (première édition en allemand en 1979).

[34] A. Burguière, « Le changement social: brève histoire d’un concept », in B. Lepetit, (sous la direction de), Les formes de l’expérience, op. cit., pp. 253-272.

[35] B. Lepetit, « Le présent de l’histoire », op. cit., p. 256.

[36] Idem, p. 286-287.

[37] Idem, p. 282.

[38] On se réfère ici à B. Lepetit, « Les Annales. Portrait de groupe avec revue », in J. Revel et N. Wachtel (eds.) Une École pour les sciences sociales, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales et Le Cerf, Paris, 1996, pp. 31-48.

[39] Pour une analyse de ce dernier, A. Gerschenkron, « Economic Backwardness in historical perspective », in A. Gerschenkron, Historical Backwardness in Historical Perspective – A book of essays, The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1962. T.H. Von Laue, Sergeï Witte and the Industrialization of Russia, Columbia University Press, NY, 1963 ; idem, « The State and the economy », in C.E. Black (ed.), The transformation of the Russian society since 1861, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1960. K.C. Talheim, « Russia’s economic development », in G. Katkov, E. Oberländer, N. Poppe et G. von Rauch, (edits.), Russia enters the Twentieth Century, Temple Smith, Londres, 1971. R. Portal, « The industrialization of Russia » in J. Habakkuk et M. Postan (edits.), The Cambridge Economic History of Europe, vol. VI, part. II, Cambridge University Press, Cambridge, 1966.

[40] B.V. Anan’itch, « the economic policy of the tsarist government and enterprise in Russia from the end of the nineteenth century through the beginning of the twentieth century », in F.V. Cartensen (ed.), Entrepreneurship in the Imperial Russia and the Soviet Union, Princeton University Press, Princeton, 1983.

[41] O. Crisp, « Russian financial Policy and the Gold Standard at the end of the nineteenth century », in Economic History Review, vol. VI, n°2, 1953, décembre.

[42] Ce qui conduit un opposant à la politique de S. Witte à parler de « socialisme d’État » ; voir E. Tsyon, Les finances russes et l’épargne française, Calmann-Levy, Paris, 1885.

[43] P.I. Lyachtchenko, Istorija Narodnogo Hozjajstva SSSR, Gospolitizdat, Moscou, Vol.2, 1950. P.R. Gregory, Russian National Income 1885-1913, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.

[44] T.H. Von Laue, Sergeï Witte and the Industrialization of Russia, op. cit.

[45] C. Goldberg, The association of Industry and Trade: 1906-1917, PhD., State University of Michigan, Chicago, 1974. J.L. West, The Moscow Progressists : Russian Industrialists in Liberal Politics : 1905-1914, Ph.D., Princeton University, princeton, 1975. R.A. Roosa, « Russian Industrialists and ‘State Socialism’ 1906-1917 », in Soviet Studies, vol. 23, n°2, 1972, pp. 395-417. J.D. White, « Moscow, Petersburg and the Russian Industrialists », in Soviet Studies, vol. 24, n°2, 1973, pp. 414-420.

[46] W.L. Blackwell, « The Old Believers and the rise of the private industrial enterprise in early nineteenth century Moscow », in W.L. Blackwell (ed.), Russian economic development from Peter the Great to Stalin, Praeger, New York, 1974.

[47] Voir K.F. Chatsillo, « O disproportsij v razvitij vooruzhennyh sil Rossii nakanunie pervoij mitovoj vojny (1906-1914), in Istoritcheskie Zapiski, vol. 83, 1969, pp. 123-136.

[48] Comme celles de R. Portal, in « The industrialization of Russia », op. cit.

[49] D. Atkinson, The end of the Russian land commune : 1905-1930, Stanford University Press, Stanford, 1983.

[50] S.I. Borovoj, Kredit i Banki v Rossii, Gosfinizdat, Moscou, 1958.

[51] I. F. Gindin, Gosudarstvennyj bank i ekonomitcheskaja politika tsarskogo pravitel’stva, Nauka, Moscou, 1960.

[52] La plus récente étude sur ce sujet, utilisant systématiquement des sources d’archives, insiste beaucoup sur ce phénomène. Voir V.I. Bovykin, Finansovyj kapital v Rossii nakanune pervoj mirovoj vojny, Moscou, ROSPEN, 2001, en particulier chapitres 4 et 5.

[53] I.N. Slansky (ed.), Gosudarstvennyj bank. Kratkii otcherk dejatel’nosti za 1860-1910 gody, Gosudarstvennyj Bank Izdatelstvo, St. Petersbourg, 1910, p. 54. Coll., Otchet za 1913, Gosudarstvennyj Bank Izdatelstvo, St. Petersbourg, 1914, p.14.

[54] Voir, P.R. Gregory, Russian National Income 1885-1913, Cambridge University Press, Cambridge, 1982.

[55] Gosudarstvennyj Bank,Otchet za 1916, Gosudarstvennyj Bank Izdatelstvo, Saint-Petersbourg, 1917, pp. 53-55.

[56] Ju.N. Chebaldinym, « Gosudarstvennyj bjudzhet tsarskoj Rossii v natchale XXv. » in Istoritcheskie Zapiski, vol. 65, 1959, p. 190.

[57] Sur ce point, voir: D. Atkinson, The end of the Russian land commune, Stanford University Press, Stanford, Ca., 1983 ; T. Shanin, The Akward Class. Political Sociology of Peasantry in a developping society : Russia 1910-1925, Oxford University Press, Oxford, 1972.

[58] V.I. Bovykin, Finansovyj kapital…, op. cit., pp. 141 et ssq.

[59] Voir K.F. Chatsillo, « O disproportsij v razvitij vooruzhennyh sil Rossii nakanunie pervoij mitovoj vojny (1906-1914), in Istoritcheskie Zapiski, vol. 83, 1969, pp. 123-136.

[60] Comme celles de R. Portal, in « The industrialization of Russia », op. cit.

[61] D. Atkinson, The end of the Russian land commune : 1905-1930, Stanford University Press, Stanford, 1983.

[62] Pour une discussion sur l’articulation du passé et de l’action présente, B. Lepetit, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », in B. Lepetit (ed.), Les formes de l’expérience – Une autre histoire sociale, Albin Michel, Paris, 1995, pp. 9-22.

[63] L.H. Siegelbaum, The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, Macmillan, Londres, 1983.

[64] S. Zagorsky, State control of the industry in Russia during the War, Yale University Press, New Haven, 1928.

[65] Voir, J. Sapir, L’économie mobilisée. Essai sur les économies de type soviétique, La Découverte, Paris, 1990.

[66] L.H. Siegelbaum, The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, op. cit.

[67] P.V. Volubuev et V.Z. Drobizhev, « Iz istorij goskapitalisma n natchal’nji period sotsialistitcheskogo strojtel’stva SSSR », in Voprosy Istorii, n°9, 1957, pp. 113-121.

[68] L.H. Siegelbaum, The politics of industrial mobilization in Russia : 1914-1917, op. cit.

[69] B. Lepetit, « Le présent de l’Histoire », in B. Lepetit (ed.), Les formes de l’expérience, op.cit., pp. 273-298.

[70] S. Malle, The economic organization of the war communism, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.

[71] L. Trotsky, Terrorisme et Communisme, UGE, coll 10-18, Paris, 1963.

[72] V.Z. Drobizhev, « Sotsialistitcheskoe obobchtchestvlenie promychlennosti v SSSR », in Voprosy Istorii, n°6, 1964.

[73] Voir B. Chavance, « L’économie politique des réformes chinoises », in Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 19, n°1, 1988.

[74] Il en existe une remarquable description dans R. Hutchings, The Structural Origins of Soviet Industrial Expansion, Macmillan, Londres, 1984 ; E.Zaleski, La Planification Stalinienne, Economica, Paris, 1984. Voir aussi l’ouvrage ancien, mais largement prophétique quant à sa description des mécanismes et des problèmes du système soviétique, de C. Bettelheim, La Planification Soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1946.

[75] E.Ju. Lokchin, Organizatsija material’no-tehnitcheskogo snabzhenija v promychlennosti SSSR, Gosizdat, Moscou, 1952. A. Arakeljan, Planirovanie narodnogo hozjajstva SSSR, Gosizdat, Moscou, 1952.

[76] Sur la parenté entre les méthodes du KRA et celles des VPK, J. Sapir, L’économie mobilisée. Essai sur les économies de type soviétique, op. cit..

[77] Ch.L. Rozenfel’d, Organizatsija upravlenija promyshlennostju v SSSR, Gosplanizdat, Moscou, 1950, p. 216 et 223.

[78]  S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS, F. Maspéro, Paris, 1976.

[79] Sur les dynamiques conduisant à la destruction de la NEP, J. Sapir, « Éléments d’une histoire économique de l’URSS: quelques questions sur la croissance », in J. Sapir, (ed.), Retour sur l’URSS , l’Harmattan, Paris, mai 1997, pp. 59-98.

[80] Z.S. Katsenelenbaum, Oborotnye sredstva v promychlennosti SSSR, Gosizdat, Moscou, 1945, p. 83.

[81] Voir R. Hutchings, The Structural Origins of Soviet Industrial Expansion, op.cit..

[82] E.Zaleski, La Planification Stalinienne, Economica, op.cit..

[83] Voir sur ce point et sur la similarité entre la planification décentralisée et le système walrasien, J. Sapir, Les trous noirs de la science économique, op.cit..

[84] Z.S. Katsenelenbaum, Oborotnye sredstva v promychlennosti SSSR, op.cit., p. 83. Voir aussi l’article de Z.S. Katsenelenbaum in Sovetskie Finansy, n°1-2, 1945, p. 13.

[85] J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS, 1941-1985, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1989.

[86] Il existe à ce sujet une littérature soviétique importante et précoce sur cette question. En particulier, Ch. Ja Turetskiy, Sebestojmost’ i voprosy tsenoobrazovanija , Gosizdat, Moscou, 1940 ; A.Bachurin (ed), Finansy i Kredit SSSR, Gosizdat, Moscou, 1953 ; K.A.Fedoseyev, Oborotnye sredstva sotsialistitcheskoj promychlennosti i puti uskorenija ih oborota, Gosizdat, Moscou, 1951; N. N.Rovinskiy (ed.), Organizatsija finansirovanija i kreditovanija kapital’nyh vlozheniy, Gosizdat, Moscou, 1951.

[87] Voir, V. Andrle, Managerial Power in the Soviet Union, Saxon House, Londres, 1976 et T.M. Podolsky, The role of Bank Credit in Financing State Enterprises in a Socialist Economy, Ph.D., Université de Birmingham, Birmingham, 1970.

[88] V. Krasovskiy & Ya. Kvasha, « Kapital’noe stroitel’stvo i problema vosmeschenija », in Voprosy Ekonomiki, n°11/1964. V. Krasovskiy, Problemy Ekonomiki Kapital’nyh Vlozheni, Nauka, Moscow, 1967. D.M. Pal’terovich, Park Proizvodstvennogo Oborudovanija, Nauka, Moscou, 1971. A. Komin, « Cenoobrazovanie vazhnyi uchastok hozjajstvennogo rukovodstva », in Planovoe Hozjajstvo, n°10/1976. G. Kondrasov, « Usilenie vozdeystvija optovyh cen na povichenie effektivnosti proisvodstva », in Planovoe Hozjajstvo, n°4, 1981.

[89] Voir, par exemple, M. Lavigne, Économie politique de la planification en système socialiste, op.cit et P. Traimond, Le rouble : monnaie passive et monnaie active, op.cit..

[90] N.A. Voznesensky, « O sovetskih den’gah », in Bol’chevik, n°2, 1935.

[91] Sur cepoint, voir le chapitre consacré à la monnaie dans J. Sapir, Les trous noirs de la science économique, op.cit..

[92] U.V. Ikonnikov,Denezhnoe obrachtchenie i kredit SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1952. A. Kazantsev, Voprosy effektivnosti vzaijmnyh raschotov, Gosfinizdat, Moscou, 1955. A.V. Bachurin, (ed.), Finansy i kredit v SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1958

[93] A. Kazantsev, Voprosy effektivnosti vzaijmnyh raschotov, Gosfinizdat, Moscou, 1955. A.V. Bachurin, (ed.), Finansy i kredit v SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1958.

[94] Sapir J., Les Fluctuations Économiques en URSS, 1941-1985, op.cit..

[95] Voir sur ce point D. Granick, Management of the industrial firm in the USSR, Columbia University Press, New york, 1954 ; V. Andrle, Managerial Power in the Soviet Union, op.cit..

[96] Cette situation a même abouti à de véritables concours de débauchage d’ouvriers entre entreprises de la même ville. Sur les dynamiques particulières du marché du travail dans la période soviétique, J. Sapir, Travail et travailleurs en URSS, La Découverte, Collection Repères, Paris, 1984 et, Idem, Les fluctuations économiques en URSS – 1941-1985, op.cit..

[97] Un ancien magistrat soviétique, qui émigra aux États-unis en 1977, a décrit l’importance de ce secteur économique privé illégal, pouvant compter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’entreprises, employant de une à plusieurs dizaines de personnes. Voir K. Simis, USSR – The Corrupt Society, Simon and Schuster, New York, 1982.

[98] A. Katsenelinboigen, « Coloured markets in the Soviet Union », in Soviet Studies, vol. 29, n°1/1977.

[99] J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS, 1941-1985, op.cit., pp. 116-120 et 149-165. Voir aussi J. Sapir, « Cycles économiques et relations entre l’investissement, l’emploi et la productivité dans le cas de l’URSS : un modèle » in B. Chavance Ed. Régulations, Cycles et crises dans les économies socialistes, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1987, pp. 159 à 182.

[100] Ja. Sonin, Vosproizvodstvo Rabochej Sily v SSSR i Balans Truda, Gosplanizdat, Moscou, 1959. S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1956. L.J. Kirsch, Sovietwages : changes in structure and administration since 1956, MIT Press, Cambridge, Mass., 1972. J.Sapir, Travail et travailleurs en URSS, Paris, La Découverte, 1984. Idem, Les fluctuations économiques…, op.cit.. S. Oxenstierna, From labour shortage to unemployment ? The Soviet labour market in the 1980’s, Almqvist & Wiksell, Stockholm, 1990

[101] Sur la notion de marché asymétrique, voir J. Sapir, Les trous noirs…, op. cit..

[102] B. Reynaud, Le salaire, la règle et le marché, Christian Bourgeois, Paris, 1992.

[103] J. Sapir, Travail et Travailleurs en URSS, op;cit.

[104] E.G. Antosenkov et Z.V. Kuprianov, Tendencii tekushesti  rabochih kadrov, Nauka, Novosibirsk, 1977. R.A. Baktaev et V.I. Markov, Differenciacija zarabotnoj platy v promyshlennosti SSSR, Ekonomika, Moscou, 1979. G. Bienstock, S. Schwarz et A. Yugow, Management in Russian Industry…, op. cit. L. Bliahman, Molodoj rabochij 70h godov : social’nyj portret, Nauka, Moscou, 1977. R.M. Fearn, « Controls over wage funds and inflationary pressures in USSR », in Industrial and Labor Relations Review, vol. 18, janvier 1965, pp. 186-195.

[105] On trouvera une description plus complète de ce processus dans J. Sapir, « Conflits sociaux et fluctuations économiques en URSS : l’exemple de la période 1950-1965 », in Annales ESC, n°4, 1985 (juillet-août), pp. 737-779.

[106] Idem, pp. 762-763.

[107] Voir, J. Sapir, « Cycles économiques et relations entre l’investissement, l’emploi et la productivité dans le cas de l’URSS : un modèle » op.cit., pp. 159 à 182.

[108] Voir sur ce point les résultats des plusieurs enquètes dans A. Vinokur et G. Ofer, « Inequality of earnings, household income, and wealth in the Soviet Union in the 1970 », in J.R. Millar (ed.) Politics, Work and daily life in the USSR, Cambridge University Press, 1987, Cambridge, pp. 171-202.

[109] Pour une description de cette situation, J. Sapir, « Entre Crise et Réforme: le contexte macroéconomique au tournant des années quatrevingt » , in L’URSS au tournant: une économie en transition, J. Sapir (ed.), l’Harmattan, Paris, 1990, pp. 11-59.

[110] Voir, J. Sapir, « Inflation and Transition: from Soviet Experience to Russian Reality », in S. Sen (ed.), Financial Fragility, Debts and Economic Reforms, Macmillan, Londres, décembre 1996, pp. 204-236.

[111] Voir T. Dunmore, The Stalinist Command Economy, Macmillan, Londres, 1980.

[112] Le chiffre de 1990 ne concerne pas l’URSS mais uniquement la République de Russie soit la RSFSR.

[113] Voir, en particulier, Ju.A. Gontar’, Asimetrija ekonomitcheskogo razvitija regionov, [Asymétrie du développement économique des régions] Stavropol’skoe Knizhnoe Izdatel’stvo, Stavropol, 2001. A.G. Granberg, « Problemy i Paradoksy Regional’noj Politiki v Rossijskoj Federatsii », [Problèmes et paradoxes de la politique régionale dans la Fédération de Russie] in Regional’noe Razvitie i Sotrudnitchestvo, n°3, 2001. O.S. Ptchelintsev, Regional’naja ekonomika v systeme ustojtchibogo rasvitija, [L’économie régionale dans le système de développement stable] Nauka, Moscou, 2004. O.S.

[114] J. Sapir, « Différenciation régionale et fédéralisme budgétaire en Russie » in Critique Internationale n°11, avril 2001, pp. 161-178.

[115] Respectivement à l’époque Ministre des Finances et Ministre du Développement Économique et du commerce international.

[116]  S. Guriev et A. Rachinsky, « The role of Oligarchs in Russian Capitalism » in Journal of Economic Perspective, vol.19, 2005, n°1, p. 136.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *