Chez ces gens là, monsieur…

15 décembre 2013
Par

En hommage à Jacques Brel…

Nos ministres, et en particulier l’inénarrable Pierre Moscovici, ne cessent de nous répéter que la situation est bonne en zone Euro, et que les craintes ne sont pas rationnellement fondées. Pour ce faire, ils exhibent, tels des montreurs d’ours, la courbe des taux d’intérêts sur les bons du Trésor français à 10 ans. Ah, certes, ces taux baissent. Mais, si l’on regarde ces dernières années, on constatera que l’inflation baisse, elle aussi.

Graphique 1

 G2-OMT Infla

On enseigne à l’université que ce qui compte, pour un emprunteur, est moins le taux nominal que le taux réel. Visiblement, Monsieur Moscovici n’a pas étudié la même économie que le commun des mortels. Car, si c’était le cas, il s’apercevrait que depuis que la BCE a annoncé le 2 août 2012 son programme d’Outright Monetary Transactions, ou « OMT », soit les Opérations Monétaires sur Titres dont le nom qui désigne l’action mise en place par la Banque centrale européenne pour alléger les tensions dans le cadre de la crise de la dette dans la zone euro, le taux réel des bons du Trésor à 10 ans ne cesse d’augmenter.

Graphique 2

 G1-OMT

Bien entendu, cela signifie – les taux d’intérêts des bons du Trésor à 10 ans étant ce que l’on appelle des taux « directeurs » en ce qui concerne le remboursement de la dette publique – que le montant réel des intérêts ne cesse d’augmenter. Ceci a des implications très directes pour la France (et pour l’Espagne et l’Italie qui sont dans le même cas). Mais, Monsieur Pierre Moscovici ne dit rien.

Voilà donc qui nécessiterait une petite remise à niveau, car nous n’imaginons pas une seule seconde que M. Pierre Moscovici, Ministre des Finances de la République, puisse mentir. Ce serait une forfaiture. Donc, la seule explication est son ignorance. Ce n’est cependant pour nous pas moins préoccupant. Car, comment expliquer cette ignorance, alors qu’il est entouré d’économiste que l’on dit réputés ? Faudrait-il donc y voir quelque idéologie, poussant alors ces gens à s’aveugler sur des évidences ? Nous faut-il donc croire que la pensée religieuse a, sur ce terrain, triomphé et qu’au culte de l’Euro monsieur le Ministre fait figure de grand prêtre ? Il est vrai que dans la chanson « Ces gens là », Jacques Brel disait autour d’un couplet « on ne pense pas Monsieur, on prie[1] ».



Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Thématiques, Euro, Types de publications, Notes, Thématiques, Théorie économique

Laisser un commentaire

Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales
Fondation Maison des sciences de l'homme
creative-commons-by-nc-nd

Les billets publiés sur le carnet Russeurope sont placés sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer l\'auteur, l\'url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Suivez Jacques Sapir @russeurope sur Twitter

Présentation

Ce carnet a pour fonction de rendre accessible mes travaux, qu’il s’agisse de working papers, de note de positionnement ou de notes brèves, portant sur l’économie européenne et sur la Russie. Il comprend des textes qui portent à la fois sur la crise de l’Euro et les origines de cette crise et sur l’économie de la Russie (depuis les problèmes macroéco- nomiques jusqu'à ceux de l'économie régionale, en passant par la finance).

_____________________

This blog aims at the dissemination of some of my research works, including working papers, position papers or brief notes focusing either on the Russian economy (from macroeconomy to regional economics and finance) or on the European one, with a special attention to the Eurozone crisis.

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.


Carnets de recherche