Les Tabous… suite du débat

imagesDans un billet publié sur ce carnet, Aurélien Bernier a répondu à certaines de mes critiques, et en a accepté d’autres, donnant ainsi un exemple rare d’ouverture au débat. Je voudrais ici le poursuivre sur un point qui me semble essentiel. Ce n’est pas l’analyse discordante (ou peut-être complémentaire) que nous faisons du tournant « européiste » du PCF. Je pense que, si désaccord il y a, il doit plus à une différence de perspective qu’à des problèmes de fond. Aurélien Bernier est venu à la politique au tout début des années 1990, je suis pour ma part venu à la politique en 1968. Ces différences de dates expliquent pour une bonne part la différence des sensibilités. Ce n’est pas, non plus, sur le poids qu’a pu exercer sur l’extrême-gauche l’idéologie de Lutte Ouvrière. J’ai, personnellement, tendance à penser qu’elle fut plus limitée que ce qu’il affirme, mais ceci est un point que de futurs historiens trancheront (s’il a eu l’importance qu’Aurélien Bernier lui accorde…).

Par contre, je voudrais revenir sur l’analyse qui est faite du Front national. Je persiste à penser que l’usage du terme « national-socialiste » pour qualifier la nouvelle « ligne » du Front national est une erreur à la fois historique, théorique et politique.

Disons tout d’abord que le succès d’Hitler ne fut pas dû au seul NSDAP, mais à la capacité du NSDAP de réunir puis d’hégémoniser une alliance allant du conservatisme traditionnel – représenté par Fritz Von Papen ou Hermann Rauschning et des courants anti-démocratique que l’on regroupe sous le vocable de « révolution conservatrice » mais qui sont très divers[1]. Seul, le groupe que Louis Dupeux qualifie de « National-Bolchévique » peut être analysé comme dérivant du socialisme[2]. Certain de ses membres, comme Gregor Strasser, seront assassinés lors de la « nuit des longs couteaux » en 1934, après la prise du pouvoir par Hitler. L’idéologie du NSDAP, telle que Ian Kershaw la décrypte[3], est tout sauf un nationalisme. Un autre auteur, Sheridan Allen, va même jusqu’à parler d’un effondrement du nationalisme sous le IIIème Reich[4]. Ainsi le NSDAP ne peut être qualifié de « nationaliste ». il ne peut, non plus, être qualifié de « socialiste ». Ce dernier vocable, si on veut l’utiliser de manière à éviter les confusions, renvoie à une analyse de la société divisée en classes et à un préjugé favorable pour les classes dites « populaires », ou pour les marxistes pour le prolétariat. Or, depuis la parution de Mein Kampf, il est clair que pour Hitler, et pour le NSDAP, la race s’est substituée aux classes. L’idéologie nazie est un racisme exacerbé[5], ce qui en fait la différence profonde avec le fascisme mussolinien dans lequel la race ne joue, du moins jusqu’en 1937, qu’un rôle mineur. Ceci explique la dimension de régression pré-moderne de l’État hitlérien, qui revient à une forme de féodalisme[6]. De fait, et contrairement à ce qu’ont prétendu des auteurs travaillant « à chaud », il n’y a pas eu de contrôle économique rationnel sur l’industrie[7], mais une concurrence impitoyable, prenant la forme de recherche d’alliances avec des hauts dignitaires. Ceci explique l’irrationalité profonde du « système » hitlérien dans l’organisation et la conduite de la guerre, irrationalité qui a été bien décrite par Bérénice Caroll dans un ouvrage fondamental[8]. Les défauts du terme « national-socialiste » dans l’usage qu’en fait Aurélien Bernier sont donc multiples. Appliqué au NSDAP, il est trompeur sur son idéologie. Théoriquement, l’Hitlérisme ne doit rien au nationalisme ni au socialisme. Historiquement, ce terme néanmoins colle au phénomène hitlérien, et doit donc lui être strictement réservé, sous les réserves que l’on vient de faire. Politiquement, aujourd’hui, user de ce terme si lourdement connoté pour définir le Front national est une erreur. L’idéologie de ce dernier parti renvoie plus au populisme et à un certain nationalisme qu’à autre chose.

Pour le reste, il est clair que nous sommes en présence d’un double processus d’évolution, tant du discours et de l’idéologie que de la base sociale du Front national. Ce processus est loin d’être terminé, et personne ne peut dire s’il sera mené à son terme. Mais il est clair que le Front national de 2014 n’est plus totalement le parti qu’il était en 2002, et certainement plus le parti de 1984. Je suis d’accord avec Aurélien Bernier pour dire que les discours dits « de gauche » qui sont tenus sur le Front national sont caricaturaux et largement inefficaces. Mais, un discours « réaliste » implique une analyse de fond tant du parti que de ses contradictions. Je pense que l’un des points déterminants sera la position du Front national quant aux droits sociaux liés au travail. Tant qu’il persistera, comme en 2011/2012 à vouloir établir sur ce point une division entre Français et étrangers[9], division dont l’effet paradoxal serait d’affaiblir la position des travailleurs Français, on pourra considérer que son discours de « défense des travailleurs » relève de la posture. Mais il faut aussi reconnaître que les programmes sont des choses bien évolutives, dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs. Bref, je ne m’attends pas à ce que le Front national devienne dans les mois qui viennent « le phare de la lutte des classes » en France, mais nous devons prendre la mesure du processus d’évolution qu’il connaît, et parfois même à son insu du fait de l’arrivée en son sein d’une nouvelle génération de militants et d’adhérents.


[1] Ainsi, Louis Dupeux, La révolution conservatrice allemande sous la république de Weimar, Kimé, coll. « Histoire des idées, théorie politique et recherches en sciences sociales », 1992, montre la diversité de ce courant tandis que Gilbert Merlio, « La « Révolution conservatrice » contre-révolution ou révolution d’un autre type ? » (in Manfred Gangl (dir), Hélène Roussel (dir), Les intellectuels et l’État sous la République de Weimar, Paris, Editions MSH, 1993, p. 54), a tendance à voir en eux des « brise-glace » qui ont favorisé l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

[2] Louis Dupeux, National Bolchevisme. Stratégie Communiste et Dynamique Conservatrice. Vol. I. (Textes), Librairie Honoré Champion, Paris, 1979.

[3] Ian Kershaw,  Hitler, a Profile in Power, Londres, Longman, 1991 ; “Nazi Dictatorship : problems and Perspectives of Interpretation”, Londres Oxford UP, 1993 ; “Working towards the Führer”, in I. Kershaw et M. Lewin (eds.) Stalinism and Nazism – Dictatorships in Comparison, Cambridge Univ. Press, 1997.

[4] W. Sheridan Allen, “The Collapse of Nationalism in Nazi Germany”, in J. Breuilly (ed), The State of Germany, Londres, 1992.

[5] M. Burleigh et W. Wippermann, The Racial State – Germany 1933-1945, Cambridge , Cambridge University Press, 1991.

[6] R. Koehl, “Feudal Aspects of National-Socialism”, American Political science Review, vol. 54, 1960, n°3, pp. 921-33.

[7] Thèse défendue par O. Nathan, “The Nazi Economic System”, Duke University Press, Durham, NC., 1944, et par L. Hamburger, “How Nazi Germany has Controlled Business”, The Brookings Institution, Washington, D.C., 1943.

[8] B.A. Caroll, “Design for Total War”. Arms and Economics in the Third Reich, Mouton, The Hague, 1968.

[9] Ce point n’est pas formulé explicitement mais peut se déduire de la phrase « plus généralement, les entreprises se verront inciter à prioriser l’emploi, à compétences égales, des personnes ayant la nationalité française. » que l’on trouve dans le titre Emploi, réindustrialisation et PME/PMI du projet du Front national. Voir : http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/redressement-economique-et-social/emploi-reindustrialisation-et-pmepmi/


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *