Le Président, le « contrat de responsabilité », et la déflation

Les promesses d’abaissement des charges faites par François Hollande lors de sa conférence de presse du 14 janvier ont été bien accueillies par le patronat. C’est assez normal, mais cela montre aussi un raisonnement à courte vue. Si, pour financer ces baisses de charges, le gouvernement réduit les dépenses publiques, dans un contexte où l’économie est déjà fortement déprimée, ceci risque d’avoir des conséquences désastreuses sur l’économie française.

On sait que de nombreux économistes ont sous-estimé le multiplicateur des dépenses publiques dans les pays occidentaux[1]. Ce multiplicateur, appelé aussi fiscal multiplier, a été re-estimé par le FMI[2], mais aussi par un certain nombre d’économistes[3] dans le contexte dépressif que l’on connaît aujourd’hui[4]. Les valeurs qui ont été calculées sont très largement supérieures à celles qui furent postulées dans des travaux datant de 2010 et 2011. On sait que ce multiplicateur est compris entre 1,7 et 2,1 pour des pays comme l’Italie et l’Espagne, et qu’il est probablement égal à 1,4 en France, quand les estimations du début des années 2000 le mettaient à 0,5. Cela signifie donc que si vous réduisez, ou augmentez, vos dépenses publiques (soit par une réduction réelle soit par une hausse des impôts pour le premier cas, ou par un accroissement des dépenses ou une baisse des impôts dans le second cas) la production sera diminuée (ou accrue) de 1,4. Or, on sait que le taux des prélèvements est des 45% en France. Donc, si vous réduisez de 1 la dépense budgétaire, le déficit en prélèvements sera de 1,4 x 0,45 = 0,63. La réduction nette ne sera donc que de 0,37 et non de 1. Cet effet sera d’ailleurs plus ou moins important selon que ce seront les dépenses d’investissement[5] qui seront les victimes de ces coupes, ou les dépenses de fonctionnement. Mais, même dans le cas de coupes n’affectant que les dépenses de fonctionnement, il est clair que l’on aura affaire à un multiplicateur des dépenses publiques largement supérieur à 1. Surtout, on ne prend pas la mesure du risque de déflation qui menace aujourd’hui une partie de l’Europe.

Le mouvement de baisse de l’inflation que l’on connaît aujourd’hui en Europe et en particulier dans les pays d’Europe du Sud (y compris la France) soulève des questions importantes quant à la croissance. Le risque aujourd’hui est de voir certains pays, dont la France, basculer dans la déflation en 2014. De manière générale, on sait qu’une faible inflation (inférieure à 1%) est dans bien des cas associée à une croissance déprimée[6]. C’est le cas quand le taux d’inflation constaté est en dessous du taux d’inflation structurel[7], qui varie suivant les pays. L’une des conséquences de cette inflation très faible est la hausse des taux d’intérêts réels, car les taux d’intérêts nominaux diminuent en général bien moins vite que l’inflation. Or, la présence de taux d’intérêts réels très faibles, et même négatifs explique le fort mouvement d’investissement que l’on a connu dans les années d’après guerre et qui s’est soldé par une hausse générale de la productivité et de la croissance extrêmement forte[8]. On peut le constater en regardant les taux annuels moyens de croissance par période, de 1900 à 1974.

Tableau 1

VILLa-4

Source : d’après Villa P., « Productivité et accumulation du capital en France depuis 1896 », in Revue de l’OFCE, n°47, 1993, pp. 161-200, p. 165.

Ce que nous constatons depuis l’été 2012, c’est au contraire une hausse des taux d’intérêts réels, entraînant avec elle une baisse de l’investissement productif.

 Graphique 1

 G2-OMT InflaBis

Source : INSEE

 

Le « pacte de responsabilité » que propose le Président François Hollande a donc très peu de chance d’être favorable à l’emploi et à l’économie française. Mais, s’il avait voulu être réellement efficace sur la question de la croissance et de l’emploi, au lieu de se promener aux potrons-minets en scooter et casqué, il aurait mieux fait de s’attaquer de front à cette question lancinante de l’Euro, qui est en train de provoquer le même désastre que l’étalon-or dans les années 1930. Mais, pour cela, il lui faudrait un peu de courage…


[1] Spilimbergo, A., Symansky, S., et M. Schindler, 2009, “Fiscal Multipliers,” IMF Staff Position Note, SPN/09/11, Mai 2009, FMI, Washington DC.

[2] Blanchard O., et D. Leigh, « Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers », IMF Working Paper, WP/13/1, FMI, Washington D.C., 2013

[3] Auerbach A.J., et Y. Gorodnichenko « Measuring the Output Responses to Fiscal Policy », American Economic Journal: Economic Policy 2012, Vol. 4, n° 2, pp 1–27

[4] A. Baum, Marcos Poplawski-Ribeiro, et Anke Weber, « Fiscal Multipliers and the State of the Economy », IMF Working papers, WP/12/86, FMI, Washington DC, 2012. Christiano L., M. Eichenbaum, et S. Rebelo, « When Is the Government Spending Multiplier Large? », Journal of Political Economy, Vol. 119, No. 1 (Février 2011), pp. 78-121

[5] Dépenses dont l’effet positif est établi depuis longtemps : Aschauer A.D., “Is public expenditure productive?”, in Journal of Monetary Economics, vol. XXIII, n°2, mars, 1989, pp. 177-200. Idem, “Why is Infrastructure Important?”, in A. H. Munnell, (ed.), Is there a Shortfall in Public Capital Investment, Federal Reserve Bank of Boston, Boston ; et R. Ford & P. Poret, “Infrastructure and Private-Sector productivity”, OCDE, Departement d’économie et statistique, Working paper n°91, OCDE, Paris, 1991

[6] Andersen, T.M., « Can Inflation Be Too Low ? » in Kyklos, vol. 54/2001, Fasc.4, pp. 591-602. Akerlof G.A., W.T. Dickens et G.L. Perry, « The Macroeconomics of Low Inflation » in Brookings Papers on Economic Activity, n°1/1996, pp. 1-59.

[7] Sapir J., « Inflation monétaire et inflation structurelle », Document de Travail, FMSH, Paris, juin 2012, http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00712645

[8] Villa P., « Productivité et accumulation du capital en France depuis 1896 », in Revue de l’OFCE, n°47, 1993, pp. 161-200.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *