Quelques questions importantes

 La présente note constitue la version « longue » d’un interview donné au journal argentin PAGINA-12 et qui sera publiée le dimanche 26 janvier. En raison de l’importance des thèmes abordés, j’ai décidé de la publier.

1- Quel est le contexte expliquant les dernières déclarations réalisées par le président François Hollande le 14 janvier dernier?

Le Président François Hollande se trouve aujourd’hui dans une situation très délicate. Son autorité a été érodée par l’inefficacité de la politique économique qui est menée depuis juin 2012. Il avait promis d’inverser la « courbe du chômage » d’ici à noël 2013. Dans les faits, le chômage continue d’augmenter. Selon la manière dont on le calcule, car il faut savoir que la DARES et Pôle Emploi utilisent divers critères, on arrive aujourd’hui à 3,2 millions ou 5,5 millions de chômeurs.

Graphique 1

G3-ChomCVS - copie

Source : DARES et Pôle-Emploi.

Le mouvement de désindustrialisation que connaît l’économie française devient désormais très inquiétant. La croissance, qui avait été annoncée, n’a pas été au rendez-vous. En fait, de nombreux économistes avaient critiqué la politique économique du gouvernement et les prévisions extrêmement optimistes qui étaient celles du Ministère de l’Économie et des finances à l’automne 2012. Et, malheureusement ce sont eux, et non le Ministère, qui ont eu raison. Mais, à cet échec économique, sont venus s’ajouter d’autres facteurs qui pèsent  sur l’autorité, et même la légitimité, du gouvernement et du Président. On a d’abord le sentiment d’un grand amateurisme sur un grand nombre de dossier. On a vu le gouvernement reculer sur de nombreux dossiers. Les réformes de société qui ont été votées au printemps 2013 divisent profondément la société. Enfin, la vie privée du Président n’est pas au-dessus de tout reproche. Cela explique l’effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre, et a créer un contexte extrêmement défavorable à la veille de la conférence de presse du 14 janvier.

 

2- Quelles conséquences pourraient avoir « le pacte de responsabilité » présenté sur l’économie française?

Tel qu’il est présenté, le « pacte de responsabilité » repose sur un échange d’une diminution de charges des entreprises (30 milliards d’euros à raison de 10 milliards par an de 2014 à 2017) contre la création d’environ 200 000 emplois. Mais, ce « pacte » soulève de nombreuses questions. La première renvoie à l’analyse de la situation des entreprises françaises. Les études faites par l’INSEE montrent en effet que les marges des entreprises n’ont pas baissé. Les problèmes auxquels les entreprises sont confrontées viennent plus de la concurrence étrangère. Dans une note réalisée pour la banque NATIXIS[1] on peut lire que la baisse des charges sociales des entreprises n’est pas une politique adaptée. Ce qu’il faut aux entreprises c’est en réalité une dévaluation. La deuxième question c’est la réalité de l’engagement des entreprises d’embaucher 200 000 personnes en échange de cet allègement de charges. Outre le fait que 200 000 emplois est un nombre largement insuffisant, le Ministre du Redressement Productif, M. Montebourg, parle quant à lui de deux millions d’emplois sur lesquels les entreprises devraient s’engager, rien n’indique que les entreprises sont prêtes à jouer le jeu. Une troisième question qu’il faut alors poser est de savoir comment sera financé cet allègement des charges. Le Président a parlé d’économies à réaliser sur les dépenses publiques, mais on voit bien que sauf à couper soit dans les investissements soit dans prestations sociales, les possibilités d’économie sont faibles et hasardeuses. La piste avancée lors de cette conférence de presse, une réforme de l’organisation territoriale, semble aujourd’hui – après les déclarations du Président Hollande à Tulle – si ce n’est abandonnée du moins très largement compromise. Survient alors une quatrième question : cet allégement des charges ne risque-t-il pas d’engager un processus où les entreprises vont en profiter pour exercer des pressions supplémentaires sur les salaires et engager ainsi un processus de déflation ?

Ces questions montrent que ce « pacte » sera au mieux sans effet sur la situation réelle ; au pire il pourrait s’avérer non seulement un marché de dupes pour les travailleurs et l’amorce d’un processus déflationniste extrêmement dangereux.

 

3- Quelles sont les alternatives de politique économique pour que la France sorte de la crise économique?

En fait, et cela de nombreux économistes en sont conscients, le problème essentiel des pays du sud de l’Europe, et de la France en particulier, réside dans l’existence même de l’Euro, la monnaie unique. Ce problème est évident dans les échanges avec les pays extérieurs à la zone. Depuis sa création, l’Euro s’est fortement apprécié face au Dollar américain, mais aussi au Yen japonais et à la Livre Sterling avec des effets dévastateurs sur l’économie des pays du sud de l’Europe. Ceci est aujourd’hui compris par un nombre croissant d’acteurs ; on pense  ainsi aux dirigeants des PME mais aussi à des responsables d’Airbus Industrie, et y compris au sein du gouvernement français où Arnaud Montebourg a exprimé ses réserves quant au taux de change actuel de l’Euro.

Mais, le rôle néfaste de l’Euro se fait aussi sentir dans le commerce à l’intérieur de la zone. De ce point de vue une dépréciation de l’Euro ne pourrait représenter au mieux qu’une solution partielle aux problèmes de la France et des pays de l’Europe du Sud. Depuis la création de l’Euro en 1999, on a constaté que les taux d’inflations des différents pays restaient différents, quoique désormais on ait une politique monétaire unique. Ceci révèle l’existence d’une inflation structurelle, dépendant des structures économiques de chaque pays.

Tableau 1

Variation des taux d’inflations moyens au sein des pays de la zone Euro

 

Moyenne 2001-2007

Moyenne 2007-2011

Autriche

1,7

1,4

 
Belgique

2,2

1,7

 
Finlande

1,2

1,8

 
France

2,1

1,4

 
Allemagne

1,1

1,2

 
Grèce

3,2

2,7

 
Irlande

3,2

-1,1

 
Italie

2,6

1,9

 
Luxembourg

3,6

1,8

 
Pays-Bas

2,6

1,4

 
Portugal

3,0

1,5

 
Espagne

4,1

1,4

 
Zone Euro

2,2

1,4

 
Total OCDE

2,6

1,8

 
Écart type en pourcentage de la moyenne

38,7%

57,2%

 
Intervalle de variation

3,0

3,1

 
Intervalle de variation en pourcentage de la moyenne

136,36%

221,43%

 

Source : Base de données des Perspectives économiques de l’OCDE, no 88, 2011.

La différence du taux d’inflation, qui pouvait atteindre 2% par an, entre l’Allemagne et les pays de l’Europe du Sud a abouti à un écart de compétitivité cumulé de 20% à 40% suivant les pays. Il en résulte que les produits allemands sont devenus de plus en plus compétitifs sur les marchés français, mais aussi italiens, espagnols ou grecs et portugais. Normalement, cette question de la différence des taux d’inflation structurels se traite par des dévaluations régulières (ou des réévaluations du pays dont l’inflation structurelle est la plus faible). Mais, ce mécanisme ne peut plus fonctionner du moment que l’on a une monnaie unique. Il en résulte que les pays du Sud de la zone Euro sont aujourd’hui engagés dans des politiques de dévaluation interne, politiques qui sont très coûteuses en matière de chômage mais aussi en ce qui concerne le niveau de production. Il y a aujourd’hui de plus en plus d’économistes qui considèrent qu’il faudrait que les pays de la zone Euro puissent retrouver cette souplesse de dévaluation[2].

Si l’on aboutit à une dissolution de la zone Euro, cela ne signifiera pas la fin de toute coordination dans le domaine monétaire. Un système inspiré de l’Union Européenne des Paiements, qui permettait de procéder à des dévaluations ou des réévaluations de manière régulière, devrait voir le jour assez rapidement[3]. C’est en ce sens que l’on peut penser que la dissolution de la zone Euro pourrait donner naissance à une « monnaie commune », liant de manière souple les devises des pays qui s’y rallieraient.

 

4- Une sortie de la France de l’Euro signifierait-elle la fin de l’Union Européenne?

C’est l’un des arguments que l’on entend le plus chez les partisans de l’Euro. Mais, en réalité, il y a des pays, et non des moindres comme la Grande-Bretagne et la Suède, qui sont membre de l’Union Européenne mais pas de la zone Euro. En fait, l’Union Européenne a existé avant la mise en place de l’Euro et si l’Euro disparaît, l’Union Européenne existera toujours. Si l’on compte depuis l’entrée en vigueur du Traité de Rome et de la Communauté Économique Européenne, nous avons vécu de 1958 à 1999, soit 41 ans, avec nos propres monnaies et nous avons construit l’Europe pendant ce temps. Rien ne justifie donc cette affirmation selon laquelle la fin de l’Euro serait la fin de l’UE. On voit que c’est un argument utilisé à dessin par des gens qui sont décidés à défendre l’Euro et qui, pour cela, sont prêt à jouer sur les peurs, voire même à les susciter. Dire que la fin de l’Euro provoquerait un éclatement de l’UE, et nous conduirait à la guerre en Europe n’a tout simplement pas de sens. C’est une injure à l’intelligence et à ce que l’on connaît de l’histoire, qu’il s’agisse de celle de la première guerre mondiale[4] ou la seconde[5].

Maintenant, il est aussi clair que l’UE n’est aujourd’hui pas satisfaisante, et qu’il faudra que cette dernière change de manière considérable ou qu’elle disparaisse. Tel est l’enjeu de ces prochaines années. Mais, ceci n’est pas directement lié à la question de l’Euro, même s’il faut insister sur les choix financiers qui ont été fait dans l’Union Européenne et qui font de l’Euro une institution congruente avec la logique néo-libérale et financiarisée. En fait, on peut penser que les positions dans les populations vis-à-vis de l’UE ont tendance à se radicaliser du fait de l’existence de l’Euro. C’est la présence de la monnaie unique, et la crise qui en découle, qui constitue aujourd’hui en réalité la principale menace pour la stabilité européenne. Si les politiciens qui s’en vont par les chemins en criant que la mort de l’Euro impliquerait celle de l’UE étaient réellement préoccupés par la situation de l’Europe, ils s’entendraient rapidement pour dissoudre l’Euro dans le calme. Mais, en réalité, on voit que leurs préoccupations réelles sont tout autres. Ils veulent que l’Euro survive quelles qu’en soient les conséquences, parce qu’ils y trouvent leur intérêt, et pour cela ils sont prêts à mettre l’Europe à feu et à sang. Ils portent donc une responsabilité historique.

 

5- Tout parait indiquer que le clivage eurosceptiques/proeuropéens devient de plus en plus important dans la politique française, plus encore que le clivage traditionnel gauche/droite. En est-il ainsi? Comment l’expliquer?

Oui, il est indiscutable qu’aujourd’hui le clivage, du moins en France et en Italie, porte bien plus sur la question de l’Europe et plus spécialement sur celle de l’Euro, que sur les oppositions traditionnelles entre gauche et droite. Il en est ainsi en réalité parce que la situation économique et sociale est dominée par la question de l’Euro. En fait, ce qui provoque la crise économique, et conduit au démantèlement progressif des conquêtes sociales acquises depuis 1945, c’est bien une partie de la réglementation européenne et surtout l’existence de l’Euro. On voit, en particulier en France et en Italie, la constitution d’un bloc politique autour de l’oligarchie dominante qui défend coûte que coûte l’Euro et les aspects les plus réactionnaires de l’Union Européenne tandis que se constitue progressivement, mais dans des conditions politiques particulières dans chaque pays, un autre bloc représentant les travailleurs et les couches populaires de la population qui est fortement opposé à l’Euro. On a vu circuler un sondage indiquant que désormais 49% des Italiens sont opposés à l’Euro[6]. En France aussi, en dépit du fait qu’il n’y a pas de sondage précis, on peut penser que plus de 40% de la population est désormais opposé à l’Euro.

Le principal problème, en tous les cas de mon point de vue qui est celui d’un homme se situant à gauche sur l’échiquier politique, aujourd’hui est que ce bloc populaire qui est opposé à l’Euro risque d’être hégémonisé par des forces de droite. Mais, désormais, ce risque me semble mineur par rapport à celui, bien plus grave, que fait peser le maintien de la zone Euro.

 

6- Pratiquement tous les pays européens sont touchés par la crise. Y a-t-il des différences entre les pays? Comment expliquer les mauvaises performances de l’ensemble de l’Union Européenne depuis 2008?

En fait, les performances économiques des pays de l’UE sont très divergentes. Certains pays ont de bonnes performances, comme la Grande-Bretagne et la Suède. Surprise, surprise, ces pays ne font pas partie de la zone Euro.

 Tableau 2

Taux de croissance du PIB à prix constants. Moyenne par période

 

Moyenne 2001-2011

Moyenne 2001-2007

Moyenne 2007-2011

Australie

3,1%

3,4%

3,1%

Canada

2,1%

2,6%

1,4%

Norvège

1,8%

2,3%

1,2%

Suède

1,8%

3,0%

0,5%

Suisse

1,7%

2,0%

1,6%

Royaume-Uni

1,6%

2,6%

0,4%

États-Unis

1,9%

2,4%

1,3%

Zone euro

1,1%

1,9%

0,4%

Total OCDE

1,8%

2,4%

1,1%

SOURCES : Base de données de l’OCDE. Pour 2011, estimations. Pour 2010, chiffres provisoires.

Sources et méthodes, (http://www.oecd.org/eco/sources-and-methods ). Ces chiffres sont corrigés du nombre de jours ouvrés.

Par contre, au sein de la zone Euro, on constate que la croissance est faible, et même que certains pays, comme l’Espagne, la Grèce, le Portugal et même l’Italie, sont en récession. La divergence des résultats est impressionnante. Mais, il est clair que l’Euro pèse lourdement sur les résultats d’un grand nombre de pays. Ceci d’ailleurs ne date pas de hier. On peut le constater sur les résultats d’avant et d’après la crise. En fait, la crise de l’Euro s’est manifestée sous des formes différentes, et spécifiques, dans les différents pays du Sud de l’Europe. Dans le cas de la Grèce, cette crise s’est traduite par un effondrement des ressources fiscales liées à une forte chute des exportations au fur et à mesure que l’Euro se réévaluait par rapport au Dollar, et aux monnaies qui y sont liées. Les exportations de l’industrie, de l’agriculture, mais aussi des services (la réparation navale), se sont effondrées à partir de 2004-2005. En Espagne et en Irlande s’était développée, grâce aux taux d’intérêts très bas qu’avait permis la zone Euro, une bulle immobilière couplée à un accroissement très rapide du déficit commercial. Le Portugal combinait des éléments de la crise grecque et espagnole. L’Italie a souffert d’une croissance très faible en raison de l’effet de freinage que l’Euro a eu sur son économie, et ce freinage aurait même été pire si le gouvernement n’avait maintenu jusqu’en 2009, une politique budgétaire relativement expansive. En France, la croissance s’est maintenue au prix d’une forte expansion de la politique budgétaire, mais la crise s’est manifestée par une perte de compétitivité, et donc des parts de marchés, du fait de la réévaluation de l’Euro, mais aussi de l’écart de taux d’inflation à l’intérieur de la zone euro avec l’Allemagne. L’Euro a eu ses effets pervers sur des modèles de développement qui étaient eux-mêmes diversifiés. Cette hétérogénéité a elle-même été un des facteurs de la crise de l’Euro, et on a pu constater que de 1999 à 2010[7], les divergences se sont accrues au lieu de diminuer, ce qui était l’une des hypothèses implicites des défenseurs de l’Euro.

 

7- Quelles leçons peut-on tirer de la crise de l’euro pour d’autres processus d’intégration régionale en cours dans le reste du monde?

La crise de l’Euro indique bien que l’on ne doit pas réaliser d’union monétaire dans n’importe quelles conditions. Il faut que les structures économiques des pays qui en seront membres soient convergentes, ce qui n’était pas le cas en Europe, et il faut qu’existe un important budget assurant des flux de transferts entre les pays membres. Construire une union monétaire implique de respecter strictement certaines conditions. Si on ne le fait pas, alors on rencontre les problèmes auxquels la zone Euro est aujourd’hui confrontée.

Certains auteurs ont écrit des choses très étranges. Ils ont prétendu que la création de l’Euro induirait une augmentation très forte des flux commerciaux entre les pays de cette zone monétaire. Cette idée a été fortement répandue. Ceci provenait de travaux tant théoriques qu’empiriques, en particulier ceux d’Andrew K. Rose[8]. Ces travaux, qui étaient fondés sur un modèle de gravité[9], accordaient une très grande importance à la proximité géographique des partenaires. Donnant naissance à ce que l’on a appelé « l’effet Rose » et à une littérature extrêmement favorable aux Unions Monétaires, ils décrivaient les monnaies nationales comme des « obstacles » au commerce international[10]. L’intégration monétaire devait provoquer une meilleure corrélation du cycle des affaires entre les pays[11]. Cette intégration monétaire devait aussi conduire à une accumulation des connaissances conduisant à une forte augmentation de la production et des échanges potentiels[12]. En un sens l’Union monétaire allait créer les conditions de réussite de la « Zone Monétaire Optimale »[13], alors que ces conditions n’étaient pas réunies, dans un mouvement qui semblait devoir être endogène[14]. D’où les déclarations de divers hommes politiques, déclarations aujourd’hui fameuses, affirmant que l’Euro allait conduire, de par sa seule existence, à une forte croissance pour les pays membres. Jacques Delors et Romano Prodi ont ainsi affirmé que l’Euro allait favoriser la croissance européenne de 1% à 1,5%[15]. On a vu qu’il n’en a rien été.

Ces travaux ont été fortement critiqués tant sur la méthode économétrique utilisée[16] que sur les résultats empiriques obtenus[17]. Ces différents éléments ont conduit à une remise en cause plus fondamentale des résultats de l’étude initiale de A.K. Rose. Capitalisant sur près de vingt ans de recherches sur le commerce international et les modèles de gravité[18], Harry Kelejian (avec G. Tavlas et P. Petroulas) ont repris les diverses estimations des effets d’une union monétaire sur le commerce international des pays membres[19]. Les résultats sont dévastateurs. Là où Rose avait annoncé une hausse du commerce intra-zone de 200%, on ne trouve qu’un accroissement allant de 3% à 5%[20].

Par ailleurs, le fonctionnement d’une zone monétaire unique implique la constitution d’un budget spécifique au niveau de la zone, afin de pouvoir effectuer les transferts nécessaires pour compenser les hétérogénéités entre les pays de la zone. Encore faut-il que ces hétérogénéités ne soient pas trop importantes. Dans le cas de la zone Euro, il est clair que l’ampleur du budget nécessaire pour assurer les transferts à un niveau efficace dépasse de loin ce que les pays sont prêts à consentir[21]. L’Allemagne ne peut fournir l’effort qui est nécessaire si elle veut conserver son modèle économique[22]. Dès lors, cela n’a plus beaucoup de sens de se demander si l’Allemagne pourrait « vouloir » ou non ce qu’en dernier recours elle ne pourra assumer.

On voit que si la constitution d’une zone monétaire n’est pas correctement et sérieusement pensée, non seulement cela aura des conséquences désastreuses pour les pays concernés, mais de plus cela aura des effets négatifs sur les autres pays. Dans le cas de la zone Euro, il reste à faire un bilan des effets négatifs de la zone, de son existence et de sa getsion, sur l’économie mondiale[23].

 

8- Dans votre livre « La Démondialisation » vous faite une critique de la globalisation néolibérale. Quelles perspectives existent pour cette étape du capitalisme? Existe-t-il une alternative?

Ce que l’on appelle la « globalisation » recouvre en réalité deux processus. On a d’une part la globalisation du commerce et d’autre part la globalisation financière. On a vu avec les différentes crises financières de ces d les aspects extrêmement pervers de la globalisation financière. Des études nombreuses et diverses ont montré que la libre circulation des capitaux à court terme a eu plus d’effets négatifs que positifs[24]. En ce qui concerne la globalisation commerciale, elle est plus acceptable, mais à la condition que cela n’entraîne pas un démantèlement progressif des avantages sociaux[25] et qu’elle n’empêche pas le développement économique des pays que l’on qualifie aujourd’hui d’émergents. Pour ce faire, il faut penser des systèmes de droits de douane égalisant les situations sociales et écologiques[26], mais aussi protégeant les industries naissantes. Il est clair que les institutions actuelles, et en particulier l’OMC, avec la priorité donnée au libre-échange, ne sont plus adaptées. Il n’est pas du tout évident qu’à long terme le libre-échange conduisent à un développement équilibré du commerce mondial[27]. Une situation de protection modérée pourrait s’avérer en fait supérieure à la situation actuelle[28].

Sur la globalisation financière, il faut par contre réglementer ou interdire[29] toute une partie des opérations et limiter strictement la circulation des capitaux[30] sauf ceux qui concernent les investissements directs[31]. Ces perspectives sont réalistes si un groupe de pay, décidés à les imposer arrive à se constituer. De ce point de vue, une alliance pourrait être possible entre certains pays européens (la France, l’Italie), des pays d’Amérique Latine, des pays d’Afrique et d’Asie.

——————————————————————————————-

 

[1] Artus P., « Où les marges bénéficiaires ont-elles reculé en France ? », in Special Report, Recherche Économique, NATIXIS, Paris, n°7, 16 janvier 2014.

[2] Dont, et c’est notable, le président de l’institut IFO (Allemagne). Sinn, H-W., « Pour une sortie de l’euro des pays en crise », La Tribune, 3 janvier 2014, http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140103trib000807581/pour-une-sortie-de-l-euro-des-pays-en-crise.html . Voir aussi Faibis L. et O. Passet, « Euro pour tous et chacun pour soi : le nouveau débat interdit », Les Echos, 25 décembre 2013, http://m.lesechos.fr/idees-et-debats/le-point-de-vue-de/l-euro-po…s-et-chacun-pour-soi-le-nouveau-debat-interdit-0203193619902.htm

[3] Kaplan J., G. Schileiminger, The European Payments Union. Financial Diplomacy in the 1950’s, Oxford, Clarendon Press, 1989 ; R. Triffin, Europe and the Money Muddle. From Bilateralism to Near-Convertibility, 1947-1956, New Haven (Conn.)/Londres, Yale University Press, 1957

[4] Fischer F., Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale – 1914-1918, préface de J. Droz, Éditions de Trévise, Paris 1970, 623p (traduit de l’allemand). Chevènement J-P., 1914-2014 L’Europe sortie de l’histoire ? Paris, Fayard, octobre 2013, 341p.

[5] Kershaw I., Hitler. A Profile in Power, Longman, Londres, 1991 ; traduit sous le titre Hitler. Essai sur la charisme en politique, Gallimard, 1995. Voir aussi, du même auteur, Nazi Dictatorship: Problems and Perspectives of Interpretation, Londres, Oxford University Press, 1993 ; et « Working Towards the Führer » in I. Kershaw, M. Lewin (dir.), Stalinism and Nazism. Dictatorships in Comparison, Cambridge, Cambridge University Press, 1997. Voir aussi, W. Sheridan Allen, « The Collapse of Nationalism in Nazi Germany » in J. Breuilly (dir.), The State of Germany, Londres, Longman, 1992.

[6] http://scenarieconomici.it/sondaggio-scenarieconomici-20-dicembre-…-nazionale-si-49-no-44-un-partito-anti-euro-potrebbe-valere-il-24/

[7] Sapir, J., « From Financial Crisis to Turning Point. How the US ‘Subprime Crisis’ turned into a worldwide One and Will Change the World Economy » in Internationale Politik und Gesellschaft, n°1/2009, pp. 27-44. Idem, « Is the Eurozone doomed to fail », pp. 23-27, in Making Sense of Europe’s Turmoil, CSE, Bruxelles, 2012.

[8] Rose, A.K., « One money, one market: the effect of common currencies on trade », Economic Policy Vol. 30 ,2000,  pp.7-45 et Rose, Andrew K., “Currency unions and trade: the effect is large,” Economic Policy Vol. 33, 2001, 449-461.

[9] Anderson, J., (1979), “The theoretical foundation for the gravity equation,”

American Economic Review Vol. 69, n°1/1979 106-116. Deardorff, A., “Determinants of bilateral trade: does gravity work in a neoclassical world?,” in J. Frankel (ed.), The regionalization of the world economy, University of Chicago Press, Chicago, 1998.

[10] Rose, A.K., Wincoop, E. van (2001), « National money as a barrier to international trade: the real case for currency union », American Economic Review, Vol. 91, n°2/2001, pp. 386-390.

[11] Rose, A.K. (2008), « EMU, trade and business cycle synchronization », Paper presented at the ECB conference on The Euro of Ten: Lessons and Challenges, Frankfurt, Germany, 13 et 14 novembre

[12] De Grauwe, P. (2003), Economics of Monetary Union, New York: Oxford University Press. Frankel, J.A., Rose A.K. (2002), « An estimate of the effect of currency unions on trade and output », Quarterly Journal of Economics, Vol. 108, n°441, pp. 1009-25.

[13] On consultera à ce sujet le mémoire de Master 2 écrit par l’un de mes étudiants, Laurentjoye T., La théorie des zones monétaires optimales à l’épreuve de la crise de la zone euro, Formation « Économie des Institutions », EHESS, Paris, septembre 2013.

[14] Frankel, J.A., Rose A.K., « The endogeneity of the optimum currency area criteria », Economic Journal, Vol.108, 1998, n° 449, pp.1009-1025. De Grauwe, P., Mongelli, F.P., «Endogeneities of optimum currency areas. What brings countries sharing a single currency closer together? », Working Paper Series, 468, 2005, European Central Bank, Francfort.

[15] Sapir J., Faut-il sortir de l’Euro ?, Le Seuil, 2012 Paris.

[16] Persson T. (2001), « Currency Unions and Trade : How Large is the Treatment Effect ? » in Economic Policy, n°33, 2002, pp. 435-448.

[17] Nitsch V. (2002), « Honey, I Shrunk the Currency Union Effect on Trade », World Economy, Vol. 25, n° 4, pp. 457-474.

[18] Flam, H., Nordström, H. (2006), « Trade volume effects of the euro: aggregate and sector estimates », IIES Seminar Paper No. 746. Baldwin R. (2006) « The euro’s trade effects » ECB Working Papers, WP n°594, Francfort. Baldwin R. et al. (2008), « Study on the Impact of the Euro on Trade and Foreign Direct Investment », Economic Paper, European Commission, n° 321.

[19] Kelejian, H. & al., « In the neighbourhood : the trade effects of the euro in a spatial framework », Bank of Greece Working Papers, 136, Athènes, 2011.

[20] Bun, M., Klaasen, F., « The euro effect on trade is not as large as commonly thought», Oxford bulletin of economics and statistics, Vol. 69, 2007, pp. 473-496, vont même jusqu’à estimer l’effet « positif » de l’UEM à 3%, ce qui le met largement dans l’intervalle d’erreurs de ce genre d’estimations.

[21] Sapir, J., « Le coût du fédéralisme dans la zone Euro », in RussEurope, 10 novembre 2012, http://russeurope.hypotheses.org/453

[22] Artus P., « La solidarité avec les autres pays de la zone euro est-elle incompatible avec la stratégie fondamentale de l’Allemagne : rester compétitive au niveau mondial ? La réponse est oui », NATIXIS, Flash-Économie, n°508, 17 juillet 2012.

[22] http://etoile.touteleurope.eu/index.php/post/2009/07/02/Karlsruhe-%3A-le-peuple-europeen-nexiste-pas

[23] Bibow J. et A. Terzi (eds), Euroland and the World Economy: Global Player or Global Drag?, New York (NY), Palgrave Macmillan, 2007.

[24] Vegh C-A., « When It Rains, It Pours: Pro-Cyclical Capital Flows and Macroeconomic Policies », IMF Working Paper, Washington (D. C.), FMI, août 2004. Rodrik, D., « Why Did Financial Globalization Disappoint? » (avec A. Subramanian), IMF Staff Papers, vol. 56, n° 1, mars 2009, p. 112-138. J. A. Ocampo, J. G. Palma « Dealing with Volatile External Finances at Source: The Role of Preventive Capital Account Regulations » in J. E. Stiglitz, J. A. Ocampo (dir.), Capital Market Liberalization and Development, Oxford, Oxford University Press, 2007.

[25] Hira R., A. Hira, avec un commentaire de L. Dobbs, « Outsourcing America: What’s Behind Our National Crisis and How We Can Reclaim American Jobs », AMACOM/American Management Association, mai 2005 ; P. C. Roberts, « Jobless in the USA », Newsmax.com, 7 août 2003, www.newsmax.com/archives/articles/2003/8/6/132901.shtml .

[26] Sapir J., « Le vrai sens du terme. Le libre-échange ou la mise en concurrence entre les Nations » in, D. Colle (edit.), D’un protectionnisme l’autre – La fin de la mondialisation ?, chapitre 8, Coll. Major, Presses Universitaires de France, Paris, Septembre 2009.

[27] Krugman, P., « A Globalization Puzzle », 21 février 2010, disponible sur krugman.blogs.nytimes.com/2010/02/21/a-globalization-puzzle.htm

[28] Chang H.-J., Kicking Away the Ladder: Development Strategy in Historical Perspective, Londres, Anthem Press, 2002.

[29] Ostry J., et al., « Capital Inflows: The Role of Controls », IMF Staff Position Note, Washington (D. C.), FMI, 2010.

[30] Bibow, J., « Insuring Against Private Capital Flows: Is It Worth the Premium? What Are the Alternatives? », International Journal of Political Economy, vol. 37, n° 4, p. 5-30, septembre 2008.

[31] Prasad E.S., R. G. Rajan, A. Subramanian, « Foreign Capital and Economic Growth », Brookings Papers on Economic Activity, n° 1, 2007, p. 153-209.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *