Remerciements…

Je voudrais profiter de ce blog pour dire un grand « Merci » à toutes et tous qui m’ont témoigné de leur sympathie et de leur indignation devant l’attaque dont j’ai été victime de la part de Pierre Moscovici, ci-devant ministre.

Tout d’abord quelques chiffres : en deux jours,  de mardi à 14h30 à mercredi 24h00, il y a eu 19000 visites sur RussEurope, mon compte twitter a explosé et j’ai reçu, entre mardi soir et ce vendredi matin plus de 700 courriels de soutien, émanant de la totalité du spectre politique, et – c’est important – y compris d’élus du PS qui critiquent la méthode, sans nécessairement partager mes opinions. Ces soutiens viennent de tous les bords, d’économistes avec lesquels je suis tout à fait en désaccord comme de collègues partageant mes opinions, de simples citoyens comme d’universitaires et de journalistes. Je ne le cache pas, ces témoignages de sympathie m’ont profondément ému. Ils me rassurent aussi sur la santé politique et morale de notre pays, que des « communicants » du pouvoir voudraient mettre à feu et à sang.

Car, qu’il y ait un « plan de communication » ne fait plus guère de doute. Après l’article détestable de Colombani et le comportement odieux du ministre, c’est Daniel Schneidermann, le responsable d’Arrêt sur Images, qui a été victime d’une attaque calomniatrice de Patrick Cohen[1]. Il faut relire ce qu’il écrit en conclusion de son « Vite dit » du 6 février dernier :

« Vous me reprochez de vous avoir critiqué en tant que Juif. « Le Juif Cohen », glissez-vous au détour d’une phrase. Et ça, cette manière de brandir son étoile jaune en bouclier, je vous le dis, c’est infâme. Qui vous a mis en cause « en tant que Juif », Patrick Cohen ? Trouverez-vous sous ma plume une ligne vous autorisant cette grotesque imputation larvée d’antisémitisme ? Et alors, pourquoi ne pas avoir porté plainte, comme France Inter l’a fait, à raison, contre Dieudonné ? Relisez-moi. Aucune autre critique que professionnelle. De journaliste à journaliste. « Que savez-vous de moi ? » demandez-vous. Rien. Rien d’autre que ce que vous montrez, dites et écrivez dans l’espace public, C’est mon seul matériau. Que des obsessionnels s’en emparent ensuite, je le constate comme vous, la mort dans l’âme encore une fois, mais c’est la règle, on la connaît, et celà ne doit nous conduire, journalistes, à aucune autocensure, ni aucun aveuglement. »

Il se fait que Daniel Schneidermann avait critiqué Patrick Cohen. Il se fait que Daniel Schneidermann avait organisé un débat sur l’Euro entre Mélenchon et moi-même l’été 2013. Il se fait que Arrêt sur Image a publié une chronique consacrée au débat qui s’ouvre, enfin, sur l’Euro[2]. Peut-être suis-je un peu paranoïaque, mais enfin, même les paranoïaques ont des ennemis…Venant après le dossier imbécile publié dans Le Point sur les soi-disant « néo-conservateurs » français[3], tout ceci commence à respirer l’action coordonnée.

Je dis à toutes et à tous qui m’ont soutenu : il faut soutenir Daniel Schneidermann ainsi que tout autre qui se trouvera la victime de ces pratiques abjectes et destructrices pour la démocratie. Mais je dis aussi qu’une mise au point des plus hautes autorités de l’État, de M. François Hollande, Président de la République, s’impose. Qu’il se désolidarise publiquement de ces pratiques. Qu’il dise clairement et nettement que quand il a martelé « Je ne laisserai pas faire » lors de sa conférence de presse du 14 janvier il se situait purement dans l’espace du débat démocratique, un débat qui –rappelons le – suppose que l’on ne fasse ni amalgame, ni calomnie, ni fausse imputation. Qu’il reconnaisse que l’on peut être pour la dissolution de l’Euro, pour une réforme profonde de l’Union Européenne, voire pour son remplacement par autre chose, sans être raciste, xénophobe, et prôner une idéologie du repli sur soi. À défaut, nous en tirerions toutes les conséquences qui s’imposent lors des prochaines échéances électorales.


[1] Voir, Daniel Schneidermann, LA MORT DANS L’ÂME : RÉPONSE D’UN IDIOT À PATRICK COHEN,  le 6 février 2014, http://www.arretsurimages.net/breves/2014-02-06/La-mort-dans-l-ame-reponse-d-un-idiot-a-Patrick-Cohen-id16868

[2] Anne-Sophie Jacques, SORTIE DE L’EURO : ENFIN EN DÉBAT, 4 février 2014, http://www.arretsurimages.net/chroniques/2014-02-04/Sortie-de-l-euro-enfin-en-debat-id6514

[3] Voir J. Sapir, « La littérature à l’estomac… », RussEurope, le 1er décembre 2013, http://russeurope.hypotheses.org/1791


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *