Sotchi, et l’économie Russe en 2014

L’ouverture des Jeux Olympiques d’Hiver à Sotchi est l’occasion de jeter un coup de projecteur sur la situation économique de la Russie. Nombre de commentateurs insistent sur le coût de ces Jeux. Il est clair que coût est élevé, avec 36 milliards d’euros. Mais il est aussi clair que dans ce coût il faut intégrer le développement et la modernisation des infrastructures tant à l’échelle d’une région (le district fédéral « Sud » de la Russie) qu’à l’échelle du pays. Les causes des dépassements de budget sont nombreuses, de la sous-estimation initiale de l’ampleur des travaux jusqu’à la corruption. Mais, ces coûts ne sont que l’un des éléments dans le développement de la Russie.

En fait, l’économie russe connaît à l’heure actuelle un fort ralentissement de son économie dont la croissance qui est tombée de 3,4% à 1,5%. Ceci est un problème sérieux, mais la Russie continue d’avoir des résultats qui sont très supérieurs à la France ou à l’Allemagne. Depuis la crise de 2008-2009, dont elle est sortie rapidement en 2010, elle est à la recherche d’un nouveau modèle de croissance. La dynamique des années qui ont précédé la crise financière de 2008 ne saurait en effet être reproduite à l’identique aujourd’hui. Si l’économie s’est rétablie depuis 2010, la croissance reste relativement faible, et elle a baissé de manière particulièrement importante depuis l’automne 2012, avec une baisse particulièrement sensible de l’investissement. Cela pose la question de l’identification des causes de ce ralentissement, causes qui sont à la fois conjoncturelles et structurelles, mais aussi de ce que devrait être une nouvelle politique économique et de ce que plus d’intégration à l’échelle du continent eurasiatique pourrait apporter à la Russie.

I. Des facteurs conjoncturels

Bien entendu, des facteurs conjoncturels expliquent en partie cette situation de fort ralentissement de lé croissance. Ce dernier est lié, en partie, à des facteurs sur lesquels les autorités russes n’ont pas vraiment de prise.

Les matières premières

On peut exclure, aussi surprenant que cela soit, la question des hydrocarbures. En effet, l’évolution récente des prix comme des quantités vendues, si elle reflète les problèmes économiques des pays importateurs (essentiellement l’Europe) a été plutôt stable ces derniers mois. En fait, si les exportations de pétrole ont connu une très forte augmentation depuis 2000, le prix apparent de ces exportations n’a augmenté que depuis 2004. Les volumes ont eu tendance à baisser (mais sont restés stables lors de la crise de 2008-2009), ce qui correspond, dans une période récente, au ralentissement de l’activité en Europe. Les prix, par contre, ont été sensibles à la crise, puisqu’ils sont passés de 800 dollars à 300 dollars au début de la crise, mais sont rapidement remontés par la suite se stabilisant autour de 750 dollars à la tonne.

Pour les exportations de gaz, ici aussi, ce sont les mouvements des prix qui sont les plus instructifs. Après une forte hausse à partir de 2004, ils ont eu tendance à se stabiliser (sauf pendant la crise de 2008-2009). Ils restent encore aujourd’hui à un niveau élevé. Ce n’est donc point des hydrocarbures, et plus généralement de la logique de l’économie de rente, que proviennent les difficultés actuelles de la Russie. Rappelons ici que les hydrocarbures sont importants pour le budget bien plus que pour le PIB. Ils représentent 10% du PIB, mais  50% des revenus budgétaires[1].

L’influence de la crise en Europe

La croissance en Europe est, on le sait bien, elle aussi très faible depuis 2011. C’est une conséquence de la crise de l’Euro et de la politique brutale d’austérité imposée dans les faits par l’Allemagne. Or, l’Europe est le principal partenaire commercial de la Russie, même si l’on constate que la part de la Chine, ainsi que celle de l’Inde, augmente de manière rapide.

Tableau 1

Part des pays/zones dans le commerce extérieur de la Russie

Exportations

2008

2009

2010

2011

EU

52,3%

31,6%

41,1%

51,2%

Chine

4,5%

3,6%

4,3%

7,5%

Inde

1,1%

1,3%

1,4%

1,3%

Etats-Unis

2,9%

2,0%

2,7%

3,6%

CEI

14,9%

14,9%

15,0%

13,5%

Importations

2008

2009

2010

2011

EU

53,0%

34,3%

43,3%

57,9%

Chine

17,0%

11,2%

19,1%

23,7%

Inde

0,8%

0,7%

1,1%

1,4%

Etats-Unis

6,8%

4,5%

5,5%

7,2%

CEI

17,9%

16,6%

18,5%

17,8%

Source : Service d’État des Statistiques

Cette faible croissance européenne ne peut qu’avoir des conséquences néfastes sur la dynamique économique russe.  En particulier, la contraction très forte de l’économie espagnole et de l’économie italienne ont eu des conséquences très néfastes sur les exportations de produits métallurgiques. Et l’avenir n’est pas rose. Si l’Espagne a stabilisé son économie, mais à un niveau de 8% plus faible qu’en 2008 et avec un chômage reparti à la hausse, l’Italie continue d’être en récession. La France connaît elle aussi des difficultés persistantes.

La politique monétaire

Un autre facteur conjoncturel doit aussi être noté : c’est la politique de la Banque Centrale. Cette dernière maintient des taux d’intérêts réels élevés, alors que les Banques Centrales des principaux pays ont baissé leurs taux, tant nominaux que réels, de manière impressionnante. Ceci freine tout à la fois la consommation et l’investissement. La politique menée par la Banque Centrale de Russie s’est jusqu’à maintenant caractérisée par un objectif prioritaire : le contrôle de l’inflation. Il est renforcé par l’adoption d’une politique dite de « ciblage d’inflation »[2]. Les taux de la banque Centrale ont baissé, mais restent néanmoins très élevés et constituent des freins importants au processus d’investissement. Le taux de refinancement de la Banque Centrale, qui sert de taux directeur pour les différentes institutions financières en Russie est revenu à 8,25%, alors que le taux d’inflation est aux alentours de 6,50%. Cela implique que le taux réel est de 1,75%. À titre de comparaison, le taux nominal est de 0,1% au Japon, de 0,25% aux Etats-Unis et de 0,5% dans la zone Euro. En termes réels, cela implique, compte tenu du taux d’inflation, un taux de -1,8% au Etats-Unis et de +0,1% dans la zone Euro. L’écart est donc important pour la Russie. La conséquence en est que les banques russes s’endettent massivement sur les marchés financiers étrangers car le coût des ressources financières en Russie y est trop élevé. Bien entendu, ceci a des conséquences immédiates tant pour les ménages que pour les entreprises privées, et en premier lieu pour les petites et moyennes entreprises.

L’investissement

Une large part de l’investissement est le fait des grandes entreprises russes qui se sont internationalisées. Ces entreprises peuvent emprunter sur les marchés financiers internationaux, et ne sont pas tributaires du crédit interne en Russie. Mais, la situation est, bien entendu, différente pour les petites en moyennes entreprises. Ces dernières n’ont pas accès aux marchés financiers et sont dépendantes, que ce soit pour le financement de leurs opérations courantes ou pour l’investissement, dans banques russes, et donc de la politique de la Banque Centrale. La politique monétaire n’a donc pas seulement des effets quantitatifs sur l’offre de crédits, mais aussi des effets qualitatifs. Il pénalise avant tout les petites et moyennes entreprises et il va contribuer à une dégradation progressive de la qualité des actifs bancaires en raison des effets induits du ralentissement de l’activité.

La contraction de la demande interne

Alors que le taux de croissance des dépenses (biens et services) a été pendant longtemps supérieur au taux de croissance du revenu monétaire disponible, la hausse importante des taux d’intérêts réels a conduit les ménages à restreindre le recours au crédit pour financer leurs dépenses (essentiellement pour l’électroménager, l’automobile et pour les achats de logements). Ceci a eu des implications importantes pour les producteurs russes (qu’ils soient des entreprises russes ou des entreprises étrangères installées en Russie). On peut considérer que la politique monétaire menée par la banque Centrale a aussi largement contribué au ralentissement fort de la croissance que l’on a connu depuis la fin de 2012. De fait, les taux réels montrent une poussée brutale au début de 2012, qui culmine à la fin du printemps de cette année. Or, c’est à ce moment-là que la croissance et l’investissement ont commencé à se réduire fortement.

La surévaluation du rouble

Ajoutons que le taux de change du Rouble par rapport au Dollar américain reste surévalué. Ceci est du à la politique menée par la réserve Fédérale américaine mais aussi à la politique, trop prudente, de la Banque Centrale de Russie. Le gouvernement russe est aujourd’hui très soucieux d’une stabilisation du taux de change.  La Banque Centrale de Russie a ainsi dépensé plus de 11 milliards de dollars pour soutenir le cours du Rouble. Elle peut indiscutablement se le permettre quand on regarde l’ampleur des réserves accumulées. En fait, on voit bien qu’il n’y a pas de risque de déstabilisation monétaire du pays. La balance commerciale est massivement en excédant et la balance des paiements équilibrée. Pourtant, il est clair que le gouvernement réagit de manière très épidermique sur cette question, incontestablement la conséquence de la grande crise financière que le pays a connue en 1998. C’est pourquoi il assimile la stabilité du taux de change à la stabilité politique.

Or, ceci n’est pas sans conséquences sur la compétitivité de l’industrie russe, non pas tant par rapport aux Etats-Unis mais par rapport aux pays d’Asie dont la monnaie est en réalité indexée sur le Dollar (à l’exception du Japon, mais qui a lui aussi déprécié sa monnaie).

II. Qui ne doivent pas masquer des problèmes structurels

La question des banques fait le lien entre les causes conjoncturelles de ralentissement de la croissance et les causes structurelles. En apparence, tout se conjugue pour que la Russie ait une forte croissance. Pourtant, celle-ci n’est pas au rendez-vous. Or, ceci est paradoxal quand on regarde l’ampleur des gains de productivité ces dernières années. Bien sûr, ces gains s’expliquent par un niveau de productivité assez bas (qui se situerait à 40% de l’Allemagne et 33,5% de la France[3]). Mais ces gains auraient dû engendrer une croissance potentielle forte.

Le paradoxe de forts gains de productivité et l’évolution de la croissance potentielle

Les gains de productivité du travail, qui avaient baissé durant la crise de 2008, sont à nouveau très importants, avec 4% par an pour l’ensemble de l’économie et 5% pour l’industrie manufacturière. C’est même une caractéristique de l’économie russe qui tranche avec la situation des Etats-Unis, où ces gains sont faibles, mais aussi de l’Union européenne.

Graphique 1

Productivité

Source : Service Fédéral d’État des Statistiques (FSGS) : http://www.gks.ru/wps/wcm/connect/rosstat_main/rosstat/ru/statistics/accounts/#

Normalement, et logiquement, la croissance de la Russie devrait être forte. Si l’on cherche à estimer la croissance potentielle, en se fondant à la fois sur le rythme des gains de productivité, sur les besoins de l’économie russe et sur le rythme de progression de la consommation, on arrive à des taux annuels de 6% à 7% jusqu’en 2020[4]. Pourtant, la croissance a été pour 2013, de l’ordre de 1,5%. La Russie est bien confrontée à des problèmes structurels qui expliquent aussi ce décalage particulièrement important entre la croissance potentielle et la croissance réellement enregistrée.

Le système de financement de l’investissement

La nature du système de financement de l’économie russe en est un. Il est aujourd’hui largement inefficace. Les banques russes préfèrent opérer soit sur les marchés étrangers, soit sur des marchés captifs (comme celui des entreprises du secteur des hydrocarbures). Ce comportement s’explique tant par la structure de leurs bilans que par la faiblesse d’un marché interbancaire.

La Banque Centrale mène certes une politique d’assainissement de ce secteur, mais elle est trop lente. Les banques privées ne faisant pas leur travail, il est donc de la responsabilité de l’État de mettre en place des structures bancaires, publiques ou para-publiques, qui soient en mesure de financer l’économie. En ce qui concerne le niveau de l’investissement, ce dernier après avoir chuté de manière spectaculaire avec la crise de 2009, avait recommencé à croître de manière importante. Mais, depuis la seconde moitié de 2012, sa croissance ce réduit et, depuis l’été 2013, elle est négative. Ceci est inquiétant car l’investissement est une des conditions essentielles de la modernisation des entreprises.

Graphique 2

 Invest

Source : Banque Centrale de Russie

Cette faiblesse du système financier oblige les entreprises à de se reposer soit sur l’autofinancement, mais dont la hausse récente indique plus l’incapacité du système de financement qu’autre chose, soit à des financements non bancaires venant d’autres entreprises.

L’efficacité des investissements et les prix des monopoles naturels

Nous sommes alors confronté à autre problème structurel, qui est celui du niveau et de l’efficacité des investissements. Et ceci nous ramène à Sotchi. On a beaucoup glosé sur les « coûts » et le fait que la somme finale soit le triple de ce qui avait été initialement prévu. Ici se conjuguent des phénomènes d’incompétences (tant publique que privée), de corruption (bien entendu) et de manque de coordination. Cet état des choses est en général lié à l’investissement public. Mais, Dani Rodrik explique bien que tout investissement est un acte incertain, et qu’il vaut mieux dépenser trop que pas assez[5]. En fait, ces problèmes se retrouvent tout autant dans les investissements publics que privés. Ils mettent en cause tant une certaine inexpérience des entreprises sans la gestion des projets d’investissements que le fait que très souvent ces derniers représentent des opérations uniques sur lesquelles il est très difficile d’établir des termes de comparaison. Des gains en efficacité sont parfaitement possibles à court terme, mais ils impliquent tout autant une acquisition d’expérience, chose qui ne se fera pas sans coût, que de remettre en cause des rentes de situations et souvent sur ce point le secteur privé va défendre des pratiques de monopoles qui ne sont plus tolérables[6]. Quant aux phénomènes de corruption, s’ils sont évidents, ils sont cependant loin d’expliquer la dérive des coûts que l’on a connue. Le risque est de restreindre par trop l’investissement sous prétexte de lutter contre la corruption. Or, la Russie souffre actuellement d’un investissement trop faible. D’où l’idée d’une croissance tirée par l’investissement, qui est défendue par de nombreux auteurs.

Reste le problème des grands monopoles d’État. Vladimir Poutine a décidé de geler les prix du gaz naturel pour 2014[7], et espère que cette mesure aura une influence bénéfique sur la compétitivité globale de l’économie russe. Une mesure analogue avait été prise par Evguenny Primakov en septembre 1998. Redonner de la compétitivité est bien ce qu’espère Vladimir Poutine de cette mesure qui considère, non sans raison qu’une économie compétitive attire les investissements.

En fait, on voit bien que le gel des prix internes du gaz aura des effets positifs sur deux branches industrielles (la métallurgie et la chimie de base) mais aussi sur les revenus des ménages, et en particulier des plus modestes. Les hausses de revenus pour les entreprises qui se situent en amont dans le processus de production pourraient soit aboutir à des gains de parts de marché (ce qui indirectement devrait se traduire par de nouveaux investissements) soit engendrer des investissements supplémentaires. Les gains en revenu pour les ménages, compte tenu de l’ampleur de l’épargne, pourraient les inciter à consommer plus, et donc à relancer le marché intérieur.

Mais, en septembre 1998, cette mesure s’était accompagnée d’une très forte dépréciation du Rouble. Il faudrait aujourd’hui que le Rouble se déprécie de 10% à 15% en termes de taux de change réel, soit une dépréciation nominale de 15% à 20%, pour que cette mesure soit réellement efficace.

La structure de l’industrie

Un autre problème, mais qui n’a pas de conséquences immédiates, est celui de la structuration de l’industrie, qui reste étroitement dépendante des grandes entreprises, russes ou étrangères, publiques ou privées. Le secteur extractif, qui restera dans les prochaines décennies l’un des points forts de l’économie russe, pourrait être la source du développement d’une industrie à haute technologie. L’extraction et la transformation des matières premières impliquent des produits sophistiqués et diversifiés. Un secteur innovant peut se développer, mais à la condition qu’il ne soit pas écrasé par les grandes entreprises et que la propriété intellectuelle voit ses droits garantis.

III. Quels chemins emprunter à l’avenir ?

L’économie russe doit à l’évidence évoluer et se transformer si elle veut continuer d’avancer. Mais, ceci remet en cause le modèle de développement largement fondé sur les exportations qui a été suivi, non sans succès d’ailleurs, ces dix dernières années. Ce modèle doit donc évoluer dans deux directions.

L’intégration Eurasiatique

Le modèle de développement de la Russie doit d’une part céder la place à un modèle plus largement autocentré, sur la Russie tout comme sur les pays qui l’entourent. Cela implique diverses mesures. La première concerne à l’évidence la protection du marché intérieur et l’amélioration de la compétitivité, par une dépréciation du rouble. De fait, celle-ci est en train d’avoir lieu.

Graphique 3

Taux de change du Rouble contre le Dollar

 TdChng

Source : Bloomberg, http://www.bloomberg.com/quote/USDRUB:CUR

La seconde mesure importante consiste dans l’institutionnalisation du cadre de coopération, tant avec les pays de la CEI qu’avec la Chine et les pays de l’Extrême-orient, qui sont les principaux « moteurs » de croissance pour les années à venir. La troisième consiste à donner un véritable contenu de coopérations industrielles à l’Union Douanière qui se met en place. De ce point de vue, il est évident que l’intérêt de la Russie serait de diversifier ses partenaires et d’accroître fortement ses exportations vis-à-vis de la Chine. Mais, ceci va prendre du temps. On notera par contre que le commerce avec la CEI (essentiellement la Belarus, le Kazakhstan et l’Ukraine) est bénéficiaire.

Graphique 4

 G2-Import russes

Source : Service Fédéral des Statistiques

On constate que les échanges ont fortement progressé depuis ces dernières années.

Mais, ceci implique la définition d’une réelle politique de la Russie par rapport à l’Ukraine. On sait les tensions qui existent aujourd’hui entre l’Union européenne et la Russie au sujet de ce dernier pays. En réalité, l’avenir économique de l’Ukraine semble bien devoir s’écrire dans un partenariat avec la Russie. L’industrie, et globalement l’économie, de l’Ukraine reste très largement un segment de l’industrie russe. Mais, et ceci est peut-être le plus important, si l’on regarde les perspectives de ces prochaines années, la situation économique de l’Union européenne ne se compare pas aux possibilités et aux potentialités du marché de l’Union Douanière. Cette dernière peut devenir rapidement une zone de forte croissance. L’intérêt bien compris de l’Ukraine serait donc de se rapprocher de la Russie, et l’intérêt bien compris de l’Union européenne serait d’en prendre acte.

Les investissements croisés

D’autre part, les formes de l’intégration internationale de l’économie russe doivent évoluer. Dans ce domaine aussi une logique de coopération industrielle doit se substituer à la logique de fournisseur de matières premières qui a dominé jusqu’alors.

Ceci, cependant, pose un problème à de nombreux pays – dont la France – sans que l’on comprenne très bien pourquoi. Pourquoi voit-on des opérations qui pourraient être fructueuses tant pour l’industrie française que pour l’industrie russe être freinées, voire bloquées, tant par la frilosité des banques que par les mauvaises manières de l’administration ? Les arguments avancés (la crainte de blanchiment de capitaux) sont futiles et dérisoires quand on regarde la liste des partenaires russes. Il y a une russophobie instinctive des milieux bancaires et de Bercy, russophobie qui ne repose sur rien de concret qui soit avouable. En fait, la Russie ne semble pas ici faire exception dans l’ensemble des pays émergents, d’après Alexandre Ivlev[8], le Directeur d’Ernst & Young pour la Russie.  Il est donc particulièrement important que se mettent en place des logiques d’investissements croisés, que des entreprises russes puissent enfin librement investir en France et réciproquement des entreprises françaises en Russie. La part des investissements directs n’a en effet cessé de monter depuis l’an dernier. Des efforts sont faits dans ce sens, tant par des entreprises françaises qui comprennent que la Russie est une chance pour elles, que par des industries russes. Mais, ici, il est clair qu’un signal fort doit être envoyé par le Ministère des Finances français.

À l’avenir, il est clair que les investissements directs étrangers resteront un aiguillon important de la modernisation de l’économie russe. Mais, pour cela, il faut que le contexte conjoncturel s’améliore aussi. Réformes structurelles et conjoncturelles ne s’opposent pas, mais doivent au contraire se combiner.

Le rôle de la politique budgétaire

C’est la politique budgétaire qui, jusqu’à maintenant, a eu la charge de limiter les dégâts. De fait, les dépenses de fonctionnement, dépenses sociales et salaires des fonctionnaires ont été en augmentation depuis la fin de 2012. Il faut signaler ici les effets du cycle électoral que la Russie a connu en 2011 et 2012. De même, les dépenses d’investissement public ont largement contribué à maintenir l’activité. Ces dépenses expliquent largement la croissance résiduelle de l’économie.

Pourtant, depuis le début de l’année, on assiste à un resserrement progressif de ces dépenses. Pour les 7 premiers mois de l’année 2013 les dépenses du budget fédéral se sont montées à 17,8% du PIB alors qu’elles avaient atteint sur la même période de 2012 les 20,3%. Les prévisions pour 2013 indiquent une réduction moins forte, mais toujours bien réelle, avec des dépenses à 19,8% du PIB contre 20,6% en 2012. Les orientations budgétaires pour 2014 apparaissent alors comme contradictoires. Les dépenses de défense vont connaître une augmentation sensible, car les forces armées russes sont engagées dans un cycle de modernisation du matériel. Ces dépenses auront un effet d’entraînement sur les secteurs à haute valeur ajoutée, et contribueront ainsi à la croissance. Mais, d’un autre côté, le gouvernement annonce un budget en équilibre, et une contraction des autres dépenses de fonctionnement, en particulier celles qui concernent la santé. Tout se passe comme si le gouvernement, après les forts déficits enregistrés en 2009 et 2010, souhaitait revenir aux imposants excédents d’avant la crise.

Graphique 5

Budget

Source : Comité d’État aux Statistiques de la fédération de Russie, http://www.gks.ru/free_doc/new_site/finans/fin29g.htm

On comprend bien que le gouvernement russe entend ne pas trop s’endetter afin de conserver les coudées franches en politique internationale. C’est un objectif louable, mais qui n’est pas réellement d’actualité avec une dette publique égale à moins de 10% du PIB. La politique budgétaire semble donc répondre à des considérations qui n’ont que peu à voir avec la conjoncture économique. Mais, ces considérations risquent d’être remises en question par les conséquences politiques potentielles de la faible croissance.

IV. Un changement de politique s’impose

Il est donc clair aujourd’hui qu’une nouvelle politique économique va s’imposer pour la Russie tant à la fois pour ses équilibres politiques internes que si elle veut occuper le rang international que sa diplomatie a contribué à lui donner. Les facteurs internationaux tirant vers le bas la croissance économique, et en particulier la situation européenne, vont durer encore pour de nombreux mois. Le ralentissement prévisible de la croissance américaine au 1er Trimestre 2014 devrait avoir un effet négatif sur la croissance européenne, qui se répercutera sur la Russie. Or, la Russie ne peut se permettre aujourd’hui une trop longue période de stagnation. Certes, les Investissements Directs Étrangers ont connu une hausse importante[9]. Mais cela ne suffira pas à redonner à la croissance économique son lustre d’antan même si cela constitue un bon indicateur de l’attractivité économique. La Russie doit donc trouver en elle-même les sources d’une croissance forte, en coopération avec ses partenaires, tant asiatiques qu’européens. Elle doit pour cela cesser de fétichiser la stabilité de son taux de change. Il semble bien que cela soit ce qui se passe depuis le début du mois de janvier 2014.

L’arbitrage se fera donc entre la politique monétaire et la politique budgétaire. Aujourd’hui c’est bien la politique monétaire qui offre le plus de possibilités d’aménagements. La Banque Centrale de Russie a annoncé sa décision de cesser d’intervenir sur le marché des changes et de passer à une politique dite de ciblage de l’inflation[10]. Il reste à voir quelle sera la politique de la Banque Centrale durant cet hiver et ce printemps. La politique de ciblage de l’inflation n’est pas adaptée à la situation de la Russie. Mais la Banque Centrale indique de telles marges de fluctuations par rapport à se cible (5% pour 2014 avec +/- 1,5%[11]), que cela peut être compris comme une politique « neutre » vis à vis de l’inflation. Par ailleurs, aujourd’hui, il est clair que la Banque Centrale a décidé de laisser le rouble se déprécier entre 15% et 20% afin de rétablir la compétitivité de l’industrie russe, ce qui confirme notre analyse antérieure sur le taux de change réel.

Le second point qui va aussi imposer un changement de politique est la situation monétaire internationale. Si la Russie veut sérieusement avancer vers la définition d’une nouvelle monnaie internationale, de concert avec les autres pays du groupe des BRICS, elle doit admettre qu’il faudra émettre de la dette dans ce nouvel instrument monétaire. L’endettement international, s’il reste bien entendu modéré, est l’une des conditions absolument nécessaires pour que se constituent les masses de liquidité qui permettront à cet instrument d’être utilisé, tant pas les États que par les agents privés. De ce point de vue aussi des changements importants s’annoncent pour la politique économique si elle veut se hisser au niveau de ses nouvelles responsabilités.

 


[1] Orlova N., Macro Insights, Alfa-Bank, 1er octobre 2013.

[2] Sapir J., « What Should Russian Monetary Policy Be » in Post-Soviet Affairs, Vol. 26, n° 4, Octobre-Décembre 2010, pp ; 342-372.

[3] V. Ivanter, A. Nekipelov et S. Glaziev (en russe) « Les priorités du développement socio-économique de long terme », p.84, http://www.ras.ru/news/Shownews.aspx?id=4f0a07fe-8853-4eda-9428-574f5fcf0654#content

[4] V. Ivanter, A. Nekipelov et S. Glaziev (en russe) « Les priorités du développement socio-économique de long terme », op.cit., tableau 2, p. 38.

[5] Rodrik Dani, The Return of Industrial Policy, Project Syndicate, April 12, 2010, URL, http://www.project-syndicate.org/commentary/the-return-of-industrial-policy

[6] Sapir J., « Soglasovanie vnytrennykh u mirovykh cen na cyr’evye produkty v strategii yekonomitchekogo razvitija Rossii », [ Dynamiques des prix mondiaux et internes des matières premières dans la stratégie de développement économique de la Russie] in Problemy Prognozirovanija, n° 6 (129), 2011, pp. 3-16.

[7] E. Pismennaya, « Putin Bets on Gazprom Purge as Slowdown Threatens Legacy », Bloomberg, 25 novembre 2013, http://www.bloomberg.com/news/print/2013-11-24/putin-bets-on-gazprom-purge-as-slowdown-threatens-legacy.html

[8] Alexander Ivlev, «To be honest, Russia is not as bad as many people think – it’s doing quite well, actually. In fact, taking into account such indicators as capital outflow and FDI Russia appears to be in standard shape of an export-oriented country» http://www.forbes.com/sites/markadomanis/2013/01/03/a-further-clarification-on-russian-capital-flight-from-alexander-ivlev-managing-partner-for-ernst-and-young-russia/

[10] Banque Centrale de la Fédération de Russie, Guidelines for the Single State Monetary Policy in 2014  and for 2015 and 2016, document approuvé par le Board of Directors, 8 novembre 2013, Moscou.

[11] Idem, p. 13.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *