CHÔMAGE(S)

La question des chiffres du chômage est aujourd’hui, à l’évidence, une question centrale, et pas seulement en raison de l’imprudente (et impudente) affirmation de François Hollande sur une « inversion » de la courbe du chômage. On constate que les données officielles sont contestées aux États-Unis, et dans un certain nombre de pays européens. Aux Etats-Unis en particulier, c’est la baisse du taux de participation au travail, alors que le taux de chômage diminue, qui suscite controverse[1]. En France, c’est l’ampleur du chômage qui prête à polémique. Pourtant, il faut constater que les divers organismes de recueil et d’exploitation des données font un travail honorable. Ce qui pose problème, en particulier dans notre pays, est plus la présentation de ces données.

Chômeurs et « demandeurs d’emploi ».

Il convient de savoir que les données présentées en France ne sont pas celles du « chômage » mais des « demandeurs d’emploi ». De ce point de vue, les données ne sont pas nécessairement cohérentes avec celles correspondantes au sens du BIT[2]. Ces données sont réparties en catégories définies comme suit par la DARES[3].

« …la Dares et Pôle emploi présentent à des fins d’analyse statistique les données sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en fonction des catégories suivantes :

Catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;

Catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;

Catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;

Catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;

Catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés). »

C’est la catégorie « A » qui est constamment citée. Mais, on constate que la catégorie « D » en est très proche. Une personne déchargée de l’obligation de faire un « acte positif de recherche d’emploi » dans le mois courant, quel qu’en soit la cause, mais sans emploi, correspond bien à la conception normale d’un « chômeur ». Les personnes qui sont en catégorie « B » ont un emploi à temps très partiel qui leur a été imposé (- de 78h par mois) et souhaitent travailler. Cela correspond aux chômeurs qui retrouvent un emploi pour quelques jours, mais qui ne cessent pas d’être des chômeurs pour autant. Ainsi, le chômage réel couvre en réalité les catégories A + B + D, et l’on peut considérer que la catégorie B+D correspond à un chômage masqué statistiquement.

Les catégories « C » et « E » posent d’autres problèmes. La catégorie « C » correspond à des travailleurs ayant dû accepter un emploi de + de 78 h mais de – de 156 h par mois. Ceci est très fréquemment la situation des femmes travaillant dans la grande distribution. On ne peut certes pas dire que ces personnes sont au chômage, mais elles n’ont pas non plus un emploi leur permettant de vivre. Elles représentent une nouvelle catégorie, que l’on appellera le « quasi-chômage », de personnes contraintes d’accepter un emploi dont la durée est inférieure au niveau légal. Ces personnes sont les victimes de la flexibilisation du marché du travail, et ce sont elles qui sont les premières licenciées dès qu’il y a des difficultés économiques soit générales soit locales. Enfin, la catégorie « E » comprend des personnes qui sont en emploi, mais dont celui-ci est très souvent lié à l’existence d’une aide publique particulière, qui est la condition même de cet emploi (emplois aidés). Ces personnes ne sont pas au chômage, mais se trouvent dans une situation particulièrement précaire. On peut considérer aussi que ces personnes sont des « quasi-chômeurs ». Cette nouvelle catégorie inclut donc les catégories C+E de la DARES.

Il faut alors signaler qu’une catégorie échappe aux statistiques de la DARES, les personnes admises au RSA « socle » mais qui ne font pas de « démarches positives » de recherche d’emploi. Une partie de ces personnes sont des chômeurs réels, découragés ou radiés par Pôle Emploi.

Évolution des catégories.

Si ces différentes catégories n’avaient pas ou peu évoluées depuis le début de leur mesure, si leur proportion par rapport à la catégorie « A » n’avait pas changée, il n’y aurait pas de problèmes. Mais, ce n’est pas ce que l’on constate.

Graphique 1

Chôm-1Source; Base de données de la DARES

En fait, on constate que deux catégories ont fortement augmenté sur les treize années écoulées, ce sont les catégories B et C, qui correspondent au temps partiel imposé. On est passé d’environ 14% en 2000 à quasiment 19% pour la catégorie B et de 22% à 28% pour la catégorie C. Ainsi, indépendamment de la hausse de la catégorie dite « de référence » on a eu une explosion du temps partiel imposé, qui touche désormais 1,6 millions de personnes alors qu’il n’en touchait que 1 million en 2000. On constate aussi que c’est dans la partie dite de « récupération » de la crise, soit à partir de l’été 2009, que le chiffre de ces emplois à temps partiels subis augment très rapidement. Ceci est une bonne indication de l’état réel du marché du travail.

Graphique 2

Chôm-2Source: idem Graphique 1

On peut aussi constater que la baisse du nombre des salariés contraints d’accepter un temps partiel imposé chute quand la catégorie A augmente très brutalement, d’août 2008 à l’été 2009. Les mécanismes de lien entre ces catégories ne sont donc pas les mêmes en période de crise aiguë et en période de crise longue. C’est l’une des caractéristiques de la « flexibilisation de l’emploi » telle qu’elle a été imposée aux salariés français. De ce point de vue, il est intéressant et instructif de constater que ce phénomène existe aussi en Allemagne, avec une multiplication des temps partiels imposés. En fait, le travailleur français travaille plus (en moyenne annuelle) que le travailleur allemand (environ 5,8%), résultat contra-intuitif, qui remet en cause la représentation d’une Allemagne vertueuse.

Tableau 1

Temps de travail moyen annuel par travailleur

 

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Belgique

1 565

1 566

1 560

1 567

1 549

1 551

1 576

1 574

France

1 495

1 473

1 485

1 492

1 472

1 480

1 482

1 479

Allemagne

1 431

1 424

1 422

1 422

1 383

1 407

1 406

1 397

Italie

1 819

1 815

1 816

1 803

1 771

1 772

1 772

1 752

Source: http://www.oecd-ilibrary.org/employment/average-annual-working-time_20752342-table8

Ceci est encore plus vrai pour le travailleur italien qui travaille en moyenne 18,5% de plus que le travailleur français.

De même, si l’on regarde la catégorie « D » qui est celle des travailleurs sans emploi mais dispensés d’une action positive de recherche d’emploi, on constate une progression non négligeable depuis ces dernières années.

Graphique 3

 Chôm-3

Source: idem graphique 1

Ceci indique bien des changements structurels du marché du travail, et des changements d’ordre administratifs, qui ne permettent plus d’utiliser la catégorie « A » comme catégorie de référence.

Les « Vrais » chiffres du chômage.

Tout ceci nous incite à reprendre les chiffres de la DARES, mais en adoptant une présentation différente. On considèrera que désormais c’est la catégorie A+B+D qui doit être considérée comme la référence, l’agrégat B+D correspondant à un chômage statistiquement masqué. La catégorie C+E correspond quant à elle à des emplois qui sont tellement précaires et insuffisants, qu’il faut parler à son propos de quasi-chômage. Mais les conséquences de cette nouvelle présentation en sont importantes. On voit bien qu’en 19 mois le nombre des chômeurs dans cette nouvelle définition s’est accru de près de 480 000 et celui des « quasi-chômeurs » d’environ 110 000.

 Tableau 2: les chiffres du chômage dans les nouvelles catégories

 

Chômeurs

A+B+D

Accroissement

mensuel

Quasi-chômeurs

C+E

Accroissement

mensuel

Ensemble

Total

Accroissement

mensuel

mai-12

3 751 200

 

1 220 000

 

4 971 200

 

juin-12

3 781 700

30 500

1 225 400

5 400

5 007 100

35 900

juil-12

3 824 200

42 500

1 228 500

3 100

5 052 700

45 600

aoû-12

3 853 000

28 800

1 236 700

8 200

5 089 700

37 000

sep-12

3 900 000

47 000

1 223 200

-13 500

5 123 200

33 500

oct-12

3 957 000

57 000

1 228 900

5 700

5 185 900

62 700

nov-12

3 997 300

40 300

1 229 100

200

5 226 400

40 500

déc-12

4 004 000

6 700

1 235 200

6 100

5 239 200

12 800

jan-13

4 055 000

51 000

1 239 800

4 600

5 294 800

55 600

fév-13

4 073 300

18 300

1 245 800

6 000

5 319 100

24 300

mars-13

4 125 200

51 900

1 223 300

-22 500

5 348 500

29 400

avr-13

4 161 300

36 100

1 252 300

29 000

5 413 600

65 100

mai-13

4 171 800

10 500

1 246 600

-5 700

5 418 400

4 800

juin-13

4 170 300

-1 500

1 241 900

-4 700

5 412 200

-6 200

juil-13

4 191 100

20 800

1 270 700

28 800

5 461 800

49 600

aoû-13

4 121 900

-69 200

1 275 300

4 600

5 397 200

-64 600

sep-13

4 204 000

82 100

1 269 000

-6 300

5 473 000

75 800

oct-13

4 215 600

11 600

1 313 300

44 300

5 528 900

55 900

nov-13

4 215 100

-500

1 320 900

7 600

5 536 000

7 100

déc-13

4 229 500

14 400

1 334 200

13 300

5 563 700

27 700

Total sur période (19 mois)  

478 300

 

114 200

 

592 500

Source: Base de données de la DARES

Mais, surtout, cela implique que le taux de chômage réel de la France ne se situe pas à 11,5% mais à 14,7%, ce qui largement au-dessus de la côte d’alerte.

Graphique 4

 Chôm-4

Il est clair que le système social ne pourra plus continuer à indemniser cette proportion. La seule solution est de créer les conditions d’un retour à l’emploi, à la fois massif et dans des conditions contractuelles stables. Aujourd’hui, seule une dépréciation de notre devise, ce qui implique la dissolution de la zone Euro, est en mesure d’y parvenir.

ANNEXE

DARES: Le chômage au sens du BIT : Définition

(source:

http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/statistiques,78/chomage,79/les-mots-du-chomage,1413/le-chomage-au-sens-du-bit,9575.html)

Le chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) comptabilise les personnes en âge de travailler (conventionnellement 15 ans ou plus) qui :

  1. n’ont pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence ;
  2. sont disponibles pour travailler dans les deux semaines ;
  3. ont entrepris des démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent, ou ont trouvé un emploi qui commence dans les 3 mois.

Le chômage au sens du BIT est estimé par l’Insee à partir de l’enquête Emploi (voir les derniers chiffres de l’Insee). Cette enquête est en effet la seule source permettant de mettre en œuvre les définitions préconisées par le BIT sur le chômage, l’emploi, le sous-emploi et l’activité. Depuis fin 2007, l’Insee s’est rapproché de l’interprétation communautaire (Eurostat) de la définition du chômage au sens du BIT. En particulier, le simple renouvellement de l’inscription à Pôle emploi n’est plus considéré comme une démarche active de recherche d’emploi, alors qu’il l’était auparavant ; néanmoins, un contact avec un conseiller du service public de l’emploi au cours du mois précédant l’enquête reste considéré comme une démarche active de recherche d’emploi. La série de chômage au sens du BIT est rétropolée pour tenir compte de cette nouvelle mesure. Le chômage au sens du BIT constitue un indicateur de référence pour l’analyse des évolutions du marché du travail.

Distinction entre chômage au sens du BIT et demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi

La notion de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi est une notion différente de celle du chômage au sens du BIT : certains demandeurs d’emploi ne sont pas chômeurs au sens du BIT et inversement certains chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *