Une solution raisonnable pour l’Ukraine

En réaction à me dernière note[1], La Crimée et le Droit, Steve Ohana[2] m’a posé la question de savoir qu’est-ce qu’un gouvernement ukrainien « raisonnable » devrait faire pour éviter l’explosion du pays. Je le rappelle, je considère qu’une telle explosion serait la pire des solutions tant pour les pays européens que pour la Russie[3]. Écrivant cela, je suis pleinement conscient que les acteurs politiques évoluent dans un monde de représentations qui peut diverger assez largement des réalités. Ce n’est donc pas parce qu’une solution apparaît « rationnellement » correspondre aux intérêts qu’elle sera adoptée. Pourtant, je persiste à croire qu’il est de l’intérêt du pouvoir en Ukraine d’aboutir à une situation qui soit acceptable par tous et qui préserve une Ukraine unie et indépendante. Énonçons donc les conditions minimales :

(1)  Le gouvernement de Kiev doit absolument se séparer immédiatement de tous les éléments extrémistes, organiser un désarmement complet et une dissolution des milices. Il doit accepter de collaborer avec une commission d’enquête internationale indépendante (qui pourrait être constituée sous l’égide de l’OSCE ou des Nations Unies) pour faire toute la lumière sur l’origine réelle des tirs des snipers qui ont fait tant de victimes place Maïdan.

(2)  Il doit convoquer une conférence nationale de réconciliation avec toutes les parties en présence pour refonder le pacte national qui a été mis à mal par les événements depuis le 21 février. De cette conférence devra sortir un processus électoral qui soit accepté par tous, tant pour le Parlement que pour le Président.

(3)  Symétriquement, il doit demander à toutes les autorités de déclarer un moratoire sur les référendums sur le rattachement à la Russie. En tout état de cause ces référendums ne devraient avoir lieu que si cette conférence échoue. Il s’engage aussi, pour le temps de la conférence sur le pacte national à ne pas introduire de nouveaux éléments des forces armées en Crimée.

(4)  Il doit alors s’interdire de modifier les traités existants ou de signer de nouveaux traités. Ceci ne pourra être fait, en tout état de cause, que par les autorités issues des nouvelles élections. Il pourrait même faire une déclaration d’intention renonçant solennellement à demander l’admission de l’Ukraine dans l’OTAN pour autant que les pays membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies s’engagent à garantir l’indépendance du pays.

 

Telles sont les conditions minimales pour geler la situation et avoir quelques chances de la voir évoluer de manière favorable. Il est cependant clair qu’un volet économique important devrait accompagner ces décisions, car la situation de l’Ukraine est réellement dramatique aujourd’hui. Ce volet n’est pas, en partie, du ressort des autorités de Kiev. On peut néanmoins donner quelques précisions à son sujet. Il impliquera :

(a)   Dans l’immédiat un accord entre les pays européens et la Russie pour éviter à l’Ukraine un défaut de paiement et lui permettre de faire face à ses engagements immédiats.

(b)  Dans le moyen terme, des réformes doivent être mises en place, mais l’Ukraine devra développer son intégration avec l’économie russe, ce qu’elle fait en réalité depuis la Révolution Orange (et oui…l’économie a ses lois que l’on ignore à ses dépens), car seule cette intégration est en mesure de fournir à l’Ukraine la croissance dont elle a besoin.

 

Je ne sais si ces conditions sont réalisables, mais en tout état de cause elles devraient former la base du discours de la diplomatie française, quitte à offrir à M. BHL de longues vacances aux îles Kerguelen.


[1] Sapir J., « La Crimée et le Droit », RussEurope, posté le 7 mars 2014, URL : http://russeurope.hypotheses.org/2062

[2] Sur Twitter @ohanasteve

[3] Sapir J., « Sauvegarder l’unité de l’Ukraine », RussEurope, posté le 3 mars 2014, URL : http:// http://russeurope.hypotheses.org/2045  


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *