Lettre ouverte à Henri Weber

…membre du parti socialiste, Directeur des études auprès du Premier secrétaire, chargé des études européennes, Député européen…

Mon cher Henri,

Tu viens d’envoyer une lettre à Marine le Pen sur l’Euro[1]. Laisse-moi te dire que tu te trompes, et sur de très nombreux points.

Nous nous sommes connus, et combattus, appartenant à deux organisations différentes, il y a 40 ans de cela. À l’époque, tu prenais un mirador pour le phare du mouvement ouvrier, certes dégénéré. J’avais combattu à l’époque ta myopie et celle de tes camarades. J’ai l’audace de croire que les événements des années 1990 m’ont donné raison. Tu les as quittés, ce qui est ton droit, et je ne t’en fais pas reproche, mais je dois constater que tu n’as pas quitté ta myopie.

Tu écris : «La disparition de lʼEuro est un scénario catastrophe que nous devons conjurer et non pas provoquer. Le retour aux monnaies nationales aura en effet un coût exorbitant. Il rallumera la guerre des monnaies européennes que nous avons connue dans le dernier quart du XXIème siècle. Si nous dévaluons le franc de 20%, les Espagnols dévalueront la peseta de 25% et les Italiens la lire de 30%, (comme ils lʼont fait en 1992) ; ce qui nous conduira à dévaluer à nouveau le franc, etc. Cʼest justement pour mettre un terme à ce cercle vicieux des« dévaluations compétitives » que lʼEuro a été inventé. »

Ceci est faux, et tu ne peux pas ne pas le savoir.

  • (1)  Il n’y a aucune raison logique pour qu’une dissolution de la zone Euro rallume la guerre des monnaies européennes. Tout d’abord, parce qu’il y a une zone optimale pour les taux de change. Nul n’a intérêt à dévaluer à l’infini. Ensuite, parce qu’un système de coopération monétaire, le SME, a plutôt bien fonctionné de 1979 à 1993. S’il a éclaté en partie, c’est parce que les gouvernements se sont (a) refusé à prendre les mesures pour limiter la spéculation (y-a-t-il une spéculation sur le Yuan chinois ?) et (b) parce que la France et l’Allemagne ont refusé de prendre en compte les nécessaires réajustements de taux de change qui s’imposaient pour plusieurs pays. Telles sont les raisons de la crise terminale du SME et non pas je ne sais quelle « guerre des monnaies ».
  • (2)  Tu dis ensuite : « Si nous dévaluons le franc de 20%, les Espagnols dévalueront la peseta de 25% et les Italiens la lire de 30%, (comme ils lʼont fait en 1992) ». Tout d’abord, la France aurait dû dévaluer de concert avec ces pays. Mais, nous étions à l’époque engagé dans la meurtrière politique de « franc fort » qui nous a coûté au minimum 1 million de chômeurs. À ce propos, pourrais-tu me rappeler qui était Président à l’époque ? Je crois qu’il se prénommait François… Bref, je te conseille de lire (ou peut-être de relire) un ouvrage de Frédéric Lordon sur ce que signifiait cette politique du « franc fort »[2]. Ensuite, vois-tu, je me suis livré à un petit exercice d’économétrie avec des collègues[3]. Et, justement, l’hypothèse que nous avons testée est une dévaluation de 20% pour la France, de 25% pour l’Italie et de 30% pour l’Espagne. Et devine ce qui se passe ? Surprise, surprise, c’est profitable pour ces trois pays. Tu peux ne pas aimer l’économétrie, chacun ses goûts. Mais tu as tort de ne pas la prendre en compte.
  • (3)  Par ailleurs, et sans vouloir te taquiner outre mesure, comment appelles-tu ce qui se passe aujourd’hui en Europe, à travers la course à des politiques d’austérité de plus en plus meurtrière ? Ne serait-ce point des dévaluations internes compétitives auxquelles se livrent l’Espagne, la Grèce, le Portugal, l’Italie et aujourd’hui la France ? Ne vaudrait-il pas mieux retrouver la flexibilité de nos taux de change pour faire ouvertement, et de manière coordonnée, ce que l’on fait aujourd’hui en loucedé et au détriment des travailleurs et des peuples de ces pays ? Bref, je continue de m’interroger sur ton acuité visuelle. À ce niveau, tu devrais consulter un spécialiste. Et tiens, puisque l’on parle de spécialiste, pourquoi ne dis-tu pas qu’il y a un débat chez les économistes, que Jacques Mazier, Henri Sterdyniak ou encore Bernard Maris, ont viré leur cutie et sont venu rejoindre ceux qui, comme moi, pensent que l’Euro est une mauvaise chose. Remarque, tu te méfies peut-être des économistes français. Pourquoi alors ne demandes-tu pas l’avis de ton ancien camarade Oskar Lafontaine, ex-président du SPD, ou encore Heiner Flassbeck, qui fut l’économiste en chef de la CNUCED de 2003 à 2012 ? Peut-être aujourd’hui les trouves-tu trop à gauche. Alors demande donc à Hans-Olaf Henkel ancien président de la Fédération des Industries Allemandes, et ci-devant Professeur d’économie à l’Université de Mannheim, ou encore à Hans Werner Sinn, président de l’Institut für Wirtschaftsforschung (Ifo), et membre du National Bureau of Economic Research à Cambridge (Massachusetts). Peut-être ces derniers seront-ils plus à ton goût, tant il est vrai que quand on a soutenu l’ANI et que l’on soutient le plan d’économie de 50 milliards que Valls veut imposer à la France, on a moins de pudeur à demander son avis à des personnalités bien ancrées à droite, et allemandes de surcroît. Quitte à s’aligner sur l’Allemagne, fais le donc jusqu’au bout. Bon, je ne te donne pas toute la liste, cela lasserait ; Victor Hugo disait déjà « j’en passe et de meilleurs ». Mais je te signale en passant que l’on compte plus de soixante économistes de haut niveau, dont plusieurs prix Nobels[4].

Mais tu ne t’arrêtes pas en si bon chemin. Tu écris après : « Ce retour provoquera une crise économique majeure. Vous prétendez que les gouvernements pourraient souverainement décider des parités de leurs monnaies nationales au cours dʼun week-end prolongé. Cʼest une illusion ! Ce ne sont pas les gouvernements qui fixent la valeur des monnaies, en système de change flottant, mais les marchés financiers ; les monnaies des pays dʼEurope du Sud et de lʼEst se déprécieront bien au-delà des seuils espérés. Celles des pays du Nord sʼapprécieront bien davantage que les niveaux escomptés. Craignant de voir fondre leurs économies en même temps que leur monnaie nationale, les épargnants des pays en difficulté se précipiteront en masse aux guichets des banques pour retirer leurs avoirs ».

Là, vois-tu, tu n’es pas à la page. Un contrôle des capitaux empêcherait une spéculation excessive. D’ailleurs, c’est pour cela que le FMI, oui tu as bien lu, le Fonds Monétaire International, préconise depuis 2010 le recours au contrôle des capitaux à court et moyen terme comme instrument pour lutter contre la spéculation[5]. Il n’est d’ailleurs pas le seul et nombreux sont les économistes qui défendent cette position[6]. Donc, oui, les gouvernements peuvent encore déterminer, si ce n’est fixer, les seuils de dévaluation. Tu diras que le retour au contrôle des capitaux est un pas en arrière. Mais, quand on a avancé dans une mauvaise direction, il est sain et normal de faire machine arrière. À moins que tu ne continues de croire en une Histoire rectiligne comme on pouvait le faire au début des années soixante-dix. Vous pouvez sortir l’homme de la jungle, mais il est plus difficile de sortir la jungle de l’homme. Aurais-tu donc confondu Draghi (Mario) avec le Sauveur de l’Humanité ? Quant au passage sur l’épargne et les épargnant, c’est indigne de toi. C’est ressortir la grosse artillerie pour faire peur, c’est de la « funkpropaganda » comme on disait dans les années trente.

 

J’aurai bien d’autres choses à écrire dans cette missive, mais, comme disait Maurice Thorez, il faut savoir terminer une lettre. Bref, c’est le Ministère des Finances lui-même qui, reconnaissant qu’une dévaluation de l’Euro par rapport au Dollar de 10% engendrerait une croissance de 1,8% sur deux ans, nous donne raison. Non, la sortie de l’Euro ne sera pas une catastrophe, bien au contraire. Nous pouvons espérer une croissance dans les 5 années qui suivent de 15% à 22%, et ceci en dépit d’hypothèses très restrictives. Une sortie de l’Euro ne créerait pas 500 000 chômeurs de plus, mais au contraire aboutirait à la création de 1,5 millions à 2,5 millions d’emplois en trois ans.

Tu peux donc tenter de te rassurer en te répétant des moscovicismes, comme quoi tous les économistes  qui sont contre l’Euro sont des gens d’extrême-droite, des populistes, que sais-je encore…Mais, comme le chantait Jacques Brel[7], en adaptant un peu, tu dois bien te chanter aussi « Je sais quand même que chaque nuit/Tout seul au fond de ma fumerie/Pour un public de vieux Chinois/Je rechanterai ma chanson à moi/Celle du temps où je m’appelais Henri ». Je me refuse de croire que tu es tombé si bas.

 

Alors, cher Henri, reconnais que tu dis beaucoup de mensonges, de contre-vérités, dans cette lettre. Reconnais-le et cesse de diaboliser ceux qui veulent, pour le bien des Européens, qui nous sont plus chers que l’UE, sortir de l’Euro. Reconnais que le débat DOIT avoir lieu, et qu’il doit avoir lieu honnêtement.

On peut être des adversaires. C’est la logique du jeu politique. Mais, si tu continues sur cette pente nous deviendrons des ennemis.

 

Jacques Sapir


[2] Lordon F., Les Quadratures de la politique économique, Paris, Albin Michel, 1997.

[3] Sapir J, P. Murer et C. Durand, Les Scénarii de dissolution de l’Euro, Paris, Fondation ResPublica, Paris, septembre 2013.

[5] Ostry J., et al., « Capital Inflows: The Role of Controls », IMF Staff Position Note, Washington (D. C.), FMI, 2010

[6] Gallagher K.P., B. Coelho, « Capital Controls and 21st Century Financial Crises: Evidence from Colombia and Thailand », PERI Working Paper Series, n° 213, Amherst (Ma.), University of Massachusetts Amherst, janvier 2010


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *