À propos d’un article de Sabine Syfuss-Arnaud dans Challenges

Le 28 septembre, le site Web du magazine Challenges, une succursale du très pro Euro Nouvel Observateur, publiait un article de Sabine Syfuss-Arnaud proclamant « 10 raisons de penser que l’euro est bel et bien sauvé». Il est vrai que l’article, dans son introduction, prenait quelques précautions, venant démentir l’optimisme du titre. Ainsi pouvait-on lire : « Septembre 2012 restera sans doute dans les livres d’histoire, tant les nuages qui s’amoncelaient depuis des mois au-dessus de l’Europe et de l’euro semblent s’être éloignés. Peut-être temporairement, mais tout au long du mois écoulé l’horizon s’est indéniablement éclairci ».

La lecture des arguments développés dans le corps du texte par Sabine Syfuss-Arnaud plonge néanmoins le lecteur dans l’embarras et les affres de l’interrogation. Embarras parce que l’on ne saurait imaginer qu’un magazine aussi sérieux que Challenges, qui plus est patronné par le Nouvel Observateur hebdomadaire dont tout le monde connaît le sérieux et l’objectivité se laisse aller à la propagande. Or, c’est, très exactement, ce qu’est cet article. De la pure propagande, ce que feu mon père appelait même funkpropaganda. Interrogations ensuite, parce qu’à la lecture de ce texte, on se demande si la personne qui l’a écrite sait lire ou si elle prend ses lecteurs pour des crétins. Comme la première hypothèse ne saurait être retenue – ce serait faire injure à la journaliste, à son directeur de rédaction, et à plein de monde dont personne ne pourrait suspecter la responsabilité et la compétence (excusez moi, il me vient comme une envie de tousser…) – c’est donc la seconde qui devrait être retenue.

Pourquoi ? Et bien en lisant la suite vous comprendrez. En gras se trouvent les 10 arguments de Sabine Syfuss-Arnaud, et en dessous mes commentaires.

1/ Le 6 septembre demeurera la date cruciale. Ce jour-là, Mario Draghi, patron de la BCE, a annoncé la possibilité de rachat illimité de dettes à court terme des pays englués dans la crise. Une façon de barrer la route à la spéculation. Les marchés ont applaudi l’Italien, comme la bible des affaires Financial Times qui a congratulé « Supermario ». Les taux espagnols et italiens ont connu un répit.» 

Reprenons le communiqué publié le 6 septembre par la BCE. On y trouve deux points :

«Transactions will be focused on the shorter part of the yield curve, and in particular on sovereign bonds with a maturity of between one and three years. (…) Sterilisation : The liquidity created through Outright Monetary Transactions will be fully sterilised. » (Les transactions se concentreront sur les maturités les plus courtes de la courbe des taux, et en particulier sur les obligations d’État avec une maturité comprises entre un an et trois ans. (…) Sterilisation: la liquidité créée à travers les Outright Monetary Transactions sera complètement stérilisée).

Soit Mme Sabine Syfuss-Arnaud ne sait pas lire, ou ne sait pas ce que veulent dire les termes techniques (ennuyeux…) mais le communiqué explique très bien que l’OMT sera limité aux titres de moins de trois ans et que toute création sera complètement (fully) stérilisée. Qui peut croire que dans ces conditions la spéculation va s’arrêter ?

2/ La rumeur est partie du journal à grand tirage allemand Bild Zeitung. Le très inflexible patron de la Bundesbank aurait menacé de quitter son poste, comme l’avait déjà fait son prédécesseur, Axel Weber, pour protester contre la politique « non conventionnelle », pas assez orthodoxe, de la BCE. Finalement, même si Jens Weidmann a été le seul à voter contre le MTO au conseil des gouverneurs, il est resté en poste. Recevant Challenges dans son bureau de Francfort en juillet, il observait que même s’il est en opposition avec la politique menée par la banque centrale européenne, une démission ne ferait pas avancer les choses. Son successeur endosserait forcément le même costume de faucon.

On peut, toujours en lisant le communiqué publié par la BCE, et qui fait force de verbatim de la conférence de presse de Mario Draghi, noter que la Bundesbank a obtenu satisfaction sur deux points très importants.

Le premier est, bien entendu, le principe de stérilisation. Chaque fois que la BCE injectera de la liquidité en achetant des titres publics, elle devra en retirer en vendant des titres qu’elle détient, ou en proposant des taux intérêts élevés pour attirer sur des dépôts rémunérés de la liquidité des banques. Les conditions de retrait de liquidité conditionnent en réalité les quantités qui pourraient être émise et qui, de ce fait, ne pourront nullement être « illimitées ». Le second tient dans cette citation : « Conditionality : A necessary condition for Outright Monetary Transactions is strict and effective conditionality attached to an appropriate European Financial Stability Facility/European Stability Mechanism (EFSF/ESM) programme. »

Pour avoir accès à la liquidité offerte par la BCE, un pays devra passer sous les fourches caudines de la conditionnalité du FESF et du MES. On comprend que les espagnols hésitent toujours quand on voit les dégâts de cette conditionnalité en Grèce et au Portugal.

3/ Pas vraiment orthodoxe, le MTO, prélude à un début de mutualisation des dettes, avait de quoi horrifier la chancelière. Celle-ci a toutefois opposé une neutralité bienveillante. Certes la BCE est indépendante, et Mario Draghi le clame haut et fort. Mais l’Italien a envoyé son entourage à Paris et Berlin cet été et s’est appuyé sur son légendaire sens politique pour trancher. A un an d’élections cruciales, la chancelière allemande a bien compris qu’elle devait se sortir du bourbier européen. Stratège, elle a dû aussi réaliser que la BCE endosserait la responsabilité, si le MTO s’avérait un échec.

En fait, la politique de la BCE s’inscrit en toute droite ligne de l’orthodoxie défendue par la Bundesbank, on l’a vu avec le principe de stérilisation et la conditionnalité. On est à mille lieux d’une « quantitative easing » à l’européenne. De plus, et contrairement à ce qu’affirme Sabine Syfuss-Arnaud, la mutualisation des dettes existe déjà. Dans le cadre du FESF les pays sont solidaires si l’un d’entre eux ne peut payer ses dettes. De plus, la BCE, qui est la « propriété » des 16 pays de la zone Euro, a bien déjà racheté pour 211 milliards de dettes à différents États. Que l’un fasse défaut et devinez qui paiera ? Nous sommes depuis déjà deux ans, qu’on l’approuve ou qu’on le désapprouve, dans un régime de mutualisation des dettes, et la déclaration de Mario Draghi, en fait et en dépit de l’astuce du personnage, n’innove en rien. Un bon journaliste, ou un chroniqueur honnête devrait le savoir, mais visiblement Mme Sabine Syfuss-Arnaud n’est ni l’un ni l’autre .

4/ Le 12 septembre, les magistrats allemands ont estimé que le Traité européen était constitutionnel. Un vrai soulagement, sans lequel l’édifice juridique, difficilement mis en place au Conseil européen de fin juin, se serait écroulé. La règle d’or, le MES et le Traité ont reçu l’octroi des juges.

Le tribunal constitutionnel de Karlsruhe s’est contenté de répéter ses précédents arrêts : toute décision d’engager des nouveaux fonds devra être votée par les deux chambres du Parlement allemand, donnant à ce dernier un droit de véto en dernier ressort sur les décisions européennes car, pour cette cour, il n’existe pas de « peuple européen » et seule la volonté du peuple allemand détermine la légitimité démocratique des actes. Un petit cours de droit constitutionnel comparé n’aurait pas été de trop pour Madame Sabine Syfuss-Arnaud.

5/ Avec le feu vert de l’Allemagne, principal contributeur aux fonds de sauvetage de l’euro, la mise en place du MES (mécanisme européen de stabilité) se précise. Avec ce pare feu, dont la presse allemande disait cette semaine qu’il pourrait être doté de moyens supérieurs, le risque de contagion s’éloigne.

Ici encore on joue sur la supposée ignorance du lecteur. L’annonce de sommes supplémentaires pour le MES a été immédiatement démentie. En fait, l’article du Spiegel qui évoquait cette possibilité avait pour but de tester la volonté du gouvernement allemand. Ce dernier a clairement répété qu’il n’y aurait pas de nouveaux débours. Et l’on peut le comprendre, car tout nouvel engagement impliquerait un vote des deux chambres du Parlement allemand. Ici encore, Madame Sabine Syfuss-Arnaud se moque du monde ou prend ses désirs pour des réalités (car elle croit en la réalité de ses désirs ?). Ce que l’on appelle la « contagion » recouvre en fait deux phénomènes. le premier est la contagion au sens des marchés financiers, qui repose sur les jugements subjectifs des acteurs. Ils peuvent être à un moment convaincu de la volonté de l’Allemagne comme ils peuvent cesser d’y croire. Les phénomènes de retournement des « conventions de croyance » sont brutaux et il vaut mieux ne pas s’y fier. Le second phénomène c’est la contamination qui, elle, est de l’ordre du réel. Les dettes d’un pays compromettent la situation des banques d’un autre pays qui lui a beaucoup prêté, ou la contraction violante de la consommation dans un pays provoque une crise dans l’industrie d’un autre pays.

En Europe, avec la crise de la zone Euro, nous sommes en présence à la fois de phénomène subjectifs de « contagion » et de phénomènes objectifs de contamination, dont une partie sont induits par ce qui est le fond réel de cette crise, les écarts de compétitivité. On ne voit pas ce qu’une décision du gouvernement allemand viendrait ici changer.

6/ La nouvelle coalition au pouvoir (en Grèce) n’a cessé de donner des gages de bonne volonté. Le premier ministre Samaras, comme son ministre des finances, l’économiste de centre droit pro-européen Yannis Stournaras, clament qu’Athènes honorera ses engagements. Si elle ne le faisait pas, beaucoup d’expert s’accordent à dire que son départ de la zone euro serait, certes catastrophique pour elle, mais le serait moins qu’il y a quelques mois pour la monnaie unique. Car entre temps les pare feu sont plus solides.

Où comment, en un paragraphe, dire une chose et son contraire. D’abord on affirme que la Grèce satisfera les conditions de la « Troïka » puis on laisse entendre que, si elle devait sortir de l’Euro, ce ne serait pas si grave… C’est la vieille histoire du fou et du psychanalyste: « Pourquoi avez-vous volé cette marmite demande le psychanalyste? Mais je ne l’ai pas volé répond le fou, d’abord elle ne m’intéressait pas et puis ce qu’il y avait dedans ne me faisait pas envie, ensuite elle n’avait pas de valeur et enfin, pour trois sous, je suis prêt à la rendre… » La réalité est en fait la suivante : le déficit budgétaire de la Grèce est hors de contrôle et la pression sociale est telle que des nouvelles mesures, même si elles sont votées, sont inapplicables. Le gouvernement le sait, qui demande deux ans de répit. Mais, cela implique d’augmenter les sommes promises d’au moins 60 milliards. En fait, dans la meilleure des hypothèses, le FMI ne voit pas la Grèce sortie d’affaire avant…2022.

On sait que l’Allemagne ne veut pas payer plus. Donc, l’hypothèse d’un défaut et d’une sortie de la Grèce de la zone Euro doit être prise au sérieux. Madame Sabine Syfuss-Arnaud prétend que cela n’aurait pas de conséquences destructrices sur la zone Euro. Mais si tel était le cas, pourquoi donne-t-on aujourd’hui de l’argent à la Grèce ? La vérité est qu’il y a de fortes chances qu’une forme de « théorie des dominos » s’applique dès la sortie de la Grèce.

7/ La Hollande :

Tout l’été, pendant la campagne électorale, les extrêmes, et l’extrême gauche en particulier, avaient menacé : en cas de victoire, ils ne joueraient plus le jeu de Bruxelles. Le 12 septembre, les Néerlandais se sont prononcé et ont voté pour les partis modérés favorable à la construction européenne.

8/ la Finlande :

Cet été, son ministre des Affaires étrangères avait brandi la menace de quitter l’euro. Avec en filigrane l’idée de préserver son Triple A. Depuis, Helsinki a mis de l’eau dans son vin. Le gouverneur de la Banque centrale Erkki Likkanen a voté le MTO. Le lobbying se fait plus soft : mardi 2 octobre par exemple, le Premier Ministre Jyrki Katainen sera reçu par François Hollande à l’Elysée.

Ici encore, la réalité est quelque peu différente, mais Sabine Syfuss-Arnaud compte sur l’ignorance de ses lecteurs. Aux Pays-Bas, ni les conservateurs, ni les travaillistes n’ont de majorité. Une gouvernement de « grande coalition » est probable, mais sera soumis à une forte pression des extrêmes. En Finlande, on peut se demander si le gouvernement ne dit tout haut ce que l’Allemagne pense tout bas. Il serait intéressant, à cet égard, de donner le nombre de visites tant de dirigeants allemands à Helsinki que de dirigeants finlandais à Berlin ou Francfort.

Ensuite, ce même passage ne dit mot des importantes manifestations qui se sont déroulées à Lisbonne, ou le gouvernement a cédé, et à Madrid. Le fait est que aucun des gouvernements des pays sous perfusion de la « Troïka » (Grèce, Irlande, Portugal) ne respecte les accords. Partout le déficit budgétaire pour 2012 est largement hors de contrôle. En Espagne, qui n’est pas pour l’instant passée sous les fourches caudines de la conditionnalité, c’est la même situation. A cela une raison toute simple : l’effondrement des économies soumises à des politiques d’austérité sauvages. De plus, en Espagne, ces politiques – dont le coût en terme de ch^mage est dramatique – ont réactivé la question de l’indépendance de la Catalogne. Bref, nous avons un contexte politique désastreux, mais qui est délibérément omis par Madame Sabine Syfuss-Arnaud.

9/ Présenté le 12 septembre, le projet de la Commission européenne sur Union bancaire est salué par beaucoup comme un moyen crucial de stabiliser le système financier en Europe. Il sera un outil de résolution des crises bancaire et sera placé sous l’autorité d’un super gendarme : la BCE. Les chefs d’Etat et de gouvernement l’ont décidé, Mario Draghi y est prêt. Le 11 juin, lors d’un tête à tête à Francfort, l’eurodéputée socialiste Pervenche Bérès lui en a parlé. Elle l’a trouvé « déterminé ». « Il m’a dit combien il était important qu’en matière de supervision, la BCE ait davantage de pouvoir et de vrais pouvoirs », raconte l’élue.

La question de l’Union bancaire est effectivement importante mais d’une part, elle se heurte à l’opposition de très nombreux pays dans sa forme la plus efficace (au sommet de Nicosie la France et l’Espagne ont été isolées sur des positions raisonnables mais considérées comme « maximalistes » par les allemands et leurs alliés) et d’autre part ce projet aurait été important il y a dix ans mais il est en réalité secondaire aujourd’hui. En effet, si une telle supervision avait existé e 2002, elle aurait peut-être pu empêcher les banques espagnoles, irlandaises et portugaises de faire des folies. Aujourd’hui, cela revient à fermer la porte de l’écurie quand le cheval s’est échappé.

Plutôt que de parler à Madame Pervenche Bérès, Sabine Syfuss-Arnaud aurait mieux fait d’aller se renseigner sur la situation des banques européennes à Bâle et Zurich, voire simplement d’éplucher les comptes de la BRI. Elle n’ en a rien fait et cela compromet gravement la crédibilité de son papier. Gageons qu’une forme a minima d’Union bancaire verra finalement le jour, ce qui sera salué comme un « succès historique » par toute les Sabine Syfuss-Arnaud du monde (et de Challenges en particulier) mais ne changera strictement rien à la situation européenne.

10/ Avec la ratification prochaine du Traité européen par la France, le pacte budgétaire devrait s’appliquer début 2013, comme prévu. Signé le 2 mars 2012 par 25 Etats européens, le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance entrera en vigueur dès que 12 Etats membres de la zone euro l’auront ratifié. A ce jour, 13 Etats l’ont fait, dont 9 de la zone euro (Allemagne, Autriche, Chypre, Espagne, Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Slovénie).

La conclusion est aussi croquignolesque que ce texte était désespérant par ses approximations, ses omissions et ses mensonges. Vive le TSCG, enfant d’Angela Merkel et Ncolas Sarkozy, tel est son dernier mot. Que très nombreux soient les économistes qui y voient no seulement un outil de régression sociale mais surtout un acte inutile et nuisible, incapable d’arrêter la et contribuant même à l’aggraver n’émeut nullement Sabine Syfuss-Arnaud. Elle sait, elle a eu une Révélation, saint Trichet l’a visité dans la nuit (en tout bien, tout honneur, le monsieur est catholique pratiquant…). Elle est donc au-dessus de ces basses choses que sont l’analyse économique, la compétence dans des domaines aussi insignifiant que la politique budgétaire ou la finance.

Hallelujah! Il suffit de croire pour savoir, tant il est vrai que la foi soulève des montagnes. Mais parfois ces mêmes montagnes ont des éboulements qui enterrent ceux qui méprisent la réalité… En fin de compte, c’est bien à cela que se réduit l’article de Sabine Syfuss-Arnaud. Un acte de foi, mais présenté déguisé des atours du raisonnement argumenté.

Des âmes et des cœurs nous ne saurions juger. Sabine Syfuss-Arnaud a le droit de vouloir que l’Euro soit sauvé et qu’il durera, comme l’a dit Mario Draghi « pour l’éternité ». Mais, qu’elle s’abstienne de nous présenter cette position comme rationnelle, ce qu’elle n’est point, comme argumentée, alors que c’est tout le contraire, et comme fidèle à la vérité alors qu’il n’y a qu’approximations et mensonges

Citation

Jacques Sapir , « À propos d’un article de Sabine Syfuss-Arnaud dans Challenges », billet publié sur le carnet Russeurope le 30/09/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/224

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *