OVERLORD et BAGRATION

Compte rendu de l’ouvrage de Jean Lopez, Operation Bagration

Les célébrations du 69ème anniversaire de la Victoire sur l’Allemagne (9 mai) annoncent celles du 70ème anniversaire du débarquement de Normandie. L’attention des médias comme celle du public va donc être focalisée sur le rôle des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne et sur une bataille qui, si elle eut une importance considérable pour la France, doit être resituée dans son contexte de l’époque. Un livre récent de Jean Lopez[1], Opération BAGRATION – La revanche de Staline, permet de relativiser utilement les combats qui ont eu lieu sur les plages de Normandie. Ce livre s’inscrit d’ailleurs dans un ensemble dont 4 autres ouvrages ont été publiés[2]. Ce travail de fond place Jean Lopez parmi les meilleurs spécialistes de l’Armée Rouge et des combats de 1941 à 1945.

Ce livre vient à point. Il contribue à rétablir la vérité sur les opérations de la seconde Guerre Mondiale. En effet, il faut rappeler que le débarquement en Normandie eut été impossible si la majorité de l’armée allemande n’avait été immobilisée face aux forces soviétiques. La victoire de Koursk (juillet 1943) et les offensives qui ont suivi ont rendu possible l’opération Overlord. Ceci est particulièrement vrai dans les chiffres : on estime ainsi qu’en 1944 que 50% du potentiel militaire de l’Allemagne est employé face à l’Armée Rouge alors qu’environ 25% seulement est déployé en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Mais ceci est encore plus vrai pour la qualité des hommes. La guerre contre l’URSS a saigné l’armée nazie. La qualité des hommes, combattants et commandants, s’en ressent. Elle ne se relèvera pas, d’ailleurs, des coups qui lui seront infligés lors de Bagration.

 

L’importance de l’opération Bagration.

Ce que l’on appelle l’opération Bagration recouvre en réalité trois offensives. L’attaque décisive fut celle qui frappa les Nazis en Biélorussie. Elle permit de déclencher, dans les semaines qui suivirent deux autres opérations, et ensemble elles provoquèrent l’effondrement des défenses allemandes à l’Est.

Il convient ici de rappeler quelques chiffres. L’offensive soviétique de fin juin 1944 pour la seule Biélorussie va détruire en 18 jours, du 23 juin au 10 juillet, pas moins de 28 divisions allemandes. Si on l’étend aux combats des opérations L’vov-Sandomir et Kovel-Lublin, qui se déroulent à la suite, les pertes allemandes se montent à 600 000 hommes. C’est un désastre sans précédent. Les pertes de l’Armée allemande sont plus importantes que ce qu’elle a subi à Stalingrad ou à Koursk. Il faut aussi rappeler que les pertes allemandes face à l’Union soviétique, du 21 juin 1941 jusqu’au 9 mai 1945 se montent à environ 1,2 millions par période de douze mois, contre 200 000 seulement face aux Français, aux Britanniques et aux Américains[3]. Dans les 5 mois les plus meurtriers pour les troupes allemandes sur ce qu’elles appellent le « front de l’est », on trouve Août 1944, Juillet 1944 et Juin 1944.

Carte de l’opération BAGRATION

BagrationMap2

Pour la première fois, les pertes allemandes sont très supérieures aux pertes soviétiques, ce qui marque d’ailleurs un tournant important dans l’art de la guerre. Si l’armée allemande reste redoutable au niveau tactique, il est patent que cette supériorité est désormais très faible, et incapable d’inverser le cours des combats. L’armée allemande est par ailleurs largement dominée par l’armée soviétique que ce soit au niveau stratégique ou au niveau opérationnel. L’opération Bagration voit d’ailleurs l’Armée Rouge progresser de 600 km vers l’ouest. Ce niveau exceptionnel des pertes allemandes, près de 600 000 hommes contre 120 000 pour l’ensemble de la campagne de Normandie, relègue à la seconde position le désastre de Stalingrad. L’ampleur de ce désastre ne devient apparent à Hitler qu’au début du mois de juillet, mais il est tout de suite évident pour les commandants allemands sur le terrain. On peut considérer que l’opération Bagration a eu des répercussions politiques importantes, qu’il s’agisse de l’attentat contre Hitler du 20 juillet 1944, tentative désespérée d’une opposition très divisée, ou que l’on considère la reddition – dans les formes et usages – du Général Vincenz Muller aux forces soviétiques. Un important ressort moral est cassé du côté allemand.

On comprend pourquoi Jean Lopez s’étonne, et à très juste titre, du silence relatif de l’historiographie occidentale sur ce qui apparaît comme le plus grand désastre militaire allemand de tous les temps. Ce silence trouve sa source en partie dans la guerre froide mais aussi dans la domination des images en provenance d’outre-Atlantique. Si, dans le littérature professionnelle, celle qui s’intéresse aux conflits armés et à « l’art de la guerre », l’oubli de l’opération Bagration a été réparé dès les années 1980, dans la littérature « grand public » cet oubli est toujours massif. Ainsi, la population française continue-t-elle d’ignorer l’importance capitale des combats qui se sont déroulés en Biélorussie et en Pologne et qui ont, dans la réalité, brisé l’armée Nazie. Même si on commence à la reconnaître aujourd’hui en France, la réalité des combats de Biélorussie et de Pologne, et en général des combats menés par l’Armée Soviétique, reste largement méconnue. Il faut donc saluer le travail de Jean Lopez. C’est un travail de salubrité publique. Il offre au lecteur français un livre à la fois documenté, érudit et en même temps d’une lecture facile qui répare cette injustice.

 

Les diverses dimensions de l’opération Bagration

Mais, la signification de l’opération Bagration ne se limite pas aux pertes infligées à l’ennemi ni à l’avancée des troupes. L’opération Bagration s’inscrit à la confluence de plusieurs mouvements.

Le premier est bien entendu celui du rétablissement militaire de l’URSS. Si la victoire devant Moscou en novembre 1941 avait signifié l’échec d’une guerre rapide, si la victoire de Stalingrad en février 1943 avait signifié la garantie que l’URSS ne serait pas vaincue, si la victoire de Koursk en juillet 1943 avait signifié que désormais l’initiative stratégique était fermement entre les mains des Soviétiques, l’opération Bagration rend inévitable la défaite de l’Allemagne nazie, qui n’est désormais plus qu’une question de temps.

Le second mouvement est politique. Ici encore, Bagration occupe une place à part. La victoire devant Moscou signifiait que l’URSS ne s’effondrerait pas, et elle positionnait Moscou dans une alliance avec la Grande Bretagne, et cela avant même l’entrée en guerre des Etats-Unis. La victoire de Stalingrad, obtenue alors que plus de 70% des forces allemandes sont concentrées à l’Est est un tournant de la guerre, et elle signifie que l’URSS est capable de porter le poids victorieux de la guerre. Signalons que les livraisons d’armes tant américaines que britanniques à l’URSS dans le cadre du prêt-bail ne deviennent réellement significative qu’à l’automne 1942, et ne jouent significativement sur l’équipement de l’Armée Rouge qu’à partir du début 1943. La victoire de Koursk signifie quant à elle que les alliés occidentaux ont un intérêt tant militaire que stratégique à se coordonner plus étroitement avec l’URSS. La conférence de Téhéran en sera le résultat et, pour la première fois, les Américains et es Britanniques seront demandeurs d’une aide soviétique. Ils le seront à nouveau lors de la contre-offensive allemande des Ardennes, au moment de l’opération « Vistule-Oder », dans les premiers jours de 1945. Jean Lopez montre bien, dans son premier chapitre en quoi la genèse de l’opération Bagration doit beaucoup à la politique. Sans cette opération, le débarquement de juin 1944 en Normandie aurait été impossible. La coordination des Alliés devient plus étroite, tout en étant toujours émaillée de conflits. L’opération Bagration est donc aussi à la fois le sommet de cette alliance et le début de la guerre froide, ainsi que le montre Lopez à la fin de son ouvrage.

Enfin, Bagration s’inscrit dans l’histoire de l’art militaire soviétique et de la maîtrise de l’art opératif comme un point saillant[4]. L’Armée Rouge, décapitée par les purges de 1937, saignée par les pertes de 1941 et 1942, reconstruit progressivement ses capacités, mais aussi son fonctionnement qui ne cesse, dès le printemps de 1943, de se complexifier. Lors de l’opération Bagration, et c’est là l’une des raisons de l’importance de la victoire, les forces et les généraux soviétiques vont enfin maîtriser les concepts qu’ils ont eux-mêmes créés au début des années 1930, mais dont la pratique leur échappait. La victoire obtenue au détriment du groupe d’armées « Centre » de l’Allemagne hitlérienne n’est pas le résultat mécanique d’un rapport des forces fortement déséquilibré. La supériorité numérique et matérielle de l’Armée Rouge n’avait pas évité les défaites de 1941, et n’empêchait pas, même en 1943, l’Armée allemande de retour offensif dangereux. Pour la première fois, les forces soviétiques vont démontrer la maîtrise des opérations dans la profondeur du dispositif ennemi ainsi que leur maîtrise de la bataille aéroterrestre. L’armée nazie est dominée non seulement matériellement mais aussi intellectuellement.

C’est justement l’intérêt du livre de Jean Lopez que de montrer cette confluence entre ces différents mouvements.

 

Bagration dans l’histoire.

L’opération Bagration va donc conduire l’Armée Rouge d’Orsha aux portes de Varsovie, soit une avancée de plus de 600 km, qui se fait en à peine plus de deux mois. De ce point de vue, par l’ampleur des mouvements et par les destructions infligées à l’ennemi, Bagration peut se comparer à l’attaque allemande du 21 juin 1941. Mais, là où les forces allemandes avaient attaqué un pays en paix, Bagration vient après trois années de combats incessants. Ceci renforce l’importance de la victoire obtenue.

L’analyse des combats est l’un des points forts de l’ouvrage. Jean Lopez, et c’est assez rare pour un ouvrage d’histoire militaire, dit l’essentiel mais sans jamais perdre son lecteur. Il conserve le cap stratégique de l’opération dans sa description. Il montre que l’armée allemande est d’ailleurs loin d’être « finie », et qu’elle est capable de se faire menaçante. Mais il montre aussi que ces retours offensifs sont de moins en moins efficaces. Pour la première fois, l’armée allemande est menacée de désagrégation lors des combats du mois de juillet 1944. Le choc psychologique de l’opération Bagration sur les officiers allemands fut lui aussi considérable. Le 7 juillet le général Vincenz Muller, comandant du XIIème corps, se rend avec l’ensemble de ses hommes au général Boldine[5], geste sans précédent, qui n’avait jamais accompli depuis 1941. On sait, et on l’a dit plus haut, que l’attentat contre Hitler du 20 juillet fut en partie lié à cette menace de désagrégation de l’armée allemande. Il faudra plusieurs semaines aux dirigeants Nazis pour reprendre le contrôle de la situation. La réaction à l’attentat du 20 juillet montre d’ailleurs comment Hitler, Goebbels et Himler ont saisi cette occasion pour pousser de plusieurs crans la nazification totale de la société et de l’armée. De fait, plus l’Allemagne s’effondre et plus progresse la nazification de la société.

Une autre conséquence de Bagration et de ses suites immédiates est la libération, le 25 juillet 1944 du premier camp d’extermination, le camp de Maïdanek, dans les faubourgs de Lublin. L’Armée Rouge avait déjà été le témoin de la barbarie Nazie. Lors des combats pour la libération de l’Ukraine de 1943 et 1944, elle avait pu prendre la mesure de ce que l’on appelle depuis les années 1990 la « Shoah par balle », soit l’extermination de 1,2 à 1,5 millions de juifs sur place, par l’armée allemande, par les « groupes spéciaux » de la SS mais aussi par les supplétifs ukrainiens qui vont jouer dans ce drame un rôle important. Les combats de Biélorussie vont aussi apporter leur lot d’horreurs et de découvertes terribles. Des centaines de villages et de bourgs ont connu le sort qui fut réservé en France à Oradour-sur-Glane. Mais, avec la libération de Maïdanek, c’est au système de la mort industrielle et planifiée que les soviétiques sont pour la première fois confrontés. Les conséquences sur l’attitude des troupes soviétiques vont être très importantes et expliquent en partie la sauvagerie de l’entrée en Allemagne en janvier 1945. Le général Tchouikov, l’homme de la défense de Stalingrad, n’aura pas le courage de se rendre sur place, et il le confessera dans ses mémoires. Mais de très nombreux officiers, soldats, et même des dirigeants soviétiques (comme Boulganine) vont visiter ce camp. Les reportages seront très nombreux, mais ils ne seront diffusés massivement dans la presse occidentale qu’à partir de janvier-février 1945. A l’exception de Life, les photos prises par les journalistes soviétiques ne seront pas diffusées dans la presse occidentale, et il faudra que l’armée américaine pénètre à son tour à Dachau et Buchenwald en avril 1945 pour que les articles de Konstantin Simonov, datant de début août 1944, soient traduits et publiés dans de grands journaux américains et britanniques.

 

Ce livre permet de mieux comprendre ce qui s’est réellement joué entre Biélorussie et Pologne dans l’été 1944. Cet épisode reste largement ignoré du grand public, et c’est probablement à dessein. Il faut donc lutter, comme le fait Jean Lopez, pour rétablir la vérité, tant sur cette opération que sur le sens profond de la seconde Guerre Mondiale. De ce point de vue, ce n’est pas sans surprise que l’on a pu lire que l’ancien Président M. Valery Giscard d’Estaing voulait « banaliser » le 8 mai[6] (qui devrait en réalité être le 9 mai, car le 8 est la reddition des forces allemandes du « front de l’ouest »). Ceci marque une incompréhension profonde de la signification de la guerre comme de la victoire. On dit que la vieillesse est un naufrage. Pour M. Valery Giscard d’Estaing c’est une décomposition ante-mortem !

On comprend aussi pourquoi, à la lecture de ce livre, il est important symboliquement que le Président russe, M. Vladimir Poutine, soit présent aux célébrations du 70ème anniversaire du débarquement en Normandie. Sans l’Armée Rouge, ce débarquement n’eut pas été possible.


[1] Lopez J., Opération BAGRATION – La revanche de Staline, Paris, Economica, 2014.

[2] Respectivement Stalingrad-La bataille au bord du gouffre, Koursk, Le Chaudron de Tcherkassy-Korsun et Berlin, ouvrages publiés chez le même éditeur.

[3] Overmans R., Deutsche militärische Verluste im Zveiten Weltkrieg, Oldenbourg, 1999.

[4] Sapir J., La Mandchourie Oubliée – Grandeur et démesure de l’Art de la Guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris-Monaco, mai 1996.

[5] Lopez J., Operation Bagration, op.cit., p. 374.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *