Kerviel, l’injustice et l’imposture

Jérôme Kerviel couche depuis hier soir, dimanche 18 mai, en prison[1]. Mais, le destin individuel de cet ancien trader de la Société Générale est devenu aujourd’hui politique. Kerviel a reçu le soutien des autorités de l’Eglise catholique, et de personnalités aussi opposées que Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen en passant par Nicolas Dupont-Aignan. C’est assez dire que son destin est devenu emblématique.

  1. Kerviel fait partie de ces traders qui étaient engagés dans des activités d’arbitrage, comme il y en a dans toutes les banques. Il a excédé ses limites d’opération et, quand il a commencé à perdre il a, réflexe de joueur, redoublé ses mises pour effacer ses dites pertes. Bien entendu, ces dernières sont devenues astronomiques…Il ne fait aucun doute qu’il est allé au-delà de ses limites, ce qui constitue un délit, et qu’il a délibérément cherché à camoufler cela à ses supérieurs, ce qui constitue un second délit. Mais, il ne fait aussi aucun doute que les dits supérieurs de Kerviel se doutaient largement de ses opérations, et n’y trouvaient rien à redire tant qu’il était gagnant. Le problème est que cela n’est pas « prouvable » dans l’enceinte d’un tribunal, même si, connaissant les milieux du trading et les pratiques, y compris à la Société Générale, je n’ai aucun doute sur ce point. En cela, son cas est effectivement emblématique.
  2. Le cas Kerviel est aussi emblématique de l’atmosphère qui régnait, et qui règne encore, dans les salles de trading des grands établissements financiers. Un système de primes calculées sur les marges bénéficiaires des opérations pousse des individus jeunes à prendre des risques de plus en plus grands. Les banques connaissent pertinemment les risques qui seront pris dans ces opérations, mais elles estiment que ces risques valent la peine d’être pris car ils contribuent à faire monter les bénéfices et, en cas de pertes, ces pratiques fournissent des boucs émissaires tout trouvés. Les dirigeants de la Société Générale qui se drapent dans les principes bancaires pour condamner leur ancien employé font ainsi la démonstration d’une hypocrisie et d’un cynisme sans égal.
  3. Le cas Kerviel devient alors emblématique de la confusion qu’a induite l’émergence de la « banque universelle », qui mélange à la fois les activités des anciennes banques de dépôt et celles des banques dites d’affaires. Si le cas Kerviel a pris l’ampleur qui est la sienne, c’est parce qu’il affecte une banque de dépôt, la Société Générale. Cette dernière est loin d’avoir eu le comportement « prudent » qui aurait dû être celui d’un établissement de crédit. Mais, aucun de ses responsables n’a été véritablement sanctionné. Là gît l’une des grandes injustices de l’affaire Kerviel : non pas qu’il aille en prison, mais qu’il y aille seul. Si Kerviel est coupable, alors d’autres, de très nombreux autres, le sont aussi.
  4. Le cas Kerviel devient, par ricochet, emblématique des dérives des activités bancaires et financières depuis plus d’une dizaine d’années. Ces dérives étaient déjà apparentes lors de la crise russe de 1998[2] et de ses conséquences, en particulier à Wall Street[3]. Elles se sont renforcées depuis le début des années 2000 pour aboutir, à la suite d’un enchaînement d’une implacable logique[4], à la crise de 2007-2008[5]. Mais, cette crise n’a nullement fait reculer ces pratiques. Elles continuent aujourd’hui de plus belle. Cette financiarisation folle aboutit à prendre en otage l’économie dite « réelle ». Derrière l’affaire Kerviel, il y a donc bien un système. Ce dernier est d’autant plus important qu’il se renforce des institutions de la monnaie unique, l’Euro, qui enracinent les pratiques de cette financiarisation. Ceux qui osent affirmer que « l’Euro nous a protégé » de la crise de 2007-2008 soit n’y connaissent rien soit mentent avec une impudence rarement atteinte[6]. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui s’opposent aujourd’hui à ce que des mesures de prudence soient réellement prises.
  5. Le cas Kerviel est enfin emblématique de l’hypocrisie profonde d’une classe politique dont les liens avec ces mêmes banques et cette finance hors de tout contrôle. Quand M. Sapin, Ministre de la République, traite Jérôme Kerviel d’escroc, tout juste bon selon ses dires à « coucher en prison »[7], se souvient-il d’un certain M. Cahusac qui, ci-devant Ministre de la République, mentit non seulement à titre personnel sur sa déclaration fiscale, mais aussi en fonction au Parlement, sur les prévisions économiques, qu’il savait pertinemment fausses[8] ? N’est-ce point le même M. Sapin, qui minimise les conséquences de l’arrêt de la croissance que nous connaissons sur le chômage. Que M. Sapin soit sans honneur est une chose. Qu’il salisse et accable un homme dont les crimes dont on l’accuse sont à tout prendre bien plus légers que ceux commis en fonction par Jérôme Cahusac en est une autre, dont il ne sort pas grandi. On reconnaît bien là notre gouvernement et notre Président, toujours le mot de « justice » à la bouche et celui d’argent dans le cœur, dur avec les faibles et faibles avec les puissants. Un Président, il faut le rappeler, qui a pris Emmanuel Macron, ancien banquier, comme l’un de ses conseillers.

 

Jérôme Kerviel n’est pas l’équivalent du capitaine Dreyfus, comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon. Dreyfus était innocent et Kerviel est coupable. Mais, il n’est pas le seul coupable, ni le pire d’entre eux, loin de là. Le scandale vient de ce qu’il paye non pas pour ses fautes, mais pour que le système puisse continuer à fonctionner en paix, pour que la financiarisation de l’économie puisse continuer. En cela, son emprisonnement est une injustice totale. On maintient ce mensonge que les crises seraient des « accidents », provoqués par des « irresponsables » comme Kerviel, alors que c’est un système qui est en cause[9]. Un système que les différents gouvernements de François Hollande, n’est-ce pas Monsieur Moscovici, se sont refusés de réformer au fond. Il y a ici une imposture énorme qui colle aux basques du Président qui dit un jour, c’était en 2012, que « la finance » était son ennemi.

Et c’est un scandale insupportable. On comprend alors l’ampleur et l’éventail des soutiens à Kerviel. Ce système, on le perçoit désormais, ne pourra être réformé que par une action résolue qui prendra appui sur une sortie de l’Euro pour refonder le système bancaire français. Car, tant que nous serons dans le cadre de la monnaie unique, il n’y aura aucune réforme de fond. C’est aussi en cela que le cas de Jérôme Kerviel est emblématique de notre situation. Contre l’injustice dont Jérôme Kerviel est victime, contre l’imposture obscène du pouvoir, il faut se mobiliser, et, le 25 mai prochain, voter et sanctionner.


[2] Voir Sapir J., Le Krach russe, La Découverte, Paris, 1998. Traduction en russe avec une postface originale, Rossijskij Krah, Interdialekt, Moscou, novembre 1999.

[3] Lowenstein R., When Genius Failed: The Rise and Fall of Long-Term Capital Management Random House, Septembre 2000.

[4] Sapir J., « Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long », Revue de la régulation, n°3, 2ème  semestre 2008, Varia, [En ligne], mis en ligne le 30 septembre 2008. URL : http://regulation.revues.org/document4032.html

[5] Sapir J., “Global finance in crisis” in real-world economics review, issue no. 46, 18 May 2008, http://www.paecon.net/PAEReview/issue46/Sapir46.pdf , voir aussi, Sapir J., « Sept jours qui ébranlèrent la finance », in Actualités de la recherche en Histoire Visuelle, 22 septembre 2008, URL : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/22/816-sept-jours-qui-ebranlerent-la-finance

[6] Sapir J., « From Financial Crisis to Turning Point. How the US ‘Subprime Crisis’ turned into a worldwide One and Will Change the World Economy » in Internationale Politik und Gesellschaft, n°1/2009, pp. 27-44

[9] Sapir J., « L’illusion prudentielle » (Ch. 8) in C. Walter (sous la direction de) Nouvelles normes financières – S’organiser face à la crise, Paris-Berlin-Heidelberg-New York, Springer-Verlag France, mai 2010, pp. 161-188


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *