Le 25 mai…

drapeau-europeAlors que s’approchent rapidement les élections européennes montent tant les pressions pour que je rende publique une consigne de vote, que les pressions pour l’abstention. Je comprends ces dernières, mais ne les approuve nullement. Des personnes très honorables, de Nikonoff à Todd, vont s’abstenir dimanche prochain. Je pense qu’ils commettent une erreur, et même une erreur grave.

Pourquoi voter ?

Deux arguments sont avancés pour justifier une consigne d’abstention : l’illégitimité supposée de la consultation et le « manque de choix » dans l’offre politique. Il faut les examiner séparément.

Sur l’illégitimité de la consultation, on peut certes penser et dire bien des choses des pratiques électorales. Comme de nombreux Français j’ai encore en travers de la gorge le déni du référendum sur le projet de Constitution européenne. Mais, je rappelle à tous ceux qui prônent l’abstention qu’une élection est légitime dès lors qu’elle se tient dans des conditions satisfaisantes. Le taux participation n’invalide nullement ses résultats, et les absents ont toujours tort. Le cas serait différent si des maires avaient décidé de ne pas organiser cette élection. Mais tel n’est pas le cas. Soit on a les moyens d’empêcher un scrutin de se tenir, parce que l’en on conteste la légitimité ou la légalité, soit on l’accepte, et ce faisant, on accepte aussi ses résultats. Il suffit à cet égard de regarder ce qui va se passer en Ukraine ce même dimanche où l’élection présidentielle ne sera pas organisée dans certaines régions. On voit bien que c’est cela qui met en cause la légitimité de cette élection, et non le nombre plus ou moins grand de votants. Dans le cas des élections européennes, si un mouvement populaire de grande ampleur s’était manifesté pour refuser qu’elles soient organisées, et exprimant dans le même temps une volonté de sortir de l’Union européenne, cela aurait un sens d’appeler non pas à l’abstention mais au boycott de ces élections. Il faut alors dire qu’un boycott des élections est un acte grave, qui annonce des ruptures politiques importantes. Telle n’est pas, peut être pas encore, la situation en France.

La question du « manque de choix » apparaît alors comme secondaire. L’éventail des partis et des listes est grand. Bien sur, on peut toujours dire que l’on ne se retrouve pas « parfaitement » dans les listes présentées. Il faut alors se poser le problème de savoir pourquoi, et des alliances que l’on aurait pu tisser avant. De ce point de vue, si le comportement d’individus comme Nikonoff ou Todd est respectable, tout en procédant d’une analyse qui est fausse à mon sens, on ne peut pas comprendre l’attitude d’organisations comme le M’Pep ou de partis politiques comme le MRC, qui appellent à l’abstention. Si ces partis ou organisation considèrent qu’ils étaient trop faibles pour prendre part au scrutin sous leur nom, pourquoi n’ont ils pas passé des alliances « au plus proche » ? Certes, on va dire qu’il y a des divergences politiques qui s’y opposent. Mais, sérieusement, ces divergences auraient pu être surmontées, et l’on sait bien que l’on ne fait jamais la totalité de ce que l’on veut dans une élection. On a manqué de clairvoyance, et pour certains de courage, en ne recherchant pas les alliances possibles et souhaitables. Ceci invalide radicalement la position, on devrait dire la « posture » d’abstention prise par ces organisations et partis.

Je répète donc ce que j’ai écrit à de nombreuses reprises. Il faut voter, en fonction de ses affinités, et ce quelles que soient les préventions que peuvent susciter, à raison, les imperfections des programmes proposés. Seuls les résultats exprimés auront un sens.

Pour qui voter ?

Voter, donc, mais alors reste la question de « pour qui ». Il n’est pas dans le but ni la logique de ce carnet de servir un parti ou un mouvement. Il n’est donc pas question que je donne des consignes de vote précises. J’attire simplement l’attention de mes lecteurs sur les points suivants :

  1. Il ne me semble pas possible d’apporter mon vote à des partis qui, depuis plus de vingt ans, tiennent les mêmes discours sur la construction européenne pour faire, dans le même temps, des politiques absolument contraires à leurs déclarations. Cela faut tout autant pour « l’Europe sociale » ou l’Autre Europe dont se réclament tant le PS que EELV, que pour l’UMP qui prétend défendre la souveraineté française mais organise en réalité son abdication.
  2. Par ailleurs, le refus des politiques d’Euro-Austérité dans lesquels ces partis sont connivents me conduit à penser que nous avons aujourd’hui le pouvoir de sanctionner ces dits partis.
  3. Il ne me semble pas possible d’apporter son vote à un parti, l’UDI, qui honnêtement défend la position fédéraliste que je combats pour des raisons qui ont été exprimées depuis que ce carnet existe. Ceci vaut pour toutes les positions fédéralistes.
  4. Le nouveau parti Nouvelle Donne, qui formule des critiques assez justes quant à la construction européenne, s’enfonce néanmoins dans les mêmes marécages du fédéralisme. C’est la raison pour laquelle il ne me semble pas possible d’apporter mon vote à ce parti.
  5. Bien entendu, me tenant sur une position de laïcité absolue, je ne puis considérer comme acceptable un parti dont le programme se définit avant tout en référence à une religion, comme le micro-Parti de Christine Boutin.

Pour le reste, nous sommes libres de voter selon nos convictions personnelles. Je me suis engagé, parce qu’il s’agissait d’un parti naissant porteur d’un véritable espoir, à voter pour le Front de Gauche aux précédentes élections en 2009. Je dois constater que ce parti n’a su ou pu concrétiser tous les espoirs mis en lui. C’est pourquoi, je ne ferai aucun appel public et voterai, le 25 mai, selon mes convictions.

Résultats des élections de 2009

Parti

Pourcentages

Votants

UMP

27,9%

4 799 908

PS

16,48%

2 838 160

Europe Ecologie

16,28%

2 803 759

MoDem

8,46%

1 455 841

Front de Gauche

6,48%

1 115 021

Front National

6,34%

1 091 691

 

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *