A tous

Chères lectrices, chers lecteurs.

Le carnet « RussEurope » existe depuis le 18 septembre 2011. Grâce à vous, il est devenu un instrument important dans le débat, tant en France qu’à l’étranger, ce dont je vous remercie. Si vous êtes de plus en plus nombreux à venir le consulter, avec en mars et en mai plus de 60 000 visiteurs par mois et plus de 150 000 visites, c’est – je le suppose – que les sujets abordés, et dont je reconnais qu’ils peuvent parfois être arides, vous ont intéressés. Sachez en tous les cas que, pour moi, maintenir la qualité de ce carnet fut un objectif permanent et un défi constant. Pour cela aussi, je tiens à vous remercier et à vous exprimer ma gratitude. Je tiens aussi à associer à ces remerciements les traducteurs qui officient gracieusement, Anne-Marie de Grazia pour l’anglais, Etienne Ruzic pour l’italien notamment, sans oublier Nadia Sikorski pour le russe, et Christophe Ventura ainsi que Suzanne Marino pour l’espagnol.

Graphique 1

Visites mensuelles sur RussEurope

 Visites mensuelles

Le flux quotidien de visites n’a cessé d’augmenter depuis septembre 2011, connaissant des pics, comme lors de la crise Chypriote ou de l’attaque indigne de Pierre Moscovici, mais pas seulement. Les analyses sur les élections européennes du 25 mai ont permis pour la première fois de dépasser le cap des 10 000 visites journalières.

Graphique 2

Flux journalier des visites

 Visites quotidiennes

Je sais, de plus, que ceci n’épuise pas le nombre de mes lecteurs. La plupart des textes de ce carnet sont repris sur d’autres sites, comme Marianne2.fr ou d’autres, que ce soit en France ou à l’étranger (et signalons deux sites italiens qui reprennent et parfois traduisent mes notes, l’Antidiplomatico et VocedelEstero). C’est donc probablement à un total de plus de 240 000 visites et de 90 000 visiteurs par mois que je dois faire référence si je compte tous les lecteurs, que ceux-ci viennent sur Hypothèses ou sur d’autres sites. J’en profite pour signaler que mes notes étant sous Creative Commons, tout le monde peut les reprendre, à la condition de les citer in extenso et d’en indiquer l’origine.

Le système Hypothèses me permet de vérifier la provenance des visites.  Si la France est bien entendu la première des origines, on trouve ensuite la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la Belgique. Relativement au nombre de ses habitants, les visiteurs belges sont parmi les plus assidus. Rapporté à la population, ils auraient été la moitié du lectorat français. On trouve ensuite, par ordre décroissant, les Allemands, les Suisses, les Canadiens, les Italiens et les Russes. Je salue ici toutes ces personnes, qui font souvent l’effort de me lire dans une langue qui n’est pas la leur. Certains d’entre vous se sont étonnés que l’espace des commentaires soit fermé. Mais, compte tenu du nombre de ces derniers, je ne pouvais avoir la force de les modérer tous et d’y répondre. Par ailleurs, si certains approuvent ce qu’ils lisent, d’autres désapprouvent. La lecture ne vaut pas adhésion, mais tel n’était pas le but de ce carnet. Son existence se justifie par le débat qu’il peut impulser.

A toutes et tous, que vous partagiez mes positions ou que vous les combattiez, je dis et redis un grand merci.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *