Guerre civile en Ukraine

Les évènements en Ukraine orientale depuis le 25 mai ont donné tristement raison à ceux qui prédisaient le déclenchement d’une guerre civile. Il n’est pas un jour sans que l’on ait des nouvelles très inquiétantes de ce qui se passe dans ces régions, sans que l’on annonce des morts, que ce soit au sein des insurgés, de la population civile – qui paye un lourd tribut – ou parmi les forces du gouvernement de Kiev. L’emploi par le gouvernement de Kiev de moyens militaires importants, hélicoptères de combat, avions à réaction qui ont bombardé la ville de Slaviansk le 2 juin (ce qui a été confirmé par l‘OSCE), voire de lance-roquettes d’artillerie, est tout particulièrement à noter. Il y a de cela près de trois ans, les gouvernements occidentaux – dont le gouvernement français – s’étaient émus de l’emploi de ce type d’arme dans la guerre civile en Syrie. Plus avant, lors de la guerre civile en Libye, l’argument du massacre des populations civiles avait été employé pour justifier ce qu’il faut bien appeler une intervention militaire. Il est frappant de constater le silence assourdissant de ces mêmes gouvernements alors que le gouvernement de Kiev utilise exactement les mêmes forces contre les insurgés. On ne peut s’empêcher de penser qu’il y a véritablement deux poids et deux mesures avec lesquels sont pesées les vies et les destinés des uns et des autres. La haine de tout ce qui est russe et vient de Russie aveugle suffisamment une partie de la presse et des intellectuels en France, à l’exception d’Emmanuel Todd, pour que nul ne s’étonne de ce silence assourdissant des « bonnes âmes ».

L’élection présidentielle du 25 mai, qui a vu l’élection dès le premier tour de M. Porochenko comme président, n’a pas conduit, là aussi comme on le pressentait, à une amélioration de la situation. M. Porochenko n’a été élu que dans l’Ouest et la partie centrale du pays. Sa légitimité reste contestable. Il pourrait la construire, s’il se décidait à ouvrir un dialogue immédiat avec les insurgés et surtout à interrompre immédiatement les opérations militaires. Car il faut ici rappeler que ces insurgés se sont levés contre le gouvernement de Kiev mais pas nécessairement contre l’Ukraine. Des discussions avec des personnes représentants la « République du Donbass », de Donetsk et de Slaviansk, montraient jusqu’à ces deux dernières semaines la présence d’un fort ressentiment contre le gouvernement provisoire mais aussi l’acceptation de principe de la participation à l’Ukraine. Les revendications des populations de l’Est de l’Ukraine, qu’elles soient linguistiques ou culturelles, n’apparaissent pas comme déraisonnables1. La demande pour une « fédéralisation » de l’Ukraine aurait dû, et devrait encore, être entendue. Mais la violence des combats qui déchirent les régions de Donetsk et Slaviansk, la peur qui s’installe désormais à Odessa, en proie à l’action des milices d’extrême-droite, est en train de faire basculer une partie des habitants vers un véritable séparatisme, et vers l’idée que le seule solution pour eux réside dans une union avec la Russie.

Les lecteurs de ce carnet le savent, j’ai défendu depuis le début de cette crise la thèse d’une unité de l’Ukraine, parce que c’était la solution qui me semblait politiquement la plus adéquate. Une scission du pays provoquerait des répercussions en chaîne à la fois dans la région et au sein de l’Union européenne qui se retrouverait avec la responsabilité de la gestion d’une Ukraine croupion, réduite aux régions de l’Ouest et du centre. Il est à craindre que, dans cette situation, les habitants de Lviv (L’vov) demandent leur rattachement à la Pologne. Seule la fédéralisation de l’Ukraine pourrait enrayer ce processus. Mais elle exige que les armes se taisent et que le gouvernement de Kiev accepte de négocier avec les insurgés. C’est une réalité de l’Histoire : on négocie rarement avec ses amis ! Sinon, c’est l’existence même de l’Ukraine qui risque d’être mise en question.


  1. Recknagel C., « What Are Eastern Ukraine’s (Legitimate) Grievances With Kyiv? », RFE/RL []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *