Les trois ans qui restent…

Les élections européennes, on ne s’en rend pas toujours compte, ont largement modifié la perception du microcosme politique pour les trois années qui nous restent à vivre sous la présidence de François Hollande. Il n’est d’ailleurs pas sûr que l’échéance de 2017 soit respectée. On peut désormais envisager, même si ces hypothèses ne sont pas les plus probables en l’état, que cette échéance soit avancée, soit par une dissolution de l’Assemblée, soit par une démission du Président. En effet, la dégradation tant de la situation politique que de la situation économique atteint désormais un tel rythme qu’il devient possible de penser à des issues plus rapides.

La dégradation de la situation économique

Cette dernière n’est pas spectaculaire, et fait rarement la première page des journaux. Elle n’en est pas moins très inquiétante. Rappelons déjà un fait : avec un PIB qui stagne, et à structure de répartition constante, un pays dont la population s’accroît régulièrement comme le nôtre voit le PIB par habitant mécaniquement diminuer. Cela se traduit par un revenu en baisse, mais aussi – car les résistances aux diverses coupes sociales que veut imposer le gouvernement sont fortes – par une hausse des prélèvements ainsi que des déficits. Le gouvernement se débat ici dans une nasse où il s’est lui-même mis. Toute réduction des budgets sociaux, toute aggravation de la situation du plus grand nombre se traduit directement, mais aussi indirectement en raison de l’impact de ces mesures sur les anticipations des ménages, par une baisse de la consommation. Bien sûr, la consommation des entreprises et celle de l’État masquent en partie ce processus. Mais il devient chaque jour plus évident. Devant cette baisse de la consommation, et devant des perspectives internationales dégradées du fait du taux de change de l’Euro qui pèse dramatiquement sur notre économie, l’investissement est en panne. En fait, la population de notre pays s’appauvrit de manière régulière depuis 2007.

Graphique 1

 PIB par Hab

Source: INSEE

On comprend bien que ce n’est pas ainsi que l’on retrouvera une croissance forte, nous entendons par là égale ou supérieure à 3%, dont notre pays à besoin pour une période d’au moins 5 ans pour retrouver un certain équilibre. La crise est relativement masquée par la baisse de l’épargne des français, qui contribue au relatif maintien de la consommation mais qui se fait au détriment du futur.

Graphique 2

 Epargne par Hab

En fait, la consommation des ménages, après le fléchissement dû à la crise financière, s’était redressée jusqu’en janvier 2011. Depuis cette date, sous les coups de la politique d’austérité imposée pour « sauver la zone Euro », la consommation fléchit. Cela ne doit pas nous surprendre quand on a à l’esprit les chiffres de la production par habitant. Ce qui est néanmoins significatif est que ce fléchissement se produit alors que l’épargne est nettement inférieure à ce qu’elle était – à prix constants – en 2000. En fait, cette baisse de la consommation vérifie l’appauvrissement général de la population. Il faudrait, bien entendu, y ajouter la baisse des services publics à la population, que ce soit en qualité (dans les transports) ou en qualité et en quantité comme dans la santé et l’enseignement. La politique budgétaire des gouvernements depuis 2010, on l’oublie trop souvent, a abouti à une stabilisation des dépenses publiques au sens strict.

Graphique 3

 Comnsom-MenSource: INSEE

Si le déficit continue d’exister, c’est en raison de la dérive des dépenses sociales, elles-mêmes induites par la faible activité économique (les prestations chômage) et par la hausse de la population. Normalement, une telle hausse devrait induire une croissance relativement forte, mais l’économie est budgétairement réprimée par le gouvernement pour limiter la montée de la dette. Le problème étant qu’à chaque nouveau « tour de vis » que le gouvernement impose, il détériore un peu plus la croissance, et donc les ressources fiscales, qui pourraient lui permettre d’équilibrer son budget. Le gouvernement est dans la position de quelqu’un qui risque de se noyer et qui n’a pas de plus pressé que de boire de l’eau en se disant que cela va le faire flotter alors que cela l’entraine irrémédiablement vers le fond.

La réalité des choses est que l’Euro, et oui, toujours lui mais non sans raison, détruit notre compétitivité. On le constate avec l’évolution de la production manufacturière depuis la crise de 2007.

Graphique 4

 Prod-Manuf

Graphique 4b

 Graphe 4B

Source : INSEE

On constate le choc de la crise. La production s’effondre à partir de mars 2008. Elle connaît un rebond d’avril 2009 à février 2011, mais elle se remet à décroître après cette date. L’Euro est un problème non seulement vis-à-vis des économies hors zone Euro, et de ce point de vue, le taux de change Euro-Dollar exprime bien le problème. Le cas de l’Allemagne, seul pays dont la production industrielle soit revenue à peu de choses près au niveau de 2007 alors qu’elle baisse partout ailleurs est ici exemplaire. La structure de la production allemande lui permet de supporter un taux de change de 1,35/1,40 Dollar pour un Euro, alors que les autres pays de la zone Euro sont asphyxiés. De ce point de vue, il faut voir l’évolution sur longue période, après l’introduction de l’Euro, à un taux qui avait été artificiellement fixé à 1,22 USD. La tendance est largement à la hausse depuis 2002. Certes, le taux de change est monté au-delà de 1,50 USD aux pires moments de la crise, mais la tendance à la hausse depuis 2000 est claire et nette.

Graphique 5

 Euro-USD

Source: Banque Centrale Européenne

Cette tendance pénalise particulièrement l’industrie française dont les coûts sont comparables à ceux de l’industrie allemande, mais dont la gamme de produit est positionnée très différemment. Or ceux qui pensent qu’un repositionnement « à l’allemande » est possible s’illusionnent. En fait, l’Allemagne a acquis, tant de manière objective que subjective, une position dominante sur le haut de gamme. Il ne sert à rien de la contester. Il faudrait pouvoir la contourner, mais pour cela, il faut dévaluer. C’est ici que l’on mesure aussi le coût de l’Euro cette fois pour le commerce intra-Zone. Dans la zone Euro, nous perdons du terrain face à nos concurrents naturels, l’Italie et l’Espagne, qui baissent leurs coûts au prix de terribles baisses de salaire dont les conséquences sont effroyables en termes d’emploi.

Tableau 1

 Couts salariaux

La solution évidente résiderait dans une dissolution de la zone Euro qui permettrait à chaque pays d’avoir le taux de change correspondant aux réalités de son économie. Ce que nous perdrions par rapport à l’Italie et à l’Espagne qui, n’en doutons pas, dévalueraient plus que nous, nous le gagnerions et au-delà par rapport à l’Allemagne et aux pays de la zone Dollar. On aurait alors une remise en ordre des balances commerciales, l’excédent allemand diminuant tandis que la France, l’Italie ou Espagne seraient tirés par la croissance de leur commerce tant extérieur qu’intérieur. Le coût, pour l’Allemagne, serait passager car important des produits des pays ayant dévalué, elle limiterait ainsi en partie les effets de surévaluation de sa monnaie qu’une dissolution de la zone Euro entraînerait immanquablement.

Telle est la solution à nos problèmes économiques. C’est ce que ne comprennent pas les « socialistes affligés »[1]. Ces derniers, les dissidents du PS et certains membres du Front de Gauche dénoncent la « politique de l’offre » menée par le gouvernement. Ils ont raison sur ce point. Mais, il n’y a pas d’espace pour une « politique de la demande » dans le cadre strict de l’Euro – ce que, par tactique ou par aveuglement idéologique, ils se refusent à voir. Il est évident que l’adoption de taux réduit pour la CSG, ou l’accroissement du nombre des emplois aidés sont deux mesures parfaitement inadaptées à la gravité de la situation. Elles ne peuvent être que des palliatifs à l’efficacité limitée[2]. Par ailleurs, il ne peut y avoir de « politique de la demande » stricto sensu que si on inclut dans cette politique un nécessaire effort d’investissement. Mais, pour cela, il faut reconstruire et la demande (pour assurer le besoin d’investir) et la trésorerie des entreprises (pour assurer la capacité à investir), car faire l’un sans l’autre aboutit, et aboutira, à l’échec. La situation économique connaît depuis ces dernières semaines une dramatisation qui ne laisse que très peu de marges de manœuvres aux différents acteurs. La nomination de Laurence Boone[3] à la place d’Emmanuel Macron comme conseiller économique du Président confirme bien à la fois la permanence dans l’erreur dans laquelle se complaît François Hollande, mais aussi un entêtement meurtrier à appliquer une soi-disant « politique de l’offre » qui n’a jamais fonctionné.  Cette nomination confirme aussi que le Président, comme ses conseillers, va continuer de vivre dans un monde imaginaire, où la croissance est supposée revenir d’un jour à l’autre. Les données qui ont été présentées plus haut montrent qu’à l’évidence il n’en est rien.

D’ailleurs, l’échec des mesures prises début juin par la BCE, qui ne font qu’amplifier une bulle obligataire mais qui laissent inchangées la situation économique réelle[4], montre que Mario Draghi touche aux limites de ce que peut espérer réaliser un président de Banque Centrale.

La dégradation de la situation politique

Mais, dans le même temps que l’on assiste à cette dégradation de la situation économique, les élections européennes ont profondément modifié la donne dans le domaine politique. On ne reviendra pas sur l’analyse des résultats de cette élection, qui ont vu le double effondrement des « fédéralistes » (UDI et EELV) et des « Euro-résignés » (PS et UMP), tandis que les « eurosceptiques » (DLR, FdG et FN) s’affirmaient comme le premier bloc électoral du pays[5]. De même, on ne s’étendra pas sur le fait que le Front National, avec 25% des suffrages exprimés, devance largement l’UMP et écrase le PS. Il est déjà plus intéressant de regarder la répartition géographique du vote Front National.

Carte 1

 Bo3-gibCYAAH7qB

On voit que ce vote sort de ses terres traditionnelles et couvre désormais largement la France ouvrière et s’implante sur les terres de péri-urbanisation. Les analyses d’après-vote confirment que parmi les votants les jeunes et les actifs ont voté en majorité pour le FN. C’est en réalité là que se situe le véritable « séisme » du vote du 25 mai. Tant au PS qu’à l’UMP, de nombreux dirigeants on a pris conscience de ce que signifie la percée du FN dans des électorats éloignés de celui de son origine, et en concluent que le FN sera obligatoirement au deuxième tour de la présidentielle de 2017. Les stratégies vont donc  s’orienter vers les moyens d’assurer au candidat de chaque parti une place au deuxième tour, dans l’espoir qu’à ce moment les votes se reporteront sur le candidat autre que celui du FN. Les conséquences de ces analyses se font déjà sentir tant à l’UMP qu’au PS.

On ne peut pas comprendre la violence qui marque actuellement les affrontements au sein de l’UMP, à la suite de l’affaire Bygmalion et de la démission de J.-F. Copé, si on ne les rattache tant à des affrontements de personnes qu’à des conflits entre des lignes politiques. L’enjeu étant d’avoir une candidature commune avec les centristes du MODEM/UDI afin d’être sûr de participer, et donc dans l’esprit des dirigeants de gagner, au second tour. Nicolas Sarkozy s’entretient dans l’illusion d’un « retour », sans avoir compris que son comportement l’a rendu durablement odieux à une partie même des électeurs de son propre camp. Le choix semble s’orienter entre M. Juppé et M. Fillon. Si le premier est un personnage relativement consensuel, il devra néanmoins faire la preuve qu’il a bien une ligne politique solide, et pas seulement un bilan acceptable comme maire d’une grande ville, capable de rassembler et même au-delà de son camp. Pour François Fillon, le problème de son positionnement politique se pose. Son image a été profondément brouillée par sa coopération avec Nicolas Sarkozy, dont il fut le Premier Ministre de 2007 à 2012. Il hérite d’une partie de l’opprobre qui frappe l’ancien Président. On connaît ses velléités néogaullistes, datant de son alliance avec feu Philippe Seguin. Mais, elles ont été effacées par une trop longue cohabitation avec la ligne Otanienne et européiste de Sarkozy.

Pour être plus feutrés, ces affrontements ne sont pas moindres au PS, où ils se déroulent en réalité dans un champ de ruines. Compte tenu du très faible résultat fait lors des élections européennes, la question pour le PS est de reconstituer la « Gauche plurielle » de Lionel Jospin, mais aussi de l’ouvrir à une partie du Centre. Cet objectif est cependant plus vite dit qu’atteint. Si la menace du « fascisme », comprendre le Front National affublé ici d’un qualificatif aussi grandiloquent qu’imaginaire permet de resserrer les rangs, si la crainte d’une répétition du scénario de 2002, justement avec Lionel Jospin, fera certainement réfléchir à deux fois tout prétendant visant à illustrer sa différence à gauche, le résultat est pourtant loin d’être assuré. A cela, deux raisons. La première n’est autre que l’état de ruines que laisse la présidence Hollande au niveau politique et idéologique dans la gauche. Rarement ralliement à l’idéologie bancaire aura été aussi complet et aussi impudent, mais aussi maladroit. Avec son sourire béat d’éternel satisfait de sa personne, François Hollande ne se rend visiblement pas compte qu’il rend odieux tout ce qu’il entreprend. La seconde est que si le tournant dit « de la politique de l’offre » peut satisfaire en partie l’électorat centriste, ce tournant même radicalise les oppositions sur sa gauche. Au point que même si le Front de Gauche se pliait à la logique d’une candidature unique de la « gauche », une manœuvre qui serait plutôt bien accepté par le PCF qui éviterait ainsi d’avoir à se compter, une bonne partie de ses électeurs ne le suivrait pas. Or, et les résultats du 25 mai le prouvent, sur ses forces, avec le soutien de EELV, le PS n’arrive pas au niveau du Front National. Il doit donc s’agréger son électorat de gauche, mais cela risque d’être impossible s’il continue sur sa ligne actuelle. En fait, ceci recoupe aussi une question de personne. Si François Hollande, définitivement discrédité, réduit à n’être que « monsieur 3% », accepte de céder la place, trois candidatures apparaissent aujourd’hui possibles. Bien sûr, il y a en premier lieu celle du Premier Ministre, Manuel Valls, mais qui concentre sur lui beaucoup de haines à gauche comme à droite, et pas toujours imméritées. Martine Aubry peut elle aussi se targuer de pouvoir être une bonne candidate, qui serait – peut être – finalement acceptable par la gauche de l’électorat. Mais, elle traîne les affaires internes du PS, qu’elle na pas voulu régler du temps où elle dirigeait ce défunt parti. Un troisième candidat pourrait alors émerger, et c’est Arnaud Montebourg, qui a pour lui un bon score à la primaire socialiste de 2011, un positionnement (relativement) clair sur les question européennes qui le rendrait acceptable pour la majorité des eurosceptiques, et des positions qui peuvent contenter tant la gauche que la droite, à l’exception des militants écologistes. Mais, restant dans un gouvernement déconsidéré, il perd ainsi une large partie du crédit qu’il avait pu se constituer lors de ses affrontements avec Jean-Marc Ayrault sur les dossiers industriels.

 

Le constat doit donc être tiré que, dans une situation qui continue de se dégrader tant économiquement que socialement et politiquement[6], aucune solution « évidente » n’apparaît pour résoudre la crise de légitimité dont souffre le gouvernement. La France apparaît désormais comme un navire sans gouvernail alors que la tempête se lève. Mais, le plus inquiétant dans tout cela reste le déni benêt des difficultés que pratique François Hollande. Cela revient à allumer une cigarette sur un baril de poudre.


[5] Sapir J., « Stupeur et Tremblement », RussEurope, le 26 mai 2014, http://russeurope.hypotheses.org/2320


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *