Les origines de la Russie moderne

MontlibertLe livre de Catherine de Montlibert[1] L’émancipation des serfs de Russie vient combler une importante lacune dans les études portant sur ce sujet. Ce livre fera date pour trois raisons. D’une part, il resitue les enjeux précis de la fin du servage en Russie. Ensuite, il ouvre la voie a une intéressante comparaison avec l’abolition de l’esclavage aux États-Unis, et il souligne à ce propos les débuts d’une opinion publique, à la fois nationale et mondiale dont le rôle va s’avérer extrêmement important dans la maturation de ces idées. Enfin, exploitant des textes peu connus ou peu utilisés, ce livre éclaire d’un jour très particulier l’après émancipation, soit la société russe issue de ce choc que représentât l’émancipation, mais aussi des compromis qui furent passés à ce propos.

Le contexte de l’émancipation

L’existence d’un système de servage avait bien été perçue par les contemporains comme une anomalie, un archaïsme. Elle avait suscité de nombreux écrits, dés la fin du XVIIIème siècle. Elle est restée comme la preuve d’une arriération de la Russie impériale. Catherine de Montlibert reprend à juste titre la citation de Georges Duby, tirée de l’article qu’il écrivit dans Encyclopaedia Universalis : « Alors qu’en Europe de l’Ouest, il ne reste que quelques vestiges du servage à la fin du Moyen-âge, en Russie et plus largement dans l’Est de l’Europe, une nouvelle forme de servage se développe et demeure jusqu’à son abolition tardive, au milieu du XIXème siècle »[2].

En fait, le servage russe correspond à une réalité bien différente de l’institution moyen-âgeuse qui fonctionna en Europe occidentale. On peut le rattacher aux problèmes fiscaux d’un État confronté à l’immensité de son territoire et au (relativement) faible nombre d’hommes. Mais, cette institution qui est fonctionnellement d’origine fiscale s’enracine aussi dans un passé communautaire de la paysannerie slave. De ce point de vue, le servage est plus un système, c’est à dire un ensemble d’institutions se renforçant l’une l’autre, qu’une institution isolée. Dans ce système, une institution occupe une place particulière, c’est la commune rurale. Roger Portal a bien décrit de quoi il s’agit :

« Le Mir ou Obscina recouvre la Communauté agraire et le Village communautaire. Ces deux termes sont traduits souvent par le terme de « commune ». C’est une communauté paysanne à base foncière. Les terres de la communauté sont concédées collectivement par le propriétaire noble, à titre précaire jusqu’en 1861 »[3].

Portal montre aussi que l’image de cette institution a été transformée dans les débats idéologiques du XIXème siècle, point qui fut aussi traité par Franco Venturi dans un ouvrage qui eut un grand retentissement il y a plus de quarante ans[4]. C’est sur ce point, l’image du servage et de son abolition, que très justement Catherine de Montlibert insiste en dressant un parallèle extrêmement instructif avec l’abolition de l’esclavage aux États-Unis. Dans les deux situations on assiste à une radicalisation progressive de ce qui constitue l’opinion publique d’alors, essentiellement les intellectuels mais aussi les personnes éduquées et, de proche en proche, une bonne partie des couches urbaines. Ce mouvement des opinions publiques est bien entendu national, mais il est aussi international. La circulation des idées contribue à leur maturation. La perspective de Catherine de Montlibert est ainsi particulièrement intéressante en cela qu’elle situe le processus d’évolution d’un système institutionnel russe dans son contexte idéologique international.

Les enjeux de l’émancipation

Mais, ce n’est pas le seul point marquant de ce livre. L’abolition du servage impose de repenser le système institutionnel ou de le remplacer. Pour diverses raisons, qui sont expliquées dans l’ouvrage, le gouvernement russe s’est orienté vers la voie d’une réforme qui, tout en posant les bases en Russie du développement d’un État moderne, a laissé en place de nombreuses institutions du système antérieur. Catherine de Montlibert peut ainsi écrire :

« L’émergence du citoyen, puisque la tutelle seigneuriale qui absorbait la personnalité civile du serf est levée, est un des éléments centraux. Le serf émancipé acquiert les droits civils et personnels. L’introduction du vote censitaire au niveau local ouvre la possibilité de choisir de nouveaux représentants dans les instances locales du Mir, communauté villageoise et du volost, canton, dans les zemstvos, assemblées des collectivités territoriales et dans les doumas, conseils des villes. La réorganisation de l’État central est consacrée par la séparation de l’action administrative et du domaine de la loi. La mise en place de l’organisation territoriale de l’État est assurée par la reconnaissance du Mir, comme étant la plus petite entité de l’État »[5].

On mesure bien les enjeux de cette réforme qui d’une part reconnaît l’indépendance de la personnalité civile du serf, qui met en place de nouvelles institutions, mais qui déclare aussi le Mir comme étant une entité d’État. De fait, la réforme condamne la Russie à rester dans un « entre-deux », qui va se révéler profondément déstabilisateur. Ce fut aussi la solution adoptée par les États-Unis, abolissant certes l’esclavage mais sans donner aux anciens esclaves des moyens réels d’existence et en laissant un certain nombre d’États du Sud réintroduire la ségrégation. Mais, à la différence de la Russie la situation aux États-Unis va conduire à l’éclatement rapide du système agricole auquel était lié l’esclavage et au mouvement d’immigration interne des populations noires vers les grandes métropoles industrielles du Nord. Le déséquilibre a engendré ici une dynamique de changements rapides qui vont contribuer à façonner les États-Unis modernes. A l’opposé, le déséquilibre introduit dans la société rurale russe par cet « entre-deux », libérant certes les anciens serfs mais empêchant la constitution d’une agriculture de petits propriétaires à l’échelle européenne, va engendrer une dynamique de crises successives qui vont enraciner le système rural dans ses traits archaïques lors de la collectivisation de 1928 à 1932. Il est vrai aussi que l’URSS ne s’était pas débarrassée, ni en un jour ni en un an, des legs russes. Qu’il s’agisse de la permanence des administrations, au moins jusqu’en 1929[6], de la proximité du discours industrialisateur soviétique avec celui du ministre modernisateur Witte au XIXème siècle, voire de pratiques sociales, tant rurales qu’urbaines, dont on peut suivre les traces jusque dans les années quarante[7], les continuités sont bien plus grandes que ne l’imaginent les représentations mythiques, en positif ou négatif, de la révolution de 1917. Ce thème des permanences, transformées et recomposées par le mouvement du développement, constitue l’un des axes de l’interprétation que Moshe Lewin a donné du système soviétique[8]. La manière dont l’auteur a posé les problèmes méthodologiques de son approche reste non seulement pertinente pour qui travaille sur l’URSS, mais pourrait s’appliquer à qui veut comprendre la Russie présente :

« Nous insistons, et continuons d’insister, sur l’importance des effets économiques et sociaux des événements récents et courants parce qu’ils sont certainement responsables d’un nouveau phénomène – le système soviétique. Et notre tâche essentielle est précisément d’évaluer ce système et sa nouveauté. Par ailleurs, nous continuons à inviter le chercheur intéressé à prendre sa respiration et à se plonger dans le passé russe, suggérant par là que les racines des événements plus récents s’y dissimulent peut-être et surtout exercent encore une influence.[9]« 

Cette présence du passé au sein même du présent peut s’appréhender à travers diverses figures. Celle de l’archaïsation, ou des éléments archaïques perdurant au sein même d’un processus de modernisation est certainement la plus courante.

Une comparaison enrichissante

C’est donc dire à quel point cette comparaison entre les États-Unis et la Russie apparaît judicieuse. Il faut d’ailleurs rappeler que l’époque, les années 1860 à 1885, sont celles d’une attraction importante entre les deux pays. La Russie soutiendra d’emblée, et de manière résolue, le gouvernement fédéral américain lors de la guerre de Sécession, alors que la position diplomatique tant de la Grande-Bretagne que de la France est, au moins au début, bien plus ambiguë. Cette comparaison vient s’articuler avec une autre comparaison, elle plus classique dans l’historiographie, avec le développement du Japon sous la « Restauration Meïji ». La persistance de relations sociales traditionnelles, tout comme celle de formes anciennes d’organisation économique, ont été des éléments décisifs dans le succès de la stratégie de l’ère Meïji[10]. Il faut alors s’interroger si le renforcement dans la Russie actuelle de comportements hérités de la période soviétique, comme les relations bilatérales, les pratiques de collusion entre directeurs, mais aussi l’intégration des travailleurs à travers le développement des fonctions sociales de l’entreprise, constituent nécessairement des phénomènes négatifs.

Le succès de toute stratégie de modernisation passe, très probablement, par la capacité à réutiliser des formes traditionnelles et non par la projection et l’application, directes et intégrales, de l’ensemble des formes réputées modernes et directement empruntées à des sociétés considérées comme plus avancées.

On peut alors considérer que le couple moderne/archaïque  fait ici la preuve de sa vacuité. Le nouveau ne peut se développer qu’en s’appuyant sur la permanence d’éléments plus anciens. Tout d’abord parce qu’il est matériellement impossible de transformer la totalité d’un édifice social en un seul mouvement. Ensuite parce que, quand bien même aurions-nous à notre disposition les moyens matériels et politiques pour pouvoir prétendre à la possibilité d’une telle approche, cette dernière n’en serait pas moins impossible en raison des résistances spontanées des acteurs.

L’une des raisons fondamentales à la permanence de pôles stables dans le changement tient aux limites cognitives des individus[11]. Ces dernières n’expriment pas simplement le fait qu’il est impossible de tout savoir mais plus simplement qu’il est impossible de traiter la totalité des signaux engendrés par l’environnement de manière simultanée[12]. Si on adopte le point de vue des auteurs se réclamant de la rationalité limitée[13], l’incertitude ne provient plus d’un manque d’information comme le prétend la théorie économique standard[14], mais résulte d’un excès de signaux qui sature les capacités de traitement de l’opérateur. Ainsi, pour pouvoir concentrer notre attention et notre réflexion sur un problème donné, nous devons en certains cas non pas oublier les autres, mais supposer que la répétition de gestes passés constituera une réponse adéquate[15]. En d’autres termes, l’innovation n’est rendue possible en un point que par la présence de routines en d’autres. Les routines ont alors pour fonction de limiter l’extension des dissonances cognitives induites par des innovations en certains points, ou par les incertitudes issues des innovations adoptées par autrui[16].

Le vécu de l’émancipation

Un dernier point extrêmement important est le vécu de l’émancipation, tel qu’il nous est accessible par les textes des « médiateurs de paix »,  ou mirovoï posrednik, ces personnes désignées par le pouvoir pour superviser l’application des lois d’émancipation et mis en place conformément au Manifeste de l’empereur Alexandre II du 19 février 1861. Qu’il s’agisse d’Anatole Kulomzin (1838-1923) ou de Léon Tolstoï (1828-1910), leurs témoignages sont évidemment particulièrement précieux et ils n’ont pas toujours été exploités. Ces médiateurs sont chargés de promouvoir et de favoriser la compréhension de la réforme par les deux parties en présence, les seigneurs et les paysans. Ils sont donc en contact avec ces deux parties, et tout naturellement leur rôle s’en trouve transformé. De récents travaux portent sur les médiateurs de paix et mettent en évidence leur contribution dans le développement de la société civile[17]. L’exploitation de ces sources donne à cet ouvrage une dimension nouvelle, et l’enrichit considérablement. C’est bien un apport important à la question de l’émancipation des serfs. Et, quand on mesure l’impact qu’a eu cette question sur la construction de la Russie moderne, on mesure mieux l’importance de ce magistral ouvrage.


[1] De Montlibert C., L’émancipation des serfs de Russie , Bruxelles, Bebooks, 2014.

[2] G. Duby, «Servage», dans Encyclopedia Universalis, corpus 20, p. 934-936.

[3] Portal R., « Quelques définitions », dans R. Portal (éd), Le statut des paysans libérés du servage: 1861-1961, Recueil d’articles et de documents présentés par R. Portal, avec la collaboration de T. Bakounine, M. Confino, C. Kastler, Paris, Mouton, 1963. p. 35.

[4] Venturi F., Les intellectuels, le peuple et la révolution. Histoire du populisme au XIXe siècle, Paris, NRF Gallimard, 1972

[5] de Montlibert C., op.cit., p.14.

 [6] D.K. Rowney, Transition to technocracy – The structural origins of the Soviet Administrative State, Cornell University Press, Ithaca et Londres, 1989 ; S. Sternheimer, « Administration for the development : the emerging bureaucratic elite, 1920-1930 », in W. McKenzie Pintner et D.K. Rowney (eds.), Russian Officialdom – The bureaucratization of Russian society from the seventeenth to the twentieth century, The University of North Carolina Press, Chapell Hill, N.C., 1980.

[7] A. Gerschenkron, « Russia : Patterns and Problems of Economic Development, 1861-1958 », in A. Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective – A Book of Essays, The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1962, pp. 119-151 ; T. Shanin, Russia as a developping society, Macmillan, Londres, 1985.

[8] M. Lewin, La formation du système soviétique, Gallimard, Paris, 1987.

[9] Idem, p. 17.

[10] Voir, J. Hirschmeier, The origins of Entrepreneurship in Meïji Japan, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1964 ; J.W.Bennet et I. Ishino, Paternalism in the Japanes Economy : Anthropological Studies of Oyabun-Kobun Patterns, University of Minnesota Press, Minneapolis, Minn., 1963 ; G. Ranis, « The community-Centered Entrepreneur in Japanese Development », in Explorations in Entrepreneurial History, vol.III, n°2, décembre 1955 ; M.Y. Yoshino, Japan’s Managerial System-Tradition and Innovation, MIT Press, Cambridge, Mass., 1968.

[11] Voir J. Sapir, Quelle économie pour le XXIème siècle, Odile Jacob, Paris, 2005.

[12] H.A. Simon, « From Substantive to Procedural rationality » in S.J. Latsis, Method ans Appraisal in Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1976, pp. 129-148.

[13] Pour une bonne revue de la littérature et des arguments supportant ce point de vue, J. Conlisk, « Why Bounded Rationality? », in Journal of Economic Littérature , vol. XXXIV, n°2, 1996, juin, pp. 669-700.

[14] G.J. Stigler, « The Economics of Information », in Journal of Political Economy , vol. 69, n°1, 1961, juin, pp. 203-215.

[15] La question de la concentration de l’attention et des capacités de réflexion est fondamentale pour comprendre la valeur possible des routines. « In a world where attention is a major scarce ressource, information may be an expensive luxury, for it may turn our attention from what is important to what is unimportant ». H.A. Simon, « Rationality as a Process and as a Product of Thought », in American Economic Review, vol. 68, n°2, 1978, pp. 1-16, p.13.

[16] La question des dissonances cognitives en un monde où domine l’incertitude est l’une des clés de l’oeuvre de Keynes comme le montre G.L.S. Shackle, « The Romantic Mountain and the Classic Lake : Alan Coddington’s Keynesian Economics », in Journal of Post-Keynesian Economics, vol. 6, n°1, 1983, pp. 241-257. Le thème est aussi abordé dans G.A. Akerlof et W.T. Dickens, « The Economic Consequence of Cognitive Dissonance », in American Economic Review, vol. 72, n°1, 1982, pp. 307-319.

[17]  Easley R., The Emancipation of the Serfs in Russia. Peace Arbitrators and the Development of Civil Society, London and New York, Routledge, 2008, cité par C. de Montlibert.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *