18 juin

Le 18 juin est une date à la lourde charge symbolique. En commémorant l’appel du Général de Gaulle, on commémore l’acte fondateur de la Résistance en tant que force politique, en tant que continuité réelle de la République Française. Mais, ce faisant, on doit aussi se rappeler de la somme des renoncements, des trahisons – petites et grandes – qui rendirent ce geste nécessaire. Car, rien n’imposait que le gouvernement légal de la France cesse alors le combat et signe, comme il le fait le 26 juin, un armistice honteux et déshonorant.

La divine surprise du nazisme

Il y eut bien un divine surprise, mais contrairement à ce que pensait Maurras, elle ne concernait pas l’extrême-droite française. Cette « divine surprise », c’est celle d’Hitler à qui Pétain et les dirigeants français font un incroyable cadeau. Il faut comprendre pourquoi Hitler se jette littéralement sur l’offre d’armistice de Pétain et soigneusement lire l’ouvrage de William L. Shirer[1] sur le IIIème Reich. Shirer, un américain, était alors journaliste accrédité à Berlin et il a accompagné les dirigeants nazis. Il était présent lors de la signature de l’armistice à Compiègne. Son ouvrage reprend ses souvenirs d’époque mais il s’appuie aussi sur les mémoires laissés par les principaux acteurs (Halder, Ciano, ainsi que les interrogatoires de Jodl et Keitel). Il note qu’Hitler refuse à Mussolini la plupart de ses exigences, car il craint qu’elles ne poussent les Français à refuser l’armistice et continuer la guerre. Cette crainte indique bien que si l’avance allemande a été spectaculaire, elle est fragile. William Shirer va même plus loin, et la citation suivante, provenant d’un auteur qui a été un témoin direct des événements et qui a pu vérifier ses informations aux meilleures sources, est pour nous essentielle :

« Finalement, Hitler laissa au gouvernement français une zone non occupée au sud et au sud-est. C’était un tour astucieux. Non seulement il divisait ainsi la France géographiquement et administrativement, mais il rendait difficile, sinon impossible, la formation d’un gouvernement français en exil et empêchait des hommes politiques de Bordeaux de transporter le siège du gouvernement en Afrique du Nord française – projet qui fut près de réussir, ruiné au dernier moment non par les Allemands, mais par les défaitistes français : Pétain, Weygand, Laval et leurs partisans. »[2]

Hitler savait que ses troupes n’auraient pu continuer longtemps leur offensive en France. La demande française d’armistice fut pour lui pain béni, car il craignait, et à juste raison, que la France ne puisse continuer le combat depuis l’Afrique du Nord. Il était convaincu que la Grande-Bretagne ferait alors une demande similaire en voyant la France sortir de la guerre. Pour lui, la guerre à l’Ouest est terminée. Seulement, contre toutes ses représentations mentales qui lui disent que des Aryens ne peuvent se battre durablement contre des Aryens, la Grande-Bretagne se refuse à signer une paix « honorable ». Or, l’Allemagne n’a pas les moyens d’envahir la Grande-Bretagne en septembre 40. L’aviation allemande, du fait des décisions (par ailleurs probablement justifiées par l’état de l’industrie allemande) de ses chefs, d’Udet et de Jeschonnek, est essentiellement une force d’usage tactique, manquant de rayon d’action. Les moyens amphibies sont pratiquement inexistants (en dépit d’improvisations ingénieuses) et la Kriegsmarine ne s’est pas encore remise des pertes subies en Norvège. Dès lors, confronté à la perspective d’une guerre longue, alors que les ressources de l’Allemagne sont en réalité limitées, Hitler n’aura de cesse que de faire des paris de plus en plus risqués, entraînant dans sa folie meurtrière l’Europe et une partie du monde.

Un système pathologique

Cette perte de contact avec la réalité qui est caractéristique du comportement de Hitler mais aussi des autres chefs nazis est pour une large part le résultat du filtre « racial »[3].  Ainsi, quand les démocraties parlementaires cèdent devant Hitler, au lieu d’analyser ces résultats comme traduisant une crise politique dans ces pays (crise qui peut être durable ou temporaire…), Hitler estime qu’il s’agit d’une confirmation de la supériorité raciale des Allemands. Les premiers succès d’Hitler valident donc en apparence ses hypothèses de départ, le conduisant à leur accorder de plus en plus de crédit. On est en plein dans un processus pathologique. Ce processus ne se limite pas à Hitler, même s’il atteint chez ce dernier des sommets. En effet, outre la dimension raciste de son idéologie, il est persuadé d’être le vecteur de la « Providence » (terme étrange dans une idéologie qui récuse en partie le catholicisme considéré comme un produit « juif »). Cela le conduit à détruire volontairement tout processus institutionnel au nom du « culte du chef » (le Führer Prinzip), encourageant par là même des comportements violemment antagoniques au sein de l’élite nazie. L’État Nazi régresse alors vers un modèle archaïque, semi-féodal[4], alors qu’il doit gérer une économie et un système militaire développés. De ce point de vue, il est important de noter que si l’Allemagne nazie a pu donner l’illusion avant 1939 d’être un système « rationnellement organisé » pour faire la guerre[5], cette perception de la réalité a été mise à mal par les travaux exploitant les archives et les témoignages des acteurs. Le travail pionnier de Berenice Caroll, exploitant les archives et témoignages des responsables de la planification industrielle militaire allemande[6], a été pleinement confirmé par les recherches historiographiques des trente dernières années. Le système nazi n’est pas seulement monstrueux par sa finalité, il l’est dans son fonctionnement quotidien, qui est profondément pathologique. On est en présence d’une régression vers une forme étatique et administrative « pré-moderne » (au sens de Max Weber) appliquée sur une société et une économie « moderne ».

C’est donc l’ensemble du système nazi – et non pas seulement ce qui relève directement d’Hitler – qui devient le siège de décisions pathologiques, au sens où elles obéissent à des logiques de plus en plus déconnectées de la réalité. Les éléments de rationalité technique sont de plus en plus enfouis dans des comportements de concurrence entre personnes et institutions, articulés à des représentations de moins en moins réalistes. Cette dimension pathologique du système nazi (dont Hitler est une des sources, mais qui va largement au-delà de la personne du dictateur) a été bien analysée par Ian Kershaw, aujourd’hui reconnu comme une référence incontournable sur Hitler et le système nazi[7]. Il faut alors comprendre que l’Allemagne nazie n’est nullement une suite, radicalisée certes mais directement comparable, de l’Allemagne de Guillaume II. En réalité le nationalisme allemand s’est effondré et a capitulé devant l’idéologie raciale du national-socialisme[8]. Le nazisme est un système de type nouveau, même s’il emprunte à l’ancien nombre de ses formes, et même si des tenants de l’ancien système vont se compromettre définitivement en collaborant avec lui, comme ce fut le cas pour une large portion du corps des officiers allemands.

Une incohérence stratégique profonde

L’incohérence stratégique de la politique nazie se manifeste clairement dès 1939. L’appareil militaire allemand n’est pas prêt à une guerre contre la France et la Grande-Bretagne à cette époque. D’ailleurs, Hitler affirme – pour calmer ses généraux – que la France et la Grande-Bretagne ne se battront pas pour la Pologne. Le triste et révoltant éditorial de Marcel Déat (le célèbre Mourir pour Dantzig ?) l’a certainement conforté dans son opinion. Néanmoins, et la diplomatie allemande et la diplomatie italienne attirent son attention sur le fait que la détermination franco-britannique est cette fois solide. Dans ce contexte, la recherche d’un compromis aurait été logique, d’autant plus qu’Hitler avait indiqué 1942/43 comme date de la guerre qu’il voulait. Tous les plans de réarmement allemands, air, terre et mer inclus, étaient conçus en fonction de cette date et non d’une guerre en 1939. Pourtant Hitler attaque la Pologne car il « veut » la guerre, au-delà du gain qu’il attend de cette dernière. Il prend alors le risque d’une rupture avec Mussolini[9]. En 1940, l’opération contre la Norvège est un désastre du point de vue des moyens navals. La faisabilité de l’opération « Lion de Mer », l’invasion de la Grande-Bretagne, a été compromise par les pertes en navires subies à ce moment. Or, du point de vue stratégique, une victoire sur la Grande-Bretagne était bien plus importante qu’une victoire sur la Norvège. Mais, pour Hitler « agir avant l’adversaire » est plus important que tout. Il met dans cela sa fierté quelle qu’en soient les conséquences. On imagine la situation diplomatique inextricable des Alliés, si Hitler avait attendu que Churchill impose son idée d’invasion d’un pays neutre (la Norvège). Le dictateur aurait pu se couvrir du manteau de protecteur de la neutralité et aurait certainement obtenu un soutien suédois. Sa décision d’envahir la Norvège a été, d’un point de vue stratégique, une bénédiction pour les Alliés.

 

Le 18 juin doit être pour nous l’occasion de nous remémorer ce passé pour éviter qu’il ne revienne sous d’autres formes. Mais, soyons en sûr, l’hubrys et la pathologie politique font toujours partie de notre univers. Sachons les reconnaître pour les combattre.


[1] W.L. Shirer, « Le Troisième Reich – Des origines à la chute », vol. 2, Stock, Paris, 1961, traduction de l’ouvrage américain de 1959.

[2] W. Shirer, « Le Troisième Reich », vol. 2, p. 129, op.cit.

[3] M. Burleigh et W. Wippermann, “The Racial State – Germany 1933-1945”, Cambridge University Press, 1991.

[4] R. Koehl, “Feudal Aspects of National-Socialism”, American Political science Review, vol. 54, 1960, n°3, pp. 921-33.

[5] Thèse défendue par O. Nathan, “The Nazi Economic System”, Duke University Press, Durham, NC., 1944, et par L. Hamburger, “How Nazi Germany has Controlled Business”, The Brookings Institution, Washington, D.C., 1943.

[6] B.A. Caroll, “Design for Total War”. Arms and Economics in the Third Reich, Mouton, The Hague, 1968.

[7] Ian Kershaw,  “Hitler, a Profile in Power”, Londres, 1991 ; “Nazi Dictatorship : problems and Perspectives of Interpretation”, Londres Oxford UP, 1993 ; “Working towards the Führer”, in I. Kershaw et M. Lewin (eds.) “Stalinism and Nazism – Dictatorships in Comparison”, Cambridge Univ. Press, 1997.

[8] W. Sheridan Allen, “The Collapse of Nationalism in Nazi Germany”, in J. Breuilly (ed), The State of Germany, Londres, 1992.

[9] Max Gallo, « L’Italie de Mussolini », Marabout Université, Verviers, 1966, pp. 302-06.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *