Situation économique en Russie

Transcription de la présentation faite par l’Académicien V.V. IVANTER lors du séminaire Franco-Russe sur le développement de la Russie (47ème session, Paris)

10a623a7-c8cd-49a6-a535-f6642fbc466e20140520-32706-jf3a7f

La situation de la Russie est très intéressante dans la mesure ou l’attention occidentale est concentrée sur l’Ukraine et la question des sanctions, mais en réalité la situation assez différente. Sur la question des sanctions, elles n’ont eu pratiquement aucun impact. Les grandes sociétés continuent de commercer avec l’occident. Mais, le problème essentiel est aujourd’hui la politique du crédit et la politique monétaire domestique. C’est cette politique qui a cassé la croissance.

La croissance du 1er trimestre est de 0,7%. Certes, il y a eu une croissance industrielle, en particulier en février et mars. Mais la structure de a croissance n’est pas satisfaisante en dépit de cela. En 2013, en effet, la croissance du PIB a été de 1,7% et celle de l’industrie 0%. La croissance en 2013 a été portée pour l’essentiel par les services financiers. Cette disproportion est une source de préoccupation. Elle est aujourd’hui en partie corrigée, mais en partie seulement.

 

La chute de l’investissement : un problème de « climat » ou le retrait du secteur public ?

Le ralentissement de la croissance est largement lié à la chute de l’investissement. On a l’habitude de lier cette chute au « climat » général. Mais, en réalité les investissements privés ont augmenté d’environ 10%, les IDE ont augmenté de 40%, mais les investissements d’Etat et des sociétés publiques ont connu une forte baisse. Le « climat » est donc normal pour le secteur privé ou pour les IDE. En fait le « climat » ne s’est pas détérioré depuis dix ans. Or les investissements ont été importants jusqu’en 2008, et en 2010-2011. Mais, la politique du secteur public a changé, d’abord parce que les grands projets liés aux Jeux Olympiques sont terminés, mais aussi parce que l’Etat a tendu à se retirer du secteur des investissements. Si l’on a une économie de marché en Russie, cette économie doit avoir accès aux ressources monétaires. Or ces ressources sont :

  • (i)            Les ressources propres. Il y a sur ce point une différence entre le secteurs des matières premières et le secteur des grandes entreprises, et le secteur des petites et moyennes entreprises. Il est clair que les deux premiers secteurs ont des ressources propres largement supérieures à celles du troisième secteur.
  • (ii)          Les ressources de crédit interne. Dans ce domaine aussi il y a une différence importante entre le secteur des matières premières et les autres secteurs. Disons simplement que le secteur des PME/PMI de l’industrie manufacturière doit emprunter à des taux entre 12% et 18% (nominal) ce qui correspond à 5%-13% en taux réel. Ces entreprises n’ont de fait pas accès au crédit.
  • (iii)         L’accès aux ressources financières étrangères. Celui-ci est largement limitée au secteur des matières premières ou aux très grandes sociétés.

Le problème est que la politique de la Banque Centrale et du Ministère des Finances reste concentré sur une politique de lutte contre l’inflation. C’est un héritage des années 1990. En fait, la hausse des revenus réels a été, depuis 2000, largement supérieure à celle des prix. En 2013 pour la première fois il y a eu une stabilisation. C’est un véritable problème, car la population est très sensible à l’évolution générale de ses revenus. Mais on voit bien que depuis plusieurs années l’inflation n’est plus un problème pour l’économie russe. Elle est certes encore élevé (entre 6% et 7% par an), mais elle ne donne aucun signe d’accélération.

 

Le rôle de l’administration russe et le conflit avec les autorités politiques.

La réaction des autorités a été inadéquate. Devant la stagnation de l’économie, et le risque de fort déficit budgétaire, les dépenses du budget devaient être réduites. Or, les dépenses sociales ne pouvaient pas être touchées, ni les dépenses militaires. Donc, ce sont les dépenses liées au soutien de l’activité économique qui ont été baissées le plus. Si l’on regarde la situation réelle, on voit qu’au niveau de l’exécution du budget en réalité il y a eu un excédent car une partie des dépenses indiquées dans la loi de finance n’ont pas été effectuées. La situation est assez surprenante. Les pressions à la réduction des dépenses se maintiennent dans certains secteurs. Une réunion à très haut niveau a eu lieu entre les économistes de l’Académie des Sciences et la Présidence et une partie du gouvernement. Ces questions ont été discutées. Il est clair qu’en partie certains des problèmes de financement peuvent être résolus par des mesures « directes » impliquant l’Etat, mais ceci relève d’une gestion « manuelle » de l’économie et non de mécanismes réguliers assurant à ces secteurs le financement nécessaire.

Lors du Forum de Saint-Pétersbourg, le Président a rendu public le fait qu’il a signé le 14 mai dernier une directive à la banque Centrale et au Ministère des Finances pour assurer le financement des industries. Ceci doit passer par le refinancement par la Banque Centrale des banques commerciales à des taux préférentiels sur des projets concernant l’investissement et le développement de la production industrielle. Cette directive a été « doublée » par une directive du Premier Ministre prise fin mai. Une direction du contrôle va donc être constituée dans l’administration Présidentielle. Le système bureaucratique a réagi. Mais si un mécanisme a été créé, son application reste très problématique.

Le problème est que la Banque Centrale va « sélectionner » les banques commerciales et non la qualité des projets ou des titres qui lui sont soumis. Cette sélection est censée être faite par la banque commerciale. Pour ce faire, les banques doivent s’adresser à des « consultants indépendants ». Ceci pose un autre problème. Si l’on a recours à des consultants étrangers, ces derniers n’auront pas les informations. Si l’on a recours à des consultants russes, il y aura de graves soupçons de favoritisme. Par ailleurs, les dossiers doivent aussi être soumis au comité du développement économique, présidé par le Ministre du Développement Economique. Ce comité décide ou non de la priorité du projet. Le projet est ensuite soumis à l’avis du Ministère des Finances, car ce dernier doit garantir à hauteur de 25% les sommes engagées.

Tout ceci montre qu’en réalité une partie de l’administration est contre la directive présidentielle et cherche à en limiter les effets. On pourrait parler ici d’un « sabotage » légal, venant de la part d’une partie de l’administration qui reste persuadée que la priorité aujourd’hui pour la Russie reste la lutte contre l’inflation.

 

L’expérience de la Russie montre que l’on ne peut pas « négocier » avec l’économie, ni avec une partie de l’administration. La tentative actuelle est une forme de « négociation » avec ces deux acteurs. Néanmoins, dans le contexte actuel il est probable que le « sabotage » du secteur monétaire et financier de l’économie sera cassé à court terme. En effet, les conséquences sur la stabilité sociale de la stagnation, ou quasi-stagnation actuelle, ne sont pas admissibles pour les autorités politiques.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *