Monnaie et URSS (2)

Le statut de la monnaie éclaire d’un jour nouveau la question de la « nature » de l’économie soviétique. Mais, inversement, les formes d’activation de la monnaie en URSS éclairent quant à elles des caractéristiques propres à la monnaie en général. L’enjeu de ce texte est donc une double investigation à la fois sur la nature de ce qu’était le système soviétique et sur la nature de la monnaie.

En effet, si les flux monétaires n’avaient été que la contrepartie des flux physiques planifiés, comme le prétendait la vulgate soviétique, il n’y aurait eu aucune raison pour les entreprises de chercher à obtenir des moyens financiers supplémentaires, et les autorités centrales auraient effectivement pu imposer leur contrôle sur les flux financiers. La persistance des désordres financiers, et l’incapacité des autorités centrales à y mettre fin y compris dans les années quarante et cinquante[1], en témoigne. Ainsi, dans l’épisode d’après guerre le crédit interentreprises, prenant souvent la forme d’impayés aux fournisseurs, concernait en 1951 plus de 12 000 entreprises. Les montants engagés représentaient plus du quart de l’ensemble du montant officiel des crédits[2]. Il faudra, à partir de 1953 créer un compte d’apurement à la Gosbank et, en 1954, organiser légalement la remise des dettes de plus de 10 000 entreprises. Ce n’est qu’en 1955 que les spécialistes soviétiques considèrent que la circulation financière et monétaire était redevenue normale[3]. La multiplication des procédures et des stratégies des entreprises pour se procurer du financement, indiquent bien que la monnaie a une valeur intrinsèque dans l’économie soviétique. Dire que, dans ce système, elle était effectivement active n’implique nullement que les formes d’activation aient été les mêmes que dans les économies occidentales. Mais, au-delà des différences dans les formes, la persistance de l’activation de la monnaie rend bien compte de l’impossibilité à réaliser une centralisation a priori de l’économie. Elle témoigne de la persistance de l’autonomie des agents, et en particuliers des entreprises[4].

 

I. Formes d’activation de la monnaie en URSS.

Il faut alors chercher à se représenter les formes d’activation de la monnaie dans le système soviétique « stabilisé » soit celui issu des troubles du Premier Plan Quinquennal et de la collectivisation forcée.

Les conditions d’activation de la monnaie en URSS.

Les réformes liées à la fin de la NEP ont abouti à séparer formellement la circulation fiduciaire et scripturale. Normalement, les ménages ne peuvent détenir que de la monnaie fiduciaire, en l’absence de comptes bancaires. Les seuls placements possibles sont des livrets d’épargne et – méthode utilisée dans les années trente – des bons du Trésor dont la souscription obligatoire et le faible rendement en période de forte inflation s’apparente plus à un impôt déguisé. Les entreprises utilisent quant à elles la monnaie scripturale dans leurs transactions avec les organismes d’État et les autres entreprises. Cependant, pour payer les salaires, elles doivent pouvoir obtenir de la part des agences locales de la Gosbank la possibilité de transformer des avoirs scripturaux en monnaie fiduciaire. Normalement, seules certaines lignes de compte peuvent être ainsi utilisées. En raison de la pénurie de main-d’œuvre quasi-chronique dans l’industrie et la construction à partir de 1930[5], la possibilité pour les entreprises d’accroître la masse salariale, soit en embauchant plus de salariés, soit en augmentant les rémunérations afin d’attirer à elles les salariés, le besoin en monnaie fiduciaire est souvent pressant. les entreprises valorisent donc tout particulièrement dans leurs négociations avec les agences de la Gosbank et avec les directions ministérielles dont elles dépendent ces lignes de compte permettant une transformation facile. En fait, les besoins en monnaie fiduciaire dépassent toujours les autorisations de transformation négociées dans le cadre du Plan. Outre l’accroissement des salaires, il faut pouvoir payer des primes supplémentaires dans les périodes où l’on doit rattraper un retard par rapport aux objectifs de production, et cet argent sert aussi à se procurer – au marché noir – des fournitures diverses afin de tourner les situations de pénurie. Les entreprises soviétiques ont ainsi rapidement mis en place des procédures de négociation, relevant parfois du chantage, pour disposer de moyens en rouble fiduciaire excédant largement ce que le volet financier du Plan d’entreprise autorisait. Il y a donc une véritable circulation entre les deux formes de monnaie, que l’on peut schématiser (schéma 1).

Les ménages, qui reçoivent donc cet argent légalement ou dans des conditions hors la légalité, l’utilisent pour acheter des biens soit dans le secteur d’État soit auprès d’offreurs privés, que ces derniers soient légaux ou tolérés (les marchés kolkhoziens par exemple) ou parfaitement illégaux (le travail au noir, la production d’un artisanat clandestin non négligeable[6], la contrebande, etc…). Si la transaction se déroule dans un magasin d’État, cette monnaie fiduciaire retourne vers le circuit scriptural quand, chaque jour ou chaque semaine, la caisse du magasin est apportée à la succursale locale de la Gosbank. Si la transaction concerne un agent privé, on est en présence d’une circulation interne au circuit fiduciaire.

L’analyse des divers types de transaction qui caractérisent l’économie de type soviétique met en lumière l’existence d’espaces de transaction différents. L’offre et la demande se déclinent en trois compartiments, le secteur étatique, le secteur privé légal et le secteur privé illégal. Ce dernier inclut tout autant des activités considérées comme illicites dans la plupart des sociétés, que des activités qui ne sont hors la loi que du fait de la règlementation soviétique. On est alors en présence de 9 types d’espaces de transaction ou « marchés » pour reprendre la typologie des « marchés colorés » de Katsenelinboigen[7], qui désigne par « rouge » ce qui vient de l’État, par « blanc » ce qui vient des ménages sous une forme légale, et par « noir » ce qui provient des activités illégales. Les combinaisons des divers compartiments donnent naissance à des espaces mixtes, gris, roses ou bruns en fonction des modes d’interaction.

Schéma 1

Offre

 

 

Demande

 

Secteur étatique

1

 

 

Secteur privé légal

2

 

Secteur privé illégal

3

 

 

Secteur étatique

A

 

 

1A

Marché étatique interentreprises

 

2A

Fourniture de biens et services du secteur privé vers le secteur étatique

(marché du travail, marché des lopins paysans)

 

 

3A

Fourniture des biens acquis ou produits illégalement au secteur étatique (marché « aux voleurs »).

 

Secteur privé légal

B

 

 

1B

Fourniture par le secteur étatique de biens et services demandés par le secteur privé

 

 

2B

Marché privé légal (marché kolkhozien)

 

3B

Acquisition par les ménages de biens « légaux » mais produits ou acquis illégalement

 

Secteur privé illégal

C

 

 

1C

Fourniture illégale de biens et de services par le secteur étatique

(privatisation de fait de moyens étatiques)

 

 

2C

Fourniture des biens et services issus des ménages au profit de demandes illicites (production d’alcool, travail au noir…)

 

 

3C

Circulation de biens et services illicites

De l’articulation de ces divers secteurs d’activités, qui sont tout autant complémentaires, du point de vue systémique, qu’ils sont concurrents quant à l’obtention de ressources – et en particulier de travail – on peut dégager un schéma général de la circulation monétaire dans l’économie soviétique (schéma 2).

Schéma 2

Tableau-1

Dans sa représentation explicite, celle des manuels, le système ne prend en compte que 4 espaces de transaction, que l’on a notés ici (1,A), (1,B), (2,A) et (2,B). Il s’agit d’un marché « rouge », d’un marché « blanc » et de deux marchés « roses ». Si tout se passait comme dans l’imaginaire des planificateurs, et des économistes qui ont pris leurs descriptions pour argent comptant, la monnaie scripturale dont l’espace de circulation est (1,A) se transformerait en monnaie fiduciaire pour permettre les transactions en (2,A).

Les ménages peuvent alors commercer entre eux en (2,B) ce qui ne saurait aboutir à une quelconque création de monnaie mais uniquement à une nouvelle répartition des encaisses fiduciaires, par exemple entre la population urbaine et la population rurale à travers le mécanisme des marchés kolkhoziens. Le rôle de ces derniers n’est donc pas seulement de permettre de compléter l’offre de biens alimentaires en provenance du secteur d’État et de fournir aux paysans une incitation particulière. Il est aussi de contribuer à la circulation des moyens de paiements et d’établir une forme de répartition des revenus, dans la mesure où les autorités publiques ne controlent directement (en théorie du moins) que les revenus des salariés du secteur public.

Ou bien les ménages commercent avec le secteur d’État (1,B), qui reste un fournisseur essentiel des biens et services et détient (théoriquement) un monopole sur l’offre de biens manufacturés. Ces transactions sont ici le mécanisme qui conduit à un retour du fiduciaire vers le scriptural, avec le flux d’épargne en direction de la Sberbank. Rien ne laisse prévoir alors une quelconque autonomie des phénomènes monétaires qui semblent pouvoir être parfaitement contrôlés.

Mais l’économie réelle est composée de 9 espaces et non de 4. Les besoins du secteur d’État sont largement supérieurs aux prévisions, et s’expriment sur (2,A) et (3,A). L’injection de monnaie fiduciaire accélère les processus de circulation et permettent des phénomènes d’accumulation qui donnent naissance au développement des activités privées illégales évoquées. Ces dernières détournent, directement ou indirectement, des moyens de production et du travail du secteur étatique. Tout en assurant une certaine forme de stabilité sociale par une offre supplémentaire de biens et de services, ces activités contribuent à désorganiser la production dans le secteur d’État, obligeant ce dernier à des ajustements qui conduisent à accroître ses demandes vers le secteur privé, légal ou illégal. Le fonctionnement interne du secteur d’État connaît par ailleurs ses propres désordres. Ceci permet de faire le lien entre les formes de l’activation de la monnaie et la conjoncture économique.

 

Activation de la monnaie et conjoncture économique dans le système soviétique.

On vérifie l’existence de relations très claires entre les variations des salaires entre les secteurs et la répartition de la main d’oeuvre entre ces secteurs[8]. Ces relations statistiques entre revenu et emploi sont la preuve matérielle que la planification ne s’exerça jamais directement sur l’emploi, en dépit de toutes les tentatives du régime, et de toutes les illusions des observateurs extérieurs à ce sujet. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine de l’emploi[9]. La compétition pour obtenir des suppléments de main d’oeuvre a caractérisé à la fois les relations entre branches et entre entreprises dans le cadre de l’URSS. La période du plan, qu’il soit quinquennal ou annuel, cesse d’être pertinente pour la compréhension du mouvement réel de l’économie. Ce dernier prend naissance dans la rencontre entre des comportements d’investissements dictés à la fois par le cadre institutionnels et par son incapacité à couvrir la totalité de la réalité, les comportements des individus, et des relations techniques, comme par exemple le rapport capital fixe/capital variable pour une technique donné, ou l’inertie des tendances démographiques.

Ces relations témoignent de manière indéniable de la décentralisation des décisions économiques, qui peuvent alors être qualifiées de « privées » au sens indiqué au début du texte et de la présence d’un marché du travail. Ce dernier, marqué par une asymétrie fondamentale[10], n’est pas un marché pur au sens de la théorie de l’équilibre général ; cette limite est la même que celle qui existe dans les économies occidentales.

Graphique 1

 G1

Source: annuaires statistiques soviétiques, 1960-1982, recensés in J. Sapir, Rythmes d’accumulation et modes de régulation de l’économie soviétique : essai d’interprétation des cycles d’investissement et de main d’oeuvre en URSS de 1941 à nos jours, Thèse pour le Doctorat d’Etat ès Sciences Economiques, Université Paris X-Nanterre, 29 octobre 1986, 3 vol. (1126 p. + 409 p).

 

Pour reprendre une formule employée à propos de nos économies, la relation salariale y est tout autant soumise aux logiques de la règle qu’à celles du marché[11]. Que la forme prise par la combinaison entre incitations et contraintes ait été différente dans le cadre de l’URSS des formes que nous connaissons aujourd’hui dans les économies occidentales, renvoie simplement à des différences particulières, tant dans le mode de légitimation de l’encadrement technique et professionnel de la production que dans celui des formes de l’aléa économique[12]. Il faut aussi se souvenir que cette combinaison n’a jamais été identique, voire même homogène dans le temps ou dans l’espace dans le cadre de l’économie soviétique. Ainsi, dans certaines usines les incitations monétaires étaient-elles prédominantes, alors que dans d’autres les incitations étaient avant tout en nature. De même, le niveau de la contrainte tout comme sa forme ont connu des différences substantielles, suivant les époques, les branches de l’activité et les usines. Là, quand la main d’oeuvre manquait, il eut été incohérent de recourir aux licenciements et aux renvois ; à l’inverse, dans les entreprises qui pouvaient obtenir sans problème les travailleurs nécessaires, on a bien assisté à des licenciements pour l’équivalent de notre notion de faute professionnelle.

Graphique 2

G2

Source: idem que pour graphique 1.

 

Cette décentralisation de fait de la décision est essentielle pour comprendre le maintien de relations monétaires diversifiées dans l’économie soviétique. Elle a conduit à des stratégies, au niveau de l’entreprise et de la branche, où la capacité à offrir des hausses régulières des salaires a été déterminante dans la répartition des flux d’emplois. Ces stratégies ont laissé des traces statistiques assez claires, en particulier en ce qui concerne l’industrie et la construction.

Les informations statistiques ne permettent de disposer pour l’industrie de séries complètes et comparables qu’à partir de la fin des années cinquante (graphique 1). Les sources soviétiques, et en particulier la littérature sur les comportements des directeurs d’usines dans les années trente et quarante, montrent cependant que les relations observables existaient déjà, mais que la pente de la relation indique une élasticité de l’accroissement de l’emploi à l’accroissement du salaire nettement plus forte avant 1965 qu’après 1970. La période 1965-1970, marquée par un changement de régime lié aux ajustements au sein des entreprises suite aux réformes économiques, est la seule où la relation salaire/emploi ne soit pas présente. À partir de 1978/9, la contrainte démographique tend à rendre inopérant l’impact des accroissements de salaire.

 

L’analyse du même mouvement pour le secteur de la construction confirme cette tendance. Les mouvements y sont plus amples tant en raison des caractéristiques de la main d’oeuvre (moins formée et plus mobile) que du fait des fluctuations plus brutales des cycles d’activité dans ce secteur. La stabilité de ces relations statistiques est doublement importante pour une intelligence du système économique soviétique. Elles permettent de relier les décisions d’investissement (telles qu’elles résultent en réalité des procédures de marchandage entre les entreprises et les administrations de tutelle), le besoin en main d’oeuvre et l’évolution du salaire réel. Ce dernier échappera ainsi avec régularité au contrôle planifié, en dépit des efforts répétés de la part des autorités[13]. Ces relations confirment le rôle des entreprises dans le mouvement du rouble fiduciaire, ce qui implique aussi la capacité des entreprises à peser sur les décisions des autorités bancaires, locales ou centrales, en ce qui concerne la circulation du rouble scriptural.

À partir de là, on peut appréhender les relations entre le secteur manufacturier et le secteur agricole, qui constitue un problème essentiel. Les fluctuations de production dans ce dernier, qui ont des effets désorganisateurs non négligeables sur l’ensemble de l’économie, ne sont que secondairement liées à des aléas climatiques. Ils proviennent davantage d’une désorganisation de l’offre de travail dans ce secteur liée aux fluctuations du rapport entre revenus urbains et ruraux, et de l’attraction brutale d’une partie de la main d’oeuvre agricole vers des emplois dans le secteur manufacturier[14], provoquant une désorganisation brutale de l’organisation du travail dont les effets négatifs se répercutent directement dans la production.

Les conséquences des fluctuations de la production agricole sur la consommation des ménages sont d’autant plus importantes que, en dépit d’une hausse régulière du niveau de vie de 1948 à la fin des années soixante, la part de l’alimentation est restée importante dans les budgets[15]. Comme ces fluctuations se manifestent avant tout sous la forme d’aiguisement de la pénurie, compte tenu du fait qu’une large part de cette production est commercialisée à travers un système à prix fixes, la pertinence des incitations monétaires au travail (les primes) est inversement proportionnelle à l’acuité de la pénurie. Une baisse de la production agricole se traduit, au bout du compte, par une dévalorisation momentanée de ces incitations monétaires dans le secteur manufacturier, entraînant un coup de frein sur la croissance de la productivité[16]. Celle-ci étant alors, ex-post, plus faible que ce qui avait été anticipé lors des décisions d’investissement, un besoin supplémentaire, non planifié, en main d’oeuvre apparaît à nouveau dans le secteur manufacturier. Il s’y traduit par un aiguisement de la concurrence entre entreprises et branches de ce secteur, concurrence qui se manifeste à travers des hausses de salaires et un accroissement des avantages sociaux offerts aux salariés. Dans un cas comme dans l’autre, ceci implique le dégagement de nouvelles ressources monétaires pour les entreprises.  L’effet agrégé de ces tentatives pour attirer des travailleurs supplémentaires afin de compenser une hausse inférieure aux prévisions de la productivité du travail prend la forme de nouvelles pressions à la hausse des revenus urbains et une ouverture de l’écart avec les revenus offerts dans l’agriculture. On doit alors noter que l’effet des hausses de rémunérations, parce qu’il joue sur l’ensemble des sommes et non sur une marge comme dans le cas des primes, est moins affecté que ces dernières par la situation de pénurie, sauf dans les périodes de grande crise où celle-ci devient absolue.

 

Le mécanisme des cycles de l’économie soviétique

Cette dynamique est à la base des cycles économiques particuliers de l’économie soviétique. Elle explique dans une très large mesure la présence comme la forme des désordres monétaires enregistrés après 1945. Cette dynamique est aussi partiellement présente dans les dérapages des années trente, même si à cette époque la dynamique particulière de la planification stalinienne y ajoute d’autres éléments. Elle se manifeste avec une intensité d’autant plus importante que, progressivement, les réserves de main d’oeuvre s’épuisent compte tenu du ralentissement démographique que l’URSS connaît dans les années 60 et 70. Les relations statistiques se déforment progressivement, au fur et à mesure que l’économie se heurte au « mur » démographique. La hausse régulière des revenus nominaux tend à s’accélérer et le montant des encaisses détenues par les ménages s’accroît corrélativement.

Ceci entraîne une plus grande circulation de la monnaie fiduciaire avec le développement progressif d’une offre de biens et de services issus du secteur privé, que ce dernier soit légal ou illégal. Cependant, ce dernier, qui sous le nom de « 2ème économie » prend une place de plus en plus importante dans les analyses publiées à partir de la fin des années soixante-dix, ne peut se développer qu’en prélevant des ressources sur le secteur d’État, puisqu’il ne dispose pas des cadres juridiques autorisant son développement. La montée en puissance de l’économie « grise » (2,C) et (3,B) ou « rose »(1,B) et (2,A), que l’on constate alors à partir de la fin des années soixante, en découle. Faute de réformes adaptées, elle ne conduisit pas une synergie avec le secteur étatique – ce qui aurait été possible – mais au contraire au renforcement des pratiques de prélèvements sur ce dernier, que ces prélèvements portent sur des matières et des biens ou sur du travail. Les rémunérations issues des espaces « gris » et « bruns » commencent à concurrencer sérieusement celles qui se forment dans le carré des espaces légaux[17].L’efficacité du secteur d’État baisse sans que le secteur privé ne puisse réellement se développer de manière efficace, entraînant une baisse générale de l’efficacité de l’ensemble de l’économie soviétique. On aboutit alors à la situation de blocage[18], stigmatisée par Gorbatchev après 1985 sous le nom d’ère de la stagnation (Zastoj), mais dont les racines sont repérables dès le début des années soixante-dix.

La contrepartie de cet accroissement de la circulation de la monnaie fiduciaire et de son degré d’activation réside dans un développement de procédures toujours plus complexes mises en oeuvre par les entreprises pour dégager de nouvelles ressources monétaires et obtenir de manière plus ou moins discrétionnaire la transformation de ressources scripturales en ressources fiduciaires. Les entreprises soviétiques acquièrent dans les quinze dernières années du système un savoir-faire financier non négligeable et multiplient les innovations en ce domaine. Mais, ce savoir-faire se situe dans une très large mesure hors la loi, ou du moins dans ses marges. La capacité des autorités monétaires à contrôler les innovations financières des entreprises, ou du moins à en maîtriser les effets en fut d’autant plus faible. Les éléments de perte de contrôle sur la gestion de la monnaie étaient donc présents bien avant la Perestrojka même si cette dernière devait les révéler brutalement[19].

Les entreprises développent aussi des réseaux de transaction en nature permettant de contourner les contraintes de règlement dans l’espace que l’on a noté (1,A). Ce troc inter-entreprises vise à redistribuer les biens circulant dans le système d’État pour compenser les décalages entre la matrice des utilisations du planificateur et la structure de l’appareil productif réel. Quand il s’enracine dans le temps et se repète, il prend la forme de dettes soigneusement enregistrées entre les directeurs des entreprises concernées, dans un système où le défaut d’un participant se solderait par son exclusion du réseau dont il a besoin pour fonctionner. Même quand il reste présent uniquement sous la forme d’un troc, il s’appuie sur un tissu en réseau adossé à des complémentarités techniques et des solidarités locales.

Ces stratégies, bien entendu, n’ont que peu de sens pour les entreprises qui sont assurées de bénéficier des niveaux les plus importants de priorité. Elles sont au contraire vitales pour les autres entreprises et pour les régions qui savent ne pas en bénéficier. Ces stratégies ne sont donc rien d’autre que des contestations virulentes des orientations de politique économique qui sont inscrites dans les plans, contestations qui prennent cette forme particulière car, dans le système soviétique, elles n’ont pas d’espace politique pour s’exprimer. Dans un certain nombre de cas, elles ont réussi à désarticuler la politique économique centralement fixée et à imposer d’autres orientations. L’exemple le plus documenté est celui des priorités d’aménagement du territoire durant la période de reconstruction après 1945[20]. Il n’est d’ailleurs pas interdit de considérer les dérapages en matière d’investissement que l’on a connu durant le 1er et le 2ème Plan Quinquennal, dérapages qui ont abouti à des tensions monétaires et économiques particulièrement violentes, comme le produit d’une contestation par les dirigeants locaux (industriels et territoriaux) des priorités fixées à l’échelon central. Dans le contexte de l’époque, cette contestation ne pouvait s’exprimer que dans une surenchère dans les projets d’investissements.

 

À nouveau sur la conjoncture et la structure..

L’analyse que l’on vient de présenter quant aux interactions entre les formes d’activation de la monnaie et la conjoncture économique et sociale de l’URSS nous ramène à la dialectique de la structure et de la conjoncture.

Il est indubitable que les formes prises par les désajustements et les crises dans l’économie soviétique ont été modelées pas les structures, c’est à dire tant le cadre institutionnel – que l’on a décrit – que le cadre démographique (que l’on s’est contenté de suggérer) et politique. Les périodes de crise ne se manifestent pas de manière voyante par un chomage des hommes mais par une accumulation brutale d’investissements que l’on ne peut valoriser. Le chomage des hommes est pourtant implicite dans les arrêts de production causés par la désorganisation du circuit logistique et le basculement des pénuries d’un état normal à un état particulièrement brutal. Le décalage entre les transactions formelles et leur contenu réel ne se manifeste pas par des faillites ou des dévalorisations d’actifs boursiers, mais par une montée des contrats non exécutés et l’alourdissement des contentieux de livraison, mais aussi de paiement. La conjoncture de l’économie soviétique vérifie ainsi au premier abord l’aphorisme Labroussien.

Des politiques de remise en ordre s’imposent, tout comme dans nos économies. Le rôle de la Banque Centrale y est loin d’être négligeable. Ces politiques doivent cependant aussi entériner les modifications de rapport des forces entre les entreprises, entre les branches et les ministères qui les représentent et parfois aussi entre les employeurs et les salariés. On ne sort jamais d’une crise particulièrement grave par une simple addition de mesures techniques mais par un ensemble de mesures qui – à travers leur dimension technique – entérine et stabilise une certaine configuration des conflits et des rapports de force entre les acteurs en présence. À cet égard les diverses innovations institutionnelles que l’on constate dans le système, qu’elles soient spectaculaires avec les réformes de la période 1965-1973, ou qu’elles soient moins visibles avec des modifications de règle comptable, des transformations des grilles de rémunération, l’extension de cadre de protection sociale à une main d’oeuvre techniquement non salariée et des assouplissements dans les modes de fixations des prix, correspondent toujours à des conflits sociaux que l’on cherche à stabiliser ou à encadrer.

On voit ici se profiler le lien entre conjoncture et structure. C’est la succession des crises et des désajustements qui conduit à la transformation des institutions, des modes d’organisations, des formes de pouvoir. Cette transformation est pour partie intentionnelle, dans la mesure où elle traduit l’action des autorités face à des désordres qui compromettent sa politique et son autorité. Mais elle est aussi pour partie non-intentionnelle dans la mesure ou nombre de modifications, d’amendements aux règles existantes, qui s’imposent pour faire face à un moment aigü de la crise engendrent des transformations dont nul n’a idée sur le moment. L’économie soviétique s’est ainsi transformée entre 1929 et 1991 tout autant sous la férule d’un pouvoir qui tentait de maîtriser le tigre qu’il chevauchait qu’à travers l’évolution des comportements et des pratiques engendrée par les stratégies locales ou temporaires de gestion des effets de certains désajustements. Il n’est donc pas interdit de voir, dans le processus qui conduit à travers la succession des cycles d’investissement et des crises monétaires à la situation de blocage de la fin des années soixante-dix, un exemple de la formule de Bernard Lepetit selon qui une économie finit par avoir les structures de sa conjoncture.

 

II. La monnaie sous l’éclairage soviétique.

Cette première élucidation de la dynamique conjoncture-structure conduit à revenir sur une autre interrogation, celle concernant l’articulation entre causes et formes de manifestation des causes, soit entre le pourquoi et le comment.

Une mise en perspective des dynamiques monétaires, et des dysfonctionnements induits, sur longue période fait apparaître plusieurs phénomènes particulièrement intéressants. le premier est, bien entendu, la coupure de la période tsariste entre un système sous contrôle central et un système autonome. Le second est, inversement, l’impossibilité dans le système soviétique de faire fonctionner comme prévu la coupure entre un circuit scriptural et un circuit fiduciaire du rouble, conduisant ainsi à l’échec des procédures censées mettre en oeuvre le « contrôle par le rouble ». La persistance des dynamiques privées – ici au sens de décisions décentralisées, rétives à toute coordination ex-ante – est indicutablement une des leçons les plus importantes que l’on puisse tirer de l’expérience soviétique. Elle conduit à refuser toute mobilisation simpliste et linéaire de la notion de contrainte de budget molle, telle qu’elle fut formulée par Janos Kornaï, pour imposer comme base minimale de toute formulation de conjecture la nécessité de penser l’articulation entre contrainte ex-ante et contrainte ex-post, et avec cette articulation tout l’espace des procédures et stratégies des agents, et le mécanisme de création d’institutions qui en découle[21]. Ce mécanisme induit des transformations considérables de l’architecture institutionnelle au sein de la période soviétique, qu’il devient abusif et mystificateur de traiter comme une totalité unifiée.

Une analyse non idéologique de la réalité soviétique conduit à s’interesser tant à cette articulation qu’à ce mécanisme, pour restituer les dynamiques contradictoires de ce système. La dimension de remplois institutionnels, pour reprendre la formule de Lepetit, justifie de faire le lien avec la période tsariste, et en particulier avec les années 1880-1914. Les sources, on a tenté de le montrer dans le présent texte, sont assez riches pour permettre une bonne analyse du comment. Mais, c’est peut dire que cette analyse du comment laisse pendante de nombreuses questions. Pour prendre sens, elle implique de remonter plus haut dans l’abstraction, c’est à dire d’en venir au pourquoi.

 

La monnaie ou une histoire de deux systèmes

Une première piste nous est proposée par l’analyse présentée, il y a près de vingt ans de celà, par Michel Aglietta et André Orléan dans La violence de la monnaie. À travers une analyse fondée sur l’histoire économique de la grande crise hyperinflationniste allemande des années vingt, ces deux auteurs ont formulé l’hypothèse que la monnaie oscillait toujours entre deux poles, celui du système décentralisé ou fractionné, et celui du système centralisé ou homogène[22]. Dans le système décentralisé ou fractionné domine la dimension privée de la monnaie; cette dernière y est réduite à sa dimension de vecteur des transferts de propriété, et l’on y constate une dépendance extrême de la règle monétaire vis-à-vis des relations privées d’échange. La crise s’y exprime par la tendance à la déflation. Dans le système centralisé ou homogène domine par contre la dimension de bien social de la monnaie; la règle monétaire est extériorisée par rapport aux relations privées d’échange et la crise se manifeste par l’inflation, voire l’hyperinflation quand la centralisation est poussée à l’extrême.

Cette présentation a eu, et conserve toujours, une forte valeur heuristique. Elle décrit indiscutablement des phénomènes bien connus, qu’il s’agisse des dynamiques de crise du XIXème siècle ou inversement les mécanismes des grandes hyperinflations dont le XXème siècle a fourni bien des exemples. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, dans ce présent texte, on a évoqué l’articulation du système monétaire russe puis soviétique en deux systèmes distincts, du moins dans leurs dynamiques.

 

Si on mobilise cette analyse sur notre objet, il serait tentant d’assimiler le système soviétique post-1929 à une configuration de type système homogène[23]. Inversement, on pourrait assimiler la situation avant 1914 à une forme de configuration du système fractionné. Pourtant, il y a un obstacle qui interdit de céder à la tentation. Dans le raisonnement d’Aglietta et Orléan, on est en présence de structures intermédiaires entre le concept pur et la description; il s’agit clairement d’idéaux-types. Ces structures s’opposent, et ne sont symboliquement réunifiées et articulées que dans le système hiérarchisé, celui où une Banque Centrale domine l’ensemble de l’espace monétaire. Or, ce que l’on a décrit, tant pour la période russe que pour la période soviétique, c’est une présence simultanée non des principes mais directement de manifestations très proches des systèmes idéaux. Ceci est donc différent de la présence d’une tendance au fractionnement ou inversement d’une tendance à la centralisation, même si ces tendances – par ailleurs – existent. Dans la période russe, il faut remarquer que le système qui fonctionne sur un modèle s’apparentant au système fractionné ne semble connaître ni tendance à la déflation, ni contrainte directe et immédiate sur le créancier. Des arrangements y sont fréquents entre créanciers et débiteurs pour assurer une continuité dans le temps d’un ensemble de transactions. Ils ne sont possibles que parce que les dettes circulent au sein d’une communauté soudée par d’autres éléments que monétaires. Pour ce qui est du système dépendant directement de la Banque Centrale, la garantie accordée à la puissance publique pour qu’elle puisse émettre des créances et la forte homogénéité de ce système ne conduisent pas non plus à l’hyperinflation. Celle-ci ne se manifestera que dans la situation particulière de l’économie de guerre. Dans ce système, la centralisation est compensée par le jeu subtil des relations interpersonnelles entre les principaux acteurs. Ceci n’est possible qu’en raison du nombre relativement faible de personnes directement impliquées, et des liens – en particulier matrimoniaux – qui souvent les unissent.

Dans la période soviétique, quand on aboutit à une forte centralisation, celle-ci ne peut empêcher la reconstitution permanente des réseaux privés – au sens de décentralisés et non soumis au contrôle central – couvrant progressivement un volume de plus en plus important de transactions. Ce qui fragilise en permanence la centralisation explicite est moins une tendance spontanée de tous les agents subordonnés à aller dans le sens du fractionnement que le fait que cette tendance est organisée au sein de réseaux implicites ou explicites, qui lui donnent sa résistance aux pressions centrales.

Pour les deux périodes, cette concomittance des deux systèmes ne se fait pas dans l’articulation du modèle hiérarchisé idéal. Une large part du système bancaire russe pré-1914 est « hors flux Banque Centrale » et on ne peut parler de hiérarchisation dans le système de la monobanque qui domine après 1931. Par ailleurs, quand on observe les comportements et les mécanismes à l’oeuvre, on est moins en présence d’une opposition, si ce n’est politique entre groupes sociaux, que d’une dialectique entre logiques apparaissant tout aussi complémentaires qu’opposées.

Ceci ne conduit pas à récuser les deux modèles idéaux-types proposés par Aglietta et Orléan. Les dynamiques du fractionnement et de la centralisation sont bien visibles. Simplement, elles sont bien plus dynamiques et dialectiques que dans l’analyse proposée. L’idée des deux modèles n’est donc pas à rejeter mais à reformuler, et à approfondir.

 

…y-a quequ’chose qui cloche là dedans, j’y retourne immédiatement…(Boris Vian, La Java des Bombes Atomiques)

Le fait que le système monétaire de la Russie tsariste soit resté dual, sans converger vers le modèle du système hiérarchisé, et le fait que l’hyperinflation ne fut pas un régime permanent, ni même une tendance permanente, dans l’économie soviétique stabilisée indiquent que le cadre d’analyse issu de La violence de la monnaie est moins erroné qu’il n’est incomplet. Mais, cette incomplétude a engendré une torsion dans le raisonnement dont les effets s’avèrent – rétrospectivement -redoutables. Il faut ici reprendre le fil de la construction proposée par Aglietta et Orléan. Dans la première phrase de la section intitulée « le coeur du problème », ils affirment ainsi:

« L’économie marchande est un monde où les biens sont produits sur la base de la propriété privée; c’est-à-dire un monde où la production collective est prise en charge indépendamment par une multitude d’individus, jouissant chacun d’une liberté de décision a priori absolue. En raison même de la privatisation de leur production, rien n’assure que ces biens, conçus par des sujets autonomes, séparés irréductiblement les uns des autres, répondent à un quelconque besoin social« [24].

Il faut s’arrêter un instant sur cette citation, car elle annonce et conditionne une large partie des développements ultérieurs. La seconde phrase laisse entendre que par propriété privée il faudrait comprendre propriété décentralisée, car la contrainte de coordination apparaît comme centrale. L’idée même d’une propriété privée « pure » apparaissant par ailleurs comme antinomique avec une société dont la densité n’est pas nulle, et une densité nulle rendrait dépourvue de sens comme de contenu la notion de propriété[25].Si l’on admet ces prémisses on se heurte cependant immédiatement à la contradiction qu’il y a à penser à la fois en terme de coordination entre agents décentralisés et interdépendants et en terme d’individus « jouissant d’une liberté d’action a priori absolu » et constitués en multitude, forme rhétorique de l’hypothèse d’atomisme social. En effet, supposons que l’on associe à la fois décentralisation, densité, et multitude; ce sont bien les agents individuels qui décident mais, chacun peut, par sa décision, affecter de manière non-intentionnelle la capacité à décider d’un autre. C’est la base du principe de densité. La manière dont s’entrecroisent ces effets non-intentionnels de décisions intentionnelles fait peser sur chaque agent une incertitude radicale. Si cet agent n’est qu’un atome au sein d’une multitude, se pose alors la question de savoir comment peut-il décider face à une telle incertitude. La réponse néoclassique est connue. On suppose des capacités cognitives et informationnelles de l’agent qui réduisent cette incertitude à un simple cadre probabiliste. L’opération est élégante, mais construit un modèle de l’agent humain qui n’est pas plus réaliste que s’il avait 3m de haut 6 bras et 5 paires de jambes. Si on récuse cette réponse au nom de la nécessité méthodologique d’hypothèses réalistes[26], alors on se heurte au « paradoxe de Shackle »: la décentralisation, condition formelle de l’action individuelle, la rend impossible[27]. Ce paradoxe est aujourd’hui particulièrement renforcé par les travaux accumulés en psychologie depuis plus de trois décennies et qui montrent que la formation même des préférences individuelles est déterminée par les contextes collectifs au sein desquels les individus sont plongés[28].

Il faut donc sortir de l’hypothèse intenable de l’individu isolé dans une multitude. Pourquoi un entrepreneur prendrait-il le risque soumettre son action individuelle au test de la validation sociale s’il pouvait croire qu’il a une égale probabilité de tout perdre comme de tout gagner? Dans ce type d’incertitude n’agissent – on le sait bien – qu’une faible minorité de personnes qui prennent le risque moins par calcul que par goût du jeu. En fait, hors situation exceptionnelle de crise, la décision individuelle est toujours construite au sein d’un groupe de référence, que l’on en imite les pratiques (la routine) ou que l’on cherche au contraire à s’en distinguer (l’innovation). Ce groupe exerce une influence sur la manière dont les choix sont présentés aux individus, le framing effect mentionné par Amos Tversky[29]. Il peut aussi se structurer autour de prescripteurs d’opinion, dont le discours peut modifier le regard porté sur des individus[30].

Nous sommes loin de la polarisation mimétique qui semble la métaphore centrale des auteurs de la Violence de la monnaie, métaphore articulée à une vision hobbesienne du conflit – la guerre de tous de contre tous – cohérente avec la vision de l’individu enfouit dans une multitude. Cette vision, nous devons y renoncer, sauf à se réfugier dans une axiomatique de mondes imaginaires, spéculation intellectuelle intéressante mais dépourvue d’application normative ou prescriptive. Il faut lui substituer celle d’individus insérés dans des groupes relativement bien définis, susceptibles tant de se recouper que de s’affronter. Ce pivotement est le seul qui soit cohérent avec ce que nous savons des limites cognitives des individus et des effets psychologiques de l’interaction. Cette connaissance est, à l’évidence, incomplète. Elle est néanmoins suffisante pour invalider les hypothèses nécessaires à la formulation classique de l’autonomie individuelle en économie et en sociologie. La monnaie n’est donc pas le médiateur d’une rivalité mimétique mais de conflits sociaux structurés autour d’intérêts collectifs, qu’ils soient consciemment exprimés ou non. Keynes ne disait pas autre chose dans son analyse de l’inflation et de la déflation. C’est une différence considérable[31]. C’est elle qui est au coeur de l’opposition avec les thèses issues de la Violence de la monnaie, et non, comme une lecture superficielle des arguments en présence pourrait le faire croire, la simple question du conflit[32]. À la vision d’acteurs marchands uniformisés on oppose celle de groupes sociaux structurés, et – pourquoi pas – de classes. À une vision hobbesienne on oppose celle d’un Guizot et d’un Keynes, mobilisant l’un et l’autre la notion de lutte des classes pour penser la construction et l’évolution des institutions[33], visions anticipant et poursuivant celle d’un Marx qu’il nous faut cependant débarrasser de sa dimension prophétique.

La vision de l’agent indifférencié est ici d’autant moins acceptable que toutes les économies marchandes modernes sont marquées par la confrontation d’agents individuels et collectifs, d’entreprises de tailles différentes, organisées autour de faisceaux de compétences aux logiques internes très diverses, et opérant dans des branches où la logique de valorisation des capitaux comme celle de la validation sociale peuvent connaître des variations substantielles. Autour de ces différences se regroupent des intérêts; autour de ces intérêts communs se coagulent des alliances qui se donnent – parfois – le langage de leur propre représentation.

La structuration des groupes sociaux progresse donc de l’existence d’intérêts communs à la constitution d’alliance pour déboucher dans certains cas sur un sentiment conscient d’appartenance et d’identité qui marque l’acte de naissance politique de ce qui n’était auparavant qu’une réalité économique et sociale. Ces groupes se structurent d’autant mieux qu’ils peuvent s’adosser à des institutions de confiance réciproque qui leurs sont spécifiques. La dimension ethnico-religieuse ou territoriale de ces groupes n’est donc nullement le fait du simple hasard. Elle correspond à la présence d’un langage commun, d’institutions, qui sont antérieurs au problème posé et n’ont pas de véritables racines économiques, mais qui peuvent être facilement réemployées à d’autres fins, qu’il s’agisse d’assurer la circulation de titres et de créances, ou de valider des réseaux de troc.

En Russie, les intérêts des industriels et commerçants qui sont à la base des réseaux du système que l’on a qualifié d’autonome ont préexisté face à la pression de la grande industrie à la constitution d’une représentation et d’un discours politique cohérents[34]. Ils se sont appuyés sur les solidarités des communautés vieux-croyants ou juives. Il a fallu la crise politique de 1905 pour qu’une expression politique autonome devienne concevable, et les échecs militaires de l’hiver 1914/15 pour qu’elle prenne un tour véritablement révolutionnaire. Du temps de l’URSS, les secteurs de l’industrie délaissés dans les priorités du Plan n’ont jamais pu se doter d’une plateforme politique ouverte. Ceci n’a pas empêché, via les fameuses réunions des directeurs d’usines, que se constituent des réseaux de soutien et d’accointance gérant tout à la fois des pratiques communes de contournement du système planifié et la défense de ces pratiques au sein des organes locaux du Parti.

Si la vision hobbesienne des auteurs de la Violence de la monnaie permet effectivement de penser la contestation, via la renaissance permanente de monnaies privées, de l’ordre en place dès lors que sa légitimité devient discutable, elle ne donne comme issue à cette contestation que l’alternative binaire entre la décomposition radicale de l’ordre existant ou son triomphe par écrasement, même momentané, des contestataires. Elle est incapable de penser la présence stable et simultanée de systèmes opposés. Une vision se fondant plus sur la notion de groupes structurés, en fonction d’une analyse concrète de la constitution des groupes en question mais aussi des conditions de blocage ou au contraire d’évolution du cadre politique, peut penser cette stabilité et les formes qu’elle peut prendre. L’unité du pourquoi et du comment se vérifie alors.

 

(…) c’est la lutte des classes, lutte qui emplit l’histoire moderne. F. Guizot[35].

Il devient alors possible de relire les péripéties de l’histoire monétaire russe et soviétique. Qu’il s’agisse de la présence simultanée de systèmes relevant du modèle fractionné et du modèle homogène dans la période tsariste, aux formes prises par le contournement de la discipline du « contrôle par le rouble » dans la période soviétique, les formes de manifestation de la monnaie et les dysfonctionnements du système monétaire n’ont fait que refléter les aléas de conflits sociaux entre groupes structurés. On peut se contenter de les désigner groupes ou les appeler classes.  Keynes ainsi n’hésite pas à parler de classe des investisseurs et de classe des hommes d’affaires pour analyser les effets positifs de l’inflation. Là où les historiens voyaient traditionnellement une société d’ordres, Guizot utilise bien le terme de classes. Peut importe le terme en définitive. L’important est de comprendre qu’il n’y a pas plus d’acteur marchand indifférencié qu’il n’y a de propriété privée indifférenciée. Il ne faut pas confondre un mythe politique – celui du citoyen égal à tous les autres – mythe légitime et utile parce que seul capable de faire fonctionner une société hétérogène en respectant les principes de l’ordre démocratique[36], avec une analyse réaliste des économies marchandes.

La dynamique politique induite par ces groupes structurés a toujours empêché en Russie comme en URSS la constitution d’un système monétaire hiérarchisé, en définitive parce que le pouvoir politique y fut toujours l’expression d’intérêts minoritaires. C’est un point qu’il faut ici soigneusement distinguer de la forme démocratie. On aurait pu imaginer des pouvoirs qui, tout en n’étant pas démocratiques, auraient pu intégrer plus largement la représentation des intérêts économiques et sociaux des groupes les plus nombreux. Historiquement, il n’en fut rien, à la possible exception de la période de la NEP, marquée d’ailleurs par une bien plus grande stabilité monétaire que les périodes antérieures ou extérieures. Telle est la source des dysfonctionnements monétaires dont on tenté de retracer, brièvement, l’historique dans ce texte.

 


[1] U.V. Ikonnikov,Denezhnoe obrachtchenie i kredit SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1952. A. Kazantsev, Voprosy effektivnosti vzaijmnyh raschotov, Gosfinizdat, Moscou, 1955. A.V. Bachurin, (ed.), Finansy i kredit v SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1958

[2] A. Kazantsev, Voprosy effektivnosti vzaijmnyh raschotov, Gosfinizdat, Moscou, 1955. A.V. Bachurin, (ed.), Finansy i kredit v SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1958.

[3] Sapir J., Les Fluctuations Économiques en URSS, 1941-1985, op.cit..

[4] Voir sur ce point D. Granick, Management of the industrial firm in the USSR, Columbia University Press, New york, 1954 ; V. Andrle, Managerial Power in the Soviet Union, op.cit..

[5] Cette situation a même abouti à de véritables concours de débauchage d’ouvriers entre entreprises de la même ville. Sur les dynamiques particulières du marché du travail dans la période soviétique, J. Sapir, Travail et travailleurs en URSS, La Découverte, Collection Repères, Paris, 1984 et, Idem, Les fluctuations économiques en URSS – 1941-1985, op.cit..

[6] Un ancien magistrat soviétique, qui émigra aux États-unis en 1977, a décrit l’importance de ce secteur économique privé illégal, pouvant compter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’entreprises, employant de une à plusieurs dizaines de personnes. Voir K. Simis, USSR – The Corrupt Society, Simon and Schuster, New York, 1982.

[7] A. Katsenelinboigen, « Coloured markets in the Soviet Union », in Soviet Studies, vol. 29, n°1/1977.

[8] J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS, 1941-1985, op.cit., pp. 116-120 et 149-165. Voir aussi J. Sapir, « Cycles économiques et relations entre l’investissement, l’emploi et la productivité dans le cas de l’URSS : un modèle » in B. Chavance Ed. Régulations, Cycles et crises dans les économies socialistes, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1987, pp. 159 à 182.

[9] Ja. Sonin, Vosproizvodstvo Rabochej Sily v SSSR i Balans Truda, Gosplanizdat, Moscou, 1959. S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1956. L.J. Kirsch, Sovietwages : changes in structure and administration since 1956, MIT Press, Cambridge, Mass., 1972. J.Sapir, Travail et travailleurs en URSS, Paris, La Découverte, 1984. Idem, Les fluctuations économiques…, op.cit.. S. Oxenstierna, From labour shortage to unemployment ? The Soviet labour market in the 1980’s, Almqvist & Wiksell, Stockholm, 1990

[10] Sur la notion de marché asymétrique, voir J. Sapir, Les trous noirs…, op. cit..

[11] B. Reynaud, Le salaire, la règle et le marché, Christian Bourgeois, Paris, 1992.

[12] J. Sapir, Travail et Travailleurs en URSS, op;cit.

[13] E.G. Antosenkov et Z.V. Kuprianov, Tendencii tekushesti  rabochih kadrov, Nauka, Novosibirsk, 1977. R.A. Baktaev et V.I. Markov, Differenciacija zarabotnoj platy v promyshlennosti SSSR, Ekonomika, Moscou, 1979. G. Bienstock, S. Schwarz et A. Yugow, Management in Russian Industry…, op. cit. L. Bliahman, Molodoj rabochij 70h godov : social’nyj portret, Nauka, Moscou, 1977. R.M. Fearn, « Controls over wage funds and inflationary pressures in USSR », in Industrial and Labor Relations Review, vol. 18, janvier 1965, pp. 186-195.

[14] On trouvera une description plus complète de ce processus dans J. Sapir, « Conflits sociaux et fluctuations économiques en URSS : l’exemple de la période 1950-1965 », in Annales ESC, n°4, 1985 (juillet-août), pp. 737-779.

[15] Idem, pp. 762-763.

[16] Voir, J. Sapir, « Cycles économiques et relations entre l’investissement, l’emploi et la productivité dans le cas de l’URSS : un modèle » op.cit., pp. 159 à 182.

[17] Voir sur ce point les résultats des plusieurs enquètes dans A. Vinokur et G. Ofer, « Inequality of earnings, household income, and wealth in the Soviet Union in the 1970 », in J.R. Millar (ed.) Politics, Work and daily life in the USSR, Cambridge University Press, 1987, Cambridge, pp. 171-202.

[18] Pour une description de cette situation, J. Sapir, « Entre Crise et Réforme: le contexte macroéconomique au tournant des années quatrevingt » , in L’URSS au tournant: une économie en transition, J. Sapir (ed.), l’Harmattan, Paris, 1990, pp. 11-59.

[19] Voir, J. Sapir, « Inflation and Transition: from Soviet Experience to Russian Reality », in S. Sen (ed.), Financial Fragility, Debts and Economic Reforms, Macmillan, Londres, décembre 1996, pp. 204-236.

[20] Voir T. Dunmore, The Stalinist Command Economy, Macmillan, Londres, 1980.

[21] Pour une discussion sur ce point, J. Sapir, L’économie mobilisée. Essai sur les économies de type soviétique, La Découverte, Paris, janvier 1990.

[22] M. Aglietta et A. Orléan, La Violence de la monnaie, PUF, Paris, 1982, chap. 2; voir le tableau synthétique p. 80.

[23] Comme on l’a fait dans J. Sapir, Rythmes d’accumulation et modes de régulation de l’économie soviétique : essai d’interprétation des cycles d’investissement et de main d’oeuvre en URSS de 1941 à nos jours, Thèse pour le Doctorat d’Etat ès Sciences Economiques, Université Paris X-Nanterre, 29 octobre 1986, 3 vol. (1126 p. + 409 p).

[24] M. Aglietta et A. Orléan, La Violence de la monnaie, op.cit., p. 54.

[25] Voir J. Sapir, Les trous noirs de la science économique, op;cit..

[26] Sur la centralité de l’injonction de réalisme en économie, J. Sapir « Calculer, comparer, discuter: apologie pour une méthodologie ouverte en économie », in Économies et Sociétés, série F, n°36, 1/1998, numéro spécial, Pour aborder le XXIème siècle avec le développement durable, édité par S. Passaris et K. Vinaver en l’honneur du professeur Ignacy Sachs, pp. 77-89.

[27] Voir G.L.S. Shackle, Decision, Order and Time in Human Affairs, Cambridge University Press, Cambridge, 1969.

[28] Pour une recension de ces travaux et une analyse de leurs conséquences, J. Sapir, « Théorie de la régulation, conventions, institutions et approches hétérodoxes de l’interdépendance des niveaux de décision », in FORUM A. Vinokur (ed.), Décisions économiques , Économica, Paris, 1998, pp. 169-215.

[29] Sur le Framing effect et les travaux de Tversky et Kahneman, J. Sapir, « Théorie de la régulation, conventions, institutions et approches hétérodoxes de l’interdépendance des niveaux de décision », op.cit..

[30] Ceci est parfaitement décrit dans le milieu scolaire sous le nom d’effet Pygmallion. Voir R. Rosenthal et L. Jacobson, Pygmallion à l’école, Casterman, Paris, 1971.

[31] J.M. Keynes, « Les effets sociaux des fluctuations de la monnaie » in J.M. Keynes, Essais sur la monnaie et l’économie (traduction de Essays in Persuasion), Payot, PBP, Paris, 1971; (texte paru initialement en anglais en 1923).

[32] Ceci est bien montré dans la réponse faite par A. Orléan aux critiques de l’auteur sur la vision de la monnaie construite dans la Violence de la monnaie, où l’on voit  succéder un accord quand au rôle des luttes collectives à la mobilisation constante d’un groupe indéterminé et indifférencié d’acteurs marchands comme cadre d’intelligence d’un conflit ramené au choc des désirs de richesse des individus. Voir A. Orléan, « Essentialisme monétaire et relativisme méthodologique », in Multitudes, n°9, mai-juin 2002, pp. 190-195.

[33] Thèse dont on a une remarquable démonstration à travers l’analyse de l’enchatellement au Moyen Age par P. Toubert, Les Structures du Latium Médiéval , Publications de l’École Française de Rome, BEFAR, fasc. 221, Rome, 1973 2 vol.

[34] Voir, C. Goldberg, The association of Industry and Trade: 1906-1917, op. cit..

[35] F. Guizot, Histoire de la Civilisation en Europe, Hachette coll. Pluriel, Paris, 1985; réédition du texte de 1828 avec une présentation de P. Rosanvallon; p. 182.

[36] J. Sapir, Les économistes contre la démocratie, Albin Michel, Paris, 2002.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *