La Banque Centrale, pire que les « sanctions »

Présentation faite par Oleg Dj. Govtvan au séminaire Franco-Russe le mardi 24 juin.

Développements récents du système bancaire russe dans le contexte actuel 308839_284781744876901_583698869_s

Il faut commencer par une première estimation des effets des sanctions et de l’inefficacité traditionnelle du système bancaire et financier russe. Les sanctions « américaines » ne sont cependant rien comparées à la politique de la Banque Centrale. Tout le monde sait quelles sont les erreurs structurelles commises par la Banque Centrale.  L’objectif de réduction de l’inflation reste le seul objectif de la Banque Centrale.

La Banque Centrale a maintenu une politique restrictive depuis pratiquement 20 ans. Certes, cette politique fut combattue de 2002 à 2008 par une politique relativement agressive des investissements menée par la puissance publique. La monopolisation des marchés, que dénonce pourtant la Banque Centrale, est en réalité le produit de la politique même de la Banque Centrale.

Si l’on regarde le taux du RUONIA (taux de refinancement au jour le jour aux banques, sur 30 grandes banques). Il y a eu une hausse régulière de 3% à 6% d’avril 2011 à début mars 2014. Mais, après la Banque Centrale a monté son taux de 6% à 8% pratiquement du jour au lendemain. Le marché interbancaire s’est alors contracté fortement. Les taux des prêts aux particuliers et aux entreprises ont alors fortement augmenté (ce qui a été dit par Victor Ivanter lundi matin). A Banque Centrale prétend que cela était nécessaire pour arrêter une spéculation contre le rouble. Mais, si tel était l’objectif, alors ceci n’a pas été efficace. Les attaques contre le Rouble de début mars ont été contrées par des achats sur le marché des changes. L’arme des taux du RUONIA n’est pas ici pertinente.

Dans le même temps, la Banque Centrale cependant accorde des crédits aux banques commerciales. Ce sont à 50% des REPO (sur les valeurs mobilières des grandes sociétés russes) et pour les autres 50% des prises en pension de titres sélectionnés hors ces valeurs mobilières, appartenant aux banques commerciales. La question de la nature de ces titres est désormais posée :

  • (1)   Des crédits d’investissements, mais avec un plafond de 50 milliards de Roubles (et beaucoup de bureaucratie).
  • (2)   Des crédits aux PME (sans doute pour un même montant).

Par ailleurs, les SWAPS en devises ont également fortement augmenté.

 

Les réserves libres des banques commerciales, tout en étant très volatiles à très court terme, ont cependant tendances à augmenter, tout en ne retrouvant pas le niveau d’avant 2008. Par ailleurs, la part de l’argent liquide dans les règlements diminue et l’on assiste à une hausse des « comptes Trésor », ce qui correspond en fait à un excédent budgétaire du fait du non-engagement de certaines dépenses par la Budget.

Néanmoins, il est clair que l’on a assisté à une chute de la liquidité au début de mars de cette année. Mais cette chute de la liquidité a été excessive, et les acteurs économiques ont dû remettre de la liquidité dans l’économie. Aujourd’hui, on est revenu à peu de choses près à la situation de l’année dernière. Mais il n’y a pas, non plus, d’amélioration de la situation, et ceci est largement le résultat de la politique de la Banque Centrale.

Maintenant, il faut dire qu’il y a une très forte hétérogénéité entre les banques, avec un secteur des banques publiques ou considérées comme telles, des banques qui sot des filiales de banques étrangères, enfin les autres banques russes.

  • (a)  Pour les banques appartenant à l’Etat, les actifs de la Sberbank et de VTB sont en général de meilleure qualité, et ces actifs augmentent.
  • (b)   Les actifs des banques à participation étrangère (Rossbank par exemple) ont quant à eux plus tendance à stagner, voire à baisser.
  • (c)  Pour le troisième secteur, dont la part dans le total des actifs est faible, on voit des mouvements en ce début d’année. Il est possible que ce soit l’effet des sanctions. Mais, ces effets ont été immédiatement compensés, et en avril/mai le montant des actifs de ces banques était revenu au niveau de début février.

Les sanctions n’ont donc eu un effet que sur le troisième secteur du système bancaire russe (les banques privées sans liens institutionnels avec l’étranger). Mais, cet effet a été rapidement compensé, que ce soit du fait de la stratégie de ces banques ou du fait d’une action de soutien du pouvoir. Par contre, l’action de la Banque Centrale a eu, et a toujours, des effets bien plus négatifs sur la liquidité de l’ensemble du secteur bancaire. La politique de la Banque Centrale est bien le facteur principal et déterminant, et celui dont l’impact sur l’économie est de très loin le plus fort.

Si l’environnement politique reste stable, les taux au jour le jour (RUONIA) devraient rester au-dessus de 6%. Dans cette situation, il est clair que la part des petits emprunteurs va continuer à diminuer. Les emprunteurs de deuxième rang vont continuer à être pénalisés. Le taux du crédit va rester au minimum, pour les acteurs non-financiers, à 12%/13% en taux nominal (soit 5,5% à 6,5% en termes réels).

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *