Les entreprises en Russie

Dmitry Kuvalin[1]

Le contexte du ralentissement économique en Russie: la réaction des entreprises (résultat de l’enquête semestrielle)

AAA-Kuvalin

Cette présentation repose sur les données de l’enquête, conduite par l’Institut de Prévision de l’Economie Nationale-Académie des Sciences de Russie, sur les entreprises. Cette enquête, menée depuis maintenant plus de 15 ans par les chercheurs de l’IPEN-ASR, est conduite sur un panel de plus de 1500 entreprises. Pour l’enquête qualitative qui a été conduite en avril-mai 2014, ce sont 155 entreprises sur 56 régions qui ont répondu aux questionnaires « qualitatifs ». Aucune entreprise du secteur du gaz et du pétrole n’a accepté de répondre. Les entreprises interrogées sont donc exclusivement des entreprises privées. Elles représentent pratiquement tous les secteurs d’activités, y compris les services. Environ 50% des entreprises sont dans la catégorie des petites ou très petites entreprises (moins de 250 salariés). Plus du quart de l’échantillon est constitué par de « très grandes entreprises », soit des entreprises de plus de 1000 salariés.

Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon global

– de 15 salariés

16 à 100

101 à 250

251 à 1000

Plus de 1000

En %

5,8%

22,6%

21,93%

22,6%

27,1%

 

1. La question du taux de change

La première question posée dans le cadre de l’enquête qualitative a porté sur le taux de change. L’enquête montre des résultats très différenciés en fonction des secteurs d’activités. 15% des entreprises veulent que le taux de change se déprécie, ce qui correspond aux entreprises exportatrices ou produisant à partir de ressources russes pour le marché intérieur. Par contre, 25% des entreprises souhaiteraient qu’il s’apprécie ; il s’agit essentiellement des entreprises important des produits revendus sur le marché russe (secteur de la distribution) ou important des produits transformés à destination du marché russe (cas de la confection). Enfin, 40% des entreprises souhaitent que le taux de change reste stable. Il est clair que la réduction de l’incertitude économique est un facteur important. Il faut alors signaler que l’enquête a eu lieu en avril-mai 2014 soit après que le taux de change se soit largement déprécié (d’environ 10%) depuis le mois de janvier. Les réponses portent alors sur une dépréciation supplémentaire du taux de change. Mais, il faut de plus signaler qu’un biais a pu se glisser dans l’enquête. Pour les petites entreprises (jusqu’à 250 salariés) c’est le propriétaire qui a répondu et il y a probablement une confusion entre les intérêts personnels du propriétaire (qui veut valoriser les revenus qu’il a obtenus en Rouble en devises étrangères)  et les intérêts de l’entreprise.

2. Investissement et « climat » des affaires.

La question de l’investissement, et du « climat des affaires » a constitué cependant le point principal de l’enquête d’Avril-Mai 2014. Pendant la crise de 2008-2009, la réaction des entrepreneurs fut de réduire les investissements face à la chute très brutale de la demande. On constate aussi en 2014 aussi une baisse de l’investissement par rapport à l’année précédente, mais elle est bien plus faible. Le nombre d’entreprises qui déclarent investir est très supérieur au chiffre de 2009 (58,5% contre 44,7%). Surtout, le nombre d’entreprises qui déclarent vouloir accroître le niveau de leur investissement à court terme (délai de 6 mois) est pratiquement au même niveau que celui de l’année qui a suivi la crise de 2008-2009. L’enquête suggère donc que les entreprises privées envisagent de d’accroître l’investissement fortement dans un délai très court.

Tableau 2. Nombre des entreprises qui investissent

Mars 2008

Avril 2009

Mars 2010

Avril 2011

Avril

2012

Avril 2013

Avril 2014

Pourcentage des entreprises

69,3%

44,7%

57,4%

52,3%

54,1%

62,6%

58,7%

Veulent accroître l’Investissement.

34,9%

52,1%

46,4%

52%

Non

19,3%

11,24%

17,3%

13,8%

Ne savent pas

45,8%

36,7%

36,2%

34,2%

 

Mais, il faut ajouter que la part de l’investissement qui est réalisée par les entreprises privées (hors administrations publiques et entreprises publiques) est en Russie relativement faible. Les résultats de l’enquête ne sont donc pas « lisibles » directement au niveau macroéconomique où l’on a pu constater une baisse de l’investissement global. Cependant, les résultats de l’enquête signifient néanmoins que le « climat » d’investissement en Russie ne s’est pas détérioré de manière importante dans les derniers mois ainsi qu’on a pu le prétendre tant dans la presse en Russie que dans la presse occidentale.

3. Y-a-t-il des pressions administratives insupportables ?

La question des relations avec la bureaucratie administrative, incluant la corruption, est souvent évoquée comme une des caractéristiques du « climat » d’investissement actuel en Russie. La presse, tant russe qu’occidentale, véhicule l’image d’entreprises privées constamment harcelées par l’administration et soumises à une corruption très forte. On constate à travers les résultats de l’enquête que les problèmes de relations entre les entreprises et l’administration se sont en réalité progressivement améliorés (Tableau 3). Le nombre d’entreprises faisant état de « gros problèmes » avec la bureaucratie a baissé de moitié par rapport à 2007 et baissé significativement par rapport à 2011. Les résultats de l’enquête contredisent donc l’image construite à l’étranger d’une économie souffrant de plus en plus d’une administration aux pratiques intrusives.

Tableau 3. Problèmes avec l’administration

Gros problèmes avec la bureaucratie

Problèmes inchangés

Les problèmes se sont réduits

Pas de problèmes

2007 (Avril)

46,6%

47,2%

4,3%

6,8%

2011 (Octobre)

28,4%

50,0%

2,7%

18,9%

Avril 2014

23,5%

56,9%

7,8%

11,8%

 

Dans ces relations il est clair si l’on compare les sondages réalisés depuis 2007 et jusqu’à maintenant que l’administration fédérale apparaît comme bien plus efficace et bien moins corrompue que les administrations locales et municipales. Il y a aussi une amélioration dans les relations avec les administrations locales (régions et villes) mais cette amélioration est nettement moins importante. Surtout, la situation semble déterminée par la qualité des autorités locales, et dans certaines régions on constate une aggravation des pratiques intrusives de la bureaucratie. Dans les administrations fédérales, l’administration où l’amélioration a été la plus importante ces dernières années est l’administration fiscale. Pour les administrations des douanes, les résultats sont plus mitigés. On voit que la situation globale s’améliore, mais qu’il reste des « poches » de problèmes soit par rapport à des régions particulières soit par rapport à des activités (comme le dédouanement).

4. La question de la corruption.

La question de la corruption est elle aussi très souvent mise en avant pour décrire une soi-disant dégradation du « climat » des affaires en Russie. Quand on pose directement la question de la corruption aux entreprises on voit que, en réalité, la situation s’améliore depuis 2007, mais que – là encore – on est en présence d’une situation très diversifiée.

Tableau 4. Impact de la corruption

La pression de la corruption a augmenté

Elle est constante

Elle a diminué

Pas de réponse

2007 (Avril)

23,1%

33,5%

7,1%

36,3%

2011 (Octobre)

15,2%

35,9%

2,8%

46,1%

Avril 2014

11,3%

47,4%

10,8%

30,5%

 

Le problème de la corruption existe est surtout sensible pour les entreprises de moins de 250 salariés. Il est quasiment inconnu pour les entreprises de plus de 1000 salariés. Des directeurs de très grandes entreprises, comme le NovoLipetskKombinat (Sidérurgie) déclarent que le problème ne se pose pas pour eux. Par contre pour des petites ou des très petites entreprises, les déclarations faites aux enquêteurs et les plaintes en justice montrent la persistance du problème. La corruption est surtout importante dans le cas du remboursement de la TVA aux exportateurs. On constate que les entreprises exportatrices qui n’ont pas une très grande surface financière (et qui donc ne peuvent se payer des avocats de renom) sont beaucoup plus ciblées par les pratiques de corruption que les autres. Cette situation contribue à déformer le tissu économique de la Russie et limite la création de nouvelles entreprises aux régions et aux villes où le système de gouvernance est particulièrement satisfaisant.

En règle générale, les autorités chargées du maintien de l’ordre sont perçues par les chefs d’entreprise comme les plus corrompues. Viennent ensuite les autorités fiscales, puis le système judiciaire.

 


[1] D.B. Kuvalin est directeur de département à l’IPEN-ASR. Il est l’un des co-auteurs de l’ouvrage La Transition Russe, Vingt Ans Après, (avec V. Ivanter, A. Nekipelov et J. Sapir), Éditions des Syrtes, Paris-Genève, 2012. Traduction en russe Rossijskaja Transformacija – 20 let spustja, Magistr, Moscou, 2013.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *