Séminaire Franco-Russe de juin 2014

seminairefrancorussejuin2014La 47ème session du Séminaire Franco-Russe, qui s’est déroulé du 23 au 25 juin dernier dans les locaux de l’EHESS et avec le soutien de la FMSH, a été le lieu d’importantes discussions à partir des présentations faites par les collègues de l’Institut de Prévision de l’Economie Nationale et par les collègues français. Ces discussions ont fait émerger un constat : celui d’une convergence dans les problèmes auxquels tant la Russie que la France sont confrontées. Mais, cette convergence ne doit pas cacher la spécificité des situations. Il a aussi été l’occasion d’une réflexion approfondie sur la mise en cohérence des structures de financement et des structures productives dans les deux pays.

1. Une convergence de problèmes, des causes nationales

Il est aujourd’hui frappant de constater que la France (et les pays du Sud de la zone Euro) et la Russie connaissent des conjonctures économiques qui sont très similaires. Mais, cette similitude des effets recouvre en réalité une divergence des causes.

Convergence des problèmes sur la croissance, l’investissement, et les contraintes auto-imposées.

On ne peut qu’être surpris de la relative similitude des conjonctures. On a une croissance très faible, ou qui ralentit fortement, depuis 2012 tant en France qu’en Russie. On retrouve ces similitudes si l’on regarde les flux d’investissements mais aussi de consommation. D’une manière surprenante, en Russie aussi une politique publique d’austérité se traduit par un retrait de l’action publique qui a eu des effets très négatifs tant sur l’investissement que pour la croissance. En France, c’est essentiellement par le biais de la lutte contre les déficits publics que s’est mise en place une politique d’austérité dont les effets sont négatifs sur la croissance et douteux quant aux déficits. La croissance en France pour 2014 ne dépassera pas les 0,7% au mieux. Si la Russie fera sans doute mieux (1,2%-1,5%), cela reste largement insuffisant par rapport aux objectifs sociaux et économiques du pays.

Mais des origines très spécifiques à chaque pays

Pourtant, l’origine des problèmes des deux économies et des politiques d’austérité qui sont menées tant en France qu’en Russie est largement différente. Dans le cas de la France, l’économie souffre d’un manque de compétitivité qui est largement le produit du fonctionnement de l’Union Monétaire (la zone Euro). La réduction des déficits à court terme est de ce point de vue nécessaire au maintien de la France dans cette union monétaire.

En Russie, au contraire, on assiste à la combinaison de la fin d’un cycle des investissements publics (liés au Jeux Olympiques de 2014 en particulier) et une contrainte sur les dépenses budgétaires, qui sont tirées par les dépenses sociales. A cela, il faut ajouter une politique monétaire, menée par la Banque Centrale qui est venue renforcer les effets négatifs de la politique budgétaire.

On voit la différence entre un problème structurel dans le cas de la France (et des pays comme l’Italie, l’Espagne) et un problème plus conjoncturel dans le cas de la Russie.

Il n’en reste pas moins un problème général d’arbitrage entre finance et développement qui est commun.

Néanmoins, la France et la Russie ont en commun un problème plus général, celui de l’arbitrage entre les logiques financières dominantes et la logique de développement économique. En effet, en ce qui concerne la France, le choix de l’Union Monétaire s’est combiné avec un choix stratégique conduisant à la domination de la logique financière sur le développement économique. Ce choix a été fait dans l’espoir que la baisse des taux d’intérêts qui en résulterait aurait des effets positifs sur le développement économique de la France. Dans le cas de la Russie, on peut expliquer la politique de la Banque Centrale par la nécessité de construire la « réputation » de celle-ci dans la perspective du développement du rouble en monnaie régionale de réserve. Ce développement du rôle du rouble correspond à un choix stratégique découlant de la crise financière de 2007-2008. Il commence d’ailleurs à se réaliser à travers l’usage de plus en plus important du rouble dans des transactions entre non-résidents.

2. Fragmentation des systèmes de financements et limites des réglementations : comment rationaliser le « contrôle manuel »

Il est tout aussi frappant de constater que ces problèmes économiques peuvent être reliés à une fragmentation des systèmes de financements. Cette fragmentation est un problème constant en Russie. Mais, on voit apparaître une fragmentation identique au sein de la zone Euro, que celle-ci se traduise sur le marché des dettes ou dans l’incohérence entre des règles globales (comme l’accord de Bâle III) et des situations locales de développement.

Le « contrôle manuel » restera une pratique importante et l’on peut se demander si l’action discrète n’est pas nécessairement complémentaire au développement d’un cadre réglementaire adéquat.

Le « contrôle manuel » est souvent décrié et décrit comme une « pathologie » du système politique russe. Mais, l’existence d’un système de réglementation efficace repose en réalité sur l’existence d’une « dissuasion » provenant de la possibilité pour le gouvernement d’agir de manière « discrète ». L’opposition entre la réglementation et l’action discrète, ou « décisionnelle » montre une incompréhension profonde des logiques politiques. L’expérience française, dans les années 1950 et les années 1960 montre que si les réglementations issues des institutions qui fonctionnaient à l’époque fournissaient un cadre à l’action, la « décision » provenant du plus haut niveau de l’autorité politique a eu aussi un effet important sur la trajectoire de développement. De ce point de vue il convient de distinguer une action où le temps presse (short run matters) mais ou la répétition d’actions déjà conduites est pertinente, et  où des règles ou des routines de comportement peuvent se révéler efficaces, et le cas de la décision stratégique dont on attend qu’elle modifie l’environnement, et ou seule l’action discrète, c’est à dire la décision personnelle ou l’action décisionnelle, est en mesure d’être réellement efficace. Très clairement, quand il s’agit de stratégie économique ce que l’on appelle en Russie le « contrôle manuel » en réalité s’impose. Il contribue à donner au modèle économique russe sa dimension « pragmatique » qui est l’une des causes de son succés.

 Diap-HCP

Mais son efficacité doit impérativement être accrue.

Néanmoins, il est clair que la forme prise par l’action décisionnelle en Russie, en particuliers par le Président V. Poutine, n’est pas satisfaisante. On voit bien aujourd’hui se manifester en Russie non seulement une vision présidentielle mais aussi une vision du développement économique défendue par la Banque Centrale qui est relativement opposée à la première, et enfin des visions locales, défendues en particulier par des ministères qui ce faisant défendent en réalité leur pré carré. Le terme de « sabotage » qui a été utilisé dans la présentation de Viktor Ivanter traduit bien l’exaspération des experts et des praticiens face à ces comportements. Néanmoins, il est clair qu’il faut améliorer aussi l’efficacité de l’action décisionnelle. Une détermination claire de qui est responsable de quoi ; et de « qui fixe la politique » est donc urgente. De ce point de vue, l’ambivalence du système politique russe, qui oscille entre un système clairement présidentiel et un système parlementaire est ici au cœur du problème. Le fait que la légitimité du Président soit désormais incomparablement supérieure à celle du gouvernement provoque une oscillation en faveur d’un régime présidentiel, oscillation à laquelle le gouvernement résiste par tous les moyens. Il faudra donc assez rapidement que le droit soit mis en cohérence avec les faits.

3. L’importance des coûts de transaction (sensible pour les petites entreprises) limite la croissance par l‘innovation.

Si la croissance de la Russie est aujourd’hui compromise par des décisions inadaptées qui ont été prises tant à la Banque Centrale qu’au Ministère des Finances, et si l’on peut espérer que ces problèmes seront corrigés d’ici cet automne, il n’en reste pas moins que la structure du développement de la Russie continue de poser problème. Le flux de création de Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Très Petite Entreprises (TPE) reste relativement faible.

Les entreprises PME/TPME sont particulièrement touchées par les coûts de transactions.

Il est évident dans ce qu’on montré tant O. Govtvan que D. Kuvalin qu’il y a une spécificité de la situation des PME/TPE. Qu’il s’agisse du financement de ces entreprises, qui n’ont pas accès aux canaux de financements des grandes entreprises, ni aux marchés financiers, situation qui est d’ailleurs commune tant à la Russie qu’à la France, ou qu’il s’agisse de la vulnérabilité face aux actions prédatrices de grandes entreprises ou de l’administration, les PME/TPE sont à l’évidence dans une situation particulièrement défavorable. Si l’on veut que se développent rapidement des entreprises de tailles moyennes, et donc que se créent des entreprises qui, dans une première phase seront nécessairement des PME ou des TPE, il faut absolument régler ces problèmes, en mettant sur pied un système de financement adapté et en continuant les pressions sur les administrations pour qu’elles adoptent une attitude plus conforme à l’Etat de Droit. En ce qui concerne le financement, une partie des fonds devra être avancé par l’Etat. Dans le cas du « district d’innovation » qui fonctionne autour de Lausanne, près de 90% des premiers financements sont faits par les pouvoirs publics, au niveau fédéral ou local.

Or, le développement des PME/TPE est une dimension importante de la diffusion de l’innovation dans une économie, dans le cadre du développement de régions innovantes.

En effet, la constitution, à côté du secteur des matières premières qui restera dans les 50 années à venir un secteur important de l’économie russe, d’une économie manufacturière innovante est l’une des conditions de la stabilisation à long terme de la croissance en Russie. Or, on constate que l’innovation dans le domaine manufacturier se fait désormais dans des logiques trans-sectorielles et non plus seulement intra-sectorielles. Le cas du « district d’innovation » qui existe dans la région de Lausanne et de ses environs fournit un bon exemple à cela. La pluri-disciplinarité, tant entre les sciences de la nature (de la biologie aux sciences de l’informatique en passant par la chimie et la mécanique) qu’entre ces dernières et les sciences sociales (psychologie, anthropologie, économie…) est ici essentielle. Le chercheur du XXIe siècle est quelqu’un qui travaille en équipe et qui « pense global » non pas tant par rapport à une échelle géographique que par rapport à l’ensemble de l’arc des disciplines qui sont nécessaires pour la réalisation de son projet.

Ces processus d’innovation vont concerner tant le développement de nouvelles activités, que la modernisation d’activités traditionnelles. Ils impliquent aussi que soient redéfinis les cadres de la géographie économique en Russie, et en particulier que puisse se développer de nouvelles visions de l’organisation urbaine, à travers des réflexions sur le concept de la « smart city ».

Diap-Rochet

Mais, pour que de tels processus se développent, il est aussi essentiel que de nouvelles entreprises puissent se créer et se développer. Il y a en effet une grande « mortalité » dans les entreprises naissantes (environ 90%). Cette « mortalité » des entreprises n’est pas anormale. En fait, compte tenu de l’extrême nouveauté des domaines sur lesquels se développent ces entreprises, l’échec est statistiquement plus la règle que l’exception. Une démographie d’entreprise dynamique dans le domaine manufacturier apparaît donc comme l’une des conditions de la modernisation du tissu industriel de la Russie, allant de pair avec des interventions publiques qui resteront importantes.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *