Chômage et colère

Les statistiques du chômage ont été mauvaises pour le mois de mai. Pour les lecteurs de ce Carnet, ceci n’est pas véritablement une nouvelle. Cela fait bientôt deux ans que j’explique, arguments à l’appui, pourquoi la politique économique mise en œuvre par le gouvernement est incapable de produire une « inversion » de la courbe. La croissance va rester toujours très faible. L’INSEE prévoit pour 2014 environ 0,7%. Compte tenu du ralentissement de la croissance aux Etats-Unis, il n’est malheureusement pas impossible que l’on s’aperçoive à la fin de l’année que le chiffre réel est probablement plus proche de 0,5%. De toute manière, de tels chiffres sont incapables d’arrêter la marée noire du chômage (il faudrait pour cela une croissance d’au moins 1,3%) et ils vont mécaniquement provoquer une hausse du déficit public. Le gouvernement avait révisé son objectif à 3,8% du PIB. Compte tenu du manque à gagner du fait d’une croissance plus faible que prévu, le chiffre réel sera probablement compris entre 4,0% et 4,2%. Cela signifie que la population française, qui continue de croître à un rythme soutenu, va quant à elle continuer de s’appauvrir.

Graphique 1

 Ch-0

La baisse de l’investissement se poursuivant, la compétitivité de l’industrie française en sera elle aussi affectée. En fait il y a deux raisons à cette baisse. D’une part, les marges des entreprises sont au plus bas, alors que les taux d’intérêts réels (la différence entre le taux d’intérêts et l’inflation) tendent à remonter. Les entreprises n’ont pas de quoi investir. Mais, d’autre part, les perspectives, tant en France qu’à l’étranger, sont tellement déprimées que même si elles avaient des liquidités les entreprises n’investiraient pas. Ajoutons pour faire bonne mesure une troisième raison. L’investissement privé dépend largement de l’investissement public. Ce dernier crée à la fois un contexte psychologique favorable mais aussi des effets de réductions de coûts (par le développement des infrastructures en particulier) qui incitent les entreprises privées à investir. Or, pour réduire à tous prix les déficits, et pour se conformer au diktat des autorités de la zone Euro, la politique d’austérité a coupé avant tout les dépenses d’investissement.

Graphique 2

 Ch-01

Les gains de productivité, qui sont essentiels pour la compétitivité de l’économie, dépendent de l’investissement productif. On voit que dans la situation actuelle la France est en réalité en train de manger son propre capital, ce qui va se traduire, dans les années à venir, par une désindustrialisation accélérée, entraînant de nouvelles fortes hausses du chômage.

 On comprend pourquoi les derniers chiffres ne sont nullement surprenants. Ils n’en sont pas moins dramatiques. On voit que les différentes catégories de demandeurs d’emplois (et non de « chômeurs ») ne cessent d’augmenter, qu’il s’agisse de la catégorie « A », qui sert de référence, mais aussi des catégories B et D (qui correspondent à personnes soit dispensées de recherche d’un emploi, soit travaillant moins de 70h par mois), et enfin de ce que l’on peut appeler le « quasi chômage », soit les catégories C et E, où l’on retrouve nombre de salariés « aidés » par les pouvoirs publics.

Graphique 3

Ch-1

En mai 2014, la catégorie « A » se montait à 3 388 900 personnes, les catégories B et D (qui constituent en chômage « masqué ») à 944 400 personnes, soit un total de 4,33 millions de personnes. Si l’on y rajoute les personnes radiées et découragées par le conjoncture, il est probable qu’il y avait en France, au mois de mai, 4,8 millions de chômeurs. Cela représentait 16,7% de la population active en réalité, alors que les calculs officiels sont fait uniquement sur la catégorie « A ».

Par ailleurs, depuis mai 2012, soit depuis l’élection du Président Hollande, le nombre de chômeurs (au sens des catégories A+B+D) a augmenté de 550 000 soit 764 chômeurs de plus chaque jour.

Graphique 4

 Chom-2

Ce constat est certainement la critique la plus terrible et la plus radicale d’un Président qui se fit élire justement sur le thème de la lutte contre le chômage (et accessoirement de la lutte contre la finance, faut-il le rappeler ?). Dans ces conditions, il est clair que sa délégitimation est désormais bien avancée, et avec elle, celle de la majorité socialiste issue des urnes en juin 2012. Il est donc plus que probable que lui et son Premier-Ministre d(’in)fortune seront confrontés à une montée et une radicalisation de la colère dés le début de cet automne. La possibilité d’une crise parlementaire, débouchant sur des élections anticipées est désormais réelle. Mais, la question de fond n’est même pas celle-là, aussi importante soit elle. La seule solution pour sortir l’économie française de la crise et la société française du marasme consisterait en une sortie de la zone Euro (ou dans sa dissolution) ce qui permettrait une dévaluation, remettant le compteur de la compétitivité à son niveau de 1998-2000. A partir de là, et compte tenu des perspectives de l’économie française, on peut s’attendre à une reprise et des créations d’emplois (dans un délai de 6 mois) et des investissements (dans un délai d’un an). Ceci a été démontré de nombreuses fois, et en particulier dans ce carnet. Il est paradoxal qu’un homme ait la solution aux problèmes de la France à portée de main, et qu’il s’en détourne pour des raisons qui sont essentiellement idéologiques. A moins que cette décision tout simplement lui répugne. Si tel est le cas, il doit en tirer les conséquences et partir de lui-même, avant que la colère populaire ne commette l’irréparable.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *