Quelques commentaires sur le rapport du FMI « World Economic Report », octobre 2012

Le Fond Monétaire International vient de publier son rapport sur l’économie mondiale, squi conclut à une aggravation de la crise dans la zone Euro. Il montre, en particulier, que les perspectives de croissance sur lesquelles reposent le « pari » du gouvernement et de François Hollande, sont parfaitement illusoires. Ce rapport constitue, de fait, la critique la plus virulente de la politique du gouvernement français mais aussi, et ceci à l’insu de ses auteurs, de la politique qui cherche à sauver l’Euro à tout prix. La crise DANS la zone Euro est ainsi appelée à s’approfondir rapidement et connaîtra certainement dès cet hiver, voir dès le printemps prochains, des moments de rupture importantes.

De ce rapport sont extraits les quelques graphiques suivants (cliquer pour afficher le graphique en plus haute définition) :

La croissance

On constate que la croissance de l’Allemagne est restée très faible, jusqu’à une période récente, que l’Italie connaît elle aussi une croissance déprimée, et que les pays qui ont réalisé une forte croissance avant la crise l’ont fait par des moyens très dangereux (Espagne, Grèce, Irlande). Il faut se souvenir que, jusqu’en 2007, on donnait ces pays en exemple…

Les investissements

Ici, c’est l’effondrement de l’investissement dans les pays particulièrement touchés par la crise qui est spectaculaire. Cet effondrement hypothèque lourdement les possibilités de croissance ultérieure.

L’épargne


Sauf pour l’Allemagne et l’Autriche, et dans une moindre mesure la France, l’épargne décline fortement.C’est en particulier vrai pour l’Irlande, le Portugal et la Grèce, mais cela se vérifie aussi pour l’Espagne et l’Italie.
À noter la situation véritablement critique de la Grèce (et dans une moindre mesure de l’Irlande) où les ménages ont brutalement réduit leur épargne pour survivre dans le contexte des politiques d’asutérité.

Le chômage


Ici encore, on peut constater les conséquences dramatiques des politiques d’austérité en matière d’emploi, en particulier en Espagne, Grèce et Portugal. L’Irlande semble avoir stabilisé (à un niveau élevé) son taux de chômage, mais c’est le résultat d’une politique d’émigration massive vers les pays anglophones (Etats-unis, Australie, Grande-Bretagne et Canada).

La dette


L’application des politiques d’austérité a provoqué une explosion de la dette pour l’ensemble des pays en crise. On notera que l’Italie, pays dont la croissance a été depuis 1999 la plus faible de toute la zone Euro, a une dette accumulée particulièrement importante.

Ce rapport mérite plus de commentaires, que j’aurai l’occasion de développer sous peu.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *