Deuil National?

Le gouvernement vient de décider de mettre les drapeaux en berne pour trois jours en signe de deuil national[1] en la mémoire des victimes du vol AH5017 Ouagadougou-Alger, vol qui transportait, entre autres, 54 Français sur un total de 112 passagers et de 6 membres d’équipage. Si le premier sentiment à l’annonce de la nouvelle de cette catastrophe fut une immense compassion pour les victimes, mais aussi – et surtout – pour leurs proches, on est en droit de se demander à quoi jouent le gouvernement et le Président de la République, qui fut très présent[2], bien plus que sur le front du chômage, en la matière. Transformer une somme de drames personnels en un drame national a une signification forte. Ce geste implique que la catastrophe aurait touché plus particulièrement la communauté nationale. Il est vrai qu’il y eut des précédents. Les drapeaux avaient été mis en berne lors crash au Venezuela, en 2005, d’un avion de la compagnie West Caribbean Airways reliant le Panama à la Martinique, une catastrophe qui avait fait 160 victimes, dont 152 Français. Le geste n’est donc pas tout à fait hors du commun. Mais, il apparaît, ici, disproportionné.

Bien entendu, les accidents d’avions sont rares, et toujours spectaculaires. Mais, il y aura sur les routes en ce grand week-end qui marque le départ des vacanciers d’août et le retour d’une partie de ceux de juillet, sans doute autant de victimes. Et l’on ne mettra pas les drapeaux en berne pour autant. On peut, d’ailleurs, exprimer sa compassion de mille et une autres manières, en allant signer un registre de condoléances, ou en recevant, ce qui fut fait, les parents et les proches des victimes. Bref, pour le dire crûment, on a le net sentiment que le Président et le gouvernement en « font trop », et que ceci n’est pas sans dessein. Qu’ils cherchent, par une présence insistante sur un terrain incontestablement dramatique, mais heureusement fort limité, à faire oublier leur tonitruante absence sur un terrain bien plus important.

S’il y a bien en France aujourd’hui un « drame national », quelque chose qui nécessiterait bien que les drapeaux soient crêpés de noir, c’est celui du chômage. Rappelons, une fois encore, les chiffres, tels qu’ils nous sont fournis par la DARES. Pour la catégorie « A » des demandeurs d’emplois, que l’on assimile abusivement au chômage, on atteint 11,82% de la population active. Si on additionne à ce chiffre les catégories « B » et « D », autrement dit les personnes sans emploie et dispensées de la recherche active d’emploi (D) et les personnes travaillant moins de 70h par mois et recherchant un emploi à temps plein, catégories que j’ai appelées le « chômage caché », on aboutit à 15,1%. Si l’on y ajoute enfin les catégories « C » et « E », soient les personnes travaillant plus de 70h par mois et moins de 140h, ainsi que les emplois aidés et stages, ce qui correspond au « quasi-chômage », nous atteignons alors 19,89% de la population active.

Graphique 1

 AChom-PopActiv

Mais, ces chiffres n’incluent pas les personnes radiées par Pôle Emploi, souvent pour des raisons futiles, et les personnes simplement découragées qui ne se sont pas réinscrites. Si l’on estime à 400 000 ces personnes, le nombre de chômeurs (au sens A+B+D) peut être estimé à 16,5% de la population active. On ne dira jamais assez les drames qui se cachent derrière ces chiffres, les vies brisées, les espoirs enfuis, les couplas saccagés, et les suicides, certainement plus nombreux par mois, que les 54 morts de la catastrophe du vol AH5017. Mais, sur tout cela, le Président et le gouvernement font silence. Ils continuent, avec obstination, d’attendre une très hypothétique « inversion de la courbe » comme ils le disent en ce langage technocratique qu’affectent nos dirigeants. Il faut leur crier, parce qu’ils se disent de gauche et se gargarisent des mots de solidarité et de justice, qu’il ne peut y avoir ni solidarité, ni justice dans cette situation. Le chômage est sur leurs mains cette tache de sang qui, comme le dit Lady Macbeth sombrant dans la démence, « ne peut s’adoucir en dépit de tous les parfums de l’Arabie »[3]. Honte à vous pour ce que vous faites, que ce soit par votre incompétence ou que ce soit par ce calcul affreux de « communiquant » qui vous dicte de tomber dans l’emphase sur une catastrophe pour en faire oublier une bien plus grande.

Car, le chômage n’est en rien une catastrophe naturelle. Des solutions existent qui, sans prétendre résoudre la totalité du problème, pourraient radicalement changer la situation. Une sortie de l’Euro, accompagnée d’une dévaluation d’environ 20% par rapport au Dollar (et même dans le cas ou les pays d’Europe du Sud dévalueraient plus que nous), se traduirait par un retour à l’emploi compris entre 1,5 millions et 2,5 millions de personnes[4]. C’est donc en moyenne de 7% de la population active qu’en trois ans environ après une sortie de l’Euro, diminuerait le chômage. Ceci serait plus que suffisant pour redonner espoir à des millions de désespérés. La baisse du poids des prestations chômages que provoquerait ce retour à l’emploi, conjuguée à une hausse du volume des cotisations, permettrait à l’assurance chômage de retrouver son équilibre. Il en irait de même de l’assurance retraite, et ceci sans effort supplémentaire de la part des salariés, du simple fait de l’accroissement des personnes réellement actives.

Pourtant, Président et gouvernement se refusent à envisager cette hypothèse, beaucoup par idéologie, un peu par conformisme et par lâcheté. Les voici donc condamnés à errer dans les palais du Pouvoir, tels autant de Lady Macbeth se frottant frénétiquement la main et marmonnant « inversion, inversion ». Ce serait risible si ce n’était tragique. Mais, qu’ils se souviennent de la fin Lord Macbeth. Tel pourrait bien être le sort qui les attend.

(et pour ceux qui veulent s’y frotter, voici la scène de la démence de Lady Macbeth. La citation commence à 2’45 » )


[3] Shakespeare W.,  Macbeth, acte 5, scène 1, « Here’s the smell of the blood still. All the perfumes of Arabia will not sweeten this little hand. »

[4] Voir Sapir J., Murer P. et Durand C., Les Scenarii de dissolution de la Zone Euro, Fondation Respublica, septembre 2013.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *