Mistral gagnant?

La France est aujourd’hui sur le banc des accusés à cause du contrat prévoyant la vente de 4 navires BPC de type « Mistral » à la Russie, dont deux doivent être construits en France et deux en Russie. Plusieurs dirigeants étrangers, comme ceux des Pays Baltes, de la Pologne et de la Grande-Bretagne pour l’UE ainsi que le gouvernement américain ont demandé que la France annule, ou tout du moins suspende, ce contrat à la suite des événements d’Ukraine. L’affaire a été réactivée par la destruction de l’avion de la Malaysian Airlines, mais elle dure, en réalité, depuis le mois de mars. Elle éclaire les contradictions de la politique étrangère française, mais aussi ses déterminants.

Un contrat important.

Pour la France, ce contrat est indiscutablement important. Il l’est pour des raisons sociales, car il fournit du travail aux employés des chantiers navals de Saint-Nazaire jusqu’en 2015. C’est un contrat important, estimé à 1,2 milliards d’euros. Il l’est aussi, et surtout, car ce contrat marquait une grande première. En effet, c’était la première fois, depuis 1937 et l’achat à l’Italie du conducteur de flottille (Destroyer Leader) le Tashkent, que la Russie passait commande d’unités importantes à un pays étranger. Ceci avait d’ailleurs provoqué de nombreux remous en Russie même. Il l’est, enfin, car, avec ce contrat, la France prenait position sur un marché important de la construction navale où elle n’était pas présente jusqu’alors, comme elle l’est sur celui des frégates, des patrouilleurs lance-missiles, ou des sous-marins.

Il faut ici préciser que ces bâtiments de plus de 20 000t sont bien plus que des navires de débarquement. Bien sûr, ils peuvent emporter des chars et des chalands, ainsi que 16 hélicoptères. Mais, l’essentiel de ces bâtiments réside dans les capacités de commandement et de communication dont ils disposent. Capables d’emporter un Etat-Major opérationnel de 200 hommes, ces navires peuvent assurer le commandement d’une escadre. Or, ce sont ces capacités qui faisaient défaut à la marine Russe, imposant que les escadres, lors de leur déploiement lointains, soient commandées depuis un Etat-Major basé à terre. Or, la marine Russe a mesuré que ceci n’était pas adéquat pour des opérations de longue durée, comme celles qu’elle mène, en coopération avec d’autres pays, devant les côtes de Somalie. En fait, ces navires sont essentiels si la marine Russe veut pouvoir coopérer de manière efficace avec les autres flottes dans des opérations de sécurisation des mers.

La position française

La position de la France, jusqu’à présent, a toujours été de dire que ce contrat serait exécuté. Ce contrat datait de 2011, mais les discussions conduisant à sa signature avaient commencé bien avant. Le conflit entre la Russie et la Géorgie en 2008, suite à l’agression dont l’Ossétie du Sud avait été victime de la part des autorités de Tbilissi, avait déjà été l’occasion d’une polémique concernant ce contrat. Le Président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, avait cependant décidé de le signer. Les raisons pour cela en étaient, et sont toujours, nombreuses. Tout d’abord, ce contrat était très important, pour l’industrie militaire française et pour la construction navale. Aujourd’hui, une annulation aurait un coût financier et un coût social extrêmement important. Ensuite, ce contrat permettait à la France d’entrer sur un nouveau marché. Une annulation, aujourd’hui, compromettrait durablement la crédibilité de la France vis-à-vis des autres pays qui pourraient être intéressés par des unités similaires, ou par d’autres types d’unités. L’enjeu est donc non seulement immédiat, mais il concerne la position, à terme, de la France comme exportateur d’armes. Ce qui est en jeu dépasse ici les questions strictement commerciales, même si les exportations d’armes ont un rôle non négligeable dans la balance commerciale française. Ce qui est en cause, en réalité, est le maintien des capacités assurant notre indépendance nationale.

L’ambiguïté de la position de François Hollande.

La position du Président français, M. François Hollande, peut cependant paraître ambiguë. D’un côté, il reprend les thèses du gouvernement américain sur une responsabilité des insurgés de l’Est ukrainien dans la catastrophe du vol de la Malaysian Airlines, alors même que ces thèses sont contestées par de nombreuses sources[1], y compris des anciens agents de renseignements américains[2]. De l’autre, il oppose, jusqu’à maintenant, une fin de non recevoir à toutes les demandes de suspension de ce contrat. On peut y voir, simplement, une analyse coût-avantage. La France aurait bien plus à perdre avec l’annulation de ce contrat qu’elle ne pourrait gagner par l’expression d’une « fermeté » sur un dossier qui apparaît, de jour en jour, comme de plus en plus douteux. Mais l’on peut discerner aussi une autre raison. Dans le même temps où la France s’oppose à la Russie sur la crise ukrainienne, elle est liée avec la Russie quant à la gestion d’autres crises, et en particulier au Mali. Ce n’est un secret pour personne que si l’armée française  a pu intervenir avec succès au Mali, et si elle peut durablement maintenir son intervention, elle le doit aux compagnies de transport aérien russes. Au début du mois d’août 2014 c’est ainsi un Antonov An-124 qui a transporté des véhicules de combat VBCI d’Istres à Bamako[3]. Une rupture sur la question du contrat « Mistral » aurait, n’en doutons pas, des conséquences importantes sur la coopération de fait entre la France et la Russie pour les opérations contre les fanatiques d’AQMI (Al-Qaeda au Maghreb Islamique) en Afrique. De fait, c’est une grosse partie de la logistique de l’opération « Sangaris » (et de ses suivantes) qui est dépendante de la coopération avec des sociétés russes.

François Hollande résistera-t-il aux pressions ?

La question est donc de savoir si le gouvernement français pourra maintenir cette position jusqu’à l’exécution du contrat. Il est clair que les pressions sur la France se renforcent. Certaines, en particulier celles des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne sont tout autant motivées pour des raisons politiques que pour des raisons commerciales. Ces deux pays ont intérêt à ce que la France perde sa crédibilité comme fournisseur d’armes vis-à-vis des pays émergents. Ce n’est un secret pour personne que ces pays souhaitent remplacer la France dans son rôle de fournisseur. Au-delà, il est clair que si la France perdait ce rôle, en tout ou partie, elle ne pourrait plus maintenir l’industrie militaire qui est la sienne actuellement. Or, un pays sans industrie militaire est à la merci des autres pays, et en particulier de ceux qui on su, et pu, conserver une telle industrie.

Jusqu’à maintenant, le gouvernement français et le Président Hollande ont fait preuve de fermeté. Cela met d’ailleurs en péril l’existence d’une « Europe de la défense » dont on mesure actuellement, avec la crise irakienne, qu’elle relève de plus en plus de la chimère. La question se pose cependant de savoir comment François Hollande réagira s’il comprend que sa politique, qui ici, sur la question du contrat « Mistral » est entièrement juste, contribue à l’éclatement de l’Union européenne sur ce point. François Hollande est un partisan du « fédéralisme européen ». C’est sur ce point que les critiques de ses partenaires de l’UE peuvent porter. Mais, d’un autre côté, il doit envisager l’inexistence politique de l’UE qui s’est manifestée de la Syrie au Mali et maintenant sur la question irakienne. Il est important que François Hollande ne sacrifie pas l’avenir de la France, son indépendance nationale et les moyens de celle-ci, à une chimère du passé, cette Union européenne dont on constate, un peu plus chaque jour, la décrépitude.


[1] Voir Sapir J. MH17 et Su-25, note publiée sur RussEurope, le 30 juillet 2014, URL : http://russeurope.hypotheses.org/2591 , et le blog de Robert Parry, http://consortiumnews.com/2014/07/20/what-did-us-spy-satellites-see-in-ukraine/

[2] American Intelligence Officers Who Battled the Soviet Union for Decades Slam the Flimsy “Intelligence” Against Russia, http://www.washingtonsblog.com/2014/07/obama-release-ukraine-evidence.html


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *