Situation militaire en Ukraine

La situation militaire a connu d’importantes évolutions ces deux derniers jours. Les forces de Kiev semblent s’être effondrées au sud de Donetsk, ouvrant la voie à une contre-offensive des insurgés qui a atteint ce lundi 25 août les bords de la Mer d’Azov et la ville portuaire de Novoazovsk. D’après mes correspondants (il s’agit de journalistes occidentaux qui travaillent du côté des insurgés), il n’y a pas eu véritablement de combat. Les forces de Kiev se repliant sur Mariupol. Ceci a d’ailleurs été indirectement confirmé par des déclarations du gouvernement de Kiev. Tactiquement, ceci implique que les forces de Kiev qui opéraient au sud de Donetsk sont encerclées. Le « chaudron » ainsi constitué pourrait être réduit dans les jours qui viennent. Par ailleurs, le repli sur Mariupol des forces de Kiev indique que ces dernières sont dans une confusion importante. Des sources proches des insurgés, et qu’il faut donc traiter avec certaines précautions, indiquent que ces forces seraient en train d’évacuer Mariupol pour Zaporozhie. Ceci reste à confirmer. Ce qui semble en tout cas confirmé est que l’avancée des forces insurgées a provoqué une panique dans les rangs des forces de Kiev à Mariupol.  On signale aussi une contre-offensive des insurgés au Nord-Ouest de Lugansk, au-delà de Pervomaisk, qui les conduit pratiquement à hauteur de Slavyansk. Dans le même temps de durs combats  ont eu lieu autour des unités de Kiev qui ont été encerclées. Il semble donc que l’on soit en présence d’une crise majeure pour les forces de Kiev, ce dont témoignent des correspondants qui sont à Kiev même. En tout état de cause, si Kiev veut stabiliser la situation militaire sur les bords de la Mer d’Azov, il n’a pas d’autres choix que de :

  1. Prélever sur les forces déployées au Nord de Donetsk, mais avec le risque que les insurgés percent aussi dans ce secteur. Or, compte tenu des succès rencontrés par les insurgés, c’est une option TRÈS risquée pour Kiev, alors que se développe la contre-offensive depuis Lugansk.
  2. Déployer des troupes gardées en réserves dans la partie Ouest de l’Ukraine, mais dont l’efficacité militaire est douteuse. Le risque ici est que l’engagement de ces unités conduisent à de nouvelles pertes et à la capture d’un matériel important par les insurgés.

Carte 1

Mariupol

Dans le même temps, on annonce le retour d’Igor I. « Strelkov »[1], qui pourrait coordonner les opérations militaires des miliciens de Lugansk et de Donetsk depuis Krasnodon.

En tout état de cause, il est clair que les insurgés ont marqué des points importants ces deux derniers jours. On ne peut exclure que les forces de Kiev, du moins celles qui ne sont pas encore encerclées, se retirent sur la ligne de défense qui a été définie ces derniers jours. Ceci indique bien que l’on est en présence d’une crise tant militaire que politique dans les rangs des forces de Kiev. La décision du Président Poroshenko de dissoudre le Parlement (la Rada), décision qui a été prise avant que cette crise ne se développe, doit être désormais considérée comme faisant partie intégrante de cette crise. D’un autre côté, la faiblesse numérique des insurgés leur interdit de pousser leur avantage trop loin, sous peine de se rendre extrêmement vulnérable à des contre-attaque des forces de Kiev. Il est donc possible que d’ici une semaine ou deux, on arrive à une stabilisation partielle de la situation, qui ouvrirait la voie à un cessez-le-feu. Il est possible que cela soit discuté le mardi 26, quand le Président russe rencontrera le Président ukrainien à Minsk. Mais, même si cette stabilisation débouchait sur un cessez-le-feu, ce qui est à espérer, la situation resterait toujours très tendue. Les insurgés, désormais, ne sont plus prêts à accepter autre chose qu’un scénario du type Abkhaze ou Ossète du Sud. Or, une telle situation est difficilement acceptable pour Poroshenko, outre le fait qu’elle implique que les ressources en charbon du Donbass restent entre les mains des insurgés, ce qui va poser des problèmes redoutables dès cet hiver pour l’Ukraine. Il faudra du temps pour trouver un compromis acceptable, or le temps est ce qui fait défaut au régime de Kiev qui pourrait bien connaître dans les mois à venir les contrecoups de son incapacité à venir à bout des insurgés de Donetsk et Lugansk. Cette incapacité à écraser l’insurrection dans le sang, ce qui était l’objectif affiché du gouvernement de Kiev, va poser à nouveau la question de la fiabilité des populations dans les régions voisines de Dnepropetrovsk et Zaporozhie. Des soulèvements pourraient alors avoir lieu cet hiver. La situation économique et financière de l’Ukraine va par ailleurs continuer à se dégrader rapidement. De ce point de vue, chaque jour gagné est un avantage pour les insurgés qui semblent désormais avoir imposé la pérennité, au moins provisoire, de la « République Populaire de Donetsk » (DPR) et de la « République Populaire de Lougansk » (LPR).


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *