Montebourg et « l’autre politique »

Arnaud MontebourgArnaud Montebourg avait envoyé une note d’alerte au Président de la République le 6 février dernier. Le Nouvel Observateur l’a rendue publique à la fin du mois d’août1. Cette note a été un peu rapidement occultée par la démission d’Arnaud Montebourg, la constitution du 2ème gouvernement Valls, et les péripéties qui ont suivi. Cette note avait été rédigée par ses services le 31 janvier. La procédure est commune mais elle est aussi assez solennelle. Quand un Ministre envoie un papier écrit, non sollicité, au Président, c’est à l’évidence pour prendre date. On connaît la phrase « Dixit et salvavi animam meam »2. Elle s’applique ici, à l’évidence.

Cette note part du constat que la croissance est à l’arrêt et que, mécaniquement, le chômage comme les déficits vont continuer à augmenter. Tablant sur une prévision, hélas optimiste, de 0,9% de croissance pour 2014, Arnaud Montebourg conclut qu’aucune inversion de la tendance n’est à attendre pour 2014. En fait, nous ferons probablement 0,4% de croissance en 2014, voire moins. Il identifie aussi correctement les causes immédiates de la situation : le couple euro fort et politique d’austérité. Les propositions que contient cette note sont au nombre de deux :

  1. Une règle d’usage des économies budgétaires que le gouvernement s’est engagé à réaliser, et qu’Arnaud Montebourg propose de ventiler en 3 tiers, à la réduction du déficit, à l’appui aux entreprises et à une aide fiscale aux ménages.
  2. Obtenir une dévaluation de l’Euro d’environ 10%, ce qui permettrait de créer 1,32 millions d’emplois, de réduire le chômage et implicitement de réduire le déficit et la dette.

Le constat de court terme est juste, mais limité. Bien entendu, les politiques d’austérité cassent toute possibilité de croissance. Mais, la France ne peut s’en abstraire qu’à la condition de compenser son manque relatif de compétitivité par rapport aux pays plus engagés qu’elles dans la dévaluation compétitive par une dévaluation de sa monnaie. A défaut, toute politique de relance bénéficierait en priorité à l’Italie, l’Espagne, mais surtout à l’Allemagne. De ce point de vue, c’est une dépréciation par rapport à l’Allemagne qui constituerait l’avantage principal pour permettre une politique de croissance. Mais, cette dépréciation devrait être importante, pour permettre à l’économie française  de profiter de ce « bol d’air » ET de supporter l’impact d’une dépréciation de l’Espagne et de l’Italie. En tout état de cause, en économie ouverte (donc sans protectionnisme) nous sommes condamnés à adopter la même politique que nous voisins sauf si nous pouvons déprécier fortement notre monnaie.

Il est aussi clair que le niveau du taux de change Euro/Dollar est trop élevé, et de cela tout le monde est d’accord. Mais, sur ce point, Arnaud Montebourg commet l’erreur de croire que la relation entre le taux de change et la compétitivité de l’économie est linéaire. Si une dépréciation de la monnaie de 20% induit une certaine croissance, une dépréciation de moitié (soit 10%) devrait entraîner une croissance de moitié. Mais, ceci n’est pas la situation réelle. On sait qu’une dépréciation faible n’a aucun effet sur la croissance, tout simplement parce que les acteurs n’en distinguent pas l’impact des autres facteurs économiques. Les acteurs (les entreprises en premier lieu) anticipent qu’une dépréciation de faible importance sera rapidement annulée par l’effet d’inflation induit, et elles préfèrent accroître leurs marges qu’accroître l’emploi, en augmentant leurs prix. Ce fut le scénario des « petites » dévaluations de 1981 et 1983. Par contre une forte dépréciation (plus de 15%) a un impact important tant mécaniquement que psychologiquement, car les acteurs économiques perçoivent intuitivement que l’économie française va rester dans une zone bénéficiaire pour plusieurs années. La réaction de l’économie à une dépréciation monétaire est donc nulle ou quasi nulle pour un niveau de dépréciation compris entre 0% et -5%, et elle atteint son maximum pour un niveau compris entre 15% et 25%. Autrement dit, ce n’est pas de 14 centimes (ou cents car on calcule en Dollar) qu’il faut faire baisser l’Euro par rapport au Dollar mais en réalité de 21 à 35 centimes. Concrètement if faudrait viser un taux de change entre 1,15 USD pour 1 euro et 1,05 USD pour 1 euro, alors que nous sommes passés de 1,35 à 1,29. Une telle dépréciation pose la question du taux de change correspondant à chacune des économies de la zone Euro, et l’on sait que l’Allemagne fera tout pour que ce taux reste supérieur à 1,25 USD (un taux de 1,30 USD lui correspondant parfaitement).

On comprend bien la prudence d’Arnaud Montebourg qui n’a pas voulu affronter le Président sur un projet explicite de sortie de l’Euro. Mais il faut dire que la solution proposée dans cette note ne pourrait fonctionner car elle n’est pas assez radicale. Il serait intéressant qu’Arnaud Montebourg dise aujourd’hui à combien il estime la dévaluation nécessaire pour relancer l’économie française, et ce qu’il pense des réponses (et des non-réponses) qui lui ont été faites par le Président.

En tout état de cause, cette note de février montre qu’il y a avait au moins un ministre qui ne se faisait aucune illusion sur la situation de l’économie française. Mais, nous sommes aujourd’hui au mois de septembre et tout montre que le Président a décidé de poursuivre, mais pour encore combien de temps, cette politique destructrice.


  1. Martin J., La lettre secrète de Montebourg à Hollande,  Le Nouvel Observateur, 27 août 2014. []
  2. « J’ai dit et j’ai sauvé mon âme », par ces mots emprunté à Ezéchiel, Marx conclut sa « Critique du Programme de Gotha ». []

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *