La Russie se tourne vers l’Est

Les modèles de développement de l’économie russe et l’impact de la crise ukrainienne.

 

La question du modèle de développement que la Russie pourrait suivre dans les années qui viennent est maintenant ouvertement posée par l’évolution du contexte international. Mais, ceci masque peut-être des changements qui étaient déjà à l’ordre du jour depuis 2011. De ce point de vue, la crise en Ukraine accélère mais ne modifie pas, des changements importants que l’on pouvait remarquer ces dernières années.

Le jeu des sanctions et des contre-sanctions risque de se prolonger. Même si ces sanctions et ces contre-sanctions peuvent rester limitées on peut d’ores et déjà se demander si elles n’ont pas provoqué un changement important dans la perception du monde pour le gouvernement mais aussi les élites russes. Ce changement se traduirait par l’idée que la Russie doit s’écarter des pays occidentaux et chercher son avenir vers l’Asie.

I . Les modèles de développement de la Russie.

La Russie, depuis la crise financière de l’été 1998 et les années  1998-2000 s’est inscrite dans un modèle de développement mixte et complexe, basé certes sur les exportations de matières premières mais avec une réelle volonté de sauver son outil industriel (Durand 2008, 2007 A, Sapir 2008A, 2007). Ce choix résulte de politiques qui ont été mises en œuvre avec relativement de constance depuis 2000. Ce choix est en apparence contradictoire, et l’on sait bien que le « syndrome hollandais » est un obstacle formidable au développement d’une économie manufacturière (Sachs et Warner, 1995, Krugman 1987, Buiter et Purvis, 1983). En effet, les exportations de matières premières et de produits de base engendrent une balance commerciale fortement positive, ce qui se traduit par une tendance à la hausse du taux de change réel et qui induit un risque de perte de compétitivité dans le secteur manufacturier (El Alaoui, F. et Slim A 2006). Ce dernier aurait besoin, en théorie, d’un taux de change fortement déprécié pour garantir sa compétitivité tant interne qu’externe.

Le taux de change réel matérialise alors la contradiction entre la dynamique économique résultant de l’exportation des matières premières et celle qui découle des besoins du secteur industriel (Balazs E, (2005)). De ce point de vue, les modes de gestion du taux de change, et la libéralisation, plus ou moins grande, des mouvements de capitaux sont un bon indicateur des choix qui ont été faits, ou pas faits, en ce domaine (Clément-Pitiot 2011, Sapir 2008B). La décision de lever les dernières restrictions sur les mouvements de capitaux a été prise en 2006. Elle ne fut pas remise en cause avec la crise de 2008-2009. Il faut ici signaler que si certains auteurs n’hésitent pas à classer la Russie dans les pays souffrant du « syndrome hollandais » (Sachs et Warner, 2001), d’autres sont beaucoup plus circonspects (Oomes N et Kalcheva K., 2007). Ceci traduit en réalité la dimension « mixte » du modèle de développement russe et les effets de la politique volontariste adoptée par le gouvernement.

Pour résister aux effets induits par l’exportation massive d’hydrocarbures, et pour permettre à son industrie de rester (relativement) compétitive en dépit d’un taux de change trop élevé, elle n’a eu d’autres choix que d’adopter une stratégie de recours à des producteurs internationaux pour moderniser des pans entiers de son appareil industriel (Vercueil (2002)). Les compagnies russes se sont donc soit internationalisées, afin d’atteindre la taille critique sur la marché mondial leur permettant d’avoir accès aux techniques d’avant-garde et aux financements (Durand 2007B), soit se sont alliées à des entreprises internationales.  Cette stratégie s’est donc traduite tant par une hausse importante des investissements directs en Russie, que par un endettement des entreprises russes sur les grands marchés financiers internationaux (tableau 1).

 

Tableau 1

Endettement extérieur brut de la Fédération de Russie (passif) en milliards de dollars

 

30/06/2013

30/09/2013

31/12/2013

31/03/2014

Total de l’endettement extérieur

707,76

716,25

728,86

715,82

Gouvernement de la Féderation de Russie

55,93

62,67

61,74

53,63

Banques

211,92

207,08

214,39

214,02

Autres agents financiers

18,97

17,56

15,96

15,33

Autres agents

420,94

428,94

436,76

432,83

Dont Crédits

261,32

264,30

268,40

266,33

En pourcentage du total
Gouvernement de la Fédération de Russie

7,9%

8,7%

8,5%

7,5%

Banques

29,9%

28,9%

29,4%

29,9%

Autres agents financiers

2,7%

2,5%

2,2%

2,1%

Autres agents

59,5%

59,9%

59,9%

60,5%

Source : Banque centrale de Russie

 

Cette stratégie a donné des résultats globalement satisfaisants dans le domaine des gains de productivité, qui ont été très importants depuis 2003. Le rythme des gains de productivité a été soutenu, à l’exception de la période de crise de 2009. Ceci dément l’idée d’une économie stagnante derrière le rideau de fumée des exportations de matières premières (tableau 2).

Tableau 2

Gains de la productivité du travail depuis 2002

 

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Productivité totale

107,0

106,5

105,5

107,5

107,5

104,8

95,9

103,0

103,8

Agriculture, chasse et économie forestière

105,6

102,9

101,8

104,3

105,0

110,0

104,6

90,0

119,9

Pêche

102,1

104,3

96,5

101,6

103,2

95,4

106,3

76,4

112,5

Secteur des matières premières

109,2

107,3

106,3

103,3

103,1

100,9

108,5

100,6

101,2

Secteur manufacturier

108,8

109,8

106,0

108,5

108,4

102,6

95,9

108,3

105,9

Réseaux de fourniture d’électricité, gaz et eau

103,7

100,7

103,7

101,9

97,5

102,1

96,3

99,0

99,9

Construction

105,3

106,8

105,9

115,8

112,8

109,1

94,4

98,7

102,8

Services commerciaux

109,8

110,5

105,1

110,8

104,8

108,1

99,0

98,8

104,8

Hôtellerie et restauration

100,3

103,1

108,5

109,2

108,0

109,2

86,7

94,5

101,2

Transport et communication

107,5

108,7

102,1

110,7

107,5

106,4

95,4

102,4

102,6

Source : Service fédéral des Statistiques

Le fait que les gains de productivité aient été particulièrement élevés dans l’industrie manufacturière et dans la construction doit être relevé. Il traduit la modernisation de l’appareil productif russe, modernisation qui se fait largement en coopération avec des entreprises étrangères. Cette stratégie a donc porté ses fruits. La croissance de la Russie a été indiscutable jusqu’à ces dernières années. Cette croissance a été portée par la consommation privée et par l’investissement (graphique 1).

Graphique 1

Indicateurs de la situation macroéconomique de la Russie

G1PIB

Source : Service Fédéral des statistiques, Banque centrale de Russie.

 

La stratégie d’ouverture financière était congruente avec un choix d’insertion dans la globalisation financière, qui a pesé sur les mesures institutionnelles encadrant le marché des changes (Clément-Pitiot 2011, Sapir 2002A). Par ailleurs, cette stratégie pouvait s’articuler avec la politique menée à partir de 2004-2005 par le gouvernement russe, que ce soit autour des « priorités présidentielles » ou par la restructuration par l’Etat d’un certain nombre de secteurs industriels (Sapir 2012, 2008A, 2007). Mais, plus que d’un modèle de développement « mixte », on peut considérer que ce sont en réalité des modèles de développement relativement séparés qui ce sont mis en place entre 2004 et 2013. La question de la coordination de ces modèles, et des politiques de développement qui y sont associées, a toujours été problématique (Glazyev (2012), Glazyev et Fetisov (2013)). De plus, le ralentissement net de la croissance que l’on enregistre depuis le début de 2012 a soulevé de nombreuses interrogations quant à la pertinence de la coordination entre ces deux modèles (Vercueil (2013), Yakunin V.I. (2012)). Il est communément admis en Russie que le pays a besoin d’une forte croissance s’il veut être en mesure de faire face aux défis du XXIème siècle (Glazyev et Lokosov (2012)). De ce point de vue la croissance dans la période dite « post-crise (2010-2013), n’était pas satisfaisante (Glazyev et alii, 2011).

 

II. La place de l’Europe dans les modèles de développement de la Russie.

Qu’il s’agisse de la logique de développement par les exportations des matières premières, ou qu’il s’agisse des différentes tentatives pour développer un secteur industriel puissant en Russie, la part des relations avec les pays européens a toujours été fortes. Ces derniers sont des consommateurs importants de gaz et de pétrole, mais aussi d’acier et de produits chimiques de bases. Ils sont des fournisseurs tout aussi importants de la Russie, qu’il s’agisse des biens d’équipements ou des biens de consommation manufacturés. Tout ceci poussait, au début des années 2000, à parler d’une intégration étroite entre l’économie européenne (Union européenne et autres pays) et la Russie (Sapir 2002, Vercueil 2002).

Tableau 3

Exportations de la Russie par zone géographique

Reste du monde

CEI

BRICS

Autre Asie

Iran et Turquie

Suisse et Norvège

Etats Unis et Canada

UE

2000

12,0%

15,5%

6,9%

4,2%

3,6%

3,9%

4,6%

49,2%

2005

7,7%

15,6%

7,4%

3,0%

5,3%

4,7%

2,7%

53,6%

2007

6,4%

17,6%

6,3%

4,4%

6,1%

4,0%

2,5%

52,7%

2008

6,2%

17,5%

6,4%

4,3%

6,6%

2,3%

3,1%

53,7%

2009

6,1%

18,4%

8,4%

5,0%

6,4%

2,3%

3,2%

50,3%

2010

6,0%

17,7%

7,8%

6,7%

6,0%

2,4%

3,4%

50,0%

2011

7,6%

18,2%

9,0%

6,1%

5,6%

2,4%

3,3%

47,8%

2012

7,2%

17,6%

9,7%

6,2%

5,6%

2,2%

2,5%

49,0%

BRICS : Brésil, Chine, Inde et Afrique du Sud. Autre Asie : Japon, Corée, Singapour et Vietnam

Source : Banque Centrale de Russie.

On constate néanmoins d’une part une relative dissymétrie entre les exportations russes, qui sont largement liées aux réseaux de transport et les importations, et d’autres part des mouvements qui tendent à s’amplifier dans la période récente.

 

Tableau 4

Importations de la Russie par zone géographique

Reste du monde

CEI

BRICS

Autre Asie

Iran et Turquie

Suisse et Norvège

Etats Unis et Canada

UE

2000

7,8%

34,2%

5,9%

3,0%

1,2%

1,3%

8,5%

38,2%

2005

7,8%

19,2%

11,0%

10,5%

1,9%

1,6%

5,1%

42,8%

2007

7,1%

15,0%

15,6%

11,3%

2,3%

1,4%

5,4%

42,1%

2008

7,1%

13,7%

16,1%

11,4%

2,5%

1,3%

5,8%

42,1%

2009

8,5%

13,0%

17,2%

8,1%

2,0%

1,8%

6,2%

43,2%

2010

8,1%

13,9%

20,4%

8,3%

2,2%

1,7%

5,5%

39,9%

2011

7,9%

14,7%

18,8%

9,4%

2,2%

1,6%

5,4%

40,1%

2012

9,4%

12,7%

19,3%

9,4%

2,3%

1,5%

5,7%

39,6%

BRICS : Brésil, Chine, Inde et Afrique du Sud. Autre Asie : Japon, Corée, Singapour et Vietnam

Source : Banque Centrale de Russie

Tout d’abord, il est évident que les flux d’exportations en provenance de la Russie sont largement liés aux infrastructures (Oléoducs et gazoducs) qui ont été construits dans la période soviétique. Il n’est nullement étonnant de remarquer la part extrêmement importante de l’Europe comme client de la Russie. Si les exportations de Russie sont ainsi relativement stable, du moins jusqu’en 2012, les importations montrent que la part des pays de la CEI tend à se réduire au profit des pays du groupes des « BRICS » (et en leur sein de la Chine en particulier) mais aussi des autres pays d’Asie. La part de l’Europe au sens large restant relativement stable. Cependant, la structure de ces importations est elle aussi en train d’évoluer.

 

Tableau 5

Part des différentes importations en pourcentage du PIB

Biens de consommation.

Biens intermédiaires.

Biens d’investissement

2006

7,6%

6,1%

2,8%

2007

7,6%

6,3%

3,2%

2008

7,3%

6,0%

4,1%

2009

6,7%

5,4%

3,0%

2010

6,7%

6,7%

3,2%

2011

6,2%

7,0%

3,6%

2012

6,4%

6,3%

4,2%

2013

6,1%

6,0%

4,0%

Source : Service des douanes de la Fédération de Russie

Si les biens dits « intermédiaires » restent à peu de chose près constants, on remarque la chute de la part des biens de consommations (de 7,6% du PIB à 6,1%) et la hausse régulière des biens d’investissement. Cela implique que le contenu en techniques d’avant garde des importations devient de plus en plus important, et qu’une part croissante de ces dernières est destinée à la modernisation et à la diversification de l’économie. De ce point de vue, l’évolution de la structure des importations depuis ces cinq dernières années traduit la politique économique et l’importance qu’elle accorde au développement d’une industrie moderne et puissante. L’analyse de la structure détaillée des importations pour 2013 confirme ce mouvement.

Tableau 6

Structure des importations pour 2013.

Produits de l’agriculture et de l’industrie agro-alimentaire        14.3%

Minerais et produits de minéraux                                                    2.4%

Produits de la chimie et pharmacie                                                15.9%

Bois et papier                                                                                       2.0%

Textiles                                                                                                  5.5%

Industrie métallurgique                                                                      6.5%

Machines et équipement                                                                 48.4%

Autres                                                                                                    4.4%

Source : service des douanes.

 

La part importante des « machines et équipements », même si elle recouvre un part de consommation (automobile et électronique) révèle néanmoins un processus de modernisation important. Cette structure d’importations révèle aussi que la part de l’Europe dans les importations n’est nullement le produit d’une obligation. Les équipements industriels qui sont achetés à l’étranger le sont largement en Allemagne, en Italie et en France. Mais, ils pourraient tout aussi bien l’être au Japon, à Taïwan, en Corée et en Chine.. En fait, la « préférence pour l’Europe » que l’on distingue dans les flux commerciaux apparaît comme un héritage du passé, mais nullement comme un fait obligé.

La récession que l’on connaît en Europe depuis 2011 a eu cependant un impact non négligeable sur l’activité économique de la Russie et ce en particulier chez les exportateurs de produits semi-finis (acier, métaux non-ferreux, produits chimiques de base). Ces exportations, quoique moins spectaculaires que celles des hydrocarbures, ont un impact bien plus important sur l’activité économique, qu’il s’agisse d’un impact direct ou indirect (via les chaînes de sous-traitance). De ce point de vue, il est clair que la Russie, dont l’Europe est le premier partenaire commercial, a « importé » en partie la récession ou la stagnation que connaît le continent européen et qu’il risque de connaître pendant encore plusieurs années. Cette situation n’a été perçue que progressivement au sein des élites politiques et économiques de la Russie. Mais, elle a entraîné un changement important dans la stratégie du gouvernement. De ce point de vue, on peut parler d’un réajustement pragmatique de la politique économique de la Russie (Clément-Pitiot, 2014).

Le gouvernement russe a déployé en effet beaucoup d’efforts pour réorienter le commerce international de la Russie vers l’Asie et pour développer une zone de libre-échange avec certains des pays de l’ex-Union soviétique. Le principe d’une diversification des partenaires commerciaux est très certainement judicieux et il a été acté probablement dans le cours de l’année 2012. Mais, la réalisation de ces objectifs aurait du être étalée. Par ailleurs, même si la part de l’Europe dans le commerce extérieur de la Russie était appelée à baisser du fait de la conjoncture économique, elle devait initialement certainement rester importante. En fait, la solution ne réside donc pas tant dans une réorientation des flux de commerce extérieur (même si cette réorientation est apparue comme nécessaire dès 2012[1]) que dans la diminution de la dépendance de la Russie vis-à-vis du commerce extérieur. En fait, cela pose le problème d’une possible « dé-globalisation » de l’économie russe et par là même d’une remise en cause des équilibres que l’on pouvait percevoir dans les stratégies de développement.

 III. La dimension monétaire des modèles de développement.

Le gouvernement russe était jusqu’à la fin de 2013 très soucieux d’une stabilisation du taux de change. On peut y voir le « poids du passé » et en particulier de la grande crise financière de l’été 1998. La politique monétaire menée en Russie reste marquée par le souvenir de cette crise. Cela se traduit tant par le refus des autorités de laisser s’accroître la dette publique (qui est désormais inférieure à 10% du PIB) que par la volonté de stabiliser autant que faire ce peut le taux de change du Rouble. Mais, sur ce dernier point, les autorités doivent aussi composer avec un taux d’inflation qui reste, et restera, plus élevé en moyenne que celui de leurs voisins pour des raisons largement liées aux caractéristiques structurelles de l’économie russe (Sapir 2010). Aussi cherchent-elles à éviter des changements trop brutaux tout en laissant néanmoins le rouble se déprécier afin de maintenir la compétitivité globale de l’économie.

La Banque Centrale de Russie avait ainsi dépensé plus de 11 milliards de dollars pour soutenir le cours du Rouble dans le cours de l’année 2013. Elle pouvait indiscutablement se le permettre quand on regarde l’ampleur des réserves accumulées. En fait, on voit bien qu’il n’y a pas de risque de déstabilisation monétaire du pays. La balance commerciale est massivement en excédant et la balance des paiements est équilibrée. Pourtant, il est clair que le gouvernement réagit souvent de manière très épidermique sur cette question.

Cette politique n’est pas nécessairement justifiée économiquement. Plusieurs pays ont laissé leur monnaie se déprécier fortement des dernières années, et non des moindres : les États-Unis, la Grande-Bretagne et dernièrement le Japon. Ceci a incontestablement amélioré leur situation. Dans le cas du Japon, la dévaluation de plus de 20% du yen depuis la fin du mois de novembre 2012 avait puissamment contribué à relancer l’économie et ce fait avait été noté par les dirigeants russes dès l’automne 2013[2]. La stabilisation du taux de change du rouble posait donc de ce point de vue un véritable problème (graphique 2).

Graphique 2

Evolution du taux de change du Rouble par rapport au Dollar

 G2-Rouble

Source : Banque Centrale de Russie

Ceci a conduit, à la fin de l’année 2013, à un changement de la politique de la Banque Centrale de Russie, qui annonçait qu’elle abandonnait son objectif de taux de change pout adopter un objectif de taux d’inflation[3]. La politique de ciblage de l’inflation, par ailuers, n’est pas adaptée à la situation de la Russie (Sapir, 2010). Mais la Banque Centrale indiquait de telles marges de fluctuations par rapport à se cible (5% pour 2014 avec +/- 1,5%[4]), que l’on pouvait comprendre ce changement de politique comme une incitation à la dépréciation du rouble. En fait, un calcul relativement simple montrait que le Rouble devait pouvoir se déprécier de 15% à 20% afin de rétablir la compétitivité de l’industrie russe (graphique 3).

Graphique 3

Taux de change nominal et taux de change réel

 G3-TxdeCh

Source : Banque Centrale de Russie et CEMI-EHESS

 

Une comparaison du taux de change réel et du taux de change nominal confirme qu’aux premiers jours de 2014, la Russie se trouvait dans une situation d’appréciation relative du Rouble.

Le second point qui va conduisait aussi à imposer un changement de politique monétaire était la situation monétaire internationale. Si la Russie voulait sérieusement avancer vers la définition d’une nouvelle monnaie internationale, de concert avec les autres pays du groupe des BRICS, elle devait admettre que des changements importants s’imposaient. L’endettement international, s’il reste bien entendu modéré, est l’une des conditions absolument nécessaires pour que se constituent les masses de liquidité qui permettront à cet instrument d’être utilisé, tant pas les États que par les agents privés. De ce point de vue aussi des changements importants s’imposaient en politique économique et cela dès la fin de 2012 si la Russie voulait se hisser au niveau de ses nouvelles responsabilités internationales.

Dans ce contexte, un rapport, rédigé par S. Glazyev, A. Nekipelov, et V. Ivanter, a été soumis au Président Poutine fin décembre 2013 (Ivanter , Nekipelov et Glazyev (2013)). Il analysait justement les facteurs tant conjoncturels et structurels du ralentissement de la croissance que le pays connaissait, distinguant les causes conjoncturelles (la stagnation de l’économie européenne) des causes plus structurelles (la question de l’investissement en Russie). Il semble bien que les conclusions de ce rapport aient été adoptées par la Présidence. Ses conclusions sont d’ailleurs convergentes avec celles d’un rapport fait par E. Primakov, et qui a été rendu public dans le courant du mois de décembre 2013. Mais, le rapport Glazyev-Nekipelov-Ivanter ne pouvait pas être mis en œuvre sans un changement relativement important de la politique de change et plus généralement de la politique monétaire de la Russie.

IV. La politique Chinoise et les ambiguïtés russes.

Une des dimensions de ce rapport était de souligner l’importance que l’Asie prendrait dans les années à venir pour la croissance de la Russie. Le développement des relations commerciales entre la Chine et la Russie avait conduit ces deux pays à prendre diverses initiatives sur la convertibilité réciproque du Rouble et du Yuan[5], mais aussi sur l’usage parallèle du Rouble et du Renminbi[6]. Ceci correspondait à une stratégie chinoise de renforcement progressif du Yuan/Renminbi. En fait, depuis 2010, un certain nombre de mesures importantes ont été annoncées :

  1. Fin 2010, le yuan peut être échangé pour la première fois contre des roubles sur la place boursière de Moscou (avec une cotation électronique).
  2. Fin 2011, la Chine et le Japon annoncent avoir signé un accord pour utiliser leurs monnaies respectives au lieu du dollar dans leurs échanges commerciaux.
  3. En septembre 2012, la Chine et la Russie réitèrent en mettant fin de manière historique au règne du pétrodollar, signant un accord permettant aux Chinois d’acheter autant de pétrole qu’ils le souhaitent en yuan. Cet accord est confirmé par les présidents des deux pays en septembre 2013.
  4. Mars 2013, le Brésil signe un accord lui permettant de payer ses biens importés en reals, tandis que la Chine paiera ses biens importés directement en yuan.
  5. Avril 2013, en Australie, le Premier ministre a annoncé la conversion directe entre le dollar australien et le yuan sans avoir à utiliser le dollar américain comme intermédiaire.

 

Il est clair que le rôle du Renminbi comme monnaie de transaction s’accroît désormais rapidement. Selon SWIFT[7], l’utilisation de la monnaie chinoise comme devise de paiement international a fait un bond de 24% la propulsant au 13ème rang des monnaies de règlement des transactions commerciales dans le monde contre la 20ème place en 2012. La part de marché de la devise chinoise, pourtant seulement très partiellement convertible, a atteint 0,63% des paiements internationaux. Sur la même période, l’utilisation du Rouble a légèrement décru  revenant à une part de marché de 0,56%. Pour l’AGEFI : « ‘’Nous allons voir si le recul du Rouble est systémique’’, s’est interrogée Lisa O’Connor, directeur mondial « Renminbi » à Swift, »[8] . De plus, il est clair que les places off shore comme Hong Kong, Londres et Singapour sont en train d’activer les paiements en renminbi. Sur la seule place de Singapour, les paiements en Renminbi ont cru de 123% de janvier 2012 à janvier 2013. D’après Iaroslav Lissovolik, économiste en chef de Deutsche Bank : « L’intérêt porté à la monnaie chinoise est stimulé par le besoin réel de l’économie mondiale en nouvelles monnaies de réserve. Les banques mondiales centrales ont besoin de diversifier leurs réserves budgétaires et tentent pour cela d’utiliser d’autres devises que le dollar et l’euro. D’autant plus que ces dernières années, dans le contexte de la crise, ces devises fluctuent considérablement, que ce soit dans l’économie américaine ou européenne. De nombreux pays souhaiteraient donc utiliser en tant que monnaies de réserve les devises des pays en développement rapide comme la Chine»[9]

Mais, en même temps, la Russie oeuvrait au développement d’un marché non-résident du Rouble. Cependant, la Russie est face à une contradiction importante pour constituer le rouble comme monnaie régionale de réserves, ce qui est et reste un des objectifs affichés par le pouvoir. En effet, pour que le rouble puisse servir de monnaie de réserve, les Banques Centrales des autres pays doivent pouvoir détenir des réserves en roubles, c’est à dire des titres de dettes libellés en roubles. Or, la dette souveraine de la Russie, comme on l’a déjà dit, est faible, et inférieure à 10% du PIB, ce qui résulte d’une politique délibérée de la part du gouvernement. Il n’y a donc pas, et il n’y aura pas dans un proche futur, assez d’instruments « garantis » pour que le rouble puisse devenir à court terme une monnaie régionale de réserve, sauf si le gouvernement russe acceptait de voir sa dette monter autour de 20% du PIB, une hypothèse aujourd’hui rejetée par les dirigeants russes. Interrogé sur ce point, Vladimir Poutine a réaffirmé son opposition à tout accroissement de la part de la dette souveraine de la Russie[10]. Il semble donc que les dirigeants russes aient fait le choix de laisser le Yuan devenir potentiellement une monnaie de réserve, réservant pour le rouble un rôle plus restreint de monnaie limitée aux transactions entre agents économiques de la CEI. Très clairement, et en dépit des affirmations de 2008, la Russie semble avoir révisée à la baisse ses ambitions dans le domaine monétaire et financier international. Ceci est à mettre en perspective avec l’importance des mouvements de capitaux autour de la Russie, qui alimente par ailleurs le fantasme des « fuites » (Clément-Pitiot H. (2013)).

Ce choix par défaut s’accompagne d’un autre, lui nettement mieux assumé. La Russie a décidé de s’ouvrir à la Chine, non seulement dans le domaine commercial mais aussi, et c’est nettement plus significatif, dans le domaine des investissements. C’est un véritable choix stratégique, qui a été préparé par des discussions importantes tant en Russie qu’avec les dirigeants chinois. Ces discussions ont abouti aux grands contrats de près de 400 milliards de dollars qui ont été signés entre la Russie et la Chine en mai 2014. Mais, ces contrats étaient discutés depuis plusieurs années, en réalité depuis 2012. Le changement de stratégie de la Russie trouve en réalité son origine tout autant dans la crise économique durable que connaît l’Europe que dans les événements actuels en Ukraine. A cet égard, il est important de regarder l’évolution du stock des investissements directs étrangers en Russie

Tableau 7

Evolution du stock d’IDE en Russie (millions de dollars)

31/12/2009

31/12/2010

31/12/2011

31/12/2012

Variation en 4 ans
TOTAL

377374

488993

454949

496396

31,5%

CHYPRE

129699

179154

136465

150409

16,0%

BRITISH VIRGIN ISLANDS

36599

50966

56239

48989

33,9%

PAYS-BAS

33293

40022

54101

59565

78,9%

BERMUDES

27193

49822

34634

30934

13,8%

BAHAMAS

18659

24579

27089

2931

-84,3%

LUXEMBOURG

14407

19659

20386

30315

110,4%

ALLEMAGNE

15277

23124

17342

21500

40,7%

ETATS_UNIS

13875

5203

2784

2878

-79,3%

SUEDE

11683

18095

13668

15830

35,5%

GIBRALTAR

10238

5756

5860

299

-97,1%

FRANCE

8691

11453

14701

17023

95,9%

AUSTRICHE

7221

7830

8235

10072

39,5%

ROYAUME UNI

6402

7795

6251

7177

12,1%

IRLANDE

189

3765

8893

18862

9879,9%

JERSEY

299

415

8530

5881

1866,9%

NORVEGE

5946

192

209

285

-95,2%

SUISSE

5688

6531

5679

6347

11,6%

FINLANDE

5509

6634

5085

5518

0,2%

Îles CAYMAN/ St KITTS

3618

717

479

6992

93,3%

BLGIQUE

1684

2644

1990

2827

67,9%

CHINE

1251

1985

1385

2152

72,0%

JAPON

1236

2006

1880

2571

108,0%

REPUBLIC OF KOREA

1147

1945

1001

1340

16,8%

ESPAGNE

1076

1314

922

942

-12,5%

ITALIE

1051

1255

1137

1249

18,8%

Source : Banque centrale de Russie

On constate ainsi d’une part qu’il y a un mouvement important de croissance de ces IDE, mais que, d’autre part, l’origine de ces derniers reste largement des « paradis fiscaux » ou des plateformes financières (tableau 7). Ceci laisse à penser qu’une part non négligeable des investissements directs constitue en réalité une rapatriation de capitaux sortis illicitement de la Russie.

Mais, ceci n’explique pourtant pas la totalité des sommes. En fait, certains pays jouent un rôle important comme plate-forme d’exportation des capitaux même quand ces derniers ne sont pas en réalité originaires de Russie. La part des fonds d’investissement dans les IDE est importante, et l’on sait que ces fonds sont en général situés en des lieux où la fiscalité n’est pas pénalisante. Il faut cependant aussi remarquer que les pays d’Europe développée constituaient une part importante alors que l’Asie (au sens Chine, Japon et Corée du Sud) ne pèse qu’un poids marginal. Telle était donc la situation en décembre 2012. Ceci était dans la logique des flux commerciaux (tableau 8).

 

Tableau 8

Part des zones géographiques dans les IDE

31/12/2009

31/12/2010

31/12/2011

31/12/2012

Paradis Fiscaux

63,8%

68,5%

65,6%

59,6%

Europe développée

27,4%

25,9%

28,4%

29,9%

Asie

1,0%

1,2%

0,9%

1,2%

Etats-Unis

3,7%

1,1%

0,6%

0,6%

Source : Tableau 7

 

Cette situation a pourtant connu un basculement important en 2013 et 2014. Les investissements directs asiatiques, et en particulier chinois, ont augmenté très fortement. Ceci a correspondu à la création d’un Fonds d’investissement conjoint sino-russe  qui a été mis en place en réalité en juin 2012, mais qui a commencé ses opérations à la fin de 2012. Ce Fonds a été créé par le Fonds russe des investissements directs et la Corporation chinoise des investissements. La société de gestion du Fonds est détenue à 60% par la Russie et à 40% par la partie chinoise. L’objectif concernant le volume du fonds était de 4 milliards de dollars et semble avoir été atteint dès la fin de 2013[11]. Les investissements japonais et coréens ont aussi augmenté, quoique dans une moindre mesure par rapport aux IDE chinois. Ces investissements sont largement concentrés dans le domaine des infrastructures de transport (oléoducs et gazoducs, mais aussi transports ferroviaires et aériens), dans le domaine industriel et dans le domaine agricole.

Ceci devrait changer la donne dans le domaine des exportations des hydrocarbures. La compagnie pétrolière publique russe Rosneft entend fournir 365 millions de tonnes de pétrole à la Chine jusqu’en 2038, et ce pour un montant de 270 milliards de dollars. Les premières livraisons ont été effectuées en juillet 2013 (800.000 tonnes), mais sont restées à un niveau symbolique. Par contre, le volume de livraisons devrait être porté à 2 millions de tonnes en 2014 et à 15 millions de tonnes en 2015. Ces chiffres restent cependant encore loin de ceux livrés aux pays européens. Les exportations russes se montant pour les pays Non-CEI à 208 millions de tonnes en 2013. Mais, la perspective de voir le flux avec la Chine atteindre 15% des exportations hors-CEI d’ici 2017 n’est nullement irréaliste. Dans ce projet, Rosneft a aujourd’hui deux partenaires chinois : la CNPC et Sinopec. Des projets tout aussi importants sont en cours de négociation tant avec le Japon, sur le GNL, qu’avec la Corée du Sud.

Il est donc clair que bien avant que s’enclenche la dynamique des sanctions à la suite des événements en Ukraine, la Russie était engagée dans un processus de basculement tant de ses flux commerciaux que de ses investissements vers l’Asie. Ceci résultait à tout le moins autant d’une analyse géopolitique que d’une analyse économique des conséquences probables sur la Russie de ce qui pourrait bien être une « décennie perdue » en Europe. Il est clair que, d’ici quelques années, la part de l’Asie du Sud-Est dans les exportations russes d’hydrocarbures pourrait atteindre 25% voire plus.

 VI.           La dynamique des sanctions.

Les relations entre les Etats Unis, l’Union européenne et la Russie se sont dégradées de manière considérable depuis le début de 2014. Non qu’elles aient été bonnes avant. Les contradictions entre les politiques étrangères étaient flagrantes depuis environ deux ans. Mais, l’initiative russe sur la question des armes chimiques en Syrie avait montré que des collaborations étaient toujours possibles. Ces collaborations sont d’ailleurs nécessaires, que ce soit pour les Etats-Unis qui ne peuvent s’extraire d’Afghanistan sans le soutien implicite de la Russie, ou que ce soit pour la France qui est largement tributaire des moyens de transports lourds mis à sa disposition par des sociétés russes pour les opérations en Afrique. Pourtant on assiste à une détérioration impressionnante de ces relations depuis le début de l’année 2014.

John Mearsheimer, un professeur de sciences politiques de l’université de Chicago, a bien montré dans un récent article du magazine Foreign Affairs que la responsabilité de cette dégradation était plutôt à chercher du côté des Etats Unis et de l’Union européenne (Mearsheimer J. 2014). Dans cette dégradation, un tournant important semble avoir été pris avec le drame du vol MH17 de la Malaysian Airlines, détruit au-dessus de l’est de l’Ukraine. Les Etats-Unis ont immédiatement déclaré que les insurgés du Donbass et la Russie étaient responsables de ce drame. Il apparaît aujourd’hui que les choses sont bien plus complexes, et que les preuves permettant de condamner la Russie et les insurgés n’existent tout simplement pas pour l’instant[12]. Des anciens responsables des services de renseignements américains s’en sont d’ailleurs émus[13].

Mais, quelle que soit l’origine de cette crise, sa dynamique actuelle constitue un pivotement important dans les relations internationales, qui va largement au-delà du cas de la seule Russie. Ce nouveau contexte international est bien entendu pris en compte par les élites russes. Il modifie, explicitement ou implicitement, leur relation avec le reste du monde et, de ce point de vue, a des conséquences importantes sur le modèle de développement adopté par la Russie. De ce point de vue, s’il est probablement exagéré de parler d’une « nouvelle Guerre Froide » comme le font certains commentateurs, il est indiscutable que l’on observe toutes les caractéristiques d’un éloignement entre la Russie et les pays que l’on qualifie, à tort ou à raison, d’occidentaux. Cependant, la grande différence entre la situation actuelle et celle de la seconde moitié du XXème siècle vient du fait que désormais le « bassin Atlantique » (les Etats-Unis, le Canada et l’Europe occidentale) ne concentre plus l’essentiels des techniques et technologies de production. De ce point de vue, il est clair que les marges de manœuvre existantes pour des stratégies alternatives de développement sont désormais plus grandes qu’elles ne l’étaient au milieu du XXème siècle (Schefold et Labrousse 2010)). Le possible éloignement de la Russie pourrait ne pas se traduire par un isolement mais par un basculement vers des relations avec d’autres pays.

Le mécanisme des sanctions et des contre-sanctions qui joue aujourd’hui à plein, pèse lourdement sur les anticipations des différents acteurs économiques. Les différentes étapes dans le processus de sanction, mais aussi les réponses qui y ont été apportées de la part du gouvernement russe, construisent un contexte psychologique particulier, dont l’importance va largement au-delà des effets réels des mesures prises de part et d’autre. Du côté des Etats-Unis et des pays de l’UE on a un ensemble de mesures (en incluant celles prévues au 8 septembre 2014) incluant tant le domaine des coopérations industrielles que celui des transactions financières.

Tout d’abord, des mesures ciblant des activités industrielles, essentiellement pétrolières, du domaine militaire et les techniques susceptibles d’avoir une capacité « duale ». Ces mesures restent cependant limités pour plusieurs raisons :

  • (i)            Elles ne s’appliquent qu’aux nouveaux contrats, en particulier dans le domaine pétrolier et militaire, et ne touchent pas les contrats déjà signés.
  • (ii)          Ces mesures sont à durée limitée, éventuellement renouvelable (6 mois).

Il faut aussi noter qu’un certain nombre de pays détenant ces techniques ne sont pas partie-prenante du mécanisme des « sanctions ». Ces pays vont continuer d’approvisionner la Russie. On peut même imaginer qu’une société d’un pays appliquant les sanctions transfère à une autre compagnie, sise dans un pays n’appliquant pas ces sanctions, la licence de la technique touchée par les sanctions[14]. Ceci réduit considérablement l’effet sur la Russie.

Nous avons ensuite des mesures qui portent sur la sphère financière. Les Etats-Unis ont décidé dès le 30 mars d’interdire tout contrat et de geler les avoirs de la banque ROSSIYA et de 6 petites banques. Ils ont, dans le cours du mois de juillet, décidé d’étendre ces mesures au secteur de défense, concernant alors la compagnie d’Etat des constructions navales (OSK) et la compagnie d’Etat des constructions aériennes (OAK). Nous avons, ensuite, les sanctions qui tombent sous le régime SSI des sanctions sectorielles. Il s’agit d’une interdiction pour des entreprises russes d’emprunter à plus de 90 jours sur les marchés financiers internationaux. Ces sanctions interdisent tant l’accroissement de la dette extérieure des entreprises privées, que le roulement de cette dette (roll-over) quand cette dernière arrive à maturité. La dette des banques concernées est estimée à 140 milliards de dollars. Sur ces sommes, environ 12 milliards auraient du faire l’objet de mesures de roll-over d’ici le troisième trimestre de 2014 et 22 d’ici la fin 2014.

Tableau 9

Sociétés touchées par les sanctions

Banques

Sociétés industrielles

Gazprombank,

VEB

VTB,

Bank of Moscow

Rosselkhozbank

Gazprom

Rosneft,

Novatek,

OAK

OSK

 

Quant à la dette extérieure brute des entreprises russes, elle est de l’ordre de 650 milliards de dollars aujourd’hui. Les banques représentent un peu moins de la moitié de cette somme (310 milliards) mais ce sont elles qui ont connu la croissance la plus forte, cat la dette des entreprises est à peu près constante depuis 2012. Ces mesures vont donc pénaliser essentiellement le secteur bancaire russe.

Un aspect important de ce régime de sanctions est qu’il donne de facto la main aux Etats-Unis sur l’UE. La « jurisprudence BNP-Parisbas » va conduire les entreprises et les banques européennes à être extrêmement réticentes à faire des opérations en Dollars, qui pourraient tomber sous le cadre du statut SSI pour les Etats-Unis. Une conséquence induite pourrait être une réduction des flux en Dollars au profit soit de l’Euro, soit du Yuan (qui est désormais plus utilisé que l’Euro pour les investissements) soit d’autres monnaies.

La Russie a décidé, en réponse à ces mesures, d’instaurer un embargo d’un an sur certains produits alimentaires en provenance de l’UE, des Etats-Unis, du Canada et de l’Australie. Ces mesures relèvent de deux logiques distinctes : des mesures de rétorsion dont on peut supposer qu’elles seraient levées si les sanctions des Etats-Unis et de l’UE l’étaient aussi,  et des mesures protectionnistes. En fait, on constate que le gouvernement russe semble avoir l’occasion qui lui a été fournie par les sanctions pour prendre des mesures dont l’effet sur l’économie russe pourrait s’avérer positif.

 VII.         L’impact des sanctions sur l’économie russe et le pivotement du modèle de développement.

Bien des observateurs annonçaient des résultats « apocalyptiques » des sanctions prises tant par l’Union européenne que par les Etats-Unis contre la Russie. La réalité apparaît comme nettement différente. On a constaté ces derniers mois des évolutions importantes, qui sont dans une certaine mesure le produit du nouveau régime de relations internationales. L’impact des sanctions a semblé très faible jusqu’en avril 2014, mais aujourd’hui on peut faire les constations suivantes :

  • (a) Il y a une reprise de l’activité industrielle (+2,5% sur le premier semestre) qui est nette.
  • (b) L’activité du secteur agricole et agro-alimentaire semble s’accélérer sur les mois de juin et de juillet, soit avant l’entrée en vigueur des mesures russes de rétorsion.
  • (c)  Ces effets positifs semblent directement liés à la dépréciation d’environ 10% du Rouble, depuis le mois de mars.

La crise ukrainienne a aussi provoqué des perturbations importantes, mais limitées, sur le marché des changes et sur le marché financier russe. Si les fluctuations de la bourse de Moscou n’ont que peu d’influence (la bourse de Moscou ne finance que 1% des investissements en Russie), les perturbations sur le marché des changes sont plus importantes. De ce point de vue, pour estimer l’impact réel de la crise ukrainienne, il convient de rappeler les éléments suivants :

  • (1)  La Russie a un taux d’inflation très largement supérieur aux pays de l’UE et aux Etats-Unis, avec un taux estimé sur 2014 de + 7,5%. Cela signifie qu’a gains de productivité comparables, la dépréciation du rouble devrait être de 5% par rapport au Dollar et de 6,5% par rapport à l’Euro pour que se maintienne la compétitivité du pays.
  • (2)  En fait, les gains de productivité dans l’industrie manufacturière russe sont plus élevés de 2,5% environ que ceux que l’on connaît aux Etats-Unis et dans l’UE. La dépréciation du Rouble devrait donc être de 2% par rapport au Dollar et de 4% par rapport à l’Euro.
  • (3)  On constate aujourd’hui une dépréciation moyenne de 8% à 12% par rapport au Dollar et de 11% à 16% par rapport à l’Euro, ce qui donne, en moyenne, une dépréciation réelle du Rouble de 8% par rapport au Dollar et de 9% par rapport à l’Euro.

Ces niveaux de dépréciation peuvent avoir effectivement un effet positif sur les producteurs « résidents russes ». Il est logique que l’économie russe réagisse alors  positivement et non négativement aux sanctions, dans la mesure où elle dispose d’un potentiel important de croissance dans le domaine des substitutions à l’import. Cependant, l’effet direct d’une dépréciation du taux de change est à son maximum entre 6 et 18 mois après la dépréciation. Cet effet tend à s’amenuiser par la suite. On considère qu’il est épuisé dans un délai de 36 à 60 mois après la dépréciation. Néanmoins, ceci est une analyse purement statique qui suppose que les entreprises résidentes n’investissent pas pour améliorer qualitativement leur compétitivité. La véritable question est donc de savoir si l’investissement en capital productif dans les entreprises résidentes permettra de faire progresser la production de l’industrie manufacturière, mais aussi de l’industrie agro-alimentaire, en qualité et en diversité.

Graphique 4

Ecart entre le taux de change nominal et le taux de change réel/Taux de change réel corrigé des écarts de productivité, depuis 2010

 G4-ecart

Source : Banque centrale de Russie et CEMI-EHESS

En réalité, cette question de l’investissement renvoie à l’autonomie, voire à l’indépendance financière, à laquelle la Russie pourrait accéder dans les prochaines années. Depuis 2011, les autorités russes ont donné des signes récurrents de leur volonté de construire leur autonomie par rapport aux marchés financiers occidentaux. Mais, ces démarches restaient comme on l’a montré dans ce texte relativement ambiguës. Elles semblent avoir connus une accélération nette depuis l’automne 2013, dans le cadre d’une alliance de fait avec la Chine, accélération qui s’est confirmée avec la création d’une banque de développement des BRICS[15]. Ce faisant, la Russie et la Chine apparaissent étroitement associées à un pole de pays qui contestent, qu’ils le disent explicitement ou non, la domination occidentale sur les marchés financiers. La cotation du Yuan à la Bourse de Moscou, mais aussi la création d’un marché du Rouble « non résident », vont dans le sens de la construction d’une autonomie de l’économie russe vis-à-vis de l’espace financier dominé par le Dollar. Or, ceci ne peut qu’avoir des conséquences importantes sur l’équilibre financier mondial, car si la Russie est un exportateur important de pétrole, de gaz, mais aussi de certains métaux, et que, jusqu’à présent, ces transactions étaient largement réalisées en Dollar.

La construction par la Russie d’un système de financement garantissant son autonomie face aux marchés financiers occidentaux ne pourra être qu’accélérée par la logique des sanctions. La construction de ce système est une priorité pour la Russie si elle veut tirer tout le profit possible de la logique de substitution aux importations, dans laquelle elle semble s’être engagée. Le rôle de l’Etat sera aussi important dans ce système de financement, et il n’est pas encore clair si ce rôle sera directement lié au Ministère des Finances ou s’il sera mis en œuvre par des banques d’Etat. Mais, la construction d’un tel système aura aussi des conséquences extrêmement importantes sur le système financier international, qui pourrait voir sa crise accélérée par le déséquilibre ainsi produit.

Depuis les années 1990, on assiste à de nouvelles configurations entre acteurs privés et acteur publics en Russie (Sapir 1996). Dans ce contexte, un compromis autour d’une relative stabilisation de ces configurations, et une consolidation du rôle de l’Etat, semblait avoir été passé au début des années 2000 entre les « interventionnistes » et les libéraux au sein du gouvernement et plus généralement de l’élite russe. Ce compromis incluait un accord sur une utilisation mesurée des moyens financiers issus de la rente des matières premières. C’est à ce compromis que l’on a fait allusion dans le début de ce texte. Les 4 « Priorités Nationales » qui avaient été définies par V. Poutine en 2004 (Santé, Éducation, Logement et intégration agro-industrielle) devaient permettre de canaliser une partie de l’activité d’investissement souhaitée par les « interventionnistes », mais sans provoquer de déséquilibres macro-économiques importants. Ce compromis devait aussi permettre à la Russie de ne pas tomber dans le piège du « syndrome hollandais » et de conserver une économie aussi diversifiée que possible. Ces priorités nationales furent placées sous la responsabilité de l’ancien responsable de l’administration présidentielle, M. Medvedev nommé Premier vice-Premier Ministre à l’automne 2005, et devaient être compatibles avec les règles fixées par MM. Koudrine et Gref. À cette époque, il faut noter que M. Koudrine, qui était le ministre des finances à l’époque, continuait de s’opposer à toute utilisation massive des fonds accumulés via les exportations dans l’économie russe, au prétexte des risques de déséquilibre macroéconomique. Cette stratégie avait déjà été remise en cause avec la crise économique mondiale (2008-2010) qui avait vu l’Etat prendre un rôle de plus en plus important dans l’économie. Dans la période 2010-2013, il y a eu ce que l’on peut appeler « l’illusion » qu’un retour à cet équilibre serait possible. Mais, cette illusion s’est rapidement dissipée. La stratégie industrielle qui a émergée alors s’est caractérisée comme organisant l’économie russe autour de trois secteurs.

  • (a)   Le secteur prioritaire pour le développement de l’économie russe qui doit être étroitement contrôlé par l’État. Il s’agit ici du secteur de l’énergie et des matières premières.
  • (b)   Le secteur des industries stratégiques, qui se définit dans une logique de diversification de la production industrielle. On y trouve une bonne partie des constructions mécaniques. Dans ce secteur, l’État n’entend pas exercer un contrôle direct mais fixer des orientations stratégiques. L’entrée d’acteurs étrangers est donc possible (cas de Renault, de PSA, de Nissan et de Toyota), et même souhaitée, mais uniquement si la politique de ces acteurs vient s’intégrer aux orientations stratégiques déterminées. Par ailleurs, des entreprises russes chercheront à entrer dans le capital de grandes sociétés occidentales (EADS, Oerlikon) et en échange le capital de certaines sociétés russes pourrait être ouvert.
  • (c)   Le secteur des autres industries où l’État russe n’entend pas intervenir, sauf pour faire respecter la législation commune.

Cette stratégie ne semble pas avoir remise en cause. Cependant, la compatibilité entre les diverses orientations de politique économique présente dans le compromis de 2004-2005 était, comme on l’a déjà remarqué, problématiques. Le point d’équilibre entre les forces en présence au sein du pouvoir russe a commencer à bouger à la suite de la crise financière de 2008 qui a imposé une action plus importante de la part de l’Etat. Une des illusions de l’immédiat « post-crise », soit de 2010 et 2011 a été de croire qu’un retour aux années 2004-2007 était possible. Mais, les changements profonds de l’économie mondiale engendrés par cette crise ont rendu impossible tout retour en arrière. Ce point d’équilibre semble bien avoir été la première victime des événements d’Ukraine et de la dynamique des sanctions. Un chercheur de la Fondation Carnegie remarque alors que c’est une nouvelle stratégie nationale de la Russie qui prend forme sous nos yeux (Trenin D., 2014). Cette stratégie correspond à un constat, qui semble désormais partagé par une très grande majorité de l’élite politique russe et soutenu par la population, que le temps est venu d’un divorce avec ce que l’on appelle « l’occident » et ses valeurs.

 

Mais, les signes d’une remise en cause pouvaient être perçus dès l’automne 2013 voire même avant. De ce point de vue, le changement de modèle de développement n’est pas une simple réaction au changement géopolitique, mais ce changement a été utilisé pour mettre en œuvre un pivotement qui était à l’ordre du jour depuis la fin de 2012. Ce changement devrait aboutir à faire émerger un modèle de développement de la Russie qui serait beaucoup plus autocentré que ce qu’il est actuellement, donc bien plus dépendant de la consommation intérieure et de l’investissement, et qui serait tourné de manière bien plus décisive sur la construction d’une industrie innovante. La Russie réaliserait ainsi le pivotement de stratégie économique que demandaient ses économistes depuis maintenant plusieurs années. Telle pourrait être la conséquence non-intentionnelle de la crise ukrainienne, une conséquence cependant dont les répercussions sont appelées à être très profondes.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

Balazs E, (2005), “Equilibrium Exchange Rates in South Eastern Europe, Russia, Ukraine and Turkey: Healthy or (Dutch) Diseased?” Economic Systems, Vol. 29, No. 2, pp. 205–41.

 

Buiter, W. H.; Purvis, D. D. (1983). « Oil, Disinflation, and Export Competitiveness: A Model of the ‘Dutch Disease' ». In Bhandari, Jagdeep S.; Putnam, Bluford H. Economic Interdependence and Flexible Exchange Rates. Cambridge: MIT Press. pp. 221–247

Clément-Pitiot H. (2014), «La stratégie de l’économie russe en perspective: le choix du pragmatisme?», Note de l’Observatoire franco-russe, 2014, n°6, 26 p.

Clément-Pitiot H. (2013), « Les “fuites” de capitaux en Russie au-delà des conventions comptables », note postée sur RussEurope, http://russeurope.hypotheses.org/1534

Clément-Pitiot H. (2011), «L’insoutenable légèreté de la globalisation financière», Revue de Défense Nationale, 2011, pp. 33-42.

Durand C et M. Lautier, (2010) « Too Big Too Quick? An Institutional and Systemic Overview of the Rise of Russian Metallurgical Transnationals», Journal of International Relations and Development.

Durand C., (2008) «Between devlopmentalism and instrumentalisation : the comeback of the producing state in Russia », Journal of Innovation Economics, 2008/2, p. 171-191.

Durand, Cédric (2007A): «Le retour de l’État producteur en Russie», in A. Merlin (dir): Où va la Russie? Éditions Universitaires de Bruxelles.

Durand C., (2007B), «Pourquoi les firmes de la métallurgie russes s’internationalisent-elles? Une approche institutionnelle et systémique », Revue d’Études Comparatives Est- Ouest, 38 (1), pp. 151-192. Republié dans La Russie. Géographie des territoires, Revue d’études comparatives Est-Ouest – Hors série 2007.

El Alaoui, F. et Slim A, (2006), A., Économie internationale, Paris, Ellipse, coll. «Précis».

Glazyev S. Yu., (2012) « Potchemu Putin ? », Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny, n°20, (2/2012), pp. 31-37

Glazyev S. Yu. et Fetisov G.G., (2013) « On the strategy of sustainable development of Russia’s economy » in Economic and Social Changes, n° 25 (1/2013), pp. 18-28.

Glazyev S. Yu. et Lokosov V.V., (2012) « Assessment of the critical threshold values of the indicator of the state of the Russian society and their use in the socio-economic development management », in Economic and Social Changes, n° 22, (4/2012), pp. 17-34.

Glazyev S. Yu, V. V. Ivanter, V. L. Makarov, A. D. Nekipelov, A. I. Tatarkin, R. S. Grinberg, G. G. Fetisov, V. A. Tsvetkov, S. A. Batchikov, M. V. Ershov, D. A. Mityayev, Yu. A. Petrov, (2011),  « About the strategy of Russian economic Growth », rapport au Président Poutine, Septembre 2011, disponible sur http://en.ershovm.ru/files/publications_document_106.pdf

Ivanter V.V. Nekipelov A.D. et Glazyev S.Yu (2013), « Problemy Dolgosrotchnogo Sotsial’nogo-Yekonomitcheskogo Razvitija », Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny n°30 (6/2013), p.14-25. Disponible aussi sur http://www.ras.ru/news/shownews.aspx?id=4f0a07fe-8853-4eda-9428-574f5fcf0654

Krugman, P. (1987). « The Narrow Moving Band, the Dutch Disease, and the Competitive Consequences of Mrs. Thatcher ». Journal of Development Economics, 27, n° 1-2:50.

Mearsheimer J., « Why the Ukraine Crisis is the West’s fault », Foreign Affairs, septembre/octobre 2014, http://www.foreignaffairs.com/print/138884

Oomes N et Kalcheva K., (2007),  Diagnosing Dutch Disease: Does Russia Have the Symptoms? Document de Travail du FMI/IMF, WP 07/102, IMF, Washington DC.

Sachs, Jeffrey D. and Andrew M. Warner, (1995), “Natural resource abundance and economic growth,” National Bureau of Economic Research Working Paper No. 5398 (Cambridge, Mass: NBER)

 

Sachs, J.D. et Warner A.M., (2001), “The Curse of Natural Resources,” European Economic Review, Vol. 45, No. 4–6, pp. 827–38.

Sapir J., (2012) La Transition Russe, Vingt Ans Après, (avec V. Ivanter, D. Kuvalin et A. Nekipelov), Éditions des Syrtes, Paris-Genève, 2012. Traduction en russe Rossijskaja Transformacija – 20 let spustja, Magistr, Moscou, 2013.

Sapir J., (2010), « What Should Russian Monetary Policy Be » in Post-Soviet Affairs, Vol. 26, n° 4, Octobre-Décembre 2010, pp ; 342-372.

Sapir J., (2008A) « Rossija posle Putina :Ekonomitcheskie i Social’nye Osnovy Polititchekoj Stabil’nosti » [La Russie après Poutine. Fondements économiques et sociaux de la stabilité politique] in N. Lapina (ed). Dva Prezidentskih Sproka V.V. Putina. Dinamika Peremen, Éditions de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou 2008, pp. 112-142.

Sapir J. (2008B), « Vozmozhnosti i Riski ‘Gavani Stabil’nosti’ »  [Possibilités et risques d’un « havre de stabilité »] in Rossija v Global’noj Politike, n°2/2008, mars-avril. Consultable aussi sur le site, http://www.globalaffairs.ru/numbers31/9482.html

Sapir J., (2007) « Le vrai bilan de Vladimir Poutine » in Politique Internationale, n°115, printemps 2007, pp. 323-342.

Sapir J. (2006), « Kakim dolzhen byt’ uroven’ infljacii? (O znatchenii davnykh diskuccij dlja opredelenija segodnjachej strategii razvitija Rossii) » [Quel niveau pour l’inflation] in Problemy Prognozirovanija, n°3/2006, pp. 11-22.

 

Sapir J., (2002A), « Makrostrukturnye faktory i organitchenija investirovanija v Rossii » (Les facteurs macro-structurels et l’organisation de l’investissement en Russie) in Problemy Prognozirovanija, n°3/2002, pp. 19-29.

Sapir J. (2002B), « Regional’naja integratsija: vybor Rossii i ES » (L’intégration regionale: le choix de la Russie et l’UE) Problemy Prognozirovanija, n°4/2002, pp. 33-42.

Sapir J., (1996) “Agents privés et action publique: vers un modèle russe?” in Revue d’études comparatives est-ouest, vol.27, n°2, 1996, pp. 187-219.

Schefold B. & Labrousse A. (2010), « Putting Development Economics into Historical Perspective – An Interview with Bertram Schefold », Revue de la Régulation, n°8, juin 2010. http://regulation.revues.org/index7849.html

Slim, A. (1995), «Quel capitalisme à l’Est?», dans les actes du colloque Relations sociales et acteurs sociaux à l’Est de l’IRM, L’Harmattan, Paris 25-26 novembre 1995, pp. 41-56.

Trenin D., « Russia’s New National Strategy », 22 août 2014, Fondation Carnegie, http://carnegieeurope.eu/strategiceurope/?fa=56442

Vercueil J., (2013) «Russie : la «stratégie 2020» en question. Une analyse du substrat productif et financier de la politique industrielle», Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 44, n°1, pp. 169-194.

Vercueil J., (2002) «Transition et ouverture de l’économie russe (1992-2002). Pour une économie institutionnelle du changement». Paris: L’Harmattan, 347 p.

Yakunin V.I. (2012) « Postindustrializm : opyt krititcheskogo analiza », in Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny, n°20 (2/2012), pp. 18-30.

 


[1] Ce qui ressort des entretiens au Club Valdaï d’octobre 2012. Voir Sapir J., La diplomatie russe, entre Asie et Euro(pe), note postée sur RussEurope, le 27/10/2012, http://russeurope.hypotheses.org/390

[2] Discussion personnelle dans le cadre du Club Valdaï en septembre 2013.

[3] Banque Centrale de la Fédération de Russie, Guidelines for the Single State Monetary Policy in 2014  and for 2015 and 2016, document approuvé par le Board of Directors, 8 novembre 2013, Moscou.

[4] Idem, p. 13.

[5] La Voix de la Russie, « Moscou et Pékin s’attaquent au dollar », 26 juillet 2013, http://french.ruvr.ru/2013_07_26/Moscou-et-Pekin-s-attaquent-au-dollar-0076/

[6] C. Luo, « Russian roubles flow freely in Heilongjiang border city », South China Morning Post,  URL : http://www.scmp.com/news/china-insider/article/1376913/russian-roubles-flow-freely-heilongjiang-border-city

[7] Ou Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication.

[10] Voir Sapir J., « La diplomatie russe, entre Asie et Euro(pe) », op.cit.,  note postée sur RussEurope, le 27/10/2012, http://russeurope.hypotheses.org/390

 

[12] Sapir J., « MH17, doubts in the intelligence community », article publié sur Russeurope, 1er aout 2014, http://russeurope.hypotheses.org/2610

[13] « Senior U.S. Intelligence Officers: Obama Should Release Ukraine Evidence », 29 juillet 2014, http://www.washingtonsblog.com/2014/07/obama-release-ukraine-evidence.html

[14] “Rosneft to take 30 percent in Norwegian driller”, RT Business, August 22nd 2014, http://rt.com/business/182188-rosneft-nadl-deal-stake

[15] Charrel M., « Les BRICS ont lancé leur banque de développement », Le Monde, 16 juillet 2014, http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/07/16/les-brics-ont-lance-leur-banque-de-developpement_4458144_3234.html


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *