Sauver le cessez-le-feu en Ukraine

Que se passe-t-il dans l’Est de l’Ukraine ? Les troupes de Kiev ont fait sauter mercredi 17 septembre la centrale thermique de Lougansk. Les accrochages se multiplient et les divers témoignages que l’on peut recueillir montrent que bien souvent ce sont les forces de Kiev qui sont à l’origine de ces violations du cessez-le-feu. Par ailleurs le président Poroshenko, en visite au Canada et aux Etats-Unis, a déclaré que le « statut » des régions de l’Est, qu’il a fait voter avant son départ, ne prévoyait aucune « autonomie » pour ces régions, ni même un « semi-autonomie ». Tout se passe comme si le gouvernement de Kiev avait été contraint d’accepter le cessez-le-feu du fait de la déroute de ses forces, mais n’avait aucunement l’intention de rechercher un accord durable avec les insurgés.

On pouvait s’attendre à ceci, mais cela ne laisse pas d’être inquiétant, surtout alors que l’Union européenne s’enferre dans sa politique des sanctions[1] et que Poroshenko multiplie les déclarations bellicistes aux Etats-Unis.

Rappelons donc ici deux vérités que les derniers événements rendent toujours plus d’actualité :

  1. Le cessez-le-feu ne sera réellement respecté que si il y a au préalable un accord sur la délimitation des forces et si l’on désigne une force d’interposition sous mandat des Nations Unies. Cette simple vérité devrait être évidente pour tous. Il faut tout l’aveuglement partisan qui règne aujourd’hui dans l’UE et en France pour qu’on la refuse.
  2. Le gouvernement de Kiev doit immédiatement ouvrir des négociations avec les insurgés sur le statut de l’est de l’Ukraine s’il veut REELLEMENT aboutir à une solution politique. Le temps n’est plus où l’on pouvait « concéder » aux insurgés un statut. Ce dernier devra être négocié. Il impliquera presque certainement une redéfinition de la constitution de l’Ukraine, point sur lequel je tente d’attirer l’attention depuis le mois de mars.

La France pourrait jouer un rôle positif pour faire avancer ces deux points. Mais, pour cela, elle doit se défaire de ce carcan que l’on appelle une « politique européenne » et qui n’est en réalité que la marque de notre soumission à la politique américaine. L’indépendance de la politique française serait en fait le meilleur argument pour que l’on trouve une véritable solution à la crise ukrainienne. Seule, cette indépendance, qui pourrait être réaffirmée dans notre attitude sur la question des sanctions, et notre décision de les considérer désormais comme caduques, nous permettrait de retrouver un pouvoir réel de négociation avec les uns comme avec les autres. Cette indépendance serait une chance historique pour sauver le cessez-le-feu et aboutir à une réelle désescalade en imposant des négociations. L’absence de cette indépendance, notre soumission à une politique étrangère, est aujourd’hui un dramatique obstacle à la paix.


[1] Journal officiel L271 de l’Union européenne, 57ème année, 12 septembre 2014.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *