Dépenses de santé

Les dépenses de santé ont été l’occasion d’une intéressante discussion ce lundi matin dans l’émission de Nicolas Doze Les Experts, sur BFM Business,  ou je me trouvais avec Olivier Berruyer. On a beaucoup parlé d’un « excès » de ces dépenses. Olivier Berruyer a, assez justement, insisté sur le vieillissement de la population qui entraine une hausse mécanique de ces dépenses. C’est exact. Mais, la manière dont l’argent est dépensé influe aussi tant sur la qualité du service (la santé) que sur le niveau des dépenses. De ce point de vue, une comparaison entre les Etats-Unis et Cuba est intéressante. Car le système de santé cubain, quoique ne dépensant par habitant qu’une petite fraction de ce que dépensent les Etats-Unis, obtient des résultats qui sont comparables. Alors, bien entendu, il faut insister sur les structures différentes des populations. La population de Cuba est plus jeune que celle des Etats-Unis. Mais, cependant, l’ampleur des écarts, dans un sens ou dans l’autre, ne peut qu’attirer notre attention.

 

Le montant des dépenses publiques :

Si l’on compare tant la part des dépenses dans le PIB (en %) que la dépense par habitant (calculée en Dollars US à la Parité de Pouvoir d’Achat pour minimiser les problèmes de comparaison), on obtient les résultats suivants :

Dépenses de santé % du PIB

Dépenses par habitants

(en USD et PPA) pour 2012

Etats-Unis

17,9

8895

France

11,7

4260

Paraguay

10,3

633

Costa Rica

10,1

1311

Brésil

9,3

1109

Uruguay

8,9

1427

Cuba

8,6

405

Honduras

8,6

354

Argentine

8,5

1551

Nicaragua

8,2

335

Panama

7,6

1,26

Chili

7,2

1606

Colombie

6,8

723

Salvador

6,7

475

Guatemala

6,7

346

Guyana

6,6

223

Equateur

6,4

652

Haiti

6,4

84

Barbados

6,3

1307

Mexique

6,1

1,062

Dominique

5,9

740

Jamaica

5,9

461

Surinam

5,9

521

Belize

5,8

458

Bolivie

5,8

305

Dominican Republic

5,4

553

Trinidad and Tobago

5,4

1145

Perou

5,1

555

Venezuela, RB

4,6

628

MONDE

10,2

1121

Source : OMS et Banque Mondiale

On a rassemblé, outre deux pays développés, les Etats-Unis et la France, les pays d’Amérique Latine et des Caraïbes sur lesquels on a des données. On constate que la dépense par habitant à Cuba est faible (même en tenant compte de la non-convertibilité de la monnaie cubaine), et que la part des dépenses de santé dans le PIB, tout en étant élevée est dépassée par certains pays de la régions comme le Paraguay, le Costa-Rica, le Brésil ou l’Uruguay.

Si l’on regarde comment cet argent est dépensé, on constate qu’il peut être dépensé directement par le secteur public, par le patient, par des mutuelles privées (alimentées par les patients et des entreprises) et enfin par l’aide internationale.

Dont publiques en % du total

Dont financées directement par le malade

Dont mutuelles

Dont ressources extérieures

Année

2012

2012

2012

2012

Argentine

69,2

20,1

10,0

0,7

Barbade

65,6

34,4

-2,3

2,3

Belize

64,9

24,5

9,4

1,2

Bolivie

71,8

23,2

1,2

3,8

Brésil

46,4

31

22,5

0,1

Chili

48,6

32,1

19,3

0

Colombie

75,8

14,8

8,8

0,6

Costa Rica

74,6

23,1

2,2

0,1

Cuba

94,2

5,8

-0,2

0,2

Dominique

72

23,7

0,3

4

République Dominicaine

50,9

38,7

5,7

4,7

Equateur

44,8

51,4

3,4

0,4

Salvador

62,8

32,4

3,4

1,4

France

76,9

7,4

15,7

0

Guatemala

35,6

53,3

8,5

2,6

Guyana

66,1

31,3

-8,3

10,9

Haiti

22,8

3,5

6,8

66,9

Honduras

50,3

45,6

0,5

3,6

Jamaique

54,9

28,9

14,5

1,7

Mexique

51,8

44,1

3,5

0,6

Nicaragua

54,3

34,5

0,0

11,2

Panama

68,6

24,8

6,3

0,3

Paraguay

42

53,3

2,1

2,6

Pérou

58,9

35,7

4,9

0,5

Surinam

57

10,1

28,4

4,5

Trinidad and Tobago

50,4

42

6,6

1

Etats-Unis

46,4

11,1

42,5

0

Uruguay

66,6

16,5

16,8

0,1

Venezuela, RB

33,7

63,7

2,6

0

World

59,8

17,9

21,1

1,2

Cette aide est majoritaire pour un pays comme Haïti. Elle est non négligeable au Guyana et au Nicaragua. La part de l’Etat est largement dominante à Cuba (94%) suivi par la France et la Colombie dont le gouvernement est classé très à droite. Au Venezuela, cette part de l’Etat est seulement de 33,7%. Au total on voit de grandes disparités entre les pays.

Les résultats.

Il est alors frappant de constater qu’en dépit de l’argent dépensé (deux fois le montant des dépenses par habitant en France) les résultats des Etats-Unis sont relativement médiocres. Par contre, pour le montant de dépenses consentis, ceux de Cuba peuvent être considérés comme excellents.

A-G1-Santé

 

A-G2-Santé

A-G3 SantéA-G4 Santé

Que l’on regarde l’espérance de vie, la mortalité infantile, la mortalité néo-natale, ou celle des enfants de moins de 5 ans, Cuba obtient de bons résultats, parfois meilleurs que ceux des Etats-Unis, avec une dépense réelle par habitant qui est entre 10 et 20 fois plus faible. Bien entendu, la structure de la population pèse dans ce résultat. Mais, ceci étant dit et admis, le système américain, basé sur une concurrence effrénée entre les différents acteurs du secteur de santé, et sur un recours massifs aux assurances privées, apparaît comme particulièrement inefficient. Il n’en est que plus tragique de voire la France s’engager dans cette voie, poussée par une pure logique comptable, alors qu’il n’y a AUCUNE garantie de meilleure utilisation des fonds par une logique de concurrence. Ceci peut s’expliquer par l’importance des facteurs de complémentarité dans une logique de santé, tout comme par les facteurs psychologiques qui rendent le « choix rationnel » en réalité inopérant. Le problème n’est donc nullement celui d’une « responsabilisation de l’usager » mais bien plutôt celui de la conception GLOBALE de la logique de santé.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *