Convergence des crises

La question du coût du travail au sein de la zone Euro mobilise beaucoup l’attention ces dernières semaines. Sur la base des statistiques disponibles, d’Eurostat et de l’OCDE, on va tenter de préciser un certain nombre de fait.

Tout d’abord, il convient quand on parle de « coût du travail » de comprendre que l’on ne parle pas que du salaire mais aussi des prestations sociales qui sont attachées au salaire. Ensuite, il faut savoir que la productivité, y compris au sein des pays de la zone Euro, peut varier très fortement. Donc, le « coût du travail » compris comme le salaire augmenté des prestations sociales payées par l’employeur peut être connu chaque année, en moyenne de l’ensemble des activités.

Tableau 1

Salaire horaire + prestations sociales à la charge de l’employeur, en Euros

Allemagne Belgique Espagne France Grèce Irlande Italie Pays-Bas Portugal Slovaquie Slovénie
1998

25,7

26,5

14,9

23,2

9,2

14,9

17,5

21,4

6,4

2,8

7,6

1999

26,3

27,4

15,1

23,9

10

15,8

18,1

22,5

6,7

2,6

7,9

2000

27,6

28,4

15,1

25

10,4

17,1

18,3

23,4

6,9

3,1

8,2

2001

28,5

29,9

14,2

26,2

11

19

18,7

24,6

7,3

3,1

8,7

2002

29,2

31,3

14,9

27,2

11,8

20

19,4

25,9

7,7

3,5

9,2

2003

29,8

32,9

15,6

28,0

12,7

20,9

19,8

27,2

8,1

3,9

9,6

2004

30,0

32,3

16,3

29,0

12,7

21,9

20,6

28,1

8,5

4,3

9,5

2005

30,1

33,0

16,9

30,0

12,2

23,1

22,3

28,5

8,8

4,6

9,8

2006

31,3

33,9

17,6

31,0

13,1

21,8

22,7

27,4

9,0

5,1

10,2

2007

31,7

35,8

18,2

32,0

14,3

25,9

23,2

28

9,2

6,2

10,7

2008

32,3

36,4

20,3

32,9

15,7

28

23,6

30,3

8,6

7,3

12,3

2009

32,9

38,3

21,5

32,9

16,3

26,4

24,6

30,9

10,1

7,9

12,6

2010

32,8

40,1

21,7

34,2

16,8

26

25,2

31,5

10,3

7,9

12,9

2011

34,3

40,8

22

35,5

15,9

26,2

25,9

32,2

10,5

8,4

13,1

2012

35,1

42,0

22,5

36,4

15,1

26,9

26,7

32,9

10,8

8,8

13,5

2013

36,1

42,7

22,7

36,7

16,1

26,7

27,2

34,1

11,1

9,3

13,6

Source : Eurostat

On voit immédiatement que les différences sont considérables, mais aussi que la France n’est pas dans une situation aussi catastrophique qu’on veut bien le dire. Les très fortes différences qui existent entre les pays reflètent les différences de productivité. On sait que la France se situe dans le peloton de tête, devançant légèrement l’Allemagne. Mais, ces données ne fournissent pas d’informations précises sur la compétitivité. Il faut regarder à la fois la part du travail des autres pays qui est incorporé dans un produit fabriqué en France ou en Allemagne, et il faut voir comment les structures des coûts ont pu se déformer avec le temps. Pour la première question, il y a peu de données globales. On sait que dans certaines activités, les voitures « allemandes » incorporent une large part de composants fabriqués dans des pays où le coût du travail est plus faible (Slovaquie, Slovénie). Pour la deuxième question, celle portant sur l’évolution, on peut se faire une idée en transformant ces données en indices et en utilisant comme base 100 l’année 1998.

Graphique 1

A-Gr1 CduTSource: Eurostat

On constate immédiatement que la France se trouve en évolution (ou en dynamique) dans une position intermédiaire. Le coût du travail, au sens utilisé dans cette étude, y a cru plus qu’en Allemagne, mais pratiquement autant qu’en Italie, en Belgique et aux Pays-Bas. L’Espagne, où cette augmentation avait été faible au début des années 2000, a rejoint le bloc de pays autour de la France. Par contre, on voit que la Grèce et le Portugal ont largement divergé.

La question qu’il faut maintenant se poser est celle de l’inflation. C’est important pour savoir si le salaire a suivi, anticipé, ou pris du retard avec l’inflation, et cela donne une indication sur l’évolution des coûts du travail vue de l’autre bout de la lorgnette, c’est à dire comme un revenu par les travailleurs.

Graphique 2

 A-Gr2 Infla

Données du FMI

On constate immédiatement que le niveau d’inflation est le plus faible en Allemagne, et qu’il est très élevé chez les « nouveaux entrants » (Slovaquie et Slovénie), mais aussi au Portugal, en Espagne et en Grèce. Le problème qui se pose, si l’on veut mesurer la compétitivité d’une économie consiste à se demander si l’inflation a pu être compensé par une hausse de la productivité plus rapide que chez les voisins. On peut établir un indice de la productivité. On constate, alors, que si la France, l’Allemagne et le Portugal ont eu des gains de productivité très voisins, ce n’est pas le cas pour l’Italie et la Belgique, qui sont à la traine. Or, une « Union Monétaire », comme la Zone Euro, devrait s’accompagner d’une harmonisation des niveaux et des gains de productivité.

Graphique 3

 A-Gr3 Prod

Source OCDE, Calculs CEMI-EHESS

On notera aussi que les gains de productivité, très importants avant 2008 en Grèce, ont été cassé par les politiques d’austérité mises en place pour contrôler la dette souveraine. Ces gains sont très élevés en Slovénie et Slovaquie, mais ceci était normal au vu du niveau de départ très faible.

On peut désormais calculer, en dynamique, l’évolution tant de l’inflation que des coûts du travail par rapport à la productivité. Pour l’inflation, on voit que l’hétérogénéité au sein de la zone tend à s’accroître. Certains pays, qui combinent une forte inflation et de faibles gains de productivité, sont particulièrement touchés, comme l’Espagne, l’Italie ou la Belgique. Le cas de la Grèce apparaît dans toute sa tragédie, car on voit que le niveau d’inflation originel était parfaitement contrôlable par les gains de productivité, mais la chute de la productivité (des variations négatives) après 2009, entraîne une forte explosion de l’inflation corrigée de la productivité.

Graphique 4

 A-Gr4 Infla et Prod

Source OCDE et FMI, calculs CEMI-EHESS

Cela montre la forte détérioration de la situation de la compétitivité dans ces pays, qui va obliger à exercer une pression sur les valeurs nominales des salaires et des prestations sociales. Ceci n’est possible que si l’on entre dans une logique de déflation ce qi est le cas en Espagne (les prix y baissent) et en Italie. Mais, cette logique de la déflation est catastrophique pour l’activité économique. Quand on regarde maintenant l’évolution des coûts du travail corrigés par la productivité, on voit des logiques d’ajustements très différentes apparaître au sein de la Zone Euro.

Graphique 5

 A-Gr5 CduT et Prod

Données Eurostat et OCDE, calculs CEMI-EHESS

Ainsi, l’Allemagne et la Slovénie aboutissent à des coûts sensiblement plus faibles que la moyenne, par une combinaison de coûts nominaux qui ont été relativement tenus, de forte hausse de la productivité, et d’inflation relativement faible. L’Irlande et l’Espagne arrivent à améliorer leur position en fin de période, mais ceci est dû essentiellement à l’ajustement nominal à la baisse de salaires et des prestations sociales, qui ont été réduite de manière autoritaire dans ces deux pays. Le Portugal, l’Espagne et l’Italie, en dépit d’efforts importants, n’arrivent pas à bien contrôler leurs coûts du travail. Cela implique que l’amélioration constatée en Espagne et au Portugal ne sera que passagère, et qu’il faut s’attendre à de nouveaux problèmes économiques, et sur le front de la dette en 2015. De même, la Grèce a imposé à ses travailleurs des restrictions qui sont probablement au-delà du supportable. Mais, l’amélioration enregistrée en 2011 et 2012 a été pratiquement annulée par l’évolution de 2013. En Grèce aussi, il faut s’attendre, sans doute dès cet hiver, à des problèmes économiques très profonds, qui devraient se conjuguer à des problèmes politiques.

Au total, on peut constater qu’il n’y a toujours pas d’harmonisation au sein de la zone Euro, si l’on excepte le cas de la Slovénie. Ceci, combiné avec des problèmes sérieux au niveau des banques (les prêts non-performants continuent de s’accroître considérablement en Espagne et en Italie) devrait se traduire par de nouveaux problèmes sur la dette souveraine. Alors que Mario Draghi est arrivé au bout de ses possibilités à la Banque Centrale Européenne, tous les éléments se mettent en place pour une convergence des crises à l’horizon de 2015.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *