Décompositions

L’affaire Jouyet-Fillon secoue durement la sphère politico-médiatique. Elle en révèle les défauts et les tares. Cette affaire est le symptôme de l’état de décomposition atteint par cette dite sphère. Car, n’en doutons pas, ce ne sont pas seulement Jean-Pierre Jouyet et François Fillon qui sont en cause. Les effets de ce scandale sont d’ores et déjà bien plus profonds que les deux principaux protagonistes. Quels sont donc les faits qui nous sont connus à l’heure actuelle ?

A - jouyetFillon

Les faits

Il est donc établi que M. Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, aurait déjeuné avec M. François Fillon, ancien Premier Ministre. Ce que se sont racontés ces deux personnages relève de l’hypothétique, mais ont peut penser que les différentes affaires secouant l’UMP (Bygmalion entre autres) furent évoquées. Rien de scandaleux à cela. Il est aussi établi que jean-Pierre Jouyet a rencontré deux journalistes du Monde et, dans une déclaration enregistrée avec son accord à proféré des accusations graves sur François Fillon, affirmant que ce dernier aurait fait pression sur lui pour que des poursuites soient lancées contre Nicolas Sarkozy. Notons ici que ce qui pose problème dans les déclarations de Jouyet n’est pas tant que François Fillon ait mentionné Sarkozy, ni même qu’il ait déclaré que Nicolas Sarkozy pourrait être poursuivi dans le cadre de l’affaire Bygmalion. En l’état de ce qui nous en est connu, cette affaire est effectivement suffisamment grave pour que l’on puisse considérer l’audition comme témoin assisté de l’ex-Président, voire son inculpation. Mais, ce qui pose un véritable problème est la possible instrumentalisation de la justice à des fins politiques, ce que sous-entend Jean-Pierre Jouyet. Quand on fait une affirmation de cette gravité, on en apporte les preuves. Sinon, on se tait. Ici,  nous sommes dans une situation « j’affirme / il affirme » dans laquelle nul ne peut, en raison, trancher. Notons aussi que les deux journalistes, qui ont recueilli ces confidences, et qui les ont publiées dans un ouvrage, n’ont pas réellement cherché ces preuves et ne présentent pas ces propos pour ce qu’ils sont, soit des déclarations hautement hypothétiques. Ils ont cherché le scandale, et bien entendu ils l’ont obtenu.

Dans le comportement des uns et des autres, on peut lire la décomposition profonde de la sphère politique, mais aussi de la sphère médiatique et journalistique. Ces deux sphères, dont les relations incestueuses ne sont plus à démontrer, ont aujourd’hui sombré dans le ragot et la manipulation de bas étage.

Irresponsabilités

Il faut revenir sur l’irresponsabilité démontrée par les différents acteurs de ce « drame » qui relève plutôt de la pantalonnade. Irresponsabilité donc de M. Jean-Pierre Jouyet, ci-devant secrétaire général de l’Elysée, poste important s’il en est, d’avoir tenu de tels propos. Car, de deux choses l’une : soit il tient ces propos sans y prendre garde, alors qu’il est en entretien avec deux journalistes, et c’est tout simplement irresponsable à un point tel que l’on se demande pourquoi on a laissé ce monsieur quitter le jardin d’enfants ; soit il tient ces propos en pleine conscience de leurs conséquences, dans le but de nuire à François Fillon, et il ne peut ignorer que, tel un boomerang, ils lui reviendront dans la figure. Il est possible que M. Jouyet ait décidé de « voter Sarkozy » dans une manipulation très claire contre François Fillon. Mais, il le fait avec un amateurisme et une imbécillité consternante. Là encore, c’est irresponsable, et tout juste digne du jardin d’enfants. On ne voit pas comment il pourrait rester à son poste.

Irresponsabilité, ensuite, des deux journalistes d’une « grand quotidien » (i.e. Le Monde) qui reprennent ces propos, extrêmement graves, et qui les publient sans aucune précaution et sans indiquer qu’en l’état ils n’ont aucune garantie sur leur véracité. Le goût du scandale l’a emporté ici sur l’information. C’est extrêmement grave et parfaitement irresponsable quand on connaît l’influence et le poids de ce journal dont ces journalistes se réclament.

Irresponsabilité, enfin, au plus haut niveau, c’est à dire à celui du Président de la République. Car François Hollande est loin de sortir indemne de ce scandale. Irresponsabilité dans le choix de l’homme (Jouyet) donc, s’il s’avère qu’il raconte n’importe quoi. Mais aussi irresponsabilité dans la réaction devant ce scandale. Du moment que Jouyet doit admettre qu’il a tenu les propos rapportés, et que les journalistes en ont la preuve, il aurait dû être renvoyé séance tenante par François Hollande. A moins que ce dernier ne veuille accréditer l’idée qu’il ait trempé dans cette possible manipulation…Mais cela, c’est irresponsable.

Cela fait beaucoup ; cela fait trop.

Cadavres en décomposition

Cette affaire, car elle est devenue désormais une véritable « affaire d’Etat », signe le fait que, de toute part, nous sommes entourés de cadavres politiques et que ces derniers se décomposent sous nos yeux.

Il y a un cadavre évident à l’Elysée, et il s’appelle François Hollande. Sous quelque angle que l’on regarde cette affaire, elle témoigne du fait que la politique présidentielle qu’il était censé incarner est morte. Que penser en effet d’un Président qui choisit comme secrétaire général un homme qui fut ministre dans un gouvernement opposé et qui se montre d’une telle irresponsabilité, si c’est de cela qu’il s’agit ? Que penser d’un Président qui en serait à chercher de choisir ses adversaires et, considérant Nicolas Sarkozy comme plus vulnérable que François Fillon déciderait de faire à ce dernier un croche-pied mortel ? On reste sidéré devant ce machiavélisme de cour de récréation. La politique conduite par le Président est morte, et chacun d’entre nous le sait et le mesure. Le mélange d’austérité à demi avouée et de fausse compassion cachant mal un véritable clientélisme entraîne la France à la catastrophe. L’abandon des intérêts de notre pays face aux demandes des Etats-Unis relayées par l’Union Européenne, que ce soit sur les questions commerciales comme le Traité Transatlantique ou sur l’Ukraine et nos relations avec la Russie, sont venues de surcroît manifester que cette mort d’une politique allait bien au-delà de la politique économique.

Mais, il y a un cadavre similaire à l’UMP. Que François Fillon ait tenu ou non les propos qui lui sont reprochés, et pour l’instant rien ne prouve l’une ou l’autre de ces hypothèses, ce qui est dramatique c’est qu’ils soient crédibles et que l’on puisse raisonnablement supposer qu’il les ait tenus. Les différences politiques entre Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon sont tellement minces que l’on vise l’homme et non le projet. Et tel est la vérité : il n’y a pas de projet à l’UMP qui puisse être une politique différente de celle menée par François Hollande. Bien sûr, si l’un de ces trois personnages arrivait au pouvoir nous pourrions nous attendre à plus d’austérité, et plus de soumission à l’Union Européenne. Mais ceci n’est qu’affaire de degrés et non de principes. On nous propose alors de choisir sur des traits de caractère, le calme d’un Juppé, l’énervement d’un Sarkozy ou la froideur austéritaire d’un Fillon. Mais, en réalité, c’est pour continuer la politique actuelle.

En fait, c’est le principe de l’alternance qui est mort dans notre pays. Et la trajectoire personnelle de Jean-Pierre  Jouyet en est la plus magnifique preuve. Il a pu passer du gouvernement de François Fillon, alors Premier Ministre de Nicolas Sarkozy, au secrétariat général de l’Elysée sans problème, ni pour lui ni pour les autres. Quelle meilleure illustration des propos de Marine le Pen sur ce qu’elle appelle « l’UMPS »… Comment alors s’étonner qu’elle monte dans les sondages alors que c’est bien la même politique qui est proposée tant par le P « S » que par l’UMP ? L’incapacité du Front de Gauche à faire vivre une alternative véritable et construite, incapacité qui provient de ses contradictions fondamentales au sujet de la souveraineté et de l’Union Européenne et de l’Euro, fait bien partie du même problème. Et l’on peut y ajouter les « affligés » du Parti « socialiste », les frondeurs en peau de lapin, ces politiciens à la petite semaine qui tonnent le dimanche et se couchent dès le lundi matin.

Un désastre

D’anecdotique, l’affaire Jouyet-Fillon pourrait bien s’avérer désastreuse. Elle révèle crûment l’état de décomposition des grandes forces qui étaient supposées structurer la politique française. Mais, elle révèle cette situation alors que des forces de remplacement ne sont pas encore disponibles. Le sentiment de vide politique qu’elle produit pourrait avoir, dans les semaines ou les mois qui viennent, les conséquences les plus graves pour la paix civile.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *