Stabilisation du Rouble?

On sait que le Rouble était l’objet d’une vague de spéculation, ayant entraîné sa baisse rapide depuis la fin du mois de septembre et le début d’octobre. Or, il semble que depuis une semaine il se soit stabilisé, et que l’on revienne vers des valeurs qui sont plus conformes à ce qu’implique la baisse du prix du baril de brut (de 110 USD à 80 USD).

Graphique 1

Taux de change du Rouble (échelle inversée)

A - Tx de Chng

Pour l’ensemble des monnaies considérées, on observe une tendance récente à la hausse du taux de change du rouble. Cette tendance est encore plus visible si l’on se contente de regarder l’évolution des taux de change depuis le 30 septembre 2014.

Graphique 2

Taux de change du rouble (base 100 depuis le 1er janvier)

A - Tx de ChangeSEP

Il est encore trop tôt pour dire si cette tendance est conjoncturelle, ou si elle correspond aux mesures prises par le gouvernement et la Banque Centrale contre les spéculateurs et la spéculation. Mais, on peut penser que l’on assiste à la fin de l’épisode spéculatif, et que le Rouble va revenir à des valeurs correspondant plus à la réalité économique, soit 40 RR pour 1 USD (il est actuellement à plus de 45 RR). Ce taux correspond en effet à l’équilibre du budget pour un baril à 80 USD, ce qui semble devoir être le nouveau niveau d’équilibre du prix du pétrole. En effet, le budget du gouvernement est équilibré à ce prix. La spéculation avait provoqué un décrochage de 17,5% par rapport au taux d’équilibre de 40 RR. Cela témoigne de l’ampleur de la spéculation dont le Rouble était l’objet. Le mouvement des prêts en devises a repris après une période de raréfaction des devises sur le marché des changes.

Normalement, le Rouble devrait donc tendre vers son nouveau taux d’équilibre dans les semaines qui viennent. Il devrait se stabiliser autour de 38-42 RR pour 1 USD, ce qui devrait contribuer à une stabilisation de l’inflation.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *