Surmonter la crise de confiance

L’Europe, dans son sens le plus large est traversée par une crise de confiance sans précédant. Elle est aujourd’hui confrontée à l’une de ses périodes les plus tendues, et même dramatiques, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et bien entendu depuis la fin de la Guerre Froide. Nous avons fêté le 25ème anniversaire de ce dernier événement dans un état d’esprit de profonde déception. Ceci n’est nullement étonnant. Un grand nombre d’opportunités ont été gaspillé depuis 1989 et ceci se reflète évidemment dans les sentiments d’une grande partie de la population des pays européens. Rappelons-nous qu’en 1990 nous rêvions d’un continent européen réunifié où chaque personne pourrait librement organiser sa vie hors des contraintes dictées par la géopolitique. Bien sûr, certaines de ces idées étaient des rêves et d’autres étaient simplement prématurées. Mais nous devons nous poser la question de ce que nous avons faits de tous ces rêves et que faire du présent sentiment de mécontentement.

Ceci constitue un problème extrêmement sérieux et qui pourrait décider de la paix ou de la guerre pour le continent. Nous devons examiner de près ce qui a provoqué cette situation et comment nous pouvons y faire face.

 

La crise en Europe, l’Union européenne et la périphérie dangereuse.

Ce que l’on a appelé la « transition », soit la fin du système de type soviétique en Europe de l’Est, s’est terminé par le processus d’élargissement de l’Union européenne. En tant que tel ceci a suscité une vive approbation. Pour de très nombreuses personnes c’était la plus logique des solutions. En réalité, le processus d’élargissement fut largement lié par les espoirs qu’il provoquerait une rapide hausse du niveau de vie moyen. Mais, les résultats de ce point de vue ont été décevants. Si une telle hausse a bien été observée dans certains pays, comme la Pologne, l’écart entre « anciens » et « nouveaux » membres de l’UE subsiste toujours. La ligne de partage de l’Europe qui s’est constituée à la fin du XVIIIème et au XIXème siècle, et qui est le produit de la Révolution Industrielle n’a pas été abolie. De fait, sauf pour deux pays (la Pologne et la Slovaquie) la croissance est restée inférieure à 1,5% dans le long terme (graphique1).

Il est frappant de voir que la différence de revenus entre l’Allemagne, la France et les Pays-Bas d’un côté et des pays comme la Roumanie, la Bulgarie, et même la Hongrie, est la même à présent qu’elle n’était en 1938. L’agrandissement de l’Europe n’a pas enclenché de processus d’égalisation des revenus, voire de rattrapage (graphique 2), sauf dans le cas de la Pologne, de la Slovaquie et peut-être des Pays Baltes. Lorsque la crise de 2007-2008 a frappé, tous ces déséquilibres ont été soudainement révélés.

Graphique 1.

Croissance du PIB en Europe de l’Est depuis 1989

A - GDP EE1

Sources: base de données du FMI, octobre 2014

Graphique 2

La question du « rattrapage » de l’Europe centrale et orientale.

Indice du PIB en base 100 = 1989 pour divers pays.

A - ComparePIBSource: base de données du FMI, octobre 2014)

(La rattrapage se définit par la capacité d’un pays a avoir une croissance plus rapide que celle de la France et de l’Allemagne. Si l’indice du PIB se trouve dans la « zone verte » il y a rattrapage, s’il se trouve dans la « zone rouge » l’écart s’accroît).

Dans l’Union Européenne, dont nous devons rappeler qu’elle n’est pas l’Europe mais n’en forme qu’une partie considérable, la situation économique présente est déprimante  comme elle ne l’a jamais été depuis 1945.  L’Europe du Sud se débat entre la stagnation et la déflation and même l’Allemagne commence à sentir l’étau d’une possible récession. Le PIB de l’Italie a diminué de 9% depuis 2007, celui de l’Espagne de 6%, et nous sommes tous largement informés de la situation de détresse de la Grèce et du Portugal. Cette crise économique survient en une période de profondes incertitudes politiques. Les institutions de l’Union Européenne sont contestées, comme nous avons pu le voir lors de récents votes européens, et elles manquent de toute évidence de légitimité.

Mais les problèmes ne sont pas seulement internes à l’UE. Les événements au Moyen-Orient font s’étendre sur l’Europe la menace d’actes terroristes possibles. The risque de voir un débordement des évènements du Moyen-Orient déstabilisant l’Europe est  devenu très important. Nous gardons tous en mémoire les attentats à la bombe de 2004 dans la gare de Madrid et nous savons tous qu’un tel débordement est parfaitement possible si l’on considère le nombre de jeunes personnes qui subissent la fascination du soit disant « Etat Islamique». Puis, nous avons la situation présente en Ukraine et l’inquiétude croissante créée par les sanctions dans toute l’Europe. La combinaison de ces différentes crises rend les temps présents difficiles sinon fort dangereux. Cependant, les réactions des gouvernements ne sont pas à la hauteur des difficultés présentes. Ceci rend plus importante encore la question de la reconstruction d’un véritable esprit de coopération d’un bout à l’autre de l’Europe.

 

Le besoin de coopération et la prétention d’”exceptionnalisme.”

Le rétablissement une vision coopérative entre la plupart des pays d’Europe est indispensable. Les problèmes mentionnés ne peuvent être résolus sans une mesure de coopération. Cependant, pour atteindre à cette coopération, il est nécessaire que meurent certaines habitudes et qu’elles meurent vite. La première est la folle prétention des pays de l’Union Européenne de vouloir représenter l’Europe et d’être les porteurs des plus hautes valeurs morales. L’Europe n’est pas l’UE. Ceci est vrai au sens géographique, au sens culturel et aussi dans un sens politique. Nous savons tous que la Russie fait partie de l’Europe géographique même si une partie de son territoire se situe aussi en Asie.  Nous connaissons tous les contributions de la Russie à la culture et à la science européenne. Et puis nous avons la question des “valeurs morales” et les prétentions particulières de l’UE à ce sujet. Dans une certaine mesure, nous pouvons parler d’une forme d’ « exceptionnalisme » européen à la mesure de celui développé par les Etats-Unis.

Tous les discours au sujet des “valeurs européennes” que l’on entend dans différentes capitales ne font en fait qu’établir une nouvelle barrière idéologique à la coopération. Non que le développement des institutions de l’UE n’ait donné lieu à des débats vigoureux et importants. Mais de revendiquer une position dominante en ce qui concerne les “valeurs morales” est sans fondement et est en fait autodestructeur. Les pays de l’UE ont à plusieurs reprises manqué à leurs prétendus “principes,” que ce soit dans les affaires internationales comme avec le Kosovo et plus tard avec la participation de certains pays de l’UE (comme la Pologne) dans la guerre d’agression des Etats-Unis contre l’Iraq en 2003, ainsi que dans leurs affaires intérieures. Rappelons-nous comment certains électeurs européens ont été spoliés du résultat de leur vote lors du référendum de 2005 sur le projet de Constitution Européenne. Certains mécanismes politiques de l’UE, tel le processus des négociations avec le gouvernement des Etats-Unis au sujet du TTIP, ou le dit “pacte budgétaire” voté en 2012 (ce que l’on appelle le TSCG), ont une base démocratique à tout le moins précaire.

Nulle coopération authentique n’est possible tant qu’une partie de l’Europe prétend qu’elle représente l’Europe entière ou qu’elle détient une “supériorité morale” sur les autres pays. La prétention à l’ « exceptionnalisme » de l’UE, à la manière de celle bien connue des Etats-Unis, est un obstacle majeur à l’établissement d’une vraie coopération. Ceci n’est pas pour nier l’existence de principes universels. Il s’agit simplement de reconnaître le fait que ces principes ont été violés par l’UE autant que par d’autres. Un retour à davantage de réalisme et d’humilité est de rigueur et il est même une condition essentielle si nous voulons réellement parvenir à une vraie coopération.

 

La crise ukrainienne.

Un excellent exemple se trouve dans la crise ukrainienne. Elle éclata sous forme violente avec les tirs du 20 février sur la Place Maïdan. Cependant, divers témoins et analystes ont montré clairement que les tirs ne provenaient pas que d’un seul côté et que parmi les protestataires du Maïdan se trouvaient aussi des provocateurs mus par un ordre du jour  politique très particulier. La fuite du Président légal et élu, M. Yanukovich, ouvrit la porte à un processus de renversement violent de l’ordre légal en Ukraine, entraînant la chute de l’ordre constitutionnel. Ceci est et demeure la justification d’un référendum local, en tant que le peuple est le seul dépositaire de la souveraineté nationale. C’est du moins ce que nous enseigne la Révolution Française et qui fait partie de la loi internationale grâce à la  Charte des Nations Unies de 1945. En conséquence, la seule solution possible ne conduisant pas à une guerre civile en Ukraine eût été la réunion d’un Assemblée Constituante chargée de rédiger une nouvelle Constitution. On n’en fit rien. Les pays de l’UE, avec l’appui énergique et dominant du gouvernement des Etats-Unis, ont imposé l’idée d’un gouvernement provisoire sous l’égide de l’ancienne constitution. Ceci a conduit à une guerre civile sanglante, avec utilisation de matériel aérien par le gouvernement de Kiev contre sa propre population, une situation qui avait pourtant entraîné une intervention étrangère en Libye en 2011. Cependant, à la présente occasion, les pays occidentaux n’ont pas réagi.

Quand la Russie exprima des inquiétudes légitimes au sujet de la Crimée puis au sujet de la situation des populations des Oblasts de Donetsk et de Lugansk, la réaction du gouvernement des Etats-Unis et de l’UE fut de mettre en œuvre des « sanctions » contre la Russie. Très vite, les sanctions US ont pris la précédence, car le gouvernement US maintient que l’utilisation du Dollar US, même en dehors du territoire des Etats-Unis, tombe sous les lois des Etats-Unis. Ceci a entraîné une situation extraordinaire dans laquelle un état prétend mettre en exécution des lois “extraterritoriales.” Ceci a entraîné une détérioration considérable dans le modèle de la coopération internationale. Bien entendu, la Russie a réagi, elle a mis en œuvre son propre jeu de sanctions et nous en sommes arrivés à la situation actuelle où un nouveau mur, invisible mais tout à fait réel, tombe à travers l’Europe. C’est là une authentique tragédie. Elle est encore aggravée par l’échec des accords de Minsk. Le cessez-le-feu n’a jamais été réellement mis en œuvre et le nombre quotidien de morts dépasse la dizaine depuis le début du cessez-le-feu. L’échec des accords de Minsk est un fait indéniable et une nouvelle coopération entre les pouvoirs occidentaux et la Russie serait nécessaire afin d’imposer un vrai cessez-le-feu et un accord efficace.

Cependant, les sentiments antirusses sont aujourd’hui très élevés dans les medias occidentaux, et dans une partie de l’élite politique. Mais des sentiments ne font pas une politique. Ils masquent en réalité l’absence d’une véritable politique qui s’essaierait à résoudre les problèmes variés auxquels nous sommes confrontés et ceux auxquels nous seront confrontés dans un proche futur. L’UE a besoin de la Russie autant que la Russie a besoin de l’UE. Mais aujourd’hui, en fait, les émotions ont pris les rênes, à la place de la prise de décisions rationnelles. Nous sommes dans une situation dangereuse.

 

Un agenda ambitieux

Comment progresser en pareille situation?

Avant tout, le dialogue existant doit être préservé, et il doit être reconstruit sur des bases plus larges, ce qui implique un agenda ambitieux. Ceci exige que certaines mesures de court-terme soit mises en œuvre immédiatement. Parmi elles, le fait que des accords signés avant la mise en œuvre d’un régime de sanctions doivent être honorés, ne serait-ce que par un mouvement de bonne volonté. Bien entendu, ceci signifie la livraison des deux vaisseaux amphibies de la classe “Mistral” en ce qui concerne la France. Puis viennent les questions commerciales et économiques. Nous savons tous que les sanctions sont  nuisibles des deux côtés et que l’industrie de l’UE est frappée autant que le système financier russe. Ces sanctions doivent être abolies progressivement, formant un premier pas sur le chemin du rétablissement d’un vrai dialogue en Europe. Ces choses ont déjà été dites, et il faut qu’elles soient faites. Mais elles ne sont pas suffisantes.  Là encore, ne nous y trompons pas. Nous ne pouvons pas faire comme si de rien n’était. Ce qui est arrivé ne peut pas être défait. Il nous faut trouver un moyen de vivre avec les conséquences de ce qui est arrivé en cette fatale année 2014. Ceci implique de penser à des mesures de plus long terme.

Nous avons de toute évidence besoin d’une nouvelle Conférence d’Helsinki, quelque chose qui soit non pas similaire, mais fidèle au modèle historique de 1975. La conférence historique CSCE (ou Conference on Security and Co-operation in Europe) fut une étape majeure dans le rétablissement d’un vrai dialogue entre ce qui s’appelait alors l’ « Ouest » et l’ « Est.” Sans Helsinki, jamais la Guerre Froide n’aurait pu se terminer comme elle a fait. Cependant, cette fois, cette conférence devrait inclure tous les pays européens et seulement les pays européens (c’est-à-dire, sans le Canada et les Etats-Unis). Les choses à discuter lors de cette conférence tombent sous trois sujets spécifiques.

Le premier est de définir les règles qui permettent de gérer la contradiction, et ceci veut dire bien plus que la simple opposition, existant entre les principes westphaliens, qui restent d’actualité, et ceux nés des Lumières et de la Révolution Française de 1789. Il est parfaitement clair que la souveraineté de l’Etat demeure la pierre de touche de toutes relations internationales, mais aussi de la démocratie à l’intérieur de chaque état. Par ailleurs, certains principes comme le droit de décider de son propre futur et la nécessité de protéger les populations ont acquis une importance grandissante. La question est de savoir comment ces principes contradictoires peuvent se réconcilier avec le moins d’ambiguïté possible. Il n’est plus possible de voir les règles internationales subverties comme on le vit au Kosovo pour ensuite entendre les pays de l’UE proclamer leur attachement indéfectible à ces mêmes règles.

Le second sujet est celui de la sécurité collective, mais aussi du possible emploi de la force militaire, en Europe et dans sa périphérie. The traité CFE est mort. Mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas besoin d’un autre traité. Ce traité doit inclure des règles, à commencer par celle de comment décider quand utiliser la force militaire, là encore avec le moins d’ambiguïté possible. L’idée d’un monde où nulle force militaire ne serait nécessaire n’est pas réaliste. Nous avons maintenant un mouvement terroriste de grande envergure s’étendant à la périphérie sud de l’Europe. Nous avons certainement besoin d’un accord spécifique commandant l’utilisation de la force militaire et le niveau de force nécessaire. Ceci permettrait de résoudre des situations comme celles de la Libye en 2011 ou celle qui est en train de se développer à la frontière entre la Syrie et l’Irak, ou encore celle qui se développe en Afrique sub-sahélienne où la France intervient militairement depuis janvier 2013.

Le troisième point est le plus simple et couvrirait la coopération économique, scientifique et culturelle. La coopération est nécessaire non seulement entre les états mais aussi entre des régions constituées de différents états. Nous devons trouver des règles communes gouvernant cette coopération sans mettre en danger le principe de souveraineté tel qu’il est définit dans le premier point. Le problème principal est d’atteindre la coopération et non de désigner d’en-haut quelque nouvel Etat “supranational” sous travesti économique ou social. A ce sujet, je maintiens un point de vue « gaulliste. » Mais en regardant derrière nous, nous pourrions trouver de nombreuses instances où la coopération fonctionnait fort bien, et bien mieux que toute tentative de construire quelque institution « supranationale » que ce soit. Bien entendu, la coopération n’est pas compatible avec une quelconque règle ou loi “extraterritoriale” prise par un état particulier, et l’on pense ici à l’interprétation faite par les Etats-Unis de leur propre réglementation dans le commerce international en Dollars. Je pense que la prohibition de telles lois et régulations serait un pas important dans la direction d’une coopération réelle et sincère.

 

Un tel agenda doit paraître ambitieux et jusqu’à un certain point, il l’est en effet. Mais sans ambition nous restons englués dans les problèmes d’au-jour-le-jour et les solutions possibles à ces problèmes d’au-jour-le-jour créeraient des conflits à venir. Nous avons besoin d’ambition pour établir un nouvel agenda de coopération, mais il faut que cette ambition émane du réalisme et de l’humilité de tous et non d’une fanfaronnade exceptionnaliste et d’une prétendue « supériorité morale. »

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *