Inconséquence, indécence et racisme

François Hollande s’est rendu le vendredi 5 décembre au Kazakhstan, et il profitera de ce voyage pour rencontrer Vladimir Poutine le 6 dans l’après midi à Moscou. A cela, rien à dire, si ce n’est le commentaire de rigueur sur la nécessité de développer les relations entre la France et le Kazakhstan. Sauf qu’un premier accroc est venu se glisser sous les ors des relations diplomatiques : François Hollande a été pris en photo avec la magnifique tenue traditionnelle des tribus Kazakhs. C’est un cadeau habituel pour les chefs d’Etat. Or, voilà que François Hollande semble surpris et exprime même sur cette photographie une gêne qui fait contraste avec la mine réjouie de son hôte, Nursultan Nazerbaiev. L’inadéquation de l’attitude de François Hollande frappe, et elle est renforcée quand on apprend que l’Elysées a cherché à faire supprimer la dite photo du site Instagram de la Présidence Kazakh où elle avait été installée. D’où certaines interrogations.

François Hollande, en tenu traditionnelle, aux côtés du Président Nursultan Nazerbaiev

 B4HdCISCUAA7IG4.jpg-large

François Hollande était-il gêné par le vêtement ? C’est assez ridicule. D’abord, ce vêtement est beau. Ensuite, il fait partie des coutumes d’un grand peuple. A tout prendre, c’est plutôt un honneur. Il aurait dû sourire, voir rire, ce qui est l’attitude normale d’un chef d’Etat dans ces occasions.

Une gêne est ses ressorts

Etait-il gêné parce qu’il posait aux côtés de Nazerbaiev ? Il faut savoir que ce dernier tient d’une main de fer son pays, mais qu’il est loin d’y être illégitime. L’un des derniers dirigeants du temps de l’URSS, un soutien résolu de Gorbatchev lors de la perestroïka, il fut de ceux qui protestèrent quand l’URSS fut dissoute au coin d’un bois par Eltsine et les dirigeants de l’Ukraine et du Belarus. Il est clair que sur bien des points, que ce soit la corruption, la démocratie ou encore le sort des « minorités sexuelles », le Kazakhstan est en retard sur la Russie. Mais, ce qui apparaissait comme une tache indélébile sur le costume de Vladimir Poutine semble disparaître comme par magie sur la tenue de Nazerbaiev.

Alors, oui, François Hollande a de quoi être gêné. Son voyage au Kazakhstan, que l’on peut justifier tant par un argumentaire de nature économique que géopolitique, car Nazerbaiev joue un rôle éminent parmi ses pairs en Asie Centrale, ne fait que ressortir de manière encore plus crue l’inconséquence qu’il y a à traiter Poutine en pestiféré. Et ce d’autant plus que ce traitement a commencé bien avant la crise ukrainienne. Que l’on se souvienne : l’année dernière, en décembre 2013, on annonçait à l’ambassade de France à Moscou que le Président ne viendrait pas à l’inauguration des Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi en raison de l’ « homophobie officielle de la Russie ». La stupidité du propos est insondable. Ce qui était reproché aux Russes était une loi punissant la pédophilie, dont on rappelle qu’elle constitue un délit en France aussi. Assurément, les peines prévues par la loi russe sont plus lourdes que ce que prévoit en ce cas la loi française. Mais est-ce bien suffisant pour parler d’une « homophobie officielle » ? L’ambassadeur de France l’a bien compris, qui corrigea le tir un mois après en précisant que François Hollande ne viendrait pas à l’inauguration car aucun Président français ne s’était déplacé pour les Jeux Olympiques d’Hiver (à l’exception notable de Charles de Gaulle, lors des jeux de 1968 à Grenoble, autre temps, autres mœurs).

Au-delà de l’anecdote, que reproche-t-on à Vladimir Poutine que l’on tolère par ailleurs chez Nazerbaiev et plus encore chez l’Emir du Qatar ou en Arabie Saoudite ? Poser la question est y répondre. A tout prendre, Poutine est plus libéral (dans l’acception classique du terme) que Nazerbaiev, qui est cependant et il n’en faut pas douter un grand Président, et bien entendu que les dirigeants du Golfe ou de Djeddah. Alors, peut-être faut-il s’intéresser au contenu implicite de ce comportement explicite. Une possible interprétation serait que François Hollande considère que Nazerbaiev et les dirigeants de la péninsule arabique ne font pas partie de notre univers et que ce qui est bon pour nous ne l’est point pour eux. Mais, en ce cas, outre qu’il donne raison à la théorie des doits nationaux, soutenue de la Malaisie à la Chine en passant par Singapour, il fait preuve d’une condescendance insultante qui confine au racisme pour ces peuples et ces Nations. On espère que nos « grandes âmes » intellectuelles se réveilleront enfin et condamneront sur le champ un Président assez hypocrite pour tordre la bouche devant une différence de peine mais faire tout sourire à des dirigeants qui pratiquent la condamnation à mort des homosexuel(le)s. Ou alors faut-il considérer que pour François Hollande et son entourage, les Russes ne sont que des barbares, des sauvages et des brutes, bref de ces untermenschen (des « sous-hommes ») comme le disait les nazis. Bref, ce serait à un racisme anti-russes que nous serions confrontés. Quelle que soit la réponse valable, qu’elle traduise une condescendance profonde ou inconsciente ou un racisme, tout aussi profond qu’inconscient, c’est nous tous, Français de toutes origines et de toutes opinions, qui avons le droit de nous sentir gêné et humilié par la « gêne » du Président recevant le cadeau de Nursultan Nazerbaiev. Dans tout ceci se révèle l’inconséquence d’une politique, l’indécence d’un comportement personnel et le racisme sous-jacent qui transparaît à cette occasion.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *